• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le führer et le mufti

Le führer et le mufti

Un titre de conte oriental pour une réalité tragique que les bien-pensants d'aujourd'hui s'escriment à occulter, à nier ou à minimiser. Selon leur contradicteur. Attitude étrange de la part de « moralistes » qui ont fait de la lutte anti-fasciste leur fonds de commerce médiatique. Ces gens voient des fachos partout. Sauf là où il y en avait vraiment. Alors on va leur rafraîchir la mémoire.

 

À tout seigneur tout honneur

Mohammed Amine Al Husseini né en 1895 s'engage en 1915 dans l'armée turque alors alliée de l'empereur d'Allemagne. On ignore ses faits de guerre, ni même s'il y en eut, mais il a l'esprit assez vif pour apprendre à parler allemand. Ça lui servira par la suite... Lorsque les Turcs se font laminer par les Anglais, il change de camp. Les Brittons lui ont promis un état arabe quand les Turcs auront été chassés. Mais ils ne tiendront pas leur promesse.

Le futur oncle de Yasser Arafat devient à 26 ans grand mufti de Al Quds (Jerusalem en arabe) Un des postes les plus prestigieux chez les sunnites, obtenu avec l'appui des Anglais qui essaient d'amadouer les grandes familles arabes... Ses coréligionnaires le trouvent un peu léger sur le plan théologique, mais c'est un brillant orateur doté d'un charisme puissant. Et surtout il est le premier leader à dire tout haut ce que les autres pensent tout bas : « Les Anglais dehors ! »

En outre, comme la plupart des dirigeants de ces pays-là, il excipe d'une filiation lointaine avec leur prophète. C'est invérifiable mais ça fait toujours bien sur un C.V chez les mahométans. En tout cas, force est de constater qu'il conservera son titre de grand mufti de Jerusalem jusqu'en 1948, avec l'assentiment des Anglais, ce qui est assez troublant pour un ancien allié d'Hitler.

En 1929 Al Husseini est accusé d'être l'intigateur du massacre des juifs de Hébron. Même s'il n'y a pas participé personnellement, ses prêches ne sont pas étrangers à ces crimes. Les Anglais ont une attitude ambiguë. Pris en tenaille entre les sionistes et les nationalistes arabes, ils promettent tout et son contraire selon leurs interlocuteurs. Jusqu'en 1948 la perfide Albion jouera un double jeu tordu avec Juifs et Arabes.

En 1936 le grand mufti devient président d'un Haut Comité Arabe, que les photos d'époque montrent coiffés du fez à la turque. Puis il prend en marche une rébellion dont il ne tarde pas à devenir le chef, exigeant le départ des Anglais, revendiquant la création d'un état arabe, et l'expulsion des juifs sionistes fraîchement débarqués. Il consent cependant à garder sous statut de dhimmis les juifs qui végètent en Palestine depuis le moyen âge.

En 1937, après l'assassinat du Haut Commissaire Britannique, il fuit en Syrie, puis se réfugie au Liban, puis file en Irak, avant de gagner l'Allemagne en 1941. Il y restera jusqu'en 1945. Sa carrière internationale commence vraiment.

 

Le premier nazislamiste

Soutenant le coup d'État de Rachid Ali Al Gillani en Irak, il lance une fatwa à la radio appelant au djihad contre le Royaume Uni. Et tout particulièrement contre les Anglais en Palestine, plus faciles à atteindre. Ceux-ci viennent le déloger de son sanctuaire et il se réfugie en Iran.

Après l'invasion de l'Iran par l'URSS en 1941, le grand mufti s'envole pour l'Italie où Mussolini, fin politique, le reçoit en grandes pompes. Ou en grandes babouches, l'histoire ne le dit pas. En tout cas le duce saisit l'intérêt de créer un front secondaire dans les lignes britanniques d'Orient, et s'imagine que les foules arabes se lèveront contre l'envahisseur comme au temps de Saladin. Hitler est sceptique mais tout ce qui peut affaiblir les Anglais est bon à prendre.

Le 28 novembre 1941, Hitler reçoit pour la première fois Amine Al Husseini. Sur l'insistance de Mussolini car il n'était pas très chaud pour une telle rencontre. Pour lui, les Orientaux sont tous des « races inférieures ». Mais très étonnamment le courant passe bien entre les deux hommes. Quelque part, ils se ressemblent. Bons orateurs capables d'enflammer les foules. Sans scrupules, faisant éliminer ceux qui pourraient leur faire de l'ombre, y compris parmi leurs partisans. Négociateurs rusés entre puissants, et fanatiques dans leur haine exterminatrice des Juifs. Enthousiasmés, les nazis voient en Al Husseini un descendant des Goths, du fait de sa barbe rousse... Teintée au henné pour ressembler au prophète ! Adolf en fait un « Aryen d'honneur »

Les nazis l'installent dans une luxueuse villa de Berlin-Zehlendorf et lui versent un confortable salaire pour ses frais de logement, ses activités politiques et ses loisirs. Il s'emploiera à mériter ses gages. D'abord de façon souterraine en faisant remonter auprès des services allemands les infos transmises par ses réseaux sur place. Mais la fiabilité n'est pas leur fort et les attentats anti-anglais promis tardent à se concrétiser.

Le mufti travaille alors à des émissions de la radio allemande en langue arabe où il exhorte ses auditeurs à « tuer tous les Juifs où qu'ils se trouvent car cela satisfait Dieu, l'histoire et la religion » Conquis par de si bonnes dispositions, Heinrich Himmler lui révèle en 1943 que les nazis en ont déjà liquidé trois millions et demi, l'invite à visiter les camps de la mort, et lui propose son expertise pour l'aider à régler le problème en Palestine, une fois les Anglais chassés.

Fin 1943, dans une déclaration publique à Berlin, Al Husseini dira : « Les musulmans devraient suivre l'exemple des Allemands qui ont trouvé une solution définitive au problème juif ». Et en 1944 il affirmera à la radio nazie : « Les principes de l’islam et du nazisme sont très proches, en particulier dans leur affirmation des valeurs du combat et de la fraternité d’armes, dans la prééminence du rôle du chef, et dans l’idéal d’Ordre (...) Je suis heureux de voir, dans l'armée des musulmans SS, la mise en pratique indiscutable de nos visions du monde »

Après la guerre, le mufti niera ses mauvaises fréquentations et ses propos criminels, sans grand risque, puisque aucune enquête sérieuse ne sera diligentée. Quant à ses efforts pour recruter des milliers de guerriers musulmans afin de renforcer les armées de l'axe, personne ne s'y intéressera vraiment.

 

Le religieux chef de guerre

Le grand mufti de Jerusalem et son second le mufti de Mostar, vont participer activement à la création d'une armée de musulmans nazifiés, forte de plusieurs dizaines de milliers de combattants aguerris. Et pas « quelques centaines d'hommes chrétiens pour moitié » comme l'ont écrit ici des falsificateurs de l'histoire.

Le « vivier » de départ est constitué par les milices musulmanes bosniaques autonomistes. Pour le moment, ils règlent des comptes ancestraux entre tribus balkaniques. Mais on peut leur trouver d'autres cibles en les motivant. Leur recrutement s'accélère, leur formation s'améliore, et l'Allemagne dès 1942 leur livre des armes lourdes pour venir à bout des partisans Serbes, alors les seuls dans la région à résister aux nazis. Des combats féroces et des massacres de civils s'ensuivent.

Bien que les critères raciaux d'incorporation dans la SS soient très stricts, en février 1942 le führer accorde une dérogation pour que soit créée une waffen SS musulmane Handschar qui portera la tête de mort de l'élite SS sur le fez, et sur les cols de chemise et les épaulettes un cimeterre croisé avec une svastika au lieu des sieg runen. Adolf prétend avoir dessiné lui même ces insignes. Le mufti remercie l'artiste.

Cette première division de waffen SS qui comptera jusqu'à 18.000 musulmans des Balkans à son apogée, sera complétée par près de 10.000 Turcs, Syriens, Irakiens, Égyptiens, appelés par Al Husseini. Empruntant des routes d'acheminement discrètes organisées par le grand mufti, ils viennent s'enrôler. Avec l'approbation du reichführer Himmler qui leur fait délivrer des sauf-conduits. Celui-ci apprécie les adeptes de cette religion qui promet le paradis aux soldats morts au combat, gage de leur pugnacité...

Des commissaires religieux, imams et mollahs selon l'obédience de chacun, encadrent la troupe. Des corans sont imprimés en Allemagne. De pieux officiers du Machrek sont nommés. Cela met fin aux inquiétudes des dévôts qui doutaient de la foi des Slaves blonds, convertis par les Turcs plusieurs siècles auparavant, et grands buveurs de rajika et de slivovitz.

En 1943 le général SS Gottlob Berger qui supervise les opérations de recrutement rend compte directement au führer d'une armée de 30.000 waffen SS, « un peu éloignés (sic) de nos critères raciaux, mais d'une incontestable efficacité. »

Ces années-là, le grand mufti qui se fait appeler « le sabre de l'islam » adore passer ses troupes en revue, le bras tendu, accompagné de dignitaires du reich, auxquels il peut présenter 3 régiments de waffen SS : en plus de la Handschar d'origine, avec ses redoutables voltigeurs de montagne experts en embuscades, les Oustachis musulmans du Cadre Vert du colonel Hussein Miljkovic, finalement ralliés aux nazis à condition de former une unité indépendante. Sans oublier fin 1943 début 1944 la 21ème division SS Skanderbeg composée d'Albanais et de quelques Turcs. Celle-ci ne tardera pas à faire ses preuves en massacrant les 800 habitants du village de Velika, et 670 autres dans les hameaux alentour. De hauts faits d'armes que les truqueurs de l'histoire font tout pour occulter aujourd'hui.

Pourtant les preuves existent. Même si leur visibilité diminue sur le web où il semblerait qu'un grand effacement soit en cours, le temps n'a pas altéré toutes les photos, gommé tous les discours, déchiré tous les tracts, brûlés tous les films et tous les livres. Mais les donneurs de leçons républicaines n'évoquent jamais cela. Ignorance ? Étonnant chez des gens qui ont presque tous fait Sciences Po ! Ou pour ne pas stigmatiser, comme aurait dit une ancienne gardienne des sots (féminisation des métiers oblige)

 

Après la guerre, la France se deshonore...

Elle s'était déjà deshonorée dans la défaite et sous l'occupation. Autant continuer ! Amin al Husseini est recherché par les Britanniques qui veulent pendre le nazi, et par les Yougoslaves qui voudraient fusiller le criminel de guerre. Il se cache du côté de Constance où il n'aurait que l'Obersee à traverser pour être à l'abri, mais les Suisses ne veulent pas de lui. Le 15 mai 1945 l'armée française l'arrête. À sa demande ! Huit jours plus tôt ont eu lieu les massacres de Sétif... Le 19 mai, il est transféré en région parisienne et hébergé avec ses deux femmes dans une confortable villa. Ses repas halal lui sont servis par un restaurant réputé, avant que la mosquée de Paris mette à sa disposition un cuisinier. Payé par la France.

Craignant des représailles de la part de ses anciennes victimes, on le déménage de villa en hôtel particulier et de castel en palace, où il peut recevoir librement des invités triés sur le volet. Entre autres des dignitaires nazis en fuite. Les services spéciaux qui protègent le mufti ont ordre d'oublier les noms des visiteurs... Commence une errance d'un an pour ce criminel traqué par les Alliés mais protégé par la France. La raison d'État évoquée pour justifier une telle mansuétude est qu'il aurait promis sa médiation après l' insurrection avortée de mai 1945 en Algérie. Mais il n'en fera rien.

La France refuse de répondre à toutes les demandes d’extradition, et les autorités autorisent finalement cet ami encombrant à filer dans le pays arabe de son choix. Le 29 mai 1946, il prend un vol régulier de la TWA d’Orly au Caire, avec un vrai-faux passeport fourni par le Quai d'Orsay. Il est accueilli en Égypte en héros, où il ne tarde pas à retrouver d'anciens comparses.

Avec l'aide active du Vatican (entre corbeaux on s'entend !) beaucoup de criminels nazis se sont réfugiés en Amérique du Sud, ou se cachent dans des monastères et des communautés religieuses en Europe. Lorsque les Anglais partiront du proche Orient, un grand nombre de ces proscrits choisira d'émigrer dans les pays arabes.

Certes, pour être protégés et à l'abri de toute extradition, ils doivent prononcer la shahada. Mais après, ils sont tranquilles. Avec une nouvelle identité et un travail lucratif dans un domaine où ils ont fait leurs preuves. Personne ne contrôle la sincérité de leurs prières ni leur consommation de schnaps.

 

... Et le grand mufti retrouve ses bons copains

Après la guerre, l'Égypte est gouvernée par le roi Farouk, d'origine albanaise, sous la tutelle officieuse des Anglais. Le grand mufti reprend son job à la mosquée de Jerusalem sans que les Anglais s'y opposent, car pour eux il est redevenu un acteur incontournable dans la région. Une diversion dans leur contentieux avec l'Irgoun et la Haganah... Ce seront les Jordaniens qui le feront dégager en 1948, lui interdisant de revenir à Jerusalem, en l'accusant de trahison.

La proclamation de l'état d'Israël et la guerre de 1948 accroissent l'antisémitisme jusqu'alors relativement contenu des Égyptiens. Les premiers nazis arrivent et s'installent. Aidés par les très influents frères musulmans. Ravis d'accueillir ces nouveaux convertis que le ciel leur envoie.

En 1951, Naguib et Nasser fomentent un coup d'État et s'emparent du pouvoir, tandis qu'en Europe la dénazification reprend son cours. À partir de là, plusieurs centaines de SS rejoignent la Syrie, l'Irak et l'Égypte. Les simples soldats et les sous-off seront flics, gardiens de prisons, instructeurs militaires, miliciens, gardes du corps, tueurs à gages... Les officiers auront un sort plus enviable. Parmi eux :

Johann Von Leers, le N°2 de la propagande après Goebbels, devient chef de la propagande anti-juive de Nasser. Quasiment un sous-ministre sous le nom de Amine Omar.

Louis Heiden (devenu Ali Al Hâji) directeur adjoint de l'Office central de sécurité du Reich l'assiste. Ce polyglotte traduira Mein Kampf en arabe. Un best seller que seul le coran dépasse au hit parade des ventes.

Dans leur entourage, à des postes importants dans les ministères de l'intérieur, des affaires étrangères, de l'armée et de la jutice, on trouve :

Heinrich Siegmann (devenu Ali Suleyman) général SS et diplomate arabophone, occupe un poste de direction au bureau égyptien des affaires extérieures (espionnage)

Wilhelm Fahrmbacher général d'artillerie, détenu en France jusqu'en 1950, deviendra conseiller militaire spécial du raïs.

Léopold Gleim (devenu An Nâsir), colonel dans la garde personnelle de Hitler, formera les cadres des sbires de Nasser et co-dirigera sa police politique.

Otto Skorzeny, colonel SS, paracommando de choc, décoré personnellement par Hitler, sera mercenaire tout terrain en Égypte avant de travailler pour Juan Peron.

Wilhem Berner (devenu Walid Bersali) lieutenant-colonel des commandos SS, entraînera les fedayin palestiniens, dans des exercices de combat rapproché avec tirs à balles réelles.

Gustav Wagner et Franz Stangl, anciens directeurs des camps d'extermination de Sobibor et Treblinka, superviseront les camps de concentration de Nasser.

Walter Bollmann, commandant SS et massacreur en chef en Ukraine. Organise à la demande de Nasser une école de guerre où il enseigne la stratégie militaire.

Franz Bartel commandant dans la Gestapo, tueur avéré de prisonniers de guerre après les avoir torturés, s'occupera du sort réservé aux opposants du raïs.

Albert Thielemann (devenu El Tili) commandant SS en Bohème, où il a effacé des villages entiers de la carte. Prépare des plans pour jeter les Israéliens à la mer.

Werner Birgel, major SS chef de la gestapo de Leipzig où il a terrorisé les Allemands trop tièdes. Donne des cours de psychologie et de contrôle des foules.

Erich Bunz (devenu Mehdi Bahas) capitaine SS expert dans le réglement de la question juive, l'assiste. Leurs cours sont suivis de travaux pratiques.

William Boeckler (devenu Abd el Karîm), capitaine de la Gestapo est intégré dans l'armée de Nasser pour y enseigner l'art du renseignement et des interrogatoires fructueux.

Wilhelm Boeckler, capitaine SS décoré pour s'être illustré dans la liquidation du ghetto de Varsovie, formera des unités spéciales à la riposte anti-guerilla urbaine.

Joachim Daeumling, chef de la Gestapo de Düsseldorf, réorganisera la police secrète égyptienne selon les normes d'efficacité germaniques,

Hans Moser (devenu Hasan Musey) intellectuel dévoyé, directeur de la culture à la propaganda staffel, modernisera les journaux et la radio en Égypte.

Aribert Heim (devenu Farid Hussein) Doktor Tod (docteur la mort) à Mauthausen où il massacrait des déportés pour ses expériences. Oublié à Baden Baden jusqu'en 1962, il s'éclipse quand le filet se resserre. Exercera comme médecin de quartier au Caire.

Leurs hôtes sont quand même déçus par ces foudres de guerre qui leur ont promis une blitzkrieg supposée effacer l'état d'Israël en 15 jours. Quelques uns y perdont leurs sinécures, devenant des petits retraités du crime vivotant du zakat d'État versé par des fonctionnaires obséquieux. Ils ont quand même plus de chance qu'Aloïs Brunner, un des principaux responsables de la solution finale réfugié en Syrie, que des paquets-cadeau du Mossad estropieront salement.

 

Un avenir tumultueux pour le grand mufti

Dans les années 1950, il renforce ses liens avec les cellules armées des Palestiniens et orchestre des attaques contre Israël, ce qui accroît sa popularité dans les pays arabes. Avec son nouvel ami Omar Amine né Johann Von Leers, ils s'appliquent à former des fedayins efficaces. Le premier en les galvanisant par ses discours mêlant la foi et la politique, le second en leur enseignant des techniques militaires d'évitement, de furtivité et de frappes surprise. Avec des succès mitigés...

En 1951, Amine Al Husseini devient président du Congrès Islamique Mondial à Karachi, au Pakistan. Il est alors à son zénith. Plus influent que certains chefs d'État. Mais un tel pouvoir qu'il exerce de façon expéditive ne lui vaudra pas que des amis. On doit reconnaître qu'il a fait très fort en évinçant Saïd Ramadan, cofondateur des frères musulmans, avant de se proposer lui même comme khalife ! Décision ajournée pour éviter une scission.

En 1955, le mufti participe à la Conférence de Bandung en Indonésie où il représente le Yemen. Il s'efforce de convaincre les participants que les Juifs s'apprêtent à constituer, avec l'aide des Américains, un vaste empire de la mer rouge à l'Euphrate, incluant les villes saintes de l'islam. Et proclame encore une fois le djihad. On l'applaudit par politesse. Et on voue les Juifs aux gémonies dans le communiqué final. Mais l'affaire en reste là. Sous leurs propos enflammés destinés à électriser les foules, la plupart des dirigeants des pays musulmans sont des gens réalistes. Certains même sont des laïcs comme en Syrie, en Irak, en Turquie et en Perse.

La montée en puissance de l'OLP sous l'impulsion de son neveu Arafat marque le début du déclin d'Al Husseini. Même s'il continue à produire depuis le Liban où il réside jusqu'à sa mort en 1974, des prêches incendiaires s'en prenant aux Juifs et justifiant les crimes des nazis, son auditoire s'amenuise... Réconcilié avec la Jordanie qui envisage une paix des braves avec l'État hébreu, il devient le bouc émissaire responsable des défaites des armées arabes lors de la guerre du Kippour !

Dans les dix dernières années de sa vie, la presse d'Orient cite peu son nom, et si on l'invite encore aux conférences islamiques, c'est par respect pour son passé. Pour sa dernière participation à Lahore, il n'a plus aucun statut officiel. Des hommes plus jeunes et plus activistes que lui dirigent désormais les mouvements palestiniens qui éclatent en de multiples groupuscules. Le terrorisme international se structure pour punir les présumés amis des Juifs partout dans le monde. Tandis que les états arabes se méfient de plus en plus de ces milices protéiformes et fragmentées, difficilement contrôlables.

 

Best of des actualités d'époque :

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

163 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 18 novembre 17:09

    ah, ça faisait longtemps...


    • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 17:34

      @Séraphin Lampion

      Oh oui, extrêmement longtemps dans les médias main stream friands d’évocations de WW2... À l’exception de ces péripéties orientales.


    • exol 18 novembre 17:51

      @Séraphin Lampion
      Tu as la mémoire sélective hein . Certains faits historiques doivent être ressassés tous les jours et d’autres non. Pirla.


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 18:11

      @exol

      Suis-je le seul auquel le mot « collabo » vient à l’esprit ?


    • Désintox Désintox 18 novembre 19:41

      @Séraphin Lampion
      Bientôt, ils nous dirons qu’Hitler était un imam déguisé en aryen.


    • mmbbb 18 novembre 20:51

      @Désintox t es pas un peu con ! 


    • OMAR 19 novembre 20:59

      Omar9
      .
      Salut @Désintox
      .
      L’auteur fait tout un plat sur ces « soldats musulmans » dans les unités allemandes.
      .
      En vérité il s’agit d’une seule division, la 13ème division de montagne de la Waffen-SS Handschar qui était l’une des 38 divisions des Waffen-SS, et était composée presque entièrement de musulmans bosniaques.
      Cette division se mutina en 1943 à à Villefranche-de-Rouergue, et plusieurs soldats furent fusillés par les allemands.
      .
      Mais pas un mot sur le 1er bataillon du 4e régiment de Panzergrenadier « Der Führer » appartenant à la Panzerdivision « Das Reich » de la Waffen-SS. et composé de français qui massacrèrent leurs propres compatriotes à Oradour-sur-Glane :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_d%27Oradour-sur-Glane 


    • Decouz 18 novembre 17:20

      Inusable mufti


      • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 17:35

        @Decouz
        En effet, beaucoup de gens aujourd’hui le tiennent encore pour un exemple à suivre.


      • Decouz 18 novembre 17:44

        @CLOJAC
        Je n’en suis pas sur, il est trop utilisé par les politiciens israéliens actuels, alors que les Palestiniens ne le reconnaissent spécialement comme un de leurs représentants, d’ailleurs comme vous dites ce sont les Anglais qui l’ont choisit pour leur propre intérêt, il y avait d’autres familles palestiniennes qui auraient pu convenir et rien ne dit qu’elles auraient agi de la même manière, même si les Allemands n’étaient pas objectivement leurs ennemis, ce n’était pas eux les occupants, mais les Anglais.

        On ne parle pas ou bien moins des Palestiniens engagés auprès des alliés : ex
        12 000 volontaires https://aawsat.com/english/home/article/1749506/new-study-says-12000-palestinians-volunteered-fight-nazis-during-wwii


      • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 18:00

        @Decouz
        « On ne parle pas ou bien moins des Palestiniens engagés auprès des alliés »

        J’éviterai une guerre des chiffres 12.000 contre 30.000, par contre j’insisterai sur le fait que le grand mufti de Jerusalem représentait une autorité morale à l’époque et même après, puisqu’en 1951 il sera élu président du congrès islamique mondial.
        Ensuite que les Israéliens l’aient utilisé comme repoussoir, c’est une autre histoire...


      • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 18:09

        @CLOJAC

        On ne connait pas le chiffre des musulmans dans l’armée française mais on connait parfaitement le nombre des maghrebins, des africains et des pieds-noirs

        En voici une synthèse faite par le général Faivre

        On constate notamment que ceux qui ont payé proportionnellement le plus cher de 1942 à 1945 sont « les colons »



      • Durand Durand 19 novembre 12:22

        Finalement, la réaction du mufti était la même que celle de certains pays envahis par l’URSS et qui ont, eux aussi, choisi de s’allier avec le Reich pour chasser l’envahisseur russe...

        Seule différence : le mufti est mort alors qu’en Ukraine et au sein-même de l’Union Européenne, les États Baltes fêtent, chaque année, dans les rues de leurs capitales, l’arrivée des SS « libérateurs », à grand renfort de costumes d’époque et de croix gammés et tout cela, sans que personne n’y trouve rien à redire et surtout pas Israël qui tisse des liens très étroits avec l’Ukraine alors qu’y fleurissent les rues, places et boulevards « Stepan Bandera » Grand pourfendeur de Juifs s’il en est !!!...


      • eric 19 novembre 15:06

        @Sharpshooter - Snoopy86 C’est aussi parce qu’ils étaient les plus nombreux, en valeur absolue et relative. Les blancs d’afrique en âge de se battre se sont systématiquement mobilisé. Les indigènes, à hauteur de quelques pour cent. Tous cela étant par ailleurs explicable et justifiable et n’enlevant rien aux exploits des uns et des autres.


      • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 18:19

        @Durand

        « Stepan Bandera »

        Sa femme ne s’impatiente pas trop ? smiley


      • OMAR 19 novembre 21:06

        Omar9
        .
        @CLOJAC :"J’éviterai une guerre des chiffres

        ...".
        .
        Oui, comme vous évitez ou plutôt, passez sous silence, des juifs soldats dans les rangs de l’armée nazie.
        On estime leur nombre entre 120 000 et 160 000.
        Plusieurs ont d’ailleurs accédé à des grades militaires élevés (feld-maréchal, amiral, général) et ont même reçu les honneurs militaires (décorations pour actes de guerre).

        Chose particulière, pour combattre pour la défense et la grandeur du Reich,

        https://www.alterinfo.net/l-histoire-oubliee-des-juifs-nazie_a32141.html
        .
        Vous ne connaissez pas le nom de leur rabbin, par hasard ?


      • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 22:05

        @OMAR
        « Oui, comme vous évitez ou plutôt, passez sous silence, des juifs soldats dans les rangs de l’armée nazie. »

        Les juifs chez les nazis furent une réalité.
        Mais pas aussi simpliste que vous le présentez.

        D’abord pour être un pur Allemand, il fallait justifier de la germanité de ses 4 grands parents (un critère auquel Hitler ne pouvait pas répondre !)
        Beaucoup des juifs de la wehrmacht avaient un grand parent « douteux » mais ils étaient assimilés, chrétiens, et ne se considéraient absolument pas comme juifs. 
        Après les défaites en Lybie puis en Russie, on était aussi moins regardant sur le recrutement.

        Ensuite, parmi ceux qui connaissaient leur ascendance sans pour autant pratiquer, ni même partager les coutumes hébraïques, beaucoup choisirent la possibilité de mourir au combat à la certitude d’être assassinés.
        C’était d’autant plus facile de leurrer les recruteurs que les critères ethniques étaient hautement fantaisistes. À ce titre, je recommande la lecture de "la vingt cinquième heure » et « la seconde chance » de Virgil Georghiu ou il narre, s’inspirant de faits réels, comment des Juifs furent classés « purs aryens » et incorporés dans les SS.

        Enfin, il y eut des Juifs Ashkénazes, blonds aux yeux bleus avec des patronymes nordiques qui infiltrèrent les structures militaires nazies, de l’intendance jusqu’à des postes d’officiers supérieurs, pour renseigner les Alliés au péril de leur vie.
        Bref, sauf pour les propagandistes, le monde n’est pas peint uniquement en noir et blanc.


      • Decouz 18 novembre 17:26

        "Une chose est sûre : la démarche du Mufti et celle du Lehi n’étaient représentatives ni des mouvements nationaux palestinien et arabe dans leur ensemble, ni du mouvement sioniste. Si les juifs de Palestine se rangèrent massivement et naturellement dans le camp des Alliés au cours de la seconde guerre mondiale, le nombre des Arabes qui combattirent dans le même camp et y trouvèrent la mort a été incomparablement plus élevé que le nombre de ceux qui se joignirent aux troupes de l’Axe"

        https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-12-08-Grand-mufti


        • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 17:48

          @Decouz
          Cet article met sur le même plan les divisions musulmanes de waffen SS qui étaient composées de volontaires et dont les exactions ont laissé des traces durables (la guerre dite du Kosovo 55 ans après la fin de WW2)
          Avec une organisation sioniste qui a tenté de composer avec les nazis au début de leur règne, en payant des rançons, pour pouvoir émigrer en Palestine.

          Quant aux musulmans dans l’armée française... D’où l’auteur de votre article tient-il ses chiffres puisque, à l’époque, ils étaient français et qu’il est interdit en France de faire des statistiques ethniques ?
          https://www.conspiracywatch.info/de-quoi-le-mythe-de-la-collaboration-des-sionistes-et-des-nazis-est-il-le-nom.html

           


        • rogal 18 novembre 18:42

          @CLOJAC
          Les statistiques ethniques ne sont interdites en France que depuis 1978 (loi Informatique et Libertés). Elles se pratiquaient en A.N.F.


        • Decouz 18 novembre 18:48

          @CLOJAC
          Je n’ai pas parlé des musulmans dans l’armée française, mais il étaient connus comme le rappelle Sharpshooter, car les « Indigènes » n’étaient pas dans l’Algérie française des citoyens à part entière. Le code de l’indigénat a subsisté jusqu’en 47, sans mettre fin aux inégalités, d’ailleurs une des causes de la révolte. Il y avait les « Français musulmans » et les « non musulmans », qui n’avaient pas les mêmes droits politiques, les droits civils demeurent distincts.
          Donc les militaires savaient très bien qui était musulman, il suffisait d’avoir une origine locale, ils n’étaient pas admis comme officiers d’ailleurs.


        • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 19:10

          @Decouz

          Désolé Decouz , il y a eu de tous temps des centaines d’officiers musulmans dans l’armée française .

          J’ai sous les yeux l’annuaire de la promotion 1947 de Saint-Cyr, celle de mon père : les trois premiers noms sont 3 Abdelkader : des petit ou arrière-petit-fils de l’émir Abdelkader dont un est mort en Indochine

          Vous en trouverez un ici avec François Bayrou

          Il y en a eu des centaines d’autres, j’en connais personnellement

          Dés le début de la conquête il y en eut

          Le plus connu est sans doute le général Yusuf


        • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 19:27

          @Decouz

          Le code de l’indigénat fut accepté par la quasi-totalité des musulmans se disant Arabes, qui tenaient à la prééminence de la charia sur les lois de la République.
          Un bon nombre de Kabyles auraient préféré devenir Français, ils étaient même prêts à se faire chrétiens, mais on a laissé passer l’occasion parce qu’en France à l’époque c’était tendance de bouffer du curé.

          Le senatus consulte de 1865 prévoit une voie d’accès à la nationalité française pour les « indigènes » mais il leur impose en contrepartie de renoncer à leur statut personnel relevant de la charia.
          Dans le souci d’éviter des révoltes à répétition inspirées par les imams et les muftis, on oublia les décrets Crémieux de 1871 pour les Maghrébins, leur permettant de devenir français sur simple déclaration en mairie.

          Il suffisait d’accepter le code civil et d’envoyer les enfants à l’école laïque.
          Alors que la quasi totalité des juifs se francisa avec le premier décret de 1870, les musulmans préférèrent conserver la polygamie, le mariage uniquement religieux, la répudiation, la demi-part d’héritage et le demi-témoignage pour les femmes, le droit d’aînesse, la preuve testimoniale en matière foncière et contractuelle, les sociétés de fait en matière commerciale, etc... Tandis qu’au plan administratif, les cadis, aghas et bachaghas doublaient ou remplaçaient les structures coloniales.

          La principale dérogation à la charia concernait l’application du droit pénal français, plus bienveillant que la charia envers les délinquants et les criminels.
          L’histoire a été réécrite ensuite par des ignorants ou des militants gauchistes qui ont voulu voir dans le code indigène une sorte d’apartheid à la française alors que c’était à la demande des intéressés... Dont les descendants présentent les mêmes exigences aujourd’hui dans les pays occidentaux dès qu’ils atteignent la masse critique de 10%.
          Joli pied-de-nez de l’histoire !


        • Decouz 18 novembre 20:22

          @CLOJAC
          Non ce qui a été possible ailleurs (au Sénégal par ex) n’aurait pas été possible en Algérie ?


        • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 20:55

          @Sharpshooter - Snoopy86

          « Il y en a eu des centaines d’autres, j’en connais personnellement

          Dés le début de la conquête il y en eut

          Le plus connu est sans doute le général Yusuf »

          Sans oublier le bachagha Saïd Boualam, capitaine, légion d’honneur, croix de guerre à la fin de WW2, puis colonel des harkis plus tard. 

          Député et vice-président de l’Assemblée Nationale, à l’époque où le président du sénat était le Guyanais Gaston Monnerville. Tous racistes ces Français !


        • Lali Lali 18 novembre 22:33

          @CLOJAC Pardon mais les musulmans a l’époque n’étaient pas français, mais indigènes, pas les mêmes droits, de vote par exemple smiley


        • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 23:03

          @Lali

          En effet, ils ne pouvaient pas prétendre relever de la charia et être citoyens français en même temps.
          Il fallait choisir.
          Pourquoi est-ce un concept si dur à entendre ?

          Le décret Crémieux de 1871 disposait :
          Art 2 Titre III art 11 : L’indigène musulman qui veut être admis à jouir des droits de citoyen français doit se présenter en personne devant le chef du bureau arabe de la circonscription dans laquelle il réside, à l’effet de former sa demande et de déclarer qu’il entend être régi par les lois civiles et politiques de la France.



        • confiture 18 novembre 17:43

          olala, des ss y’en a eu dans presque tout les pays, même des français


          • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 18:53

            @confiture
            Et même après la guerre, voir le paragraphe concernant le séjour du grand mufti en France entre 1945 et 1946.
            Je n’irai pas jusqu’à dire que la collaboration est une tradition, ce serait injurieux envers les Résistants, mais on peut se poser des questions...


          • leypanou 18 novembre 17:57

            comme la plupart des dirigeants de ces pays-là, il excipe d’une filiation lointaine avec leur prophète. C’est invérifiable mais ça fait toujours bien sur un C.V chez les mahométans   : est-ce que l’affirmation comme quoi « mes ancêtres étaient là il y a 3000 ans » est vérifiable ?

            Car 3000 ans sont bien plus « vieux » que la « naissance du prophète » non ?


            • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 18:13

              @leypanou
              3000 ans ? Où ça ? Vous parlez du moment où les sémites (les Arabes le sont)

              se détachent au plan ethno linguistique de l’ensemble chamitique il y a environ 5500 ans ? C’est une théorie anthropologique contestée aujourd’hui.

              Sinon les porteurs du gentilé Al-Husseini se réclament de la descendance du prophète Mahomet à travers la descendance de son petit-fils Hussein ibn Ali.
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Husseini


            • leypanou 18 novembre 18:25

              @CLOJAC
              j’ai peu de connaissance en histoire mais je rappelle seulement ce que Gilad Atzmon -dont j’apprécie la lecture- a trouvé de ridicule de la part du sionisme.

              Si vous avez entendu parler des Khazars, vous savez ce que je voulais dire.


            • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 18:50

              @leypanou
              Une partie des Khazars, comme avant eux les Falachas, se sont convertis au judaïsme à une époque lointaine où c’était possible.
              Avec des génotypes et des phénotypes très variés...
              Sinon, il y a quelques années, des rabbins intégristes se mont mis dans l’idée de faire chercher le génome spécifique du Juif. Ils sont vite passés à autre chose lorsqu’il est apparu que les concordances maximales apparaissaient entre les Irakiens actuels et les Séfarades. 


            • njama njama 18 novembre 18:55

              @CLOJAC

              Vous avez été chercher la matière de votre article dans la littérature sioniste, ou vous l’avez pondu tout seul ?

              Votre prose est émaillée d’un tas de citations dont vous ne donnez pas les sources ce qui nuit à la crédibilité de l’ensemble.

              Habituellement c’est Christian Labrune qui nous remet le couvert sur AV avec « le grand mufti de Jérusalem »... comme si le nazisme avait eu besoin de ce nationaliste palestinien sans grande importance et sans pouvoirs.


              • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 19:13

                @njama

                On t’attendait bien là Mouloud smiley

                C’était juste un imam de quartier ?


              • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 19:36

                @njama
                Est-ce si difficile de comprendre qu’en ramenant systématiquement au sionisme le rappel des crimes nazis, vous desservez votre cause ? 
                Pourtant je vous imagine assez bien dans les « Padamalgam ».
                Du moins tant que ça vous arrange...
                P.S : pour les sources, utilisez un moteur de recherches, les sites historiques ne sont pas tous tenus par des sionistes !


              • phan 18 novembre 18:57
                Quelque 100 000 soldats musulmans sont morts sous le drapeau français durant la Première et la Seconde Guerre mondiale. 
                70 000 ont péri à Verdun. Plus de 16 600 sont morts entre 1940 et 1945. Mais la République française semble avoir manqué de gratitude. Morts au champ d’honneur, ils sont restés à la marge de l’Histoire de France et des hommages officiels de la République.
                L’Armée française d’Afrique est née en Algérie. La plus ancienne unité est celle des zouaves. Viendront ensuite les spahis, les régiments de tirailleurs puis les goumiers, ainsi que la Légion étrangère, créée à Sidi-Bel-Abbès (Algérie). 
                À Verdun, le carré musulman compte 592 tombes devant l’ossuaire de Douaumont. 
                À fin de la Première Guerre mondiale, le Régiment d’infanterie coloniale du Maroc s’est révélé le régiment le plus décoré de France. 
                Plus de 170 000 Marocains, Algériens, Tunisiens et autres Africains (Sénégalais, Malgaches…) furent engagés durant la Seconde Guerre mondiale. 
                L’adjudant-chef tunisien Ahmed El Abed a été le premier militaire de l’armée française à pénétrer en Allemagne en 1945. 
                Tandis qu’au Royaume Uni, c’est une autre mémoire qui flanche ...

                • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 19:50

                  @phan
                  Quel rapport entre les waffen SS musulmans et les soldats français de confession musulmane ? 
                  Il y a eu aussi des cathos, des protestants, des anglicans, des orthodoxes et des athées dans les deux camps. Et après ? Ça prouve quoi ?
                  Votre réponse est typique du détournement d’attention commis par les gens que l’histoire du grand mufti de Jérusalem, futur président de la conférence islamique, dérange parce que ça heurte leur formatage idéologique... Mais qui n’osent pas réfuter tout en bloc face à l’accumulation de preuves et préfèrent orienter le débat sur d’autres sujets. 


                • phan 18 novembre 20:27

                  @CLOJAC

                  La corde « Hitler et le Mufti de Jérusalem » est largement utilisé par Netanyahu vous ne trouvez pas ? Pendant ce temps tout le monde oublie que Gaza vient d’enterrer ses morts et panser les blessures des corps mutilés par les bombardements récents de l’entité sioniste.
                  Votre penchant vers le site de conspiracy watch : êtes vous agent de la Hasbara ?
                  Si vous êtes néo-conservateur il faut le dire avant de lancer des faux débats avec le silence où les sionistes tuent et emprisonnent à Gaza !

                • phan 18 novembre 20:44

                  @CLOJAC

                  Quel rapport entre les waffen SS musulmans et les soldats français de confession musulmane ? 

                  Quelle est la réalité de l’engagement militaire des Arabes ? En mai 1942, l’unité arabe de la Wehrmacht ne comptait que 130 hommes. Par ailleurs, durant la Seconde Guerre mondiale, 6300 recrues originaires du monde arabe passèrent par les différentes organisations militaires allemandes, dont 1300 venues du Moyen-Orient. Ce qui est bien peu comparé à l’engagement massif des Arabes et Berbères aux côtés des Alliés : 200 000 à 250 000 combattants maghrébins mobilisés derrière De Gaulle, dans les troupes de la France Libre, et 9000 palestiniens enrôlés dans l’armée britannique. Ils furent tués ou blessés par dizaines de milliers. Sans parler des prisonniers qui périrent dans les camps de concentration nazis.

                • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 21:10

                  @phan
                  « Si vous êtes néo-conservateur il faut le dire avant de lancer des faux débats avec le silence où les sionistes tuent et emprisonnent à Gaza ! »

                  J’avoue tout, je suis payé par Trump pour vous désinformer, j’émarge aussi au Mossad et au Betar pour vous dénoncer, je touche mon enveloppe au SDECE pour noyauter Avox et je complète mes revenus en tant qu’agent spécial des spetsnaz chargé de buter les Tchétchènes jusque dans les chiottes. © 
                  Quand j’ai un peu de temps libre, je loue mes services à des dictateurs africains, mais le mercenariat n’est plus ce qu’il était. La crise est passée par là aussi.


                • phan 19 novembre 08:00

                  @CLOJAC
                  Il y a eu aussi des cathos, des protestants, des anglicans, des orthodoxes et des athées dans les deux camps. Et après ? Ça prouve quoi ?

                  ça prouve que vous oubliez de citer les soldats juifs d’Hitler :

                  Des Allemands de confession juive se sont retrouvés incorporés dans la Wehrmacht : une situation dramatique qui a marqué toute une communauté. Aujourd’hui, leur itinéraire paraît incompréhensible. Comment des juifs ont-ils pu combattre dans l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale ? 
                  Ils furent plus de 100 000 à s’engager dans la Wehrmacht. Ce documentaire revient sur ce chapitre relativement méconnu de l’histoire de l’Allemagne nazie.

                  et après ?
                  L’Allemagne verse des indemnités à 1 450 soldats ou auxiliaires de sécurité du régime nazi blessés entre 1939 et 1945 et vivant ailleurs en Europe, mais elle ne veut pas dévoiler leur identité. Fin mars, la France a appris que quatre Waffen-SS faisaient partie des 54 bénéficiaires résidant alors sur son sol. Elle demande des « explications précises » à son voisin. Ils ont au moins 90 ans, peut-être même sont-ils centenaires. On ne connaît ni leur nom ni leur visage. Anciens soldats casqués en uniforme vert-de-gris, ces fantômes du passé pourraient venir hanter les cérémonies du 75e anniversaire du Débarquement allié sur les plages de Normandie. De lointains bruits de bottes qui devraient contraindre Emmanuel Macron et Angela Merkel, invités le 5 juin à Portsmouth par la reine d’Angleterre, à livrer une bataille de mémoire pour le moins douloureuse. Selon les informations du secrétariat d’Etat auprès de la ministre des armées, dévoilées par Le Monde, quatre ex-Waffen-SS comptaient, fin mars, parmi les 54 bénéficiaires, en France, des prestations versées par Berlin au titre d’une loi de 1950 sur « l’assistance aux victimes de guerre », connue sous l’intitulé « Bundesversorgungsgesetz » (BVG).
                  C’est bien de parler du formatage idéologique après un bon coup d’amnésie collective : Les frères d’armes de l’opération Dragoon ... pardon les soldats des colonies accueillis en libérateurs vont très vite sombrer dans l’oubli, c’est plus facile à retenir John Wayne comme nom que Mamadou Traouré !

                • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 09:04

                  @phan
                  « c’est plus facile à retenir John Wayne comme nom que Mamadou Traouré ! »

                  C’est votre grand féticheur ?
                  À part ça, je ne vois rien dans votre propos qui puisse être relié au grand mufti de Jérusalem. Donc vous continuez à appliquer la tactique du détournement d’attention chère aux illusionnistes.


                • phan 19 novembre 11:03

                  @CLOJAC

                  Devant le Congrès sioniste mondial, Benjamin Netanyahu a créé la polémique en affirmant qu’Hitler ne souhaitait pas exterminer les juifs, accusant au contraire le Grand mufti de Jérusalem, haut dirigeant musulman dans la Palestine alors sous mandat britannique. Ces propos ont immédiatement déclenché une levée de boucliers. Plusieurs historiens israéliens de renom ont condamné la théorie développée par Netanyahu. Pour rappel, en 2012, Netanyahu avait déjà effectué une sortie similaire.
                  La tactique du détournement d’attention chère aux illusionnistes : parler du mufti de Jérusalem pour chercher une excuse à l’expulsion forcée de 700 000 Arabes palestiniens en 1948 pour créer l’État d’Israël.
                  Pour rappel, le bilan humain de la Marche du Retour (droit reconnu par l’ONU) : 235 Palestiniens non armés, morts au 29 novembre 2018 et environ 18 000 Palestiniens blessés et/ou mutilés.
                  Vous avez tout le droit de détailler l’alliance du passé entre Hitler et le Mufti, mais le danger contemporain est le National Sionisme !

                • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 12:04

                  @phan

                  « Vous avez tout le droit de détailler l’alliance du passé entre Hitler et le Mufti, »

                  Merci de votre permission.

                  « mais le danger contemporain est le National Sionisme ! »

                  Mais le danger actuel qui menace l’Europe est le terrorisme islamique servi par des collabos suicidaires, ou motivés par un prosélytisme de fanatiques.

                  Netanuahu qui est dans une position politique délicate fait feu de tout bois.    Mais vous devriez savoir qu’entre 1933 et 1939, les nazis ont permis à près de la moitié des Juifs allemands de quitter leur pays, en confisquant leurs biens, et souvent en leur faisant payer une rançon.
                  À partir de 1939, avec la fermeture des frontières, ils ont commencé à enfermer les juifs qui restaient, les plus pauvres, avec les suites que l’on sait. La plupart des victimes des camps provenaient des pays envahis.

                  Le grand mufti ne voulait pas que les Juifs débarquent en Palestine mais les Anglais n’y tenaient pas non plus, car ils avaient encore l’illusion de pouvoir se maintenir au proche Orient en s’alliant avec les grandes familles arabes.
                  Mais il est sûr que Himmler, Eichmann et leurs sicaires n’avaient pas attendu le grand mufti pour commencer à exterminer les Juifs.


                • njama njama 19 novembre 13:26

                  @CLOJAC
                  Netanuahu qui est dans une position politique délicate fait feu de tout bois. 

                  Non, non, les chiens ne font pas les chats !
                  Netanyahu sait très bien de quoi il parle à juste titre, il est fils d’un sioniste de la première heure, le fils de Bension Netanyahu membre du Parti sioniste révisionniste proche d’Abba Ahimeir, il est historien, corédacteur du journal Betar (1933–1934) et secrétaire particulier de Vladimir Jabotinski 

                  ...
                  aussi quand Benjamin Netanyahu dit que Hitler ... voulait expulser les Juifs (sic), c’est historique et vérifiable. L’idée de les exterminer n’apparaît pas avant janvier 1942, elle ne pouvait pas donc faire partie de Mein Kampf écrit en 1924 1925, même en filigrane.
                  De là à incriminer le grand mufti, en faire l’instigateur... pour mettre un couvercle sur la marmite d’un passé collabo entre sionistes et nazis ça peut se comprendre parce que ça dessert l’idéologie, la belle histoire... mais la vérité finit toujours par pointer son nez sur la margelle du puits
                  Je ne vais pas m’étaler plus, mais tout ça c’est de la graine de fascistes ! Netanyahu est un mec de l’extrême-droite israélienne qui a été « biberonné » à cette pensée fasciste.


                • phan 19 novembre 14:18

                  @CLOJAC

                  Les opérations de compensation commerciale de l’accord Haavara permettaient exclusivement le départ des juifs fortunés. Ces derniers étaient autorisés à conclure un contrat avec un exportateur allemand pour l’expédition de marchandises dans ce pays. Les manœuvres n’ont cessé que bien après les premières persécutions officielles. Elles restèrent fréquentes jusqu’à la déclaration de guerre de septembre 1939, selon Raul Hilberg, et jusqu’au milieu de la guerre 1939-1945 selon Tom Segev .
                  Les quelques 50 000 juifs fortunés qui ont bénéficié de l’accord lui doivent plus que probablement la vie, puisque les 250 000 juifs d’Allemagne et d’Autriche qui ne pouvaient fuir faute de fonds nécessaires ont pratiquement tous été assassinés. Le paiement de mille livres sterling était la condition sine qua non pour obtenir l’autorisation de la Grande-Bretagne de s’installer en Palestine en tant que Capitaliste – le terme utilisé dans le contrat. C’était une somme considérable : « Une famille de quatre personnes pouvait vivre dans un confort bourgeois avec moins de 300 livres sterling par an. » Sans l’apport de capitaux considérable des 50 000 juifs allemands concernés par l’accord Haavara, la colonisation de la Palestine serait restée une chimère.

                  Comment se fait-il que la Palestine, partie intégrante du Moyen-Orient, et morceau de terre habité depuis l’Antiquité par une population orientale ayant adopté, depuis plus d’un millénaire, la culture et la langue arabe, à l’instar de la Syrie, de l’Égypte ou de l’Algérie, soit, en une centaine d’années, devenue un État peuplé de migrants venus du monde entier ? On s’interrogera également pour comprendre comment la population originelle de la Palestine est dispersée dans des camps de réfugiés, une partie étant soumise à un pouvoir militaire d’occupation, et une minorité d’entre –elle, seulement, disposant de la citoyenneté dans le nouvel État d’immigrés, qui se considère comme faisant partie de l’Occident. Les réponses à ces interrogations se situent dans un contexte en dehors duquel le conflit entre le sionisme et le monde arabe demeure incompréhensible ; à savoir : le colonialisme.

                  Dans le discours officiel israélien, les Palestiniens sont invariablement présentés comme des agresseurs et des terroristes, alors que les Israéliens sont présentés comme des victimes qui ne font que se défendre contre le terrorisme. Or, c’est oublier qu’une bonne partie de l’élite qui a créé l’État d’Israël en 1948 avait de nombreux actes terroristes sur la conscience (et même du sang sur les mains pour quelques-uns). Le terrorisme israélien s’inscrit dans l’histoire violente de la conquête territoriale de la Palestine. Si le terrorisme politique est surtout le fait des organisations extrémistes comme l’Irgoun ou le Lehi jusqu’en 1948, c’est aujourd’hui l’armée, Tsahal, qui utilise la terreur pour soutenir la guerre de colonisation dans les territoires occupés.

                  La menace terroriste islamiste est conforme au Choc des Civilisations et instrumentalisée par l’OTAN.

                • njama njama 19 novembre 15:01
                  A propos de la Conférence d’Évian, Israël Shamir résume les propos de Beit Tsvi :

                  Il [le mouvement sioniste] s’ingénia à faire échouer tous les plans de sauvetage (mis sur pied dans le cadre) de la Conférence d’Evian. Beit-Tsvi consacre un chapitre entier de son livre à ce sabotage, et il démontre l’influence absolument illimitée des sionistes sur la grande presse ainsi que leur capacité à se rendre maîtres des opinions. La conférence d’Evian avait été convoquée en mars 1938 à l’initiative du président américain Roosevelt, afin d’aider les Juifs à quitter l’Allemagne, qui venait d’annexer l’Autriche. Au début, le monde juif manifesta un grand enthousiasme pour cette initiative et il baptisa même cette conférence “Conférence de la conscience mondiale”. Le mouvement sioniste nourrissait l’espoir que la conférence accorderait la Palestine au peuplement juif, et qu’y serait prise une résolution enjoignant à la Grande-Bretagne – puissance mandataire en Palestine – d’y accueillir les réfugiés juifs.

                  Mais tel ne fut pas le cas. La conférence d’Evian se consacra à l’élaboration de plans pour le sauvetage des Juifs, et non pas à un quelconque plan de peuplement de la Palestine. Tous les représentants des différents pays participant à la conférence évoquèrent la possibilité d’accueillir des réfugiés sur leur territoire respectif, et ils se gardèrent bien d’exercer une quelconque pression (forcément vexatoire) sur l’Angleterre. “C’est alors que l’avis des sionistes sur cette conférence changea du tout au tout, écrit Beit-Tsvi, – la colère prit la place de l’enthousiasme et les espoirs se métamorphosèrent en déception. L’intervention du dirigeant du mouvement sioniste mondial, Chaïm Weitzman, fut remarquée : “Si la Conférence ne se met pas d’accord sur la résolution du problème des Juifs une bonne fois pour toutes au moyen de leur transfert en Eretz Israël- inutile de se fatiguer.”

                  Immédiatement, toute la presse sioniste lança une campagne hystérique, écrivant : “nous sommes rejetés et personne ne nous réconforte : le monde a perdu toute conscience.”

                  Mais les observateurs non sionistes étaient optimistes : la Conférence avait suscité l’espoir de voir tous les émigrants (juifs) potentiels admis dans les différents pays participants. Cet espoir était fondé, et c’est précisément la raison pour laquelle les sionistes s’ingénièrent de toutes leurs forces à le torpiller (avec succès).

                  Beit-Tsvi cite la lettre d’un dirigeant sioniste, George Landauer à un de ses homologues, Stiven Weiz : “Ce que nous (sionistes) redoutons, par-dessus tout, c’est que la Conférence (d’Evian) n’incite les organisations juives à rassembler des fonds afin de financer la réinstallation des réfugiés juifs (dans les pays participants), ce qui obérerait gravement notre propre collecte de fonds destinés à nos propres objectifs”.

                  Beit Tsvi résume les propos du chef des sionistes Haïm Weissman ; “Pour (financer) la venue des réfugiés juifs dans d’autres pays, il faudra beaucoup d’argent, ce qui signifie que les finances sionistes seront ruinées. Si la Conférence est couronnée de succès (c’est-à-dire, si elle permet aux Juifs persécutés de s’enfuir de l’Allemagne nazie), elle portera un préjudice irrémédiable au sionisme. Ce qu’à Dieu ne plaise : que les pays participants à la Conférence (d’Evian) proclament leur générosité et qu’ils invitent les Juifs d’Allemagne à venir se réfugier sur leurs territoires respectifs, et c’en serait fini du projet (sioniste) en Palestine : (il y aurait un éparpillement) entre (une multitude) d’autres pays d’accueil, les Juifs ne (nous) donneraient pas d’argent, et les Anglais n’accorderaient pas l’autorisation d’immigrer en Palestine !”

                  D’ailleurs, d’autres dirigeants du sionisme s’”intéressèrent” à l’idée de sauver les Juifs (à la conférence de la toute-puissance Agence Juive, tenue le 26 juin 1938) : Grinbaum évoqua l’”horrible danger d’Evian”, et David Ben Gourion en personne déclara qu’en cas de succès, la Conférence porterait un coup terrible au sionisme. La mission première des sionistes, ajouta-t-il, est de dénigrer la bonne image produite par la Conférence et de s’efforcer de la saboter, de ne pas lui permettre d’adopter une résolution (exécutive).

                  C’est ce qu’ils firent : une délégation de sous-fifres se rendit à la Conférence et, en substance, dissuada les délégués des autres pays, en leur susurrant : “mais pourquoi, grands dieux, avez-vous (absolument) besoin d’immigrants juifs chez vous, qu’allez-vous en faire ?”

                  ...
                  https://arretsurinfo.ch/comment-les-sionistes-ont-sauve-les-juifs-durant-la-seconde-guerre-mondiale/

                • njama njama 19 novembre 15:27

                  Israël Shamir se base en partie dans ses publications sur un auteur que l’on peut supposer être une source très fiable, en raison de la position qu’il occupait :

                  "Sabbataï Beit-Tsvi, un vieux juif russe, avait travaillé toute sa vie aux archives de l’Agence juive à Tel Aviv. Une fois à la retraite, il avait “publié”, en 1977, un ‘samizdat’ (‘à compte d’auteur’), épais de quelque 500 page au format in IV°, sous le titre fleuve et quelque peu nébuleux “La crise du sionisme post-ougandais aux jours de la catastrophe des années 1938-1945."

                  Le Titre anglais est : Post-Uganda Zionism On Trial
                  A Study of the Factors that Caused the Mistakes Made by the Zionist Movement during the Holocaust. Volume I by, S.B. Beit Zvi.



                • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 21:07

                  @njama
                  « Non, non, les chiens ne font pas les chats !
                  Netanyahu sait très bien de quoi il parle à juste titre, il est fils d’un sioniste »

                  Savez-vous qu’attribuer aux enfants les caractéristiques de leurs parents est la forme la plus basique du racisme ?


                • njama njama 19 novembre 23:27

                  @CLOJAC
                  Avec tout le respect que je vous dois, et le mérite d’exposer publiquement vos opinions, je voudrais bien considérer cette rare exception qui semble vous chagriner un peu...
                  mais le Benjamin N dont il est question n’a fait qu’emboiter les pas de son père.
                  Je veux bien toutefois admettre la singularité que les chiens ne font pas « toujours » des chats.... (confidence, issu d’un milieu un peu bourgeois j’en suis même la preuve vivante) mais cela ne me semble pas être le cas ici.
                  Contestez plutôt mes sources, si vous pouvez, je les accueillerais bien volontiers


                • CLOJAC CLOJAC 20 novembre 04:53

                  @njama

                  « mais le Benjamin N dont il est question n’a fait qu’emboiter les pas de son père. »

                  J’aurais pu écrire dans l’article que le père de Amine Al Husseini était lui même mufti d’Au Quds, anti-sioniste, et qu’il avait formé son fils à lui succéder.
                  Cela figure dans diverses bios, y compris celles qui lui sont favorables.
                  Mais je m’en suis abstenu parce que je réfute par principe la transmission génétique qui est aléatoire, et la transmission culturelle qui peut à tout moment être battue en brèche par le libre arbitre.
                  D’ailleurs, si vous entendiez que les enfants des djihadistes français de daesch, c’est « tout de la graine de pourri » (l’expression n’est pas de moi) et qu’il faut les incarcérer préventivement, comment réagiriez-vous ?


                • njama njama 20 novembre 09:55

                  @CLOJAC
                  Il ne faut pas exagérer le rôle d’un mufti qui n’a ni pouvoir législatif, ni pouvoir exécutif, dans la société musulmane, sa fonction est d’ordre juridique, elle consiste à valider des lois promulguées ou à les retoquer si elles ne sont pas estimées conformes au Coran, ou à la sunna. 
                  C’est sûr que la société orientale à garder un caractère tribal, mais qui n’est pas spécifique aux seuls musulmans, car on le retrouve ce clivage dans quelques familles chrétiennes importantes, ce qui fait par exemple que la constitution du Liban avait prévu une répartition des pouvoirs entre communautés.
                  On ne peut exclure le caractère charismatique du mufti de Jérusalem, son influence à la fois religieuse et politique car il faisait partie de la résistance, et qu’il fut interlocuteur entre les palestiniens et la puissance mandataire.

                  Je suis d’accord que la transmission « atavique » (génétique je n’y crois pas) n’est pas automatique, et qu’elle est aléatoire avec les destinées, par contre concernant Benjamin N il est très clair que ses positions et son parcours politiques le rattachent à cette lignée idéologique de son père, et de ses pairs, qu’on appelle aujourd’hui néosioniste, une mouvance ultra-nationaliste et religieuse.


                • Decouz 18 novembre 19:00

                  @CLOJAC

                  L’article que je cite en anglais ne parle pas des soldats musulmans français, mais des volontaires palestiniens engagés dans l’armée anglaise, estimés à 12 000 par un professeur de l’université de Tel-Haï, on ne connait pas le nombre de tués ou de prisonniers de guerre, aucun monument ne rappelle leur engagement.


                  • njama njama 18 novembre 19:02
                    L’influence supposée du grand mufti de Jérusalem Mohammed Amin al-Husseini est une farce sioniste tardive pour détourner l’attention vers un supposé antisémitisme « arabo-musulman », qui serait soi-disant consubstantiel à l’islam. Ce qui est le dernier avatar de la propagande sioniste pour discréditer la résistance palestinienne contre l’occupant.
                    Oui le grand mufti a rencontré Hitler en novembre 1941, ce n’est un secret pour personne, une visite très officielle. Au moins deux raisons politiques assez banales concernant cette rencontre, obtenir un soutien contre le mandataire britannique (ennemi commun), les nationalistes arabes étant opposés au partage de la Palestine, et demander à Hitler de mettre fin à l’expulsion des Juifs d’Europe vers la Palestine. Ce qui va dans le sens de la Commission Peel qui prévoyait de limiter drastiquement cette émigration juive anarchique...
                    En tant que nationaliste arabe, bien qu’il n’était absolument pas leader de ce mouvement de résistance, mais simplement autorité religieuse sans pouvoir politique comme tous les muftis, il était bien naturel qu’il résiste à la puissance mandataire, comme à l’occupation progressive de la Palestine par des hordes de migrants Juifs, conscients comme d’autres et sans originalité que la Palestine ne pouvait à l’évidence accueillir tous les Juifs de la terre.


                    • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 20:11

                      @njama
                      « En tant que nationaliste arabe, bien qu’il n’était absolument pas leader de ce mouvement de résistance, mais simplement autorité religieuse sans pouvoir politique »

                      Vous oubliez qu’il fut nommé grand mufti à seulement 26 ans, parce qu’il était issu d’une de famille de notables parmi les clans les plus puissants, les plus riches et les plus respectés de la société palestinienne depuis des siècles, vu qu’ils prétendaient être des descendants de Hussein Ibn Ali petit-fils de votre prophète.

                      Au départ, ses principaux adversaires étaient des musulmans qui, loin de lui reconnaître une prééminence théologique, le trouvaient un peu léger de ce côté là.
                      C’est en tant que politicien, puis chef de guerre qu’il a rallié à son turban blanc un grand nombre de musulmans nationalistes.

                      Pour la petite histoire, Il étudia dans sa jeunesse à l’AIU (Alliance israélite universelle) à Jérusalem ! Plus tard, il s’inscrivit là l’université Al Azhar au Caire pour étudier la charia, mais au bout d’un an (est-ce assez pour devenir un « savant islamique » ?) il poursuit ses études dans une école d’administration à Istanbul avant de s’engager dans l’armée turque à 21 ans. Un cursus bien abrégé.


                    • agent ananas agent ananas 19 novembre 11:48

                      @njama
                      L’influence supposée du grand mufti de Jérusalem Mohammed Amin al-Husseini est une farce sioniste tardive pour détourner l’attention vers un supposé antisémitisme « arabo-musulman », qui serait soi-disant consubstantiel à l’islam.

                      Tout à fait. D’autant plus que le roi du Maroc Mohammed V et le monarque Moncef Bey de Tunisie étaient opposés à l’application de la plupart des législations de Vichy durant la 2nd guerre mondiale et protégeaient les juifs qu’ils considéraient comme leurs sujets.
                      Aujourd’hui il y a une place en l’honneur de Mohammed V dans la ville d’Ashkelon et il a sa place dans le mémorial de la Shoa de Yad Vashem.
                      Voir mon commentaire n°29.


                    • sls0 sls0 18 novembre 19:02

                      Je suis content d’apprendre que les USA n’ont pas tout récupéré les nazis pour les faire bosser pour eux, il en ont laissé un peu pour ceux qui avait un problème avec Israël.

                      La Bosnie de l’époque faisait partie de la Croatie franchement pro-nazie et indépendantiste.

                      Coté Croatie ça a produit 100.000 oustachis et coté Bosnie 20.000 bidasses ss. Après Stalingrad et vu le manque d’effectifs, tout le monde pouvait devenir ss, pour la wermatch pas trop possible.

                      Pour la création des unités ss il y avait aussi le mufti de Mostar.

                      Une bonne partie de la carrière de ce mufti ça été la lutte contre les anglais, je suppose qu’en arabe se dit aussi les ennemies de mes ennemies sont mes amis, après on s’étonne de le voir dans le camp des croates, des roumains et j’allais oublier des allemands.

                      Si le but de l’article c’était de démontrer que les musulmans sont des salauds c’est oublier que les SS musulmans se battaient aux cotés des très catholiques oustachis pour massacrer des juifs et des othodoxes.

                      C’était pendant la guerre où l’on choisissait un camp.

                      Après la défaite nazi ça aurait fait mauvais genre choisir le camp nazi mais ça n’a pas gêné le vatican de faire agence de voyage pour les nazis en indélicatesse avec la justice.

                      Piquer quelques faits historiques et en faire une histoire ce n’est pas l’histoire.


                      • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 20:17

                        @sls0
                        Même réponse que supra :
                        Il y a eu aussi des cathos, des protestants, des anglicans, des orthodoxes des Sikhs, des hindouistes, des animistes et des athées dans les deux camps.
                        Et après ? Ça prouve quoi ?
                        Les faits historiques que j’évoque vous dérangent parce qu’ils heurtent votre formatage idéologique. À moins que vous n’ayez déjà prononcé la shahada ?
                         


                      • mmbbb 19 novembre 09:02

                        @CLOJAC l histoire est connue mais est ce un fait majeur historique de la seconde guerre mondiale ?
                        Il y avait même un parti nazi anglais !
                        Vous devriez aussi écrire un article sur la solution finale envisagée par Staline
                        Mais formatage de l esprit , et comme le disait Sarte« ceux qui critiquent l URSS sont des chiens » .
                        On peut dire comme les cocos , Staline n etait pas le communisme 
                        Et pourtant , la sphere intellectuelle francaise a ete imprégnée par cette ideologie 
                        On peut rendre hommage a Mohammed V du Maroc, qui n a jamais applique les lois de Vichy ; les juifs du Maroc vivaient à l abri .


                      • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 10:59

                        @mmbbb
                        « l histoire est connue mais est ce un fait majeur historique de la seconde guerre mondiale ? »

                        Ces faits seraient anecdotiques si les intellos maîtres de l’info officielle ne s’étaient obstinés à les cacher. Et essaient encore de détourner l’attention en parlant d’autre chose dès qu’on les évoque...
                        On peut voir ici même une brochette de leurs disciples à l’œuvre.

                        Dès lors on est forcé de demander pourquoi cette cécité ou plutôt pour qui ?
                        L’histoire tumultueuse évoquée dans ce thread n’est pas sans incidences sur notre présent... On a vite vu se démasquer des idéologues et des propagandistes dont ce sujet clivant bouscule les certitudes de leur formatage idéologique.
                        On n’est plus très loin de la phase suivante : la dissonance cognitive.


                      • agent ananas agent ananas 19 novembre 12:04

                        @sls0
                        Je suis content d’apprendre que les USA n’ont pas tout récupéré les nazis pour les faire bosser pour eux,...

                        A ce sujet voir le dossier sur « l’Operation Paperclip » dans lequel je listais les principaux scientifiques et d’espions nazis (parmi les 700) qui ont bénéficié des réseaux d’exfiltration et recyclés par les US après la seconde guerre mondiale.
                        Bien sur il faut placer cela dans le contexte de la guerre froide où l’hystérie McCarthyisme anti-communiste aux US était à son paroxysme.


                      • mmbbb 19 novembre 12:22

                        @CLOJAC j appartiens a une generation ou par exemple la guerre d Algerie etait presque resumée a l OAS ? Sauf que l Algerie francaise fut un slogan de de Guy Mollet qui ne voulait pas se detacher de ce departement Sauf que F Mitterrand alors ministre de l intérieur couvrait les exactions contre les indépendantistes algeriens qualifies alors de terroristes Le procéde est connu .
                        Je l ai deja dit , Si J Ferry avait ete de droite , la gauche aurait braille pour que les ecoles et rues eponymes soient débaptisées 
                        La « dissonance cognitive » , il est vrai que j ai connu cela durant mes heures passes sur les bancs de l ecole de la republique .
                        Mitterrand ne pouvait pas être critique pour son passe ni sous Vichy ni sous la quatrieme C est pour cela qu il fut elu .
                        Quant a la radicalisation islamique en France , nous avons mis du temps a admettre ce phénomème . Il est vrai que désormais l antisémitisme  n est plus la chasse gardee de l extreme droite 
                        Mme KROLL MME HALLIMI n ont pas ete assasinees par des groupuscules d extreme droite . Si cela avait ete le cas , la gauche aurait manifestée tres bruyamment .
                        Quant a la montée du communautarisme en France idem 
                        La il s agit de cécité intellectuelle ce qui est pire . 
                        Il est vrai que je vous donne raison sur ce point , les médias ne sont pas des vecteurs d objectivite 


                      • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 18:16

                        @mmbbb
                        « Quant a la montée du communautarisme en France idem 
                        La il s agit de cécité intellectuelle ce qui est pire . »

                        Cécité pour les suiveurs panurgiques. 
                        Mais pour les meneurs, on ressent plutôt une haine de la France. Une volonté d’effacer son histoire, de détruire sa culture, de dynamiter son présent.
                        Ils rêvaient d’un grand soir avec les cocos, ça n’a pas marché, alors ils se rabattent sur les islamistes et les islamo-mafieux pour tout faire péter.
                        Ces gens-là souffrent de confusion mentale et de schizophrénie. Alors qu’ils sont des privilégiés de la politique, des médias, des arts et du spectacle, ils scient la branche sur laquelle ils sont assis.


                      • agent ananas agent ananas 19 novembre 19:34

                        @CLOJAC
                        Ces gens-là souffrent de confusion mentale et de schizophrénie. Alors qu’ils sont des privilégiés de la politique, des médias, des arts et du spectacle, ils scient la branche sur laquelle ils sont assis.

                        Attention CLOJAC, vous frôlez l’antisémitisme ...


                      • Jelena Jelena 24 novembre 11:22

                        @sls0 >> Coté Croatie ça a produit 100.000 oustachis et coté Bosnie 20.000 bidasses ss.

                        La réponse est un peu tardive mais... coté croate, il y avait le Ustase et la Domobrani (l’armée régulière en quelque sorte), ce qui faisait un total de 230.000 hommes.


                      • samy Levrai samy Levrai 18 novembre 19:40

                        Vile article de propagande anglo sioniste , raciste de surcroît. 


                        • Désintox Désintox 18 novembre 19:42

                          @samy Levrai
                          Gardez juste « raciste ».
                          Il n’y a rien d’autre.


                        • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 19:44

                          @Désintox

                          Belle intervention de deux fameux imbéciles !


                        • samy Levrai samy Levrai 18 novembre 20:09

                          @Désintox
                          Lis ce qu’a écrit Djama, je ne vais pas repeter... meme l’invasion connue comme « invasion anglo sovietique de l’Iran de 1941 » devient l’"invasion soviétique de l’Iran,...


                        • mmbbb 19 novembre 08:46

                          @Sharpshooter - Snoopy86 attentiion samy levrai appartient a l UPR ; Lui seul peut avoir des analyses pertinentes . L UPR rassemble la crème de la crème des francais , c est pour cela que ce parti est a 1 % ! Toutes autres opinions ou commentaires sont d une vacuité intellectuelle  


                        • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 11:23

                          @mmbbb

                           « L UPR rassemble la crème de la crème des francais , c est pour cela que ce parti est a 1 % ! »

                          Même pas 1%, mais avec un leader qui a le charisme d’une endive bouillie, ils ont des excuses.  smiley


                        • samy Levrai samy Levrai 19 novembre 11:53

                          @CLOJAC
                          On passe de la vile propagande à la pipolitique avec la même hauteur de vue et la même profondeur de pensée ... c’est quand même plus facile et plus reposant que des arguments politiques ou historiques !


                        • mmbbb 19 novembre 12:58

                          @samy Levrai heureusement il reste toi pour combler le vide quantique de ma vacuite intellectuelle . Tu procedes comme les staliniens en disqualifiant ton interlocuteur .
                          Cette affaire est connue Je ne vois pas en quoi l auteur ment, Il suffit de faire des recoupements et de consulter les historiens 
                          Tu excelles dans cet exercice . Tu aurais pu être un bon auxiliaire de Beria .
                          Asselineau a un bon representant de son parti dans ce media , Il te paye cher pour faire fuir les electeurs ! 
                          Polanski vient de sortir son film sur Dreyfus , Le sionisme a prit racine en France en particulier , notamment par le correspondant de presse d alors T Herzl . Celui ci etait tres elogne du judaisme traditionnel .
                          Dreyfus fut réhabilté . Cette affaire a ete sans contexte un des catalyseur du sionisme .
                          Etre contre le sionisme c est oublier sa propre histoire .

                          J attends tes compliments , et j ai hate de lire ta haute profondeur de pensée qui doit doit etre aussi eclairee que ton fion 


                        • samy Levrai samy Levrai 19 novembre 13:09

                          @mmbbb
                          quel binz dans ton caisson mmon bbbaveux..., quel était le point que tu voulais soulever ? qu’est ce que ton insondable vacuité n’a pas compris ? 


                        • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 18:05

                          @samy Levrai
                           « c’est quand même plus facile et plus reposant que des arguments politiques ou historiques ! »

                          On répond à un bouffon par des mirlitons et des castagnettes. 


                        • samy Levrai samy Levrai 19 novembre 18:21

                          @CLOJAC
                          Je crois que quand c’est aussi petit , c’est minable le terme à employer, cela vaut pour l’auteur et l’article...


                        • kimonovert 18 novembre 20:31

                          Étonnant... « Skorzeny n’a jamais expliqué les raisons précises pour lesquelles il avait aidé Israël. On suppose que ses motifs pour travailler avec le Mossad peuvent avoir été son goût pour l’aventure et le risque, ainsi que pour s’assurer que lui-même ne serait jamais assassiné par le Mossad. »

                          https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Otto_Skorzeny


                          • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 21:20

                            @kimonovert

                            https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Otto_Skorzeny

                            C’est ce que cet article laisse entendre, ce serait pour éviter des représailles du Mossad qu’il aurait accepté d’espionner les scientifiques allemands travaillant en Égypte... Mais dans ce domaine, il n’est pas facile de connaître la vérité, peut-être a-t-il été tout simplement acheté ? 


                          • Decouz 18 novembre 20:45

                            Lorenzo Kamel, historien : « C’est le gouvernement britannique qui considérait Hajj Amin comme le ’’représentant officiel de la population palestinienne’’, pas la majorité de la population. Si cette figure historique, imposée aux habitants, acquit au fil des ans, par le pouvoir et la violence, tant d’importance, ce fut du fait des préoccupations croissantes au sujet de l’avenir de la Palestine, et encore plus par l’utilisation des fonctions et des ’’instruments’’ qui lui furent confiés.

                            Fonctions et ’’instruments’’ n’avaient rien ou peu à voir avec les traditions et les désirs du peuple palestinien.

                            L’intellectuel palestinien Sari Nusseibeh disait : ’’Al Hajj Amin fut un produit de l’occident, mais si nous pensons à tout ceci, nous (Israéliens/Palestiniens) sommes d’une certaine manière un produit de l’occident, c’est à dire un produit de la manière dont l’occident nous perçoit. Nous avons besoin aujourd’hui d’une nouvelle historiographie palestinienne, qui analyse d’un point de vue critique des figures controversées comme celles d’Hajj Amin d’un point de vue palestinien »

                            https://www.researchgate.net/publication/270496602_Hajj_Amin_al-Husayni_the_creation_of_a_leader


                            • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 21:46

                              @Decouz
                              « C’est le gouvernement britannique qui considérait Hajj Amin comme le ’’représentant officiel de la population palestinienne’’, pas la majorité de la population. »

                              C’est pour ça qu’en 1951, il est élu président du congrès islamique mondial.
                              Quelle que soit la manière dont on essaie de tordre la réalité, pour occulter le rôle joué par le grand mufti, il y a des faits et des dates incontournables.


                            • covadonga*722 covadonga*722 18 novembre 20:48

                               le mufti à fricoté avec adolph.Lui comme la quasi totalité des groupes irrédentistes en butte avec les états coloniaux ce sont intéressés aux nazis ,même les juifs !!!! pour mémoire On évoquera l’originel Betar de Trumpeldor . On se rappellera les Birionims de Palestine trouvant dans leur journal que les idées de mr Hitler étaient intéressantes..Bref tous les hindous, les irlandais les bretons ect 

                              ainsi que les arabes " les partis BAAS sont à l’origine des partis nationaux socialistes 
                              ainsi que le parti libanais dont sont issus les phalangistes chrétiens.
                              Foutre sur le dos de Husseini qui certes détestait les juifs la shoah c’est charger la mule.Pour finir Husseini est pour beaucoup dans la création de la Hanschar qui commandée intégralement par des officiers allemands comprenait quelques deux /3 mille chrétiens croates d’ailleurs c’est l’une des rares divisions SS a ne pas êtres composée intégralement de volontaires la conscription y affecteras systématiquement les bosniaques musulmans .Division de piètre qualité pour la guerre conventionnelle elle se fera une réputation détestable en traquant 
                              impitoyablement les hommes de Tito , la facture sera présentée par les serbes dans les 80s.
                              Tiens au passage les arabes n’était pas dans la hanschar , pour Hitler les arabes sont des sémites , les musulmans bosniaques sont des caucasiens .
                              Caucasiens musulmans qui continuent de fournir de nos jours les plus frappadingue des islamistes sont caucasiens .

                              • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 21:39

                                @covadonga*722

                                Il n’est pas question de prétendre que Al Husseini serait responsable de la Shoah.
                                Himmler, Eichmann & Co ne l’avaient pas attendu !
                                Il est seulement établi que le grand mufti a tenu des propos approuvant et incitant au crime.

                                Sur les chiffres des combattants et leur encadrement... Peu nombreux début 42, normal puisque c’est le moment où Adolf crée les waffen SS musulmans. Mais en 1944 ils sont environ 30.000. Venus de l’europe musulmane mais aussi de tout le proche Orient. Avec des sauf-conduits délivrés par Himmler.
                                Et les officiers allemands chargés de leur formation sont vite supplantés par des commissaires religieux mieux acceptés par les djihadistes. Car le mufti pour les motiver a prêché la guerre sainte tous les jours à la radio.

                                Pour en revenir aux chiffres, je ferai une comparaison avec les brigades internationales en Espagne. Ou les supplétifs de daesch. À côté des moyens militaires mis à disposition des belligérants de façon plus ou moins avouée par des états amis, il y eut de nombreuses officines officieuses de recrutement, attirant de jeunes idéalistes un peu paumés sur les champs de bataille.


                              • covadonga*722 covadonga*722 18 novembre 21:48

                                @CLOJAC
                                bonjour je réagissais juste sur le coté volontaire , il est avéré que c’est la seule unité waffen ss ou l’on était versé automatiquement en fonction de sa religion .
                                Et juste sur la différentiation dans ce cas d’espèces entre musulman et arabe .
                                Il n’est pas anodin que « l’aura » supposée du mufti al husseini est utilisée en direction d’un islam caucasien peut au fait des griefs par exemple des « fellah » palestiniens qui ont vu la famille al husséini propriétaires fonciers important vendre comme beaucoup des terres aux colons juifs .Si l’on étudie l’image al husseini ante 1945 dans la Palestine c’est cette image qui persiste .
                                Si vous m’avez lu vous savez que je suis peu philo arabe philo islam c’est pourquoi je pense que cette période quand elle évoquée ne doit pas laisser la moindre brèche historiquement hasardeuse , faute de quoi vous verrez des lalau des njama s’y engouffrer 


                              • Jelena Jelena 19 novembre 09:12

                                @CLOJAC >> Mais en 1944 ils sont environ 30.000

                                Je ne sais pas quelles sont vos sources, mais selon la version serbe, la division Handzar compta maximum 17.000 hommes dont 2.500 à 3.000 croates... La principale raison de ce manque de volontaires était du au manque de confiance des bosniaques envers les croates.


                              • Jelena Jelena 19 novembre 09:50

                                Ce chiffre de 17.000 tient compte des pertes et des désertions, mais on peut estimer qu’environ 25.000 hommes avaient rejoint cette division... Après il y avait aussi des « milices musulmanes », mais contrairement à la Handzar, elles étaient autonomes vis-à-vis de Zagreb-Berlin et sont donc toujours restées en Bosnie.


                              • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 10:19

                                @Jelena

                                Vous parvenez donc comme beaucoup d’historiens à un chiffre autour de 30.000

                                Avec la Handschar d’origine, les Oustachis musulmans du Cadre Vert du colonel Hussein Miljkovic, ralliés aux nazis, et fin 1943 début 1944 la 21ème division SS Skanderbeg composée surtout d’Albanais.

                                Si on y ajoute les volontaires franc-tireurs venus d’Orient, je pense même qu’on dépasse ce chiffre, mais faute de documents d’époque je ne m’avancerai pas… Avec les nazis et assimilés c’est plus facile, ils avaient une mentalité de petits bureaucrates et notaient tout.


                              • Jelena Jelena 19 novembre 12:07

                                @CLOJAC : Oui, en prenant en compte la Handzar + la Skenderbeg + divers milices anti-partisans + la gestapo version albanaise, on obtient plus de 30.000... mais la Handzar seule n’a jamais compté 30.000 hommes.

                                Par contre les « oustachis musulmans » ne devaient pas êtres nombreux, car le Ustase c’était grosso-modo « la mort pour celui qui n’est pas catholique », si bien qu’ils ont également massacré des milliers de muslims.

                                Et comme les bosniaques étaient parallèlement en guerre contre les tchetniks (nationalistes serbes), à partir de 1943, c’est surtout vers les partisans qu’ils se sont tournés. Quand aux albanais - qui avaient pour fantasme « la grande Albanie » - ils sont restés fidèles envers les allemands jusqu’à la fin.


                              • eric 19 novembre 15:35

                                @covadonga*722 Bonjour J’aurai dit que Les phalangistes de Gemayel, s’inspiraient comme leur nom l’indique, de Primo de rivera, aristo catho et monarchiste à l’origine. A bien des égards, trés éloigné des nazis, et même des fascistes.


                              • covadonga*722 covadonga*722 20 novembre 10:40

                                @eric
                                peut être ? mais moi des mecs qui fument au fusil à lunette des femmes des enfants parqués dans un camps palestinien ou des abrutis arborant un crucifix 
                                sur leur m113 et qui écrase avec : une peugeot avec la famille dedans juste parce qu’ils ont vus un macaron de Wallid Joumblat j’ai du mal a faire le distingo surtout que j’étais sur place hein disons que c’est de sombres connard assassins .a l’image des équipes en face ...


                              • alexis42 alexis42 18 novembre 22:27

                                Voici ce qu’écrivait l’historien juif Peter Novick :
                                « Le mufti était à bien des égards un personnage peu recommandable, mais les affirmations d’après-guerre selon lesquelles il aurait joué un rôle important dans l’Holocauste n’ont jamais été prouvées. Cela n’a pas empêché les rédacteurs [juifs] de L’Encylopédie de l’Holocauste de lui attribuer un rôle principal. L’article sur le mufti est plus de deux fois plus long que les articles sur Goebbels et Goring, plus long que les articles combinés sur Himmler et Heydrich, plus long que l’article sur Eichmann ; de tous les articles biographiques, il est dépassé de longueur, mais seulement légèrement, par l’entrée de Hitler. »

                                Novick, Peter, The Holocaust in American Life, 1999, p. 158


                                • alexis42 alexis42 19 novembre 16:36

                                  @alexis42
                                  Toujours amusant de voir des « intellectuels » voter négativement le rapport d’un fait vérifiable.
                                  Mais comme Peter Novick était juif, ces votes négatifs viennent d’antisémites smiley


                                • alexis42 alexis42 19 novembre 17:11

                                  @alexis42
                                   smiley
                                  Un autre vote négatif visant à discréditer l’auteur, qui est incapable d’une telle connerie !


                                • njama njama 18 novembre 22:48
                                  Les contacts secrets : le sionisme et l’Allemagne nazie, 1933 – 1941, Par Klaus Polkehn, Journal of Palestine Studies – 1976
                                  (extraits) Le voyage en Palestine entrepris par Hagen [SS-Sturmbannführer, grade du parti nazi] et Eichmann n’est qu’un épisode dans l’histoire de la collaboration entre le sionisme et l’Allemagne nazie. Mais c’était un événement à la fois significatif et révélateur qui est devenu l’objet d’une falsification considérable. Au lieu d’admettre le fait que le tristement célèbre assassin de Juifs, Adolf Eichmann, avait à un moment donné été invité en Palestine par la Haganah, les auteurs sionistes ont renversé la faute et affirmé que le but de la visite d’Eichmann était d’entrer en contact avec les rebelles Palestiniens, voire de conspirer avec le mufti de Jérusalem, Hadj Amin Al-Husseini. L’inventeur de cette histoire semble être le sioniste bien connu Simon Wiesenthal...
                                  [...] Les rencontres entre Eichmann et Polkes ne sont pas des évènements isolés et fortuits. Elles s’inscrivent dans le contexte d’une coopération à long terme entre fascistes et sionistes. Après le voyage d’Hagen et Eichmann, la collaboration avait été cimentée par la « Mossad Aliyah Beth, » qui avait été créée par la Haganah comme organisation pour l’immigration illégale après le coup de frein à l’immigration en Palestine décidé par la Grande Bretagne suite à la Commission Peel. Fin 1937, i.e. quelques mois après le voyage d’Eichmann, des envoyés du Mossad prenaient leurs fonctions dans les locaux de la Reichsvereinigung [Union des Juifs du Reich] au 10 Meineckestrasse à Berlin-Charlottenburg, avec la permission des autorités fascistes de Berlin. Ces deux envoyés, Pina Ginsburg et Moshe Auerbach avaient fait le voyage de Palestine en Allemagne à cet effet.

                                  https://mounadil.wordpress.com/2013/01/27/le-sionisme-et-le-regime-nazi-un-texte-important-de-klaus-polkehn-enfin-disponible-en-francais/


                                  • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 23:14

                                    @njama
                                    « Adolf Eichmann, avait à un moment donné été invité en Palestine »

                                    Les Juifs ont tellement sympathisé avec lui qu’ils l’ont réinvité en 1960.
                                    Voyage et séjour gratuits. Un accueil inoubliable. Il n’en est pas revenu !


                                  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 22:52

                                    En fait il n’y eut pas une mais trois divisions SS musulmanes

                                    A la Handschar il faut ajouter la division Kama et la Skanderbeg albanaise

                                    Les 3 considérées comme médiocres par l’OKW

                                    En France de manière assez anecdotique il y eut la Légion Nord-Africaine que chez le 421 on appelait affectueusement « les bicots » , fondée par Mohamed el Maadi , ancien officier français proche de la Cagoule.

                                    Et, aujourd’hui encore, nos amis algériens doivent glorifier Mohamedi Saîd , alias Si Nacer, ancien de la SS et qui fut commandant en chef de l’ALN et ministre de Ben Bella. 

                                    Njama nous dira que de fut une « erreur de jeunesse »


                                    • CLOJAC CLOJAC 18 novembre 23:50

                                      @Sharpshooter - Snoopy86

                                      Avec l’arrivée de l’Afrika corps de Rommel en 1941, les nazis en quête de chair à canon, tentent de se faire passer pour les protecteurs naturels des Arabes. Quelques imbéciles les croient...
                                      Il faut souligner, dans ce contexte, que c’est tout à l’honneur de Mohammed V sultan du Maroc d’avoir refusé d’appliquer les lois anti-juives de Vichy et refusé livrer les Juifs aux collabos.
                                      https://www.lepoint.fr/monde/quand-les-nazis-pretendaient-que-le-coran-annoncait-la-venue-d-hitler-22-03-2019-2303317_24.php


                                    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 18 novembre 23:55

                                      @CLOJAC

                                      Et on retrouve les Frères Musulmans avec qui manifeste la gauche « collabo »

                                      Je vous recommande le bouquin de Falgot et Kaufer


                                    • availechev 19 novembre 00:01

                                      @Sharpshooter - Snoopy86
                                      Faligot et Kaufer


                                    • availechev 19 novembre 00:17

                                      En Poitou venant de Gironde à partir de la Mi août 1944

                                      l’Indische Freiwilligen-Legion composée de Pakistanais musulmans et d’Indiens

                                      .

                                      https://fr.wikipedia.org/wiki/SS_Freies_Indien_Legion

                                      .

                                      Ça me fait penser à ces Coréens capturés en Mongolie et retrouvés après de multiples enrôlements forcés en Normandie.


                                      • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 11:08

                                        @availechev

                                        Merci de rappeler ces prisonniers Indiens retournés par les nazis et dont j’avais totalement oublié l’existence.


                                      • Massada Massada 19 novembre 07:01

                                        Les musulmans ont massivement adhéré au nazisme, avant le déclenchement de la seconde guerre mondiale. Un rapprochement rien de plus normal, tant les deux idéologies totalitaires ont énormément en commun, à commencer par la haine des juifs.
                                         

                                        En dehors de la zone d’influence d’al-Husseini (Moyen-Orient et Balkans), de nombreux musulmans se sont spontanément portés volontaires, formant des groupes ou des unités qui ont combattu auprès des nazis. 

                                        Chez les Arabes du Moyen-Orient, on retrouve la même adhésion aux principes nazis et la même volonté de combattre à leur côté. 

                                        Exception : l’Algérie et le Maroc ont fourni plus d’hommes qui ont combattu le nazisme que de « collabos ». La plupart ont été enrôlés de force après le débarquement des Américains en Afrique du Nord.

                                         


                                        • njama njama 19 novembre 09:15

                                          @Massada
                                          Les pionniers sionistes (palestino-sionistes) partageaient à peu de choses près la même idéologie que les nazis, deux idéologies très apparentées dans leurs principes raciaux, dans leur conception d’un nationalisme mâtiné de socialisme, ein volk, ein reich,...
                                          d’ailleurs ils ont coopéré avec l’Allemagne avant-guerre, au moins par intérêts réciproques, voir « l’Accord de transfert Haavara » en 1933 qui vouait à l’échec le boycott de l’Allemagne nazie.
                                          Hitler cherchait à se débarrasser de l’influence juive, le sionisme forcément faisait partie de la solution, d’une partie du moins. Et puis les deux avaient pour ennemi commun le communisme.


                                        • njama njama 19 novembre 09:20
                                          source : (article de Klaus Polkehn cité + haut) :

                                          L’attitude des sionistes à l’égard de la menace d’une domination fasciste totale en Allemagne était déterminée par certains présupposés idéologiques communs : les fascistes tout comme les sionistes croyaient aux pseudo théories raciales, et les uns comme les autres partageaient la croyance dans des généralisations mystiques comme le caractère national » (volkstum) et la « race, » les uns et les autres étaient chauvins et penchaient pours « l’exclusivisme racial. » C’est ainsi que l’officiel sioniste Gerhart Holdheim écrivait en 1930 dans une livraison du Süddeutsche Monatshefte consacrée à la question juive (une publication dans laquelle, entre autres, des antisémites notoires faisaient connaître leurs opinions) :

                                          « Le programme sioniste conçoit la communauté juive comme étant homogène et indivisible, sur une base nationale. Le critère qui définit la communauté juive n’est pas al confession ou la religion, mais un sentiment global d’appartenance à une communauté raciale que réunissent des liens de sang et historiques et qui est déterminée à préserver son individualité nationale. 

                                          C’était le même langage, la même phraséologie que celle utilisée par les fascistes.

                                        • Massada Massada 19 novembre 07:03

                                          Après la Seconde Guerre mondiale, ce n’est pas sans raison si de nombreux nazis ont trouvé refuge au Proche-Orient. Ce n’est pas sans raison si des scientifiques allemands, qui ont collaboré à la mise au point des V1 et des V2 pour le compte d’Hitler, ont travaillé en Égypte à un programme initié par Nasser.
                                           
                                          Ce n’est pas sans raison si nombre d’entre eux se sont convertis à l’islam, non par opportunisme, mais par sincérité.
                                          Ce n’est pas sans raison si Mein Kampf est un best-seller dans les pays musulmans, alors qu’il est interdit dans la plupart des pays européens.
                                           
                                          Le national-socialisme et l’islam ont toujours entretenu les meilleurs rapports parce qu’ils ont de nombreux points communs. L’antijudaïsme est assurément l’un d’entre eux, et pas le moindre. Leur convergence idéologique est cependant plus profonde.
                                           
                                          La démarche qui mène au national-socialisme nazi et celle qui conduit à l’islam se ressemblent et font appel aux mêmes concepts et aux mêmes pulsions destructrices.


                                          • OMAR 19 novembre 20:22

                                            Omar9
                                            .
                                            @Massacrada
                                            .
                                            Mais ton effronterie n’a pas de limite.
                                            .
                                             Mein Kampf » c’est le livre de chevet d’une minorité d’occidentaux (qui s’élève quand même à des dizaines millions de fachos).
                                            .
                                            Et quand les stocks sont épuisés, hop, c’est la réédition en Occident :
                                            https://www.lepoint.fr/livres/mein-kampf-bientot-reedite-en-france-17-10-2019-2341953_37.php
                                            .
                                            Pour les allemands, c’est leur nouvelle Bible :
                                            https://www.lepoint.fr/monde/mein-kampf-devrait-etre-un-succes-de-librairie-en-allemagne-09-01-2016-2008326_24.php
                                            .
                                            Et le comble, ce torchon est édité en ...Israël, hé oui, en en hébreu, SVP :
                                            https://www.ina.fr/video/CAB95008638
                                            .
                                            Remarquez, là c’est normal, car les sionistes ont leurs nouveaux juifs, les palestiniens...


                                          • exol 19 novembre 20:30

                                            @OMAR
                                            Tais toi et fous moi le camp en Musulmanie.


                                          • OMAR 19 novembre 20:34

                                            Omar9
                                            .
                                            @Massacrada
                                            .
                                            Après la Seconde Guerre Mondiale, les nazis se sont taillés en Amérique latine avec l’aide du ... Vatican et de l’Église chrétienne :
                                            https://fr.express.live/le-vatican-et-la-croix-rouge-ont-aide-des-milliers-de-nazis-a-sechapper-exp-146982/
                                            .
                                            Adolf Eichmann a été capturé à Buenos Aires, pas à Bab-El-Oued
                                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Eichmann
                                            .

                                            Klaus Barbie en Bolivie, Aribert Heim au Chili,
                                            .
                                            D’autres nazis vivent la sinécure au Brésil comme ce Gustav Franz Wagner :

                                            https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/14/les-fantomes-du-nazisme-hantent-le-bresil-de-bolsonaro_5423173_3210.html
                                            .

                                            Et les collabos s’appellent entre autre Maurice Papon, pas Ali Bokouflous.
                                            https://www.lemonde.fr/societe/article/2002/09/19/maurice-papon-a-ete-condamne-a-dix-ans-de-reclusion-criminelle_291051_3224.html
                                            .
                                            Quant aux savants, les USA et l’ex-URSS se les sont partagés.
                                            Von Braun a vecu aux USA, pas à Tunis...
                                            .
                                            Il est vrai que la hasbara est l’art d’étaler l’immonde propagande et mensonges sionistes.
                                            Mais là, ça pue vraiment...


                                          • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 21:20

                                            @OMAR
                                             « Mein Kampf » c’est le livre de chevet d’une minorité d’occidentaux (qui s’élève quand même à des dizaines millions de fachos). »

                                            Avez-vous essayé de le lire ?

                                            J’en serais étonné car vous n’en parleriez pas comme d’un livre de chevet.

                                            Le style est lourd, indigeste, soporifique, les répétitions fastidieuses, les phrases interminables sans le génie de Proust. Quant au fond, c’est un fatras hétéroclite très daté qui prend ses références chez les Habsbourg, le saint empire romain-germanique et dans les guerres des Prussiens contre Napoléon. Sans une solide culture universitaire on n’y comprend rien.

                                            Le saupoudrage qu’on pourrait qualifier d’anthropologie de brasserie témoigne de l’ignorance crasse de l’auteur. Les Aryens (de arya = noble guerrier en sanskrit) sont au XXème siècle les Indiens du Penjab, les Pachtouns Afghans, quelques Ouzbeks et Tadjiks frontaliers, et les Béloutchis qui se partagent le sud du Pakistan et le SE de l’Iran. Que des grands blonds !

                                            Quant aux Juifs sur lesquels il fait une fixation paranoïaque, ses arguments sont simplistes et antinomiques. Une page, ce sont tous de vils pouilleux. La page suivante, ce sont tous des ploutocrates. 

                                            On ignore généralement que le nazisme fut d’abord une mythologie reposant sur le verbe, comme la plupart des cultures orales des barbares. Le livre de référence jouant un rôle de totem.

                                            Ce torchon qui fut un bide à sa sortie, a été rendu obligatoire à partir de 1933 et les Allemands devaient en afficher un exemplaire dans leur bibliothèque. Je doute que beaucoup l’aient lu jusqu’au bout. Et je ne crois pas que la traduction en arabe qu’on trouvait dans tous les bazars de Syrie, d’Égypte et d’Irak était davantage lue. C’était surtout un symbole et un signe de reconnaissance.


                                          • OMAR 20 novembre 09:05

                                            Omar9
                                            .
                                            @CLOJAC
                                            .
                                            Votre intervention est vicieuse dans le sens où vous ne remettez pas en cause les mensongères affirmations de @massacrada, concernant les pôles d’intérêt pour le torchon vomit par Hitler et l’aide et l’assistance portées par les chefs gouvernementaux et spirituels occidentaux, aux nazis dans leur fuite.
                                            .
                                            Vous nous faites juste un cours gratuit, mais totalement inopportun, inutile et surtout diversif sur « Mein Kampf ».
                                            .
                                            Ce n’est pas à moi que vous deviez répondre, mais aux contre-vérités, aux falsifications de l’Histoire que présente ce sioniste de @massacrada.


                                          • CLOJAC CLOJAC 20 novembre 09:59

                                            @OMAR
                                            « Vous nous faites juste un cours gratuit, mais totalement inopportun, inutile et surtout diversif sur « Mein Kampf »

                                            C’est vous qui avez parlé le premier de ce bouquin débile en affirmant qu’il aurait des millions de lecteurs en Occident. Leur livre de chevet disiez vous !
                                            Or il est imbuvable et n’est plus guère parcouru que par des doctorants en psychologie sociale et en histoire contemporaine.


                                          • OMAR 20 novembre 18:08

                                            Omar9
                                            .
                                            @CLOJAC :« C’’est vous qui avez parlé le premier de ce bouquin .. ».
                                            .
                                            Je ne vais pas vous taxer de menteur, mais de ...myope, car il vous suffisait de bien lire les mensonges de @massacrada dans son com :
                                            « Ce n’est pas sans raison si Mein Kampf est un best-seller dans les pays musulmans.. ».

                                            .
                                            Mais il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...
                                            (proverbe piqué du programme éducatif des ZEP.)


                                          • Massada Massada 19 novembre 07:10

                                            Les manifestants palestiniens arborent régulièrement une croix gammée lors de la marche du retour.
                                              

                                            Les médias européens ne vous montreront jamais la réalité idéologique palestinienne, une idéologie qui rendrait la Cause Palestinienne totalement infréquentable pour peu qu’elle le fut un jour.
                                             
                                            A Gaza, un magasin de vente de vêtements et d’armes a nommé en l’honneur des Jihadistes poignardant des civils juifs : Hitler 2.
                                             
                                            https://www.youtube.com/watch?v=YlSSJyoGIkc&feature=emb_logo


                                            • mmbbb 19 novembre 11:11

                                              @Massada les gentils sauvageons en France poignardant des passants sont classes irresponsables .
                                              En revanche les militants de generation identitaire ayant brandi un calicot dans les Alpes sur lequel ils affirmaient leur refus de cette immigration , sont en prison Motif incitation a la haine
                                              Il est commun de critiquer Israel , c est etre dans la bonne pensee . Mais notre pays est a la dérive, je vous le confirme et notre justice est devenue partiale trop partiale . En France , il devient impossible de s exprimer sans qu une asso vous tombe sur le rable .
                                              Voir nos univeristes qui refusent l acces a Filkelkraut , Agincinski et recemment Hollande a Lille
                                              Voir l interdiction de la representation de la piece d Eschyle d un metteur en scene sous le prétexte que les acteurs avaient des masques noir , Plainte du CRAN.

                                              Donc critiquer Israel , etat persecuteur est facile et c est un exutoire .

                                              Porter cette parole , la France sombre : la France n est plus le pays de Voltaire .

                                               


                                            • Hitler s’est inspiré peut-être inspiré du coran pour rédiger mein kampf, dont certains passages sont calqués sur des sourates. Les brutes se confondent souvent entre elles...


                                              • njama njama 19 novembre 11:40

                                                @France Républicaine et Souverainiste
                                                dont certains passages sont calqués sur des sourates.

                                                soyez plus précis si vous voulez être un peu crédible, merci.


                                              • Decouz 19 novembre 11:45

                                                C’est sur la suprématie de la race aryenne devait reposer sur des écritures sémitiques, belle analyse littéraire, là où le Coran fait une louange positive des différences de langues et de couleurs, Hitler prône la suprématie du germanisme et de la race blanche.
                                                Non pour un fin lettré, il faut plutôt chercher du coté de la Bible, exactement les structures et la pensée du bon allemand smiley


                                              • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 12:16

                                                @njama

                                                Un peu de lecture. Pas pour vous dont la croyance est hermétique à la lumière de la raison, mais pour instruire les quidams qui passent par là.

                                                http://www.coranix.free.fr/114/mein_korampf.htm


                                              • njama njama 19 novembre 13:31

                                                @Decouz
                                                C’est vrai que le Livre de Josué pourrait être un bon livre de chevet pour les va-t’en-guerre, comme pour les exterminateurs


                                              • njama njama 19 novembre 13:36

                                                @CLOJAC
                                                merci pour le lien, j’irai voir plus tard, pas de temps à y consacrer pour l’instant.


                                              • eric 19 novembre 15:41

                                                @CLOJAC

                                                Merci pour tous vos commentaires intéressants, et raisonnable.


                                              • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 18:53

                                                @eric
                                                De rien. J’essaie d’exposer des faits pour lesquels on dispose de preuves et pour lesquels des chronologies sont établies.
                                                Les gens qui les contestent utilisent 3 subterfuges tellement éculés qu’on se demande s’ils y croient encore eux mêmes :
                                                1/ Le détournement d’attention en dérivant sur des sujets connexes de plus en plus éloignés... Genre : le ver de terre a un corps annelé comme la trompe de l’éléphant donc ces 2 animaux sont très proches ! smiley
                                                2/ L’interprétation des faits à partir de procès d’intention et de « rapprochements » méthode stalinienne typique : « tu as dit bonjour à un voleur, donc tu es complice de tous les voleurs et tu seras pendu pour ton crime »
                                                3/ La dissonance cognitive appliquée au négationnisme, suivie d’un tamisage de l’histoire dont on ne retient que ce qui renforce le formatage idéologique du debater.
                                                Là on se heurte à un phénomène de croyance, contre lequel aucun argument logique ne peut plus avoir prise.


                                              • Jelena Jelena 20 novembre 09:13

                                                @CLOJAC : Je vois que vous classifier les internautes par catégorie, mais quelqu’un qui veut mettre l’holocauste sur le dos des muslims ou plus précisément des bosniaques, dans quelle catégorie on doit le placer ?


                                              • CLOJAC CLOJAC 20 novembre 10:17

                                                @Jelena

                                                « Je vois que vous classifier les internautes par catégorie »

                                                Je catégorise des façons de réagir relevant de réflexes pavloviens, pas des gens qui pourraient un jour développer une réflexion personnelle.
                                                C’est tout le mal que je leur souhaite.

                                                « mais quelqu’un qui veut mettre l’holocauste sur le dos des muslims ou plus précisément des bosniaques, dans quelle catégorie on doit le placer ? »

                                                Vous devez avoir des difficultés de compréhension : dans 3 posts au moins, j’ai écrit que Himmler, Eichmann et leurs sbires n’avaient pas attendu le grand mufti pour génocider. 
                                                Quant à savoir où me placer, je vous laisse à vos conjectures...


                                              • Jelena Jelena 20 novembre 10:39

                                                @CLOJAC : Je n’ai pas lu tous vos commentaires, mais j’ai vu dans que votre article le mot « juif » apparait 11 fois. Or il se trouve que les muslims alliés aux nazis étaient en Yougoslavie, tandis que les juifs, ils étaient surtout en Pologne et pays frontaliers.


                                              • CLOJAC CLOJAC 20 novembre 12:04

                                                @Jelena

                                                « j’ai vu dans que votre article le mot « juif » apparait 11 fois. »

                                                Et ? À 12, c’est le camp de rééducation ? 

                                                « Or il se trouve que les muslims alliés aux nazis étaient en Yougoslavie, tandis que les juifs, ils étaient surtout en Pologne et pays frontaliers. »

                                                Les divisions de waffen SS musulmans étaient dans les Balkans pour aider les nazis contre les résistants Serbes, mais ils les ont aussi aidés à massacrer des Juifs des Balkans, certains résistants, d’autres pas.
                                                Les Juifs des Balkans c’est une longue histoire depuis le XVI ème siècle.


                                              • Jelena Jelena 20 novembre 12:49

                                                @CLOJAC >> À 12, c’est le camp de rééducation ?

                                                Non à 12, c’est un ticket resto pour manger au CRIF... Vous le saurez pour la prochaine fois.

                                                >> ils les ont aussi aidés à massacrer des Juifs des Balkans

                                                Vu que durant les guerres de l’ex-Yu, « BHL et tous ses amis » ont soutenu les HDZ, SDA et UCK, visiblement ils ne sont pas trop rancuniers.


                                              • CLOJAC CLOJAC 20 novembre 20:50

                                                @Jelena

                                                Non à 12, c’est un ticket resto pour manger au CRIF

                                                Le Centre de Recherche International sur la Fission ?
                                                Dimona n’est pas dans une région très touristique...
                                                Je préfèrerais Eilat mais j’ai mieux sous mes fenêtres.


                                              • Jelena Jelena 21 novembre 10:47

                                                @CLOJAC : En parlant plus sérieusement, si vous voulez parler des fous d’Allah, vous vous êtes trompé de guerre... Car en 41-45, c’était surtout les croates qui étaient « les fous de Dieu ».

                                                D’autre part, après recherche, il s’avère qu’en 1944, la Handzar ne comptait plus que 7.000 hommes dont près de la moitié étaient des allemands.


                                              • CLOJAC CLOJAC 21 novembre 11:56

                                                @Jelena
                                                « D’autre part, après recherche, il s’avère qu’en 1944, la Handzar ne comptait plus que 7.000 hommes dont près de la moitié étaient des allemands. »

                                                Si ce n’est pas un troll, ça y ressemble.
                                                Sinon c’est une vaine tentative de dédouaner votre idole.
                                                Les différents régiments de SS musulmans ont été énumérés, et le chiffre de 30.000 admis en tenant compte des corps francs.
                                                Je ne vais pas rabâcher parce que je connais trop bien les techniques d’usure de vos semblables, aussi je vous invite à relire les diverses interventions, à noter les noms des armées, divisions, bataillons, et ensuite d’aller en chercher confirmation chez Gogol.
                                                Vous avez le droit de vous servir d’une calculette pour les additionner.


                                              • Jelena Jelena 21 novembre 12:36

                                                @CLOJAC >> Si ce n’est pas un troll, ça y ressemble.

                                                Disons plutôt que je préfère me fier à des sources serbes, plutôt qu’à vos chiffres sortis de nulle part.

                                                >> Sinon c’est une vaine tentative de dédouaner votre idole.

                                                Mon idole ? Laissez moi deviner... Vous êtes à l’apéro et la bouteille de vodka à déjà eu chaud, j’ai bon ?


                                              • Decouz 19 novembre 11:56

                                                "Il est faux et anachronique de considérer le Coran ainsi, et certains le font dans un but de propagande contre l’islam. Tout d’abord, le terme « antisémitisme » fait référence à un phénomène ultérieur, tandis que l’antijudaïsme a lui été présent bien plus tôt. J’aurais dit, à la limite, qu’il y a dans le Coran des versets qui peuvent servir à nourrir une pensée antisémite. Mais dire explicitement que le Coran est un texte antisémite, c’est totalement faux. Je vis mal cette conception en tant que juif : je lis le Coran depuis mon adolescence avec beaucoup d’intérêt.

                                                Je l’ai appris avec des Arabes, je l’enseigne à l’université hébraïque de Jérusalem et en d’autres endroits du monde depuis plus que trente ans... J’ai beaucoup de respect pour ce texte qui m’a énormément appris. Il y a des passages extraordinaires dans le Coran  : par exemple « le verset de la piété » (s. 2, v. 176) ou « le verset du Trône » (s. 2, v. 255). D’autres me gênent en tant que juif..."

                                                ww.lemondedesreligions.fr/une/pourquoi-il-est-faux-de-considerer-le-coran-comme-antisemite-11-02-2019-7827_115.php


                                                • Decouz 19 novembre 11:58

                                                  @Decouz

                                                  « Le monde des religions »

                                                  Dans son livre Les Juifs dans le Coran*, l’islamologue Meir Michael Bar-Asher observe que chaque sourate du Coran est empreinte d’éléments bibliques, juifs ou chrétiens, et que les rapports entre islam et judaïsme sont bien plus complexes que la caricature qui en est souvent faite.


                                                • Decouz 19 novembre 14:25

                                                  Hitler était hostile à toutes les religions, qu’il ait voulu se servir de l’une ou de l’autre, ou qu’il ait admiré les uns pour leurs qualités guerrières, et utilisé leurs rivalités, méprisé les autres pour leur caractère pacifique, c’est admis.
                                                  De plus il avait voulu établir un empire à sa manière qui serait incarné dans une architecture titanesque, l’héritage qui devait assurer sa légitimité était celui du Saint -Empire romain germanique comme le relate ce récit basé sur des faits réels :

                                                  https://www.babelio.com/livres/Kirkpatrick-Les-reliques-sacrees-dHitler/360569

                                                  Les reliques et insignes supposés être des supports de puissance (sceptre, lance, couronne), volés et entreposés à l’initiative d’Himmler dans une cavité souterraine à Nuremberg, ont été récupérés par un lieutenant américain, spécialiste en art et originaire d’Allemagne, sous les ordres de Patton.


                                                • agent ananas agent ananas 19 novembre 13:20

                                                  a montée en puissance de l’OLP sous l’impulsion de son neveu Arafat marque le début du déclin d’Al Husseini.

                                                  Et pour cause ... Le Fatah d’Arafat était membre de l’Internationale Socialiste. L’autre branche de l’OLP, le Front populaire de libération de la Palestine de George Habache était aussi d’obédience marxiste. Bref pas vraiment la tasse de thé (à la menthe ?) du Mufti.

                                                  Donc pour contrer l’OLP qui était laïque, Israël a encouragé la monté de l’islamisme en supportant le Hamas. En somme, diviser pour mieux régner ...

                                                  Aujourd’hui il est largement admis que la montée de l’islamisme a été orchestré entre autres par les USA pour contrer l’expansion marxiste/panarabisme alors très en vogue dans le monde arabe pendant la guerre froide. Un fait reconnu par le prince saoudien MBS.


                                                  • agent ananas agent ananas 19 novembre 13:23

                                                    @agent ananas
                                                    Post scriptum

                                                    Sur la création du Hamas, voir Palestine Hamas, le produit du Mossad ...


                                                  • JPCiron JPCiron 19 novembre 17:54

                                                    L’Article semble confirmer qu’une constante demeure  : les accords (au besoin contradictoires) pris par les « grandes puissances » (selon l’expression utilisée par Theodor Herzl), avec les uns et avec les autres, n’ont été tenus qu’avec le camp des Sionistes intégristes.

                                                    .


                                                    • CLOJAC CLOJAC 19 novembre 19:22

                                                      @JPCiron

                                                      « les accords (au besoin contradictoires) pris par les « grandes puissances » (selon l’expression utilisée par Theodor Herzl), avec les uns et avec les autres, n’ont été tenus qu’avec le camp des Sionistes intégristes. »

                                                      Dystopie ou prosopopée ? Herzl est mort en 1904 !
                                                      Les Anglais n’ont pas respecté leurs accords avec les sionistes, et croyant amadouer les Arabes, ils ont du se battre sur 2 fronts. Plus tard les Américains, qui n’étaient pas partie prenante au deal initial, les ont remplacés.

                                                      Avant la fin de WW2, l’Irgoun appuyé par le groupe Stern s’oppose aux Anglais contre l’interdiction de l’immigration des Juifs en Terre d’Israël. Avec la Haganah les sionistes entrent en lutte armée contre l’administration et les soldats britanniques. Le 6 novembre 1944, le ministre-résident Lord Moyne est éliminé au Caire par des membres du groupe Stern.

                                                      Le 22 juillet 1946, une bombe de l’Irgoun contre l’hôtel King David, centre de l’administration britannique à Jérusalem, fait 92 morts malgré l’avertissement donné avant l’explosion.

                                                      Malgré leurs 100 000 hommes en Palestine, les Britanniques sont démunis face à cette violence qu’ils ne peuvent pas plus mater que la révolte arabe concomitante. Face aux coups reçus, ils décident en février 1947 de mettre un terme à leur mandat et de remettre la « question de la Palestine » à l’ONU. 


                                                    • JPCiron JPCiron 20 novembre 08:54

                                                      @CLOJAC

                                                      Herzl est mort en 1904 ! >

                                                      Ce qui importe, c’est son esprit !

                                                      https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/le-viol-de-nos-actuels-principes-214231

                                                      .


                                                    • CLOJAC CLOJAC 20 novembre 09:41

                                                      @JPCiron

                                                      « Herzl est mort en 1904 ! >

                                                      Ce qui importe, c’est son esprit ! »

                                                      C’est combien la consultation pour faire tourner le guéridon ? smiley


                                                    • OMAR 19 novembre 20:49

                                                      Omar9

                                                      .

                                                      Le fuhrer et le maréchal

                                                      .

                                                      Un conte facho pour une réalité tragique que les bien-frustrés d’aujourd’hui drapent d’un petit mufti parachuté par les anglais, experts dans la manipulation et la perfidie.

                                                      .

                                                      Dés lors, et pour reprendre les propres termes infâmes, mensongers et fourbes de cet assassin de Netanyahu, ce mufti est arrivé jusqu’à faire pression sur Hitler, pour le persuader de mener l’extermination des juifs européens, pendant la seconde guerre mondiale.

                                                      https://www.cnews.fr/monde/2015-10-21/netanyahu-accuse-un-mufti-palestinien-davoir-provoque-lholocauste-714063

                                                      .

                                                      Eh oui, avec un peu d’imagination, le Chef du Gouvernement Collaborateur de Vichy, c’est Mohammed Amine Al Husseini.

                                                      Les rafles, Drancy, les déportations, c’est lui.

                                                      Et demain, la Shoah, ça sera encore lui, le vrai, le grand criminel et coupable..

                                                      .

                                                      Pauvre Histoire frelatée juste par haine de l’Islam et des musulmans...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès