• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Turquie d’Erdogan : l’Ere de la Gifle ottomane

La Turquie d’Erdogan : l’Ere de la Gifle ottomane

JPEG

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé sa victoire aux élections présidentielles. La veille du jour des élections, il a exhorté ses partisans à traiter ses adversaires avec une « gifle ottomane aux urnes demain ». Erdogan a évoqué une époque turque révolue pour chatouiller les sentiments des électeurs à la recherche d'un rêve personnel qu'il voulait réaliser.

Il ne cache plus ses intentions de ramener l'ère ottomane dans la politique turque. L'homme parle de son désir de restaurer l'ère coloniale. Cela révèle la nature de ses politiques et orientations futures. Erdogan avait gagné avec un taux de 53%, ce qui signifie que sa popularité a diminué. Insouciant à ce fait, il a traité avec dédain et supériorité ses adversaires politiques, dans son pays et à l'étranger.

Depuis qu'il a pris le pouvoir, Erdogan a été impressionné par l'ottomanisme. Il était apparu publiquement dans son nouveau palais présidentiel. Les opposants turcs voient le palais comme symbolique de sa tendance autoritaire. Le palais de 1100 chambres a été construit pour un coût de plus de 600 millions de dollars. Il incarne les souhaits du président de « porter » le manteau des sultans ottomans et de suivre leurs politiques. Erdogan a oublié les développements massifs régionaux et internationaux qui ont eu lieu sur un siècle.

Personne ne peut nier qu'Erdogan a réalisé de grands succès économiques pour son pays. Cependant, ces dernières années, ses politiques autoritaires et ses interventions aléatoires dans l'économie et les politiques financières du pays ont détruit toutes ses réalisations. Il a essayé d'employer la politique étrangère turque pour servir son programme idéologique étroit. Sa politique défie les orientations fondamentales de l'État turc moderne. Il tente de dévier du kémalisme laïc vers l'erdoganisme ottoman. Au moins la moitié des Turcs rejettent cette tendance.

Erdogan n'a pas parlé à ses électeurs de la véracité de ses intentions. Dans un mélange frappant d'idéologie et d'économie, l'homme a manipulé ses partisans. Il a oublié le fait important que la majorité de ses opposants appartiennent à des grandes villes où les gens sont très préoccupés par sa tyrannie.

Erdogan voit les résultats des récentes élections présidentielles et parlementaires comme une approbation populaire pour déclarer le retour des Ottomans. Son utilisation du terme « gifle ottoman » était une déclaration claire de ses intentions. Cela signifie qu'une nouvelle Turquie devrait radicalement changer ses orientations stratégiques régionales et internationales.

La démocratie turque qu'Erdogan veut est une démocratie ottomane. Une démocratie contrôlée par un homme qui décide quoi que ce soit dans l'État turc sans aucune objection de la part des autres institutions du pays. Le monde et la région doivent s'attendre à plus d'Erdoganisme et à plus d'interférence turque dans les affaires intérieures des pays arabes tels que la Syrie et l'Irak.

Le système présidentiel qui a été approuvé lors d'un référendum serré l'année dernière garantit au président un large éventail de nouveaux pouvoirs. Cependant, le caractère erdoganique du nouveau régime républicain établit une ère autoritaire, pas une république. Erdogan et son parti ont poussé à ce changement, indépendamment des violations, des abus et des critiques internationales. Le référendum a connu des excès et des violations qui n'ont rien à voir avec la démocratie.

Erdogan assumera de nouveaux pouvoirs après l'abolition du poste de Premier ministre. Ils comprennent :

  • Désigner directement les hauts fonctionnaires, y compris les ministres et les vice-présidents
  • Le pouvoir d'intervenir dans le système juridique du pays
  • Le pouvoir d'imposer un état d'urgence.

Le nouveau système présidentiel turc est de nature autoritaire individuelle absolue. Cela n'a rien à voir avec un système institutionnalisé où les autorités sont partagées et équilibrées selon des équations égales pour s'assurer qu'aucun pouvoir constitutionnel n'est conféré au pouvoir individuel.

La victoire d'Erdogan, avec toutes ses tendances envers les autres, est susceptible de signaler une nouvelle turbulence et une interférence turque régionale. Erdogan renversera l'équation de la politique turque. Les politiques d'Ankara passeront de la résolution des problèmes à leur fabrication. Maintenant, le président turc commencera à régler ses comptes avec ses adversaires et ennemis dans son pays et à l'étranger. Cela signifie ajouter de l'huile sur le feu des crises au Moyen-Orient.


Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • phan 29 juin 17:38

    Et c’est quand notre cher Dr. va t il parler du système de pouvoir héréditaire et paternaliste aux Émirats Arabes Unis ?


    • popov 30 juin 07:19

      @phan

       
      Il se ferait décapiter.

    • phan 30 juin 07:46

      @popov
      En passant pas la case « fouet » .


    • OMAR 30 juin 22:43
      Omar9

      .@phan
      .
      Il le fera, le jour où la Knesset le lui ordonnera....

    • samy Levrai samy Levrai 29 juin 22:43

      https://apnews.com/4925f7f0fa654853bd6f2f57174179fe

      désolé c’est en anglais, cela parle de tortures aux émirats pour le compte des anglo américains...

      • phan 30 juin 07:43

        @samy Levrai

        Des officiers des Emirats Arabes Unis se filment en train de violer et torturer des hommes dans les « prisons secrètes » du Yémen.

      • Dom66 Dom66 30 juin 00:28

        Pour mon boulot je suis allé aux Émirats Arabes Unis, ce que j’ai vu est incroyable comme respect des droits de l’homme.

        Les ouvriers asiatiques, pakistanais, indiens, etc... transporté sur leurs lieux de travail en camion benne


        • zygzornifle zygzornifle 30 juin 14:42

          @Dom66


           Normal Ben c’était le nom du camionneur .....lol

        • Dom66 Dom66 30 juin 15:33

          @zygzornifle
           smiley)


        • phan 30 juin 16:49

          @Dom66

          benne Zayed aux Emirats, benne Salman en Arabie Saoudite, benne Laden au WTC7, benne Hur à Hollywood

        • Dom66 Dom66 30 juin 00:35

          Ce que vous écrivez sur Erdogan et sa politique en Turquie est exact, mais venant d’une personnalité des émirats, « ç’allah fou mal »


          • Ouallonsnous ? 30 juin 16:31
            @Dom66

            C’est évidemment suspect à priori, la modération d’Avox n’est pas difficile sur le choix de ses fournisseurs d’articles, enfin ce n’est pas encore l’AFP !

          • zygzornifle zygzornifle 30 juin 14:44

            L’UE va encore cracher quelques milliards pour éviter qu’il ouvre les vannes de la migration , de toute façon l’UE s’en fout c’est le mougeon Européen qui paye .....


            • cathy cathy 30 juin 15:49

              @zygzornifle
              C’est le contraire, l’UE donne des millions pour que Erdogan ouvre les vannes de l’immigration.


            • Eric F Eric F 30 juin 16:48

              Désormais la Turquie se désintéresse de l’Europe et se tourne vers son aire culturelle traditionnelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès