• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le contentieux entre christianisme et islam

Le contentieux entre christianisme et islam

Dès la survenue de l'islam au VIIe siècle, une discorde théologique insurmontable l'a opposé au christianisme déjà installé dans le monde, sans compter une concurrence socio-politique qui ne s'est jamais démentie.

Ce qui est en jeu, c'est la primauté du dogme, l'islam considérant, par sa révélation, être la seule et unique religion détentrice du message de Dieu transmis aux hommes par l'intermédiaire de son prophète, Mahomet, qui clôt "le sceau de la prophétie". En d'autres termes, nul prophète ne peut survenir après lui, sous peine d'apparaître comme un usurpateur.

 

Les héritiers d'Abraham

 

D'emblée, Mahomet déclare qu'il vient "confirmer le Pentateuque que vous avez reçu avant moi" (Coran, Sourate III, 44). Le Pentateuque comprend les cinq premiers livres de la Bible (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome) qui forment la Torah (Loi) juive.

Mahomet se place sous le patronage d'Abraham avec lequel Dieu avait conclu une alliance privilégiée. Pour l'islam "orthodoxe", Abraham est donc musulman, détenteur de la vraie foi, puisqu'il s'est soumis à la volonté de Dieu : "Lorsque Dieu dit à Abraham : Résigne-toi à ma volonté, il répondit : je me résigne à la volonté de Dieu maître de l'univers." (Sourate II, 125) Et Abraham a révélé cette religion à sa descendance : "Abraham recommanda cette croyance à ses enfants, et Jacob en fit autant ; il leur dit : O mes enfants ! Dieu vous a choisi une religion, ne mourez pas sans l'avoir embrassée." (Sourate II, 126)

Nous savions, bien sûr, que les Arabes s'estiment être les descendants historiques d'Abraham par Ismaël, le fils que lui donna la servante égyptienne Agar (Genèse, 16,15). Et l'Islam se considère comme l'authentique restaurateur de la tradition abrahamique primordiale, mise à mal par les païens et les idolâtres. En effet, pour la tradition musulmane, Abraham a aboli l'idolâtrie et instauré le véritable culte monothéiste. Et au VIIe siècle, Mahomet est venu restaurer le Pentateuque en éradiquant les racines du polythéisme.

 

L’orthodoxie contre l’orthopraxie

Ce rappel historique est nécessaire pour comprendre le contentieux né entre les chrétiens et les musulmans. Les musulmans accusent les chrétiens qui détiennent une partie de la révélation abrahamique (Jésus étant un envoyé de Dieu à l'instar de Moïse ou de Mahomet) d'avoir falsifié les Ecritures saintes ayant annoncé la venue de Mahomet : "Après qu'ils eurent reçu de la part de Dieu un livre confirmant leurs Ecritures (...) ; après qu'ils eurent reçu le livre qui leur avait été prédit, ils ont refusé d'y ajouter foi ! Que la malédiction de Dieu atteigne les infidèles." (Sourate II, 83) Le Coran réactualise métaphoriquement, pour évoquer ce rejet de la parole divine par les infidèles, l'ascension de Moïse sur le Sinaï et l'érection de la statue du veau d'or.

Le second reproche fait par les musulmans aux chrétiens résulte de la divinisation de Jésus (Issa). Pour eux, Jésus est un envoyé de Dieu certes, l'avant-dernier, mais avant tout un homme, et aucunement le fils de Dieu ; Jésus et Mahomet ne sont que de simples prophètes et Mahomet l'ultime envoyé (Rasoul Allah). Le Coran précise sans ambages que le "Beau-Modèle" (Mahomet) n'est pas une divinité : "Dis-leur : Oui, sans doute, je suis un homme comme vous, à qui il a été révélé que votre Dieu est le Dieu unique..." (XLI, 5)

A la divinisation de Jésus, s'ajoute une autre hérésie impardonnable : le dogme de la Trinité désigné par le Coran sous le terme péjoratif de shurk ("association") qui s'applique aussi bien aux idolâtres qu'aux chrétiens. Il s'agit du péché d'"associationnisme" : en d'autres termes, au Dieu unique, il ne saurait être adjoint d'associés. Les théologiens de l'Université El-Azhar du Caire condamnent ce qu'ils considèrent comme une idolâtrie : "La foi en Dieu est commune entre vous, chrétiens, et les idolâtres, tandis que la foi musulmane n'est pas semblable à la foi chrétienne." (Revue officielle de l'Université d'El-Azhar, 1979)

Aux yeux des musulmans, les chrétiens sont plus proches des païens que des juifs, d'autant plus que Saint Paul, "l'apôtre des Gentils" a rendu obsolète la loi juive de Moïse que les musulmans vont continuer à adopter (loi du sang, du Talion, règles alimentaires, circoncision, etc.) Dans l'Epître aux Galates, Saint Paul oppose la Loi ancienne (celle de Moïse) maintenant obsolète, et la Loi nouvelle, celle des temps messianiques christiques, en faisant référence aux deux fils d'Abraham, Isaac, né de la femme libre Sarah, et Ismaël, né de la servante esclave Agar : la lignée d'Agar représente allégoriquement la servitude à la Loi et la lignée de Sarah symbolise la nouvelle alliance libre (Galates, 4, 21-31).

Il en résulte qu'un large fossé théologique sépare les deux religions abrahamiques, l'essentiel du dogme coranique consistant dans le refus de reconnaître la divinité du Christ  : "Ils (les juifs et les chrétiens) ont pris leurs docteurs et leurs moines plutôt que Dieu pour leurs seigneurs, et le Messie fils de Marie ; et cependant il ne leur a été ordonné que d'adorer un seul Dieu, hormis lequel il n'y a point d'autre Dieu. Loin de sa gloire les divinités qu'ils lui associent !" (Sourate IX, 31)

Mais le paradoxe aussi bien théologique qu'historique réside dans le fait que l'islam, tout en se targuant d'être l'ultime Révélation, se réfère à une loi ancienne, caduque, celle issue d'Abraham et de Moïse, dont le christianisme s'est dépouillé comme le serpent de sa peau. Refusant le message messianique du Christ, les musulmans en sont restés à une conception figée et ritualiste de la religion, travers que Jésus critiquait déjà chez les pharisiens.

Le christianisme met en avant la foi, l’orthodoxie, l’obéissance au dogme, tandis que l’islam privilégie, comme le judaïsme dont il est issu, l’orthopraxie, l’accomplissement des préceptes et rituels codifiés dans la Loi mosaïque (Torah) ou Charia.

Le « hold-up » historique

Par un « hold-up » historique audacieux, les musulmans ont fait main basse sur l'héritage monothéiste juif, en affirmant que l'islam était la véritable religion des anciens Arabes descendants d'Ismaël. Ce qui se traduit sur le plan culturel par la négation de la civilisation païenne préislamique. Ces civilisations, héritières des cultes polythéistes, seront rejetées dans la jahiliyya, cette période d'ignorance, d'impiété et de barbarie ayant précédé l'instauration de la religion musulmane. Est concernée la période écoulée entre la révélation d'Abraham et l'instauration de l'islam au VIIe siècle. Les vestiges de ces civilisations sont détruits ou menacés par fanatisme : ainsi en fut-il des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan.

 

Source : Le Coran, traduit de l'arabe par Kasimirski

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.85/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

172 réactions à cet article    


  • Christ Roi Christ Roi 28 avril 14:24

    Dès la survenue de l’ATHEISME au XVIIe siècle, une discorde théologique insurmontable l’a opposé au christianisme déjà installé dans le monde, sans compter une concurrence socio-politique qui ne s’est jamais démentie.

    Ce qui est en jeu, c’est la primauté du dogme, l’ATHEISME considérant, par sa révélation, être la seule et unique religion détentrice du message du DIEU HASARD transmis aux hommes par l’intermédiaire de son prophète, DARWIN, qui clôt « le sceau de la prophétie ». En d’autres termes, nul prophète ne peut survenir après lui, sous peine d’apparaître comme un usurpateur.


    • Pere Plexe Pere Plexe 28 avril 19:01

      @Christ Roi
      ...sans doute le tout puissant l’aura voulu ainsi, non ?


      Mais non je déconne c’est juste qu’il n’y a pas de Dieu tout puissant.
      Sinon prenez le temps de regarder ce qu’est un dogme et ce qui le différencie d’une démarche scientifique : ça vous évitera de dire de telles conneries ! 

    • Christ Roi Christ Roi 28 avril 20:05

      @Pere Plexe
      Croyez vous en Darwin ? smiley


    •  C BARRATIER C BARRATIER 28 avril 20:29

      @Christ RoI
      DARWIN ne s’est jamais présenté en prophète (c’est à dire en charlatan). C’est un scientifique qui étudie le passé et pas du tout l’avenir, le contraire d’un prophète.


    • Christ Roi Christ Roi 28 avril 20:37

      @C BARRATIER
      Mais qu’est-ce que vous racontez ?  smiley Un scientifique cherche à prévoir l’avenir alors qu’un prophète pas le moins du monde. Vous n’avez visiblement aucune idée ni de ce qu’est un prophète, ni de ce qu’est un scientifique. Franchement, retournez devant la télé, vous vous faites du mal à essayer de réfléchir par vous-même, vous n’êtes pas fait pour ça.


    • Jonas 28 avril 23:51

      @C BARRATIER "DARWIN ne s’est jamais présenté en prophète (c’est à dire en charlatan). C’est un scientifique qui étudie le passé et pas du tout l’avenir, le contraire d’un prophète.« 

      Dans son livre »Sur l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races" (1859), Darwin n’a jamais prétendu que l’évolution des espèces était une théorie scientifique.


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 avril 23:56

      @Jonas. On peut aussi reconnaître que tu n’es pas biologiste, et ne le deviendras jamais.


      Tous les biologistes reconnaissent que l’évolution est une évidence incontournable.

    • Jonas 29 avril 02:25

      @JC_Lavau « Tous les biologistes reconnaissent que l’évolution est une évidence incontournable. »

      https://www.youtube.com/watch?v=tPShDz6nEyI
      https://www.youtube.com/watch?v=mHtx3nm5sgA


    • popov 29 avril 14:01

      @Christ Roi


      Cette couronne d’épines vous va à merveille.

    • samy Levrai samy Levrai 28 avril 14:28
      Surprenant smiley qu’il ne s’agisse encore une fois que d’une occasion de taper sur ceux que nous massacrons par millions sur leurs territoires ces dernières années... petite participation sans talent aux minutes de haine journalière ?
       

      • CLAIRVAUX CLAIRVAUX 28 avril 14:39

        @samy Levrai

        Mais de quoi parlez-vous ? Nous évoquons une divergence théologique d’importance.

        Beaucoup de commentateurs ici ne sont pas au niveau du débat.


      • OMAR 28 avril 17:49

        Omae9

        @CLAIRVAUX
        .
        Alors, pendant que vous y êtes, parlez-nous de la perception du Christ, de la Trinité et du Christianisme par les religieux juifs.
        .
        Puis, pourquoi les chrétiens considèrent les juifs de peuple déicide :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Peuple_d%C3%A9icide


      • popov 29 avril 15:26

        @OMAR

         
        Allez Omar, encore un petit effort. Vous les aurez vos 72 vierges. 
         
        Malheureusement, j’ai bien peur que les seules vierges dont dispose la mère maquerelle Allah soient toutes de vielles nones catholiques imbaisables.

      • Pascal L 29 avril 20:27

        @popov
        Mais pas du tout, les houris dont il est question dans le Coran sont des raisins bien ronds et bien blancs. Ce qui sème la confusion, c’est que le terme de houris est aussi utilisé avec le sens de vierges dans le Coran, mais pas dans les descriptions du paradis qui sont d’origine perse. 


      • popov 30 avril 04:46

        @Pascal L

        Oui, je sais. Je ne lis pas l’arabe, mais j’ai lu quelque part que c’est en effet une traduction possible. 
         
        Imaginez la tête de nos petits djihadistes quand Allah va leur donner une grappe de raisin à sucer pendant toute l’éternité.

      • Decouz 30 avril 09:10

        @popov
        N’oublie pas qu’il leur verse à boire également !
        Les interprétations visant à expliquer l’arabe à partir du syriaque ne tiennent pas la route, les deux langues ont des structures différentes,
        Sans entrer dans les détails, la grammaire de la langue qui aurait servi à inspirer l’arabe coranique a été codifiée après la codification des grammairiens arabes, et les grammairiens syriaques se servent de l’arabe lorsqu’il y a des choses à préciser.
        Aussi : le système des voyelles est différent et la notation voyelles courtes/voyelles longues est propre à l’arabe, on ne peut faire un copié/collé des deux langues, cela bien sûr n’exclue pas les influences.


      • Decouz 30 avril 09:36

        @Decouz
        Grammaire, et lexicographie : l’influence est à l’inverse de ce que prétend Luxenberg, lequel ne fait que reprendre Mingana, les fixations lexicographiques syriaques sont postérieures à celle des arabes.


      • Pascal L 30 avril 10:55

        @Decouz
        Les deux langues ont bien sûr des structures différentes, mais aussi des points communs. En particulier les structures de consonnes de mots sont sensiblement proches, ce qui fait qu’en faisant abstraction des voyelles, le syriaque et l’araméen peuvent nous aider à trouver le sens original des mots. En fait l’écriture arabe primitive que l’on trouve sur les codex à notre disposition ont un alphabet de 16 lettres comme l’araméen et le syriaque et ne dispose pas de voyellisation. Donc à partir d’un mot unique dans cette écriture (rasm), on peut trouver jusqu’à une trentaine de sens différents et les langues araméenne et syriaque peuvent grandement aider au déchiffrage.

        Le choix des voyelles par les scribes abbassides de Bagdad est largement un choix politique et dans certains cas, la modification du sens est restée bien visible. C’est ce travail de reconstitution qu’à fait Leïla Qadr dans sa thèse de doctorat (Les trois visages du Coran).
        De plus il a été déterminé qu’un tiers environ du Coran utilise des mots d’origine araméenne et non arabe. Il est clair aujourd’hui que la langue utilisée dans le Coran provient du nord de la Syrie et non du sud de l’Arabie où se trouve La Mecque. Il est d’ailleurs très probable que Muḥammad soit né à Khân el-Qurashiyé à 30 km au N-E de Lataquié, donc à la frontière turco-syrienne actuelle et dont le nom rappelle le nom de la tribu d’où Muḥammad est originaire.

        « la grammaire de la langue qui aurait servi à inspirer l’arabe coranique a été codifiée après la codification des grammairiens arabes »
        Mais comment lors expliquer ce qui semble être des fautes de grammaire dans le Coran actuel ?

      • JC_Lavau JC_Lavau 30 avril 11:41

        @Pascal L. Si j’ai bien suivi, Khân el-Qurashiyé est présentement sous les eaux du lac Tishreen. Les éventuelles fouilles des ruines du caravansérail sont fort compromises.


        La Mecque n’a été fondée par Muawiyah qu’après la mort de Muhammad.


      • bob14 bob14 28 avril 14:41
        Le combat des dieux qui n’existent pas...c’est encore plus con !
        P’tain que l’humanité est débile...

        • Xenozoid Xenozoid 28 avril 14:45

          oh lala,

          cela vaut bien une entré au club

          « Pöpcørn. »


          • colibri 28 avril 14:54
            Ca c’est pour l’exotérisme ,c’est une question d’interprétation de l’islam , qui est sans doute majoritaire mais ca ne veut pas dire que cette interprétation est juste , 

            dans l’ésotérisme (soufis , ismaéliens ) l’islam reconnaît aussi la divinité du Christ et aussi la Trinité :IBN ARBI :« Il est Un et Il est Trois » seulement d’après les soufis le Coran affirme que même si la Trinité existe :il est mieux de dire Un .Les contradictions ne sont donc qu’apparentes , seulement dans l’exotérisme et sa mauvaise interprétation , mais pas dans le texte .

            cf les livres de Ch André Gillis notamment sur le maitre IBN ARABI qui a sa tombe à Damas .Les soufis reconnaissent aussi les saints et l’immaculée Conception de le vierge Marie .Ils ont été à toutes les époques pourchassés pour ca par l’islam exotérique qui a pignon sur rue .
            L’Islam actuellement est vécue sous sa forme dogmatique et non spirituelle , car les chefs religieux au pouvoir ont un niveau de connaissance et de conscience très bas .
            C’est la même décadence pour le christianisme qui a dévié aussi du spirituel à l’émotionnel .

            • Jonas 28 avril 23:58

              @colibri "L’Islam actuellement est vécue sous sa forme dogmatique et non spirituelle , car les chefs religieux au pouvoir ont un niveau de connaissance et de conscience très bas .« 

              Au contraire, ils connaissent parfaitement le Coran,.
              Jésus Christ, guide spirituel de tous les Chrétiens, ( »je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, nul ne vient au Père que par Moi« ) n’a jamais ordonné de tuer qui que se soit et n’a jamais levé d’armées ni lancé de guerre de conquête, de pillages ou de razzias, de soumission par la force. Chacun reste libre de suivre sa parole d’amour, d’entraide de son prochain, de pardon et d’humilité.

              Le Prophète Mohamed, guide de tous les Musulmans, était un chef de guerre, un jihadiste qui a mené plus d’une vingtaine de batailles sous son commandement direct pour amasser son butin, commettant meurtres, crimes crapuleux, pillages, viols et réduction de populations en esclavage pour imposer l’Islam, et a même ordonné l’exécution de la tribu des Banû Qurayza (après la bataille des Coalisés), entre 600 à 900 juifs par décapitation car refusant de se soumettre.
              http://ddata.over-blog.com/4/22/62/75/1/Sahih-Al-Boukhari-tome-4.pdf
              Lire par exemple toute la Sourate VIII du Coran »le butin"(al-Anfal), où le prophète Mohamed explique quand il faut attaquer, quand il faut défendre, comment gérer le butin et les otages, etc...

              Les batailles de conquêtes contre les païens, les juifs et les chrétiens sont enseignées dans toute bonne mosquée qui se respecte (la bataille de Badr, celles menées par le calife Abou Bakr, la bataille des coalisés, la bataille de forqane, etc...), alors que dans une Église, aucun curé ne vous enseigne la guerre ou l’art militaire.
              http://islamineurope.unblog.fr/2013/09/23/video-conference-du-cheikh-saoudien-abderrahmane-al-barak-au-centre-deducation-du-palmier-cep-de-saint-denis-les-chretiens-seront-avilis-et-humilies-le-jour-de-la-resurrection/
              http://islamineurope.unblog.fr/2013/07/12/pour-amine-nejdi-imam-de-la-grande-mosquee-assalam-de-tomblaine-nancy-le-jihad-combat-arme-est-une-obligation-contre-les-non-musulmans-hostiles-a-lislam/
              http://elyatim.free.fr/la_bataille_de_badr.html

              La conquête militaire afin d’étendre l’Islam est indissociable du dogme, car la vie du prophète Mohamed est l’exemple parfait à suivre pour le musulman. (Sunnah)

              Mosquée de Saint-Denis (Centre éducatif du Palmier) Tarek Ben Driss enseigne aux fidèles musulmans la stratégie militaire déployée par le prophète Mohamed et son armée, pour vaincre ses adversaires quraychites, lors de la bataille de Badr.

              Alors que les Églises incarnent un lieu de sécurité, de douceur, de paix, de tranquillité et de méditation, symbolisé par la mise en valeur de la femme, la Vierge qu’aucun homme n’a touché, comptez les milliers de basiliques, d’Églises, de cathédrales avec un nom féminin (Notre-Dame de Paris, de la Garde, des Landes, du Mont Carmel, Du Lons, de Bellecombe, de Fatima, Sainte-Clotilde, Sainte-Sophie, Sainte-Marthe, Sainte-Geneviève, etc...)
              cathédrale sainte-Cécile d’Albi, les Mosquées (de France ou d’ailleurs), par opposition, glorifient la virilité de l’homme, la force, la puissance et la victoire au combat.
              Dans le dogme islamique, la femme est invisible, on la cache derrière un voile, un hijab ou une burqa pour ne pas offenser les musulmans par sa beauté, sa féminité.
              Il lui est interdit de serrer la main d’un homme, ou de se retrouver socialement à proximité d’eux (piscines, bars ou cafés, etc...)
              Pour incarner cette virilité, la plupart des mosquées portent le nom des conquérants musulmans qui massacrèrent les chrétiens et les juifs durant les conquêtes : (Tariq Ibn Zyad, Umar ibn al-Khattâb, Al-Fath (la conquête), etc...) et diffusent des messages de rejet de l’occident, des chrétiens, des juifs, et une propagande misogyne.
              http://islamineurope.unblog.fr/


            • colibri 29 avril 00:23
              @Jonas
              ce que vous décrivez est l’islam dans son exotérisme , mais il y a des courants soufis et ismaéliens très proche de la vision chrétienne , qui vénèrent les saints , respectent les femmes etc les mystiques soufis ressemblent beaucoup aux saints chrétiens ;
              L’islam tel que représenté actuellement n’est pas le véritable islam .

            • Jonas 29 avril 10:06

              @colibri "ce que vous décrivez est l’islam dans son exotérisme , mais il y a des courants soufis et ismaéliens très proche de la vision chrétienne , qui vénèrent les saints , respectent les femmes etc les mystiques soufis ressemblent beaucoup aux saints chrétiens ; L’islam tel que représenté actuellement n’est pas le véritable islam .« 

              Quel est le vrai Islam ? Qui sont les vrais musulmans ? Ceux qui appliquent les versets ci-dessous, ou ceux qui les rejettent ? Les soufis sont de faux musulmans, car ils ne croient pas et n’appliquent pas les versets du Coran.

               »Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.« 
              Le Coran 5:51

               »les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?« 
              Le Coran 9:30

               »Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants.« 
              Le Coran 5:82

               »Quant au voleur et à la voleuse, à tous deux coupez la main, en récompense de ce qu’ils se sont acquis, en punition de la part d’Allah. Et Allah est Puissant, Sage.« 
              Le Coran 5:38

               »La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah - si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition.« 
              Le Coran 24:2

               »Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul !« 
              Le Coran 60:4

               »Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !"
              Le Coran 4:34
              http://www.coran-en-ligne.com/coran-en-francais.html



            • Pascal L 29 avril 20:57

              @colibri
              Le soufisme provient de l’incorporation de la spiritualité hindoue dans l’islam, mais il existe une infinité de courants soufis, dont un certain nombre qui prônent le Djihad armé et d’autres qui sont totalement pacifiques. La compréhension du texte du Coran ne fait pas partie des 5 piliers de l’islam, donc tout est possible.

              Je doute tout de même de l’existence de courants proche du Christianisme. L’islam est beaucoup plus proche du Judaïsme que du Christianisme. Son développement au 8ème siècle s’est même fait en opposition au Christianisme et le dogme du monothéisme strict dans l’islam n’a existé que pour contrer les Chrétiens. 
              Par contre le culte des Saints est effectivement présent dans ces branches de l’islam, mais cela ne suffit pas à les rendre proches des Saints Chrétiens. Ces Saints de l’islam se sont distingués par l’application de la loi de Dieu (le Coran est avant tout une norme juridique), et non par une spiritualité qui les rendait proche de Dieu.

              « L’islam tel que représenté actuellement n’est pas le véritable islam »
              Il n’y a pas de véritable islam ou plutôt, chaque Musulman considère que sa pratique est le véritable islam car il n’existe aucune autorité religieuse. Si nous nous référons aux origines, la religion dont Muḥammad faisait la promotion était en fait un judaïsme hérétique. L’islam est né à partir de la fin du 7ème siècle avec les disputes entre les califes ʿAbd Allah ibn Al-Zubayr et ʿAbd Al-Malik. Muḥammad n’a jamais été déclaré prophète avant cette époque.

            • benamri 2 mai 04:24

              @Jonas
              commettant meurtres, crimes crapuleux, pillages, viols et réduction de populations en esclavage pour imposer l’Islam, et a même ordonné l’exécution de la tribu des Banû Qurayza (après la bataille des Coalisés), entre 600 à 900 juifs par décapitation car refusant de se soumettre.
              que des inepties pour denigrer
              primo les musulmans ont menés des guerres defensives car persecutés par les paiens de quoreish secondo ils n avaient pas le droit de couper une branche de tuer femmes enfants et vieillards et tertio les banu qurayza ont trahi le serment fait au prophete (saws) lors de la bataille du khandek il est tout a fait normal qu ils soient jugés pour trahison
              occupez vous de savoir pourquoi la bible incite a tuer tous les mecreants femmes enfants et vieillards tels que mentionné dans votre bible :
              7 La ville sera dévouée à l’Eternel par interdit, elle et tout ce qui s’y trouve ; mais on laissera la vie à Rahab la prostituée et à tous ceux qui seront avec elle dans la maison, parce qu’elle a caché les messagers que nous avions envoyés.

              18 Gardez–vous seulement de ce qui sera dévoué par interdit ; car si vous preniez de ce que vous aurez dévoué par interdit, vous mettriez le camp d’Israël en interdit et vous y jetteriez le trouble.

              19 Tout l’argent et tout l’or, tous les objets d’airain et de fer, seront consacrés à l’Eternel, et entreront dans le trésor de l’Eternel.

              20 Le peuple poussa des cris, et les sacrificateurs sonnèrent des trompettes. Lorsque le peuple entendit le son de la trompette, il poussa de grands cris, et la muraille s’écroula ; le peuple monta dans la ville, chacun devant soi. Ils s’

              emparèrent de la ville,

              21 et ils dévouèrent par interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux boeufs, aux brebis et aux ânes.


            • colibri 28 avril 15:00
              Il y aussi des contentieux et pas des moindres dans le christianisme :
               les protestants ne croient pas non plus à la présence du Christ dans l’hostie ni à l’Immaculée Conception ce qui a abouti à leur décadence vers une religion sentimentale , émotionnelle , qui n’a plus rien de spirituelle .C’est plus une philosophie qu’une religion .

              • CLAIRVAUX CLAIRVAUX 28 avril 15:12

                @colibri

                Le problème soulevé est le suivant : il s’agit de la prééminence dogmatique que veut établir l’islam par rapport aux religions du Livre en se greffant au tronc commun d’Abraham.

                Ce faisant, l’islam ne déclare pas qu’il est une religion A COTE des autres, mais AU-DESSUS des autres (judaïsme et christianisme) considérées comme falsificatrices et mécréantes.


              • Montdragon Montdragon 28 avril 15:22

                @CLAIRVAUX
                L’islam est considéré comme l’accomplissement de ce qui attendait.
                Les prophètes précédents sont normalement révérés.
                La pratique concernant tout religion du livre antérieure à l’islam est par là tolérée mais considérée comme impure.
                Ça vaut pour le judaïsme et toutes les doctrines chrétiennes.
                Si je considère que les bouquins de Kant, qui ont sont sages, ne doivent pas être dépassé, j’ai le droit intime et légitime, donc, de supprimer toute personne n’adhérant pas à cette optique.
                Je plaisante à moitié, la philosophie libérera les hommes des torche-culs anciens et poussiéreux.


              • Decouz 28 avril 16:14

                @CLAIRVAUX
                Donc il revient à l’islam de montrer qu’il contient ce qui est juste dans les autres et de montrer en quoi il les dépasse, au point de vue du dogme c’est plutôt difficile, le dogme n’étant qu’une fixation de la Réalité Absolue, cette fixation était établie pour le sauvetage de l’âme individuelle.
                Il convient donc de se demander si dans le texte même de l’islam la divergence/complémentarité entre l’affirmation exclusive d’une parole divine (celle de l’islam en tant que religion particulière) et l’Universel susceptible de formulations sans nombre se trouve présente.
                Il me semble que oui, car l’affirmation de l’unité divine commenant par « il n’y a pas de dieu si ce n’est ... » figure 36 fois dans le Coran en, chaque fois exprimée d’une manière particulière pour la deuxième partie de la formule ; dans ces affirmations la religion exclusive et disons intolérante envers d’autres formes figure sous la forme « Il n’y a pas d’autre dieu que Moi », mais ce n’est qu’une manière de montrer la « jalousie » de toute révélation circonstanciée, que ce soit celle de l’islam historique ou de telle ou telle autre forme.
                La shahada « ordinaire » ne fait qu’exprimer cette dualité, le « ilaha », c’est la divinité particularisée, que ce soit dans l’expression dogmatique ou dans l’imagination individuelle, et « Allah » c’est la Divinité au-delà de tous les attributs et conceptions. Le nom « Allah » ne doit pas faire obstacle, car il est aussi dit que le nom suprême est soit inconnu, soit imprononçable, « Allah » étant utilisé également par les chrétiens arabes.
                Cette formule marche dans les deux sens. Soit on comprend que toute forme particulière de la divinité est inexistante par rapport à l’Absolu et qu’elle doit être niée ’« Pas de divinité si n’est.... », soit on comprend que la seule justification de la divinité particulière (dogmatisée, imaginée, à la limite idolâtrée) vient de sa participation, au moins intentionnelle à l’Absolu.
                C’est le Coran lui-même qui dit que selon les temps et les peuples, le discours et les formes dogmatiques s’adaptent aux compréhensions, l’Absolu lui-même étant au-delà.
                Sans doute ceci se trouve exprimé ici ou là par des théologiens ou mystiques chrétiens mais peut-on dire que cela se trouve dans les textes de base ? Il y a juste la parole évangéliques des « nombreuses maisons dans la demeure de mon père »


              • Ouallonsnous ? 29 avril 00:34

                @CLAIRVAUX

                De quel livre de quel auteur, édité à quelle date, peut être un n°ISBN, parlez vous ?


              • Jonas 29 avril 00:40

                @Montdragon « L’islam est considéré comme l’accomplissement de ce qui attendait.
                Les prophètes précédents sont normalement révérés...
                ça vaut pour le judaïsme et toutes les doctrines chrétiennes. »

                Il n’en est pas l’accomplissement, il en est LA NÉGATION.
                L’Islam nie EXPLICITEMENT le Christianisme et le Judaïsme, et considère que la Bible et la Thora sont des livres FALSIFIÉS :
                - Dans le Coran, Jésus fait des Miracles sur demande pour montrer sa puissance (contraire au Message de la Bible)
                - dans le Coran, Jésus (Issa) n’est pas le Fils de Dieu, ni la Révélation, il n’est qu’un Prophète
                - le Coran nie la Sainte Trinité (Père, Fils, Saint-Esprit)
                - Le Coran nie la Crucifixion et la Résurrection du Christ (Jésus aurait été remplacé par un autre homme au moment de la crucifixion)

                Dans le Coran, les chrétiens et les juifs sont des falsificateurs des textes sacrés, ils sont donc méprisables :

                "Malheur, donc, à ceux qui de leurs propres mains composent un livre puis le présentent comme venant d’Allah pour en tirer un vil profit ! - Malheur à eux, donc, à cause de ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à cause de ce qu’ils en profitent ! « 
                Le Coran 2:79

                « Oh les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Dieu ne guide certes pas les gens injustes. “
                Le Coran 5 : 51

                 »Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants.« 
                Le Coran 5.82

                négation de la Divinité du Christ :
                « Les Chrétiens disent : “Le Christ est fils de Dieu”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! »
                Le Coran 9 : 30

                négation de la Sainte Trinité :
                ‘ Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites de Dieu que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager de Dieu, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Dieu et en Ses messagers. Et ne dites pas Trois’. Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Dieu n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Dieu suffit comme protecteur ”
                Le Coran 4 : 171

                négation de la Crucifixion et de la Résurrection du Christ (le Message de Rédemption de Jésus-Christ est nié dans le dogme islamique) :
                 »et à cause leur parole : « Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah »... Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié ; mais ce n’était qu’un faux semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué« 
                Le Coran 4 : 157

                Selon Abou Hourayra, le Prophète a dit : « L’Heure ne viendra pas tant que les musulmans n’auront pas combattu les juifs qui n’auront d’autre recours que de se cacher derrière les pierres et les arbres qui diront : « Musulman ! Voici un juif qui se trouve derrière moi, viens donc le tuer ! », à l’exception d’un arbre appelé gharqad et qui est un des arbres des juifs. »
                La Sunnah hadith authenttique [Bukhari et Muslim] - »Les jardins des vertueux" p500

                La Bible utilisée par les chrétiens contient la Thora juive sans aucune modification, elle n’est pas niée, ni considérée comme falsifiée.


              • Pascal L 29 avril 21:55

                @Decouz
                « et de montrer en quoi il les dépasse » Bonne question. Pour moi, le Coran est une régression sur les Evangiles. Les Evangiles ont supprimé la totalité des lois judaïques pour les remplacer par l’amour inconditionnel qui dépasse toutes les lois et les morales. Le Coran est revenu a une norme juridique. Dans le Christianisme, Dieu s’adresse à chacun individuellement, les membres de la communauté devenant l’objet de l’amour de chacun. Dans l’islam l’individu s’efface complètement devant la communauté qui règle le comportement de chacun. Pour moi, l’islam est une forme du judaïsme et a complètement ignoré le Christianisme qui n’apparaît qu’au 9ème siècle dans le Coran, mais pour que l’islam puisse exister en s’opposant. Le terme de Nazaréen dans le Coran désigne ces juifs hérétiques et le terme n’a été utilisé que tardivement et rarement dans le Coran pour désigner les Chrétiens après la disparition des Nazaréens. Qui avait intérêt à cette confusion ?


                « « Allah » c’est la Divinité au-delà de tous les attributs et conceptions »
                Le terme « au-delà » est un euphémisme. Aucun Musulman n’a rencontré Allah qui n’est même pas présent dans le bout de paradis accessible à l’humanité. Le Coran ne parle jamais d’Allah mais de ce que les hommes doivent faire pour lui faire plaisir. Il n’y a donc aucune révélation dans le Coran. Par contre Dieu s’est révélé dans les Evangiles et il est très facilement accessible, chacun de nous ayant une très grande valeur pour lui.

                « Sans doute ceci se trouve exprimé ici ou là par des théologiens ou mystiques chrétiens mais peut-on dire que cela se trouve dans les textes de base ? »
                Le Coran étant une norme juridique a besoin de s’adapter à son époque. Les Evangiles n’ont pas ce besoin. Dans les Evangiles, la révélation et terminée mais ce n’est pas pour autant que l’humanité en a compris le contenu. La compréhension a évolué en 2000 ans, avec parfois l’aide de la science mais surtout l’aide de l’Esprit-Saint : « mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » (Jean 14, 26). Faire l’expérience de l’Esprit-Saint est à la portée de tout Chrétien aujourd’hui.

              • Decouz 29 avril 22:20

                @Pascal L
                J’essaie juste de donner une interprétation parmi bien d’autres de la shahada, en opposant « ilaha » qui est la manière dont les hommes peuvent se représenter Dieu, manière toujours illusoire et l’Infini, Allah, qui est toujours au-delà de toute conception ou imagination, c’est l’aspect de Majesté.
                J’ajoutais qu’on peut également lire en mode descendant et dans ce cas toute formulation, adoration, dogmatisation autorisée sera l’image de la divinité dans un de ses attributs, c’est l’aspect de Beauté.
                Allah ( mais tout nom visant l’Essence une est acceptable) est la synthèse de la beauté et de la majesté, cette perfection de l’Essence divine est également présente dans le judaisme (la balance parfaite entre la rigueur et la miséricorde, pareillement au fond également dans le christianisme ou Marie représente la miséricorde, tandis que le Christ est tantôt représenté en majesté, tantôt sous un aspect de la clémence, mais son retour se fera sous l’aspect de Roi de Justice.
                Le Coran n’est pas qu"une norme juridique, c’est une vision juste, mais partielle, il contient aussi une modalité opérative intérieure qui est mise en oeuvre dans les voies spirituelles qui sont toujours vivantes.


              • Decouz 29 avril 22:25

                @Pascal L
                Accessible, si, il y a des saints musulmans, on peut les rencontrer, comme il y a des saints chrétiens que l’on peut aussi rencontrer, et comme il y a des saints même si le nom est différent, dans d’autres traditions, ces saints sont la présence visible de la divinité.
                Vous parlez de foi, je parle d’expériences, je ne peux que vous souhaiter de les vivre, ne serait que dans votre propre religion.


              • Pascal L 30 avril 11:45

                @Decouz
                « Allah est la synthèse de la beauté et de la majesté »

                Pour la beauté « Al-Jamîl », il me semble que personne ne l’a encore vu. En fait dans les 99 noms d’Allah, il y a un peu de tout et souvent des caractéristiques bien humaines. Que dire par exemple de « Al-Djabbar » : le Terrible, Celui qui domine et contraint, le Contraignant, le Réducteur ou « Al-Moutakabbir » : l’Arrogant, l’Orgueilleux, Celui qui se magnifie.
                Que dire également de « Al-Ghaffar » ou « Al-Ghafour » : le Tout pardonnant si à la fin Allah juge l’humanité ? Peut-on pardonner et ensuite juger ? 
                En fait, en interrogeant les Musulmans que je rencontre, personne ne peut me donner un sens précis à ces appellations et quand on parle de miséricorde, les Musulmans invoquent l’arbitraire d’Allah plutôt que le pardon.

                « cette perfection de l’Essence divine est également présente dans le judaisme (la balance parfaite entre la rigueur et la miséricorde, pareillement au fond également dans le christianisme »
                Vous définissez la perfection de Dieu par une balance parfaite entre la rigueur et la miséricorde, mais cette balance peut-elle exister ? Si Dieu est parfaitement miséricorde, comment peut-il juger ? Dans le Christianisme, il ne peut y avoir de jugement, c’est l’humanité qui refuse l’amour de Dieu et se condamne elle-même pour que le mal fait n’apparaissent pas dans la lumière.

                « Le Coran n’est pas qu’une norme juridique, c’est une vision juste, mais partielle, »
                Une vision juste de quoi ?

                « Marie représente la miséricorde »
                Marie ne représente pas la miséricorde qui est un attribut de Dieu, donc du Christ. Marie ne fait pas non plus partie de la trinité (comme dans la Sourate 5) mais nous aide à trouver le chemin vers le Christ.

                « tandis que le Christ est tantôt représenté en majesté, tantôt sous un aspect de la clémence, mais son retour se fera sous l’aspect de Roi de Justice »
                Le Christ est celui qui distribue l’amour et la miséricorde de Dieu parmi nous, pas la clémence car Dieu ne peut juger. Pour le retour, il faut faire attention à ce qui est dit dans les Evangiles. Le Christ est déjà présent parmi nous et distribue des grâces à ceux qui l’invoquent. Il n’est pas visible aujourd’hui mais le deviendra à la fin des temps. Il ne s’agit donc pas d’un retour pour ceux qui le prient aujourd’hui. S’il n’est pas visible, c’est pour nous laisser la liberté de le suivre. Jamais il ne nous forcera la main, mais il est le seul chemin vers le salut.

                « il contient aussi une modalité opérative intérieure qui est mise en oeuvre dans les voies spirituelles »
                Je suis parfaitement conscient que la plupart des Musulmans n’aspirent qu’au bien et à la paix, mais j’ai beaucoup de mal à trouver dans le Coran un chemin vers la spiritualité, c’est-à-dire un chemin qui ne soit pas la récitation d’un texte, mais qui permette un vrai dialogue entre Dieu et le Musulman. Pour moi, la voie spirituelle soufi ne vient pas du Coran mais il s’agit d’un apport extérieur qui éloigne encore l’islam du Christianisme.

              • Pascal L 30 avril 11:56

                @Decouz
                On ne rencontre pas les Saints Chrétiens, mais ils peuvent intercéder pour nous devant Dieu.

                Nous pouvons par contre faire l’expérience de l’Esprit-Saint et rencontrer directement Jésus. Même si celui-ci n’est pas visible, il peut répondre à nos questions on provoquer des guérisons qui doivent être comprise comme une signature matérielle de sa présence spirituelle.

                « Vous parlez de foi, je parle d’expériences, je ne peux que vous souhaiter de les vivre, ne serait que dans votre propre religion » Ne vous inquiétez pas pour moi. Mes rencontres avec Jésus sont déjà nombreuses et j’ai reçu une guérison de sa part. Pour moi, la foi est issue de l’expérience que je peux avoir de mes rencontres avec le Christ. Il y a le texte des Evangiles, mais celui-ci serait stérile s’il n’y avait ces rencontres qui confirment le texte. Le texte des Evangiles m’a aidé à trouver le chemin, mais à la fin, il n’y a plus que le Christ vivant. En ce sens, le Christianisme n’est pas une religion du livre.

              • Antoine 30 avril 12:15

                @Pascal L
                our la beauté « Al-Jamîl », il me semble que personne ne l’a encore vu. En fait dans les 99 noms d’Allah, il y a un peu de tout et souvent des caractéristiques bien humaines. Que dire par exemple de « Al-Djabbar » : le Terrible, Celui qui domine et contraint, le Contraignant, le Réducteur ou « Al-Moutakabbir » : l’Arrogant, l’Orgueilleux, Celui qui se magnifie.
                 
                Dieu n’est pas un bisounours, ça vous étonne ?


              • Antoine 30 avril 12:33

                @Pascal L
                Sinon comment expliqueriez vous cela :

                Apocalypse 16-1 " J’entendis une voix forte venant du Temple dire aux sept anges : Allez et versez sur la terre les sept coupes de la colère divine !"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès