• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le grand méchant capitalisme

Le grand méchant capitalisme

De même que lors de débats virulents sur des thèmes politiques ou culturels sur Internet, on atteint au bout d’un moment le point Godwin quand l’un des participants accuse l’autre de nazisme, pour les débats d’ordre plutôt économiques ou écologiques, on atteint un point où, devant la complexité des questions soulevées, l’un des participants prononce une phrase fatidique « tout cela c’est la faute au capitalisme » ou au système capitaliste ou pour faire court "au système" ou encore, expression mise à la mode par certaines tendances du FN et par les « Patriotes » de F Philippot, à « l’oligarchie mondialiste » qui a remplacée la « finance juive mondiale » avec ses forts relents d’antisémitisme.

Bien sûr, c’est pratique d’avoir une explication globale pour tout ce qui ne va pas dans notre monde et cela permet de rassembler assez largement sous une même bannière, des membres des « black blocs », gauchistes, écolo-radicaux, mélenchonistes aux personnes à l’aile gauche du PS. On a à faire ainsi à une autre forme de point Godwin, Hitler étant simplement remplacé par le capitalisme. D’ailleurs un certain nombre de gens vous servent une analyse marxiste supposée prouver qu’Hitler n’était qu’un sous-produit du capitalisme.

Un thème du Parti Socialiste a été qu’il fallait « rompre avec le capitalisme », idée fleurant bon les années Mitterrand et qui a justifié la vague de nationalisations du programme commun et de dénationalisations consécutives sans apporter aucun changement notable sinon un début d’envolée de la dette publique et une série de scandales politico-financiers retracés dans des livres comme « Mitterrand et les 40 voleurs » de Jean Montaldo. Par la suite, on a eu une nouvelle version avec le "notre ennemi, c'est la finance" de F Hollande suivi de reculs et contradictions semblables.

Si lors d'un débat vous n’êtes pas d’accord avec ce genre de mise en cause systématique du capitalisme, vous pouvez toujours demander une définition claire de ce que votre contradicteur entend par le capitalisme : s’agit-il des institutions garantissant un marché libre, du droit de propriété, du droit d’entreprendre, de faire du profit et de le réinvestir, accumulant ainsi le capital productif et donc de la propriété privée des moyens de production. Personnellement, j'ai obtenu des réponses assez vagues.

Ainsi récemment, lors d’un débat sur Marx sur AgoraVox, j’ai eu droit à une réponse intéressante à mes questions insistantes sur la nature du capitalisme : « La plus grande ruse du diable est de vous persuader qu’il n’existe pas. C’est un peu la même chose pour le capitalisme ». Il est paru clairement que pour pas mal de gens à gauche, le capitalisme avait repris le rôle de la figure du diable, utilisé dans le passé lors de procès de l’inquisition et autres.

Cette déclaration jette une certaine lumière sur les parallèles faits par certains entre les procès en sorcellerie de la fin du Moyen Âge et les procès de Moscou initiés par Staline ou les séances d’autocritiques dans des camps de rééducation du maoïsme, en Indochine ou à Cuba. Dans ces différents cas, on utilise des concepts comme le diable, l’impérialisme, le capitalisme ou la classe bourgeoise qui ont des contours très flous. Un intellectuel utilisant toutes les ressources de la langue de bois pouvait ainsi prouver à l’aide d’un peu de torture carcérale que l’accusé, un koulak par exemple, fils de paysan, avait une mentalité « petite bourgeoise » et qu’il était un ennemi de classe.

Par certains côtés, le capitalisme n’est pas quelque chose de vraiment nouveau. On trouve par exemple des formes de libre marché en Mésopotamie autour de l’an 3000 avant JC. et plus tard dans les cités grecques qui pratiquaient également une forme de libre échange. On peut noter dès ces époques reculées que le libre échange s’accompagnait d’un espace de liberté laissé par les Etats aux commerçants et entrepreneurs alors qu’un contrôle étatique sur les marchés comme en Egypte autour de l’an 3000 avant JC ou dans l’empire Perse au temps des cités grecques s’accompagnait d’une diminution de ces libertés.

Cela a été le cas tout au long de l’histoire. Ainsi dès le Moyen Age, le développement du commerce dans les villes et les grandes foires s’est accompagné d’un recul du pouvoir féodal et d’une plus grande liberté accordée aux individus, ce mouvement se renforçant dans les villes du nord de l’Italie avec les débuts d’institutions financières. D’une façon générale, les pays comme l’Angleterre et l’Europe occidentale qui ont développé une forme de capitalisme allant avec le libre marché à partir du 17ème, accordaient plus de liberté à leurs sujets que l’Europe de l’Est ou la Russie où ces formes de capitalisme sont beaucoup plus tardives.

Contrairement à une image répandue, la vie dans les campagnes avant l’industrialisation n’était pas idyllique, c’est même une des raisons pour laquelle de nombreux travailleurs journaliers qui vivaient tout juste au dessus de la misère, sont partis vers les villes. Au 17ème siècle, Fénelon comme Vincent de Paul dépeignent la misère noire qui était répandue dans campagnes sous le règne de Louis 14, la situation s’améliorant quelque peu au 18ème siècle avec les débuts de l’industrialisation.

Bien sûr, il ne s’agit pas de défendre le travail des enfants qui existait par ailleurs à peu près partout dans les campagnes et d’autres innombrables injustices, simplement il ne faut pas fabriquer un bouc émissaire « le capitalisme », auquel on attribue tous les mots de l’humanité, ce qui est un signe de paresse intellectuelle.

Ceux qui voient dans le capitalisme la source de tous les maux diront que la révolution industrielle en Europe a été le théâtre de l’exploitation de l’homme par l’homme. Ce n’est pas faux mais pas bien nouveau en soi, cette exploitation remontant aux sociétés esclavagistes antiques et se perdant dans la nuit des temps.

D’une façon générale, la révolution industrielle s’est accompagnée d’une forte croissance démographique et d’une baisse de la mortalité malgré toutes les souffrances endurées dans tous les pays où elle a eu lieu et non d’une paupérisation croissante comme l’annonçait Marx.

C’est trop facile et faux d’expliquer comme Marx que les machines ne produisent pas de profit ou plus value pour en déduire une baisse tendancielle du taux de profit, supposée être la contradiction fondamentale du capitalisme et amenant à la misère universelle avant la grande révolution, les prolétaires n’ayant rien d’autre à perdre que leurs chaînes (on est très loin du cas des cheminots SNCF défendant leur statut).

Après la révolution industrielle, au XX siècle comme précédemment, la liberté et le respect relatif des droits de l’homme n’étaient pas du côté des pays où l’économie avait été étatisée comme l’Union Soviétique ou la Chine mais plutôt du côté des pays capitalisme. Au 21ème siècle, le passage au libre marché et à la propriété privée des moyens de production de la Chine a permis son décollage économique. Cela s’est passé tout en laissant le contrôle politique au Parti communiste, ce qui montre que le passage au capitalisme ne s’accompagne pas forcément d’institutions démocratiques à l’occidentale.

Tout cela ne veut pas dire que le monde n’est pas plein de problèmes et d’injustices mais pour contribuer à les résoudre, il faut éviter les analyses simplistes et éviter d’en appeler simplement à renverser le « système » ou le capitalisme par la violence.

Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde nous disait Camus. Effectivement, si nos critiques du monde moderne se bornent à une mise en cause générale d’un vague monstre appelé capitalisme qui doit être renversé par une révolution violente nous ne serons pas bien équipés pour répondre aux défis de notre époque.


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • il est vrai que dans l’inconscient selon Freud, l’or (stade anal) est bien associé au diable.Dans sa première description du caractère analFreud soulignait chez ..... À tous ces égards la formation caractérielle propre au stade sadique-anal est moins ... s’ils allaient à Dieu ou au Diable et quel était le sort des ondes sonores en général. .... qui selon l’idée populaire compte et contemple ses pièces d’or avec amour, .https://www.google.be/search?q=Stade+anal+or+Freud+diable&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjPwvPM1v3aAhUrJ8AKHTkrC9gQ_AUICygC&biw=1164&bih=614#imgrc=C26ozjQrs8YlTM :



    • Clocel Clocel 11 mai 15:16

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      En résumé, Fort Knox serait La Mecque des trous du cul ?

      Sacré vieux Freud...

      Ok, je sors... smiley



    • Paul Leleu 11 mai 18:11

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      ça me fait rire que l’auteur cite les Grecs en exemple du libéralisme : des escalvagistes épouvantables , pratiquant la « démocratie » entre les 10% de happy-few de la Cité... C’est un cas d’école. la plupart des idéologues libéraux comme Adam Smith, Voltaire et tous les autres étaient des esclavagistes et des négriers... Georges Washington était un négrier et un génocidaire : c’est cela l’identité intellectuelle du capitalisme, la haine, l’esclavage et la destruction. 

      bien-sûr que le capitalisme, les marchands, les libéraux et les obsédés du libéralisme ont un problème psychanalytique... ils sont aux antipodes du bon-sens humain et de la maturité affective... c’est clair que cet amour de l’argent a quelque chose de malsain et pervers... 

      combien de génocides au nom du capitalisme ? On pense à l’Indonésie, aux Philippines, au Cameroun, à la Corée, etc. etc. etc. Sans compter toutes ces guerres et ces massacres interminables... ces blocus (Cuba, Corée du Nord, Irak, Venezuela, etc.) qui causent des millions de morts innocents... Et les deux guerres mondiales, qui ont causé 80 millions de morts et le ravage de l’Europe. L’irruption du capitalisme en URSS a causé 3 millions de morts et 10 millions de disparus en quelques années (chiffres ONU). 56% des soviétiques regrettent encore le socialisme... 

      le capitalisme est reponsable de millions de morts chaque année (par la faim, les guerres, les maladies, l’exploitation des adultes et des enfants, etc.)... c’est un système inefficace, qui détruit la planète, cause des ravages, et appauvrit des centaines de millions d’innocents... 

      le capitalisme est en outre un système totalement irréformable et bureaucratique : quiconque a travaillé dans une grande entreprise sait à quel point les règlements obscurs et abscons des patrons et des capitalistes paralysent l’initiative et le travail... pour finir, on démantèle des entreprises qui fonctionnent par pure ivresse idéologique... 

      Ici, en France, Adolphe Thiers, le boucher de la Commune et le traitre anti-patriote, fut un haut représentant de la « modération libérale » et de la « bourgeoisie bon-teint »... il a le même pédigrée que Bachar El Assad... voilà les héros du capitalisme... Mais la liste est interminable. 

      Dans tous les systèmes du monde depuis la nuit des temps, les marchands étaient tout en bas de la société... même dans le Japon impérial. 

    • @Paul Leleu

      Merci, je sais être assez seule sur le Site à développer le point de vue philo-psy. La névrose obsessionnelle et l’argent. Loin de moi toute forme d’antisémitisme, mais nous savons l’importance des mères juives sur l’éducation de leur petit chéri ou trésor, surtout quand le père est dominé. Ou la revanche des femmes,... (La banquière avec Romy Schneider).

    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 mai 18:58

      @Jean-Pierre Llabrés Idées intéressantes,notamment celle de développer un capitalisme populaire par un dividende universel mais la mise en pratique (comment seraient distribués ces dividendes) n’est peut-être pas si évidente. De Gaulle avait déjà une idée de ce genre avec « la participation » mais on est toujours loin du compte.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 mai 19:07

      @Bernard Mitjavile
      « mais la mise en pratique (comment seraient distribués ces dividendes) n’est peut-être pas si évidente »


      Votre remarque me paraît quelque peu légère, superficielle. Par exemple, la distribution des dividendes se ferait par virements bancaires...
      N’avez-vous pas des objections plus lourdes ?

    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 mai 19:13

      @Jean-Pierre Llabrés Je n’objecte rien, je n’ai pas étudié vos propositions.


    • La problématique de l’humain, c’est que l’instinct de domination et la violence sont justement liés au stade anal chez l’enfant. Celui où il acquiert son autonomie par rapport à son entourage. J’ai le pouvoir de décider,, de mettre des limites, des frontières...avec toute l’ambivalence que cela comporte. Et c’est ainsi que les contes se terminent le plus souvent en comptes ou décomptes à régler. Ce n’est pas demain que le sujet pourra se négocier à l’amiable.


      • Ce n’est pas par hasard que les pays les plus civilisés (à l’exemple de la société victorienne) sont aussi capables de la plus grande cruauté ou barbarie. Quand la maîtrise se transforme progressivement en emprise, sadisme et plaisir, les camps et la fumée qui s’en échappent ne sont pas loin. Pour mieux supporter les cris (ou en jouir,.... ????), les nazis écoutaient aussi : une symphonie de Bach (Gleen Gould-or, c’était trop tôt).


        • Bref, c’est dans le besoin de DOMINER que se situe la perversion. Chez l’animal on parle de darwinisme.


          • foufouille foufouille 11 mai 15:15

            « On trouve par exemple des formes de libre marché en Mésopotamie autour de l’an 3000 avant JC »
            difficile à prouver.
            en général, un capitaliste va vouloir avoir tous les droits. il pollue volontairement les eaux pour faire du fric.
            en gros, une charogne.


            • Clocel Clocel 11 mai 17:12

              @foufouille

              En même temps,tout le monde chie et pisse dans de l’eau potable, dont on a confié la gestion à des margoulins, sans que cela créé de graves hiatus existentiels...

              Pour celui qui a attendu d’avoir 10 ans pour connaître l’eau courante, c’est choquant.


            • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 mai 19:00

              @foufouille Des « charognes », on en trouve partout, capitalistes, socialistes, communistes etc.. Heureusement, il n’y a pas que cela.


            • foufouille foufouille 11 mai 19:19

              @Bernard Mitjavile
              ils sont beaucoup plus nombreux chez les capitalistes avec les autres qui ferment les yeux. c’est le système du fric à tout prix.


            • Gollum Gollum 11 mai 16:08

              C’est assez curieux de voir nombre de chrétiens, sur ce site, ne pas condamner le capitalisme, à l’exception notable de Furax et Luc-Laurent Salvador, alors que Jésus a explicitement mis une distance infranchissable entre Dieu et Mammon..


              et alors même que l’Apocalypse fait du Dragon au chapitre 13 le géniteur de la Bête de la Terre, celle-ci se caractérisant par son unique but : acheter et vendre, ses esclaves étant marqués du 666, la Terre étant sous la domination des marchands (sic).

              À l’image de cette « chrétienté » molle, embourgeoisée, bisounours... comme peut l’être le désespérant et pitoyable pape François se gardant bien de mettre les points sur les i, pour la bonne raison que les finances du Vatican sont gérées par des fonds de pension US et qu’il ne faut surtout pas fâcher celui qui tient les cordons de la bourse..

              Bref, à part une minorité lucide, les « chrétiens » sont complètement à l’ouest, déconnectés, et suppôt de la subversion américaniste. 

              Enfin, à rebours des catholiques et protestants, j’imagine que les orthodoxes russes sont un peu plus clairvoyants quant à la réalité des choses..

              • @Gollum


                Héhé, ne seriez-vous pas par hasard.... PRONOIA. http://www.astrophilo.com/

              • Gollum Gollum 11 mai 16:36

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                Non. Il a fait fort pour obtenir une préface de Borella. 

              • @Gollum


                Beaucoup de points communs cela dit. Je me suis « empoignée » avec lui sur de nombreux sujets. Style : Simone Weil, la Succube et j’en passe. Mais assez bon comme astrologue. Son portrait de Hollande est parfait. Comme vous : anti-freudien. Beaucoup de lacunes. Genre vieux catho névrosé obsessionnel qui s’embrouille quand je lui rappelle que l’astrologie est reléguée au rang de sciences satanique,... Oui, mais, enfin,....

              • Gollum Gollum 11 mai 16:58

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                 Je me suis « empoignée » avec lui sur de nombreux sujets.

                Bah c’est un peu votre marque de fabrique. Vous suscitez partout la controverse. (j’suis gentil je reste soft)

                Sinon je ne connaissais même pas le bonhomme. 

                Beaucoup de lacunes. Je ne sais pas lesquelles mais vous avez les vôtres.

                Genre vieux catho névrosé obsessionnel qui s’embrouille...

                C’est en effet son problème. Moi je ne suis pas catho. Même pas réellement chrétien bien que je comprenne assez bien de l’intérieur le paradigme.. (Paradoxe).

              • @Gollum


                Si vous étiez un peu philosophe, sachez que se sont mes lacunes qui me font avancer et les lagunes qui me permettent le repos. Autrement, autant tout vendre et filer à Ibiza ou Lanzarote et voir le monde sombrer,...

              • Paul Leleu 11 mai 18:18

                @Gollum


                hélas... les orthodoxes russes sont aussi pourris que les autres... il suffit de voir comment ça se passe en Russie depuis le retour du capitalisme... 

                les Russes étaient fiers d’avoir éradiqués leurs Popes et leurs Boyards... mais ils ont été trahis... ce fut une vague d’épouvante dans les années 1990, lorsque le capitalisme tua 3 millions de personnes et 10 millions de disparus (chiffres ONU)... l’espérance de vie tomba à 52 ans... et le pays fut pillé... la drogue, le crime et la prostitution se répandirent... et la sous-culture américaine fascisante et débile fut répandue comme du Glyphosate sur les Fleurs de l’Ame humaine... 

                Aujourd’hui, la Russie n’est plus soviétique... et elle ne porte plus spécialement les espoirs du monde, et l’élan naturel de nos coeurs... le régime souverainiste de Poutine a rétabli un minimum de savoir-vivre (et on voit comme même cela est attaqué de partout)... mais l’eau souterraine de la Révolution des Peuples contiunera de couler ailleurs... 

              • Les signes les plus représentatifs du capitalisme : sont le scorpion et le capricorne. Mais il est dit aussi, surtout pour le scorpion que ce qu’il gagne, il ne doit pas le garder, mais se servir de ses gains pour aider les autres. Quant au capricorne, signe bancaire, c’est paradoxalement aussi celui du divin, de l’individualisme de l’austérité et des finances. Nombreux paradoxes que nous invitons Gollum à résoudre avant de s’endormir. Attention, les cancériens sont les moins attachés à l’argent,....mais ont tendance à dépendre,....


              • J’oublie le taureau, mais là, c’est plutôt dans le sens de la possession jouissive... Collectionnites et terroir ou placements fonciers. 
                 

                Attention, arrivée d’UR« ANUS », ça va swinguer,...

              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 mai 19:12

                @Gollum Ce n’est pas si simple. Bien sûr il ne faut pas idolâtrer le profit ou l’argent et le mettre à la place de Dieu, et c’est ce que dit Jésus. L’argent est un mauvais maître mais un bon serviteur. On peut voir dans la parabole des talents un encouragement au développement, à l’investissement ou la prise de risque, l’essentiel étant l’usage que l’on fait des richesses (parabole du mauvais riche que l’on peut opposer à celle du fils prodige où le père est aussi riche). En tout cas les évangiles ne se ramènent pas à une condamnation du capitalisme et à une défense du communisme ou du socialisme. C’est le cœur de l’homme qu’il faut changer avant tout et si l’on veut voir dans les évangiles un appel à une révolution, c’est avant tout une révolution spirituelle dont il s’agit.


              • cassini 11 mai 19:23

                @Paul Leleu


                ========================
                Aujourd’hui la Russie..................ne porte plus spécialement les espoirs du monde et l’élan naturel de nos cœurs.... 
                ========================

                Chûûûût ! Tout le monde le sait sauf Roman Garev le Bannisseur, Laurent Courtois, Svetlana Kissileva et notre envoyée spéciale permanente à Donetsk ! Ne leur faites pas inutilement de la peine ! 

              • cassini 11 mai 19:30

                @Paul Leleu


                =====================
                Les Russes étaient fiers d’avoir éradiqués leurs popes
                =====================

                Anecdote personnelle.
                En 2003 je circulais en Albanie, le seul pays du monde où sous le régime communiste la religion était interdite formellement. J’ai pris en stop un homme de soixante ans, qui était donc d’âge à n’avoir connu que l’athéisme obligatoire. Passant devant une église, je l’ai vu se signer. Penser avoir éradiqué la religion est montrer beaucoup d’optimisme. 

              • @Bernard Mitjavile


                Evolution spirtuelle sans remise en question psychologique, c’est comme acheter la Bible et l’apprendre par coeur, mais sans la palpitation.

              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 mai 20:48

                @Mélusine ou la Robe de Saphir. C’est vrai, foi ou évolution spirituelle et psychologie doivent aller ensemble, encore ne faut-il pas faire appel à une psychologie réductionniste qui explique tout par le complexe d’œdipe.


              • cassini 12 mai 14:12

                @cassini


                Quatre moinssages déjà ce jour vers 14 heures... pour me reprocher de rouler en Albanie ou de prendre des auto-stoppeurs ? Je ne comprends pas bien le grief. 

              • cassini 12 mai 14:14

                @cassini


                « quatre moinssages déjà ce jour vers 14 heures » à propos de mon commentaire du 11 mai à 19 : 30

              • Sparker Sparker 11 mai 16:27

                C’est pas tant que le capitalisme soit le facteur de tous les maux, mais plutôt qu’il en génère un bon nombre.

                Là n’est pas la question d’enfermer la liberté d’entreprendre ou de créer car là vous ne donnez pas de définition de ce que veut dire liberté d’entreprendre non plus et ça ne fait pas sens en soi.

                Car il y a des tenants et aboutissants, des fins et des moyens dans l’action et activité humaine, c’est plutôt de ça dont-il est question dans la critique du capitalisme version liberté américaine de la fin du 19ème siècle avec l’expansion du pétrole, des chemins de fer et de la banque qui ont pris de vitesse les réalités politiques et civilisationnelles et maintenant imposent leur dictakts qui n’a rien à voir avec le développement des peuples mais qui finit par leur assujétissement comme conclusion à la vacuité de ses intentions à ce capitalisme. Voyez la mentalité et les finalités d’un Rockfeller et vous aurez le shéma directeur...

                Car à part la course à celui qui à la plus grosse ou plus longue, donnez nous le bien fondé du capitalisme et aussi bien sur le fait de faire bosser les autres à sa place devenant un « investisseur » car les autres sont trop cons pour le faire mais surtout pas assez cupides...
                Et ne venez pas nous chanter que le « développement » ne ce serait pas fait sans lui, disons que des malins ont récupéré un changement civilisationnel pour se l’approprier et faire chanter tous les autres à leur seul profit.

                Vous allez dans le mur avec votre capitalisme de surcroit financier, l’industrie de l’argent, et vous vous étouffez, ne répondez plus à aucun besoin réels et monopolisez les forces vives et créatives pour servir des intérêts mesquins et avides. Le tout couronné bien souvent par une inculture et un sous esprit que l’achat d’oeuvre d’art à plusieurs millions ne saurait compenser.

                Le capitalisme c’est la médiocrité qui se prend d’être le maitre du monde en utilisant prostitution et chantage à la vie à la mort et vous voudriez qu’on lui attribu une valeur et en faire un pendant d’autres valeurs humaniste ou miséricordieuse.

                Le capitalisme n’est qu’une plaie dont nous n’auront de cesse de vouloir se débarasser ^pour le bien de tous, je sais ça ne vous dis rien mais c’est pas grave y’en a à qui ça parle...


                • oncle archibald 11 mai 17:02

                  @Sparker ; "Car à part la course à celui qui à la plus grosse ou plus longue, donnez nous le bien fondé du capitalisme et aussi bien sur le fait de faire bosser les autres à sa place devenant un « investisseur » car les autres sont trop cons pour le faire mais surtout pas assez cupides...« 

                  Mais oui il y a des mecs qui ont des idées, des couilles, et la confiance de leur banquier qui »flaire« le futur bon client et ces mecs là créent des entreprises qui prospèrent ou se cassent la gueule entrainant la déconfiture de l’entrepreneur et de son banquier trop téméraire.

                  Et »les autres« pourraient très bien en faire autant mais ils n’ont ni les idées ni les couilles et donc à fortiori ils n’auront jamais la confiance de leur banquier. Votre petit refrain genre »moi je ne crée pas une entreprise parce que je ne suis pas cupide" fait rire même les enfants de maternelle !

                  Pire encore quand l’occasion se présente de reprendre une entreprise sous forme de SCOP ils ne se bousculent pas au portillon ! En fait certains voudraient le beurre l’argent du beurre et le sourire de la crémière alors que chacun sait que ça ne marche jamais.

                  Quant à Marcel Bloch dit plus tard Marcel Dassault quand certains traquaient les juifs, il a commencé en 1916 par dessiner une hélice qui avait un rendement très supérieur à toutes les précédentes. En la dessinant sur une table à dessin avec un té et une équerre et en faisant construire le prototype par un menuisier ébéniste de ses amis ! Ou est le capital la dedans ?


                • Sparker Sparker 11 mai 17:18

                  @oncle archibald

                  Va falloir vous acheter un cerveau et un mode d’emploi et apprendre à lire par la suite espèce de vieux roquet baveux...

                  Je suis indépendant et j’ai créé mon « emploi » comme vous dites espèce de suppot d’exploiteur patenté et suceur de banquier.

                  J’aurai honte à votre place de penser comme vous le faite.

                  Après avoir créer moult génération d’esclave du capital vous venez leur faire la morale de celui qui à le « courage » d’investir et mon cul c’est du poulet il n’y a que des opportunistes malhonnètes, Macron en rêve de vos investisseurs start upeur et ça se bouscule pas au portillon non plus alors que des personnes intelligentes et créatives mais qui n’ont pas d’âme d’usuriers j’en connais un paquet mais pour vous il n’y a que le résultat financier qui engraisse in fine le banquier qui à de la valeur, pffft et ça veut donner son point de vue... Dassault on a vu le père en génie mais le fils n’a rien fait bouillir...

                  Vous vous êtes fait miner le cerveau à croire que création intelligence et pognon sont lié, on a pas le cul sorti des ronces avec une équation pareille, balayer un peu et ouvrez vos chacras vous verrez la vie en rose...


                • Sparker Sparker 11 mai 17:30

                  @oncle archibald

                  Et dans mon post je parle de « finalité » et vous ramenez ça à la valeur des gens, vous avez un problème avec votre orgueil ? ou votre égo ? Avez « réussi » ou pas...


                • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 mai 19:17

                  @Sparker Je ne défends pas un « capitalisme financier ». La finance a certainement un rôle à jouer mais doit être au service d’un développement durable des entreprises et non du profit à court terme.


                • oncle archibald 11 mai 20:01

                  @Sparker

                  A part trois ou quatre ans salarié en début de carrière j’ai toujours été « travailleur indépendant » et j’ai eu au sommet de mon activité libérale trois salariés .... et je ne bossais que pour payer leurs salaires et les charges afférentes.

                  J’ai commencé à gagner du fric quand je n’ai plus eu cette contrainte. J’ai pris moins de boulot, je me le suis farci de A à Z etlà, enfin, les pépettes ont commencé à rester sur mon compte. Chiffre d’affaires divisé par deux et bénéfices multipliés par trois !

                  J’ai jamais été doué pour exploiter les autres, plutôt le contraire !


                • Sparker Sparker 11 mai 20:42

                  @oncle archibald

                  Oui je veux bien... Mais je n’est pas le courage sur des commentaires de chercher à comprendre mais la finance durable me semble suspect voir illusoire et surtout inutile comme système de valeurs.


                • Sparker Sparker 11 mai 20:47

                  @oncle archibald

                  Le capitalisme tel qu’on le connait (mais je doute sérieusement qu’il puisse y en avoir une autre forme) est destructeur de créativité et d’initiative car trop sélectif et intéressé à son propre profit pour se maintenir au pouvoir. Il ne pourrait gérer la multitude d’actions c’est pour cela qu’il ne peut quasiment plus servir l’avenir et commence à être plus créateur de misère que de richesse. Le capitalisme ne sauvera pas le monde, ce n’est même pas une incantation c’est juste mathématique ainsi qu’il repos sur une injustice et sur l’opportunisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès