• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Choc des civilisations par Samuel Huntington

Le Choc des civilisations par Samuel Huntington

Franck ABED philosophe

Samuel Huntington, professeur à l’Université Harvard, dirigea le John M. Olin Institute for Strategic Studies. Il fut également expert auprès du Conseil national américain de sécurité sous le président Carter. Il a fondé la revue Foreign Policy, qu’il administra pendant de nombreuses années.

Selon l’auteur, tout commença à l’été 1993 par la publication d’un article qui s’intitulait : The Clash of Civilizations ? Il nous explique que d’après « les éditeurs de cette revue, cet article a suscité en trois ans plus de débats que tous ceux qui ont été publiés depuis les années quarante ; en tout cas, davantage que tout ce que j’avais écrit ». Il prend le soin d’ajouter que «  les réactions et les commentaires qu’il a entraînés sont venus de tous les continents et d’une foule de pays. Le public a été diversement impressionné, intrigué, choqué, effrayé et déconcerté par ma thèse ».

Depuis cette date, nous constatons que cet article provoque toujours de nombreuses controverses. Mais quelle position celui-ci défendait-il en définitive ? Laissons la parole à Huntington qui la présente en des termes très clairs : « Les conflits entre groupe issus de différentes civilisations sont en passe de devenir la donnée de base de la politique globale ». Il confesse volontiers que « cet article a touché le nerf sensible chez des personnes appartenant à toutes civilisations ». Devant les débats, les polémiques, les questions, les mauvaises interprétations, il a souhaité « vu l’intérêt soulevé, les comptes rendus erronés qu’on en a donnés et les controverses qu’il a fait naître  » approfondir dans un ouvrage « les points abordés dans cet article  ».

Beaucoup de personnes - américaines et étrangères - lui ont reproché d’alimenter le choc des civilisations, alors que lui exposait de son aveu « une hypothèse ». Il précisa : «  C’était le sens de mon article, dont le titre comportait un point d’interrogation - ce qu’on n’a en général pas remarqué ». De fait, cet article interrogeait - entre autres - la vaste et intemporelle question de la civilisation. Il a voulu avec ce livre « redéfinir les thèmes qu’il avait abordés, de développer de nombreuses idées, d’affiner, d’expliciter les nombreux sujets laissés de côté ou bien seulement effleurés  ». 

Effectivement, les matières traitées se montrent conséquentes. Nous citons les principales : «  Le concept de civilisation, la question de savoir s’il existe une civilisation universelle, la relation entre pouvoir et culture, l’évolution des rapports de force entre civilisations, l’adaptation d’une culture autre dans les sociétés non-occidentales, la structure politique des civilisations, les conflits engendrés par l’universalisme occidental, le militarisme musulman et l’affirmation de la Chine,  » etc. 

Nous trouvons ces thèmes passionnants, et indépendamment des analyses exposées par l’auteur, très bien présentés. Ainsi, Huntington définit les civilisations contemporaines suivantes : chinoise, japonaise, hindoue, musulmane, occidentale, latine, et africaine « si possible ». Huntington ne voit pas l'Afrique comme une civilisation en soi, au contraire de Fernand Braudel. Certains analystes émettent des critiques contre cette classification : bien qu’offrant une lecture tentante car aisée, celle-ci s’avère aussi, à leurs yeux, réductrice et simplificatrice…

Huntington prévient d’emblée que « ce livre n’a pas été conçu comme un ouvrage de sciences sociales. C’est plutôt une interprétation de l’évolution de la politique globale après la Guerre froide. Il entend présenter une grille de lecture, un paradigme de la politique globale qui puisse être utile aux chercheurs et aux hommes politiques  ». Par conséquent, au sujet de cette fameuse «  interprétation », il ne faut jamais oublier plusieurs éléments factuels en lisant et en étudiant cette étude remarquable : l’auteur est américain, WASP et politiquement conservateur ou néo-conservateur. Ce qui explique que nous pouvons exprimer certaines réserves envers les idées proposées par Huntington, quant à la défense de l’Occident et de sa civilisation. La politique atlantiste ne peut correspondre à notre vision des choses concernant les relations internationales.

D’une manière générale, nous comprenons pour quelles raisons ces thèses continuent de faire couler beaucoup d’encre. Effectivement, l’auteur énonce plusieurs vérités, loin du politiquement correct et de la chape de plomb idéologique qui sévissent en France. Pourtant, Huntington ne me semble pas provoquant, outrancier et excessif. On peut, certes, ne pas le suivre sur tout sans forcément l’accuser de tout et n’importe quoi. 

En fin de compte, loin de vouloir hâter le choc des civilisations, il définit des réalités observables par tous. Il estime que les oppositions entre les grands blocs civilisationnels reposent sur la religion, le territoire, le passé, le projet politique… Aussi curieux que cela puisse paraître, son ouvrage n’a pas tant vieilli que cela. Effectivement les lignes de fractures esquissées dans sa thèse restent pour la plupart valables, 24 ans après sa première publication.

En partant des constats que fait Huntington, il considère que « la survie de l’Occident dépend de la réaffirmation de son identité occidentale : les Occidentaux doivent admettre que leur civilisation est unique mais pas universelle, et s’unir pour lui redonner vigueur contre les défis posés par les sociétés non occidentales ». Il écrit sans détour que « nous éviterons une guerre généralisée entre civilisation, si, dans le monde entier, les chefs politiques admettent que la politique globale est devenue multi-civisationnelle et qu’ils coopèrent à préserver cet état de fait ».

Il nous paraît difficile d’accuser Huntington de malhonnêteté intellectuelle, surtout quand on lit sous sa plume l’analyse suivante : « La chrétienté occidentale a émergé comme civilisation distincte aux VIIIème et IXème siècles. Pendant plusieurs centaines d’années, cependant, son niveau a stagné loin derrière celui d’autres civilisations. La Chine des dynasties T’ang, Sung et Ming, l’islam, du VIIIème au XIIème siècle, et Byzance, du VIIIème au XIème siècle, surpassaient de loin l’Europe en richesse, en extension géographique, en puissance militaire, en production artistique, littéraire et scientifique  ». 

Huntington explique ensuite les raisons qui ont permis à l’Europe de dominer ses rivaux et de les influencer pour de nombreuses années : « Les structures sociales, les relations de classes en Occident, la montée des villes et du commerce, le partage relatif entre nobles et monarques, entre religieux et laïcs, le sentiment de conscience nationale croissant chez les Occidentaux et le développement de bureaucraties étatiques ». Toutefois, il confirme que « la source directe de l’expansion occidentale fut cependant la technologie : l’invention de la navigation transocéanique a permis de franchir de longues distances et le développement de la puissance militaire de faire des conquêtes ». 

Dans le même ordre d’idée, chacun sera libre de constater que « l’expansion de l’Occident a aussi été facilitée par la supériorité de son organisation, de sa discipline, de l’entraînement de ses troupes, de ses armes, de ses moyens de transport, de sa logistique, de ses soins médicaux, tout cela étant la résultante de son leadership dans la révolution industrielle  ». Aujourd’hui encore, même si les pays européens connaissent un réel déclin, ils restent à la pointe dans de nombreux domaines, notamment scientifiques et technologiques. Pour combien de temps encore ? Vaste question…

J’ai toujours exprimé les plus grandes réserves à l’endroit du projet colonial, notamment à cause des fondamentaux idéologiques dont ses promoteurs se glorifiaient. Il est donc intéressant de lire le propos suivant sous la plume de l’auteur : « Il faut admettre que toute intervention de l’Occident dans les affaires des autres civilisations est probablement la plus dangereuse cause d’instabilité et de conflit généralisé dans un monde aux civilisations multiples ». 

Ce propos appelle principalement deux commentaires. Premièrement, il paraît difficile, à l’aune de cette remarque, de définir Huntington comme un chantre de la guerre à outrance ou un promoteur du conflit violent de civilisations, même si son livre forme la base idéologique de la guerre contre le terrorisme menée par les Etats-Unis d’Amérique. 

Secondement, il faut aussi reconnaître que les U.S.A incarnent parfaitement cette politique interventionniste et d’ingérence qui sème véritablement une pagaille noire aux quatre coins de la planète. Il convient de dénoncer l’état de guerre permanent auquel malheureusement les différents gouvernements américains - démocrates et républicains - contribuent et nous habituent depuis leurs origines…

Huntington pense « que dans les temps à venir, les chocs entre civilisations représentent la principale menace pour la paix dans le monde, mais ils sont aussi, au sein d’un ordre international, désormais fondé sur les civilisations, le garde-fou le plus sûr contre une guerre mondiale ». 

En guise de conclusion, nous ne pouvons être plus qu’inquiets pour notre survie en France et en Europe, car les dirigeants de la France et de l’Union Européenne paraissent incapables de comprendre ce qu’est réellement notre civilisation européenne. De plus, ils semblent bien impuissants pour la défendre et la renforcer, face aux menées impérialistes des autres blocs civilisationnels comme le monde musulman, la Chine et… les USA !

 

Franck ABED


Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Schrek Séraphin Lampion 6 mai 2020 09:21

    produit extrêmement toxique

    ne pas laisser à portée des enfants


    • Franck ABED Franck ABED 6 mai 2020 09:25

      @Séraphin Lampion
      Avez-vous lu ma chronique ? Quant à l’ouvrage...


    • Schrek Séraphin Lampion 6 mai 2020 09:28

      @Franck ABED

      oui, j’ai lu.
      et je suis moi-même incapable de comprendre ce que signifie « civilisation européenne ».
      inutile d’argumenter, mes capacités intellectuelles ne me permettent pas de suivre


    • aliante 6 mai 2020 14:10

      @Séraphin Lampion

      On a plus à faire à l’occidentalisation du monde et ses résistances qu’au choc des civilisations ,il n’y a qu’à voir la bien pensance occidentale qui passe ses journées à distribuer des bons ou des mauvais points au monde entier


    • Jonas Jonas 6 mai 2020 20:44

      @Séraphin Lampion « et je suis moi-même incapable de comprendre ce que signifie « civilisation européenne ». »

      Le Christianisme particulièrement, a façonné depuis plus de 1500 ans, la sensibilité de la civilisation européenne, sa vision du monde, son langage, créant un ensemble de repères communs culturels, littéraires et artistiques (fêtes traditionnelles religieuses, dimanche jour de repos, calendrier, saints, prénoms, etc...). Un regard positif sur le reste du monde, un certain sens de l’humanisme, le message christique et la pensée chrétienne diffusant des valeurs de respect et de tolérance (Lire la Bible : Béatitudes, Humilité, Don de soi, les papes seront les premiers à bannir l’esclavage, héritage des sociétés gréco-romaines et orientales, du continent européen dès le Vème siècle), même si les mauvaises interprétations des Ecrits ont laissé des erreurs dans l’Histoire.
      Visitez les cathédrales, les basiliques, les églises européennes (et d’Orient !), les musées (le Louvre par exemple, magnifique !) et vous pourrez y admirer la richesse extraordinaire des images bibliques aussi bien au niveau des peintures, des sculptures que de l’architecture.
      Il n’existe pas en Europe un village sans son église.
      Les universités qui se construisent sur toute l’Europe occidentale, sont à la charge de théologiens, prêtres, chanoines, abbés, soeurs, ordres catholiques bénédictins, cisterciens, franciscains, dominicains,... dans la hiérarchie du Pape de Rome.
      C’est l’unité catholique de l’Europe qui permet par exemple à un Nicolas Copernic d’étudier dans l’université de Cracovie dans le royaume de Pologne, puis dans celles de Bologne, Rome, Padoue, Ferrare en Italie.
      Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ?
      Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?

      La gastronomie raffinée que vous dégustez (vins d’abbayes, bières, liqueurs, miel, jambons, fromages...), ont été dans la grande majorité des cas bonifiés par des moines.

      La littérature chrétienne, le « Paradis perdu » de Milton, « Polyeucte » de Corneille, « Esther », « Athala » de Racine, Bossuet, etc... la musique sacrée de Palestrina, Hildegarde Von Bingen, Bach, Mozart, Vivaldi, Gounod, Schubert, etc... entre autres forment les piliers de la culture européenne.
      Le calendrier de tous les pays européens est basé sur la naissance du Christ.
      Chaque jour, on fête un saint de l’Église catholique.
      Le dimanche est jour de repos pour tous, jour du Seigneur.
      Toutes les Églises font sonner leur cloches chaque heure qui passe.
      Les fêtes traditionnelles sont de tradition chrétienne (Noël, Pâques, Ascension, Assomption, Épiphanie, Toussaint, Carême, Pentecôte,...).
      Noël est fêtée depuis 15 siècles.
      Avant que le terrorisme islamique n’interdise toute représentation du Christ sur la voie publique, des crèches géantes étaient organisées à Noël, et ça ne gênait personne.


    • HELIOS HELIOS 6 mai 2020 21:03

      @aliante

      = = = l’occidentamisation du monde ... = = =

      Je pense personnellement qu’il n’y a pas d’occidentalisation du monde !

      le monde est divisé en 3 « espaces » civilisationneles....
       les europeens avec les 2 amériques et leurs possessions allant du Groenland a l’Australie et les confettis a droite a gauche... majoritairement blancs, de sensibilité chrétienne...
       les asiatiques , plus ou moins stratifiés entre deux parties chinoises, plus les indiens, les asiatique meridionaux du Japon, Coréees, Viets, Laos, Cambodge... sachant que les asiatiques a majorité jaunes, pourraient sur le long terme se joindre au groupe européens par rapprochement mutuel...
       les musulmans... vous remarquerez que je ne les nomme pas en fonction de leur localisation, car ils sont disséminés partout ailleurs, en Orient, en Afrique et sont comme n’importe quel virus (c’est l’époque) contaminant ainsi par plaque les zones grises de contact entre les deux espaces cités plus haut.... et qui profitent d’une organisation ouverte pour se faufiler jusqu’au coeur des autres civilisations.

      Alors... parler de guerre de civilisations, ce n’est pas le cas... comme toujours, il s’agit de frontières qui sont evidement toujours contestées mais finalement stables
      Le monde se porterait bien ainsi, si... et hélas, cela va me couter quelques moinsages, il n’existait pas, ou si on mettait fin a la musulmanisation, c’est a dire en deconnectant la sensibilité religieuse de l’islam de sa representation sociale et politique car c’est cette dernière qui pose problème comme ce fut le cas au temps des grands empereurs chinois ou de l’inquisition chretienne 

      Cela me semble helas loin d’arriver, car, comme pour le coronaviruus, on n’utilise pas les bonne methodes de protections et on rejette la Chloroquine civilisationnelle...


    • Albar Albar 6 mai 2020 21:48

      @aliante
      Il n’y a pas de choc des civilisations, il n’y que des sionistes (juifs et chrétiens) qui veulent la domination du monde, à la gloire de Satan.
      https://youtu.be/AwJ-iU-erAY


    • Jonas Jonas 7 mai 2020 00:48

      @Albar "Il n’y a pas de choc des civilisations, il n’y que des sionistes (juifs et chrétiens) qui veulent la domination du monde, à la gloire de Satan."

      La mise en oeuvre du Nouvel Ordre Mondial prôné par les élites qui nous gouverne et la super-classe mondiale, passe par la destruction des civilisations.


    • aliante 7 mai 2020 02:54

      @HELIOS

       
      une civilisation ne se construit pas en circulant avec des mitrailleuses sur des 4x4 made in japan ou des stingers made in usa ,la musulmanisation c’est les délires du Rn ou de Zemmour ,le choc des civilisations c’est du pipeau ,si vous suivez l’actualité vous connaissez la genèse de l’extrémisme :Des barbus fabriqués par l’occident Notamment les Anglo saxons pendant la guerre russe en Afghanistan
      et remis en scelle dans la guerre en Libye puis en Syrie
       D Devillepin lui même a reconnu que l’occident a enfanté Desh ,L Fabius trouvait qu’ils faisaient du bon boulot :je les cite.
       Tout ça c’est du management occidental le reste c’est du théâtre de bazar au profit du capitalisme occidental mondialisé ,vous pensez pour créer un nouvel ordre mondial occidental et Oui<< Non personne je dis bien personne ne pourra s’y opposer (Sarkozy)>> laisser le moindre cm2 aux adeptes du monde sans capital occidental oh Non !? même les malheureux peuples des forets on leur pollue leur rivière ,on leur coupe leur arbres, détruit leur habitat Plus aucune civilisation ne dort tranquille aujourd’hui sous peine d’alimenter le choc des civilisation terme fourre tout
      oui même les Iraniens les gênent vous savez ses Mollahs
      les Africains parlent tous français ou anglais ,ils sont vêtus comme les européens elle est ou leur culture ancestrale ? entre les frigo de coca-cola et les voitures et les camions recyclés et j’en passe d’autres production et agriculture importé d’ailleurs
      Certains essaient de résister à cette destruction et c’est là que rentre toute la propagande sur le choc des civilisation il faut bien donner des habits aux mensonges le choc des civilisation c’est la guerre aux dernières résistances
      Les Chinois que nenni ils sont convertis regardez les ils mangent comme 4 ils polluent ,ils produisent ,ils s’enrichissent les Russes idem ,les Indiens suivront
      vous êtes juste programmé à détester ceux qui sont opprimés


    • aliante 7 mai 2020 02:55

      @aliante

      en selle et non en scelle


    • Franck ABED Franck ABED 7 mai 2020 08:24

      @Jonas
      Intervention très pertinente !


    • Franck ABED Franck ABED 7 mai 2020 08:25

      @aliante
      Lors de la conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, il n’y avait pas d’anglo-saxons qui finançaient les barbus...


    • aliante 7 mai 2020 14:31

      @Franck ABED

      le modèle occidental est persuadé d’être le meilleur. Il joue de la fascination qu’il exerce sur les élites et les peuples pour s’exporter au Sud et à l’Est. L’universalisation du modèle se heurte pourtant à des résistances et à des obstacles de toutes natures. Son triomphe même engendre des ferments de décomposition qui suscitent des alternatives possibles, que l’auteur tente d’explorer dans ce livre.

      de Serge Latouche


    • Decouz 6 mai 2020 10:40

      L’ouvrage est plus nuancé que ce qu’on lui a prêté, mais le mot « choc » du titre explique aussi cela.



        • Pierre Régnier Pierre Régnier 6 mai 2020 19:56
          Un grand merci à l’auteur pour cet excellent article sur un livre essentiel, aujourd’hui plus utile que jamais, même si constamment attaqué, depuis sa parution, par de nombreux individus qui ne l’ont pas lu.

          • Franck ABED Franck ABED 7 mai 2020 08:23

            @Pierre Régnier
            La majorité des personnes qui parlent de ce livre ne l’a pas lu. Merci de votre commentaire.


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 7 mai 2020 05:47

            La « guerre » est finie, sauf celle des « Chefs des Tas » contre leurs peuples !

            https://web.facebook.com/M.A.Madjour/posts/4287500224608691

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité