• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La vacherie comme art de vivre

La vacherie comme art de vivre

à propos de « J'adore la mode mais c'est tout ce que je déteste » par Loïc Prigent dans la collection Le courage chez Grasset

 

Alors oui, certes oui, la mode est un monde pourri par l'argent, un monde de frivolité d'où toute idée du réel est absente. Il est toujours possible, et facile, de moraliser la mode sans trop réfléchir. « La gravité est le bonheur des imbéciles disait un sage, ils ne saisissent pas que la futilité est indispensable. Pourquoi se laisser aller à l'esprit de sérieux contre la haine, la violence, la sottise ? Autant faire comme si tout cela passait, tout cela lassait, que nos grandes déclarations, nos belles attitudes n'ont aucune prise contre les fléaux sus-cités. La bêtise à « front de taureau » existera tant qu'il y aura des hommes car « là où il y a de l'homme il y a de l'hommerie »

 

Autant vivre donc en essayant de demeurer léger, en faisant comme si rien n'avait vraiment d'importance hormis vivre et ressentir tout simplement. Et finalement dans ce microcosme de la mode tout le monde en est conscient, tout le monde sait très bien ce qu'il en est sur la profondeur du métier, sur la durabilité de la célébrité, d'une fortune, d'une notoriété. Personne n'ignore non plus que ce sont surtout des princesses pétro-dollarées, des héritières coréennes et russes vulgaires qui porteront les créations des grands couturiers.

 

Et que sur elles ça fera vraiment très moche. Encore plus que certaines créations par trop fantaisistes déjà...

 

Loïc Prigent durant plusieurs « fashion week », depuis des années, recueille les petites phrases des créatrices et créateurs, de leurs assistants méprisés, et parfois traités en esclaves -consentants- de leurs « petites mains, des « people », des types de la « sécurité ». Toutes ces mots d'esprit, toutes ces vacheries qui paraissent être un véritable art de vivre pour les « modeux », étaient « coupées » au montage, on ne les entendait jamais. Le téléspectateur aurait pris ça pour du mépris pour lui et le « vulgum pecus ». Ce milieu de la mode n'a pas besoin qu'on le lui dise, il a tout à fait conscience de vivre dans une bulle, voire « une bulle de bulle », de champagne ?, ainsi qu'une des brèves de défilé de Loïc Prigent l'énonce.

 

Certains bons apôtres se choqueront sans doute de ce qu'ils pourront lire dans ce livre. A une époque où tant de gens meurent de faim ma « pauv'dame », « si c'est pas malheureux de se soucier des ces futilités alors que la guerre menace à nos portes » ad lib ....

 

La morale commune y est il est vrai pour le moins malmenée ou les bonnes intentions, ou la sensiblerie à la mode dans notre société. Les « modeux » n'hésitent pas à être caustiques ou sarcastiques, à dire du mal sans remords, tomber en pâmoison ou feindre de s'exalter pour pas grand-chose. Ils ne reculent jamais devant un bon mot, c'est leur principal qualité. J'ai souvent pensé aux deux personnages d'« Absolutely Fabulous », Patsy qui n'a rien mangé de solide depuis quinze ans et Edina, « relations presse » depuis vingt ans sans que l'on ne sache vraiment en quoi consiste le job, et aussi à « Bubble » l'assistante d'Edie, azimutée mais pas tant que ça puisque l'on apprendra qu'elle a acheté tout un domaine immobilier dans le Sud de la France et qu'elle est beaucoup plus prévoyante que sa patronne écervelée. Les « modeux » du livre de Loïc Prigent pratiquent tous cet « understament » « tongue in cheek » tellement britannique. En Grande Bretagne, il faut dire que c'est un « sixième sens » inné que celui de la dérision. En France, si on ne l'a pas naturellement, il est beaucoup plus difficile à cultiver. Dans notre pays on a tendance à se prendre un peu trop au sérieux.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury


Moyenne des avis sur cet article :  1.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • La vieille entremetteuse. La mode .... Le prêt-à-porter du désir. Comment la fesse fait signe (au cochon). Et comment le signe fait le désir (de Caddie)
     
    Pour cochon et cochonne gogocho les libidineux consommateurs
     
    Le frivole permet d’accéder à la totale compréhension du sérieux cpaitaliste. La dialectique du frivole et du sérieux est dialectique procès de production / procès de consommation. Il faut proposer le lien dialectique, le pont entre deux univers qui s’ignorent. Lien des idéologies dominantes (gogocho 68ard et négrier Soros).

    L’innocence des premiers émois mène ai purin libéral libertaire gogocho.
     
    Comme les Nike indispensables en maternelle des petits benêts crétinisés par Naïade Vagino Bécassine sont déjà fétiches d’amitié. Sans Nike petit benêt est un con ! Sans mode pas d’Amour ...
     
    Sans l’Audi pas de femme ... etc...


    • Amaury Grandgil Amaury Watremez 24 janvier 08:17

      @La Baudruche négrière patronale verdie
      Ce n’est pas ça la mode dont il est question dans le livre de Prigent


    • Alors c’est pas mode mais mondain
       
      Le mondain a sont vocabulaire vernaculaire comme le geek où le sportif free-branleur, vocabulaire secret consumériste qui le pose comme supérieur
      Le mondain est anti-raciste car libéral libertaire sans attache (comme Bergé qui regrette de n’âtre que souchien).
      Le mondain est moderne, car la technique cache la fatuité, les valeurs cache le n"ant du concept (la ligue du concept d’Althusser)
      Le mondain n’est qu’une chiure gland remplacée mais il en est fier, ça l’arrange de sortir de l’Histoire
       
      Le snobisme de l’indifférenciation mondialiste dans la différence mondaine de l(entre-soi en Prius (bobo) où Tesla (Seigneur Capitaliste) où , le mépris convenu par le nomade du monde anti-raciste pour le souchien bouseux bas du front dans son terroir limité, la mondanité cosmopolite des bobo de gôôôche BHL Bergé DSK Attali, tout ce pseudo-égalitarisme bien-pensant ne sert qu’à cacher la vraie hiérarchie de classe : celle de l’Argent, et le purinement diviseur des peuples pour le triomphe du Capital : la traite négrière de Soros, petit facteur chez Drucker
       


    • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 17:32

      @La Baudruche négrière patronale verdie

      Si vous nous communiquiez le numéro de votre chambre, à Sainte-Anne, on se ferait un plaisir de vous porter des oranges ou des chocolats. Cela vous occuperait un peu, fort agréablement, et on vous lirait peut-être moins souvent.


    • @Christian Labrune
       
      Savez vous qu’enfermer (cacher) les fous est typique du monde bobo ?
       
      On a appelé ça le grand enfermement (même période que les enfants de l’Hôpital)
       
      Dans le monde organique le fou se situe entre la truie qu’on juge en procès pour avoir bouffé le bébé, est ce sa nature où une déviation ?) et l’idiot du village béni de Dieu ... Il a sa place.
       
      Mais dans le monde de bobo l’indifférencié du Supermarché (indifférencié malgré ses différentes, races, cultures etc... cachées, à résorber..., comme le cloporte est identique sur tte la planète, de même bobo n’est qu’un cloporte indifférencié dans l’epèce cloporte ...) le fou chez le bobo est caché ... trop différent
       
      C’est le dernier bobo de Nietzsche ...


    • kalachnikov lermontov 24 janvier 21:31

      @ pirate

      Bizarre car je comprends tout ce qu’il dit et mieux encore je le sens vibrer. ’Se met à danser celui qui s’approche de son but’. (bon, désolé de l’approximation, Victor, je cite de mémoire). Y’a de la vie là-dedans, une belle énergie ...chaos ...étoile.

      D’ailleurs, plusieurs fois, je me disais, Victor, que ça donnerait bien déclamé sur une musique très tek minimale ou ethno.

      Eructation, fulmination, éjaculation. Je me demande si tu kiffes Artaud, d’ailleurs.


    • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 22:35

      C’est le dernier bobo de Nietzsche ...

      @La Baudruche négrière patronale verdie
      Allons bon ! Quand vous voyez passer des carrioles ou des fiacres- mais il est vrai qu’il en passe de moins en moins, dans nos rues-, vous seriez homme à vous jeter au cou des chevaux pour les embrasser, comme Nietzsche à Turin ?
      Quand ça commence de cette manière-là, ça finit mal...


    • @pirate
       
      Je crois que l’auteur s’ébaudit dans un article précédent sur la culture du bobo  moderne, en confondant industrie culturelle (production pour pas dire reproduction libidineuse) et création, objet et sujet, consommation et avancée. Et d’ailleurs même en science (en civilisation) le niveau général baisse (nb d’ingénieurs par ex, pisa etc...)
       
      Toute l’auge culturelle actuelle, et la surconsommation InterBEnet rappeur, BHL, Onfray, Nattetouffaya Diallo, et Hollywood ne vaut pas la création originale d’un Aristote où d’un Léonard ... Plug Anal géant vert ...
       
      Après qu’un gogocho qui se prend pour un pirate car il achète du shit à petit capitaliste dealer .... qui comprend à peine les antiennes que pute médiatique lui psalmodie ... après une formation Naïade Vagino Bécassine ... qui n’a lu que la grande œuvre « Mohamed a 2 papas en robes » ...
       
      ne maîtrise que 300 mots de Carrouf et ne comprenne pas mes commentaires.... (le perroquet 600) .... tautologie.


    • Amaury Grandgil Amaury Watremez 25 janvier 15:51

      @La Baudruche négrière patronale verdie
      Ah oui la vieille excuse, le type cultivé est un bobo, un prétentieux, bien que bien écrit, le com est infantile.


    • sarcastelle sarcastelle 23 janvier 21:38

      Ce n’est pas que l’humour anglais soit difficile à faire ; c’est que personne ne comprend et qu’on fait un flop. 


      • Amaury Grandgil Amaury Watremez 23 janvier 21:45

        @sarcastelle
        Je me doutais un peu que vous n’aviez pas le sens de la dérision


      • sarcastelle sarcastelle 23 janvier 22:08

        @Amaury Watremez

        .
        Vous avez voici quelques jours expliqué à quelqu’un comment seule la foi permet de voir certaines choses. Puisque vous vous posez en croyant, je vous invite à éviter les étalages de mépris trop systématiques qui par leur caractère contraire à la charité nuisent à l’image de la religion. 


      • covadonga*722 covadonga*722 24 janvier 07:18

        @pirate
        le matamore viens répandre ces déjection hors de son bac a sable , Mr Watremez aurait besoin de renfort ? voila qui serait nouveau.Regagnez donc votre couffin ou seul sont toléré ceux qui échines courbées se pâment devant votre logorrhée mythomanes-que .Yep après avoir fuit la queue basse des fora ou vos prétentions intellectuelles furent étrillées monsieur le fat.Vous voila jouant au Lion quand vos n’etes qu’un chacal coprophage.

        De Céline vous n’avez retenu que ce qui vous est semblable 
        la merde et la sanie 
        Allez matamore la chouineuse vas pleurer a tonton revelli que les gens sont méchant avec un handicapé se piquant de culture ......

      • Amaury Grandgil Amaury Watremez 24 janvier 08:07

        @sarcastelle
        « La gravité est le bonheur des imbéciles » ça vous correspond assez.
        La Foi n’exclut pas d’avoir le sens de la dérision, que vous n’avez pas.


      • JL JL 24 janvier 08:12

        @sarcastelle
         

         ’’Puisque vous vous posez en croyant, je vous invite à éviter les étalages de mépris trop systématiques qui par leur caractère contraire à la charité nuisent à l’image de la religion. ’’
         
         Quelqu’un a dit ailleurs : Watremez écrit pour les cornichons.
         
         Watremez écrit pour les croyants ; et pour traiter de cornichons ceux qui ne le sont pas.

      • Amaury Grandgil Amaury Watremez 24 janvier 08:28

        @JL
        Mon Dieu qu’il est lourd, à se demander s’il le fait exprès (et le pire est qu’il va répondre par un truc encore plus pontifiant) smiley

        Alors Pépé JL on s’emmerde en retraite ?

        On vient compenser ses complexes en emmerdant le monde sur les forums ?


      • JL JL 24 janvier 08:35

        @Amaury Watremez
         

         je vois que j’ai tapé là où ça fait mal.
         
         En me traitant ici de pépé, vous révélez une autre des facettes haïssables de votre si méprisable petite personne : le racisme.

      • Amaury Grandgil Amaury Watremez 24 janvier 08:37

        @JL

        Ah, ah, ah, mon dieu qu’il est con ! Il a répondu !

        Mais les vieux ne sont pas une race imbécile...

        Tu n’as rien tapé du tout Pépé, tu n’as pas compris qu’en répondant à mon innocente provoc tu te ridiculises car toi non plus tu n’as pas le sens de la dérision...

        Il va répondre encore c’est ça le plus drôle... smiley


      • JL JL 24 janvier 09:06

        @Amaury Watremez
         

         
         
        ’’les vieux ne sont pas une race ...’’ Ah ! Parce que le racisme ordinaire serait fondé sur l’existence de races, peut-être ? 
         
         ’’ Il va répondre encore c’est ça le plus drôle...’’ Mais oui je réagis à tes conneries ; c’est une question de salubrité publique. Et puis, j’ai du temps, entre deux lectures et échanges constructifs ailleurs qu’ici. Mais toi, le petit con qui m’a traité de vieux et con, tu ne travailles pas ? Qu’est-ce que tu fous de tes journées ? Tu vis aux crochets de tes parents ?

      • Amaury Grandgil Amaury Watremez 24 janvier 09:19

        @JL
        Derrière le personnage qu’il se construit, de gôche, toussa, on a un petit vieux rance...

        Et il a répondu !

        Tellement prévisible

         smiley


      • JL JL 24 janvier 09:30

        @Amaury Watremez

         
        ’’Tellement prévisible’’
         
         C’est une exclamation typique de manipulateur narcissique, ça, non ?

      • Malatif Malatif 24 janvier 09:40

        @Amaury Watremez

        « Tellement prévisible »
        C’est fou le talent de ceux qui font la météo de la veille le lendemain


      • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 24 janvier 10:51
        @ Asinus et Jean-Lucien

        C’est formidable les soldes chez le commandatore Revelli smiley

        On a deux Morice pour le prix d’un seul

        Et comme les meilleurs champagnes, non-dosés et servis bien frappés

        Seul reproche, c’est pas du « Blanc de Blanc »

      • rocla+ rocla+ 24 janvier 11:10

        @JL


        On vous adore ici , vous aurez la meilleure place à notre prochain diner . 

        En apéro , des cornichons ... smiley

      • covadonga*722 covadonga*722 24 janvier 11:50

         c’est ça dans vos imitation il y a le coussin péteur ? parce que quand vous vous exprimez cela y ressemble diablement.Heu pour la honte en public manifestement tout seul devant votre glace vous y parvenez fort bien , je me suis laissé dire que même votre reflet a des nausées ...


        mon adresse inscrite sur ce site est réelle c’est quand tu veux matamore .... bisous 

      • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 17:21

         C’est une exclamation typique de manipulateur narcissique, ça, non ?
        @JL
        J’entends au loin, derrière ce message, quelque chose comme un bruit de perles...
        (Private joke : inutile d’essayer de comprendre si on n’a pas compris immédiatement)


      • JL JL 24 janvier 18:52

        @Christian Labrune
         

         Est-ce que vous voulez que nous en discutions ?

      • Amaury Grandgil Amaury Watremez 25 janvier 15:53

        @pirate
        Ils ne comprennent pas que plus ils répondent plus ils se ridiculisent, c’est ça le plus drôle smiley)

        Je suis sûr qu’ils répondront d’ailleurs également à ce com


      • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 01:28

        La bêtise à « front de taureau » existera tant qu’il y aura des hommes car « là où il y a de l’homme il y a de l’hommerie »

        @Amaury Wartremez
        c’est très juste, et c’est ce qui me fait espérer qu’on en finisse rapidement avec cette sale bête. Vienne le post-humanisme !


        • Amaury Grandgil Amaury Watremez 24 janvier 08:05

          @Christian Labrune
          Je n’en suis pas certain, la sottise fait partie de nous, c’est comme ça, rions en.


        • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 17:08

          c’est comme ça, rions en.

          @Amaury Watremez

          Je serais assez tenté d’obéir à votre injonction, mais c’est précisément une tentation, qui pourrait être diabolique, et j’ai tout de même quelques craintes. Est-ce bien halal, ce que vous nous proposez ?

          Je n’ai plus qu’un vague et très lointain souvenir du roman d’Umberto Eco (Le nom de la Rose), mais il me semble bien que dans le scriptorium de l’abbaye, une question hante les moines : rire ou ne pas rire ? L’un d’entre eux va même jusqu’à soutenir, si ma mémoire est bonne, qu’un examen minutieux des Evangiles ferait apparaître que Jésus n’a jamais ri et qu’il faut donc suivre son exemple.

          Le rire survient toujours parce que quelque chose d’inattendu vient de surgir. On voit quelquefois des gens qui rient dans la rue, sans cause apparente, regardant leurs pieds : le droit, le gauche, le droit, le gauche, etc. Ce ne sont pas leurs pieds qui les font rire, mais le souvenir d’une scène souvent récente où ils ont ri et qu’ils revivent intérieurement. Pour le Dieu omniscient, en revanche, rien ne peut advenir qu’il n’ait voulu de toute éternité. Rien ne saurait donc le surprendre et il n’a donc jamais l’occasion de rire ; son divin fils est forcément dans la même situation. Je ne sais plus si c’est le raisonnement du moine dans le roman, mais sa position est assez facile à reconstruire selon les schémas bien connus de la scolastique médiévale.

          Je dois quand même tenir compte d’une expérience personnelle un peu troublante : j’ai vu bien des fois l’Immaculée Conception dans la grotte des Buttes-Chaumont. Certes, elle n’a jamais ri durant nos conversations, mais à la fin, au moment où son image s’estompait progressivement, j’ai cru quelquefois discerner (était-ce un faux-jour dû à la relative obscurité des lieux ?) quelque chose comme un sourire évanescent assez comparable à celui du chat dans Lewis Carroll. Au début j’en étais mortifié : c’était comme le sourire fugace qu’on peut lire sur les traits de quelqu’un qui fait une bonne farce. Je me disais : sachant que je suis athée, elle fait exprès de m’apparaître, et c’est une manière de se foutre de moi. Mais non, après une centaine d’apparitions, je suis bien forcé de considérer que ce n’est pas cela : sans l’approuver nettement, elle admet très bien mon athéisme.

          Je ne prétends évidemment pas apporter une preuve qui justifierait vos encouragements à rire, mais ils ne sont peut-être pas aussi scandaleux qu’ils pourraient le paraître de prime abord et un certain scepticisme, dans une certaine mesure, les autorise probablement.


        • Amaury Grandgil Amaury Watremez 26 janvier 08:14

          @Christian Labrune

          Je pense que dieu a de l’humour.

        • oncle archibald 24 janvier 19:03

          Dans certains milieux ou on ne peut éviter le surbooking le rire reste une véritable soupape de sécurité, il est absolument corrélatif à l’activité et indispensable.

          C’est vrai (c’était vrai ?) pour les carabins, les internes des hôpitaux confrontés à la maladie et à la mort et qui se « défoulaient » dans les « salles de gardes » par des excès de gros rires et de paillardises, c’était vrai dans les ateliers des beaux arts ou la concurrence était féroce et ou descendre en vrille le boulot du rival voisin était la règle, je comprends très bien que ce soit aussi vrai dans le milieu de la haute couture ou l’on est toujours en retard, ou la recherche de perfection est vitale, la concurrence féroce, bref ou l’on est constamment sous tension.

          Et il est vrai que cet humour soupape « au quotidien » n’est pas toujours partagé ni jugé à sa juste valeur dans notre monde formaté. Seuls quelques imbéciles qualifiés d’humoristes professionnels trouvent grâce aux yeux de certaine intelligentzia et ont « le droit » de nous faire rire. Ah les pauvres gens ! Ils me font penser à un dessin de Geluck : l’humour c’est un métier. Monsieur et Madame T’it gout ont trois filles ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès