• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La vraie guerre froide est encore à venir : START III et le traité (...)

La vraie guerre froide est encore à venir : START III et le traité FNI

Récemment, le monde a dit au revoir au Traité sur l'élimination des missiles à portée intermédiaire et à courte portée. Cela n'a guère contribué à la stabilité. Maintenant, un autre document important est en jeu, le START III. Cet accord entre les États-Unis et la Russie a réglementé la réduction des armes offensives stratégiques. Dans moins d'un an, son action cessera, et son renouvellement n'a pas encore été spécifié.

JPEG

Comme vous le savez, START III est un traité bilatéral, mais il affecte le sort du monde entier. Sans surprise, l'accord est en cours de discussion dans d'autres pays. Voyons la position des parties.

La rhétorique de la Russie se résume à la nécessité de renouveler le contrat. Cela se dit à tous les niveaux. En particulier, Vladimir Poutine a récemment promis de soulever ce sujet lors d'une réunion avec Donald Trump.

 « Il est nécessaire d'étendre le traité START III » , - a déclaré le président russe.

Cette opinion est partagée par l'Allemagne, comme l'a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas :

 « Nous unissons nos forces pour protéger et renforcer l'architecture de maîtrise des armements en ruine. Nous exhortons la Russie et les États-Unis à faire preuve de leadership en prolongeant START-3. L'accord reste critique » .

Le ministère français des Affaires étrangères a commenté la situation entourant l'accord comme suit :

 "Les États-Unis et la Russie, qui détiennent encore près de 95% des stocks nucléaires mondiaux, sont principalement responsables du maintien des instruments de contrôle existants sur les armes classiques et nucléaires" .

Même l’ancienne secrétaire générale adjointe de l’OTAN, Rose Gottemoeller, lors d’une audition devant la commission des affaires étrangères à la Chambre des représentants du Congrès américain, a déclaré ouvertement que la sécurité des États-Unis dépendait de START III.

 « Les alliés de l'OTAN, ainsi que nos alliés en Asie, soutiennent l'extension de START III » , - a-t-elle dit.

La position de Washington est moins claire. Officiellement, les États-Unis montrent leur volonté de prolonger le contrat. Hormis le fait qu'ici surgit une grande contradiction américaine.

"Le président présente, et vous l'observez probablement, une proposition de discussions tripartites : négociations avec la Russie et la Chine concernant le remplacement, un accord plus large sur le contrôle des armements qui limite la croissance de ces arsenaux en Chine et en Russie" , a commenté John Rood, sous-secrétaire américain à la Défense pour les affaires politiques.

Les États-Unis voient la Chine comme l'un de leurs opposants stratégiques et veulent donc la voir parmi les parties à l'accord. À première vue, cette approche peut sembler raisonnable. Mais toute logique commence à s'effondrer si vous vous penchez sur les détails.

Selon la Campagne internationale pour l'interdiction des armes nucléaires, il y a 6 500 ogives nucléaires en Russie. Les États-Unis en ont 6185. L'arsenal de la Chine ne compte que 290 armes nucléaires. La Chine n'est même pas à la troisième place, la France est légèrement devant, avec 300 ogives nucléaires. Naturellement, Pékin fait état de ce fait.

Si la Chine conclut un accord, elle se privera de la possibilité de développer cette industrie. Washington est bien conscient qu'il n'y aura pas d'accord tripartite. Donald Trump voulait déjà conclure avec les Chinois un analogue du traité FNI.

 « La Chine ne fait pas partie de cet accord, mais ils devraient y être inclus », a déclaré Trump en octobre 2018. Comme vous le savez, moins d'un an plus tard, le contrat a cessé d'exister

Mais y a-t-il vraiment un problème en Chine ? Est-ce à dire que le traité devrait inclure la France et la Grande-Bretagne ? Oui, ce sont des pays de l'OTAN. Ils ne constituent pas une menace pour les États-Unis, mais pourraient équilibrer la situation. Seules les négociations sur ce sujet ne sont pas menées. Mais en février, Donald Trump a fait une proposition de budget pour 2021 d'un montant de 4,8 billions de dollars.

Il est important de rappeler que les obligations au titre de START III peuvent prendre fin dès février. La Maison blanche offre 705,4 milliards de dollars au Pentagone, avec un accent particulier sur le financement de la création de nouveaux types d'armes nucléaires.

La National Nuclear Safety Administration recevra également de nombreuses ressources. Cette agence fédérale a déjà annoncé vouloir dépenser 15,6 milliards de dollars pour des programmes d'armes nucléaires. Bien que le Congrès se prononce sur les questions budgétaires, les actions de Trump montrent clairement que les États-Unis ne comptent pas sur une extension de START III. En outre, le Traité d'interdiction complète des essais est également menacé.

 

Si vous regardez les chiffres ci-dessus, vous pouvez voir pourquoi les États-Unis ne sont pas intéressés à maintenir START III. La Chine est une excuse, comme le missile 9M729 dans le cas du traité FNI. Les restrictions disparaîtront et un flux monétaire de plusieurs milliards de dollars balayera le complexe militaro-industriel américain. Le Pentagone a quelque chose à faire compte tenu des nouveaux développements russes. Malheureusement, cette situation entraînera une course aux armements sans précédent. En comparaison, la guerre froide du siècle dernier ressemblera à une douce farce, compte tenu de l'évolution de la technologie depuis lors. On ne peut qu'espérer que les parties parviendront à un accord avant que le monde ne paie l'insouciance de la catastrophe.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • armand 16 mars 17:53

    L’arme nucléaire n’est pas une option....


    • Doume65 19 mars 00:34

      « La rhétorique de la Russie se résume à la nécessité de renouveler le contrat. »

      Pourquoi utiliser ce mot de rhétorique ? C’est une volonté exprimée clairement exprimée depuis longtemps qui ne se drape pas d’argument spécieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès