• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La vautour-sphère en plein envol

La vautour-sphère en plein envol

Macron « exhorte », Le Maire « invite »… Tout ces sans dent à retourner derrière leur poste de trime afin que la production, le chiffre d’affaire n’en soient impactés. On ose même proposer une prime de 1000 balles pour aller se faire coronarer, car, si nombreux entassés qu’ils sont dans des ateliers, sombres comme des caveaux de fosses communes. Vous me direz en chopant le virus et en mourant, il n’y aura qu’un pas pour passer d’une fosse à l’autre…

Ce système capitaliste qui depuis des décennies remplace l’homme par la machine, et le savoir faire humain par l’intelligence artificiel et les robots ; Ces suppôts du grand capital redécouvrent soudainement qu‘ils ont besoin des ouvriers, des petites mains pour faire tourner leur turbin qui broie les os et rétame l’âme. Ce Le Maire, tel le comte de Montmirail à son fidèle Jacouille magnanime, lui jetant sa pitance « goinfre toi donc mareau, éclate toi la panse ! »…Avec ces milles balles d’infamie. Et servile, car le modeste, l’humble doit rapporter pitance pour nourrir sa marmaille, payer Sofinco et les traites sur 30 ans du pavillon Merlin.

Rien à péter du coronavirus, vive l’entreprise !!!

Grâce à la nouvelle loi d’urgence sanitaire mise en place par le gouvernement, les employeurs pourront imposer une semaine de congés payés durant le confinement. On doit ça à Madame servile, Muriel Pénicaud accessoirement ministre du travail et annoncé par la Sibeth Ndiaye, ministre de rien (mais de vraiment rien !).

Cette Pénicaud encore en rogne, car les chefs d’entreprises du BTP et leur fédération ont décidé d’envoyer leurs travailleurs en confinement, alors que ces entreprises ne sont pas concernées par les décrets récents liés à la gestion de l’épidémie et à la fermeture obligatoire. Une situation que la ministre du Travail a déplorée le 19 mars, soulignant le « manque de civisme » des entreprises de bâtiment qui ont décidé de cesser toute activité. « Je suis scandalisée de voir qu’hier, la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment et la Fédération française du bâtiment, ont écrit à tous les artisans d’Auvergne Rhône-Alpes en disant « Arrêtez tous les chantiers ».[1] Il est heureux que des patrons proches de leurs ouvriers prennent en mains les choses et passent outre des consignes d’un état qui se contrefiche du bien être et de la santé de sa population.

On en est même au chantage… Dans les Côtes-d’Armor, une entreprise spécialisée dans le forage vient ainsi de rappeler une partie de ses salariés leur demandant de reprendre le travail. « J’avais fermé le 17 mars après les annonces gouvernementales, précise le PDG sous couvert d’anonymat. L’État vient de me signifier que je devais reprendre mes chantiers liés à la fibre optique d’ici lundi 23 mars, sinon je risquais des pénalités de retard. »

En pleine cacophonie gouvernementale : Dans le Finistère, Jean-Charles Le Borgne, secrétaire général de la FFB locale, désespère : « La situation se complique encore : maintenant nous devons en plus gérer un bras de fer avec le gouvernement. C’est inadmissible ! Le préfet nous sommes de nous remettre au travail alors que tous nos fournisseurs sont fermés, que les transporteurs sont exsangues et que nos salariés refusent, - et on les comprend -, de se mettre en danger car nous n’avons pas les moyens suffisants pour assurer leur sécurité." Mais en même temps… La communication gouvernementale est extrêmement claire et renvoie au principe de "force majeure", celui-là même qui permet de suspendre l’application des contrats auprès des clients et des fournisseurs et qui préserve des conséquences financières énormes. Cette force majeure, elle a été évoquée par le ministre de l’Economie lui-même, en début de semaine, concernant tous les chantiers de l’Etat. Et surtout, ce « principe de force majeur » donne droit au chômage partiel versé par l’état… Mais en parallèle, en même temps ; le gouvernement ne veut pas prendre en charge le chômage technique et veut utiliser les marchés publics pour faire pression.[2]

Voilà comme l’esprit d’entreprise, le faire du pognon l’emporte sur toutes autres considérations, cette bande au gouvernement est indigne, son crédo, celui du monarque est : en même temps - tant en même !!!

------------------------------------

Et histoire de conclure…

Dans l’ignominie

La France, jamais en reste dans l’ignominie : à Lyon des SDF ont été verbalisé pour ne pas avoir respectés le confinement…

Et au :

Canada et aux U.S, on a décidé conjointement de renvoyer séance tenante tous les immigrés illégaux maintenus en prison… Ce qui permettra éventuellement de contaminer leurs concitoyens lors du retour at home.

Marchandises et immigrés illégaux peuvent circuler oui ! Les autres, confinés !

(zavez pas envie de vomir parfois en regardant ce monde ?)

Georges Zeter/mars 2020


[2] idem


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    



    • njama njama 21 mars 10:53

      Allez un peu de bonne humeur c’est le printemps qui chante... !

      https://www.youtube.com/watch?v=-6V7Y65t600

       


      • Loatse Loatse 21 mars 11:28

        En même temps, (oui je sais, mais bon on ne va pas l’enlever du dictionnaire non plus), si on confine les agriculteurs, ceusses qui travaillent dans l’agro alimentaire, les routiers (qui nous livre la bectance, les courageux et à qui on refuse les wc, qui plus est), les aides à domicile, les fabricants de masque, medicaments, les plombiers, electriciens, reparateurs d’ascenceurs, les caissières d’alimentations, les postiers qui livrent les factures tandis que nos gérants d’immeubles nous écrivent dans le hall : « ne touchez pas les boites à lettre, les boutons d’ascenseurs et démerdez vous pour gardez les lieux propres ! »

        D’autre part, certaines grosses boites ont adopté sans attendre ce stade 3, des mesures drastiques de précaution : travail en équipes afin de limiter le personnel présent dans les ateliers, distances réglementaires, desinfection toutes les deux heures, des poignées de porte, des sols et tout ce qui pourrait être un support à virus.

        Maintenant les greemlins (les mômes) sont confinés, les plus agés aussi, les français se lavent dorénavant les mains dix fois plutôt que zéro ;) et le gus qui a la méchante habitude de cracher par terre en temps ordinaire aujourd’hui y regarde à deux fois de peur de se faire lyncher...

        Ca devrait suffire pour étaler le problème, ou le décourager de s’attaquer à des gens qui n’hésitent pas à le noyer sous des tonnes d’eau et de savon...

        enfin si les fabriquant ou exportateurs de savons, de lessive, de pq s’arrêtent de bosser, là je dis pas, on est mal !


        • papat 21 mars 11:47

          LE JOUR D’APRÈS

          donc voilà on y est ;
          depuis le 3 janvier 73 , la France s’est interdite de frapper monnaie . En quoi ce droit régalien était intéressant ?
          et bien s’est simple quand t’as une M...E qui te tombe dessus comme ces temps-ci, tu peux fabriquer autant de pépètes que nécessaires ! et cerise sur le kébab tu ne dois rien à personne....qu’a toi même ...alors que maintenant tu vas devoir un max de monnaie aux banques privées ! les mêmes qui t’ont volée ton argent en 2008 !
          2e point ;
          comme en 2008 sous sarkozy les français vont sauver des entreprises à coup de milliards ! . système classique de mutualisation des pertes et privatisation des bénéfices !
          question ; comme toi et moi nous allons « sauver » ces entreprises , est-il légitimes de penser que ces entreprises devraient appartenir à nouveau à la collectivité ?
          c’est-à-dire avant les privatisations ?


          • Loatse Loatse 21 mars 12:07

            @papat

            C’est ballot, on pouvait injecter des milliards dans les industries françaises AVANT ; tout simplement en privilégiant leurs produits à ceusses qui étaient fabriqués à l’autre bout du monde... (sauf évidemment ce qui est spécifique à ces pays, qu’on ne peut fabriquer ou qui sont brevetés)


          • papat 21 mars 15:23

            @Loatse
            c’est la cupidité des dirigeant qui délocalisent .....pas le consommateur qui est « captif » !


          • Spartacus Spartacus 22 mars 02:42

            La conformité caricaturale du conditionnement de la pensée gauchiste universitaire.

            Faire passer des mesures directivistes 100% étatistes coercitives socialistes issus de hauts fonctionnaires sur les entreprises pour du capitalisme....

            Une France des obligés de la gamelle de l’état formatant en permanence à la haine du capitalisme par leurs stéréotypes conditionnés entre eux qui transforme n’importe quelle info en anti capitalisme alors que c’est bidon.

            Une caste totalement décalée qui vit au 18eme siècle et qui parle des entreprises comme du temps de Zola et charlot dans les temps modernes...

            Quand aux migrant renvoyés des US, c’est pas du tout cette information caricaturale débile.

            Evidemment

            La nouvelle politique demande aux agents frontaliers de renvoyer immédiatement les migrants illégaux surpris en train d’entrer aux États-Unis sans les détenir et les emprisonner pour ne pas prendre le risque de contaminer les populations locales. 

            https://www.buzzfeednews.com/article/adolfoflores/coronavirus-immigrants-us-north-south-border 


            (zavez pas envie de vomir parfois en regardant ces déformations permanentes de la réalité par idéologie gauchiste ?)


            • rita rita 22 mars 09:02

              Correspondant à Jérusalem

              Le Mossad est sur le pont dans la lutte contre le Covid-19. Les services secrets israéliens ont lancé une opération clandestine pour livrer à l’État hébreu des kits de détection du virus. Un premier avion a atterri dans la nuit de mercredi à jeudi avec 100.000 kits à son bord. L’origine du matériel est inconnue. Il proviendrait d’un État du Golfe qui ne reconnaît pas Israël mais échange avec lui des informations sensibles sur la région. Il pourrait s’agir des Émirats Arabes Unis, de l’Arabie Saoudite ou d’Oman. L’objectif est d’acheter au plus vite quatre millions de tests pour démultiplier les dépistages. La première livraison n’est cependant pas un succès complet. Il manque aux kits un liquide breveté dans lequel les bâtonnets de test doivent être plongés avant de pouvoir effectuer le dépistage.

              Encore un « FOUR » de la part du mossad ?

               smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès