• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le culte de l’utilitarisme...

Le culte de l’utilitarisme...

Utile ! Désormais, il faut que tout soit utile ! On en oublie l'essentiel : le rôle de la culture dans la formation de l'individu...

Dans notre monde moderne, les humanités n'ont plus leur place, l'enseignement du latin et du grec est, ainsi, sacrifié, avec la nouvelle réforme du Baccalauréat qui s'annonce.

 

Bientôt, les cours de Français pourraient se réduire à l'apprentissage de la langue : fini l'enseignement de la littérature, finies la lecture et l'explication des grands textes de notre patrimoine.

A quoi bon étudier Racine, Corneille, Molière, Rabelais, La Fontaine ?

 

Il faut privilégier ce qui est directement utile dans la formation des individus : on s'oriente vers une éducation pratique et technique.

On en oublie la sensibilité, l'importance de la culture littéraire et humaniste... grave lacune dans un monde où l'individualisme est grandissant...

 

Je me souviens d'une remarque d'un de mes élèves : "A quoi sert le cours de Français ? Je sais parler Français...", comme si la seule maîtrise de la langue suffisait à la formation d'une personnalité.

Que fait-on de l'intelligence, de la compréhension du monde et des autres ?

La littérature offre justement cette ouverture aux autres qui manque cruellement dans nos sociétés...

 

La plupart des médecins deviennent des techniciens sans âme : or, la relation avec les patients est essentielle, une confiance doit s'établir et doit passer par un dialogue humaniste.

Les administratifs n'ont plus le sens de la relation humaine : ils traitent, parfois, les gens comme des objets, des numéros.

La communication devient de plus en plus inhumaine, elle passe par des téléphones, des ordinateurs et la vraie communication se délite.

Les hommes politiques, au cours de campagnes électorales tapageuses, font, aussi, de fausses promesses, n'hésitent pas à leurrer les gens pour s'emparer du pouvoir : leur visée est utilitaire.

 

Les êtres humains attachés à des biens matériels, à leurs voitures, leurs portables perdent le contact avec les autres.

Il faut, donc, plus que jamais, former les individus à la culture : si celle-ci semble ne pas avoir une utilité immédiate, elle est pourtant essentielle pour assurer la cohésion d'une société, elle apporte à chacun un épanouissement personnel, une curiosité, une acuité d'esprit.

Elle offre une liberté, une façon d'appréhender le monde et les autres, avec humanité.

Notre monde de technicité grandissante ne doit pas renoncer à la culture qui est essentielle.

 

Vers quel abîme d'égoïsme se dirige-t-on, si on renonce à la culture ? Vers quel gouffre d'inhumanité allons-nous être précipités ?

Un monde purement utilitaire ne peut pas être un monde heureux. Nous avons tous besoin d'une formation à la sensibilité.

La réflexion est, aussi, essentielle : les grands textes nous offrent l'occasion de réfléchir à toutes sortes de sujets qui nous concernent tous.

Ne perdons pas notre humanité dans un monde d'objets, ne perdons pas ce qui fait l'essence même de l'être humain : redonnons à la culture toute sa place, pour un avenir meilleur.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2016/07/le-culte-de-l-utilitarisme.html

Documents joints à cet article

Le culte de l'utilitarisme...

Moyenne des avis sur cet article :  1.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Nicolas_M Nicolas_M 4 février 2019 12:22

    La culture, c’est des vieux sans aucun contact avec qui que ce soit, qui contemplent SEUL des tableaux à longueur de journée ou lisent des « classiques littéraires » SEUL dans leur appart’ de vieux sous les toits. Qui s’amusent à parler des langues mortes tous seuls dans leur sénilité. Ou un djeun’s qui lisent les actualité tout seul et coupé du monde sur son portable.


    Vous opposez individualisme et culture alors que la culture est souvent un vecteur d’individualisme. Regardez ceux qui se tapent sur l’épaule dans les bars, qui ont un contact social facile, généralement ce sont les gens du « bas » peuple (sans aucune connotation négative). Les gens de peu de culture. Ce ne sont pas les gens de Paris XVIème, frigides et gouffres d’égoïsme.


    • rosemar rosemar 4 février 2019 12:59

      Pas besoin d’habiter Paris 16ème pour être cultivé : la culture est une ouverture sur le monde, elle permet d’aborder toutes sortes de sujets et pas seulement la pluie et le beau temps, ou le dernier match de foot...


      • Sozenz 4 février 2019 13:30

        ah , je vois que vous arrivez tout doucement vers ma philosophie ... vous finirez par comprendre ce principe de l apprentissage pour et par le plaisir . ainsi que la necéssité des actes enthousiastes , des actes du coeur et de l âme . 

        tout ceci est étroitement lié.

        le résultat final est toujours plus beau et plus grand !

        incarné dans la matière , l humain a besoin d avoir des résultats concrets . mais ceux -ci selon comment il auront été programmé au départ ; par l utilité, le rendement, le gain ou le désir d’épanouissement de soi et de son environnement ; n aura pas le même impact.

        malheureusement les personnes font souvent la confusion entre idéologie abstraite , rêves , et illusion avec enthousiasme ,, coeur et âmes .

        il y a pourtant la possibilité de faire la jonction entre ce qui est concret et ce qui est « spirituel » , sans partir dans des délires .

        la culture à comprendre notre monde,

        sur le plan physique et materiel , , comprendre ses contraintes . 

        l Histoire( et pas uniquement les dates , mais les contextes , les actions , on pourrait parler de la geopolitique et l esprit des peuples ) nous aide à comprendre les voies que l humanité a choisi. comprendre ce qu ’ il faut eviter ou potentiellement suivre .

        le coeur , l enthousiasme et la conscience sont les guides pour faire nos choix sur le plan idéologique ;

        la culture ne remet sur les rails de ce qui est possible de faire .

        c est simplement allier « sciences » et « conscience ».


        • paco 4 février 2019 14:02

           La culture, c’est ce qui permet à tant de gens issus de l’éducation nationale de se présenter à des jeux télé, genre « Questions pour un Champion », où ils sont sur-représentés, pour gagner des sous et des voyages. Parfois des exceptions, comme un agriculteur ou un édenté, sur la Une.

          Et si les incultes parlent surtout de la pluie et du beau temps, peut-être est-ce en souvenir inconscient de leurs ancêtres, enfermés dans leur monde, où une mauvaise récolte mettait en péril leur existence même.


          • rosemar rosemar 4 février 2019 18:36

            @paco

            Oh ! vous oubliez la dimension d’émancipation de la culture... 


          • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 4 février 2019 14:19

             Et pis quoi encore ! qu’importe la culture

             Par exemple quand il à écrit Hamlet  , BHL avait-il lu la Comtesse de Ségur ?

            Bien évidemment ...non !, !  smiley


            • Clocel Clocel 4 février 2019 14:20

              Rosemar, vous vous lamentez sans cesse sur votre Grand œuvre.

              Si notre société en est là, c’est bien parce que ceux qui l’ont voulu ainsi ont pu s’appuyer sur l’éducation nationale, non ?

              Vous êtiez le premier de cordée, vous avez fabriqué des individus « autonomes » pas des citoyens sensibilisés au bien commun, consciemment où non, vous avez collaboré à ce que vous déplorez.

              Un petit peu d’auto-critique, de temps en temps...

              Si les rouges reviennent ils vous foutront au goulag ! smiley


              • Clocel Clocel 4 février 2019 14:22

                @Clocel

                « les premiers de cordée », désolé.


              • Sozenz 4 février 2019 15:09

                @Clocel
                certains profs font un boulot de standardisation .

                j ai eu l immense chance d avoir eu des profs exceptionnels à un moment .
                Soyez gentil de ne pas mette tous les profs dans le même sac .

                dans tous les secteurs vous avez des personnes magnifiques et des m en foutistes . ce n est pas une question de secteur , mais de personne.

                et de toute façon , meme si les profs avaient été des « collabos » ; n est il pas à chaque être humain de reprendre sa place et de profiter de ce passage pour voir les failles ( c est aussi un apprentissage )
                 combien cautionnent en n intervenant pas pour leurs enfants et meme les pousse sur la pente pour qu’ ils continuent à alimenter le système .
                 qui empeche les personnes de laisser leur enfants suivre les cours et remettre en evidence la dimension essentielle à leurs enfants ?

                qui a soutenu son enfant quand il allait dans une voie non rentable ?
                trader leur passion pour une carrière sûre ...

                bref , ne tapez pas toujours sur les mêmes .


              • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 2019 10:22

                utile, tout seul ne signifie rien.

                Un objet, une action est utile à quelqu’un ou à un projet.

                Pris dans son sens complet et correctement analysé vous verrez que tout ce qui advient aujourd’hui sert un dessein particulier. En somme ce qui est à condamner ce n’est pas l’utilitarisme en soit, ce sont les bénéficiaires des actions ’utiles’, leurs motifs sont inavouables.

                Faux procès donc...


                • Francis JL 5 février 2019 10:46

                  @Abou Antoun
                   
                  ’’Un objet, une action est utile à quelqu’un ou à un projet.’’
                   
                   Très bonne remarque. Il en est de même du bien vs le mal : qui peut prétendre faire le bien ? On se fait du bien ; on fait du bien à quelqu’un ; mais on ne saurait faire le bien.
                   


                • Francis JL 5 février 2019 11:44

                  @Sophie
                   
                  merci pour la citation.
                  Pour le mal je ne suis pas sûr, en cette « vallée de larmes ». Pour le bien, ça dépend.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité