• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le cofondateur du RN Jean-Marie Le Pen condamné en appel pour des propos (...)

Le cofondateur du RN Jean-Marie Le Pen condamné en appel pour des propos jugés homophobes

Le jeudi 3 octobre dernier, la cour d’appel de Paris a condamné Jean-Marie Le Pen pour deux injures publiques adressées à la communauté homosexuelle et particulièrement au policier Xavier Jugélé, tué dans l'attentat des Champs-Élysées en 2017.

Un rapprochement entre homosexualité et pédophilie qui passe mal

Un verdict était tombé en première instance le mercredi 28 Novembre à Paris. Jean-Marie Le Pen qui avait été accusé pour des propos homophobes avait été condamné. L’homme de 91 ans, alors hospitalisé ne s’était pas rendu à l’audience et s’était fait représenter par son avocat.

Réputé pour ses prises de positions radicales, Jean-Marie Le Pen est un habitué aux amendes et enchaine les affaires judiciaires à grosses polémiques. Déjà depuis 1987, l’ancien député s’était vu contraint de verser la lourde somme de 1,2 million d’euros à onze associations pour son point de vue scandaleux sur les chambres à gaz pendant la guerre. Loin de se laisser démonter et brandissant sa liberté d’expression, l’ancien leader d’extrême droite a continué d’alimenter les débats sur Pétain, l’immigration et bien d’autres sujets.

De 2016 à 2017, Jean-Marie Le Pen s’étend sur l’homosexualité en multipliant des déclarations jugées scandaleuses. En mars 2016, il fait clairement le rapprochement entre les agressions pédophiles dans l’Eglise et l’homosexualité, au moment où le cardinal Barbarin est sous le feu des projecteurs, accusé pour non dénonciation d’abus sur mineurs sous sa responsabilité. M. Le Pen affirmait clairement dans une vidéo sur son fameux Journal de bord  : « L’abaissement des règles morales est une constante d’une société décadente, et je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse… interdites, mais tout de même, dans l’exaltation de l’homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l’enfance et la jeunesse ». Ces propos choquent et sont assimilés par la justice à une exhortation à la mise au ban des homosexuels. 

Plus tard en décembre 2016 lorsque Le Figaro interroge Jean-Marie Le Pen en direct sur Facebook, à propos de la représentation des homosexuels au sein du RN, l’homme récidive : « les homosexuels, c’est comme le sel dans la soupe  : s’il n’y en a pas assez c’est un peu fade, s’il y en a trop c’est imbuvable ».

Deux jours plus tard, l’association Mousse porte plainte contre Jean-Marie Le Pen pour incitation à la haine à raison de l’orientation sexuelle.

Enfin en avril 2017, toujours dans son journal de bord diffusé sur YouTube, Jean-Marie Le Pen avait réagi aux obsèques du policier Xavier Jugélé tué dans un attentat djihadiste sur les champs Elysées, et précisément à l’intervention de l’époux éploré du défunt : «  Il y avait dans cette cérémonie une équivoque et qu'on rendait plutôt hommage à l'homosexuel qu'au policier (…) Je pense que cette particularité familiale doit être tenue à l’écart de ce genre de cérémonie, qui gagnerait d’ailleurs à plus de discrétion ».

Si cette énième sortie devant une France émue, l’accable devant les tribunaux, elle lui coûte même une désolidarisation au sein de toute la classe politique y compris au sein de son parti.

Condamné en appel

Ce jeudi dernier, Jean-Marie Le Pen a été condamné à deux peines de 30 jours-amende à 40 euros, soit 2.400 euros d’amende pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement, confirmant le délit d’« injure » dû au rapprochement entre l’homosexualité et la pédophilie ainsi qu’à ses affirmations concernant l’époux endeuillé de Xavier Jugélé. En première instance, il s’était vu infliger une peine moindre, soit 800 euros d’amende pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement. En revanche, il a été relaxé des délits de provocation à la haine et à l’injure. Selon la cour d’appel, citée par Le monde, Jean-Marie Le Pen dans ses propos sur le Figaro « n’avait pas excédé les limites du droit à l’humour ».

Pour l’association Mousse à qui le cofondateur du RN devra payer 2.000 euros de dommages et intérêts et 2.000 euros au titre des frais de justice, c’est une autre victoire dans la lutte pour les discriminations homophobes et sexistes. « Ces indemnités permettront de faire un don à l’association Ardhis, qui soutient les réfugiés LGBT. Merci M. Le Pen », a déclaré l’association dans un communiqué rapporté par Le parisien.

Du coté Le Pen, c’est aussi une victoire pour la « liberté d’expression » selon Frédéric Joachim, avocat de la défense. Le conseil s’est dit « heureux de constater que sur les six poursuites intentées, Jean-Marie Le Pen a été relaxé pour quatre d’entre elles ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.36/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 octobre 10:53

    Jean-Marie Le Pen a été exclu du Front National en 2015 par sa fille qui a ensuite modifié les statuts du parti co-fondé par son père et a donné au mouvement le nom de Rassemblement National en mars 2018.

    Si Le Pen est bien co-fondateur avec Duprat (ordre nouveau) du FN, il n’est plus rien dans le RN, et dire qu’il en est co-fondateur parait abusif.

    De Gaulle n’était co-fondateur ni du RPR ni de l’UMP, mais de l’UNR puis de l’UD-Ve qui les ont engendrés.


    • kimonovert 7 octobre 11:29

      @Séraphin Lampion

      Seraphin bonjour, LAMPION = suif ou huile avec une mèche pour éclairer ou pour faire des illuminations ! Nécessaire pour se repèrer dans l’obscurité ou pour éclairer le danger...les deux contribuant à l’ambiance actuelle... D’utilité publique !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 octobre 11:44

      @kimonovert

      pour changer la nuit en jour, il faudrait bien 20 000 lampions,
      même un phare n’y arrive pas


    • CLOJAC CLOJAC 7 octobre 11:02

      Vu son âge, JMLP serait bien inspiré de trouver un psy qui le déclare gâteux ( les juristes diront manque de discernement) et on lui foutra la paix.

      Anosognosique c’est pas mal non plus mais c’est déjà pris.


      • popov 7 octobre 15:12

        @CLOJAC

        Bonjour

        Je crois qu’il fait partie du système :
        Dans un premier temps, il dit une vérité sur un sujet comme l’immigration. Vérité grosse comme une montagne mais que le gouvernement ne veut pas entendre.
        Dans un second temps il dit une bêtise qui le fait passer pour un gros facho.
        Et le tour est joué. À partir de ce moment, tous ceux qui répètent ses idées sur l’immigration sont accusés de fascisme.
        La manipulation consiste à associer une bêtise à une vérité de façon à faire taire ceux qui voudraient reprendre cette vérité.


      • OMAR 7 octobre 18:35

        Omar9
        .
        @popov
        .
        Tu as bien donné un exemple, l immigration, quand J.M,L,P. dit une vérité.
        .
        Par contre, rien, quand ce même J.M.L.P. dit une bêtise.
        .
        Oui, pour toi, être raciste et/ou antisémite, c est juste une bêtise, un détail....
        .
        Ne pas citer ces abjection, c est juste une lâcheté de ta part.
        .
        Ah, purée, je viens de dire une bêtise avérée !!!


      • exol 7 octobre 23:07

        @CLOJAC

        Toi t’as un problème avec la psychanalyse , et même à l’âge que tu as , tu ne pourras jamais égaler l’élocution de jean marie a 91 balais.


      • armand 7 octobre 11:08

        Costaud le vieux, je l’ai entendu récemment sur FI (si si... !) il a été plutôt bon.


        • Jelena Jelena 7 octobre 11:37

          Normal, c’est l’extrême-gauche qui est au pouvoir et dans un pays communiste, on a le droit de rien dire.


          • L'Astronome L’Astronome 7 octobre 11:50

             

            Plus le droit de s’offusquer de comportements auxquels on n’adhère pas, plus le droit de se moquer, plus le droit de critiquer, plus le droit de rire... quelle triste époque s’ouvre devant nous.

             


            • L'Astronome L’Astronome 7 octobre 11:52

               
              C’est peut-être pour cela que l’antonyme de gay est « triste ».
               


            • robert robert 7 octobre 12:35

              en critiquant l’homosexualité, la pédophilie, les juifs, la PMA, le mariage pour tous, on s’expose à des poursuites

              à quand des pousuites pour offenses aux fouteux ??

              bon ! je la ferme


              • San Jose 7 octobre 13:12

                @robert
                .
                Des poursuites pour se moquer des fouteux, non, mais des fouteuses, sait-on jamais. 


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 octobre 13:46

                @San Jose

                des fouteuses de m.... ?


              • ZenZoe ZenZoe 7 octobre 13:48

                Et pendant ce temps-là, dans les préfectures....


                • OMAR 7 octobre 18:56

                  Omar9

                  .

                  @ZenZoe

                  .

                  Et pendant ce temps-là, dans les préfectures, un sourd-muet a crié « Allah-Akbar ».

                  http://www.lefigaro.fr/actualite-france/info-le-figaro-selon-un-temoignage-le-tueur-de-la-prefecture-de-police-aurait-crie-allah-akbar-la-nuit-precedente-20191004

                  .

                  Oh mon Dieu, que les oreilles des islamophobes sont impénétrables !!!


                • Cadoudal Cadoudal 7 octobre 19:08

                  @OMAR
                  C’est sur qu’un cou de kouffar est beaucoup plus pénétrable que les voix de momo le pédo....

                  http://www.leparisien.fr/faits-divers/attaque-a-la-prefecture-l-inquietante-cle-usb-retrouvee-chez-l-auteur-de-la-tuerie-07-10-2019-8168076.php


                • assouline assouline 7 octobre 14:09

                  Qu’y a-t-il donc d’homophobe à dire que l’homosexualité d’un policier est une caractéristique individuelle et personnelle qu’il n’y a pas lieu de souligner à l’occasion d’une cérémonie solennelle, solennelle au motif de la fonction même de l’agent de police ?

                  Nous voilà bien susceptible...

                  On ne voit ici aucun jugements de valeur ni considérations dégradantes portés à l’encontre de l’homosexualité...

                  On peut légitimement être agacé de ce que ce qui n’est un trait de la vie très privée de l’agent vienne à être exprimé si publiquement en pareille occasion...

                  A moins que la victime elle-même ce soit prononcée en diverses occasions sur son souhait de voir mis en avant ce fondement de sa personnalité et de son existence...

                  La-dessus, le conjoint malheureux est mieux renseigné que nous le sommes...

                  Qu’en aurait-il été si la victime avait été le fils d’un viol ?

                  Ne se serait-on pas offusqué de voir cet aspect de son existence rappelé à l’occasion d’une cérémonie solennelle et sans rapport ?

                  L’évocation de l’homosexualité de l’agent à l’occasion des hommages solennels ne tient qu’au fait que son amant faisait lui-aussi parti de la Maison et qu’il s’est exprimé publiquement sur son lien avec la victime...

                  D’où il vient que les propos de Jean-Marie Le Pen étaient déplacés, comme cherchant à organiser le scandale sur une question qui s’y prète trop...

                  Et l’ambiguïté... Toujours cette ambiguïté...

                  Des propos sans objet mais certainement pas homophobes...


                  • A son âge, JMLP dit ce qu’il veut, il a la sagesse et la notabilité de l’ancien... Ce ne sont pas des juges qui pourraient être ses petits-enfants qui lui diront ce qu’il doit dire et penser !


                    • kimonovert 7 octobre 18:13

                      Pour sûr, mère Denis, qu’un vieux con peut encore avoir à apprendre de jeunes cons : du genre « La loi est la même pour tous » !


                      • marmor 7 octobre 18:46

                        @kimonovert
                        N’oubliez jamais
                        « le temps ne fait rien à l’affaire
                        quand on est con on est con
                        petit con de la dernière averse
                        vieux con des neiges d’antan »

                        Vous vous situez où vous ?


                      • kimonovert 7 octobre 19:24

                        @marmor

                        Vieux con ! bien sûr...Voyez comment avoir réponses à tout et à tous ! Et vous ?sans vouloir non plus dévoiler un secret...

                        Mais c’est quoi la connerie ? Le sujet reste bizarrement sous-exploité. Par une sorte de fausse pudeur, on le cantonne dans les départements périphériques et bas de l’esprit. Réfléchir sur la connerie, peut-être, mais à condition de mettre des gants et de s’essuyer les pieds en sortant. Pourtant la connerie est un sujet profond, multiforme et universel, indissociable de la condition tragique et dérisoire de l’espèce humaine. Il ne relève qu’accessoirement de la plaisanterie et de la polémique, que ce petit essai, du reste, ne cherche pas à éviter. Il y a ce qu’il faut de rire et de mauvaise foi dans ces pages pour dérouter les tâcherons du discours en trois points. Car, à l’encontre de ce qui st généralement admis, l’auteur soutient que la Raison n’est pas l’ennemie jusrée de la connerie, qu’il existe entre elles une connivence, que la Raison est conne, au moins dans un certain usage grossier de ses pouvoirs. Contrairement à la bêtise, cette marche loupée de l’intelligence, la connerie déborde notre pouvoir de lucidité. Monsieur Teste pouvait prétendre : la bêtise n’est pas mon fort ; il n’aurait pas pu en dire autant de la connerie. J’écris sur la connerie, sans doute pour conjurer la mienne à travers l’évocation de celle des autres, admet l’auteur. Comme aurait pu dire Sartre : si je range l’impossible Salut au magasin des accessoires, que reste-t-il ? Un con fait de tous les cons et qui les vaut tous et que vaut n’importe quel con.

                        Ce que disent les cons ? Ils ne le savent pas eux-mêmes, c’est leur sauvegarde. La parole du con, sans être libérée du sens, ne s’astreint pas à l’exactitude. Crécelle à vocation phatique, destinée à repousser le silence dans les coins. Le con s’accroche aux lieux-communs comme un trapéziste saoul à son filin. Il agrippe la main courante des phrases toutes faites et ne lâche plus.

                        Georges Picard dans De la connerie (Corti).

                        Un monde sans connards est possible !

                        En fait, non. Désolés. Mais ça n’empêche pas d’y réfléchir. La connerie, chacun la connaît : nous la supportons tous au quotidien. C’est un fardeau. Et pourtant les psychologues, spécia­listes du comportement humain, n’ont jamais essayé de la définir. Mieux la comprendre pour mieux la combattre, tel est l’objectif de ce livre, même si nous sommes vaincus d’avance. Des psys de tous les pays, mais aussi des philosophes, sociologues et écrivains, nous livrent ici leur vision de la connerie humaine.

                        Psychologie de la connerie

                        Sous la direction de Jean-François Marmion, un tableau clinique non définitif : « Le con chasse en meute et pense en troupeau », il « sait tout mieux que vous » ; contre lui, « la légitime défense est un piège » car à tenter de le raisonner on entre dans son jeu et court le risque d’apparaître comme son autre symétrique. C’est « l’effet miroir »… Surtout s’il se présente comme un champion de « l’anticonformisme », un héros de la lutte contre le « politiquement correct » – notre nouveau point Godwin. Serge Ciccotti évoque l’approche scientifique, à travers les nombreux « biais cognitifs » qui se manifestent dans le raisonnement altéré des cons : « l’illusion de contrôle » de celui qui appuie frénétiquement sur le bouton de l’ascenseur quand il est pressé, le biais rétrospectif qui fait dire à tout bout de champ « je le savais », ou encore l’effet Dunning-Kruger : vouloir à tout prix « t’expliquer ton boulot » alors que « les personnes incompétentes tendent à surestimer leur niveau de compétence » et ne parviennent pas davantage « « à reconnaître la compétence chez ceux qui la possèdent » ; le biais de confirmation, ou la propension à ne retenir que ce qui confirme ce qu’on sait ou croit savoir déjà ; « l’acceptation inconditionnelle de soi », à distinguer de l’estime de soi, laquelle s’appuie sur la performance et peut être sujette à variations…

                        Que faire des cons ?Pour ne pas en rester un soi-même

                        Votre vie est encombrée d’une ou plusieurs créatures malfaisantes ? Vous désirez surmonter cette odieuse expérience et savoir comment vous en défaire ? Avec humour, bienveillance et sagesse, ce livre propose une nouvelle éthique pour penser et soigner ce fléau de notre temps, maladie du collectif et poison de nos vies individuelles.

                        Maxime Rovere

                        Le philosophe s’emploie à dégager des lignes de fuite dans une perspective constructive. Prenant acte du piège que constitue toute tentative de ramener le con à la raison, il suggère d’adopter au contraire une forme de sagesse relevant en l’occurrence « de la sainteté et de la grâce ». Car si les cons nous accablent et s’obstinent, ils nous amènent à faire « l’expérience de nos propres limites ». Et face au « naufrage interactionnel » consistant à perdre toute patience et bienveillance, à s’éloigner à proportion même de son idéal d’humanité, il convient de prendre en compte que les qualités d’intelligence et de tact ne tiennent leur sens qu’à la mesure de ce défi. Car le mépris est contagieux. L’inspiration spinoziste de l’auteur lui indique qu’en philosophie les jugements moraux ne servent à rien et que l’essentiel est de comprendre, ce qui signifie considérer ces comportements « comme un problème concernant des lignes, des corps ou des points », more geometrico, à la façon du géomètre.


                      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 7 octobre 19:41

                        Il faudra bien que les juges paient un jour pour condamner sur des opinions dont la liberté est garanties par l’article 10 des droits de l’homme de 1789.

                        Je vois bien le psaume 58 (57 dans la vulgate) s’abattre sur eux dans peu de temps.


                        • cétacose2 7 octobre 20:29

                          JMLP....comme : Je Méprise Les Pédérastes et qui a bien raison, d’oser dire ce personne n’ose penser ......


                          • soi même 7 octobre 21:19

                            Je le plein, non pour ses propos, main pour le nuage de cendre qui adombre son individualité.


                            • soi même 7 octobre 21:21

                              Je le plein, non pour ses propos, mais pour le nuage de cendre qui adombre son individualité.


                            • Aimable 8 octobre 09:34

                              Un ado agressé par un homo prédateur , se méfiera des homos , prédateurs « ou pas » toute sa vie .


                              • eric 8 octobre 15:50

                                Vieille annecdote soviètique. C’est un type qui distribue des tracts sur la place Rouge à Moscou. Evidemment, il se fait interpeller par les flics, qui découvrent qu’il distribue des pages blanches et s’en étonnent. Ben quoi dit le type, tout est clair non ?

                                Mais notre système judiciaire est plus sophistiqué. Il saura condamner même les distributeurs de pages blanchea


                                • Emohtaryp Emohtaryp 8 octobre 18:27

                                  Le Pen condamné en appel pour des propos jugés homophobes

                                  Papy n’aime pas Chou piné ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès