• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le commerce des reliques nazies se joue de la législation française

Le commerce des reliques nazies se joue de la législation française

On croit parfois, que le commerce des articles nazis est interdit en France. Ce n'est pas le cas. En revanche, l'exhibition de ces symboles tant numériquement que physiquement n'est pas autorisée. Cela n'empêche pas la société estonienne Espenlaub Militaria d'en faire un fructueux commerce sur notre hexagone. A tel point que cette entrerprise présente une version de son site intégralement en français. Pourtant cette activité, moralement condamnable par certains de ses aspects tels que le pillage des dépouilles mortuaires, est bien pratiquée sselon des modalités illégales dans notre pays.

Cet article est paru sur le blog personnel de Bernard Grua

Commerce reliques nazies Espenlaub

 

 

Présentation de la société Espenlaub Militaria

 

Historique et sources d’approvisionnement

 

A la lecture de son site web, on apprend, qu’Espenlaub est le nom d’un aérodrome allemand – “Flieger-Horst Kommandatur 19”, qui a été basé, dans les années 1941 à 1944, à Laksberg, Tallinn, Estonie. “Espenlaub” veut dire “feuille de tremble” dans la langue de Goethe. Les fondateurs de la société ont décidé d’utiliser ce nom, disent-ils, car ils ont trouvé leurs premier objets dans les vieux bâtiments de cet aérodrome, il y a 35 ans. Ils ont commencé à collectionner leurs trouvailles. Plus tard, le premier rassemblement de collectionneurs, qu’ils ont rejoint, se tenait à Riga en 1986. Ils y ont noué leurs premiers contacts.

 

Espenlaub Militaria affirme que ses produits sont acquis auprès de vétérans de la seconde guerre mondiale, à partir des stocks militaires des anciennes républiques d’URSS, auprès des théâtres, auprès des musées privés, auprès des opérateurs et auprès de collectionneurs, partout dans le monde. Dans le même temps, Espenlaub dit continuer à trouver de nombreux articles dans les vieux greniers, les bâtiments agricoles et les usines. Il en achèterait, aussi, sur les marchés aux puces.

 

Le personnel souhaite indiquer à ses clients et prospects, qu’il ne vit pas à des milliers de kilomètres des champs de batailles de la seconde guerre mondiale mais très exactement aux endroits où les “réelles actions” ont eu lieu. Cela l’aide beaucoup à chercher (?) et à acheter les éléments intéressants et rares de la seconde guerre mondiale.

 

Page d'accueil, en français, du site web d'Espenlaub Militaria 

 

Note : Comme élément appuyant la proximité d’Espenlaub Militaria avec les lieux où sont morts tant de combattants, on peut voir, en vente, des plaques d’identifications brisées de soldats tués sur les champ de bataille. On pourrait objecter que ces plaques, attestant du lieu de la mort des soldats, devraient être restituées aux pays puis aux familles concernées. On ne peut donc pas totalement évacuer la pensée, que les produits en vente pourraient, en partie, être considérés comme le fruit d’une forme de violation du devoir de mémoire, du droit à une sépulture décente et identifiée, du droit des familles à savoir ce qu’il est advenu de leurs ascendants et/ou collatéraux. En France, ce type d’activité fait l’objet de poursuites. Le commerce d’Espenlaub Militaria soulève, par ailleurs, d’autres problèmes, notamment en raison de ses articles nazis.

 

Produits mis en avant, des articles avec symboles nazis

 

Certes, Espenlaub Militaria s’approvisionne, entre autres, sur les sites de batailles, d’Ex-URSS, de la seconde guerre mondiale. De ce fait, la société vend, aussi, des reliques soviétiques. Mais, comme on peut le constater sur leur page Facebook : photo de profil d’un casque allemand, photo de couverture d’uniformes nazis, publications de photos de médailles nazis etc, les symboles mis en avant sont des symboles nazis.

Quand on va sur le site web, le plus grand nombre d’articles proposés, comme le plus grand nombre de nouveaux arrivages sont des articles nazis. Dans les différents menus de présentation des produits du site, non classés par ordre alphabétique, le premier onglet concerne les “German WW2 Militaria”, autrement dit les articles nazis et SS.

 

=> Cette société vit du commerce d’articles nazis. Cela est incontestable.

 

Exemple de fonctionnement avec la France, d’Espenlaub Militaria

 

Dès l’accès au site web d’Espenlaub Militaria, une fenêtre de discussion s’est ouverte. “Aleks”, “Collectibles adviser”, a proposé ses services dans un anglais irréprochable. Il lui a ouvertement été indiqué le souhait d’acquérir des objets nazis tout en lui signalant être préoccupé par la réglementation française.

 

Sa réponse a été de dire qu’il s’agissait d’un envoi de “particulier à particulier” dans un emballage clos. Selon lui, du fait que l’envoyeur (Tallinn, Estonie) et le destinataire (France) sont tous les deux en UE, ni la douane, ni la police n’y mettront le nez. Il a assuré qu’il s’agissait d’une pratique habituelle, n’ayant jamais posé de problème et que les clients étaient toujours satisfaits. Ce qui parait exact si on regarde les appréciations de la page Facebok. Devant les réticences, il a suggéré de passer commande des articles nazis sur le site d’Espenlaub militaria et de venir les chercher à la foire “Ciney Militaria” devant avoir lieu à “Ciney Expo”, en Wallonie.

 

Page Facebook d'Espenlaub Militaria
Page Facebook d'Espenlaub Militaria

 

Réglementation de la vente des objets nazis

 

En France, le code pénal stipule, Article R645-1 :

 

Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait, sauf pour les besoins d’un film, d’un spectacle ou d’une exposition comportant une évocation historique, de porter ou d’exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945, soit par une personne reconnue coupable par une juridiction française ou internationale d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité prévus par les articles 211-1 à 212-3 ou mentionnés par la loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964.

 

En clair, la vente des articles nazis n’est pas illégale.

 

En revanche, l’exhibition d’articles nazis est illégale.

 

C’est pourquoi une vente aux enchères a été interdite la 14/04/2014 (dont une affiche d’Hitler, en vente sur Espenlaub) à la demande de la Ministre de la Culture, Aurélie Filipetti.

 

Les ventes internet, qui reviennent à présenter des articles nazis sur le web, ne sont pas autorisées non plus. Ainsi, le 14 janvier 2018, des objets (dont un brassard nazi, lui aussi en vente sur Espenlaub), ayant déjoué les contrôles et postés sur le site “Le Bon Coin” ont été retirés dès leur signalement. Antoine Jouteau, le PDG du groupe Le Bon Coin, a présenté ses excuses et s’est dit « totalement indigné par le contenu de ces annonces qui ne respectent pas nos règles de parution », n’excluant pas d’attaquer en justice l’auteur des annonces.

 

Réglementation de l’exhibition des symboles nazis à la foire “Ciney Militaria” en Belgique

 

 

Ainsi, tout est exposable dès lors qu'il s'agit d'un objet, y compris nazi, de la seconde guerre mondiale. Dans la réalité, des repliques contemporaines sont exposées et vendues au public.

 

 

En ce qui concerne la vente d'article de propagande nazie en France, la loi est donc contournée

 

La page Facebook et le site web d’Espenlaub militaria exhibent, en France, et permettent l’achat, en France, d’articles nazis dont cette société a fait ses produits d’appels. Ce type d’activité est strictement interdite en France, comme nous le montre l’exemple du “Bon coin”. Légalement, le site d’Espenlaub ne devrait pas être référencé, en France, sur Google (et probablement dans d’autres pays, voire en Estonie). Il y a fort peu de doute quant au caractère illégal de la visibilité de la page Facebook et du site web Espenlaub militaria en France, même s’il est basé en Estonie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.53/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Albert123 11 décembre 2020 14:47

    toutes ces lois mémorielles à la con n’empêchent pas l’avènement d’une société totalitaire, 

    la preuve, pas besoin de symbole nazi, il suffit de penser « printemps » pour que cela arrive encore aujourd’hui


    • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 15:56

      @Albert123, je pense que la France aurait tout à fait les moyens de faire déférencer ce site. Google doit appliquer les décisions de justice dans le pays concerné. Mais encore faudrait-il que quelqu’un s’en charge. 


    • Albert123 11 décembre 2020 17:06

      @Bernard Grua

      Parmi mes engagements BENEVOLES récents, j’ai lancé le mouvement international « No Mistrals for Putin ». De façon intense, et avec succès, j’ai utilisé une forte synergie entre des sites Internet et les réseaux sociaux pour promouvoir la cause et coordonner les actions. En tant que porte-parole j’ai rencontré régulièrement la presse écrite, TV et radio. Ce sont de nouveaux atouts pour mon activité professionnelle.

      au final nous français devrions donc vous réclamer 200 à 250 millions (chiffre du sénat) c’est après tout ce que votre activisme intense a couté aux contribuables français.

      « je pense que la France aurait tout à fait les moyens de faire déférencer ce site »

      je pense que vous devriez arrêter d’instrumentaliser l’argent des contribuables français pour vos seuls délires.

      vous nous avez déjà couté trop cher.

       


    • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 17:10

      @Albert123 faut il comprendre que le fait de dénoncer le commerce des reliques nazies vous soit inconfortable ? Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?


    • Albert123 11 décembre 2020 17:22

      @Bernard Grua

      en fait le commerce de quoi que ce soit je m’en balance, par contre votre militantisme et son cout pour nous autres contribuables Français me concerne.

      je vous prierais également d’avoir un niveau un peu plus élevé, votre charge lourde et poussive (pour ne pas dire wagnérienne) qui consiste à me traiter de nazi pour éviter de parler de vos propres casseroles c’est has been.


    • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 20:21

      @Albert123, je ne vous ai pas traité de nazi. En revanche, j’avais compris que vous vous éleviez contre le fait que je dénonçais la vente de reliques nazies. Je ne suis pas plus fixé, vous concernant sur ce sujet. Comprenez donc qu’un doute subsiste. Il n’appartient qu’à vous de le lever.

      Pour ce qui est du coût (250 M€) de la livraison des Mistrals à l’Egypte et non pas au Kremlin, c’est une autre affaire. Surtout si on met en face toutes les autres exportations qui ont été rendues possible, notamment le contrat de 50 milliards d’Euros pour les sous-marins à destinations de l’Australie.

      Quoiqu’il en soit, l’affaire Mistral est ancienne, maintenant. Je ne la considère pas comme une casserole, bien au contraire, puisque la mentionne sur mon profil Linkedin et ailleurs. Si vous vous en apprendre plus, voici de la lecture : Qu’est-ce que nous a appris, sur la France, l’affaire des Mistral ?


    • Albert123 11 décembre 2020 22:22

      @Bernard Grua

      ce sont des objets historiques, on peut les trouver de mauvais gout, ne pas comprendre ce qui motive les collectionneurs, ne pas s’y intéresser, mais à chaque fois en fait c’est finalement un aspect moralisateur et subjectif qui vous amène à imaginer des intentions non seulement vis a vis de ceux qui collectionnent ces objets mais également à l’égard de ceux qui ne partagent pas votre point de vue.

      C’est pas en collectionnant des casques nazis vous allez mettre le IVeme reich sur les rails, 

      Pour cela, obtenir les pleins pouvoirs, avoir le soutient de toute la presse mainstream est bien plus efficace, vous croyez vraiment que Macron collectionne des drapeaux nazis dans sa cave ?

      c’est peut être une nuance qui vous échappe, mais en fait comme beaucoup d’autres vous hypertrophiez la forme au point de nier le fond,

      et vous n’aurez donc aucun problème à adopter pleinement un système totalitaire car de votre coté et pour soulager votre conscience vous aurez réussi à fermer une boite qui vends des objects historiques, ce qui fait de vous un bon chasseur de nazis, 

      bah avec ça nos enfants sont bien contents, ils peuvent profiter du couvre feux et du masque dégueulasse qu’ils doivent porter 8 heures par jour, tout en s’enfilant des thérapies géniques que n’aurait pas renié un certain mengele tout en devenant d’horribles individualistes asociaux qui ne seront pas des nazis (hourra) mais qui n’auront finalement plus aucune humanité,

      Voilà mon point de vue, est ce suffisamment limpide ? Dois je développer encore plus ce qu’un adulte autonome comprenait en 5 secondes il y a encore 20 ans ?


    • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2020 22:26

      @Bernard Grua
      Si c’est une société estionienne chut... pas de bruit... là-bas ils ont le droit, comme dans les Pays Baltes en général. C’est permis par l’UE. Là-bas nazis gentils, ici nazis méchants. C’est simple, il faut le savoir, c’est tout. Depuis le fameux maïdan de fin 2013 tout est devenu pourtant bien clair !


    • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2020 22:29

      @V_Parlier
      (A ceux qui vont me répondre : Maidan ce n’était pas dans les pays baltes pour faire les intéressants : Oui oui, j’ai bien remarqué mais c’est bien le même principe : Un ex-membre de l’URSS ou du pacte de Varsovie qui sert de roquet anti-russe pour l’OTAN en exploitant ce qui est exploitable sur place : les nostalgiques des SS).


    • Rantanplan KADOR 11 décembre 2020 15:13

      Parmentier avait bien compris que, pour rendre un objet ou une idée désirable, il suffisait de l’interdire. Pour combattre la famine endémique, il savait que la pomme de terre représentait une piste sérieuse, mais la population n’en voulait pas. Alors, il a fait garder un enclos où des patates étaient cultivées en demandant aux militaires de ne garder que le mur d’entré. Alors, considérant qu’il s’agissait d’une denrée réservée à l’élite, les voleurs sont passés par derrière et ont initialisé un mouvement d’amateurs qui ne s’est jamais démenti.

      Qu’est-ce qui est plus attirant que les tabous ?

      Les gens mariés ont la réponse.


      • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 16:00

        @KADOR l’analogie avec la « parmentière » est intéressante. Mais, se nourrir est indispensable. Les symboles nazis sont moins vitaux. Ce serait même plutôt le contraire.Il faut, comme je l’indiquais ci-dessus, faire respecter la loi. Après tout, du fait de la réglementation, on a moins d’armes et de victimes par armes à feu, qu’aux Etats unis.


      • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2020 22:30

        @Bernard Grua
        Il faut surtout être cohérent en effet, quelle que soit la position qu’on a sur le sujet.


      • robert 11 décembre 2020 16:38

        J’ai parcouru le site , il n’y a pas de char mais des gadgets et ce de plusieurs armées ( dont Russe )

        Ici en Belgique il y a des gens qui ont un ou plusieurs chars et il y a régulièrement des meetings militaria avec des passionnés et aussi des gens qui refont des marches de hussards en uniforme autour de Fleurus

        est-ce bien est-ce mal ?


        • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 17:05

          @robert la loi est claire sur ce sujet. L’exhibition d’articles nazis de façon réelle ou numérique est interdite en France.


        • robert 11 décembre 2020 17:16

          @Bernard Grua
          et bien si cette loi existe c’est une fort mauvaise loi


        • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 20:26

          @robert ce que dit la loi est rappellé dans l’article :

          Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait, sauf pour les besoins d’un film, d’un spectacle ou d’une exposition comportant une évocation historique, de porter ou d’exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945, soit par une personne reconnue coupable par une juridiction française ou internationale d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité prévus par les articles 211-1 à 212-3 ou mentionnés par la loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964.



        • L'apostilleur L’apostilleur 11 décembre 2020 16:53

          @l’auteur 

          En parler ici, n’est-ce pas contraire au but recherché ?


          • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 17:08

            @L’apostilleur, votre remarque est très pertinente. Voilà plus de deux ans que j’essaye d’alerter sur ce sujet, sans résultat. L’article, sur Agoravox, peut permettre de prendre conscience de cette illégalité. Le pari sera perdu si des mesures adéquates ne sont pas prises. Mais, au moins, cela aura été tenté.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 décembre 2020 17:11

            J’ai acheté un pantalon Hugo Boss des 70’ ...je déconseille parce-que marcher au pas de l’oie avec un patte d’eph c’est pas évident ...


            • The Old Snoop The Old Snoop 11 décembre 2020 17:42

              @Aita Pea Pea

              A défaut de pas de l’oie tu peux toujours marcher en canard smiley


            • velosolex velosolex 11 décembre 2020 18:25

              @Aita Pea Pea
              Bien de rappeler que c’est Hugo Boss qui a taillé des costumes aux officiers nazis.
              Quoique les soviétiques leur ont taillé eux aussi un costard, mais pas de la même manière....
              A la fin de la guerre, en 45 , dans Berlin, la côte du costume Hugo Boss avec casquette et croix de fer, a subitement chuté.
              Pourquoi ?. On ne sait pas très bien.
              Des historiens planchent sur le sujet.
              Ils ont noté que par contre le pyjama de prisonnier des camps a pris tout à coup une valeur inestimable. 
              Etonnant, non ?


            • Bendidon Bendidon 11 décembre 2020 19:58

              Et encore une interdiction, il est loin le temps des gauchos qui hurlaient « il est interdit d’interdire »

              Perso rien à cirer de ce commerce et s’il m’arrivait de trouver un de ces poignards noirs SS je m’empresserai de le vendre (parait que ça se vend dans les 50.000 dollars)

              * j’en ai vu un en vitrine dans le musée des troupes de marine à Fréjus


              • Olivier 11 décembre 2020 22:54

                Merci beaucoup M. Grua, j’ignorais l’existence de ce site, et je vais de ce pas m’y précipiter.

                Votre activité de dénonciateur et de flicaillon de la pensée aura eu au moins cet effet. 


                • Bernard Grua Bernard Grua 11 décembre 2020 23:25

                  Merci à tous les commentateurs qui participent à la promotion de cet article.


                  • Dr Destouches Dr Destouches 12 décembre 2020 09:04

                    Les alliés et les russes ont commis plus de crimes que les allemands:bombardements incendiaires ,viols  ;maltraitence du peuple et des prisonniers ,la guerre finie

                    Wir Deutsche sind alle Opfer : total belogen, betrogen, verfemt, beraubt, und vergewaltigt ; ca. 15 Mill. Deutsche Zivilisten wurden meist nach dem Krieg ermordet.

                    Nous, les Allemands, sommes tous des victimes : totalement menti, trompé, ostracisé, volé et violé ; Environ 15 millions de civils allemands ont été assassinés après la guerre.


                    • babelouest babelouest 12 décembre 2020 13:15

                      @Dr Destouches soyons plus clairs (et donc plus dérangeants) : les crimes en plus grands nombres ont été commis par le quartier général des « Alliés », et de loin. Bien entendu ce n’est pas ce que disent les manuels d’histoire officiels. C’est à Londres que résidait l’horreur.


                    • zygzornifle zygzornifle 12 décembre 2020 12:24

                      Il y a 20% de TVA sur les reliques donc c’est bon pour les caisses de l’état ......


                      • Bernard Grua Bernard Grua 12 décembre 2020 18:07

                        @zygzornifle des envois de « particulier à particulier » depuis l’Estonie ne donnent certaienement pas lieu à perception de la TVA par l’Etat français.


                      • jymb 12 décembre 2020 20:27

                        Pour en avoir discuté avec un collectionneur averti ( qui collectionne sans monomanie ni tabous ridicules) il s’avère surtout que les faux pullulent..acheter dans un pays balte c’est prendre le risque de recevoir une imitation à 3 euros payée au prix fort 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité