• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le bon dieu me le pardonne, mais chacun pour soi...

Le bon dieu me le pardonne, mais chacun pour soi...

JPEG

Une chanson qui fait du bien, en ces temps où le fanatisme religieux réapparaît... dérision et humour au service de la dénonciation...

Brassens nous livre, dans une de ses chansons, une histoire d'amour qui reste, à jamais, gravée dans sa mémoire, il semble, aussi, éprouver le besoin de l'évoquer, pour la faire revivre par les mots et la poésie.

Cette chanson intitulée "Je suis un voyou" commence par l'évocation de ce souvenir dont on perçoit toute la valeur, pour le poète : c'est"une histoire ancienne, un fantôme", certes, mais le vocabulaire de l'affectivité "coeur, amour" en suggère toute l'importance...

L'absolu de cet amour est aussi souligné par l'adverbe "à jamais"... Et le temps personnifié dans l'expression familière :"Le temps, à grand coups de faux, peut faire des siennes", ne peut effacer ce souvenir.

L'alternance du passé "j'aimais" et du présent "mon bel amour dure encore" met en évidence cet écoulement du temps...

 Le récit de la rencontre amoureuse fait songer à un véritable coup de foudre, puisque le poète en a perdu tout repère :

"J'ai perdu la tramontane

En trouvant Margot,
Princesse vêtue de laine,
Déesse en sabots..."

La jeune femme divinisée, transformée en "princesse" a bouleversé la vie du poète amoureux : on perçoit, là, un des lieux communs de la littérature sentimentale, mais Brassens sait renouveler ce thème en jouant du contraste entre les mots... la métamorphose de la "belle" n'en est que plus frappante... "La laine, les sabots" évoquent une personne d'origine humble et modeste, une simple paysanne, devenue une "déesse" pour les yeux de l'amoureux.

L'opposition entre les verbes "perdre" et "trouver" souligne bien, aussi, ce bouleversement...

Le thème de la femme-fleur vient compléter le portrait élogieux de la jeune femme. Margot comparée à une fleur, est, encore une fois, magnifiée par cette image :

"Si les fleurs, le long des routes,
S'mettaient à marcher,
C'est à la Margot, sans doute,
Qu'ell's feraient songer..."

Puis, le discours du poète insiste, à nouveau, sur son éblouissement, puisqu'il assimile son amoureuse à la "Madone"... une image qui suggère, encore, le thème religieux..

Quant à l'allusion au Bon Dieu, il s'agit d'un clin d'oeil de Brassens, lui qui a, si souvent, fustigé la religion et les bigots...

Les propos qui suivent montrent, d'ailleurs, le peu de cas qu'il fait de la religion :

"Qu'il me le pardonne ou non,
D'ailleurs, je m'en fous,
J'ai déjà mon âme en peine :
Je suis un voyou."

C'est ainsi que le poète a séduit la jeune fille, et a "mordu ses lèvres" alors qu'elle "allait aux vêpres, se mettre à genoux"...
Brassens restitue cette scène avec humour, en jouant à nouveau des contrastes, en évoquant les paroles de la "belle" :

Ell' m'a dit, d'un ton sévère :
"Qu'est-ce que tu fais là ?"
Mais elle m'a laissé faire,
Les fill's, c'est comm' ça..."

Le poète se met, aussi, avec dérision, en concurrence avec Dieu :

"Le Bon Dieu me le pardonne,
Mais chacun pour soi..."

On retrouve le vocabulaire religieux dans la suite du récit, ainsi que l'impatience de l'amoureux qui ne se retient plus.

"J'ai croqué dans son corsage
Les fruits défendus...
Puis j'ai déchiré sa robe,
Sans l'avoir voulu..."

La rupture est, enfin, racontée brièvement à la fin de la chanson, dans le dernier couplet...
Et la chanson se termine en boucle, avec cette expression : 

"J'ai perdu la tramontane
En perdant Margot,
Qui épousa, contre son âme,
Un triste bigot..."

On perçoit, encore, une "pique" contre certains fous de Dieu, des bigots, dont le poète se démarque, lui qui est un "voyou"...
Le poète imagine, alors, le destin de Margot entourée de "deux ou trois marmots qui pleurent, pour avoir leur lait..." Il rappelle, à cette occasion, qu'il a lui-même "têté leur mère", quand il était amoureux.

Le vocabulaire familier, la liberté de ton, les jeux de contrastes rendent cette chanson particulièrement savoureuse...

La mélodie rythmée et vivante nous entraîne avec elle dans cette histoire d'amour inoubliable et pleine d'humour...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2016/07/le-bon-dieu-me-le-pardonne-mais-chacun-pour-soi.html

 

Vidéo :

 

Photo : rosemar


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • oncle archibald 19 septembre 16:20

    Quelle horreur ! Rarement Brassens aura été décortiqué aussi maladroitement !

    Un peu comme si on s’attaquait à une crevette avec une fourchette et un couteau alors qu’on ne sait pas le faire : le spectacle est écœurant et le résultat désastreux !


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 septembre 18:04

      @oncle archibald. Voyons ! Plus c’est nul et plus la rosemarde nous démontre la supériorité féminine !
      Chez Médisons, ils se sont vantés d’appuyer tous ses article par malveillance envers le site.


    • rosemar rosemar 19 septembre 22:37

      @JC_Lavau

      C’est un complot !


    • OMAR 20 septembre 11:40

      Omar9
      .
      @oncle artichaut :« Quelle horreur ! Rarement Brassens aura été décortiqué aussi maladroitement ».
      .
      Ah, je comprends maintenant toutes ces plaintes et lamentations qui s élevaient du cimetière de Py Sete : c était Georges qui se retournait dans sa tombe.


    • arthes arthes 20 septembre 18:20

      @JC_Lavau

      Ouais, mais...On peut aussi se demander si sur le site himself, il n’y a pas des complices aussi, pour quelques motifs que ce soient (ahhhh lesquels ? ça doit être assez marrant dans le fond ) qui accréditent tout ce qui peut émaner de Rosemar...Dans le fond, cela voudrait dire : Soit c’est une gros bouzbir et il n’y a pas de pilote dans l’avion, soit, il y a une volonté de ...Je ne sais quoi.
      Mais au moins, on peut rigoler .


    • soi même 22 septembre 02:00

      @rosemar Merci pour Brassens qui emmerde les cul bénis ?


    • arthes arthes 19 septembre 16:24

      Et « avec Frida la blonde quant elle devient  Margot. »..Le Rhin, et l’Europe rhénane, Frida l’ Allemagne, Margot la France...C’est Brel qui le dit 

      https://youtu.be/YVsyXS1BiAQ

      Brassens aimait bien aussi quand Margot dégrafait son corsage


      • exol 19 septembre 20:12

        @arthes
        Té la traitresse qui est allée s’inscrire chez Fufu en passant la pommade , t’es passée du côté obscur de la force ??? Dieu pardonne pas moi.


      • Yanleroc Yanleroc 20 septembre 12:37

        @exol, dernièrement pourtant, il t’ a bien été « pardonné » tes exactions !....

        Moitessier disait, j’ aide Untel, qui lui, en aidera un autre, et ainsi de suite .. 


      • popov 20 septembre 14:40

        @arthes

        Bonjour

        Frida la blonde, c’était pas l’Escaut et l’Yser plutôt que le Rhin ?


      • exol 20 septembre 16:42

        @Yanleroc
        Hé couillon c’était de la galéjade , un petit jeu entre Arthès et moi , maintenant je m’inquiètes , tu me mets le doute de savoir si Arthès est malade , si t’as des infos balances .


      • arthes arthes 20 septembre 17:51

        @exol

        Da...Justement, j’ai besoin d’un écuyer et d’un biographe pour m’accompagner dans cette aventure sulfureuse où, telle Tannhaüser des temps modernes je risque de me perdre, où d’ailleurs je me perds déjà...Veux tu y être mon âme damnée ?
        Aaaaaaah, le chemin risque d’être parsemé de périls et l’amère adversité nous guette, mais qu’importe, à nous deux, nous sauront vaincre, avec ma force et ton intelligence, nous triompherons (je ne sais pas de quoi encore , mais qu’importe !!!!)
        https://youtu.be/SRmCEGHt-Qk smiley (c’est booooo)  smiley


      • arthes arthes 20 septembre 18:07

        @popov

        Bonsoir,
        J’évoque le« Rhin romantique », je tente de transmuter le plomb (de ce billet) en or (du Rhin)
        https://youtu.be/5y5WBISKLd4


      • exol 20 septembre 19:09

        @arthes
        Euh avec mon intelligence on risque pas d’aller loin . J’ai lu sur wiki l’histoire de Tannhäuser , j’ai pigé que dalle et la musique au kilo est d’un chiant pas possible , je supporte pas l’opéra . Bon j’espère que tu vas bien ma poule et je m’en branle de Fufu comme de ma première chemise et en plus son site est merdique , où il n’y a que lui qui parle , ce con est tellement seul qu’il surveille toute la journée les IP de ses rares visiteurs .


      • arthes arthes 22 septembre 14:26

        @exol

        Osef pour Tannhaûser, c’est un trip mystique chrétien de toutes manières, je trip bien dessus , comme pour Wagner....Mais... Et Peut être cela te parlera, dans la tradition de Scaramouche (Italiano, Italanio) j’adore le théatre dans le style comédia del arte, (Ahhhh, Monsieur Poquelin, quel homme lui aussi !!!!) et si pour Baudelaire la vie est un vaste hopital empli de malades qui penseraient vainement : et qui guérir en se plaçant près du radiateur, et qui en se plaçant près_ de la fenetre, je trouve que Shakespeare est plus amène avec sa vision de la vie comme d’un théâtre, theâtre où nous gesticulons tous, la grande comédie en fait, et Avox aussi bien que Médisons regorgent d’acteurs dont nous sommes, en fin de compte où que nous nous situons ...Quant à régler les miens (de comptes cf certaines histoires et interventions iniques et déplacées, rapport à Steiner), ce ne sera pas sur Médisons...En principe (sauf si le diable me prend, et je suis parfois faible avec mes propres démons )

        Sinon, je vais très bien, merci mon choubichoux, i hope que toi aussi...


      • popov 19 septembre 16:45

        @rosemar

        en ces temps où le fanatisme religieux réapparaît

        Bonjour

        J’aurais plutôt choisi celle-ci.


        • tashrin 19 septembre 17:22

          Le premier rappeur !


          • popov 20 septembre 15:24

            @tashrin

            Le premier rappeur !

            Beaucoup plus subtil que le rap-nique-ta-race.


          • tashrin 25 septembre 09:16

            @popov
            Parce que vous n’avez jamais entendu que de la musique de mauvaise qualité, ca ne vous autorise pas à porter un jugement sur l’ensemble du genre :)


          • Samson Samson 19 septembre 17:29

            Oui, Brassens bouffait sans complexe et avec talent, non seulement du curé mais tout qui peut ressembler au représentant d’une autorité, religieuse ou pas :

            Le Gorille

            La Guerre de 14-18

            Hécatombe

            Le grand Pan

            ...

            Ce qui, comme il le précise par « J’ai déjà mon âme en peine », n’ôte rien à la question de la foi.

            En vous présentant mes cordiales salutations, merci de me rappeler Georges Brassens, je sais maintenant quoi écouter ce soir ! smiley



            • Samson Samson 19 septembre 20:18

              @Samson
              PS :
              « On perçoit, encore, une »pique« contre certains fous de Dieu, des bigots, ... »

              Concernant spécifiquement les curés et les bigots, la plus magnifique chanson de Brassens reste celle-ci. smiley


            • rosemar rosemar 19 septembre 21:51

              @Samson

              « Sans le latin, sans le latin, la messe nous emmerde... »


            • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 19 septembre 17:46

               Souvent Brassens nous a conté Margot

               ça devait être un chouette p’tit lot

               Mais à cause de son âme en peine

               Depuis il erre comme un âne en plaine ...

               c’est bien triste toussa ....faut que j’vais pleurer smiley


              • Raymond75 19 septembre 20:08

                Merci Rosemar d’évoquer souvent le souvenir de Brassens, qui semble avoir totalement disparu des médias ... Est-ce que les jeunes le connaissent ?


                • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 19 septembre 21:46

                  @Raymond75
                   
                  Mais bien sûr Raymond , tenez moi-même qui ai vingt ans passés de quelques décennies seulement j’ai entendu parler de Brassens par un américain* du Michigan qui interprète une de ses chansons (dont Brassens a composé la mélodie )
                    * personnage relativement sulfureux mais néanmoins émérite .


                • rosemar rosemar 19 septembre 21:52

                  @Raymond75

                  Merci pour ce message d’encouragement... Il faut les initier...


                • Yanleroc Yanleroc 20 septembre 12:03

                  @Raymond75

                  « Est-ce que les jeunes le connaissent ? »
                  Rassure-toi, au moins un ado le connait très bien et le chante : le mien, il a 18 ans ! Il connait en fait toutes les chansons que je connais en plus de ses raps de merde !

                  Exemple... ça fait drôle ! 



                  • rosemar rosemar 19 septembre 21:54

                    @Laconique

                    Je ne faisais qu’évoquer un lieu de paix, de concentration...


                  • Yanleroc Yanleroc 20 septembre 12:20

                    Il y a aussi celle-ci 

                    et celle-là reprise par Capdevieille à la télé (que je retrouve pas..), un incontournable qui’ il est bon de remettre dans les esprits !

                    Magnifique : sur un poème de François Villon (pas Fillon, hein !)

                    Brassens Président !


                    • rosemar rosemar 20 septembre 13:48

                      @Yanleroc

                      MERCI pour ces vidéos : Le rois des cons sous-titré en Grec : étonnant !

                      La ballade, oui, bien sûr :

                      http://rosemar.over-blog.com/article-ballade-au-moyen-age-111817395.html


                    • Massaliote 20 septembre 16:31

                      « en ces temps où le fanatisme religieux réapparaît.. » Allez Rosemar un peu de courage dites nous donc de quelle religion il s’agit ? Visez vous une religion dite de tolérance d’amour et de paix ?. Quelque bonze se serait il fait sauter dans une synagogue ? Quelque catholique aurait-il poignardé des passants en criant « Jésus est plus grand » ? Quelque juif aurait il décapité des athées ? Quant à l’ami Brassens il jouait sur du velours et ne risquait pas grand chose en attaquant le catholicisme, c’était dans l’air du temps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès