• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le dur métier d’être Algérien

Le dur métier d’être Algérien

 

    Bricoler de la joie dans un pays triste. Regarder le soleil d'automne, tout en pensant déjà à la dureté de l'hiver. Laisser filer les jours, comme si l'on est dans la chanson de la Bohème, pour ne pas sombrer dans le dégoût d'un train qui stagne. Ecouter les Fake News à la télé officielle, tout en buvant par dépit un délicieux thé à la menthe. Lire un journal, tout en sachant que tout ce qui est dedans est faux et que ce papier ne sert qu'à empaqueter de la sardine, aujourd'hui malheureusement hors de portée des modestes ménages. Aller au marché le matin, la peur au ventre et revenir avec un couffin vide, en espérant que le lendemain tout cela allait changer. Chercher de l'espoir dans un long chapelet de cauchemars. Tel est le destin de l'Algérien de nos jours. 

    L'Algérie est devenue un miroir déformant ; une illusion d'optique ; une chimère qui chante les fausses symphonies du printemps. Le pays se vide de ses compétences et de ses cerveaux à une allure inquiétante ; le pays assiste à son dépeçage par des pillards ; le pays est l'otage des feux de toutes parts : feux de forêts, feux de prix, feux d'arrestations arbitraires, feux de discorde, et paradoxalement feux de haine, à défaut de ceux d'amour. L'amour : un gros mot est lâché par là ! L'Algérien en est-il capable, pardi ? Question banale me diraient les "poseurs de questions simplistes" ! Mais non, c'est une sérieuse question, à mon avis. Car, on manque, chez nous, d'amour et de tendresse par ces temps durs, où l'on a pourtant besoin d'un grand élan de solidarité pour resserrer nos liens distendus. Les Algériens ont surtout grandement besoin d'une grande "Tiwizi", d'un marathon d'amour, d'un Téléthon d'empathie, organisé à ciel ouvert, où l'on lira à haut décibel des lettres d'amour échangés entre les enfants de la même patrie. Les Algériens veulent un concentrateur d'amour et un extincteur des haines. écrit récemment un internaute en ironisant sur le manque flagrant des concentrateurs d'oxygène dans nos hôpitaux. Vœu pieux ou idée réaliste, il n'est de place qu'à la tristesse dans ce grand pays, au pourtour de la Méditerranée, qui se noie dans ses passions contradictoires, illisibles, brouillonnes. 

   Notre défaut, à nous autres Algériens, n'est-il pas de trop demander aux autres de nous aimer, alors que nous avons la haine de nous-mêmes ? Commençons par nous aimer les uns les autres, par retisser ce cordon ombilical qui lie la mère à son enfant, par cultiver le sentiment d'empathie entre nous, pour que le soleil, notre Soleil de Fraternité irradie de ses rayons notre avenir commun. 

Kamal Guerroua. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • eddofr eddofr 20 septembre 15:56

    Pauvres Algériens.

    Je vous plaindrait, si j’en avais quelque chose à faire.


    • VDob 20 septembre 23:12

      @eddofr
      Super intéressant et utile, comme commentaire.


    • eddofr eddofr 21 septembre 10:51

      @VDob

      Oui, je trouve aussi.

      J’avais commencé à écrire un long commentaire ...
      Et puis j’ai tout effacé de crainte d’offenser les algériens. 


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 20 septembre 16:10

      Militairement, la France avait gagné la guerre d’Algérie.

      L’« indépendance » n’est rien d’autre qu’un processus de décolonisation dans le cadre d’une stratégie globale de géopolitique. les visées de De Gaulle n’étaient pas les mêmes que celles des cent familles, et ce sont elles qui ont eu le dernier mot : les relations avec un pays « indépendant » coûtent moins cher à un état que la prise en charge des équipements et des services publics. L’astuce a été de faire croire aux populations vivant sur le territoires concernés qu’ils avaient toujours été une nation, ce qui est évidemment faux pour l’Algérie comme pour d’autres anciennes colonies. Les ports francs côtiers, anciens comptoirs de l’Empire Ottoman n’avaient et n’ont toujours rien à voir avec les Berbères des montagnes, ni avec les Sahariens (lesquels ont vu leurs territoires naturels permettant le nomadisme coupés entre plusieurs pays par la transformation de limites administratives coloniales en frontières d’états).

      Tout le reste n’est qu’un conte de fées.


      • ZenZoe ZenZoe 20 septembre 16:21

        @Docteur Faustroll
        Ce que vous dites sur la nation en général s’applique d’ailleurs à la plupart des pays africains, ce qui explique en grande partie que la zizanie y règne partout et empêche tout progrès.


      • HELIOS HELIOS 21 septembre 09:55

        @Docteur Faustroll
        Vous avez bien raison dans cette analyse !
        Hélas, les « familles cotières » vont continuer encore pendant longtemps de sucer le sang de tout le reste du pays !... même s’il n’y a pas d’eau le matin a Alger ou bien si ce sont les chinois qui construisent les routes...


      • Decouz 20 septembre 16:39

        Et en remontant un peu pour certains pays européens, l’idée nationale est (relativement) moderne.

        Dire que les nations sont un facteur de stabilité, c’est assez relatif, au moins les guerres africaines se font entre voisins avec des moyens limités.

        Et gagner une guerre c’est une chose, gouverner une autre, comme disait Sima Guang et d’autres.

        La guerre d’indépendance permettait l’émergence d’une nation, pas d’en faire une nation heureuse, et finalement pas indépendante.


        • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 20 septembre 16:50

          @Decouz

          elle a permis l’émergence d’un état, pas d’une nation
          quel état est indépendant ?
          ceux qui fabriquent des sous-marins diesel ?


        • urigan 21 septembre 09:27

          @Docteur Faustroll "ceux qui fabriquent des sous-marins diesel ?

          " même pas !


        • HELIOS HELIOS 21 septembre 09:50

          @Docteur Faustroll

          === ceux qui fabriquent des sous marins diesel ===

          Sauf que nous VENDONS des sous marins a moteur diesel !
          les notres sont a propulsion ucleaire.
          Je sais bien que le rève des verts est que nous perdions toutes competences dans ce domaine, mais cela n’arrivera pas.

          Cela dit l’Algerie si elle n’est pas une nation (grace a nous qui lui avons fait cadeau d’un territoire qui n’etait déjà pas une nation) est un etat auquel nous accordons trop de privilèges et qui ne ne rend pas en retour le respect qu’elle nous doit.

          Revenons a des relations normales : l’Algerie ce n’est pas la France !


        • L'apostilleur L’apostilleur 21 septembre 10:30

          @Decouz
          « ...La guerre d’indépendance permettait l’émergence d’une nation... »

          Les états-nations(*) se sont forgés au fil des siècles suivant des critères que l’Algérie ne réunissait pas.

          D’un territoire non délimité, composé de tribus souvent hostiles, sans conscience politique partagée... ne pouvait émerger une nation comme en Occident. 

          Avant l’arrivée des français les barbaresques d’Alger étaient esclavagistes. 
          https://onenpensequoi.over-blog.com/2019/01/un-million-d-esclaves-blancs-passes-sous-silence-et-l-algerie-reclame-reparation-apres-la-colonisation.html


        • L'apostilleur L’apostilleur 21 septembre 10:37

          @L’apostilleur

          (*) ..la prépondérance de la culture et son rôle dans la nation...

          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-multiculturalisme-est-il-une-187579


        • mmbbb 26 septembre 11:10

          @L’apostilleur qu allions nous faire dans cette galere ! 


        • wagos wagos 20 septembre 19:11

          C’est votre problème à vous les algériens...vous avez obtenus votre indépendance en 1962 et aucune vraie évolution depuis 60 ans....juste le sempiternel « les colonisateurs français ».....c’est pas en pleurnichant sur le passé que l’on avance ..ce pays est le votre, à vous d’en faire un pays comme vous l’avez toujours souhaité ...y’a du boulot ! mais avec un peu de courage on s’en sort ! 


          • titi 20 septembre 22:06

            @L’Auteur

            L’Algérie n’a pas eu de chance...

            D’abord elle a cru aux bobards du tiers-mondisme « socialiste ».

            Avant d’être rattrapée par les bobards islamistes et d’être le terrain d’affrontement des ces deux pensées abracadabrantesques.

            Pour s’en sortir, il faudra qu’elle se débarrasse de ces deux carcans.


            • VDob 20 septembre 23:15

              C’est pas gai, votre histoire.


              • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 09:24

                C’est dur en tant que contribuable de payer toutes leurs allocs et autres aides sociale ....


                • L'apostilleur L’apostilleur 21 septembre 10:43

                  L’Algérie devrait être recolonisée pour repartir sur des bases meilleures et venir à bout de ses démons bien connus de ses intellectuels 

                  https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/algerie-paris-souhaite-que-l-213161

                  Problème pour elle, qui accepterait aujourd’hui ? Pas la France, elle a déjà donné. 


                  • Jean de Beauce Jean de Beauce 21 septembre 14:48

                    L’Algérie est colonisée par le FLN depuis 1962, voilà le vrai problème.


                    • Esprit Critique 21 septembre 16:24

                      L’Algerie n’existe pas ! Elle essaie d’exister depuis 60 ans sur la seule base des résidus du FLN et de la Haine de la France. Ce n’est pas comme ça qu’on fonde un etat, un Pays, ou une nation.

                      Pas non plus en multipliant par 5 la population en 60 ans !!!! Méme apres avoir massacré de centaines de milliers de Harkis.

                      La France doit se proteger radicalement de cet bombe a retardement, sans aucun etat d’ame, Elle ne doit strictement rien !!!! , jusqu’a ce que l’algerie se soit autonettoyer elle méme

                      .


                      • karim 21 septembre 16:36

                        « L’impérialisme est un mauvais élève ! » Cette vérité assénée par le vainqueur et héros de Diên Biên Phu, le général vietnamien Võ Nguyên Giáp est toujours d’actualité. Si on ne répond pas aux standards établis par les impérialistes et néo-colonialistes on est durement critiqué.


                        • titi 22 septembre 00:25

                          @karim

                          « « L’impérialisme est un mauvais élève ! » Cette vérité assénée par le vainqueu » 

                          Võ Nguyên Giáp commandait les troupes qui ont 
                          envahi le Cambodge en 1978. Était il bon élève ? 


                        • mmbbb 26 septembre 11:07

                          @titi le Cambodge etait devenu une base arrière . Ce fut la guerre impitoyable et cruelle comme toutes les guerres 
                          Quant a ce pays personne ne voulut croire que ce gentil Pol Pot ayant fait ses etudes en France , communiste , commettrait ce génocide .
                          il a fallu plusieurs années pour l admettre 


                        • PascalDemoriane 22 septembre 13:37

                          @tous
                          Les commentaires surplombant et méprisant à contre-emploi sur cette élégante et sensible chronique introspective de conscience auto-critique me répugnent par leur vanité et leur lâcheté hors sujet. Leurs auteurs paresseux ne tarderons pas à publier sous peu leur pleurnicheuses litanies sur le « Dur métier d’être français en France » sous Macron, après avoir lâchement consentit à son algérisation européo-otanesque pour des queues de cerises et à son inféodisation suicidaire pour un gros rhume des foins... Pas de quoi pavaner !
                          De part et d’autre du miroir de la Méditerranée, le petit bourgeois déclassé frustré à toujours besoin d’une tête de turc de l’autre rive pour astiquer son narcissisme... masquer ses démissions et la haine de soi qui lui sert de transcendance palliative. Tout cela est banal. Puissions nous, cher Kamal, entreprendre une guerre d’indépendance spirituelle de l’empire des cons ! Briser la dialectique pathogène du miroir des mauvaises consciences malheureuses.
                          Merde !


                          • mmbbb 26 septembre 11:01

                            A l auteur «   Notre défaut, à nous autres Algériens, n’est-il pas de trop demander aux autres de nous aimer, alors que nous avons la haine de nous-mêmes ? » 

                            C est aussi la vertu du peuple francais !

                            Donc vous avez adopté nos moeurs !





                            • roby roby 26 septembre 11:48

                              N’oubliez pas que l’Algérie est tout de même championne du monde de la longévité des retraités 


                              • QAmonBra QAmonBra 26 septembre 12:18

                                Merci @ l’auteur pour le partage. . .

                                De ce mot d’humeur sur votre pays qui, sauf votre respect, pourrait s’assimiler à de la pleurniche, vu qu’il est pris comme tel par plusieurs intervenants, et qui me semble davantage révélateur de votre personnalité que de la situation réelle de la nation au million de martyrs.

                                Ne pensez vous pas qu’il y a bien assez de menteurs et autres pisse-vinaigres, ne cessant de baver sur votre pays, notamment en France mais pas que, et semblant particulièrement se déchainer ces derniers temps !?

                                N’en déplaise à certains rêvant de lui faire partager le sort de la Syrie, de l’Irak et/ou de la Libye, l’Algérie est historiquement et démographiquement ce que la France n’est plus : Une jeune nation.

                                Ceci expliquant probablement cela, la patrie d’Abd El Kader a une autre vertu cardinale et fondamentale pour tout pays qui se respecte, et que l’ex nation des « lumières » a progressivement et totalement perdu, depuis l’éviction politique de son « Carolus magnus »  : SA SOUVERAINETÉ.

                                C’est cette qualité, dont le Peuple algérien est férocement jaloux, qui le fait se préparer à la défendre chèrement, qui le solidarise de tous les peuples luttant pour la leur et qui, « Hirak aidant », a permis à ses actuels dirigeants, dont un a, comme vous, régulièrement écrit des articles pour AV, de faire le grand ménage de sa caste de vendus et autres corrompus, en mettant à l’ombre pour des années et en saisissant leurs biens, sans autres considération pour leur fonction, fortune ou rang social !

                                Ce qu’on est pas prêts d’observer en France, ne serait ce qu’à hauteur du 1/10 de ce qui a été fait en Algérie et, sauf à partager même partiellement les « idées » de Ferhat Mehenni, vous ne pouvez ignorer pourquoi. . .


                                • zygzornifle zygzornifle 26 septembre 16:49
                                  Le dur métier d’être Algérien

                                  Je les comprend, il faut être patient pour être reçu par la CAF et autres prestataires sociaux .... 


                                  • Xenozoid Xenozoid 26 septembre 16:51

                                    @zygzornifle

                                    et les multinationales française , elles font quoi ?


                                  • Jonas 27 septembre 15:14

                                     C’est un dur métier non pas seulement d’être Algérien, mais aussi d’être Egyptien, Syrien, Libanais , Irakien , Libyen , Somalien, Soudanais , Mauritanien, Malien , Yéménite etc . Vu l’état catastrophique de ces pays. 

                                    Les indépendances des pays arabo-musulmans ont-elles apporté et satisfait les attentes que les populations de ces pays ont mis en elles après tant d’années de combat ? Certes , il est réconfortant pour un peuple d’avoir a sa tête des gouvernants issus de son sein .  Mais après ?  

                                    Il se trouve qu’après plusieurs décennies d’indépendance les dirigeants arabo-musulmans n’étaient pas suffisamment préparés pour assumer la direction de leur pays ni de prendre en charge les attentes et les rêves qu’ils ont suscités dans leur guerre pour la libération de leur pays.

                                    Je ne pense que celles et ceux qui sont morts pour l’indépendance leur pays soient contents , là-haut , de voir leurs compatriotes fuir le pays qu’ils ont contribué par leur sacrifice à libérer. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité