• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Gentil et le Méchant

Le Gentil et le Méchant

Qu'est-ce que la méchanceté ? ... Posons d'emblée l'idée qu'il existerait une méchanceté, un mal en soi. Peut-on être plus clair-obscur ? ... Et réciproquement avec la gentillesse et le bien : ce sont des notions qui peuvent fédérer, mais dans lesquelles chacun fourre ce qu'il veut. La preuve ? ... Ça n'est pas parce que sur Terre nous avons été plusieurs à en parler, que la question de l'harmonie universelle est réglée.


Source développeur

 

Cette harmonie d'ailleurs, est-elle désirable ? ... Les dystopies sont là pour nous faire douter de leur désirabilité, etc. Donc bon : on ne philosophe pas avec une moralisation manichéenne, ou plutôt ça partait dans un manichéisme philosophique, une bipolarité sommaire. Je demande une réflexion ! ...

Par exemple, Jules trouve Jean méchant de lui soutirer son jouet. Sauf que Jean, c'est le père de Jules, Jules qui faisait n'importe quoi avec son jouet, ou bien alors qu'il est l'heure de manger. Jean est-il méchant pour autant ? ... Dans la pulsion de Jules, certainement, au moins pendant une seconde. Mais Jules n'a que quatre ans, et on se fiche qu'il s'imagine Jean idiot pendant une seconde.

Je pense qu'il faut relayer cela à la question plus générale des mœurs. Il est "bon" de partager des mœurs communes, justement pour que nous soyons d'accord pour cohabiter harmonieusement (pour que nous fassions "communauté" dans un sens communautarien, et non communautariste).

C'est ainsi qu'il peut être mature de partager "le manichéisme communautarien", du moins tant qu'on ne veut pas passer pour un intello, avoir à négocier, être sur la brêche, ni se marginaliser en effet. En fait, on défend ainsi un sentiment/besoin d'appartenance.

Seulement, même là, il se peut que les cas de figure jouent. Par exemple, le chef de la communauté peut-il se passer de ruser et effrayer, à la manière du renard et du lion chez Nicolas Machiavel ? Contrairement à ce que l'on dit, sa philosophie politique n'est pas une incitation à faire n'importe quoi, trahir et brutaliser, par contre c'est un réalisme disant qu'à un moment donner rester purement moral, c'est se tirer une balle dans le pied, quoiqu'on ait rarement intérêt à l'immoralité diplomatiquement, par exemple mentir, bien que ne-pas-tout-dire ou présenter-les-choses-sous-tel-angle - manipuler la vérité - n'est pas exactement mentir non plus. Et puis, si le gouvernant ne se fait pas craindre de ceux qui veulent le renverser au moins (les autres pouvant être supposés-alignés, sachant qu'il y a des alignements stratégiques toujours prêts à renverser le pouvoir ...) il n'est pas crédible comme gouvernement : on le voit manifestement en France entre LREM, son usage de la police, les Gilets jaunes, et leurs dérives. Je dis cela à titre d'exemple directement expérimentable, et non pour rentrer dans la polémique.

Cela dit même quand on n'est pas un gouvernant, il arrive que nous devions louvoyer, encore que dans l'idéal on préfère(rait) être le plus heureux dans le Meilleur des Mondes possible (Leibniz, Voltaire - Candide - et Huxley au diapason ...). Mais le fait est que la méchanceté peut aider. Pour commencer, j'aime beaucoup son étymologie : mé-chéance, "qui tombe mal". En fait, le méchant, c'est toujours celui qui - pour "moi" - tombe mal, et ainsi les Gilets jaunes de mal-tomber pour LREM, et réciproquement, toujours pour l'exemple sans entrer dans la polémique.

Finalement, ce qu'on appelle la maturité de la conciliation universelle, me semble un manque de réalisme, un idéalisme, aussi rude et triste soit mon réalisme, tandis que c'est cette rudesse et cette tristesse réalistes, que j'appellerai matures.

Ceci étant, on ne fait confiance qu'aux personnes qui nous font du bien honnêtement. Une personne qui te fait du bien malhonnêtement, tu peux en profiter, mais si tu as conscience de sa malhonnêteté tu ne lui fais pas confiance, sauf à être stupide ou bien à adhérer à "ses valeurs truandes" en faisant pareil.

Au final, donc, chacun cherche sa paix à mon avis, mais c'est précisément cela, même mâtiné de grands idéaux universalistes, qui provoque des tensions voire des guerres. Tout simplement parce que personne ne définit exactement le bon et le mauvais de la même manière, ne serait-ce que parce que le plaisir de l'un peut prendre sur celui de l'autre, et ainsi de suite. Le conflit arrive fatalement (c'est le cas de le dire), et c'est un effort constant voire impossible, de l'éviter dans l'absolu.

Le contraire, d'ailleurs, me semblerait totalitaire (dystopique).

 

 

 

__________________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Ne fait pas à autrui, ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse. Et si la personne est maso et recherche les « frustrations » ?...



    • @Marzhin Tavernier

      Très intéressant et tout à fait crédible.


    • Tout est dans : Malaise dans la civilisation de Freud. Freud n’a jamais cru à la possibilité d’un monde sans guerre.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 juillet 10:45

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        En effet, Freud considérait qu’en nous dépouillant des acquisitions de la « civilisation », fruit du long processus d’hominisation, la guerre ne faisait que mettre à nu l’homme originaire qui est en nous.
        Dans « Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort », Freud a expliqué que nous descendions d’une longue lignée de meurtriers qui avaient dans le sang le plaisir au meurtre, comme peut-être nous-mêmes encore. L’homme originaire survivrait en nous, dans notre inconscient, inchangé.
        En nous comparant aux autres animaux, Freud nous a considérés comme étant le plus cruel et le plus mauvais, pratiquant le meurtre comme quelque chose qui allait de soi. Une sorte de « péché originel » ?


      • machin 19 juillet 10:58

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        mais Freud est un faussaire...


      • @machin

        c’est surtout Bernays qui faisait du traffic de fausse monnaie (son beau-frère).


      • machin 20 juillet 05:06

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        On ne parle pas de la même chose...
        Freud en plus d’être un faussaire était aussi un taré.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 juillet 10:36

        Oui-oui gentil, lutins méchants !


        • pallas 19 juillet 10:52
          Marzhin Tavernier

          Bonjour,

          Nous vivons dans une société dysfonctionnel.

          La France est 3 emes mondial en ce qui concernele classement sur la pédophilie, et des plus drogués de la planete.

          Notre nation renferme un taux de malades mentaux, troubles bipolaires et formes diverses de schizophrénies extrêmement élevé.

          La violence des enfants entre eux, ainsi que les actes d’agressions sexuels commence des l’ecole primaire, je ne parle que des gamin(e)s entre eux !!!

          Il ne s’agit pas de bien ou de mal, mais plutot des etres inaptes à survivre, ayant un cortex préfontal soit inexistant ou peut developper.

          L’OMS est parfaitement au courant, La Corée du Sud à pris le probleme sérieusement, le Japon aussi.

          Ces deux nations sont conscients qu’ils ce jouent leurs propres survient.

          La France est morte, fini, un exemple qui fait froid dans le dos et fait réfléchir les autres dont La Russie (Poutine prend cela au sérieux, suffit de l’écouter).

          Sa n’est pas de la dystopie, harmonie, utopie, c’est juste la loi de la nature.

          Salut


          • D’un point de vue éco« logique », les Verts pourraient être considérés comme les gentils (idéalisation de la nature mais aussi paradoxalement de ce qui est anti-naturel comme la mariage pour tous, la PMA et la GPA,....l’enfer pavé de bonnes intentions) contrairement au Décroissants qui veulent réguler, restreindre et donc se faire violence,...eux par contre sont opposés à l’égalitarisme sociétal (vu par conséquent comme les « méchants », idéologie malthusienne mais sans application directe).


            • Seule la sagesse nous élève au dessus du mal. Celle consistant à penser que l’homme n’est ni tout à fait blanc, ni noir. M’adressant à Pallas. C’est paradoxalement les pervers qui remettent le « bien » à l’honneur. S’il n’y avait pas eu l’affaire Dutroux, on ne parlerait certainement pas de pédophilie et surtout dans les églises. Seulement, rien ne permet de dire que les actes pédophiles sont moins nombreux. Seulement, on en parle plus.


              • pallas 19 juillet 11:26

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                Bonjour,

                Lors des grandes heures de la navigation (les baleiniers), le navire était considéré comme la Mere (le foyer), les hommes d’équipages n’avaient de reves que de retrouver leurs familles, ce raccrochant à retrouver leurs vrai foyers (leurs femmes).

                Les femmes faisaient vivre la cité, travaillaient, éduquaient, etc etc, souffraient du manque de leurs hommes, elles faisaisent ce qu’elles devaient faire.

                Sa a toujours été comme ça, il ne s’agit pas de bien et ni de mal, des gens respectables, pouvant mourir de maladies n’importe quand agissant normalent.

                La vie n’était pas facile autrefois, mais les individu(e)s avaient dans leurs chairs inscrit la conception de l’existence.

                Le psychopathe, schyzophrene, et autres demeurés mentaux n’avaient pas une chance de survivre.

                C’est un grand retour au monde réel.

                Les femmes et hommes actuels, enfin je devrais ces cloportes, ne connaissent rien du sexe, du désir, de l’intimité, de l’amour, juste des choses, stériles, débiles.

                 smiley

                Salut


              • @pallas

                Pas tous Pallas, pas tous,



                • pallas 19 juillet 13:51

                  Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Bonjour,

                  Les individu(e)s ce croient forts, pouvant usé de malice, se pensant pour des dieux invulnérables.

                  La France est composé essentiellement de sociopathes (parasites), des demeurés juste des ratés génétiques.

                  Je regarde, maintenant les choses sérieuses vont commencer, survivre par sa moi meme, uniquement par ces propres moyens.

                  Le plus apte survie et le non apte disparait.

                  C’est un retour à la normal, la selection naturel, purement génétique, la nature.

                  une autre époque, j’aurais bien aimé discuter avec Kafka, toi aussi, vous deux.

                   smiley

                  La conscience ......, tu l’a, à une autre époque, j’aurais bien aimé discuter avec Kafka et toi aussi, vous deux attablé sur une table en cette heure.

                   smiley

                  Sa aurait été plaisant, la date, en ce mois de juillet 1939.

                  Montrant mon grand sourire.

                  Salut

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès