• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La tyrannie du Sèche-cheveux

La tyrannie du Sèche-cheveux

Le charme discret de la
bourgeoisie
ou, La tyrannie du Sèche-cheveux
[adapté de George Orwell : Hommage to Catalonia ]

Est-ce que vos proches changent de passe-temps comme de chemise, cherchant en vain à donner un sens a leur "temps libre" après leur travail ? Est-ce que votre compagne redécore sans cesse la maison, allant d'une pièce à l'autre jusqu'à ce qu'elle puisse recommencer à nouveau depuis le début ? Agonisez-vous en permanence à propos de votre avenir, comme s'il y avait une sorte de voie tracée à l'avance pour vous et que, si vous vous en détourniez, cela signifierait la fin du monde ? Si la réponse à ces questions est oui, vous êtes alors tombé dans les affres de la bourgeoisie, les derniers barbares.

La loi martiale de l'opinion publique

L'opinion publique est la valeur absolue pour l'homme et la femme bourgeoise parce qu'ils savent qu'ils vivent dans un troupeau : un troupeau d'animaux effrayés, qui se tournera contre n'importe qui n'est reconnu comme sien. Ils frissonnent de peur quand ils se demandent ce que « les voisins » vont penser de la nouvelle coiffure de leur fils. Ils s'emploient à trouver des moyens pour paraître plus normal que leurs amis et collègues. Ils ne manqueront jamais de tourner leurs tuyaux d'arrosage le samedi ou de porter une robe appropriée pour les « vendredis décontractés » du bureau. Tout ce qui peut les faire glisser hors de leur routine est considéré comme suspect au mieux. L'Amour devient, potentiellement mortelle, comme le sont toutes les autres passions qui pourraient signifier l'expulsion du troupeau. Parquez-les en quarantaine, comme des affaires secrètes et autres dates adolescentes, dans des boîtes de nuit et clubs de rencontres - pour l'amour de Dieu, ne contaminez pas le reste d'entre nous. Devenez sauvage quand « votre » équipe de foot gagne un match, Saoulez-vous à mort dans l'oubli quand le week-end arrive, louez des films obscènes si vous voulez , mais ne vous avisez pas de chanter ou faire l'amour ici. En aucun cas, admettez des sentiments qui n'ont pas leurs places dans la salle du personnel ou au dîner mondain. N'admettez en aucun cas vouloir quelque chose de plus ou de différent de ce que " tout le monde " veut, quoi que ce soit et quel qu'il soit.

Et bien sûr, leurs enfants ont appris cela, aussi, même parmi les plus rebelles et radicaux des non-conformistes, les mêmes règles sont en place : ne mettez pas en doute votre place dans le groupe, n'utilisez pas de mauvais signes extérieur et ne souscrivez pas aux mauvais codes. Ne dansez pas quand vous êtes censé être tranquille, ne parlez pas quand vous êtes censé danser, n'oubliez pas vous êtes surveillé. Assurez-vous que vous avez assez de fric pour participer aux différents rituels. Pour garder votre identité intacte, identifiez-vous aux sous-cultures et styles, alignez vous à des bandes et des modes et à la politique qui en sont associées. Vous n'oseriez pas risquer votre identité, n'est-ce pas ? C'est votre seule protection contre une mort certaine aux mains de vos amis. Sans identité, sans frontières pour vous définir, vous devenez du vide, dans le néant . . . n'est-ce pas ?

Le Fossé des générations

Les vieilles générations de la bourgeoisie n'ont rien à offrir aux plus jeunes parce qu'elles n'ont rien en premier lieu. Tous leurs normes sont creuses, toutes leurs richesses sont des prix de consolation, aucune valeur ne se référent à la joie ou la plenité. Leurs enfants le sentent, et se rebellent en conséquence, chaque fois qu'ils le peuvent en tout cas, ceux qui n'ont pas déjà été battus dans une terrifiante soumission..

Alors, comment cette société bourgeoise continue à se perpétuer à travers tant de générations ? En absorbant cette rébellion comme une partie d'un cycle de vie naturel. Puisque à tous les
enfants rebelles, cette rébellion est présentée comme une partie intégrante de l'adolescence et donc, qui veut continuer sa rébellion à l'âge adulte se sentira restant toujours un enfant.

Cette rébellion perpétuelle de la jeunesse crée également des vagues profondes entre les différentes générations de la bourgeoisie, qui jouent un rôle crucial dans le maintien de l'existence de la bourgeoisie en tant que tel. Et parce que les adultes semblent toujours être les responsables de l'application du statu quo, et les jeunes n'ont pas encore la perspective de voir que leur rébellion a également été absorbée dans le statu quo, génération après génération, ils font la même erreur d'identifier les personnes plus âgées comme la source de leurs propres malheurs plutôt que de se rendre compte que ces malheurs sont le résultat d'un système de misères beaucoup plus vaste et complexe.
Ils grandissent et deviennent des bourgeois adultes eux-mêmes, incapables de reconnaître qu'ils ne font que remplacer leurs anciens ennemis, et toujours pas en mesure de combler le fossé et d'apprendre de l'expérience des plus âgés... et encore moins d'établir une sorte de résistance unifiée avec eux. Ainsi, les différentes générations de la bourgeoisie, se battant entre eux en apparence, travaillent en fait main dans la main harmonieusement en tant que composants de la machine sociale plus large pour assurer l'aliénation maximale pour tous.

Le mythe de la normalisation

L'homme bourgeois dépend de l'existence d'un courant mythique pour justifier son mode de vie. Il a besoin de ce courant parce que ses instincts sociaux sont aussi biaisées que la démocratie elle-même : il pense que quel que soit ce que veut ou fait la majorité, cela doit être vrai. Rien ne pourrait être plus terrifiant pour lui que de sentir aujourd'hui : qu'il n'y a plus une majorité, si toutefois elle ait une fois vécue

Notre société est tellement fragmentée, si divers, qu'à ce stade, il est absurde de parler d'une « majorité ». C'est un mythe en partie créée par l'anonymat de nos villes. Presque tout le monde que nous croisons dans la rue est un étranger : on relègue mentalement ces chiffres anonymes à la masse sans visage que l'on appelle le grand public, à laquelle on attribue quelque propriétés on pense à des étrangers comme possédant. Ils doivent faire partie de la majorité silencieuse, cette force invisible qui fait que le monde est ce qu'il est, on suppose que ce sont les mêmes " gens normaux " vus dans des publicités télévisées.
Mais le fait est, bien sûr, que ces publicités font référence à un idéal inaccessible, afin de garder tout le monde exclu et insignifiant. Le « grand public » est analogue à cet idéal, car il tient tout le monde en laisse sans jamais faire une apparition, et possède le même degré de réalité que la famille parfaite dans la dernière réclame du dernier dentifrice.
Personne ne se soucie de cette masse absente, plus que les enfants bohème de la bourgeoisie. Ils se chamaillent sur la façon d'orchestrer leurs manifestations pour rallier " la masse » a leurs idées radicales, comme s'il y avait toujours une masse à appeler !
Leur société est désormais composé de nombreuses communautés, et la seule question est quelle communauté ils devraient approcher ... et s'habiller conforme, parler correct, n'est probablement pas la meilleure façon de faire appel aux éléments les plus potentiellement révolutionnaire de la société.
En dernière analyse, la soi-disant audience « grand public » qu'ils s'imaginent, pour déguiser leurs manifestations et événements politique n'est probablement que le spectre de leurs bourgeois de parents, gravée au fond de leur inconscient collectif comme un symbole d'adolescent en manque d'estime et de culpabilité qu'ils n'ont jamais quitté. Ils feraient mieux de couper leurs liens avec la bourgeoisie tout en se sentant libre d'agir, de regarder, et de parler, peu importe qui les regarde, même quand ils essaient de faire avancer une cause politique : sans objectif politique atteint avec des militants en tenue de camouflage, il pourrait être plus important de commencer la lutte pour un monde dans lequel les gens n'auront pas à déguiser pour être pris au sérieux.

Cela ne veut pas dire pardonner ces bohémiens en manque d'estime qui utilisent leur activisme non comme un moyen de tisser des liens avec les autres, mais plutôt comme un moyen de se démarquer : en désespoir de cause ils s'achètent une identité, ils croient qu'ils doivent payer pour cela et pour se définir contre les autres. Vous pouvez les reconnaître par leur propre justice, leur spectacle pompeux de certitude idéologique, la manière ostentatoire de se déclarer, « activistes » à chaque occasion. Cet « activisme »politique est presque exclusivement leur sphère aujourd'hui, et « exclusif » est le mot clé ... tant que cela ne changera pas, le monde restera ce qu'il est.

(affaire)
Mariage . . . et autres substituts de l'amour et de la Communauté

La reproduction est un gros problème pour l'homme et la femme bourgeoise. Ils ne peuvent avoir des enfants que dans des circonstances très précises, tout le reste est « irresponsable », « idiot », « une mauvaise décision pour l'avenir. " Ils doivent être prêts à donner jusqu'à la dernière trace de leur jeunesse, de leur liberté égoïste pour avoir des enfants, car mobilité que leur entreprise leur demande et la concurrence vicieuse qui va avec, ont détruit le réseau communautaire qui depuis longtemps était utilisé pour partager l'éducation des enfants. Maintenant, chaque unité familiale est un minuscule avant-poste militaire, fermé et verrouillé à l'extérieur à la fois dans leurs cœurs et dans la paranoïa de leurs banlieues, chacun de ces foyers est une économie émotionnellement isolée sur elle-même où la rareté est le mot clé. Le père et la mère doivent abandonner leur moi pour les rôles prescrits de soignant et gagne-pain, car dans le monde bourgeois, il n'y a pas d'autre moyen. Ainsi leur propre fécondité est une menace a leur propre liberté, et une partie naturelle de la vie humaine est devenue un mécanisme de contrôle social.

 Ensemble, ils vivent dans un enfer de non-accomplissement. Ce qu' ils ont besoin est une véritable communauté autour d'eux, de sorte que leur parentalité ne les force pas dans d'indésirables " respectabilité ", de sorte qu'ils seront toujours libres d'avoir des aventures individuelles dont ils ont besoin pour maintenir leur temps réelement ensemble, de sorte de ne jamais se trouver eux-mêmes si perdu et désespérément seul.

De la même façon, leur approvisionnement régulier de nourriture, de commodités, le confort,et autres diversions ne changeront rien, ces choses acquièrent leurs valeurs par leurs abscences, et peuvent offrir une véritable joie comme un luxe qui arrive aprés la poursuite de quelque chose de plus. Un accès constant au sexe, à la nourriture, à la chaleur et a un abri désensibiliser l'homme aux plaisirs mêmes qu'ils offrent. L'homme bourgeois a renoncé à sa chance de poursuivre les enjeux réels de la vie pour l'assurance qu'il aura tout cela, mais sans véritables enjeux de sa vie, ceux-ci ne peuvent lui offrir la joie autres que la compagnie de ses codétenus.

Les joies a la substitution de la vie
Vous pouvez faire une rapide liste de tous les désirs de l'hommebourgeois juste en allumant​ sa télévision ou entrer dans une de ses salles de cinéma. Il passe le plus clair de son temps comme il peut dans ces diverses réalités virtuelles, car il sent instinctivement qu'ils peuvent lui offrir plus d'excitation et de satisfaction que le monde réel. Le plus triste est que, tant qu'il y demeure, cela peut effectivement être vrai. Et tant qu'il accepte le déplacement de ses désirs dans le marché en payant pour des imitations de leur réalisation, il sera lui même pièger dans ce vide qu' il croit combler avec des illusions.
Ces désirs ne sont pas toujours joli à voir, joué en Technicolor et surroundsound : les rêves et les appétits de l'homme bourgeois sont comme infectés par la fétichisation de pouvoir et de contrôle que sa société offre. Il semble être en mesure d'offrir à une expression de la liberté, le désir libéré et le fantasme de tous les consommateurs de destruction qui apparaît encore et encore au coeur noir de ses rêves les plus fous sous inflence d'une fièvre cinématographiques. Cela a un sens après tout , dans un monde de rien, a part les centres commerciaux linéaires et les parcs à thème, quelle est la chose à faire, si ce n'est détruire ?

L'homme bourgeois n'est pas équipé pour afficher ses désirs comme autre chose que des faiblesses, il les repousse avec des placebos parce que sa vie n'a jamais été la poursuite du plaisir, il a passé plusieurs siècles a atteindre des normes de plus en plus élevées de survie au détriment de tout autre. Ce soir, il est assis dans son salon entouré par des ordinateurs, décapsuleurs, détecteurs de radar, les systèmes de divertissement à domicile, cravates fantaisie, dîners de micro-ondes, de portables et autres smartphones, avec aucune idée sur le pourquoi.

L'homme bourgeois n'existe qu'en vertu des œillères qu'il porte et qui l'empêchent d'imaginer que tout autre mode de vie est possible. Pour lui, tout le monde depuis les travailleurs migrants pauvres de sa nation aux moines du Tibet, tout le monde devrait être bourgeois, si seulement ils pouvaient se le permettre. Il fait de son mieux pour maintenir ces illusions, sans celles-ci, il aurait à faire face au fait que sa vie ne vaut pour rien.

L'homme bourgeois n'est pas un individu. Il n'est pas une personne réelle. Il s'agit d'un cancer à l'intérieur de chacun de nous. Il peut maintenant être guéri. Il suffit d'y croire comme un placebo.

Il y a 150 ans un écrivain écrivait ,"la démocratie a pour principe d'élever le prolétaire au niveau de bêtise du bourgeois"


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Piotrek Piotrek 21 octobre 2014 13:59

    Ha je viens de voir un bourgeois de gauche, plusser votre article. Le con !

    Le genre de gars champion du bricolage macroéconomique, qui aime le nationalisme pour son air de vieille carte postale, qui s’en va puiser sans le savoir dans des idées qui sont nées aux USA tout en s’affichant anti-américaniste absolu, qui en subissant l’effet de foule s’en va taper sur l’Europe en oubliant l’oligarque français AOC

    Etre de gauche c’est exigeant, contre-intuitif et parfois frustrant. Moi même quand j’ai découvert que j’étais de gauche j’ai été déçu.

    Quand je vois tous ceux de gauche qui spéculent intellectuellement pour essayer de sauver le système (je me surprend souvent à le faire moi-même), le même système qui nous a poussé au bord du précipice, quand je vois la tragique déception d’Orwell lui-même face à ce qui se passe juste après la chute, bin je me dis qu’on est pas dans la mouise face à ce qui nous attend.

    On n’a même pas le droit de glisser le placébo dans un papier bonbon comme le fait le capitalisme, c’est dur d’être de gauche.


    • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 15:12

      oui Piotrek bienvenu dans le pays des morts


    • Neymare Neymare 21 octobre 2014 15:45

      C’est très vrai. J’ai été élevé dans ce genre de milieu où on devait etre comme si et pas comme ça. Où les « gens biens » vont à la messe le dimanche, où un parcours fléché est prévu à l’avance pour les enfants (faut etre dans le moule)
      Et je dois dire que je leur en ait fait baver car j’étais carrément hors du moule, mes idées étaient différentes, je me foutais de la messe, me faisais virer de l’école, fumais des trucs pas catholiques (c’est le cas de le dire), avait des idées subversives etc...
      Bref, j’ai toujours été un raté, jusqu’au jour ou je me suis aperçu que c’était moi qui était libre et que eux étaient enfermés dans leur prison dorée
      Le probleme de l’homme c’est qu’il ne connait pas ses racines, il n’a aucun point de repère. Si donc il se considère d’un niveau social supérieur il va singé ceux qui en font parti, quitte a friser le ridicule. Et s’ils font parti d’un niveau social moindre et ben ils singeront quand meme ceux du niveau social supérieur, ou du moins ce qu’ils en connaissent via la télé : pour etre quelqu’un il faut avoir une voiture allemande, un smartphone, quelques fringues de marque, et ça suffit a faire de vous quelqu’un, après vous serz « bobos » ou « réacs » selon votre façon de voir les choses.
      Tout celà n’est que conditionnement pour faire de vous des moutons maléables a merci. La vie, la vraie, c’est de se débarrasser de ces conditionnements quels qu’ils soient, c’est la seule façon d’etre libre


      • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 15:14

        oui, si on transfére cela aux animaux, cela s’appelle domestication,so nature or nurture


      • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 22 octobre 2014 10:36

        @ Xenozoid

        « La loi martiale de l’opinion publique »

        Comme disait le grand Louis Ferdinand Céline, « L’opinion publique a toujours raison, surtout si elle est très conne ».

        En une petite phrase bien sentie, il a résumé le fin mot de l’histoire.
        Cordialement.


        • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 15:34

          c’est vrais que le cadre, et la derniere représentation de l’histoire ressemble plus a une piece de théatre et autres opéras qu’autre chose 
          comme disait Zappa :« L’illusion de la liberté continuera aussi longtemps que c’est rentable . A un point , l’illusion deviendra trop coûteuse à entretenir , on enlèverons les décors tirerons les rideaux,on mettra les tables et les chaises contre les murs,et vous apercevrez les murs derrière le théatre



        • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 15:35

          on enlèverons=on enlèvera


        • alinea alinea 22 octobre 2014 19:34

          J’ai failli te louper !!
          J’ai l’impression d’une désuétude, disons que dans la mesure où je peux m’en faire une idée, n’étant depuis très longtemps plus en ville et ne fréquentant aucun bourgeois, je pense qu’aujourd’hui c’est bien pire.
          L’idée qui me vient à l’instant, et on va dire « au mieux », c’est une rave party ; la foule est nécessaire pour émulsionner les vides que l’on expulse, une musique techno pour oublier les sens et l’émotion, une drogue un peu hard mais qui ne fait pas parler fort ni devenir violent, une absence de sexe vrai mais plutôt ses déguisements, un plaisir solitaire dans un rassemblement qui n’est plus un groupe...
          Quant aux bourgeois, ils s’encanaillent assurés, uniques dans leur uniformité ; le grand désir est de ne pas être comme les autres !
          Et beaucoup en crèvent de ne pas être reconnus !!


          • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 20:01

            beaucoup d’illusions, de la domestication au pouvoir, et la demostication de l’esclave


          • alinea alinea 22 octobre 2014 20:25

            .. ou de la domesticité au pouvoir, avec comme seul ajout, que le domestique se croit, lui aussi, unique ; c’est la façon de lui faire gober son rang.


          • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 20:42

            en quelque sorte on peux faire croire ce que l’on veux,a condition d’être puissant


          • alinea alinea 22 octobre 2014 20:58

            Ça ne date pas d’hier !!


          • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 21:01

            d’’ou l’image,qui ne date pas d’hier,non plus


          • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 21:02

            tu ne pense pas que les gens so divisé, et ils le méritent ?


            • rocla+ rocla+ 23 octobre 2014 09:13

              Un ramassis de mots creux pour enfermer le gogol sachant pas réfléchir . 



              Une prison mentale . 



              • Xenozoid Xenozoid 23 octobre 2014 16:09

                exactement, captain,une prison mentale


              • lsga lsga 5 novembre 2014 12:20

                Une belle plume l’air de rien Xenozoid. Tu es meilleur pour les articles que pour les commentaires. 


                • Xenozoid Xenozoid 5 novembre 2014 16:09

                  j’attend avec impatience ta contribution, on en reparlera


                • lsga lsga 5 novembre 2014 17:26

                  cad ?


                  Mais mon compliment était sincère. Je ne m’exprime pas sur le fond (là, on serait pas d’accord), mais sur la forme : tu as du style, c’est agréable de te lire. 

                  Dans les commentaires, souvent, c’est l’inverse. 

                • Xenozoid Xenozoid 6 janvier 2015 12:06

                  j’avais pas vu isga , mais voilà le français est difficille pour moi, j’ai besoin de plusieurs jours voir semaines et un correcteur pour m’aider, ce que je ne fais pas dans les commentaires,et ma scolarité a été assez courte, la vie(a l’époque) ne m’offrant que l’option survivre, et puis je lis entre les mots cherche le contexte,et j’aime bien Dérida

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès




Partenaires