• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le « french kiss » est-il vraiment français ?

Le « french kiss » est-il vraiment français ?

Le baiser lingual, ou baiser profond, familièrement appelé "galoche" ou "pelle" consiste en un ensemble de mouvements érotiques impliquant une exploration partagée et variée des lèvres, de la langue et de la bouche dans son ensemble dans le but d'obtenir des récompenses cérébrales sous forme de plaisir érotique par la stimulation desdites zones érogènes orales. Si cette pratique est popularisée dans le monde sous l'appellation "french kiss", son nom scientifique, beaucoup moins romantique, est le cataglottisme. Mais, au fait, pourquoi appelle-t-on ce baiser le "french kiss" et quelle est sa véritable histoire ?

La pratique n'a en fait rien de français, il faudrait plutôt parler d' "Indian Kiss" car ces dans les eaux du Gange que le baiser profond puise ses sources. C'est en tout cas en Inde qu'on en retrouve la première mention : dans le Kâmashastra de Babhru écrit au Vème siècle avant notre ère, un des premiers traités indiens d'arts amoureux ayant servi de source pour l'écriture du célèbre Kâma-Sûtra. Le baiser lingual y est présenté comme un préliminaire stimulant le désir sexuel. Une autre mention se retrouve dans des inscriptions chinoises datant de 200 avant notre ère : le baiser lingual est recommandé aux couples comme… retardateur d'orgasme. Certains archéologues pensent que la pratique aurait vu le jour en Chine et qu'elle se serait par la suite répandue en Inde. Quoi qu'il en soit, c'est en Inde que les Gréco-Macédoniens d'Alexandre découvrirent ce nouveau baiser et en furent charmés au point de l'importer en Europe et de lui donner ce doux nom de cataglottisme : de "kata" (vers le bas) et "glossa" (langue).

Si certains Grecs furent d'abord méfiants face à cette pratique venue d'Orient, ils ne tardèrent pas à en être subjugués. Le baiser profond avait conquis la Grèce, il en ferait de même pour l'austère Rome. C'est durant le dernier siècle de la République et le premier de l'Empire que le cataglottisme fut popularisé à Rome par des poètes facétieux comme Catulle et Ovide. La princesse Julie, fille du vertueux empereur Auguste, en aurait été friande d'après les témoignages d'époque. A Rome, ce baisait était nommé le "savium" et il était si répandu qu'on ne le nommait guère plus que le "baiser romain" (cf. Kaamelott). Mais la pratique déclina dès après le IIème siècle et disparut presque complètement sous le Bas-Empire, avec l'émergence d'une religion venue des déserts arides, désireuse d'éteindre toute flamme érotique et de plonger la rieuse Rome dans la grisaille des pénitents prudes : l'heure n'était plus aux baisers langoureux mais aux génuflexions, la chair était coupable et la bouche de la femme, loin d'être un objet de désir, était vue comme la matrice du péché.

Le baiser romain fut-il tout de même clandestinement pratiqué en Occident durant ce millénaire qui suivit la christianisation et la chute de Rome ? Sans doute, on ne se défait pas d'une si douce habitude. Mais aucune preuve historique ne permet de l'affirmer. Dans les pays d'Asie, épargnés par le christianisme et sa pruderie, la pratique continua néanmoins à faire florès durant tout le Moyen-âge. Les Européen(ne)s durent attendre dix siècles pour que le baiser romain sorte de sa léthargie et reparaisse au grand jour, avec le vent de liberté qui souffla sur l'Europe avec l'apparition de l'humanisme et la redécouverte des Anciens. C'est tout naturellement à Florence, cité éprise d'art et de sensualité, que l'antique baiser trouve ses plus fervents zélateurs. Au point qu'il fut désormais appelé "baiser florentin" dans toute l'Europe. C'est du moins ainsi qu'on nomma cette pratique en France, où elle fut introduite par la suite italienne qui accompagnait Marie de Médicis. S'il déclina durant le Grand Siècle dominé par les moralistes, c'est au siècle suivant, celui des Libertins et des Lumières, que le baiser florentin retrouve pour de bon ses lettres de grâce. La pratique devait être déjà très banalisée au XVIIIème siècle pour que le vénitien Antonio Canova la représente dans sa sculpture Psyché. Un autre Vénition, Casanova, aurait quant à lui été un véritable ambassadeur de ce baiser : "plusieurs femmes indiquent qu'elles ne voulurent plus jamais être embrassées autrement après avoir goûté au baiser florentin", peut-on lire sur le site droledhistoire.fr. Napoléon Bonaparte aurait également été un grand amateur de ce baiser selon certains témoignages, mais rien ne permet de les étayer. Quoi qu'il en soit, après la Révolution, la pratique du baiser florentin (appelé ainsi jusqu'au siècle dernier) se répandit à une vitesse fulgurante dans la société française : surtout dans les milieux libéraux, artistiques et anticonformistes.

Alors, d'où vient l'appellation "french kiss" ? Selon la version la plus communément admise, ce nom aurait été donné par les soldats états-uniens déployés en France lors de la Grande Guerre. A côté des horreurs du front, ils avaient, lors de permissions, l'occasion d'aller à Paris et d'y profiter des douceurs. Rappelons que l'Amérique d'alors était volontiers bourgeoise et puritaine : jurer, cracher, boire, s'embrasser étaient des pratiques plus que choquantes et les ligues de tempérance (animées par majoritairement par des femmes puritaines) constituaient un véritable lobby conservateur (la Prohibition sera adoptée quelques années plus tard). La vue de ces Françaises légères et embrassant à pleine bouche leur compagnon d'un soir avait de quoi surprendre les GI's qui donnèrent dès lors au baiser florentin le nom de french kiss. L'apparition du chewing-gum facilita les choses : le french kiss devint vite le nom d'un jeu consistant à s'échanger un chewing-gum en s'embrassant, jeu auquel les jeunes Françaises s'adonnaient volontiers avec les soldats états-uniens.

Dès lors, le baiser lingual ne serait plus connu que sous le nom de french kiss, et tant pis si les Français n'en sont pas les plus fervents adeptes. En effet, selon un sondage publié en 2015, seuls 46% des personnes interrogées disent le pratiquer régulièrement. Les plus zélés pratiquants se trouvent sans surprise en Asie (Japon, Chine, Corée) et en Amérique du Nord. Les peuples océaniens et africains y semblent quant à eux réticents. Il faut dire que le baiser lingual est avant tout une pratique socioculturelle. S'il est répandu chez les hominidés (humains, chimpanzés, gorilles, bonobos) il relève plus de l'ethnologie que de l'éthologie. Certaines cultures africaines et amérindiennes considèrent même qu'il s'agit d'une pratique sale et contre-nature, arguant que la bouche est exclusivement destinée à la parole et à la consommation alimentaire… Mais rien ne semble pouvoir stopper l'irrésistible ascension du french kiss. Popularisé par le cinéma, adopté par de plus en plus de jeunes à travers le monde et symbole des nouveaux couples décomplexés. A n'en pas douter, le XXIème siècle sera celui du baiser profond. Alors, quand vous embrassez votre chéri(e), point de chauvinisme ! Le french kiss, loin d'être l'apanage des Français(e)s, est un geste tendre ayant traversé les âges et les civilisations pour parvenir jusqu'à notre époque troublée et l'éclairer un peu de sa douceur.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Arthur S Clark Kent 26 juillet 2018 08:35

    Pourriez-vous nous confirmer l’origine romaine du cunilingus ?

    En fait, les Suédoises sont peut-être à l’origine de cette pratiquegénito-buccale ?

    • Clocel Clocel 26 juillet 2018 08:41
      @Clark Kent

      En tous cas, la pipe, c’est Saint Claude, là on est sûrs ! smiley

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 juillet 2018 08:48

      @Clark Kent. Mais non ! C’est une compagnie aérienne irlandaise !


    • Arthur S Clark Kent 26 juillet 2018 09:13

      @JC_Lavau

      je l’avais sur le bout de la langue...

    • Arthur S Clark Kent 26 juillet 2018 09:18

      @Clark Kent

      pendant que vous êtes là, vous pourrez peut-être m’expliquer pourquoi la reine d’Angleterre avait parlé d’« Annus horribilis » pour parler de 1992 ? 

      C’est l’année où elle a dévouvert la sodomie ?

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 juillet 2018 19:51

      @Clark Kent. 1992, c’est l’année où a été assassiné Mohammed Boudiaf, 29 juin.


      Si si ! Ça a beaucoup peiné la reine d’Angleterre...

    • Étirév 26 juillet 2018 08:52

      Rappelons tout d’abord qu’historiquement les « french », ce peuple appelé français ne date que du début de notre ère.

      En effet, après le départ des Romains, la Gaule fut envahie par des étrangers qui y apportèrent un nouveau ferment de révolte masculine.

      C’est ainsi que, vers l’an 241, on trouve tout à coup des peuples du Nord appelés Francs.

      Ce mot n’appartenait à aucune langue du pays. Il venait de frei et signifiait les fracasseurs, ceux que rien n’arrête.

      Mais les Francs comprennent deux peuples et deux partis : les Francs-Saliens (masculinistes), ainsi nommés parce qu’ils viennent de l’Yssel ou Sala, et les-Francs-Ripuaires (féministes), qui viennent des bords du Rhin, de Cologne et d’une partie de la Belgique.

      Voilà pour la partie historique.

      Voyons maintenant la partie pré-historique, c’est-à-dire la jeunesse de l’humanité, dans laquelle on aperçoit la naissance du baiser dans ce premier âge du monde.

      L’amour naissant pousse l’un vers l’autre ces deux adolescents.

      Une mystérieuse attirance les rapproche, ils se cherchent et facilement se trouvent dans la solitude des bois, dans le silence des soirs d’été, dans la vie en commun des cavernes. C’est dans ce décor magique de la grande Nature, encore vierge, que se déroule le prélude du grand drame humain. Leurs premières tendresses, leurs premières caresses font naître un charme qu’ils veulent exprimer, leurs regards seuls ont trahi jusque-là le trouble naissant de leur cœur, mais bientôt ils vont créer un langage sentimental, qui, avant ce moment, n’eût pas eu d’objet. L’expression d’un sentiment nouveau naît du sentiment même. Ils veulent se communiquer leurs premiers désirs, ils commencent à rêver un inconnu encore irréalisé. Cependant, l’amour est un grand maître qui leur indiquera les voies... Ils essayent des frôlements d’épiderme, des serrements de mains, des effleurements de joues, ils arrivent ainsi à trouver le baiser, y reviennent et s’attardent en cette ineffable communion des lèvres. Ces moments de premiers bonheurs, fugitifs dans la vie actuelle, où tout se précipite, furent longs dans la vie ancestrale. Cette découverte d’une volupté naissante dut les absorber, les dominer. Ce dut être la grande, l’unique pensée du moment. Tout le reste devait disparaître devant l’extase de l’amour, leur seul désir devait être de s’y plonger, de s’y attarder. Ils étaient au début d’un jour nouveau et allaient marcher en aveugles dans cette dangereuse voie ouverte devant eux. Enfin, de tâtonnements en tâtonnements, ils allaient arriver au moment suprême de l’union... suivi de sa terrible réaction.

      Mais avant cela, quelle vie calme et heureuse.

      Et l’histoire des temps de cette époque, de ces premières amours phylogéniques, c’est la période de l’histoire que l’on appelle l’Âge d’or.


      • Arthur S Clark Kent 26 juillet 2018 09:22

        @Étirév

        La langue des Francs était le Francique (Platt), toujours utilisé en Moselle, une variété de Bas-allemand (Plattdeutsch).

        « Frei » signifie simplement « libre » et non pas « fracasseur ».

      • JC_Lavau JC_Lavau 26 juillet 2018 19:53

        @Clark Kent. ne te frappe pas : elle n’écrit que des conneries, que des conneries, que des conneries...



      • JC_Lavau JC_Lavau 26 juillet 2018 22:45

        @Clark Kent.
        Bon, juge sur pièces : https://www.agoravox.fr/commentaire5255698


      • V_Parlier V_Parlier 26 juillet 2018 10:43
        Je lis : "désireuse d’éteindre toute flamme érotique et de plonger la rieuse Rome dans la grisaille des pénitents prudes : l’heure n’était plus aux baisers langoureux mais aux génuflexions, la chair était coupable« 
        -> Ben tiens donc ! c’était vachement cool, la Rome »des plaisirs" avant JC, pour les femmes : Pas plus de reconnaissance et de droits que sous la charia, pardi ! Même sur tous les sites de féministes c’est reconnu ! Et pour aller plus droit au but : https://wol.jw.org/fr/wol/d/r30/lp-f/101969765 . (L’arrivée du christianisme ne put, d’une certaine façon, que faire chuter cet empire).


        • V_Parlier V_Parlier 26 juillet 2018 10:46

          @V_Parlier
          (Je ne fais sûrement pas de la retape pour les témoins de Jéhovah mais l’article vers lequel pointe mon lien était le résumé le plus net et concis)


        • Montdragon Montdragon 26 juillet 2018 11:05
          @l’auteur :
          quand je vois une belle supportrice dans un stade, j’ai envie de galoche !
          C’est grave Dr ?

          • hunter hunter 26 juillet 2018 16:01

            @Montdragon


            Seulement si elle se révèle non-binaire.....

             smiley

            Adishatz

            H/

          • troletbuse troletbuse 26 juillet 2018 11:09

            L’auteur fait-il du « ass kiss » avec le pouvoir ?


            • hunter hunter 26 juillet 2018 16:07

              @troletbuse


              Un ancien copain médecin m’avait dit qu’il préférait bouffer un cul que rouler des pelles, car il y a d’après les études scientifiques,tellement de bactéries dégueulasses dans une bouche, que si on en était conscient scientifiquement, on arrêterait immédiatement la pratique !

              D’après ce pote, un cul avait moins de bactéries, en tout cas moins dangereuses...

              Je n’en sais rien, je n’ai jamais pris ses dires comme paroles d’évangile, et dans ce domaine, eh beh chacun voit midi à sa porte et fait ce qu’il veut !

              Adishatz

              H/

            • HELIOS HELIOS 26 juillet 2018 16:13

              @troletbuse

              ... vous voulez dire « pétale de rose »... ?

            • Clocel Clocel 26 juillet 2018 16:42

              @HELIOS


              Rosebud ! Sacré Orson, il les a bien niqué ! smiley

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 juillet 2018 22:43

              @hunter

              Salut . Tes machins tous degueus tu te les garde ...et pis suis sur que c’est bon pour éviter les branleux branleuses qu’ont des blêmes a longueur de temps . Melangeons nous...


            • popov 26 juillet 2018 11:29

              On dirait un article de rosemar.


              • ZenZoe ZenZoe 26 juillet 2018 14:45

                @popov
                Pas trop, on apprend 2 ou 3 trucs avec celui-ci et c’est mieux écrit smiley


              • Clocel Clocel 26 juillet 2018 16:47
                @popov

                Ah,,, Rosemar est plus subtile !

                Son article sur la gargoulette, une ode à la fellation ! smiley

              • hunter hunter 26 juillet 2018 17:03
                @Clocel

                KDO :



                Hope u’ll like it ...  smiley

                Adishatz

                H/

              • Lonzine 26 juillet 2018 18:01

                pour nos jeunes lecteurs, le cuni n’a rien à voir avec la photo


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 juillet 2018 12:12

                  Mon french KISS, je l’ai eu hier : Carpaccio de CHAROLET saupoudré de truffes et du parmesan.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès