• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le grand désenchantement

Le grand désenchantement

On doit à la vérité d’écrire que l’opposition à Macron fait de la patinette ( nous ne parlons pas ici de la pseudo opposition de Droite qui se contorsionne dans le grotesque pour fournir de l’aliment à son opposition de principe, ceux-là se contentent de se ridiculiser en haussant le ton devant des mesures que même dans leurs rêves les plus hauts ils auraient été incapables de prendre )

On peut déplorer l'échec relatif des luttes contre la politique régessive du gouvernement surtout si, dans une certaine mesure, on est la victime de la politique macronienne mais un constat s’impose : les diverses manifestations de protestation du mois de mai ont abouti à un four indéniable du moins par rapport aux espérances proclamées même s’il est très exagéré de parler de fiasco.

Cette triste réalité est difficilement acceptable et même carrément incompréhensible pour toute personne qui combat pour l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens et a fortiori pour éviter la spirale négative qui s’abat sur le fruit de décennies de combats collectifs victorieux.

Et pourtant il va bien falloir à Gauche analyser la situation qui voit la passivité du plus grand nombre tordre le cou aux activistes.

La parfum de la défaite n’est peut-être pas encore fort prégnant et d’ailleurs il est de bonne guerre de ne jamais l’admettre mais ses effluves commencent à chatouiller les narines les plus aguerries.

Un observateur sympathisant certes mais moins engagé en l’espèce ne peut qu’en faire l’affligeant constat sans se résigner à la réalité car le changement auquel aspirent ceux qui ont choisi de résister est un long combat fait d’insuccès et espérons-le de succès parfois inattendus voire inespérés.

On se doit de déplorer l’incapacité des leaders d’opinion de la Gauche syndicale ou politique à rassembler les foules, leur leadership ne fait plus recette ou, ce qui est pire, n’est plus considéré comme suffisamment crédible.

On cherchera en vain l’explication dans des querelles d’égos : si le peuple était en colère ou s’il cherchait vraiment à exprimer sa rage, peu lui importeraient ceux qui conduiraient sa révolte car c’est dans le combat qu'émergeraient les vrais leaders.

On peut donc en déduire que le peuple de Gauche n’est plus en mesure de manifester sa colère et qu’il est résigné, assoupi par un fatalisme auquel sa longue histoire ne nous avait pas habitué.

En tout cas par son inaction il démontre la faiblesse des canaux traditionnels pour encore porter des revendications légitimes sans doute mais plus porteuses.
Dès lors se pose la question : sont-il encore des vecteurs appropriés ?

Alors que faire ?

C’est, je pense, le premier devoir des penseurs de la Gauche de théoriser une riposte qui ne fasse pas long feu et qui s'écarte des sentiers battus et rebattus.

En tout cas, dans un premier temps, les organisations syndicales et la Gauche en général ne peuvent éviter pas de s’interroger sur l’adéquation des modèles de contestation qu’elles proposent à la population.

 

Mélenchon avait fait preuve de créativité à l’occasion des élections présidentielles avec par exemple son meeting holographique ou en ouvrant aà la base les ateliers qui devaient servir à confectionner le programme des Insoumis : son résultat impressionnant chez les plus jeunes est peut-être aussi dû à son recours de ces formes de technologie avancée.

Les syndicats au demeurant n’ont plus qu’une représentativité fantasmée, le taux de syndicalisation étant en France au niveau que l’on sait et qui doit être un des plus bas d’Europe.

En l’occurrence Macron profite donc des portes qu’on lui ouvre toutes grandes pour mener une politique qui est celle que ceux qui ont favorisé son ascension attendait de lui.

Qu’importe s’il a réuni sur son nom à peine un quart des suffrages exprimés au premier tour de l’élection présidentielle et qu’ajouté aux 20 % de Fillon, cela ne fasse toujours pas une majorité, le résultat du système présidentiel est implacable et ne laisse que des miettes aux vaincus.

En septembre dernier Mélenchon avait cru pouvoir amener de véritables marées humaines dans la rue.

Il s’est trompé et l’a reconnu.

Il faut dire qu’il avait fait l’objet d’une campagne de dénigrement bien orchestrée qui continue d’ailleurs, certains petits malins disséquant ses dépenses de campagne pour trouver la fissure dont ils font une faille en sollicitant les chiffres et les faits mais c'est en quelque sorte la rançon de la gloire.

S'il était insignifiant on en chercherait pas à le dévaloriser.

Néanmoins les thèmes du pouvoir d’achat des travailleurs, le maintien du statut des cheminots ou de la sécurité sociale du plus grand nombre ne semblent pas davantage faire recette comme si le peuple de France s’était résigné à affronter comme une nécessité absolue les bouleversements sociétaux qui vont en accabler certains d’entre eux pour le bénéfice même pas assuré d’une minorité.

Peut-être les organisateurs de ces manifestations se trompent-ils d ‘époque ou ont-ils zappé l’évolution d’un peuple démissionnaire.
 

Le résultat est là, la convergence des luttes est un pétard mouillé, on peut supposer si l’on est un rien nostalgique que c’est l’accumulation des abandons successifs qui a coupé l’élan d’un peuple autrefois combatif et aujourd’hui fataliste comme s’il n’existait aucune possibilité d’échapper au destin que l’on lui trace.

Et quand des groupes d’étudiants organisés mais ultra-minoritaires occupent les facultés dans une sorte de romantisme mécanique rappelant mai 68, ils ont oublié la dialectique de l’action politique et qu’ils sont avant tout des petits-bourgeois privilégiés qui jouent à la politique mais n’en font pas.

Documents joints à cet article

Le grand désenchantement

Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 1er juin 2018 09:58

    Bonjour, Elliot

    Excellent et lucide constat de la situation socio-politique à gauche.

    Un constat hélas consternant car il pointe du doigt l’évidente résignation qui s’est emparée d’une population incapable de se mobiliser, ouvrant ainsi toute grande la porte aux contre-réformes orchestrées par Macron.

    Comme Ruffin, je pense qu’il est devenu urgent à gauche de sortir des clivages pour aller vers une alliance de nature à débarrasser l’opposition FI de l’étiquette « extrémiste » disqualifiante qui lui est accolée sans cesse par les médias et qui la confine dans un rôle d’« idiot utile » du macronisme.

    Cela passe par un accord de programme commun avec ceux et celles, au delà de la FI, qui sont prêts à faire taire leurs divergences pour mettre sur pied une véritable alternative électorale à LREM.

    Cela sera-t-il pour autant suffisant ? Nul ne le sait. Mais rester sur le statu quo est une faute politique.


    • HELIOS HELIOS 1er juin 2018 12:05

      @Fergus

      ***** Cela passe par un accord de programme commun avec ceux et celles, au delà de la FI, qui sont prêts à faire taire leurs divergences pour mettre sur pied une véritable alternative électorale à LREM *****



      Vous devez rigoler en ecrivant cela.

      Les italiens l’ont fait et au lieu de chercher ce en quoi l’operation serait efficace, on leur cherche des poux sur la tête !!!

      En fait vous préférez -mais je fais des suppositions à partir de ce que je lis de vous sur ce site- ... donc vous préférez une dictature de la pensée unique et/ou de l’auto soumission très facile à supporter plutot que la liberté et la souveraineté beaucoup plus difficiles a conserver. 

      Au nom de cette pensée unique vous nous présentez de hautes valeurs humaines en oubliant que les valeurs s’appliquent sur un espace défini et délimité... rappelez vous Pascal : « ... vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà. »

      Rassurez moi, signeriez-vous en bas d’un accord entre FI et le FN ????

    • Fergus Fergus 1er juin 2018 13:02

      Bonjour, HELIOS

      « Rassurez moi, signeriez-vous en bas d’un accord entre FI et le FN ???? »

      J’ai parlé de « gauche », non ? Pas de droite nationaliste et xénophobe !

      Pour ce qui est de l’Italie, j’ai du mal à croire que la Ligue et M5S puissent fonctionner ensemble tant il y a de divergences entre ces deux-là sur des points majeurs. D’une certaine manière, c’est précisément comme s’il y a avait un accord entre le FN et la FI.


    • zak5 zak5 1er juin 2018 13:35

      @Fergus
      entre le FN et la FI.

      bof ! il y a bien accord entre une certaine branche des FI et l’islamisme, voir même avec les indigènes de la république et sa caricature houria

      si la gauche ouvre le bal, crée une mode, et se permet de lier des alliances avec l’ultragauche (que tout le monde sait violente, totalitaire et antisémite), pourquoi ne pas envisager d’autres alliances contre nature du meme acabit ?


    • petit gibus 1er juin 2018 10:46
      « Alors que faire ? »

      Je n’entrevoie bien qu’une solution
      Faire appel aux biochimistes 
      pour changer la nature humaine smiley

      • Albert123 1er juin 2018 11:15

        « le peuple de Gauche n’est plus en mesure de manifester sa colère »


        vous voulez dire les idiots utiles de la gauche, ceux qui la mettent au pouvoir pour gémir ensuite.

        « si le peuple était en colère ou s’il cherchait vraiment à exprimer sa rage, peu lui importeraient ceux qui conduiraient sa révolte car c’est dans le combat qu’émergeraient les vrais leaders. »

        avec un leader maximo qui « ne peut pas vivre dans un pays de blonds aux yeux bleus », non merci effectivement, au sein du peuple il n’y a malheureusement pour la gauche pas que des idiots utiles à tendance suicidaire.

        « son résultat impressionnant chez les plus jeunes est peut-être aussi dû à son recours de ces formes de technologie avancée. »

        c’est évident que ce n’est pas lié au haut niveau de conscience politique des moins de 25 ans, il fallait bien une esbroufe technique et des effets spéciaux pour donner le change.

        Un soudain amour pour le foot fustigé a peine plus d’un an auparavant permet également de se présenter à Marseille.

        bref des grosses ficelles pour piéger les cons, ce qui en dit long sur le véritable cynisme des portes paroles de la FI et la manière dont ils instrumentalisent les émotions de leur « fanbase ».


        « Le résultat est là, la convergence des luttes est un pétard mouillé »

        pas étonnant quand les idiots utiles de la gauche passe leur temps à accuser les autres de fascistes dans une logique d’inversion accusatoire des plus nauséabonde.






        • Jeff Parrot Jeff Parrot 1er juin 2018 12:17

          les militants de gauche doivent rapidement faire leur auto-critique : sur le voile, les LGBT, l’anti-racisme, le greenwashing, et bien identifier au sein de la gauche les neo-conservateurs (et les virer) plutot que de fantasmer sur les 5% de fachistes/homophobes/sexistes/antisemites sans pouvoir au sein de la societe francaise, bref, ya du boulot ! Et ca c’est juste pour l’ideologie !

          Dans la pratique, l’americanisation du pays est peut-etre suffisemment achevee et le pays suffisememnt fragmente pour que les gens pensent « a quoi payer et etre solidaire pour des gens qui ne partagent aucune de mes valeurs, voire combattent les miennes ».


          • zak5 zak5 1er juin 2018 13:27

            @Jeff Parrot

            « a quoi payer et etre solidaire pour des gens qui ne partagent aucune de mes valeurs, voire combattent les miennes ».

            quand on voit la gauche s’accoquiner de plus en plus ouvertement avec les islamistes, c’est tout a fait cela


          • Attila Attila 1er juin 2018 12:35

            La gauche a abandonné les classes populaires. A leur tour, les classes populaires abandonnent la gauche. Comme le dit Christophe Guilluy, il n’existe plus de mouvement politique qui représente et défende les intérêts spécifiques des classes populaires.
            .
            Jean-Claude Michéa explique que, à l’origine, la gauche parlementaire et le mouvement ouvrier n’étaient pas alliés. C’est l’affaire Dreyfus qui les a rapprochés.
            Aujourd’hui nous sommes revenus à cette situation.
            .
            S’il émerge un mouvement de contestation populaire, il ne se réclamera plus de la gauche.

            .


            • Jonas 2 juin 2018 01:08
              @Attila « La gauche a abandonné les classes populaires. »

              Ces manifestations politiques pro-immigrationnistes et pro-islamistes sont vouées à l’échec, car il y a bien longtemps que les syndicats ne défendent plus le peuple français.



            • zak5 zak5 1er juin 2018 12:57

              @ l’auteur

              On peut déplorer l’échec relatif des luttes contre la politique régessive du gouvernement

              salam alikoum frero

              comment peut-on parler d’une politique régressive quand on défend bec et ongles un patriarcat des plus réactionnaire et rétrograde, moyenageneux, qui consiste a voiler les femmes des qu’elles mettent leur nez dehors ?


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er juin 2018 13:00

                C’est en 2008 que j’étais désenchantée. Au contraire, ce château de carte qui s’écroule aurait plutôt tendance à me ravir.


                • zygzornifle zygzornifle 1er juin 2018 13:16

                  Si l’opposition de Macron est effectivement dans la rue , il n’a rien a craindre et peut dormir sur ses 2 oreilles ....


                  • zygzornifle zygzornifle 1er juin 2018 13:22

                    Et dans 4 ans on demandera aux Hanouna Nabilla et autres footeux amateur de télé réalité de faire le sursaut républicain pour élire un sans cœur qui va leur bomber le cul pendant 5 ans et ils viendront couiner dans la rue comme quoi le patron qu’ils ont élus est un mauvais garçon sans cœur qui prend se gargarise avec l’urine du veau d’or ..... 


                    • alinea alinea 1er juin 2018 13:47
                      À lire les coms ci-dessus, je crois qu’il y a déjà fort à faire en ce qui concerne la communication ! La FI et les islamistes !!! accointance ?!! elle est bien bonne ; mais, ils sont un paquet à le croire, c’est que, pour ces gens-là, il n’y a qu’un monde binaire.
                      Quant aux blonds aux yeux bleus, c’est encore le niveau en dessous.
                      Aussi, entre les œillères, l’aveuglement, la mauvaise foi, le petit peuple préfère rester la proie de l’oligarchie.
                      On ne peut pas faire boire un âne qui n’a pas soif, sûrement ces gens-là ont en leur besace une grande réserve de résignation...et d’illusion du genre : « ça n’arrive qu’aux autres ».
                      Grand bien leur fasse.

                      • zak5 zak5 1er juin 2018 13:57

                        @alinea
                        La FI et les islamistes !!! accointance ?!! elle est bien bonne ; mais, ils sont un paquet à le croire,

                        et avec raison ! Je ne dis pas que Mélenchon a des accointance avec les islamistes, pas lui, il a était très clair là-dessus, notamment concernant la carmélite islamque de l’unef. Mais dans sa barque, il y en a un paquet


                      • Albert123 1er juin 2018 16:23

                        @alinea


                        « Quant aux blonds aux yeux bleus, c’est encore le niveau en dessous. »

                        allez le dire à votre Merluche adoré qui n’hésite pas à se vautrer tout seul dans ce genre d’ignominie dans l’unique but d’instrumentaliser le vote de 8 millions de français d’origine maghrébine.

                        vous chérissez encore une fois les causes dont vous maudissez les conséquences, mais le feu aux poudres c’est encore votre idole qui l’a mis. 

                        « entre les œillères, l’aveuglement, la mauvaise foi »

                        a part l’inversion accusatoire et la réécriture permanente de l’Histoire, la seule chose que nous avons à espérer de votre clique c’est un « populicide ».


                      • Attila Attila 1er juin 2018 18:40

                        @alinea
                        «  Aussi, entre les œillères, l’aveuglement, la mauvaise foi, le petit peuple préfère rester la proie de l’oligarchie »
                        Le « petit peuple » a été trahi par la gauche et trahi par les syndicats. Il n’existe plus de mouvement auquel il fasse confiance. Et l’échec répété des revendications ne va pas l’inciter à se mobiliser.
                        Les organisations existantes sont presque toutes dépassées par la situation actuelle et n’ont pas de solution pour faire reculer la marionnette Macron.

                        .


                      • alinea alinea 1er juin 2018 23:57

                        @Attila

                        Il n’y a jamais eu de gauche en France, enfin depuis 36 pendant cinq minutes !! comment le peuple peut avoir été trahi ?
                        et le peuple, il ne peut pas bouger son cul ? Il attend papa de gauche qui , qui... quoi ?
                        C’est quoi ces conneries ?

                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 juin 2018 00:15

                        @alinea Et le peuple on lui propose quoi a gauche ? Le suicide culturel ...va te faire.


                      • kalachnikov kalachnikov 2 juin 2018 00:29

                        @ alinea

                        Donc, quand Mélenchon jette en 92 au sujet de Maastricht que c’est un bon compromis de gauche, à la face d’un coco, c’est pipeau ?

                        Ps : soit confiante, les idoles c’est fait pour être jeté à terre. On est comme soulagé d’un grand poids ensuite...


                      • Attila Attila 2 juin 2018 01:04

                        @alinea
                        « Il n’y a jamais eu de gauche en France, enfin depuis 36 pendant cinq minutes !! comment le peuple peut avoir été trahi ?

                        et le peuple, il ne peut pas bouger son cul ? Il attend papa de gauche qui , qui... quoi ?
                        C’est quoi ces conneries ? »
                        .
                        Oulà ! Y a du boulot !
                        Commencez donc par lire ça :
                        La France périphérique ou la nécessité de recréer du lien
                        .

                        Et le bouquin de Christophe Guilluy, si vous avez le temps.

                        .


                      • alinea alinea 2 juin 2018 15:07

                        @Attila
                        Je veux bien qu’il y ait fort à faire mais il ne faut pas se disculper de sa passivité en parlant de trahison !


                      • jymb 1er juin 2018 13:54

                        Une majorité de francais restent tétanisés par cette séquence délirante où, à quatre reprises, alors qu’ils avaient la possibilité de nuancer leur choix ( législatives...) ils ont livré les pleins pouvoirs à EM et sa clique arriviste malfaisante 

                        Dans l’histoire de France les pleins pouvoirs ont toujours amené des catastrophes, encore plus lorsque ceux qui les ont en main manifestent un mépris absolu vis à vis de tout ce qui n’est pas à leur genoux
                        Autour d’un million de francais, toutes pétitions confondues ont par exemple protesté contre la nouvelle vague autophobe, humiliante, cyniquement pré-budgétisée, surajoutée au carburant à 10 francs le litre ( les choses bien exprimées sont claires...) et autres perversions techniques élaborées pour pomper le plus d’argent possible ( stationnement, mercenaires en voitures radars...) 
                        La réponse a été au delà de l’indifférence

                        Je n’avais pas voté pour ces quidams
                        De manière absolue ce sera dans l’avenir tout sauf LREM 
                        Plutôt voter pour Bozo le clown

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er juin 2018 13:55

                          LE GRAND COMPLOT FM. Je constate simplement que si toutes c’est théories du complot étaient fausses, personne ne semble très pressé de démontrer qu’elles le sont. Y aurait-il quelques avantages à laisser planer le doute. Celui-ci favorisant l’augmentation de la pensée paranoïaque. D’un point de vue alchimique, il s’agirait bien d’une opération assimilable à : L’OEUVRE AU NOIR (ou le chaos organisé). 


                          • Sparker Sparker 1er juin 2018 17:44
                            Salut Elliot, constat ok mais pas sur que ça soit perdu.
                            Certes la mobilisation à l’ancienne est morte, l’appel à la grêve, les manifs de rue et dans les facs dans notre société maintenant hyper individualisée, ne font plus recette.
                            C’est maintenant que la réflexion commence et j’entend de ci de là une necessaire et autant ambitieuse qu’aléatoire « repolitisation » de la population qui s’est fait voler et la république et la démocratie par des mains arrivistes et professionnelles
                            Je pense que c’est dans les perspectives, pédagogiquement c’est un terrain à explorer et à developper.
                            Certainement faut-il le dégager des trucs du genre « convictions personnelles » ou autre « conscience politique » et autre « devoir républicain » mais remettre la politique à sa place, celle de faire fonctionner la société avec un maximum d’adhésion de chacun et non plus une espèce de bras armé des ismes, nationalisme entre autres rassemblement d’un autre temps.

                            C’est encore un peu flou certes, mais le 20eme siècle n’est pas encore tout a fait mort sur le plan de « l’action politique » et traine donc encore ses vielles marottes qui ne font plus recette.
                            Mais de recette elle n’en font plus pour personne, Macron à bénéficié d’une faille dans laquelle il à su se glisser, il le dit lui-m^me qu’il à été élu par effraction et sait que ses 16% de relative adhésion ne pèsent rien donc il fonce dans le tas, il(ils) n’a(ont) pas le choix.
                            Mélenchon en est le digne exemple de cette mutation à venir, il ne durera plus trop longtemps mais suffisamment pour allumer la mèche de la transition, il n’y a que la FI qui est créative politiquement même si des critiques peuvent être émises il n’y a pas trop de mouvements qui aient cette dynamique.
                            Mélenchon à encore de vieux réflexes mais il a le mérite d’être là et de faire le job même si ça ne correspond plus à son logiciel (comme on dit) mais il tente la mutation et l’adaptation. Ca ouvre une porte qui était dérobée aux regards.
                            Je pense qu’il faut arriver non pas à faire monter les gens en politique mais à faire descendre le politique dans les gens sans qu’il soit pour autant embriguadés et en combat contre ceux qui ne « pensent » pas comme eux, ça aussi c’est un critère à balancer : « la pensée politique ».
                            Nous entrons dans une vaste période ou c’est le réel et non pas « l’idée qu’on s’en fait » qui va dicter notre conduite à venir et à tenir, les idéologie ont fait leur travail, bon ou mauvais, mais l’idéologie ne peut plus guider l’action.
                            Tant que nous n’avions pas conquis l’ensemble de la terre, les délires ambitieux conquérants soutenus par des constructions idéologiques opportunes étaient possible, le monde était vaste. De nous jours, la « terre pleine d’humain et de ses actes » se rétrécie chaque jour et nous ne pouvons plus agir dans le même esprit, c’est cela qu’il faut comprendre il me semble.


                            • Elliot Elliot 1er juin 2018 18:55

                              @Sparker

                              Je ne pense pas non plus que c’est perdu. 

                              Il faudrait que l’on accorde un peu plus d’attention au combat culturel, ce qui aurait en premier lieu évité de se retrouver qu’on le veuille admettre ou non en situation d’échec.

                              C’est tout de même un comble de laisser à Marion Maréchal ex le Pen le privilège de tirer les conclusions de la théorisation par Antonio Gramsci de la suprématie culturelle nécessaire au triomphe ( pour lui de la cause ouvrière ) de ses intérêts politiques ou de ceux dont elle est censée porter les couleurs.

                              Je crois effectivement que Mélenchon est capable - pour quelques années encore - de porter le changement et d’abord dans la manière, il l’a démontré pour les Présidentielles.

                              ll a maintenant expérimenté ou il va devoir le faire les limites de la politique à la papa,.
                              Cela devrait logiquement déboucher sur un changement des stratégies de conquête du pouvoir.


                            • titi 1er juin 2018 22:28
                              Moi je suis un adepte du rasoir d’ockham...

                              Si l’opposition à Macron ne se mobilise pas, c’est qu’elle n’existe pas.
                              Et derrière les Français qui râlent tout le temps contre l’omnipotent gouvernement, ce cache une réalité : pour la très grande majorité des Français, la soupe de la maison France est bonne.

                              D’ailleurs si ce n’était pas le cas, les migrants iraient dans l’autre sens.

                              • Fergus Fergus 2 juin 2018 09:41

                                Bonjour, titi

                                « pour la très grande majorité des Français, la soupe de la maison France est bonne. »

                                En tous les cas, pas si mauvaise ! C’est exactement le fond de ma pensée sur le ressenti des Français. Et cela explique très largement l’apathie de nos compatriotes.

                                Nous sommes de bords politiques différents, mais sur cette analyse, je vous rejoins. La différence entre nous est que vous vous en félicitez alors que je m’en désole.


                              • Legestr glaz Ar zen 2 juin 2018 10:30

                                @titi

                                Effectivement, pourquoi faire compliqué lorsque l’on peut faire simple. 

                                Faire simple c’est s’accaparer les moyens de communication, presse, journaux, radios, TV. Les puissances de l’argent ont tout investi. Elles peuvent faire passer les messages qu’elles souhaitent. Elles peuvent manipuler l’opinion à loisir. Elles peuvent vous « lobotomiser ». 


                                L’influence des médias sur « l’opinion » n’est plus à démontrer. Dans ces conditions les puissances de l’argent ont de beaux jours devant elles. 


                                les médias alimenteraient en fait un système à un niveau macroscopique. Pour Adorno, notamment, ils contribuent à renforcer le capitalisme, un monde de consommation et les idéologies qui gravitent autour. Ils aliéneraient les individus par rapport au système. Nous baignons dans une idéologie avec tout un socle d’idées reçues et de modes de fonctionnement implicites : création de besoins, réification de l’idée de « réussite » et de celle de « progrès » au critère financier, idéologie de croissance, augmentation de la consommation, etc.
                                les enjeux économiques dicteraient le fonctionnement des médias d’information, nourrissant les logiques de scoop, d’exclusivité, de « buzz », de quantité (et simplicité) au détriment de la qualité, etc. Ainsi en découlent des mécaniques de mise en récit, des stratégies de séduction… Celles-ci favorisent ce qui est vendeur (et donc dehors des débats de fond, de la complexité, de tout ce qui pourrait apparaître comme ennuyeux).

                                Une conférence de 3 heures de François Asselineau c’est ennuyeux et non vendeur. 




                              • titi 3 juin 2018 00:44
                                @Ar zen

                                Tant que vous considérerez que votre manque d’audience est du aux gros-méchants-capitaliste-europésite qui manipule les masses, ou au manque d’intelligence de vos auditeurs vous n’avancerez pas.

                                Lorsqu’on échoue, chercher systématiquement la responsabilité chez « l’autre » est un vrai manque de maturité.

                              • titi 3 juin 2018 00:48

                                @Fergus


                                « La différence entre nous est que vous vous en félicitez »

                                Je ne m’en félicite pas.

                              • Attila Attila 3 juin 2018 16:43

                                @titi
                                "Tant que vous considérerez que votre manque d’audience est du aux gros-méchants-capitaliste-europésite qui manipule les masses, ou au manque d’intelligence de vos auditeurs vous n’avancerez pas.

                                Lorsqu’on échoue, chercher systématiquement la responsabilité chez « l’autre » est un vrai manque de maturité."
                                .
                                La quasi-totalité des médias est possédée par les puissances de l’argent. C’est un fait :
                                .
                                95% des suffrages exprimés au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 se sont portés sur des candidats menteurs, manipulateurs, profiteurs, égoïstes, irresponsables, voire escrocs, fripouilles, corrompus jusqu’au trognon et traîtres : FillON, MacrON, HamON, MélenchON, DupONt-Aignan, MariON Marine Le Pen !
                                « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice ».
                                George Orwell.
                                .
                                Dans ces circonstances, l’UPR a fait ce qu’elle a pu. Sans doute pourrait-elle faire mieux après l’expérience de 2017. Mais il faudrait pour cela une aide plus importante de la part de citoyens adultes.
                                titi, qu’attendez vous pour les rejoindre ou faire un don ?

                                .

                              • Legestr glaz Ar zen 7 juin 2018 07:54

                                @titi

                                Le manque de maturité c’est bien de croire que les gens ont leur libre arbitre.

                                N’importe qui aurait été élu s’il avait été mis dans les conditions de Macron. Ses « qualités », ses « compétences », sa « vision » n’ont pas interféré sur le mode d’action mis en place pour le porter à la présidence de la République.

                                Si François Asselineau avait été promu de la même manière que Macron, il serait président de la République. 

                                Titi, vous vous cachez derrière votre petit doigt ou alors vous êtes d’une naïveté insondable.

                              • Attila Attila 4 juin 2018 18:53
                                Pour les médias, l’UPR ne peut rien faire, n’ayant pas les moyens de racheter la chaîne publique France 4 qui devrait être mise en vente.
                                De plus, sollicitant le suffrage des électeurs et ayant besoin de passer dans les télémerdes, l’UPR est coincée pour lancer une opération de communication visant à détruire la réputation des médias.

                                Ce travail de communication pour détruire la réputation des médias devrait être fait par d’autres, c’est indispensable. L’UPR avait réalisé une campagne d’affichage lors de la présidentielle de 2017 qui avait bien marché, même BFMWC en avait parlé : 200000 affiches avaient été collées.
                                Qui veut se lancer ? Alors les révolutionnaires derrière leurs claviers ?

                                .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès