• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le hasard des armements aux milices

Le hasard des armements aux milices

JPEG

La prolifération des milices au Moyen-Orient est l’une des racines du chaos et de l’instabilité dans la région. Chercheurs et spécialistes comprennent que les crises régionales sont généralement liées à la présence d’armes de milices directement affiliées ou soutenues matériellement et militairement par d’autres pays.

Ces milices sont engagées dans des guerres, des conflits et des attaques qui rendent extrêmement difficile le rétablissement du rôle de l’État-nation, par exemple au Yémen ou en Libye.

Dans un témoignage criant de la menace que représentent les milices et les conflits entre États et États au Moyen-Orient, une étude récente du Centre Begin–Sadat d’études stratégiques de Tel-Aviv a révélé que le arsenal balistique du Hezbollah libanais est plus important que celui de la plupart des armées de l’OTAN. Le Hezbollah dispose d’environ 130 000 missiles, selon l’étude.

Sont inclus les missiles de croisière supersoniques et les missiles surface-mer. Le Hezbollah les avait acquis ces dernières années auprès des dépôts d’armes de l’armée syrienne. L’étude note qu’avec le soutien de l’Iran, les milices essaient également de développer des capacités balistiques précises.

Une question se pose là : Est-ce possible pour la communauté internationale, représentée par des institutions de sécurité collective, de rester les bras croisés après toutes les douloureuses expériences historiques de guerre et de violence ?

Est-il raisonnable de garder le silence ou simplement de publier de temps en temps une déclaration ou une résolution pour condamner ou dénoncer un tel comportement sans agir efficacement pour dissuader les auteurs de menaces contre la paix et la sécurité internationales et de violations de la Charte des Nations unies et des normes internationales ?

Rappelons que certains dirigeants et responsables iraniens avaient déjà parlé de l’occupation de quatre capitales arabes sans aucun commentaire de la part d’un responsable international.

Ainsi, la réponse à ce silence douteux a été la poursuite de la politique interventionniste iranienne et l’augmentation de l’aide financière, militaire et matérielle aux milices des mollahs en Irak, au Yémen, au Liban et en Syrie.

Le Hezbollah libanais représente l’un des cas les plus flagrants qui mettent en évidence l’incapacité de la communauté internationale et la défaillance du régime des mollahs du droit international. Le Hezbollah du Liban représente l’une des armes extérieures de l’Iran. Il a était la première expérience des mollahs en matière de stratégie de guerre par procuration.

L’expérience a ensuite été reproduite dans d’autres pays arabes avec une capacité d’armement de haut niveau qui dépend de nombreux facteurs dont on ne peut parler dans ce contexte. Mais le Hezbollah reste l’exemple le plus évident de cette odieuse stratégie iranienne.

Il s’agit d’une force qui kidnappe l’ensemble de l’État libanais au profit de financiers et de commanditaires iraniens. Mais aussi d’une menace qui dépasse les frontières de la géographie libanaise par ses interventions en Syrie et ses relations suspectes avec d’autres groupes armés dans la région, et qui provoque la destruction de l’État libanais à de nombreuses reprises en menant des guerres inégales avec Israël.

Cette dernière le considère comme une forte menace pour sa sécurité. Cela fait de la sécurité de l’État et du peuple libanais l’otage des caprices et des desseins de Hassan Nasrallah, chef de cette milice. Le chef a déjà pris acte de sa loyauté totale et absolue envers le Guide suprême iranien.

En septembre 2019, dans un discours télévisé, il a déclaré explicitement qu’il ne serait pas neutre si l’Iran était en guerre. Il a souligné sa loyauté envers Khamenei et ses décisions, mettant le Liban, ce pays arabe qui ne manque pas de problèmes et de conflits, face aux flammes de toute guerre que les mollahs veulent et les libanais ne veulent pas.

Il est étonnant que le monde reste silencieux sur le plan des mollahs iraniens, au point que les dépôts d’armes du Hezbollah sur le territoire libanais ont été transformés en arsenaux supérieurs à ceux de certaines armées de l’OTAN. Le danger dans ce cas ne concerne pas seulement Israël. Il affecte l’État libanais lui-même.

Le parti utilise cette force destructrice sur le plan politique au Liban, imposant son mot avec la force des armes et en faisant occasionnellement la démonstration. C’est notamment le cas lorsqu’il sent le besoin d’acquérir plus d’influence sur la scène libanaise. La menace affecte également la région arabe en son entier.

L’expansion du parti a donné aux mollahs l’audace de reproduire le modèle dans d’autres pays arabes. Le Hezbollah libanais est devenu le principal point de référence pour les milices déployées, financées et fournies en armes au Yémen, en Irak, en Syrie ou ailleurs. Au Yémen, il existe un autre modèle de militantisme financé par le régime des mollahs iraniens.

Les milices terroristes houthis se sont emparées de la capitale du Yémen et de certaines de ses provinces.Il continue à résister aux tentatives de restauration de la légitimité constitutionnelle. De temps en temps, ils lancent même des attaques militaires sur le territoire de l’Arabie Saoudite. En Irak, il y a aussi d’autres modèles clonés du Hezbollah.

Tout semble vouloir dire que resoudre la plupart des problèmes du Moyen-Orient et des dilemmes d’insécurité commencent par l’élimination ce chaos de milices et à la reconstruction de la souveraineté nationale. La violation de la souveraineté a été et continue d’être l’une des causes du «  chaos non créatif  » vécu par de nombreux États arabes.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Rémi Mondine 16 février 13:44

    Amusant,

    tout ne viens pas de l’armement. Si le hezbollah trouve les hommes cela vient des structures sociales et aussi de la colére populaire. 

    je doute que le fait que l’iran envoie des armes en france lui permettrait d’y implanter le Hezbollah. Encore qu’avec notre birllante politique sociale nous en prennions le chemin.


    • Attila Attila 16 février 14:01

      Les armements DES milices ? Daech ?

      Non, bien sûr. Il s’agit d’une « milice » qui a mis l’armée israélienne en échec en 2006. Le Hezbollah qui est maintenant une milice patriotique empêchant l’armée israélienne d’envahir le sud-Liban comme c’était sa triste habitude auparavant.

      Pas un mot de l’armement des milices comme Daech ou Al-Nostra :

      « Les enquêteurs de Conflict Armament Research ont pu étudier 40 000 pièces d’armements abandonnées sur le terrain par Daech après ses défaites.

      Le missiles anti-char BGM-71 TOW. Ce missile de fabrication américaine a été massivement livré par les États-Unis et l’Arabie Saoudite aux « rebelles » syriens et a causé d’importants dégâts aux troupes de l’Armée Arabe Syrienne tout au long du conflit »Lien

      .

      François Hollande confirme avoir livré des armes aux rebelles en Syrie

      .


      • Attila Attila 16 février 14:11

        L’auteur se présente habillé à la mode arabe mais c’est bien le point de vue d’Israel qu’il défend :

        « Dans un témoignage criant de la menace que représentent les milices et les conflits entre États et États au Moyen-Orient, une étude récente du Centre Begin–Sadat d’études stratégiques de Tel-Aviv a révélé que le arsenal balistique du Hezbollah libanais est plus important que celui de la plupart des armées de l’OTAN »

        .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité