• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le déséquilibre du monde

Le déséquilibre du monde

     Surnuméraire sont actuellement les êtres sur cette planète. Presque huit milliards d’âmes à ce jour auquel s’ajoute 1,2% soit environ 83 millions d’individus supplémentaires par an grâce au nombre des naissances supérieur à celui des décès et, même si ce pourcentage restait stable, le nombre le constituant serait de fait, par le cumul de la base, exponentiel. Si cette croissance modeste de 1,2% continuait, la population mondiale atteindrait la densité d’une personne par mètre carré de terre émergée dans environ 700 ans. Et la masse des gens équivaudrait à la masse de la terre dans 2300 ans. Sans limite les hommes croissent et se reproduisent et les mathématiques ont ceci de terrible, c’est qu’entre le zéro et l’infini se promène le vertige qui entraîne irrémédiablement vers la chute. Si en Europe ou aux États Unis les chiffres ont tendance à diminuer, ils ne cessent de progresser de manière effrénée en Afrique et en Asie.

 L’homme aujourd’hui est confronté à ce problème majeur qui englobe et alimente tous les autres. La terre ne peut plus subvenir à la demande et aux besoins de tous ses habitants. Le productivisme imbécile assèche les ressources naturelles, pollue, détruit notre écosystème, dérègle notre environnement, notre climat. Plus la demande sera forte, car fonction du nombre croissant de consommateur, plus les dérèglements s’amplifieront jusqu’au point de non retour qui semble à la limite d’être atteint. Nos dirigeants qu’ils soient politiciens, industriels ou financiers, autruches tête et bec dans le sable, plus occupés à la captation des pouvoirs et à l’accumulation des richesses personnelles, non pas compris que ce système allait imploser. Un ancien ministre, crétin libéral, a dit cette phrase imbécile mais oh combien chargée de sens : « La montée du chômage prouve paradoxalement la bonne santé de notre courbe ascendante des naissances … ». Nous sommes embarqués dans un train démographique lancé à pleine vitesse qui ne fait plus de halte dans les gares et dont le conducteur rêvasse sur la couchette d’un wagon lit de première classe. Ce n’est pas une question morale ou un positionnement philosophique mais un constat factuel pour ne pas dire tout simplement le résultat d’une terrible opération arithmétique.

 Pour faire simple, les sociétés se résument en 3 parties. La première partie, les plus nombreux, celle des sans emplois, que personne n'écoute, qui n'a rien à perdre et qui, dans le monde, augmente rapidement de jour en jour. Puis, celle des travailleurs qui, elle aussi se divise en trois. Ceux qui se battent pour défendre les acquis sociaux et faire progresser la condition humaine, ceux qui subissent sans rien dire vivant dans la crainte de perdre leur emploi et enfin, ceux qui correctement ou bien rémunérés se croient à l'abri des licenciements et trouvent normal que se soient les classes qu'ils jugent inférieures, de subir les pertes de salaire, les délocalisations, le chômage et la misère. Et au-dessus, règne la troisième, une toute petite minorité, responsable de tout cela et qui se remplit les poches, se gave de richesse, bâtit et alimente leurs immenses fortunes avec la sueur et le stress de ceux qu'ils exploitent et de ceux qu'ils ont réduit à la misère. Il serait temps de prendre conscience que le luxe n'est excusable que dans un pays où personne ne meurt de faim ou de froid.

  La seule force d’un peuple est dans sa capacité à réfléchir, étudier, analyser puis ensuite agir au mieux de ses intérêts généraux. Les dirigeants d’officines privées l’ont bien compris et, c’est pour cela qu’ils ont acquis les médias (Presse, télé, radio …) afin de pouvoir abaisser le niveau intellectuel des populations par toute une série d’artifices (Fausses informations, télé réalité, jeux débiles etc…). C’est dans la sous culture, l’écriture arrangée de l’histoire et l’absence d’autonomie de réflexion qu’on trouve tous les ingrédients nécessaires à l’acceptation tacite de l’esclavage de l’individu. Peut-être que si les gens éteignaient radios et télévisions, il y aurait un espoir de renouveau intellectuel et un vent de liberté qui ferait prendre conscience de cet urgent besoin d’humanité et d’écologie. C’est par cette absence d’autonomie de pensée le réel et par cet emprisonnement individualiste au matérialisme que périssent les civilisations.

 Maintenant, comment faire face à ce fléau avec humanité ? Terrible question. Nous avons privilégié l’individu à la communauté tant il est vrai que l’arbre qui s’écroule fait plus de vacarme qu’une forêt qui pousse mais maintenant, si rien est fait et vite, c’est la forêt toute entière qui risque de s’embraser. Alors devons-nous en passer par un contrôle des naissances ? Devons-nous changer de mode de consommation en admettant que la seule justification de la propriété c'est l’indispensable et, ce dont on n'a pas l'usage il faut le donner ? Savez-vous qu’une juste répartition des richesses permettrait de nourrir jusqu’à 12 milliards d’habitants ? Évidemment pas avec nos modes de vie actuels… Devons-nous revoir la valeur des choses en l’étalonnant sur le besoin réel ayant admit que nécessité fait loi ? Devons-nous privilégier la qualité de la vie plutôt que sa longévité et laisser le mot de la fin à dame nature ou au choix de l’individu concerné ? Où nous ont amené les dérives de la recherche du profit à tous crins et de la quête de l’éternelle jeunesse ? Comment tous ces distingués chercheurs et médecins qui se rêvaient experts en vie éternelle réagiront quand, devant la terrifiante et alarmante urgence, ils deviendront, dans un futur proche, ingénieurs en mort douce ? Baudrillard a prévenu : « Les grandes épidémies meurtrières ont disparu. Elles ont toutes été remplacées par une seule : la prolifération des êtres humains eux-mêmes. La surpopulation constitue une sorte d’épidémie lente et irrésistible, inverse de la peste et du choléra. On peut seulement espérer qu’elle s’arrêtera d’elle-même, une fois repue de vivants, comme le faisait la peste, une fois repue de cadavres. Le même réflexe de régulation jouera-t-il contre l’excès de vie qu’il a joué jadis contre l’excès de mort ? Car l’excès de vie est plus mortel encore. »

 Je ne peux imaginer que les petits malins qui tirent les ficelles et gèrent nos vies n’y ont pas pensé. Que nous préparent-ils : Guerres ? Avouez que c’est bien engagé partout sur le planisphère et, chaque jour les médias se chargent de nous conditionner petit à petit pour un conflit mondial. Épidémies, avec les essais et les produits chimiques qu’ils balancent sur le marché, la nourriture douteuse des grandes chaînes de distribution ou les vaccins qu’ils veulent rendre obligatoires, ai-je le droit de poser la question sans être traité de conspirationniste ? Ou alors, la bêtise ayant pris l’ascendant sur l’intelligence humaine la nature qu’on agresse en permanence se chargera du grand ménage ?

 Un monde fini ne peut soutenir qu’une population finie. Une terre et une humanité en équilibre, ce serait une population éduquées et capables d’auto-subsistance. 25 000 hommes, femmes, enfants meurent chaque jour de faim ou de malnutrition à travers le monde. Aucun fléau, aucune épidémie, aucune guerre n’a jamais, dans toute l’histoire de l’humanité, exigé un tel tribut. C’est une chose terrible à dire, mais pour stabiliser la population mondiale, nous devrions perdre plusieurs centaines de milliers de personnes par jour. Le vieillissement de la population n’est pas le problème majeur, le curseur sur lequel il faudrait en urgence agir à la baisse est celui du taux de fécondité. C’est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l’est encore plus.

Lien à consulter :

https://www.youtube.com/watch?v=FXX-i4AAGNo

Documents joints à cet article

Le déséquilibre du monde Le déséquilibre du monde

Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 1er août 10:36

     L’intelligence humaine dans la surpopulation de la planète...8 milliards de « gros cons »...


    • Jean 1er août 11:56

      @claude et vous en êtes un des éléments les plus prometteur.


    • bob14 bob14 1er août 12:22

      @Jean...oui mais vous vous comptez double !


    • Daniel Roux Daniel Roux 1er août 11:13

      La surpopulation humaine est à l’origine des principaux fléaux dont souffrent la biosphère et des principales menaces pour la vie des populations.

      L’augmentation de l’espérance de vie crée d’importants déséquilibres. Il y a moins de décès que de naissances. Le nombre de ceux qui ont plus de 70 ans augmente par rapport au reste de la population, occasionnant des déséquilibres économiques importants et des tentations de politiques de rééquilibrages générationnels.

      Déjà, certains pays limitent les soins aux plus de 80 ans.

      La question de la survie à tout prix sera posée, surtout pour les bas revenus.

      D’autant que l’éducation et la libération des femmes ont permis de diminuer la fécondité.

      L’Afrique reste très en retard sur le reste du monde. C’est la région du monde où la pression démographique se fera le plus ressentir, aux dépens des parcs naturels protégeant ce qui reste de la biodiversité.

      La misère persistante en Afrique provoquera des mouvements de population en et hors continent, induisant des réactions protectionnistes et des changements de politique.

      En Asie, la raréfaction des terres agricoles et des ressources vitales exacerberont les rivalités entre les grands pays, le Pakistan, l’Inde et la Chine mais aussi avec les plus petits comme le Vietnam.

      Si le pire n’est jamais certain, en l’occurrence, il est déjà inscrit dans les projections des situations à venir.

      Contrairement à ce que laisse entendre les médias, relais des grands intérêts financiers, nous n’avons pas et nous n’auront pas, de planète de rechange.
       


      • Gabriel Gabriel 1er août 11:19

        @Daniel Roux
        Merci de cette analyse qu’évidement je partage. Concernant le Pakistan et L’inde, le taux de natalité continuera d’augmenter car, il est intimement lié à leur mode de vie basé principalement sur la religion et ou le système de caste.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 août 17:19

        @Gabriel


        OUI. Merci pour cet article, et je profite de l’occasion pour souligner tout le bien que je pense de l’ensemble de vos interventions.  

        Pierre JC Allard






      • HELIOS HELIOS 2 août 17:43

        @Gabriel

        ***** Si en Europe ou aux États Unis les chiffres ont tendance à diminuer, ils ne cessent de progresser de manière effrénée en Afrique et en Asie. *****


        ***** Le taux de natalité continuera d’augmenter car, il est intimement lié à leur mode de vie basé principalement sur la religion... *****

        ah, bien oui, tant qu’ils voient qu’il y a de l’espace a coté et même que cet espace augmente, pourquoi se contiendraient-ils ?... ce sont eux aussi des « chances » pour ces espaces de plus en plus vides

      • Djam Djam 3 août 22:31

        @Daniel Roux Je partage aussi votre analyse. Pour autant, permettez-moi de vous rassurer... Ma mère est très âgée (94 ans et pas de maladie, juste le grand âge, quoi). Elle vit à présent dans un EPADH et je peux vous affirmer qu’on s’occupe bien des anciens mais que le problème du personnel, parfaitement le insuffisant, est omniprésent. Elles font ce qu’elles peuvent et elles peuvent peu vu aussi le salaire de misère qu’on leur accorde pour un boulot qu’un fan de chez En Marche ne supporterait pas plus d’une semaine. En moyenne, dans un EHPAD, un « vieux » ne doit pas faire plus de 3 années et s’il dėpasse, c’est exceptionnel. Il faut que ça tourne et que ça rapporte quand même ne serait-ce qu’en terme de notoriété locale.

        L’objectif est que la masse qui arrivera après (vous et moi, quoi) aille « tout naturellement » vers le suicide assisté. Quand on s’occupe d’un parent dans un tel établissement, c’est la 1ère chose que l’on dit en sortant : « Ça, moi, jamais ! Plutôt crever en Suisse avec l’ADMD ! ». Ajoutez à cela quelques pandémies savamment mises en scène, et vous avez l’horizon tres proche de comment « ils » envisagent de gérer la surpopulation mondiale.

        Cynique, la vision ? Oui, je vous l’accorde... Et pourtant, n’est-ce pas un peu ce qui se profile ? Putain, quelle époque.... De vous à moi, franchement, n’était-ce pas mieux dans les années 50/60 ?


      • Daniel Roux Daniel Roux 4 août 16:24

        @Djam

        Perso, je ne suis, de toute façon, pas favorable à la survie à tout prix.

        J’estime que l’homme n’est réellement libre que s’il est libre de mourir, à défaut d’être libre de naître et de vivre.

        La peur de la mort est absurde mais pas la peur de souffrir.

        Comme l’a dit, il y a bien longtemps, un philosophe, vous ne saurez jamais que vous êtes mort.


      • MagicBuster 1er août 12:05

        Il n’y aura bientôt plus de pétrole ...
        On sera contraint de revenir aux seules valeurs qui faisaient de nous des vraies hommes.

        Tous les autres disparaitront — la nature est sans pitié.


        • Initiativedharman Initiativedharman 1er août 18:27

          @MagicBuster
           @Claude Simon

          Pour ce qui est du pétrole, on peut encore polluer la planète pour 40 maximum si l’on s’en tient aux seules réserves et productions actuelles.
          Ne vous tracassez pas, les américains, chinois, russes, européens et autres cherchent déjà dans les endroits les plus incongrus et surtout les plus sauvages, dans les sanctuaires de la biodiversité de potentielles nappes d’hydrocarbures.
          Les pétroliers se foutent éperdument de l’avenir de la planète et attendent cyniquement la fonte du pôle Nord pour pouvoir prospecter le pétrole...
          Des territoires autrefois interdits aux industriels du pétrole sont aujourd’hui ouverts à la prospection et bientôt à l’exploitation...
          Tout est permis et on fait n’importe quoi. Plus les pays émergents deviennent riches et plus ils achètent de bagnoles...
          Un des indices de bonne santé d’un pays est le chiffre des ventes d’automobiles...Alors, il ne reste plus beaucoup d’espoir.
          Il faudrait se passer du pétrole et ça, personne ne le souhaite, ça rapporte trop.
          La seule énergie non-fossile inépuisable, c’est le soleil.
          Impossible de remplacer le parc des véhicules au niveau mondial par des véhicules solaires ( dont nous savons tous qu’ils pourraient être produits ) et puis nous n’avons plus les temps.
          Il nous reste peut-être 200 ans pour changer radicalement notre mode de vie productiviste et consumériste qui use les ressources naturelles de la Terre, actuellement, il nous faudrait deux planètes alors dans 1 siècle, ce sera dix à ce rythme-là.
          La révolution industrielle et le début du saccage de la planète n’a pas 2 siècles : dans ce laps de temps, nous avons détruit plus de la moitié des ressources de la planète, si nous avançons à ce rythme et nous continuons, poussés par la « croissance » nous sommes en danger de mort imminente.
          Je donne à l’humanité deux siècles maximum de vie sur Terre. Nous mourrons petit à petit de faim, de soif, de maladies, de misère, et du rétrécissement des espaces vitaux.
          Il restera les animaux ( ou ce qu’il en reste ) et les plantes pour habiter la Terre qui se remettra très bien de notre passage fulgurant mais destructeur.

        • HELIOS HELIOS 2 août 17:55

          @Initiativedharman


          ... et que savez vous de l’hypothese du petrole abiotique ?... du petrole dans ce cas, nous en avons encore pour longtemps !

          Mais, je tiens a vous faire remarquer, que même sans petrole, les automobiles ne disparaitront pas d’elles mêmes, si les écologistes ne la tue pas réglementairement. En effet, on peut avoir des voitures tout electriques ou simplement a générateur hydrogène qui remplaceront les moteurs thermiques gaz/essence/diesel.

          Ne revez pas, ne prenez pas vos desirs pour des réalités, l’automobile ne va pas disparaitre, comme l’internet d’ailleurs, car ce sont des avancées considérables inhérentes a l’avenir de l’homme lui-même : l’ubiquité et la communication.

          Il vaudrait mieux accepter tout de suite et mettre en place les mesures les plus efficaces pour organiser tout cela, au profit de tous. ( par exemple une normalisation plus efficace des vehicules, des systemes de récuperation/recyclage, de conception/fabrication et diffusion, comme des modèles mieux adaptés, revisiter les supports de circulatons -les routes donc- etc)

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 06:26

          @Initiativedharman
          Le solaire nécessite tout un tas de métaux rares ...
          « Métaux, les besoins colossaux de la transition énergétique ».
          Pas étonnant que les écolos intéressent vivement les entreprises, « les énergies vertes », c’est la prochaine poule aux oeufs d’or !
          L’énergie la moins polluante est celle qu’on n’utilise pas.


        • Initiativedharman Initiativedharman 4 août 20:03

          @HELIOS
          Je n’ai jamais dit que les voitures allaient disparaître, je dis même l’inverse.

          On peut avoir des voitures électriques en effet, sauf que il y a plus d’un milliard de voitures dans le monde sans compter les camions bien sûr, donc, il faudrait des siècles pour accéder au tout- électrique, c’est donc de l’utopie. De plus, nous n’avons plus le temps, la planète va trop mal. Je donne deux siècles de survie à l’humanité, ni plus, ni moins. Je ne suis pas vraiment un écolo puisque je pense qu’il n’y a pas d’issue en dehors de la disparition de l’être nuisible à la Terre : l’Homme. Et ce n’est pas la technologie qui nous sauvera.
          Oui, Internet est une avancée, je contribue aussi à polluer la planète en tapotant sur mon clavier en plastique.
          Organiser quoi ? Les cérémonies funéraires de l’être humain ?

        • Initiativedharman Initiativedharman 4 août 20:04

          @Fifi Brind_acier
          Certes...


        • lisca lisca 1er septembre 09:23

          @Initiativedharman
          Le nucléaire est encore la meilleure solution, tous comptes faits.


        • microf 1er août 12:49

          @Gabriel.

          Ne vous en faites pas pour la démographie mon cher Gabriel, bientôt, il n´y aura plus personne, ce problème sera règlé.
          Le monde ce dirige lentement vers la guerre qui peut éclater á tout moment, et vous savez ce que cela veut dire, cette guerre sera nucléaire, et elle effacera tout, alors pas de soucis pour demain, vous et moi seront déjá mort demain..., faisons nous des soucis pour aujourd´hui, demain ce fera des soucis pour lui même.


          • Gabriel Gabriel 1er août 14:09

            @microf
            J’ai peur que vous ayez raison et j’espère que vous vous trompez. Merci de votre lecture.


          • francois 2 août 08:08

            @Gabriel

            c’est bon pour le commerce


          • HELIOS HELIOS 2 août 18:10

            @microf

            et probablement cela générera une nouvelle forme de racisme entre ceux qui naitrons « apres » la cata nucleaire, « conformes »... et ceux qui muteront.... et seront isolés, pourchassés etc... il y a de nombreux livres de SF qui en parlent !

          • Elixir Elixir 1er août 15:34

            Très bon article. 


            On devrait parler de ce sujet tous les jours, tellement il est important. 

            Que faire de plus pour nous réveiller ?
            Les gens ne savent malheureusement pas ce que sera notre chaos, ils vivent dans un rêve..
            sinon ils bondiraient tout de suite de leur lit !




            • Initiativedharman Initiativedharman 1er août 17:59

               « Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut perdurer indéfiniment dans un monde fini, est soit un fou, soit un économiste. »


              Serge Latouche.


              • francois 2 août 08:10

                @Initiativedharman

                le probléme c’est que les économistes et les fous sont au pouvoir et élus par des fous et folles.

                Que fait-on ?


              • Initiativedharman Initiativedharman 4 août 20:09

                @francois
                On profite de la vie en attendant la mort.


              • Claudec Claudec 1er août 18:04

                Voici des années que je publie ici même des articles concernant le pire des maux de l’humanité qu’est sa démographie, le plus souvent dans une indifférence consternante, sans compter mes tentatives rejetées par la modération, tant le tabou qui touche les questions de surpopulation est partout présent.

                Voir mon profil pour ceux que la question intéresse.

                Ci-après deux liens vers des notes parues récemment sur mon blog, que je ne me donne même plus la peine de proposer sur Agoravox.
                À toutes fins utiles.

                « Démographie, économie, écologie et pyramide sociale » : https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/2017/08/demographie-economie-ecologie-et_1.html


                • Gabriel Gabriel 1er août 19:36

                  @Claudec
                  Merci pour vos liens.


                • Oceane 2 août 10:39

                  @Claudec

                  Le pire des maux de l’humanité c’est l’accaparement par une minorité, des richesses naturelles et des produits du labeur de la majorité.

                  Les Africains vivent avec le minimum tandis que d’autres profitent de leurs richesses et de leur labeur à travers les multinationales en tout. Et le plus piquant est que ceux qui profitent de l’Afrique - humains et richesses naturelles - soient aussi ceux qui s’en prennent au ventre de la femme africaine et programment, mine de rien, une « Afrique sans les Africains ». Je n’arrive pas à croire une telle hypocrisie.

                  ARTE repasse « Le capitalisme ». Il serait bon de le regarder ou re regarder.


                • Gabriel Gabriel 2 août 10:53

                  @Oceane
                  Nous savons tous que l’Europe et les US exploitent l’Afrique, font des guerres pour s’en approprier les richesses, encore une fois c’est évident. La démographie se sont des chiffres et un espace fini n’est viable qu’avec un nombre d’éléments définis, c’est mathématique. Alors ce problème concerne tous les êtres, je dis bien tous quel que soient leur origine. bien sur, il faudrait revoir les modes de consommation, faire une juste et équitable répartition des richesses mais, cela ne réglerai en rien le problème du surnombre des individus qui par leurs besoins naturels, assécheraient à terme leur environnement. 


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 19:45

                  @Claudec
                  Vous devriez prendre le temps de regarder la vidéo de John Perkins « Assassin financier » au service de la World Company ... L’arme fatale, c’est la dette.


                  « Des conseillers économiques » font miroiter à des Chefs d’états qu’en endettant leurs pays, ils auront des infrastructures qui doivent rapporter gros. Au final, ils se retrouvent coincés : les dossiers sont bidons, la rentabilité est illusoire, ils ne peuvent plus rembourser.

                  Alors, on leur propose de vendre leurs terres, leurs ressources naturelles, de fermer leurs services publics ou de les privatiser etc.

                  Quel rapport avec le sujet ?
                  Un pays ruiné ne peu plus assurer ni la santé, ni l’éducation, ni la régulation des naissances.


                • Oceane 4 août 10:53

                  @Gabriel

                  « La démographie ce sont des chiffres et un espace fini n’est viable qu’avec un nombre d’éléments definis, c’est mathématiques. »

                  - superficie du continent
                  - démographie
                  - densité au km2
                  - nombre de calories consommées par habitants
                  - « empreinte écologique » par habitant, etc, etc produits par les calculs et autres projections « mathématiques ».

                  « Alors ce problème concerne tous les êtres, je dis bien quelle que soit leur origine. »

                  Ça c’est du pipeau. Comme le renflouement des banques. Privatiser les gains et mutualiser les pertes et les dettes. Certains doivent disparaître pour que d’autres continuent de vivre dans la même irresponsabilité. Les origines sont bien prises en compte puisque les plus nombreux ne sont pas Européens tandis qu’ils sont les plus profiteurs et dévastateurs de l’environnement, puisque dans l’esprit malade de certains d’entre eux, le monde leur appartient. MacNamara n’envisageait certainement pas de réduire la population blanche, si ? Et pourquoi cet ignare de Macron qui rêve de stériliser les femmes africaines, ne sait-il pas le Dr. la mort en Afrique du Sud le faisait déjà avec le concours des « démocratie » au profit de la minorité européenne ? Si l’Europe tient à oublier le passé, les autres ne peuvent pas se le permettre.


                • Gabriel Gabriel 4 août 11:12

                  @Oceane
                  Je ne comprend pas votre problème. Evidemment que cela concerne tout les êtres, je ne dis pas autre chose, je parle du nombre d’êtres humains croissant, je pose un problème mathématique sans faire de différence entre les races, les couleurs, les religions etc... Maintenant le monde est ce qu’il est et c’est vrai, il n’est pas beau. Il y a les profiteurs et ceux qui subissent et alors, vous voulez changer le monde ? C’est bien, moi aussi mais, encore une fois, ce n’est pas le but de cet article qui pose des questions sur la prolifération d’entités dans un espace fini et dont les ressources sont elles aussi limitées. Alors en 2050 combien de milliard d’habitants et est ce que les ressources de la planète suffiront ? Ca c’est pas du pipeau ! Je ne connais ni la réponse ni les solutions mais, je suis prêt à lire les vôtres. 


                • markos 1er août 20:31

                  d’aucuns disent que le réchauffement global de la pourrait avoir des effets positifs car nous gagnerions en terres cultivables et le CO² est bon pour les récoltes.
                  ceci étant dit, je partage l’inquiétude du rédacteur de cet article.
                  il va falloir trouver des solutions pour stabiliser le nombre d’individus sur terre et en général les mesures qui s’offrent à nous sont limitées et fort peu sympathiques.
                  le contrôle des naissances qui ne serait qu’une interdiction de plus, parait inéluctable.


                  • Gabriel Gabriel 2 août 07:20

                    @markos
                    Vous gagnez en terres cultivables mais vous en perdez d’autres par la sécheresse inéluctable et la montée des eaux dans certaines contrées.... 


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 août 19:49

                    @markos
                    Quel réchauffement climatique ?? Dans les années 75, les climatologues alertaient sur un refroidissement de la planète...


                  • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 08:37

                    @Fifi Brind_acier. M’enfin ! Tu commets là un horrible crime d’incroyance ! Ne sais-tu pas que les instruits et l’instruction sont « haram ! » ?


                  • phagocytose 1er août 22:50

                    Ca me fait penser au dernier bouquin de Dan Brown, « inferno ». Un savant fou pulvérisait sur la terre un virus qui rendait infertile la moitié de la population (désolé pour le spoil).
                    Serait-ce la solution la plus « éthique » ? Tirer au sort ceux qui ont le droit de procréer ?


                    • Gabriel Gabriel 2 août 07:22

                      @phagocytose
                      Nous avons des politiciens fous et cupides alors ???


                    • lloreen 4 août 09:40

                      @phagocytose
                      « Un savant fou pulvérisait sur la terre un virus qui rendait infertile la moitié de la population. »

                      Ne sombrez pas dans le catastrophisme ! Il y a beaucoup mieux :les philanthropes et leurs fondations dont l’un, sans doute l’ami de monsieur Mac ron(ds), qui compte parmi les« honorables » membres du club de « ceux qui ont réussi » (à mener le monde à sa perte).
                      https://www.youtube.com/watch?v=xACwnpHphP4

                      Une fois n’est pas coutume, un procès est fait par les victimes des empoisonneurs.
                      http://reseauinternational.net/edifiant-vaccins-linde-poursuit-fondation-bill-melinda-gates/


                    • Pseudo 1er août 23:09

                      Excellent article mais encore trop naïf et/ou trop lâche ! Il faudrait commencer, outre une contraception efficace dont peu sont capables, par une « politique de santé publique » c’est à dire qu’on fixe un seuil minimal de qualité de vie au-dessus duquel on doit se maintenir éventuellement avec des aides sociales et/ou des soins médicaux. Quand on passe en dessous de ce seuil on a le choix entre un suicide assisté ou plus d’aides ni sociales ni médicales. Jean-Jacques Rousseau demandait si l’être humain naissait bon ou mauvais et si la vie le rendait meilleur ou pire ? A mon humble avis la plupart des gens naissent mauvais et la vie renforce leur fond foncièrement mauvais avec toutes les conséquences que cela a. Les gens sont faits pour s’entretuer au propre comme au figuré. Il n’y a donc pas le moindre espoir, désolé, c’est dur à accepter ! 


                      • Gabriel Gabriel 2 août 07:24

                        @Pseudo
                        Ce à quoi vous faites allusion (suicide assisté ou qualité plutôt que durée), relisez l’article, il en est fait mention. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès