• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le droit de vote des résidents étrangers

Le droit de vote des résidents étrangers

Le droit de vote des résidents étrangers

Depuis 1994, La Lettre de la citoyenneté publie, presque chaque année, les résultats d’un sondage avec la même question portant sur l’attribution du droit de vote aux résidents étrangers, non communautaires, pour les élections municipales et européennes (1).

Aux yeux de certains, cette question peut paraître incongrue ou même provocatrice. Il n’en est que plus intéressant de suivre les résultats de ces sondages qui s’étalent sur plus de 20 ans avec, à chaque fois, la même question. Et de voir les réponses.

Le droit de vote des résidents étrangers

Quelques constatations à partir du tableau des résultats de 1994 à 2018.
Sur les 21 sondages, la proportion des réponses favorables est égale ou supérieure à 50% dans 13 cas et, dans 8 cas, les enquêtés se déclarent majoritairement opposés à l’extension du droit de vote.
En 1999, pour la première fois, les sondés se déclaraient en majorité (52%) favorables (45% opposés) à l’extension du droit de vote pour les élections municipales et européennes aux résidents étrangers, non communautaires, vivant en France.

A partir de cette date et jusqu’en octobre 2018, sur les 16 sondages réalisé, 13 donnent une majorité de réponses favorables et 3 opposées. Depuis 12 ans, c-à-d depuis 2006, ce sont tous les sondages - 10, il n’y en a pas eu en 2010 et 2012 – qui ont donné des résultats en majorité favorables au droit de vote.

Lors 2 des 3 sondages avec une majorité de réponses opposées, on peut noter une chute de 12 points des opinions favorables par rapport au sondage précédent : le premier, celui de 2001 a été fait deux mois après les attentats de New-York du 11 septembre et celui de 2004 un mois après l’attentat du 11 mars 2004 à Madrid ! Les résultats de 2005 étaient proches de ceux de 2004.

Les résultats de 2014 permettent aussi de constater une baisse du taux de réponses favorables qui reste cependant majoritaire : majorité relative en 2014, 47 % conte 44%, avec une baisse de 7 points des réponses favorables et une hausse de 2 poins des opposés par rapport à 2013. Mais, les favorables deviennent majoritaires à 50 % contre 47 % en 2015 et 54 % contre 42 % en 2016, 56 % contre 39 % en 2017 et 58 % contre 39 % en 2018.

Alors que les réponses avaient chuté à la suite des attentats de New-York et de Madrid, semble-t-il, ce n’est pas le cas après les attentats de Paris. La baisse, en 2014, précède les attentats !

Le droit de vote des résidents étrangers

A la suite de ces sondages positifs, deux propositions de loi pour modifier la Constitution ont été adoptées en 2000, à l’Assemblée nationale (rapporteur, Noël Mamère) et en 2011, au Sénat (rapporteure, Esther Benbassa) pour attribuer le droit de vote aux résidents étrangers non communautaires aux élections municipales.
Dans les deux cas, ces propositions n’ont pu aboutir, faute de majorité simultanée dans les deux chambres, Assemblée nationale et Sénat.

Si les sondages portent sur les élections municipales et européennes, les deux propositions de loi ne concernaient que les élections municipales. Lors du traité de Maastricht, attribuant la citoyenneté européenne, et droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales et européennes à tous les ressortissants de l’Union européenne résidant en France, le Conseil constitutionnel avait statué qu’il fallait modifier la Constitution pour le droit de vote aux municipales et non pour le droit de vote aux européennes : dans ce dernier cas, une loi simple suffisait.

Aucune proposition ou projet de loi sur le droit de vote aux élections européennes n’a jamais été déposé. Alors qu’une loi simple suffisait et, pour cela, une majorité déterminée à l’Assemblée nationale.

Dans tous commentaires, articles ou discussions, il n’est jamais question que des élections municipales. Quelquefois, dans les commentaires, y compris dans ceux de l’Institut de sondage, élections municipales est remplacé, indûment, par élections locales. Il n’est pratiquement jamais question d’élections municipales et européennes !

Mais le fait le plus remarquable réside probablement dans la constance des résultats des sondages.
En effet, depuis le milieu des années 1970, la plupart des gouvernements, de gauche ou de droite, ont rendu les immigrés, résidents étrangers non communautaires, responsables de tous nos maux. Suivis par les médias. Et beaucoup de politiques. Mais les sondages restent, constamment, favorables au droit de vote de ces résidents étrangers aux élections municipales et européennes.

Ceci a encore été renforcé depuis 2015. Lors les élections dans les différents pays de l’Union européenne, dont la France, apparaît une poussée de l’extrême droite dont le discours anti-étrangers (associé à celui contre l’UE) serait le moteur principal. Et les sondés en France persistent !

On peut aussi remarquer que les dernières élections régionales en Allemagne ont vu les Grünen (Verts) qui défendent une politique d’accueil progresser beaucoup plus que l’AfD (extrême droite) dont l’anti-immigration est le discours principal !

Faut-il penser que le glissement à droite dont tout le monde parle, touche plus, au moins sur ce plan, les hommes et partis politiques que la population ? Que le rôle des déclarations contre les étrangers n’est peut-être pas aussi déterminant dans le vote à droite que la presse et les politiques veulent le croire.
 

Cela semble confirmé par l'examen des résultats en fonction de la préférence partidaire des personnes interrogées. Si les plus favorables sont ceux qui se disent proches de la France insoumise et du PC (73%) et du PS (71 %), les proches de la République en marche ne sont pas très loin (65%), les sondés sans préférence partidaire sont encore majoritairement favorables (54%). Enfin, leur nombre est loin d’être négligeable chez les proches de Les Républicains (39%) et même du Rassemblement national (32%) !

Cette constance dans les réponses favorables à l’extension du droit de vote à tous les étrangers quelle que soit leur nationalité témoigne d’un attachement au principe d’égalité des droits.

Le droit de vote des résidents étrangers

 

1 – Les résultats du sondage de 2018 sont publiés dans le numéro de La Lettre de la Citoyenneté, n°155, septembre-octobre 2018

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 09:24

    Il ne reste plus qu’à donner le droit de vote en France à tous les citoyens du monde, selon la pancarte, et le plus tôt sera le mieux.

    Cette question est surtout inspirée par les maires des grandes villes de banlieues où l’abstention atteint des records, comme le nombre d’étrangers.

    Forcément, être maire d’une ville de 40 000 hab, élu par 3000 voix, ça fait bizarre. De toutes façons, ceux qui ne sont pas intéressés pour avoir la nationalité française, j’imagine qu’ils ne sont pas intéressés par un droit de vote partiel smiley

    Et ce n’est pas parce qu’on fait une erreur avec les communautaires qu’on doit l’étendre encore plus.


    • math math 12 novembre 09:53

      droit de vote aux résidents étrangers ?..ce sont des étrangers..si ils veulent voter qu’ils deviennent Français !


      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 10:32

        @math
        Si ils veulent voter, ils peuvent aussi rentrer chez eux...


      • Legestr glaz Legestr glaz 12 novembre 09:53

        Il semblerait que « la lettre de la citoyenneté » ait les moyens de financer, pour leur seul compte, des sondages auprès de la société « Harris interactive ». Quel est le prix facturé pour un tel sondage ? Qui sont les financiers ? (qui paie, qui commande ?)

        Par ailleurs, il s’agit d’une questionnaire téléphonique. Je peux voir que le « sondé » à la choix entre 4 réponses, et 4 seulement : êtes vous 1°) très favorable 2°) assez favorable 3°) assez opposé 4°) très opposé.

        Il nous est ensuite présentées 2 courbes, sur plusieurs années, représentant, l’une, les votes « favorables » et, l’autre, les votes opposés. On aurait pu penser que le graphique intégrerait 4 courbes représentant les différents résultats de la question. 

        C’est assez « magique » comme procédé. Les votes « favorables » intègrent-ils les réponses « assez favorables » ? Parce que « assez favorable » ce n’est certainement pas « favorable » ! Il y a un sacré biais interprétatif. S’agit-il de manipulation ?


        • Ouallonsnous ? 12 novembre 18:08

          @Legestr glaz

          Ce type de sondage sur des données fausses car les français ont rejetée l’UE par 55% des voix en 2005 et la rejetterait avec 95% maintenant est totalement orienté par l’Union européiste, la seule consultation à diligenter et celle sur les élections municipales pour ceux vivant avec nous, ce ne serait que justice, enfin !!!!


        • Paul ORIOL 12 novembre 18:50

          @Legestr glaz
          Bonjour,
          Le sondage est commandé par la Lettre de la citoyenneté et payé avec l’aide d’associations.
          Je ne peux vous dire lesquelles mais je peux vous dire que j’ai contribué fortement quand j’étais membre de la rédaction, avant de prendre ma retraite de militant.
          Je n’ai pas demandé à avoir le détail des résultats, je ne suis pas un partisan aveugle des sondages, surtout quand ils me sont favorables. Mais je pense que l’intérêt de ce sondage est sa répétition dans le temps : avec la même méthode, même si vous l’estimez critiquable . Et la même présentation depuis plus de 20 ans.


        • Paul ORIOL 12 novembre 19:13

          @Ouallonsnous ?
          Bonjour,
          Je fais partie de ceux qui ont voté contre le traité de Maastricht et contre le projet de constitution européenne.
          Bien à vous


        • georges jean 12 novembre 11:26

          Non au droit de vote pour les immigrés



          Donner le droit de vote aux immigrés lors des élections locales serait une erreur. En effet la modification du corps électoral des municipales et des autres élections locales faites en y adjoignant des étrangers non communautaires mettrait ces derniers en position d’arbitre de consultations se gagnant à la marge. Accorder ce droit de vote créerait automatiquement des tensions entre Français et étrangers non communautaires. Tel n’est pas le cas pour les étrangers communautaires puisqu’il existe des systèmes de réciprocité qui favorise, par nos concitoyens, l’acceptation de ce droit de vote des étrangers.

          La mise en œuvre du droit de vote aux immigrés lors des élections locales est plus propre à semer la discorde qu’à favoriser l’intégration des non communautaires, alors que les conditions pour devenir Français, et donc pouvoir légitimement voter à toutes les élections, sont souples. En particulier notre pays accepte la bi nationalité.
          Devenir national est une possibilité largement ouverte et constitue le meilleur instrument d’intégration. Le préserver nécessite de ne pas morceler les attributs qui lui sont liés.


          • aimable 12 novembre 13:35

            @georges jean
            sans compter que les maires font partis des grands électeurs qui élisent les Sénateurs et que leur président est le 2éme personnage de l’état , donc le vote des étrangers change la donne .


          • MagicBuster 12 novembre 11:49

            J’ai lu au dessus :

            "être maire d’une ville de 40 000 hab, élu par 3000 voix, ça fait bizarre.

            "

            Clairement ca ne devrait pas être possible démocratiquement d’élire un maire , ou un président avec moins de 10% des voix. . .

            ==> Candidature annulée et interdit de se représenter.

            39.000 maires à virer à remplacer par 10 fois moins.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 novembre 14:17

              @MagicBuster

              J’ai pas donné des chiffres précis, mais il y a toujours une différence entre le nombre d’habitants au recensement et le nombre d’électeurs.

              Les mineurs ne votent pas, les étrangers non plus. Les abstentionnistes ou ceux qui ne sont même pas inscrits non plus, etc.

              S’il y a deux listes, voire plus au 2e tour aux municipales, il y a parfois 4 listes au 2e tour !), on se rend compte que celui qui sort en tête n’a pas recueilli beaucoup de voix. Et que les différences se jouent parfois à quelques dizaines de vois près.

              On peut donc à priori avoir 3000 voix et être maire d’une ville de 40000 hab.
              Ex :
              élections municipales de Sevran (ville grand remplacée, au palmarès smiley 50000 habitants selon l’INSEE) :

              liste élue : recueille 5325 voix au 2e tour.


            • HELIOS HELIOS 12 novembre 16:59

              @Olivier Perriet

              je dirai même plus :

              Partout il y a des listes electorales... donc une election DEMOCRATIQUE ne peut pas se gagner a moins de 50% des inscrits sur cette liste electorale... point barre.

              A partir de là, la democratie commencera a revenir. Il est urgent de revoir le syusteme electoral en incorporant :

               un quota minimum de vote
               un quota minimum pour etre elu (et non pas la majorité)
               lorsqu’il s’agit de liste, une proportionnelle integrale ou un scoring
               une clause revocatoire

              ah, oui, je sais, nous aurions « l’exxxtrème drouate » (pouahh)... « l’exxtreme gauche » insoumise ou non (mmmmhhhhh yabon) au parlement.... mais le choix des citoyens... qui en decide si ce ne sont les citoyens eux mêmes ?


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 novembre 11:37

              @HELIOS

              Avec un système de vote comme ça, le FN RN n’est pas prêt de gagner quoi que ce soit smiley


            • Parrhesia Parrhesia 12 novembre 13:01

              Faux problème !!!

              La question de l’attribution du droit de vote aux étrangers a déjà été résolue de facto par ceux qui transforment les étrangers en Français en leur attribuant à la chaîne la nationalité française, donc ipso facto, le droit de vote !!!

              Mais il est vrai que l’on peut améliorer cette technique et satisfaire les impatients en leur attribuant le droit de vote sans exiger qu’ils soient Français à tous ceux qui, arrivant sur notre sol, le demandent !!!

              Ce s’appelle transformer le droit de notre sol en droit du sol des autres

              Mais… puisqu’il semblerait que cela doivent devenir la règle antipopuliste ...


              • Charles Martel Charles Martel 12 novembre 13:10

                il est évident que pour le PS dont l’auteur semble un fervent soutien, c’est la seule mesure pour espérer passer la barre des 7%.


                • Paul ORIOL 12 novembre 18:59

                  @Charles Martel
                  Bonjour,
                  Il est si facile de regarder les renseignements sur l’auteur qui n’a jamais été membre du PS.
                  Bien à vous


                • Ruut Ruut 12 novembre 13:42

                  C’est vrais que voter dans un pays qui n’est pas le tien c’est assez bizarre, surtout sans en avoir la nationalité.....


                  • Paul ORIOL 12 novembre 19:01

                    @Ruut
                    Bonjour,
                    C’est pourtant le cas dans de nombreux pays, voisins (Belgique, Pays-Bas, pays nordiques) ou lointains (Nouvelle-Zélande)...
                    Bien à vous.


                  • Ruut Ruut 13 novembre 07:29

                    @Paul ORIOL
                    Résident en Belgique mais Français, par respect pour le peuple Belge je me suis toujours refuser a voter lors de leurs élections.
                    Le jours ou je déciderais de devenir Belge alors je voterais en Belgique.
                    Voter dans un pays qui n’est pas le tien c’est une sorte d’invasion.


                  • MagicBuster 12 novembre 15:48

                    En résumé Les votes des français n’ont plus d’intérêts pour les décisions Françaises.

                    Je ne vois aucun autre intérêts aux votes des français ( que la France ).

                    Sans doute que dans cette logique, on devrait voter pour des décisions qui concernent d’autres pays, d’autres continents ?

                    Je ne suis pas convaincu que ces autres pays / continents accepteraient nos décisions ... au contraire même.


                    • titi 12 novembre 15:56

                      @L’auteur

                      Le droit de vote des étrangers est une mesure électoraliste des partis de gauche qui espèrent récupérer les votes des étrangers et ainsi renverser les rapports de force.

                      Sauf que jusqu’à présent tous les calculs de la gauche pour manipuler l’immigration se sont avérés faux.

                      Donner le droit de vote aux étrangers ne donnera pas de voix à la gauche mais à des gens comme Tariq Ramadan.


                      • zygzornifle zygzornifle 12 novembre 16:08

                        @titi

                         Les étrangers profitent de la stupidité de la gauche comme ils profitent de la France , mais chut faut pas le dire on pourrait être accusé de racisme.....


                      • MagicBuster 12 novembre 16:08

                        @titi

                        On n’est pas prêt de le revoir Tariq Ramadan.

                        On se demande même pourquoi on l’a vu.


                      • Paul ORIOL 12 novembre 19:10

                        @titi
                        Bonjour,
                        Si c’est une mesure électoraliste, c’est que cela satisferait beaucoup d’électeurs.
                        Dans aucun pays où le droit de vote a été attribué aux étrangers, cela n’a bouleversé les équilibres électoraux. Si c’était le cas, les partis qui le promettent l’auraient attribué quand ils étaient au pouvoir.
                        Ceux qui le demandent pensent simplement que les hommes naissent égaux en droit et que avancer vers l’égalité favorise l’inclusion de chacun dans la société dans laquelle nous voulons vivre.


                      • Coriosolite 12 novembre 21:00

                        @Paul ORIOL
                        Bonsoir,
                        L’argument en faveur du droit de vote étendu aux étrangers extra-communautaires est celui de l’inclusion et de l’égalité, ce qui est à considérer bien entendu.

                        Mais on peut se demander pourquoi l’effort d’inclusion (de réinclusion) ne se porte pas en priorité vers les citoyens français exclus et victimes des inégalités qui se sont détournés des urnes. Et ils sont nombreux.

                        Pour en revenir au vote des étrangers, la première question à se poser pourrait être y a t il une demande des étrangers pour participer aux élections locales ?
                        Et est qu’on leur a demandé ce qu’ils en pensent ?

                        Les chiffres de participation aux diverses élections des citoyens français d’origine étrangère, notamment dans les « quartiers », sont un élément de réponse : l’abstention est énorme.
                        On peut donc penser que cette mesure -le droit de vote n’est pas une réponse si bien adaptée aux besoins concrets des populations extra-européennes et surtout ne correspond à aucune demande de ceux qui seraient concernés.

                        D’autre part, et plus grave, cette mesure toucherait à un des fondements du droit politique français : le lien entre nationalité et citoyenneté.

                        La nation française n’est pas de nature identitaire, mais politique et civique.
                        Or créer une catégorie de citoyens de 2ème classe, n’ayant accès qu’à une expression civique réduite au local, me parait contradictoire avec les buts affichés : l’inclusion et l’égalité.
                        Et cette citoyenneté « à 2 vitesses » me parait de nature à créer plus de problèmes qu’elle n’en résoudrait, et personne ne parait avoir réfléchi à cette question pourtant centrale.


                      • Paul ORIOL 12 novembre 21:55

                        @Coriosolite
                        Bonjour,
                        Je suis bien d’accord avec vous sur la nécessaire inclusion des citoyens français qui se sont détournés des urnes et de bien d’autres même s’ils votent.
                        Mais c’est là qu’est le problème. Il n’y a pas de priorité à avoir mais la volonté d’inclure tous ceux qui vivent ici et maintenant. Et il ne me semble pas que ce soit en les opposant les uns aux autres qu’on avance mais au contraire en essayant de faire en sorte qu’ils avancent ensemble.
                        J’étais pour le droit de vote des résidents étrangers à une époque où même les militants étrangers étaient contre. Ils ont changé d’idée depuis. Non parce que j’étais pour le droit de vote de « ces pauvres immigrés » mais parce que je veux vivre dans un pays d’égalité de droits et non de discrimination. D’égalité politique. Mais aussi sociale.Et qu’il faut s’y attaquer par tous les bouts.
                        Parmi les citoyens français, ce qui s’abstiennent le plus ou qui ne s’inscrivent pas sur les listes électorales sont ceux qui ont le plus intérêt à voter. Parce que nombreux ne votent pas, faut-il retirer le droit de vote à tous ?
                        Il me semble qu’il y a une petite contradiction dans votre relation nationalité-citoyenneté. La nationalité répond à la question « qui suis-je ? » (identitaire) et la citoyenneté à la question « que faisons-nous ensemble ? » Question politique. La citoyenneté, c’est le droit, la possibilité pour chacun, s’il le veut, quelle que soit sa spécificité, de participer à la vie de la cité.
                        La citoyenneté à plusieurs vitesses existe déjà. Les étrangers ont le droit de vote et d’éligibilité dans les associations, dans les syndicats... C’est un début de citoyenneté. Quand le sondage a été lancé,l’idée était de dire, on fabrique deux catégories d’étrangers, les bons et les autres... Et on détache une partie de la citoyenneté de la nationalité française pour l’attribuer à d’autres nationaux. Alignons les uns sur les autres en attendant mieux.
                        Sans oublier que le droit de vote ne résout pas tous les problèmes. On le voit bien avec l’accentuation des inégalités avec 150 années de « suffrage universel » masculin et 70 ans du droit de vote des femmes.

                        Bien à vous



                      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 22:14

                        @Paul ORIOL
                        Pour accélérer le progrès, on pourrait retirer le droit de vote aux indigènes...

                        une offre de l’ANPE allemande (Bavière), pour un poste de livreur de paquets pour le groupe DHL Deutsche Post : "demandeurs d’asile uniquement - pas de ressortissant européen ni ressortissant de pays tiers, ni de personnes possédant la nationalité allemande !"

                        https://uploads.disquscdn.com/images/26df17c92e6adde511e3163f916578e61840301 6756c84d6d615d27f1b81d4e6.jpg


                      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 22:38

                        @Cadoudal
                        « les pays qui quittent le pacte ne l’auraient pas fait s’ils l’avaient lu ».

                        http://www.fdesouche.com/1104775-la-bulgarie-se-retire-a-son-tour-du-pacte-mondial-pour-des-migrations-sures-ordonnees-et-regulieres

                        «  »En juillet, la Hongrie s’est retirée de l’accord. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a jugé le texte « tout à fait contraire aux intérêts de la sécurité hongroise ». Il a ajouté :
                        «  Ce pacte constitue une menace pour le monde car il est susceptible de mettre en mouvement des millions [de migrants]. Il part du principe que la migration est un phénomène positif et inévitable. Nous considérons que la migration est un processus discutable dont les conséquences peuvent se révéler dramatiques en matière de sécurité. »
                        En juillet également, l’Australie a annoncé son retrait de l’accord, du moins sous sa forme actuelle. Selon le ministre de l’Intérieur, Peter Dutton :
                        «  Nous n’allons pas signer un accord qui sacrifie quoi que ce soit de notre politique de protection des frontières ... Nous n’allons pas abandonner notre souveraineté - je ne laisserai pas des corps non élus décider pour nous, décider pour le peuple australien. »
                        En novembre, la République Tchèque et la Pologne ont annoncé qu’elles étaient susceptibles de se retirer de l’accord. La présidente croate, Kolinda Grabar-Kitarovic, a déclaré qu’elle ne signerait pas l’accord. Quant au Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, il a déclaré : « nos principes souverains en matière de sécurité des frontières et de contrôle des flux migratoires demeurent notre priorité ».
                        Ce mois -ci également, l’Autriche a annoncé son retrait de l’accord. « Certains points du pacte sur les migrations nous paraissent critiquables, notamment la confusion entre recherche de protection et migration de main-d’œuvre », a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz.
                        L’Union européenne a immédiatement critiqué la décision de l’Autriche. « Nous regrettons la décision du gouvernement autrichien. Nous continuons de croire que la migration est un défi mondial qu’il n’est possible de résoudre que par des solutions mondiales et un partage des responsabilités à l’échelle mondiale », a déclaré une porte-parole de la Commission européenne.
                        Ainsi parle aujourd’hui cette UE qui évoquait il y a peu la nécessité de « juguler » les mouvements migratoires. Si l’on souhaite « juguler » les migrations, à quoi bon signer des accords qui les facilitent et les rendent exponentielles en les transformant en droits de l’homme ?"


                      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 22:39

                        @Cadoudal

                        Matteo Salvini : « Un « demandeur d’asile » nigérian de 19 ans, déjà condamné, a été arrêté pour avoir agressé la responsable du centre d’accueil qui l’hébergeait. Ecoeurant ! Maintenant, grâce au Décret Salvini, pour un cas comme celui-ci, il y a expulsion !  »

                        http://www.fdesouche.com/1104829-italie-un-nigerian-de-19-ans-a-tente-de-violer-la-directrice-du-centre-qui-lhebergeait-grace-a-mon-decret-pour-un-cas-comme-celui-ci-il-y-a-expulsion-a-reagi-salvini


                      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 22:41

                        @Cadoudal
                        En France, ces affaires semblent commencer à inquiéter le gouvernement. 

                        LOL

                        http://www.fdesouche.com/1104961-castaner-sinquiete-des-forts-mouvements-migratoires-a-la-frontiere-franco-espagnole


                      • Cadoudal Cadoudal 12 novembre 22:44

                        @Cadoudal

                        Le policier moldave filmé le 29 octobre dernier alors qu’il venait de caresser les fesses d’une voyageuse a été placé en centre de rétention

                        Les autorités estiment qu’il représente une « menace pour l’ordre public ». Avant même qu’il ne soit condamné, le 8 novembre dernier, à trois mois de prison avec sursis pour avoir caressé les fesses d’une femme dans le métro parisien, un policier moldave de 24 ans a fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

                        http://www.fdesouche.com/1104927-paris-75-agression-sexuelle-dans-le-metro-apres-la-condamnation-lexpulsion

                        Pour notre administration paperassière, expulser ne consiste pas à mettre dans un camp de rétention, puis dans un bateau ou un avion, avec surveillance au corps par des policiers ou des douaniers. Pour notre administration paperassière, expulser signifie émettre un OQTF. Susceptible de recours devant x juridictions. Pendant des mois. Le temps de disparaître dans la nature.


                      • HELIOS HELIOS 12 novembre 23:25

                        @Paul ORIOL

                        mmmhhh, où avez vous vu que ne pas avoir le droit de vote est une discrimination, une exclusion ?
                        C’est juste une consquence d’un choix : etre français.
                        A partir de là, ceux qui n’ont pas la carte d’identité française ne sont pas exclus, ils n’ont simplement pas le droit administratif de voter, comme vous, qui n’avez pas le droit de voter au conseil d’administration d’une entreprise si vous n’en avez pas de parts sociales


                      • titi 13 novembre 01:02

                        @MagicBuster

                        « On se demande même pourquoi on l’a vu. »

                        Tariq Ramadan disait des choses intéressantes.
                        Très loin des rengaines salafistes, et…. 1000 x plus dangereuses.


                      • titi 13 novembre 01:14

                        @Paul ORIOL

                        « Si c’est une mesure électoraliste, c’est que cela satisferait beaucoup d’électeurs. »
                        Ca créera de nouveaux électeurs qui seront satisfaits de le devenir.

                        « Dans aucun pays où le droit de vote a été attribué aux étrangers, cela n’a bouleversé les équilibres électoraux. »
                        Sur les échelons nationaux, sans doute que non.
                        Sur les échelons locaux, cela en aura nécessairement dans les banlieues « dites sensibles ». Et c’est bien pour cela que ce sont les élus de gauche dans ces territoires qui le demande.

                        « Si c’était le cas, les partis qui le promettent l’auraient attribué quand ils étaient au pouvoir. »
                        Bah ceux qui le promettent, ne sont plus au pouvoir depuis 1984. Ils n’ont pas vraiment eu l’occasion de le faire.

                        « Ceux qui le demandent pensent simplement que les hommes naissent égaux en droit et que avancer vers l’égalité favorise l’inclusion de chacun dans la société dans laquelle nous voulons vivre. »
                        Les droits civiques sans éducation civique c’est une bombe à retardement.
                        Donner un bulletin de vote à quelqu’un qui ne sait pas lire, ou dont le seul droit est d’exécuter la volonté de son mari ca donnera ce que cela à donner dans tous les pays qui se sont essayé à la démocratie : Algérie, Tunisie, Maroc… => les barbus seront élus et légitimés.


                      • Paul ORIOL 13 novembre 08:32

                        @HELIOS
                        90% des nationaux, comme moi, n’ont pas choisi d’être français.
                        Et nombre de ceux qui choisissent ne sont pas acceptés. J’ai fait, il y a des années, une étude sur les taux d’ajournement ou de refus de la nationalité française à ceux qui la demandaient. Ce taux augmentait en fonction de la pigmentation de la peau.
                        J’ai publié (ces articles, j’en ai fait deux ou trois pour suivre dans le temps). J’ai du abandonner, le taux par nationalité n’était plus publié.
                        Bien à vous


                      • zygzornifle zygzornifle 12 novembre 16:06

                        Et le droit des résidents Français a par payer il est ou ?


                        • xana 12 novembre 21:17

                          Bonjour Paul Oriol et merci pour votre article.

                          Un aspect très intéressant (en dehors de la constance du résultat à ce sondage sur une longue période, constance que vous soulignez à juste titre) tient non pas dans votre article mais dans les commentaires.

                          Vous avez pu constater comme moi que l’immense majorité de ces commentaires sont caractérisés par une violente xénophobie et par un racisme plus ou moins assumé. Cela contraste fortement avec le résultat du sondage, où l’on constate qu’environ 50% des citoyens consultés sont favorables au vote des étrangers.

                          Qu’en conclure ? Que ces pauvres commentateurs (toujours virulents sur Agoravox) qui aboient contre les vilains étrangers, ne représentent en réalité qu’une minorité dans la population française, ce qui est plutôt rassurant, non ?

                          On assiste là à une réaction classique de gens frustrés et haineux, les ratés de notre société qui aimeraient bien trouver plus bas qu’eux-mêmes dans l’échelle sociale de notre pays.

                          Jean Xana


                          • Paul ORIOL 12 novembre 22:04

                            @xana
                            Bonjour,
                            Je suis bien d’accord sur la nature de certains commentaires. Il faut passer outre.
                            Mais il y a quelque chose de plus redoutable, c’est le silence sur les résultats de ces sondages depuis des années.
                            Je pense que, comme le disait un ami, le sondage montre que nous avons gagné culturellement mais perdu, pour le moment, politiquement.
                            Il montre aussi qu’au delà des vicissitudes politiques, il y a encore des bases qui permettent d’espérer.
                            Bien à vous


                          • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 novembre 23:03

                            @xana

                            L’étranger, le fameux étranger, dont on ne sait ni pourquoi ni comment il se trouve ramené à une unité emblématique alors qu’il se compte en millions de sujets, est clairement une calamité, en cela qu’il introduit d’emblée, et d’abord, des ferments de division profonde entre résidents du pays d’accueil.

                            « On assiste là à une réaction classique de gens frustrés et haineux, les ratés de notre société qui aimeraient bien trouver plus bas qu’eux-mêmes dans l’échelle sociale de notre pays. »

                            -Te bile pas pour nous. mon gars "Quand on se regarde, on se désole, quand on se compare, on se console.


                          • covadonga*722 covadonga*722 12 novembre 23:35

                            @xana
                              et un ptit rom pour xana ..un , encore un fervent des théories de cohn bendit 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès