• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le foutoir occidental

Le foutoir occidental

Les poutres de la civilisation occidentale sont vermoulues. Cette civilisation qui reposait sur la cohésion sociale, culturelle et politique de ses divers peuples est aujourd'hui ébranlée par la conjonction de trois événements majeurs ces cinquante dernières années :

- des vagues d'immigration de populations hétérogènes qui affluent vers l'Occident depuis 50 ans. 

- la révolution numérique qui a créé de toute pièce un monde virtuel qui transporte l'individu vers l'irréel et le repli sur soi au détriment du savoir vivre ensemble.

- enfin l'éternelle cupidité de quelques uns qui ont su exploiter tous les tenants et aboutissants de cette révolution à leur profit provoquant ainsi une fracture inégalitaire supranationale sans précédent et paradoxalement en même temps un miroir aux alouettes objet des convoitises et des ambitions les plus folles pour une populace crédule et a la limite de la lobotomisation. 

L'accès aux moyens de transport intercontinentaux (terrestres, maritimes, puis aériens plus récemment) a permis à des populations démunies et sans perspectives dans leurs pays d'origine d'émigrer vers les pays occidentaux, véritable eldorado après 1850. Révolution industrielle pourvoyeuse d'emplois, puis décolonisation et instabilité politique, guerres et persécutions sont autant de facteurs qui ont contribué et continue de contribuer à une immigration hétérogène vers l'Occident. D’abord vue comme une richesse, source de productivité et de croissance (American Dream, Trente Glorieuses), l'immigration massive vers l'Occident soulève aujourd'hui des objections majeures car source de communautarisme, de marginalisation avec pour conséquence une forte augmentation de l'insécurité et une déstructuration de sociétés auparavant relativement homogènes (culture, religion, usages). Cette inintégration socio-économique croissante, exacerbée de surcroit par les effets de la mondialisation sur l'emploi et l'éducation, fait planer une menace de déliquescence sur le modèle de société occidental, menace qui pourrait conduire à une disparition lente et identique à celle de la civilisation romaine entre 4eme et 6eme siècle de notre ère. 

La révolution numérique a quant à elle bouleversé le quotidien de tout un chacun depuis 30 ans et à une vitesse jamais auparavant expérimentée par l'homme. Elle s'est immiscée dans toutes les activités humaines ou presque, au point de brouiller les anciennes frontières entre le réel et le virtuel, et de développer une exacerbation du moi qui entre de plus en plus en conflit avec l'équilibre sociétal indispensable à la survie de quelque modèle de société qu'il soit. Ses effets louables, comme l'accès à la connaissance et à l'information pour tous, la démocratisation de l'économie et de la communication planétaires et toutes les applications ludiques qui sont venues égayer notre quotidien, ont vite été contrebalancés par ses effets pervers conduisant à plus de contrôle (big data, deep state), moins de liberté individuelle et plus de pensée unique insidieusement distillée (MSM, réseaux sociaux). Aujourd'hui on assiste à une "consumerisation" quasi-systématique de toutes les activités humaines au détriment de l'humanisme, des valeurs et de l'éthique sur lesquelles s'était construite la civilisation occidentale depuis 600 ans. La primauté du 'moi' sur le "nous", exacerbée par le développement et l'utilisation forcenée de tous ces outils numériques et bientôt transhumanistes, fait vaciller les fondements d'une civilisation où jusqu'alors, le respect et le mérite l'emportaient largement sur la gratification immédiate.

Enfin, dans toute période de transformation radicale et accélérée de la société, il y a toujours une minorité d'individus qui sait exploiter à son profit la candeur et la convoitise de la majorité (les sept péchés capitaux en quelque sorte). Les Rockefeller, Astor, Morgan et consorts avaient déjà démontré cet axiome il y a plus d'un siècle mais l'équilibre de la société occidentale ne s'en trouvait pas menacé, bien au contraire, puisqu'ils contribuèrent tous à élever le niveau de vie matériel des populations en Occident. On ne peut pas en dire autant des Gates, Buffett, Bezos et autres "siliconeux" dont les progénitures relèvent plus de Frankenstein que de Superman. La recherche exclusive du gain le plus rapide possible guidant leurs choix, ils ont à eux seuls réussi à déstructurer des peuples occidentaux séculaires au point de faire naitre un conflit majeur au sein du monde occidental entre une minorité de milliardaires nantis et leurs serviteurs (politiques, medias, people), tous bien entendu défenseurs du New World Order néolibéral et transnational, et les autres qui se sont fait avoir et qui bientôt n'auront même plus de quoi s'acheter une bonne paire de chaussures pour aller battre le pavé. Toutes ces élites occidentales sont en train de trahir leur civilisation comme d'autres, en d’autres temps, ont trahi leur patrie, mais personne ne sait s'il y aura encore un vainqueur pour les envoyer tous au fort de Pierre Levée. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 11 juin 09:00
    heu..petit rappel...1 milliard d’individus crèvent de faim...drôle de cohésion sociale ?
    Tout le monde parle de changement de société ?..alors que ce n’est qu’une lente évolution que personne ne maitrise because l’avidité de gagner du pognon sur le dos des autres !

    • mmbbb 11 juin 21:14

      @bob14 ce n’est pas tres grave on organisera des croisieres pour qu ils viennent en Europe Aujourd hui l Espagne en a reçu 600 et demain d autres suivront


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 juin 09:34

      Ce texte a été écrit en 1880 ? smiley

      Déjà à l’époque, l’Occident était vermoulu, au bout du rouleau, au bord du précipice....

      Alors que les régimes autoritaires et unanimistes, où la population soutient le grand leader à 98%, c’est sûr que c’est vachement mieux.

      On en a enterré combien, depuis, des Empires de Mille ans ?


      • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 11 juin 12:27

        @Olivier Perriet
        non ! Ecrit au 5ème siècle dans l’empire romain finissant !


      • mmbbb 11 juin 21:16

        @Olivier Perriet en 1880 l avenement d Hitler ? 


      • A côté du « foutoir » d«  »Auschwitz" ; une paille (d’accord, elle pourrait s’embraser,...). Il fallut bien du courage pour survivre,...et oublier. Vous-voulez mon avis franc et sincère : je m’en fouts.


        • Et je vous avoue même que cela me réjouit un peu,..... Fallait pas autoriser les homos à adopter des enfants.......Pas de changement anthopologique en vue : de la merde.


          • Ciriaco Ciriaco 11 juin 10:43
            Bon rappel. Le passé proche était en effet composé de structures sociales et culturelles bien plus aptes à répondre au problème de l’organisation humaine, en ce sens qu’il faisait du commun une pratique et non un individualisme profiteur et indifférent, c’est-à-dire un commun virtuel, en réalité éclaté, segmenté, tribalisé, structures que les marchés savent parfaitement exploiter.

            Cependant il est difficile d’avoir un état des lieux précis. La littérature sociologique sérieuse manque au curieux - on ne lit plus qu’opinions, alors que dans les rentrées littéraires affluent en masse les nouveaux romans.

            Peut-être que l’histoire permet de voir plus clair, mais je doute qu’elle embrasse ce qui est différent dans ce siècle actuel (la question d’une vitesse qui ne permet pas de réaction ; une vitesse qui promet au contraire une segmentation plus accrue et donc une logique de marché, cette superstructure transverse, qui ne pourra aller que jusqu’à l’extrême sans être gênée).

            • zygzornifle zygzornifle 11 juin 14:09

              Il n’y a plus qu’a attendre l’éruption solaire qui foutra toute notre société par terre et cramant toute nos appareils électriques centrales comprises et qui nous fera revenir 150 ans en arrière ....


              • cathy cathy 11 juin 14:49

                Vous avez oublié quelque chose de très très important et même primordial.

                les occidentaux ont en parti oublié le Seigneur Jésus, avec tous les fruits que cela produits : l’honnêteté, la tempérance, l’aide envers son prochain gratuitement etc...
                Dans la parabole des talents, Jésus raconte une histoire sur un maître qui part en voyage et donne des talents à ses serviteurs pour les faire fructifier. Il y a une personne qui reçoit qu’un talent, mais elle ne le fait pas fructifier et va le cacher. Quand son maître revient, il lui demande où est l’argent qui lui a été remis, elle lui dit qu’elle l’a caché parce qu’elle savait que c’était un maître dur. Il lui réponds que s’il savait qu’il était dur, pourquoi n’avait-il pas mis ce talent à la banque pour en retirer des intérêts, puisque tout le monde avaient fait fructifier ses talents ? Et bien ce petit talent lui a été repris et à été donné à celui qui en avait le plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès