• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Turquie lance une grande offensive en Libye

La Turquie lance une grande offensive en Libye

Des troupes des Frères musulmans soutenues par la Turquie ont lancé ce 10 mars 2020 une vaste offensive contre les unités de l'Armée nationale libyenne (ANL).

Le commandement de l'ANL disposait de renseignements concernant la préparation par le Gouvernement d'entente nationale (GEN) d'une offensive résolue à Tripoli. La déclaration officielle à ce sujet a été faite par le général Ahmad al-Mesmari, porte-parole de l'ANL (commandée par le maréchal Khalifa Haftar).

Selon les informations de Rami Abdurrahman, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, depuis le début de l'année la Turquie a projeté en Libye depuis la province d'Idlib 4.750 combattants de la Division Sultan Mourad, des brigades Défense, Faucons du Nord, al-Hamzat et Suleiman Chakh. En plus, en Libye ont été envoyés 200 combattants islamiques entraînés en accord avec la Turquie dans des bases italiennes dans le cadre de la coopération bilatérale entre les partenaires de l'Otan.

En outre, depuis des centres d'entraînement sur le territoire turc près de 2.000 combattants entraînés, retirés de Syrie, ont été envoyés en Libye pour participer aux opérations du côté du GEN de Fayez el-Sarraj en Libye.

De cette manière, avec le soutien de l'armée turque, contre les unités du maréchal Haftar combat un groupe de radicaux islamiques de plus de 10.000 hommes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan ne cache pas la présence de militaires turcs en Libye. Rien que selon les estimations approximatives, en Libye se trouvent entre 500 et 1.000 militaires turcs. A chaque fois le dirigeant turc souligne qu'"aucun soldat ou officier turc ne participe aux activités militaires". Soi-disant le contingent assure la formation professionnelle des troupes du gouvernement de Fayez el-Sarraj.

En même temps, les médias turcs parlent activement de la condamnation à 9 ans de prison d'un blogueur d'Ankara, qui a publié sur internet l'information concernant les obsèques d'un officier du renseignement turc tué à Tripoli. Sachant que le journaliste se référait ouvertement à l'information rapportée par vice-président d'opposition du parlement turc.

D'après le commandement de l'ANL, la Turquie a livré à ce jour aux troupes des Frères musulmans combattant aux côtés d'el-Sarraj plusieurs centaines de véhicules blindés, de systèmes d'artillerie, un grand nombre de roquettes antichars et de systèmes antiaériens portatifs.

La prétendue participation aux côtés de l'ANL de 2.500 hommes de la société militaire privée Wagner était un "os dans la gorge" d'Erdogan. A son arrivée à Ankara après les pourparlers du 5 mars à Moscou, le dirigeant turc a déclaré avoir réussi à "clore ce problème". On ignore ce qu'il voulait dire : peut-être une entente sur l'évacuation des Russes ? Mais il ne faut certainement pas s'attendre à ce qu'ils quittent d'urgence la Libye à la veille d'une grande bataille préparée par les Turcs à Tripoli. Il est à douter également que le président russe ait pu promettre à son homologue turc un retrait rapide et indolore des spécialistes militaires russes de ce pays arabe d'Afrique du Nord.

Selon le média régional Asharq Al-Awsat, il y a quelques jours le président syrien Bachar al-Assad s'est entretenu à Damas avec le maréchal Khalifa Haftar avec la participation de chefs des renseignements de la Syrie, de la Libye et de l'Egypte. Il était question de la consolidation des activités visant à unir les efforts communs afin de stopper l'expansion de la Turquie contre les pays arabes.

Quoi qu'il en soit, la situation militaire s'est significativement aggravée en Libye. Le commandement de l'ANL dispose d'informations sur la préparation d'une offensive de l'ennemi et pourrait préparer ses forces pour une défense résolue. Il se pourrait que les actions de l'armée du maréchal Haftar soient soutenues par certains pays arabes, notamment l'Egypte, disposant de forces et de moyens suffisants. Avant tout de l'aviation, comme auparavant.

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1452


Moyenne des avis sur cet article :  2.58/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 mars 11:23

    Mais la Russie est amie de la Turquie, non, depuis que Erdogan :

    1. a estimé qu’Obama était commanditaire du putsch raté de juillet 2016
    2. a acheté des armes russes
    3. s’est engagé avec la Russie et l’Iran dans le processus d’Astana (aujourd’hui mort né)

    Alors, qu’est ce que vous nous embêtez avec votre nouvel meilleur ami ? smiley

    Il vous ennuie tant que ça ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 mars 11:25

      La meilleure illustration de l’incapacité russe c’est le désordre syrien ;

      mais tout ça, évidemment « c’est pas ma faute, c’est la faute des occidentaux ».

      Vous comptez convaincre qui, à part l’UPR ?


      • panpan 18 mars 13:58

        Ca n’a pas vraiment marché en Syrie, alors on s’occupe de la Libye...


        • franc tireur 18 mars 15:44

          c’est drole on dirait qu erdogan veut rebatir l’empire ottoman , via ses proxys ou non, lybie,syrie , bientot egypte,..maghreb ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès