• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > LARBI BEN M’HIDI ET LES AUTRES La deuxième mort des Immortels

LARBI BEN M’HIDI ET LES AUTRES La deuxième mort des Immortels

« Donnez-nous vos avions et nous vous donnerons nos bombes »

Larbi Ben M'hidi

 

« Entre ici Jean Moulin avec ton terrible cortège.. et écoute aujourd'hui jeunesse de France ce qui fut pour nous le chant du malheur, c'est la marche funèbre des cendres que voici..(...) »

André Malraux Discours pour le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon

 

« Gare au terrorisme à bas coût ! » C'est par ces mots que Boualem Sansal qualifie le terrorisme islamique à qui il trouve une analogie avec la Révolution algérienne. Réduire une glorieuse révolution, fruit d'une condition sociale abominable imposée par la France, à un acte abject d'un pschychopathe qui a fauché la vie de dizaines de personnes à Nice le 14 juillet. I

Il écrit : « Chaque terroriste a besoin d'inventer son mode opératoire à lui, qui sera sa signature et produira l'effet le plus important pour le coût le plus bas. Ce fut l'attentat à la bombe dans des cafés phares de la capitale, très courus par la bourgeoise algéroise (le Cafétéria, le Milk-Bar, L'Otomatic, le Coq Hardi), commis par de jeunes Algériennes se faisant passer pour des Européennes délurées ».(...) On a envie de crier je suis la France'', je suis Nice'' pour dire sa peine et sa solidarité. »

Les mots de Sansal ne sont pas gratuits, ils sont là pour apitoyer et dire en creux sa proximité. Je n'ai toujours pas compris à quoi cela correspondait les Je suis... surtout quand on sait que derrière chaque attentat il y a une manipulation, bref une opération de false flag. Personne ne disait : « Je suis Alger quand l'Algérie saignait... »

Le paléo-algérien de coeur : L'éloge sincère de la révolution

Pourtant, il fut une époque où vous témoigniez du respect non feint pour le pays qui vous a vu naître. Dans un de vos ouvrages, lucide vous écriviez avec sincérité à propos de l'Algérie et de sa révolution. Vous sembliez fier de l'Algérie de cette époque, avant que l'intégrisme ne la rattrape Nous lisons : « (...) Socialiste, révolutionnaire, tiers-mondiste, matérialiste jusqu'au bout des ongles, que partout dans le monde progressiste on appelait avec admiration 'la Mecque des révolutionnaires'', qui recevait quotidiennement et avec quelle ferveur les héros de ce temps, les Cubains Che Guevara et Fidel Castro, affectueusement surnommés 'los barbudos'', le légendaire général Giap, le vainqueur de la déjà mythique bataille de Diên Biên Phu, Gamal Abdel Nasser, le champion du panarabisme triomphant, Mehdi Ben Barka, le Marocain panafricaniste activement engagé dans la révolution tricontinentale, Mandela, qui un jour abattrait l'apartheid et serait le premier président noir de l'Afrique du Sud, les Black Panthers, dont le célèbre Eldridge Cleaver, et les Black Muslims, et des personnages sulfureux et excitants comme Ilitch Ramírez Sánchez, dit « Carlos », ami inconditionnel de nos frères les Palestiniens de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) que l'Algérie soutenait avec une passion intensément anti-impérialiste, anticolonialiste et antisioniste ».

Allant plus loin dans votre plaidoyer pour effectivement nous convaincre de l’aura de l’Algérie, vous écriviez : « Il y avait tous ceux qui avaient courageusement soutenu les révolutionnaires algériens pendant la guerre d'Algérie, et parmi eux ceux qu'on appelait les « porteurs de valise », qui acheminaient en Suisse l'argent collecté en France par le FLN auprès des travailleurs émigrés. Tous ces gens venaient à Alger chercher refuge, solliciter des subsides, s'initier auprès du FLN à l'art de la lutte révolutionnaire, ou simplement respirer l'air romantique d'Alger la Blanche et faire la fête entre militants de la cause des peuples opprimés, les guerriers doivent aussi se reposer. (...) l'armée algérienne était dirigée par des hommes qui avaient fait une guerre révolutionnaire contre la France et ne manquaient ni de technique ni de détermination. C'était en janvier 1991. Le pays entrait dans une guerre civile qui allait durer une douzaine d'années. Le monde entier a suivi cette barbarie qui au fil des mois prenait des allures de génocide, mais jamais personne n'est intervenu, ni le Conseil de sécurité, ni un quelconque État. »

Les faux-fuyants de Boualem Sansal

Que s’est-il passé pour qu‘il y ait ce virage à 180° ? Comment en êtes vous arriver à brûler des icones que vous respectiez à une certaine époque ? D’aucun diront que tout change, que c’est l’air du temps auqule il faut s’adapter, Qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! Que Paris et ses avantages valent bien ce bûcher . Mais vous vous rendez compte que ce n’est pas un problème de liberté d’expression, cette liberté du renard formaté à l’occidental dans le poulailler des sans grades des faibles. Honnêtement pourriez vous gloser de cette façon sur des « icône » ou supposés telles en France ? De plus le plus grand reproche que l’on pourrait vous faire , est que vous touchez à un équilibre subtil invisible mais là celui du vivre ensemble et d’une communion autour d’un certain nombre d’invariants admis par tout et qui constitue en dehors de l’histoire officiel un modus vivendi entre algérien s’agissant de la glorieuse Révolution de novembre qui est non seulement fierté pour les Algériens mais pour tous les peuples épris de liberté, amenés à secouer les jougs de l’oppression et du colonialisme. Vous vous souvenez certainement d’Amilcar Cabral Pour qui : « les Musulmans se tournent vers la Mecque, les révolutionnaires se tournent vers Alger la Mecque des révolutionnaires » Vous avez certainement entendu parler des dizaines de thèses sur la Révolution algérienne aux Etats

Je rapporte ci-après quelques indignations pour que vous mesuriez monsieur Sansal l’étendue de votre faute que vous assumez sans regret, Nous vous demandons pourtant ni remord ni ni repentir « Boualem Sansal est allé chercher un exemple dans la tactique de guérilla urbaine qu'était la bataille d'Alger pour suggérer au gouvernement français la méthode dure utilisée par les généraux tortionnaires contre les vaillants combattants pour la Libération nationale. Il reprend insidieusement une sémantique que même les militaires français ont fini par abandonner depuis fort longtemps : comparer les compagnons de Larbi Ben M'hidi aux faux dévots et autres ayatollahs de la mort est une démarche aussi hasardeuse que malheureuse. (...) Sollicité par El Watan pour s'exprimer après les critiques suscitées par sa tribune, Boualem Sansal ne répond pas sur le fond. Il adopte une attitude victimaire, criant à la persécution. Il en fait sa ligne de défense. (...) L'écrivain qui, souvent, dans ses interventions médiatiques, exprime du mépris pour l'Algérien, le maintenant dans l'« indigénat » intellectuel - comme en témoigne son interview accordée au Monde, en juin dernier. » (1)

Maâmar Farah journaliste au long cours fondateur du Journal Le Soir d’Algérie, avec des mots simples tente de convaincre Boualem Sansal qu'il ne faut pas toucher aux icônes, aux invariants : « Notre fond commun, le point de départ et la source restaient la Révolution armée, toujours sacralisée. Nos héros étaient solidement assis sur de fermes convictions, que nous pensions inébranlables. Nous nous risquions même à travestir légèrement la réalité, à faire pousser un peu la démagogie, à montrer les nôtres sous le meilleur jour, parce que nous avions la certitude d'agir pour le bien de ce pays, pour que les générations montantes ne soient pas démoralisées (..) qu'il ne fallait donc pas les descendre de leur piédestal. Maâmar a eu raison de rappeler la loi Gayssot qui inflige une amende à tous ceux qui osent faire bouger un cil s'agissant de la shoah. « Nous sommes écrit-il, contre les censures et les anathèmes, mais nous devons fraternellement lui rappeler que, même là où il vit, la loi républicaine protège le martyr du peuple juif et toute l'histoire héroïque de la résistance contre le nazisme. » Et le comble de tout est que vous l'évoquez en citant la glorieuse 'bataille d'Alger'' qui fut un grand moment de la lutte héroïque de notre peuple et une référence mondiale dans l'art de la guérilla urbaine. Quand ils se sont retrouvés coincés dans les villes irakiennes, les Américains ont projeté la 'bataille d'Alger'' pour savoir comment agissent les cellules dormantes et celles qui ne dorment jamais ! C'est cette grandeur, ce monumental exercice de la guerre d'indépendance, que vous avez tenté de rabaisser. » (2)

« Assimiler les couffins de Zohra Drif, Djamila Bouhired et Hassiba Ben Bouali, écrit Saïd Rabia du journal El Watan , aux terroristes de Nice est un raccourci, le moins que l'on puisse dire, indécent. Larbi Ben M'hidi, un des chefs emblématiques de la Révolution, avait opposé cette cinglante réplique, restée dans les annales, à ce genre de condamnation à un journaliste français qui lui avait posé une question sur le 'terrorisme'' pratiqué par le FLN lors de la bataille d'Alger : « Donnez-nous vos chars et vos avions, nous vous donnerons nos couffins. » Pour Boualem Sansal, la bataille d'Alger est donc une somme d'actes de terrorisme contre un gentil colonialisme. Qu'est-ce qui lui a pris pour oser un tel parallèle ? Ce n'est assurément pas les outils intellectuels qui manquent à l'écrivain pour faire la différence entre le mouvement de Libération nationale et les terroristes de Daesh. Sa contribution, qui prétend être une explication aux nouvelles méthodes du terrorisme de Daesh, s'aventure aux limites du révisionnisme. Faire le parallèle entre les héros de la bataille d'Alger et les terroristes de Daesh est une contrevérité que rien ne justifie. » (3)

Faut-il déchoir Monsieur Sansal de la nationalité algérienne ?

Nous ne crierons pas avec les loups et faire de monsieur Sansal un persécuté, voire un martyr. De ce fait nous ne sommes pas d'accord sur la déchéance proposée dans un accès de colère compréhensible au vu du préjudice moral à toute une nation. Ainsi : « Des juristes affirment qu'il n'est point exclu de voir l'écrivain Boualem Sansal, déchu de sa nationalité pour deux erreurs jugées très graves. La première étant de s'être rendu en Israël dans une démarche en faveur de la normalisation culturelle avec l'Etat sioniste et ainsi que la comparaison de l'attentat terroriste de Nice en France à la bataille d'Alger. Le juriste ajoute que cela pourrait être jugé comme grande trahison qui est passible d'une condamnation à perpétuité ou condamnation à mort ainsi que d'une déchéance de nationalité. Le président de la Commission des droits de l'homme plaide à ce que Sansal soit déchu de sa nationalité, estimant que les procédures juridiques seront faciles du fait que ce dernier détient une autre nationalité. » (4)

La réalité : s’attirer les bonnes grâces des puissants

En fait les attaques ad patria de monsieur Sansal sont récurrentes. Ce n’est donc pas la première fois. Avec une rare lucidité, l'urbaniste Abderrahamane Zakad donne quelques leçons à tout ceux qui font dans l'Algérien bashing à longueur de journée en fait qui démonétisent leur pays pour une poignée d’euros et une visibilité en météore obligeant l’obligé à toujours en rajouter, à toujours pédaler en tapant sur ce qui plait aux puissants du moment. Il écrit : « (...) Boualem Sansal a écrit un texte sur l'International Herald Tribune, texte repris par Le Monde du 13 juillet 2013. (...) Tu devrais mieux te contenir à écrire des romans au lieu de te lancer dans des considérations politiques qui te dépassent, en plus invérifiables autant par toi que par nous. A moins que tu pointes aux officines ou chez Enrico Macias, un autre embobineur chez qui certains artistes algériens vont faire une « ziara » sous couvert de « malouf ». Quel Algérien ne sait pas que nous avons des problèmes, que nos institutions boitent, que la justice n'est pas efficace ou sous les ordres et que le doute s'installe ? Pourquoi ce tollé sur la corruption sans cesse rabâchée alors qu'il n'existe aucun tollé pour la combattre ? Aide-nous, ya si Boualem Sansal, à régler nos problèmes au lieu de t'atteler à toujours nous insulter de Paris. (...) C'est le rôle d'un homme de culture d'aider les autres au lieu de leur taper dessus à coups d'hypothèses. Quel Algérien également ne sait pas que notre pays est en danger avec ce qui se passe à nos frontières et elles sont immenses ? (...) C'est de cela qu'il convient de parler, toi qui veut monter sur la scène. (...) Voilà de quoi il faudrait parler. Mais ayant trop tété à la mamelle de la littérature coloniale, ton esprit est embué par les métastases de la colonisation dont parle Frantz Fanon Si tu veux parler ou écrire viens ici, petit ! Viens vivre avec nous où tu peux dire ce que tu veux, sinon, boucle-la ! » (5)

Enfin, pour Khidr Ali cette provocation du point de vue des Algériens, n'est pas gratuite il y a un message de son auteur, à passer : « Boualem Sansal écrit-il est un écrivain algérien qui aime cultiver le sens de l'iconoclastie, de la provocation, pour exister. (...) A son retour d'Israël, il avait commis un papier dans lequel il décrivait le « bonheur » des Palestiniens vivant en Israël, un pays qu'il présente comme un exemple de démocratie et de vivre ensemble A le suivre dans son faux parallélisme, les Hassiba Ben Bouali, Djamila Bouhired, Djamila Boupacha, Ourida Meddad, Djouher Akrour, qui déposaient les bombes dans les quartiers européens, dans le cadre de la quête de l'indépendance du pays, ne seraient pas moins coupables que le désaxé-criminel de Nice. Quel outrage pour la mémoire des héros éternels de la bataille d'Alger ? Du révisionnisme ? (...) Le terroriste tunisien, pris de fanatisme démentiel a écrasé sous les roues d'un camion des dizaines de personnes. Boualem Sansal a fait pire en l'occurrence, il a souillé la mémoire de la Révolution algérienne et la noblesse de sa cause. » (6)

Pas de procès en sorcellerie

Nous devons pas faire de procès en sorcellerie mais nous devons réagir car la liberté invoquée par monsieur Sansal s’apparente comme je l’ai écrit plus haut à la liberté du renard dans le poulailler. Nous ne ferons pas comme en France de texte qui interdisent sous peine d’amende de prison et naturellement de mort médiatique de toucher à des tabous. Un vrai intellectuel libre de ses idées doit les développer à l’encontre de tout ce qui lui parait indigne et inconvenant en tout cas qui fait problème avec la dignité humaine

Pourquoi monsieur Sansal le choix de l'Algérie comme exemple pour le terrorisme ? Je comprend votre empathie envers ce crime atroce, qui ne ferez pas devant des dizaines de vies fauchées ? Le faites vous pour toutes les victimes de la barbarie ? Les 300 morts de l’Aid el Adha une semaine plus tôt en Irak vous ont-ils scandalisés de la même façon ?

Vous auriez pu aussi dans le même mouvement d'honnêteté intellectuelle prendre comme exemple le terrorisme légitime de la résistance française. Pourquoi ne pas dire que le résistant Jean Moulin, dirigeant des Forces françaises libres, un révolutionnaire qui usa de tous les moyens dont il disposait pour contrer la puissance allemande, était un terroriste ? A ces messieurs qui vous pressent de donner un avis conforme à ce qui est attendu de vous, Doit-on leur rappeler d'où vient le mot terreur et comment Victor Hugo a décrit cette période tragique dans son fameux roman 93 ? Doit-on leur rappeler les mots de la Marseillaise de Rouget de l'Isle « Aux armes citoyens Formez vos bataillons Marchons, marchons Qu'un sang impur Abreuve nos sillons » ?

Monsieur Sansal ceux qui vous ont demandé un avis sur la tuerie de Nice, connaissent ou devraient connaitre le Chant des partisans de Joseph Kessel que mêmes en tant qu’algériens , nous identifiant aux maquisards de la Résistance , nous ânonnions tout loupiots au lycée « Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ? Ce soir, l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes. Ohé ! Les tueurs à la balle et au couteau, tirez vite ! Ohé ! Saboteur, attention à ton fardeau : dynamite ! » N'utilisaient-ils pas les mêmes méthodes ?

L'attentat abject de la rue de Thèbes à Alger fait par des terroristes européens et qui ensanglanta la Casbah, n'était ce pas du terrorisme ! Le plasticage de la maison où étaient cachés Ali la Pointe, Petit Omar et Hassiba Ben Bouali n'était-ce pas du terrorisme ? Comment peut-on qualifier l'assassinat de Ben M'hidi, ou la guillotine de dizaines d'Algériens, n'était-ce pas du terrorisme d’Etat ?

En cautionnant la colonisation israélienne en Palestine, en visitant l'Etat hébreu pour une vulgaire rencontre littéraire quelque part on ne peut être que complice de la politique inhumaine et d’apartheid à l'encontre des Palestiniens. Leur Si vous étiez parti en Israël pour porter la bonne parole pour la juste cause comme ce fut le cas des combats des écrivains israéliens Gédéon Levy, Uri Avnéri et tant d'autres Israéliens qui font de la défense de la dignité humaine à propos du calvaire palestinien, nous aurions applaudi. 

Souvenez-vous, monsieur Sansal de ce postulat en mathématiques cher au professeur Aoudjehane : « Pour qu'un produit de facteur soit nul, il faut et il suffit qu'un facteur soit nul », en l'occurrence vous avez annulé en une fois tous les facteurs positifs, et pourquoi ne pas le dire, quelque fierté qu'un Algérien maîtrise la langue de Vauvenargues. Quelle mouche vous as prise de problématiser les rares fondations Arkaïz pour reprendre le bon mot de Lacheraf auxquels les Algériens s'accrochent comme à une bouée, devant cette anomie identitaire. les pouvoirs n'ont jamais voulu mettre en œuvre un récit national fait certaines fois de mythes, pour éviter aux jeunes cette apesanteur identitaire.

Monsieur Sansal, en traitant Larbi Ben M'hidi - à qui même son tortionnaire le général Bigeard a tenu à présenter les honneurs - de terroriste banal comme le psychopathe de Nice qui n'a rien à voir avec l'islam, vous avez tort.

Je vous reproche peut-être à votre corps défendant d'avoir problématisé le récit historique du pays qui vous a vu naître. S'il vous plaît monsieur Sansal laissez-nous avec nos rêves, notre fond rocheux identitaire avec la glorieuse révolution de Novembre. Je suis sûr que si vous en faites un motif de fierté, vous allez avoir la reconnaissance des Algériens et le vrai respect de ceux qui ont combattu les Algériens. Par votre comparaison maladroite, c'est une seconde mort pour nos icônes, mais rassurez-vous, ils sont immortels : Dans mille ans on racontera encore leur épopée dans les chaumières. Ils auront quitté le récit historique pour le mythe.

 

1.http://www.algerie.xyz/2016/07/les-faux-fuyants-de-boualem-sansal.html
2.http://www.lesoirdalgerie.com/articles/ 2016/07/28/ article.php ?sid=199785&cid=8
3.Dérapage de Boualem Sansal Said Rabia, El Watan, El Watan 21.07.16
4.http://rmbuzz.com/2016/07/des-juristes-favorables-a-retirer-la-nationalite-algerienne-a-sansal/
5.Abderrahamane Zakad, http://www.algeriepatriotique.com/article/viens-vivre-avec-nous-sinon-ferme-la#comment-23074
6.http://www.algerie1.com/actualite/monsieur-boualem-sensal-vous-etes-fou-a-lier/

Article de référence http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour /246821-un-heros-peut-il-mourir.html

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • La Dame à la licorne Jélaniac 2 août 2016 12:48

    sa sens le moisi, la mérule est sous le planché ,ou dans
    le caldos du bina


    • Jeekes Jeekes 2 août 2016 13:56

      « La deuxième mort des Immortels » 
      Hein ?

      Moi y’en a pas comprendre, professeur.
      Par définition un Immortel ça ne meurt pas, non ? 

      Alors comment mourir une deuxième fois si l’on ne peut mourir une première ? 

      Pour le reste, Pfff...




      • covadonga*722 covadonga*722 2 août 2016 14:06

         compliment , je n’ai jamais vus un appel au meurtre aussi bien rédigé .Si , si lisez bien entre les lignes 

         le docte professeur y a glissé une ou deux fatwa et leurs excuses dogmatiques.
        Du grand art ! professeur du grand art ........


        • Alren Alren 2 août 2016 16:01

          Réduire une glorieuse révolution,

          Celle qui coupait le nez des fumeurs, qui égorgeait les alcooliques non repentis et les villageois arabes qui avaient « bien accueilli » des soldats français en armes, tous sans défense ?

          C’est ça qui est « glorieux » ? À moins que vous ne parliez de ces bombes qui tuaient indifféremment femmes et enfants pieds noirs et musulmans ?

          fruit d’une condition sociale abominable imposée par la France,

          Vous savez que ce n’est pas vrai et que beaucoup d’Algériens ont regretté le départ des Français avec qui sans l’intolérance religieuse du FLN aurait pu être conclu un accord dans le cadre de l’indépendance. Mais pour ça il aurait fallu admettre comme citoyens, à égalité des « bons croyants », des « mécréants » dans le pays, ce que l’organisation terroriste qui avait massacré les partisans plus évolués du MNA, n’admettait pas par obscurantisme à courte vue.

          Car l’Algérie aurait pu devenir avec ses atouts et ses Européens, un pays de Cocagne. Le FLN a tout gâché.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Melouza


          • maje (---.---.167.177) 2 août 2016 17:12

            @Alren ,si le fln etait si dure ,c’est qu’il devait absolument reagir a la bestialite de l’armee francaise,si j’en parle ainsi c’est en connaissance de cause , croyer vous qu’une independance aurait ete possible sans homme comme ben m’idhi et d’autres ,.Il est facile de se rememorer les actes du fln,comme il est tres facile de se souvenir de la torture crueel de l’armee francaise qui en etait la cause !!!


          • OMAR 2 août 2016 18:16

            Omar9

            @Alren

            Moins de moi l’idée de taire ou de minimiser les actes terrifiants, horribles ou simplement révoltants commis par le FLN.
            Mais je trouve leur légitimité par le fait que l’Algérie était en guerre, et qu’en face, l’armée coloniale ne se gênait nullement pour utiliser le napalm pour exterminer des algériens ou la torture pour les faire parler.
            Par contre, vous éludez les actes crapuleux et barbares commis par l’OAS qui, summum de sa barbarie alla jusqu’à plastiquer ; le 3 avril 1962, la clinique du Dr. Vidal au Beau-Fraisier, dans les hauteurs d’Alger et achever les tuberculeux algériens alités.
             https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_arm%C3%A9e_secr%C3%A8te

            Et juste cette précision, le FLN a apporté l’indépendance à l’Algérie. et en 1962, celui-ci est mort.

            Ce sont les vautours et autres charognards, majoritairement des planqués, qui ont détruit et continuent de bruler l’Algérie...


          • Alren Alren 2 août 2016 19:41

            @maje

            L’armée française était composée de deux parties bien distinctes, d’une part les parachutistes de Bigeard et la légion étrangère (les « lézards ») et d’autre par le contingent.

            Les soldats du contingent n’avaient qu’idée : « la quille ! » c’est-à-dire le retour en France, loin d’une guerre qui ne les concernait pas. Ils n’avaient aucune envie de combattre un « ennemi » qui ne leur avait rien fait et qui n’envahissait pas leur territoire. La plupart tiraient exprès à côté lors d’escarmouches pour ne pas envenimer la haine, à la grande rage des adjudants !

            Jusqu’au jour où ... Jusqu’au jour où ils retrouvaient un de leur camarade égorgé, les testicules dans la bouche, un bon gars, un copain qui avait cru pouvoir satisfaire un besoin naturel en prenant l’air frais de la nuit, sans armes évidemment.

            Alors après, ils visaient juste dans les accrochages. Le manque de discernement des hommes du FLN entre les différentes troupes françaises a causé beaucoup de morts dans leurs rangs.

            Mais les « contingents » firent échouer « le putsch des généraux » dont la réussite aurait entraîné un nombre incalculable de morts supplémentaires.

            C’est vrai que le napalm est une arme horrible car la brûlure est la blessure la plus douloureuse et la plus difficile à soigner. Mais c’est pourquoi elle fut toujours employée en dernier ressort.

            Brûler l’adversaire est une vieille technique utilisée depuis l’huile bouillante et les feux grégeois du Moyen-âge, en passant par les lance-flammes utilisés par les Allemands en premier en 14-18. Pour sortir de l’interminable et sanglante guerre du bocage en 1944, les GI’ découvrirent qu’en faisant éclater leurs fusées de bazookas (une arme normalement antichar) contre des arbres, la gerbe de flammes brûlait les Allemands tapis dans le fossé à proximité et invulnérables sinon. Elle les obligeait à se rendre ou reculer en abandonnant souvent les brûlés.

            Je vous pose d’ailleurs la question, en conscience : si le FLN avait pu utiliser le napalm eux aussi, s’en serait-il privé ?

            Quant à la torture, il l’a pratiquée, lui aussi et sur des musulmans principalement !

            Je ne parle pas ici des tortures infligées aux harkis après l’indépendance avant qu’ils soient tués ...


          • Oceane 2 août 2016 22:48

            @Alren

            Toujours cette manie du faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! Les collabos français, après la défaite allemande ont été traités avec douceur, sans esprit de vengeance, sans violence aucune. Les Français avaient le devoir de résister à l’occupation allemande, mais pas les Algériens à celle de la France. Je l’ai vu à la télé et j’en ai été choquée par ses propos.

            Et oui, l’auteur a raison : qui peut mettre sur le même plan un résistant français - Jean Moulin - avec un meurtrier comme celui de Nice ? Si quelqu’un avait osé le faire, il aurait été normal que les Français s’en offusquent, comme le fait le Pr. pour son pays. C’est plutôt silence des Algériens sur cette déclaration d’amour du colonisé au colon qui aurait été suspect.

            B. Sansal avait besoin que l’on parle de lui ; il avait besoin de donner des gages de sa « bonne foi » de musulman français en ces temps où il est fait injonction à ses coreligionnaires de manifester leur désapprobation des conséquences induites par les causes qu’on refuse toujours d’admettre et de remettre en question .Mais peut-on attendre autre chose d’un colonisé mental ? Évidemment, non ! La colonisation mentale est la plus pernicieuse et la plus dangereuse des colonisation.

            Pour ce qui est des « bienfaits » que tu sembles trouver à la colonisation française, il suffit juste de savoir que « colonisation = chosification » et de cesser de lui trouver des excuses, car, comme le dit Césaire, « la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur,l’abrutir au sens propre, à le réveiller aux bas instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral... » Ce relativisme que tu fais si aisément en deniant aux Algériens la qualité de résistants à la colonisation, parce que le pays colonisateur est le tien. Où as-tu vu que colon et colonisé font ami-ami ?

            « La mort était leur métier ». « Ok Cargo » et ajoutes-y le « Discours sur le colonialisme ». Cela te rendra moins péremptoire dans ton idée des « bienfaits de la colonisation »


          • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 20:48

            @Oceane
            Mais si l’Afrique du nord fut envahie en 1830, cela fut la simple conséquence de la guerre que menèrent contre nous, l’Europe occidentale et chrétienne et notamment la France, les Régences d’Alger, de Tunis, de Tripoli inféodée à l’Empire ottoman qui occupait une bonne partie de l’Europe orientale.

            Ces Régence reçurent pour mission, de la puissance tutélaire, de mener la guerre contre la chrétienté .S’en suivit 3 siècles de razzias contre les côtes européennes, de piraterie contre les navires de commerce européens, et de réduction en esclavage des population européennes .

            La France, pour s’en tenir à ce seul pays, signa 80 Traités de paix ,ou l’autre de ces 3 Régences, entre le début du 17 et le début du 19 éme siècles, soit, si l’on calcule bien, un Traité tous les 2,5 ans.En pure perte puisque la guerre continua .

            -Ce fut finalement l’intervention française contre Alger, en 1830, qui rétablit la paix en méditerranée occidentale qui mit fin à la Traite esclavagiste contre les européens, et assura la sécurité pour les populations côtières et la sécurité de la navigation commerciale .

            Après 1830, la politique française partit du principe que si l’on voulait une paix durable avec l’Afrique du nord, il fallait impérativement développer cette région et sa population. Elle s’y employa activement pendant 130ans, en vain !


          • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 20:58

            @OMAR
            C’est pas l’Algérie qui était en guerre, c’est une partie de la population arabo-musulmane qui voulait virer les européens, parce qu’européens.

            Il y a toujours eu beaucoup plus d’arabo-berbéro-musulmans combattant du côté français que du côté fln !


          • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 21:56

            @maje

            Si la France avait été bestiale il ne serait plus restés d’algériens, et nous serions toujours en Algérie débarrassés des algériens.

            De 1830 à 1962, en 132 ans, la population algérienne a été multipliée par 8, en seulement 2 générations, passant de 400, 000 à 1300 000 en 1830 à 9 millions en 1962..

            Du jamais vu précédemment .

            Dîtes pas merci on a l’habitude !


          • Ligure 2 août 2016 16:23

            Ce sont les mythes qui sont mortels. Pas les héros. C’est l’épopée commencée par l’assassinat d’un couple d’instituteurs (quel symbole !) qui trouve ici son épilogue : la contrée qui fut pendant deux millénaires le grenier des empires peine à nourrir ses enfants, et ceux-ci sont contraints à l’exil chez l’ancien colonisateur. Malgré la manne pétrolière. Ou peut-être à cause d’elle, finalement...


            Un attentat ciblant des civils peut être vu par son auteur comme un mal nécessaire. Il n’est en revanche jamais un fait glorieux mais une monstruosité, comme la suite vous l’a enseigné lors des années terribles vécues par votre peuple. Ne mélangez donc pas Jean Moulin et Larbi Ben M’hidi, car les actions des FFI visaient les troupes allemandes, celles des poseurs de bombes du FLN ciblaient les civils, européens comme indigènes.

            Chaque peuple a droit à ses rêves, comme vous le dites : nous Français - après tout - célébrons bien une prise de la Bastille que beaucoup d’historiens considèrent désormais comme très surfaite. C’est peut-être aussi le cas de votre « glorieuse révolution ». Un rêve. C’est votre droit.

            Peut-être les yeux de Boualem Sansal se sont-ils finalement dessillés ? Peut-être a-t’il fini par penser qu’une révolution qui ramène au rang d’un pays du tiers monde des départements développés et des territoires assis sur d’importants gisements d’hydrocarbures n’est pas si glorieuse qu’on le dit ? Peut-être les militants du monde entier venant faire la fête à Alger la Blanche n’étaient-ils que de vulgaires piques-assiette ? Algérie, qu’as-tu fait de tes talents ? 

            La faute de Boualem Sansal est sans doute d’exprimer ces critiques à partir de l’étranger, et qui plus est, de France. Mais s’il vivait et s’exprimait en Algérie, ne se trouverait-il pas un jour ou l’autre un « abject psychopathe » providentiel pour mettre fin à sa dissonance ? Un dernier symbole pour clore mon commentaire : je suis flatté que tant Boualem Sansal que vous même, Professeur, ayez choisi d’exprimer vos points de vue en français. Sans aucune ironie, et avec toute ma sympathie.

            • chems eddine Chitour 2 août 2016 17:35
              @ Ligure
              Merci pour la pondération de vos propos Cela me change des attaques ad hominem


              Boualem Sansal vit en Algérie à ma connaissance. Il est libre de dire ce qu’il veut mais si on veut à l’instar de tous les pays construire un récit national il est utile de mettre en place des référents identitaires qui valent ce qu’ils valent

              Quand Massinissa le grand Aguellid en 160 avant J.C. battait monnaie l’Europe n’avait pas encore émergé à l’histoire, il n’y avait que deux pays d’abord la Grèce puis Rome qui formaient la partie civilisée de l’Europe. Il est vrai que l’Algérie peine à se redéployer mais est ce raison de contribuer à problématiser ne serait ce qu’involontairement sa tentative d’un récit national qui a démarré il y a de cela 3000 ans avec le roi amazigh schichnaq devenu pharaon et fondant la 22e dynastie.qui dura deux siècles

              Peut on toucher à Dagobert, aux rois fénéants , à l’icone Jeanne d’Arc ?à Jean Moulin à Napoléon bien que controversé sans encourir un juste courroux de la part de Français jaloux de l’histoire de leur pays. Nous même nous avions des ancêtres gaulois à notre corps défendant jusqu’en 1962 

              S’agissant de Jean Moulin comme toute personne humaine il eut sa part d’ombre, il n’empêche que c’est un grand homme qui a inspiré pas mal de révolutionnaire dont justement Larbi Ben Mhidi . Les bombes ne discriminaient , elles fauchaient sans distinction militaires ou civils des personnes ...humaines et dans les trains il y avait de tout ... Il faut relire le roman sur la terreur de Victor Hugo et se rendre de ce que représentait les charrettes

              Aussi tragique que fut l’attentat de Nice aussi odieux soit il il serait , peut être serait il bon de s’interroger pourquoi cette pulsion de mort de la part des psychopathes qui s’emparent d’une religion - avec laquelle ils n’ont aucun rapport- pour opérer un carnage. Les effets de cette fuite en avant sont dévastateurs ce qui commande de voir les causes les raisons de ce nihilisme.

              Prof.C.E. Chitour





              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 2 août 2016 19:43

                @chems eddine Chitour

                Bonsoir,

                Vous mettez en parallèle deux situations politiques et historiques qui me semblent totalement éloignées l’une de l’autre.
                1/ une guerre révolutionnaire et meurtrière (la guerre d’Algérie) avec comme antienne « que les peuples décident par eux-mêmes de leur devenir » et où l’exemple de Nasser avait servi de catalyseur avec un Panarabisme renaissant, et Nasser était loin d’être religieux. Je n’y vois là aucune « semence » fondamentaliste dans ce conflit qui opposa la France à une Algérie déchirée qui se voulait indépendante. Ce conflit était d’inspiration post-révolutionnaire marxiste, socialiste.

                La guerre d’Algérie est loin d’avoir refermé ses plaies, certaines sont toujours très vives, et nous n’avons des deux côtés de la Méditerranée jamais expurgé nos vieux démons. De deux choses l’une, ou l’on déterre tous les cadavres, d’un côté comme de l’autre, ou bien, la sagesse nous intimera de nous pencher sur les charniers et le marbre froid des innombrables victimes de cette guerre qui n’a pas de nom, d’un côté, comme de l’autre, méditatifs.

                C’est un choix à faire, car rouvrir sempiternellement les placards à cadavres, comme le font les deux communautés (pied-noire et musulmane) dans le souvenir macabre de ces années sanguinaires, ne peut être le langage de la raison. Particulièrement, à l’aune du chaos mondial actuel, au moment où toutes les crispations communautaires, les haines inassouvies, les idées de vengeance dominent l’âme des vivants. Gardez-donc vos icônes et nous garderons les nôtres. Assez de discours de revanche.

                2/ Le nihilisme des islamistes actuel ?
                Mais qu’a-t-il a voir avec les guerres de décolonisations d’inspiration marxiste ? Ce qu’il se passe avec les Islamistes, et les attentats où qu’ils aient lieu, ici ou ailleurs, partout dans le monde, ne sont le fait que de mercenaires issus pour la plupart du chaos généré et organisé à partir du délire jubilatoire des néo-conservateurs occidentaux, et le déclenchement de guerres dévastatrices, oui, de leur rapacité, mais également de la rapacité de pays du golfe enrichis par le pétrole, dirigés par des monarchies prêtes à tout pour garder la main-mise sur leur immenses réserves de pétro-dollars et l’insane trafic avec la Turquie et certains dirigeants sans foi ni loi. Le nihilisme ne trouve donc plus aucune justification libératoire, bien au contraire, il me semble qu’il s’accommode, du moins ses auteurs, de l’extension d’un ultra-capitalisme, depuis la chute du mur de Berlin. Il s’accommode également de la diffusion rapide et très efficace d’un Islamisme conquérant et déjà « maître » de pans entiers de nos territoires perdus de la République, tout comme il s’est déjà rendu maître de territoires entiers du Maghreb et du Moghreb avec ses corollaires habituels : réduire à néant les tentatives désespérées de voir sourdre enfin de véritables régimes libres et démocratiques au Moyen-Orient et dans la partie sud de la Méditerranée, pour jeter bât les régimes les plus corrompus, berceaux du djihadisme international.

                Comme message d’espoir, je conclurai par ce magnifique proverbe arabe : « Si Dieu n’a pas détruit le monde, c’est qu’il reste encore des enfants et des petits oiseaux ».


              • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 18:04

                @chems eddine Chitour
                http://www.algerie-francaise.org/english/p11.shtml

                http://www.algerie-francaise.org/english/p6.shtml

                http://www.algerie-francaise.org/english/p2.shtml

                http://www.algerie-francaise.org/english/p13.shtml

                http://www.algerie-francaise.org/english/p5.shtml

                http://www.algerie-francaise.org/english/p7.shtml

                -Tout ça pour démontrer que les fln n’étaient pas des combattants mais bien des FdeP, qui s’en sont pris, principalement aux populations civiles européennes comme musulmanes afin de mettre en œuvre leur projet de nettoyage ethnique, parce que le but des événement qui se sont passés en Algérie de 52 à 62 et qui ne furent en rien une guerre (ce sont des guerriers qui font la guerre, le fln n’était composé que d’assassins de civils, pas de guerriers) était clairement de chasser un million d’européens d’algérie parce que, comme l’expliqua Abdel Kader au général Bugeaud lors du traite de Tafna en 1837 :« La guerre reprendra parce que l’islam interdit aux musulmans d’être sous l’autorité de non musulmans » ! rien de plus rien de moins

                Que les tenants du FLN osent se comparer à des résistants n’est qu’une farce grotesque, une insulte à l’histoire, qui ne recouvre aucune réalité.

                Le fln c’est daesh rien de plus rien de moins

                 


              • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 21:33

                @Nicole Cheverney

                C’est quoi ? et c’est où le « moghreb » dont vous parlez ?


              • OMAR 2 août 2016 17:50

                Omar9

                Merci Professeur pour cet édifiant édifiant article.

                vous savez, la France patriotique, la France résistante, la France valeureuse, a eu aussi et malheureusement ses Jean BichelonneAbel Bonnard dit « Gestapette » ou encore R. Bousquet .
                L’Algérie a son B. Sensal, comme elle a eu son Saïd Benaisse Boualam, dit le bachaga Boualam
                https://fr.wikipedia.org/wiki/Sa%C3%AFd_Boualam

                Il faut bien un Diable pour remplir l’Enfer.....


                • covadonga*722 covadonga*722 2 août 2016 18:17

                  @OMAR
                   yep et la fatwa est validée par le « frère musulman » Omar la sainte alliance du fnl avec le salafiste .


                  comparer un journaliste « dont je méconnais les écrits » avec des crapules collaboratrice et tortionnaires 
                  on sent la toute la mesure de Omar !! 


                  bref un véritable appel au lynchage déguisé en doucereuses phrases , 

                  un digne musulman citoyen américain rappelait la constitution us a Trump récemment 
                  cher Omar essayez de faire un effort de mémoire rappelez vous ça commence comme ça
                  « au nom du très haut du très miséricordieux du très compatissant ......... »


                   

                • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 2 août 2016 21:36
                  @OMAR

                  Il est sûr que les disciples de Saïd Mohammedi dit Si Nacer sont bien placés pour nous donner des leçons smiley

                • OMAR 2 août 2016 21:59

                  Omar9

                  @Sharpshooter

                  Merci pour votre intervention qui démontre que la crapulerie existe chez tous les peuples, les races, les religions et les pays.....

                  Maintenant si vous insistez sur cette exception algérienne, je peux vous fournir toute une liste de collabos français de renom à commencer par un certain F. Mitterrand qui ; le comble ; avait était le 1er magistrat de France durant plus de ...... 14 ans ;
                  http://www.politique.net/2008022603-francois-mitterrand-petainiste.htm

                  Alors,merci encore de placer mon commentaire dans son seul contexte historique.


                • OMAR 2 août 2016 22:29

                  Omar9

                  @cova

                  Ne te donnes jamais la peine d’écrire quoi que ce soit tant que tu n’es pas totalement dessaoulé.
                  Sinon, tu donnes envie de rire tellement ton charabia est grotesque...

                  Et puis, fais un effort, ne sois pas à coté de tes guiboles et argumentes tes déclarations....


                • covadonga*722 covadonga*722 2 août 2016 22:40

                  @OMAR
                   hé hé cher Omar je ne crois pas bien au contraire le niveau de tes réponses montre qu’au contraire

                   je tape juste ;
                   comparer un journaliste dont les écrits te déplaises a des ordures d’assassins et de collaborateurs
                  c’est
                  implicitement invoquer l’épuration et appeler a son lynchage !

                  je le sais tu le sais et les gens le savent. Tu appelles au meurtre comme Tabaqui le chacal 
                  de la fable et comme le courage te manque tu fais ça tout sournoisement .

                • Bencho89 (---.---.28.75) 2 août 2016 20:06

                  Ah oui, c’était le bon temps, quand l’armée française pouvait se défouler sur des civils, comme à Setif ou Guelma, ou comme contre des tirailleurs Senegalais désarmés. Belle France.


                  • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 17:44

                    @Bencho89

                    -Qu’est ce que vous venez parler de Sétif, pauvre tanche que vous êtes.

                    Sétif fut un massacre d’européens, commit par le PPA, qui profita de l’absence de toute présence militaire en Algérie, les troupes étaient presque toutes en Europe où la guerre venait juste de se terminer, et qui profita aussi de la faiblesse des européens, puisque tous les hommes en âge de faire la guerre étaient partis en Métropole et ne restait plus que les femmes, les enfants et les vieillards .

                    Ce fut plus d’une centaine de civils européens désarmés , qui furent massacrés, suppliciés, violés, dans des conditions indicibles par les criminels du PPA.

                    Qu’après le fln ait voulu occulter ce crime odieux en se victimisant et en inventant cette légende de plusieurs dizaines de milliers de morts algériens victime de la répression n’est qu’un mensonge et une manipulation historique sans aucun fondement.

                    La seule étude, recherche sérieuse sur la question fut faite par le Prefet Benmebarek qui démonte les mensonges du fln. !


                  • chems eddine Chitour 2 août 2016 20:09

                    @ Nicole


                    Merci pour l’honnêteté intellectuelle la franchise et d’une certaine façon votre vision des choses que je respecte mais que je me dois de nuancer. 
                    Je prendrai le temps de lire à tête reposée votre avis. Je vous remercie pour ce superbe proverbe qu je connaissais pas
                    Prof ; C.E. Chitour

                    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 2 août 2016 20:59
                      Une photo de Nicole et Danièle deux affreuses colonialistes déchiquetées par les héroïques assassins issus de la pègre algéroise de l’immortel Ben M’hidi lors de l’attentat du Milk Bar.

                      Rappelons que cet « immortel » balança Yaacef Saadi qui lui-même balança Ali La Pointe, le proxo qui n’en était pas moins le plus courageux de la bande..

                      Ben M’Hidi a probablement beaucoup souffert avant d’être liquidé mais pas autant qu’il le méritait.

                      Les paras de Massu et quelques autres ont montré à cette époque qu’il existe des solutions contre le terrorisme qu’ils éradiquèrent d’Alger en moins de six mois.

                      Qu’Omar et l’auteur sachent que ce savoir-faire ne s’est pas perdu

                      • OMAR 2 août 2016 22:22

                        Omar9

                        Mais mon pôvre @Sharpshooter, je ne suis nullement un adepte du terrorisme que je condamne totalement.

                        Par contre, l’histoire nous enseigne que les solutions appliquées par les paras de Massu contre le « terrorisme algérien » n’ont nullement empêché le départ la queue entre les fesses, de ces paras, un certain 5 juillet 1962...

                        Et jusqu’à nos jours, il y a toujours de nouveaux Nicole et Daniel qui ont pour nom Kader, Ali, Fatima, Rachid ou Karim....
                        Eh oui, eux ils découvrent non pas la vie, mais le cauchemar et les mutilations ; de sinistres et abominables cadeaux laissés par la France aux frontières sous forme de mines....
                        http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/07/02/en-algerie-des-mines-francaises-explosent-encore/

                        Mais avec des gus comme vous,c’est connu, l’horreur c’est toujours et uniquement l’attribut de l’Autre...


                      • simir simir 3 août 2016 12:09

                        @Sharpshooter
                        La première bombe a avoir explosé dans les rues d’Alger a été déposée rue de Thèbes par un commissaire de police provoquant l’éboulement de tout un quartier et de nombreuses victimes.
                        Ou peut le voir dans le film de Pontecorvo : La bataille d’Alger.

                        La suite n’a été que vengeance par rapport à cette bombe.

                        Ces salopards ont même plastiqué en France André Malraux, bombe qui a défiguré et crevé un œil à Delphine Renard 4 ans et demi.


                      • simir simir 3 août 2016 18:32

                        @Sharpshooter
                        Vous êtes bien mal informé.
                        Ceux qui ont balancé Yacef Saadi et Ali La Pointe ce sont les traîtres bleus de chauffe du capitaine Léger

                        Quand un élément du FLN est identifié et arrêté, il est interrogé, compromis et piégé. On lui offre de changer de camp. Les capacités de psychologue de Léger consituent l’essentiel du processus de retournement1. Les anciens du FLN rejoignent ainsi le groupe habillés de bleus de chauffe, d’où le nom de « bleuite » ou le « complot bleu ». À l’origine ce groupe est composé de 70 hommes, leur rôle était de dénoncer leurs anciens camarades des réseaux clandestins, mais aussi de tenter de retourner la population en faveur des Français. Ils circulaient ainsi dans la Casbah bavardant avec tous ceux qui voulaient bien leur adresser la parole, essayant de reconnaître dans la foule les hommes avec qui ils avaient été en contact. Mais leur rôle principal restait, bien sûr, l’infiltration des réseaux FLN encore existants, ils permettent l’arrestation de Yacef Saâdi, Zohra Drif et la localisation de la cache d’Ali la Pointe. En mars 1958, ce groupe compte plus de trois cents hommes et femmes1 avec pour la plupart un statut de harki.

                        Tous les groupes humains ou communautés comptent de tels traîtres.
                        En France les collabos avec les nazis
                        En URSS les Bandera et Vlassov ....
                        Ce n’est pas une singularité du FLN.

                        Et puis c’est facile derrière le clavier mais n’auriez vous pas craqué à leur place ?


                      • Terra-Novella (---.---.70.136) 3 août 2016 18:41

                        @Sharpshooter


                        Tu prendras une balle avant, et ce sera l’occasion d’aller pisser sur ton cadavre de merde. smiley 

                      • le darwinisme m'a tuer le darwinisme m’a tuer 3 août 2016 18:45

                        @Terra-Novella

                        Salut couz 

                      • Terra-Novella (---.---.70.136) 3 août 2016 19:06

                        Voilà les Bidochons de sortie. Tu sors de la séance de Camping 3 ? 


                      • Terra-Novella (---.---.70.136) 3 août 2016 19:09

                        Au fait, toujours pas de réponse ? Juste 3% du territoire, allez, un pt’it effort que diable. smiley smiley 


                      • le darwinisme m'a tuer le darwinisme m’a tuer 3 août 2016 19:12

                        @Terra-Novella


                         écris moi encore une fois sur ce ton, papa, et j t’envoie la cavalerie lourde

                      • le darwinisme m'a tuer le darwinisme m’a tuer 3 août 2016 19:22

                        @Terra-Novella


                        papaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

                      • Terra-Novella (---.---.70.136) 3 août 2016 19:29

                        @le darwinisme m’a tuer

                        Je me sens obligé de te prévenir. Toi qui fais tellement attention à ça, tu es en train d’alimenter la machine à clics de Carlo. 



                      • le darwinisme m'a tuer le darwinisme m’a tuer 3 août 2016 19:34

                        @Terra-Novella


                        maman a dit que tu as oublié ta boite de xanax ce matin. 

                      • marceau2 (---.---.189.57) 3 août 2016 21:37

                        @simir

                        Mais ces gens là n’étaient pas des traitres, au contraire même, c’était des patriotes, ils étaient français et combattaient pour leur pays la France !


                      • le darwinisme m'a tuer le darwinisme m’a tuer 3 août 2016 23:17

                        @Terra-Novella


                        Continue à plastronner sur les forums et c’est un litre de lithium qu’il vont t’injecter la prochaine fois inch’Allah ! 

                      • le darwinisme m'a tuer le darwinisme m’a tuer 3 août 2016 23:19

                        @le darwinisme m’a tuer


                        je suis en train de regarder un film.

                        @+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès