• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le droit à l’oubli pour Bertrand Cantat ?

Le droit à l’oubli pour Bertrand Cantat ?

La justice a de nouveau ouvert l'enquête sur la mort de son ex-femme, Krisztina Rady, qui s'est suicidée en janvier 2010. Le chanteur est soupçonné d'être l'auteur de violences physiques et de pressions psychologiques sur celle qui l'avait pourtant soutenu lors de son procès après la mort de l'actrice Marie Trintignant, tombée sous ses coups en juillet 2003.

Cette nouvelle affaire met en lumière le débat autour du droit à l'oubli pour Bertrand Cantat, régulièrement opposé à son devoir de décence envers les femmes victimes de violences conjugales.

 

Pour avoir « accidentellement » fracassé le crâne de sa compagne contre un radiateur, Bertrand Cantat a été condamné en mars 2004 à huit ans de prison ferme. Il bénéficiera rapidement d'une liberté conditionnelle et ne sera donc resté que 3 ans sous les verrous.

« Il a payé sa dette, qu'on le laisse tranquille » peut-on lire en commentaire sur les réseaux sociaux.

Si l'on peut admettre qu'il a payé sa dette envers la société pour avoir purgé sa peine, il restera à jamais redevable d'une dette sociétale qui devrait le mettre en retrait définitif de la scène médiatico-culturelle.

Pourtant, Bertrand Cantat est régulièrement invité dans toute la France à chanter, lire, se mettre en scène. Au nom du droit à l'oubli, on invite partout celui que l'on présente comme un écorché vif, comme la victime collatérale de ses propres désordres affectifs semant la mort autour de lui.

Cette posture assez indécente devient dès lors inepte à la lumière des assassinats médiatiques dont sont victimes ceux qui ont eu l'outrecuidance de parler trop fort ou trop mal. Ceux-là sont promis à une interminable traversée du désert, à devenir des parias qu'il est préférable d'éviter pour se protéger d'un sort aussi funeste.

D'aucuns ont récemment été condamnés à la mort médiatique par indignation pour une blague grasse et machiste. D'autres l'ont été sur simple accusation, sans même attendre la tenue d'un procès équitable, pour des (forts) soupçons de goujaterie sexuelle.

Ce qui laisse cependant perplexe, c'est qu'à l'heure du néo-féminisme décomplexé qui voit dans la pilosité abondante et ostentatoire un vecteur de libération de la femme oppressée par le « mâle blanc », la présence régulière de Bertrand Cantat dans diverses manifestations ne rencontre qu'une faible opposition, bien que celle-ci monte en puissance.

 

Bertrand Cantat, qui a provoqué la mort de sa compagne est maintenant soupçonné d'avoir une responsabilité dans le suicide de son ex-femme. A-t-il le « droit à l'oubli », de monter sur scène comme si rien ne s'était passé ? Le droit d'être oublié, sans aucun doute. Le droit à l'oubli, assurément pas.

Il a tué une femme de ses mains. Il a peut-être tué une autre femme par ses mots. Ceux qui continuent à inviter cet artiste à des manifestations culturelles sont les prosélytes inconscients d'un machisme meurtrier.


Moyenne des avis sur cet article :  3.16/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 4 juin 2018 17:15

    @ l’auteur.

    Qui es tu pour juger ?
    A la lecture de l’article ça ne doit pas être bien propre entre vos deux oreilles.
    Qui es tu pour juger ?

    • Grégory ROOSE Grégory ROOSE 4 juin 2018 17:43

      @sls0 Je ne juge pas, je donne mon avis, argumenté. Vous donnez le vôtre, sans guère d’arguments. Ca s’arrête là. 


    • mmbbb 4 juin 2018 20:14

      @SLO 8 ans de prison Ce n est pas cher paye Quant a Cantat c ’est ce genre de type qui nous a bourrer le crane avec sa morale de merde Je me donne le droit de juger Et entre les tiennes c ’est propre Parles en a son pere


    • Fergus Fergus 5 juin 2018 11:28

      Bonjour, sls0

      Désolé, mais Grégory Roose a raison.

      La moindre des choses pour Cantat eût été que, pudeur élémentaire, il évite toute présence médiatique de lui-même. Or, sa présence sur scène et les applaudissements qu’il reçoit sont une souffrance permanente pour les parents de Marie Trintignant et pour tous ceux qui sont sensibilisés à ces problèmes de violence domestique qui peuvent déboucher, comme cela a été malheureusement le cas, sur des homicides. Ce faisant, Cantat montre, soit qu’il n’a rien compris , soit qu’il méprise la douleur des autres.

      Certes, Cantat a un métier et, sa peine subie, a le droit de l’exercer. Or, il se trouve que Cantat n’est pas uniquement chanteur, mais auteur-compositeur. Et sur ce plan-là, rien ne l’empêche d’exercer son job, ce qu’il fait d’ailleurs pour le compte d’autres chanteurs, sans que cela n’entraîne le moindre trouble à l’ordre public. Que Cantat s’en tienne à ce volet de son activité et tout ira bien !


    • Fergus Fergus 5 juin 2018 11:29

      Bonjour, l’auteur

      100 % d’accord avec vous !


    • sleeping-zombie 5 juin 2018 12:57

      @sls0

      l’auteur est un nouveau genre de curé qui veut nous imposer ses symboles, et sa morale.
      Parce que pour certains, la loi ne suffit pas.

      Pour 99.99% des condamnés par la justice, l’application de la loi suffit, mais pour les 0.01% de malchanceux érigés en symbole par ces nouveaux inquisiteurs, c’est a priori pas suffisant.
      ...
      Ou, une autre explication, beaucoup plus pragmatique : un blogueur à la recherche d’audimat. Parce que quand on est payé pour parler, au fond, peut importe ce qu’on dit, l’important c’est de parler.

      Le seul résultat, c’est qu’ils sont en train de me rendre Cantat sympathique, à l’instar de Dieudonné...

    • Grégory ROOSE Grégory ROOSE 5 juin 2018 15:35

      @Fergus merci ! smiley


    • doctorix doctorix 5 juin 2018 17:35

      @sleeping-zombie
      Sympathique à vos yeux ? Et vous osez le comparer à Dieudonné ?

      Vous êtes un fêlé de la tronche...
      Il a tué la grâce et la beauté.
      Moi, s’il avait fait ça à une de mes filles, je crois que je l’aurais flingué.
      J’aurais pris trois ans dont deux avec sursis (il y a des vies qui valent moins que d’autres), mais j’aurais l’âme en paix, contrairement à son père dont la vie n’est plus que souffrance.
      Et sa femme serait toujours vivante.
      Je crois que c’est vous qui êtes en quête d’audimat : quand on n’y arrive pas par le talent, on essaye en étant ordurier et putassier. On en a quelques uns ici, dans le genre. Ils vous souhaitent la bien venue au club.

    • sleeping-zombie 6 juin 2018 00:05

      @doctorix

      ...moi, en quête d’audimat ? vers quoi ? j’ai pas de compte sur le réseau social des crétins...

      Ce qui est marrant avec les commentateurs de justice, c’est qu’ils sont toujours dans le même sens.
      Allez, je vais oser une ’tite comparaison : comment tu réagis quand quelqu’un qui s’est informé 3 minutes sur Google pense en savoir autant qu’un médecin qui y a consacré 10 années d’études ?

      Là, c’est pareil. Toujours des paroles qui dégainées plus vite que la pensée, pour critiquer des jugements fait par des magistrats :
      -formés
      -expérimentés
      -qui ont eu accès à tout le dossier.
      ....
      S’il avait fait ça a une de tes filles... oui. Mais si c’était ton fils le coupable, tu serais aussi vindicatif ? l’humanité, c’est pas la façon dont on traite ses amis. c’est toujours facile de bien traiter ses amis.
      ....
      Par ailleurs, si tu te donnes la peine de me lire, mon propos ne porte pas sur le degré de culpabilité de Cantat, mais sur la tendance qu’ont certaines personnes à s’improviser inquisiteur...

    • libert_pensée 6 juin 2018 21:54

      @sls0
      Plus que d’accord ! n’importe quel quidam se pose en procureur implacable. Cantat est le bouc émissaire parfait, sur lequel la meute est toujours prête à bondir avec une évidente jouissance malsaine. Laisser simplement la justice faire son travail, est visiblement au-dessus des forces de cette meute.


    • kalachnikov kalachnikov 6 juin 2018 22:09

      @ libert_pensée

      Quelle justice ? Il n’y a pas même de partie civile. Une avocate warholienne et hystérique, à force de tintamarre, parvient à faire rouvrir une enquête qui a déjà été faite. Avant même de re étudier le truc, le proc a déjà dit via l’afp ce qu’il en pensait.

      C’est du cirque et c’est du cirque parce que l’Etat n’a plus d’autorité. Dans aucun domaine. En France de nos jours, les antiCantat peuvent nier les principes fondamentaux de la République (la Justice), troubler l’ordre public en semant le souk dans des manifestations (les concerts). Etc.

      J’espère que dans tous les domaines il va en être pareil, que ces jolis principes vont faire tâche d’huile et dans tous les domaines. Ca a un nom : anarchie mais au très mauvais sens du terme et ou ce sera l’implosion de la nation ou il faudra la brutalité pour la maintenir.


    • Attilax Attilax 4 juin 2018 17:16

      Malgré toute l’admiration que j’ai pour lui en tant que chanteur/compositeur/interprète, je suis hélas tristement d’accord avec vous. Quand on a deux morts de femmes sur la conscience, on la joue profil bas, au minimum...


      • Dom66 Dom66 4 juin 2018 20:57

        @Attilax

        Absolument d’accord avec vous, et « quand à » ce chanteur il devrait effectivement jouer profil bas...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 juin 2018 17:23

        De toute façon, comme les dominos, c’est un peu l’hécatombe pour les artistes. Même Charlie Chaplin. Marie n’était pas tout à fait nette non plus. Collée à son seul amour : son père. Doit-on jeter Le CARAVAGE A la poubelle ? Je n’ai pas de réponse. Mais si une femme se met en ménage avec le gars. qu’elle ne vienne pas se plaindre ensuite,....


        • Clocel Clocel 4 juin 2018 17:23
          Encore une occasion pour notre « Justice » de prouver sa parfaite maîtrise dans la manipulation des masses, ça finira glorieusement, comme l’affaire de Tarnac, n’en doutons pas...

          En attendant, ils auront pourri des vies et fait bander sous des robes magistrales.

          La Justice et les media, quel beau tandem inquisitoire, la société du spectacle en action pour la plus grande joie du badaud pendant qu’on lui fait les poches...






          • ZenZoe ZenZoe 4 juin 2018 18:33

            Il y a le droit à l’oubli, qu’on peut ou pas contester, et il y a la mansuétude de la justice envers les personnes bien placées dans l’échelle sociale, qui est plus grave.
            Après le suicide de K Rady, le parquet de Bordeaux, pour des raisons mystérieuses, a classé rapidement l’affaire, sans chercher à creuser pour voir si d’éventuelles pressions du chanteur avaient pu empêcher des témoins de parler. Je pense notamment aux parents de la jeune femme, que Cantat aurait menacé de priver de leurs petits-enfants.
            Qu’on rouvre cette enquête est une bonne chose. Elle permettra peut-être de tirer des choses au clair et de faire taire tout le monde, qui sait ?


            • cétacose2 4 juin 2018 19:01

              ...Bertrand Cantat : l’homme qui aimait les femmes.......froides .


              • Moonlander Moonlander 4 juin 2018 20:14

                @cétacose2

                la première il était défoncé, la deuxième il dormait, la troisième il sera peu être bien éveillé. 

              • Surya Surya 4 juin 2018 20:09

                Normalement, je n’aime pas intervenir sur ce genre d’articles, ça me donne l’impression de faire ma Madame Michu de service, mais là j’ai juste envie de dire une ou deux choses :


                Si Bertrand Cantat est incapable, du fait de son caractère, ou d’une personnalité trop « écorchée vive » (après tout c’est un artiste, alors en quoi cela surprend qu’il puisse être un « écorché vif » ?), d’être avec une femme sans la démolir, physiquement et/ou psychologiquement, alors il a besoin qu’on l’aide. 

                Enfermer les gens comme des fauves en cage ou leur coller des amendes, ce sont des punitions (très méritées, certes) mais pas des aides. 

                Qu’il remonte ou pas sur scène n’est même pas le problème, c’est accessoire si je peux dire. Ce qui gêne les gens, en fait, c’est qu’il se mette en scène, que ce soit lui que les gens regardent lorsqu’il chante. Il aurait été peintre, je ne crois pas qu’on aurait interdit ses toiles dans les galeries de peinture. 

                Il y a (malheureusement) des milliers de mecs qui démolissent leur femme ou leur compagne, et ceux là, une fois qu’ils ont effectué leur punition, on leur fiche la paix. Ils ont droit à l’oubli, ils ont droit de retravailler. Parce qu’ils sont « anonymes », pas des stars. Cantat est victime de sa célébrité. 

                Le fait est que quelqu’un qui sort de prison a un mal fou à se réinsérer dans la société, parce que trouver du travail est très difficile, l’ex prisonnier devra sans arrêt se justifier, prouver qu’il a tourné la page. Il va peut être en baver jusqu’au restant de ses jours. Et c’est exactement ce que les gens veulent. Alors il faut en faire baver Cantat, lui aussi. Il ne faut pas qu’il le laisse, lui, se réinsérer dans la société. 

                S’acharner sur lui ne résoudra rien. Quand je vois à quel point les gens s’acharnent sur lui, je me demande s’ils n’ont pas, eux aussi, besoin d’aide. 

                Si, du fait de sa personnalité, Cantat a besoin d’aide, alors il faut que la société lui tende la main et accepte de l’aider. Il n’y a qu’en l’aidant que le problème pourra être résolu.

                • cétacose2 4 juin 2018 20:16

                  @Surya
                  ....Ben oui ,les noirs désirent nous éliminer aussi.....


                • colibri 4 juin 2018 20:45
                  @Surya
                  vraiment n’importe quoi votre article et une ignorance crasse de la nature humaine :

                  vous pensez vraiment que Cantat pense qu’l a besoin d’aide et qu’on peut le forcer à se faire aider ? 

                  il pense n’en n’avoir pas besoin , il a un profil psychologique de pervers , il est narcissique , si on lui tend la main il la mord , vous n’avez aucune idée de ce qu’est la structure perverse : vous croyez aussi que Lelandais a besoin d’aide et qu’il faut l’aider ? vous êtes d’une naïveté .....avec ces gens là ca ne sert à rien ;

                  et si il ne sont pas d’accord pour se faire aider il faudrait les laisser continuer à détruire des femmes ? quand sont il responsables de leurs actes d’après vous ? il ne sont pas assez adulte pout être conscient de ce qu’ils font, ils en sont tout à fait conscient et content ne vous en déplaise . 
                  On sait que les traitements forcés non acceptés ne fonctionnent pas, notamment avec les pédophiles . 

                  La réalité est que certaines structures psy ne sont pas perfectibles , les gens qui en sont atteints ne se remettent jamais en question , sinon Cantat aurait fait profil bas avec Kristina , au lieu de ca il continue a harceler et dénigrer , , il est irrécupérable ..il faut l’empêcher de nuire et de fanfaronner ..

                • Surya Surya 4 juin 2018 21:48

                  @colibri

                  «  il a un profil psychologique de pervers , il est narcissique »


                  Excusez moi, je ne savais pas que vous le connaissiez personnellement.





                • Trelawney Trelawney 5 juin 2018 08:58

                  @Surya
                  Il y a (malheureusement) des milliers de mecs qui démolissent leur femme ou leur compagne, et ceux là, une fois qu’ils ont effectué leur punition, on leur fiche la paix. 


                  Est-ce qu’un Harvez Wenstein va pouvoir continuer à produire des films ? Est-ce qu’un Polanski va continuer à tourner des films ? Est-ce qu’un Samir Nacery ne jouera autre chose qu’un figurant dans les prochains taxi ?
                  On n’est pas dans la vrai vie, on est dans le médiatique. Le droit à l’oubli n’existe pas et c’est plutôt une bonne chose

                • kader kader 4 juin 2018 20:12
                  le droit à l’oubli ? oui bien sur mais qu’il se fasse oublier.
                  monter sur une scene c’est tout sauf se faire oublier.
                  la vie est ainsi, il faut assumer ces fautes.
                  On ne juge pas BC... on l’a vu a l’oeuvre.

                  C’est pas une belle histoire c’est sale et triste..


                  • cathy cathy 4 juin 2018 23:35

                    Des gens qui ont commis un délit, vont en prison, non pas pour payer une dette, mais pour être mis à l’écart de la société, pour la protection de celle-ci. Comme la peine de mort est abolie, cette notion de protection de la société est passée à la trappe. Il n’y a pas de notion de paiement de dette quand on a commis un crime, et pour preuve, la victime ne reviendra jamais.


                    • cathy cathy 4 juin 2018 23:37

                      Je parle ici de cas de gens pervers comme Cantat. Il n’y a rien a attendre de ces gens.


                    • jef88 jef88 5 juin 2018 11:07
                      MORALITE :
                      Quand on est une vedette on a plein plein d’excuses ........

                      • zygzornifle zygzornifle 5 juin 2018 14:59

                        et le droit a l’oubli pour les familles des victimes ?


                        • CommunArt CommunArt 5 juin 2018 16:02

                          Tant qu’on me laisse le droit de l’oublier.

                          Merci d’avance ! 



                          • Buzzcocks 5 juin 2018 16:35

                            On se coltine de l’Amaury tous les jours ou presque, voilà son clone. Vous ne pouvez pas rédiger des articles à 4 mains ?


                            • emphyrio 5 juin 2018 17:18

                              L’ouverture d’une nouvelle enquête risque de tourner court. Dans sa lettre de suicide, Kristina Rady n’accable pas spécialement son mari mais parle plutôt du mal que lui ont fait d’autres personnes, nommément citées dans sa lettre d’adieu. Cela s’annonce compliqué pour l’ouverture d’un procès, puisqu’une de ces personnes est à l’origine de la plainte contre Cantat. Rappelons que la mère de Rady lui avait aussi apporté son soutien. A défaut de croire qu’elle aussi est victime de la « perversité » de Cantat , on lui reconnaîtra au moins sa volonté de pardon.


                              •  C BARRATIER C BARRATIER 5 juin 2018 19:10

                                Cantat a certainement oublié Marie TRINTIGNAN, et aussi la malheureuse qui s’est suicidée. Il a effectivement le droit à l’oubli, mais le citoyen lambda a aussi des droits, y compris celui de ne pas oublier. Cest ce qui se passe.


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 juin 2018 19:15

                                  il a le droit à l’oubli. Mais ce qui est certain, c’est qu’il a marqué la mémoire. Je me souviens parfaitement de l’annonce en écoutant la radio de la voiture, PLACE MORT ICHAR. 26 au 27 juillet. Pour ceux qui on suivi mes coms. 



                                    • Serge ULESKI Serge ULESKI 6 juin 2018 14:28

                                      Bertrand Cantat a-t-il encore droit à une vie publique ? Sans aucun doute mais sûrement pas comme si de rien n’était.

                                      Dans la vie, pour tout le monde à de rares exceptions près, il y a un avant et un après, tôt ou tard ; ce qui n’est pas acceptable c’est qu’un Bertrand Cantat puisse penser, et les médias avec lui qui ont assuré, en sa compagnie, la promotion de son dernier album (les Inrocks), qu’en ce qui le concerne, il ne saurait y avoir un après qui fasse que plus rien ne sera comme avant.

                                      A propos de la mobilisation très marginale à l’agitation très bruyante contre Bertrand Cantat, rappelons que ce dernier a bel et bien été jugé en 2004 pour le meurtre de sa maîtresse : Marie Trintignant ; tout en bénéficiant d’une remise comme tout un chacun, il a purgé sa peine. Or, cet individu pour lequel il sera difficile d’éprouver de la sympathie (son attitude face à la contestation, féministe notamment, n’arrange rien ; il semblait amusé, affichant un sourire pour le moins déplacé ; manifestement, il ne se reconnaît aucun devoir : ni retenue ni empathie), cet individu a pour métier la chanson ; aussi, rappelons cette autre évidence : personne n’est autorisé au nom de quelque principe que ce soit, de tenter de tuer socialement un individu condamné qui a purgé sa peine ; a fortiori un artiste de scène ; d’autant plus que ceux qui tentent aujourd’hui de priver Bertrand Cantat de son art et de ses moyens d’existence, n’ont aucune légitimité morale, intellectuelle et judiciaire pour le faire ; qu’ils en soient tentés est purement indéfendable et par conséquent : intolérable.

                                             En revanche, au sujet de la couverture médiatique du retour sur scène de Bertrand Cantat, on conseillera vivement aux médias de se montrer discrets. Quant à solliciter la famille de la victime - les Trintignant - : c’est non seulement maladroit mais indécent ; on aimerait pouvoir espérer que les parents et les proches sachent résister à la « tentation médiatique » qui ressemble fort à un acharnement et à une incitation au lynchage de ce chanteur. 

                                      Buzz, buzz, buzz,buzz.... il est vrai que l’audimat (on retrouve encore BFM-TV et Elkrief à la pointe de l’exploitation éhontée de ce fait-divers) justifie toutes les bassesses et tous les opportunismes ! 

                                                  Décidément : dans cette « affaire Bertrand Cantat », difficile de trouver qui que ce soit dont on pourra louer le comportement.

                                                  Personne à sauver donc ?


                                      • Debrief 6 juin 2018 22:10

                                        « Il a peut-être tué une autre femme par ses mots. »
                                         
                                        Il la cognait aussi, pardi ! Qu’est-ce que vous croyez ?
                                        Cantat c’est un cogneur de femmes qui a eu une « chance » outrancière de ne faire qu’un nombre dérisoire d’années de taule pour un meurtre.
                                         
                                        Il ferait mieux de raser les murs, si seulement il ressentait la honte de ses actes infâmes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès