• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Hirak et la contre-révolution (3)

Le Hirak et la contre-révolution (3)

 Se sachant très détestés par le hirak qui ne cesse pas d’appeler à leur dissolution, particulièrement le FLN originel (et non ce néo FLN infesté par des opportunistes de tout bord) considéré à juste titre comme étant un patrimoine de tout le peuple algérien, ces partis n’ont d’autre choix que de faire le dos rond et d’espérer que la bourrasque passe ou de se cramponner au véritable pouvoir : l’institution militaire.

JPEG

Ces partis, acculés jusqu’à leurs derniers retranchements par le peuple, croient, peut-être, avoir trouvé la parade : Le FLN change de SG.

De Mouad Bouchareb, celui-là même qui avait, rappelons-nous, fait déloger l’ex Président de l’APN (qui était pourtant du même bord politique que lui), en procédant carrément à une pose d’un cadenas sur la porte d’entrée de cette auguste institution, on se rabat sur un autre jeune loup aux dents longues. Un ancien trabendiste notoire qui s’est converti à l’industrie électronique.  Chose jamais vue ailleurs. Le monde en est resté sans voix ! 

Ce parti se trompe lourdement. Il ne suffit pas de changer une tête par une autre tête, même plus sympathique et plus photogénique, pour rester dans la grâce du peuple. Ce parti est bel et bien voué aux gémonies. Il doit disparaître de la scène politique algérienne. Tôt ou tard. Et tôt serait mieux que tard.

Quant au RND, son ex patron, plusieurs fois Premier ministre sous le règne d’Abdelaziz Bouteflika, est carrément en tôle. Au « Quatre hectares ». Dans une cellule individuelle, où, par le temps caniculaire qui fait actuellement, il doit suer à grande eau, le pauvre. J’allais écrire « cela se passe de tout commentaire », mais, je me suis ravisé. Je me suis dit, dans mon for intérieur, qu’on n’a pas le droit de bouder sa joie. Ce n’est tout de même pas tous les jours qu’on voit des hommes d’Etat, des hommes qui, il n’ya pas si longtemps, décidaient de tout, en Algérie, rejoindre illico presto, sur ordre d’une justice, instrumentalisée ou pas, la grande maison d’arrêt d’El Harrach.

Ahmed Ouyahia, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est connu pour avoir mis, dans les années 1990, quand il était au summum de sa force politique, beaucoup de responsables d’entreprises publiques, en prison. Parfois pour des motifs qui n’en valaient pas vraiment la peine, selon les comptes-rendus de la presse de l’époque. Ce qu’il lui arrive aujourd’hui n’est qu’un simple retour de manivelle. C est, en fait, comme l’histoire de « l’arroseur arrosé ». Et il le mérite amplement. Lui, il n’a pas seulement failli dans la gestion d’une entreprise publique mais il a conduit le pays tout entier à la faillite. Et ce ne sera pas la planche à billets qu’il avait préconisée il y a tout juste une année qui sauvera ce pays de la crise économique dont les effets commencent à se faire déjà sentir. Pourtant, « La banque d’Algérie avait même averti l’exécutif contre les conséquences inflationnistes de cette opération sur l’économie, le pouvoir d’achat et la valeur du dinar » (1).

En fait, dès le départ, on avait compris que l’incarcération de ces hommes d’Etat, réclamée à cor et à cris par les « hirakistes » entrait plutôt dans le cadre d’une politique d’instrumentalisation de la justice mise en place par les hautes autorités du pays, celles qui détiennent actuellement les manettes du pouvoir. Celle-ci consistait à sacrifier quelques têtes pour sauver l’essentiel du système ou ce que l’ex SG du FLN, Ammar Saidani, avait qualifié récemment « d’Etat profond ». Cela fait partie, sans doute, des plans de la contre-révolution. Paris vaut bien une messe, n’est-ce pas ?

Au début du Hirak, en plus des manifestations du vendredi qui drainaient des hommes et des femmes de tous âges et de toutes conditions sociales, on assista à des sorties ou des sit-in, sur leurs lieux de travail même, de toutes les corporations ; médecins dans les CHU ou les hôpitaux régionaux, journalistes au niveau de la place d’Alger dédiée à la « liberté de la presse », Magistrats, juges et avocats au niveau des tribunaux ou au niveau du siège de la haute cour de justice, étudiants au niveau de la Fac centrale d’Alger… L’organisation de cette forme de protesta, pacifique et civilisée, nous mettait du baume sur le cœur et nous étions plein d’espoir quant à l’aboutissement inéluctable du mouvement citoyen vers la chute du régime de Bouteflika et l’instauration, secondairement, d’une 2e République. 

Lors d’une de leurs manifestations, les hommes de loi avaient fait des promesses solennelles, la main droite sur le cœur, comme s’ils allaient tenir le serment lié à leur professions respectives, qu’aucun algérien ne serait inquiété ni poursuivi en justice pour des activités politiques en rapport avec le « hirak ». Or, depuis quelques temps, il devient de plus en plus clair, qu’au vu du nombre important de « hirakistes » qui sont arrêtés puis embarqués par les forces de l’ordre et mis ensuite en détention provisoire par les juges, que ces hommes de loi aient trahi leurs promesses et fait fi de tous leurs principes. Ils ont beaucoup plus à faire avec les jeunes manifestants pacifiques qu’avec les vieux voyous en col blanc de la « 3issaba ». Ils n’obéissent plus à leur conscience mais aux injonctions venues d’en haut via les téléphones cellulaires. Il est incontestable que la contre-révolution ait agi à ce niveau-là aussi. 

 

  1. https://www.algerie-eco.com/2019/04/15/planche-a-billet-qui-assumera-les-consequences/

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 juillet 15:52
    AUJOURD’HUI et en 2019 DÉMISSION DU « PRÉSIDENT DE L’APN » :


    ALORS QU’EN 2012, J’AVAIS DEJA APPELÉ A NE PAS RENOUVELER LA FAUSSE ET L’INUTILE ASSEMBLÉE ET COMME PERSONNE N’AVAIT ÉCOUTÉ...

    Voici le rappel Mohammed Madjour

    QUE DE TEMPS PERDU DEPUIS QU’ON A COMMENCE A INVITER LES ALGÉRIENS AU CHANGEMENT !

    Il y a eu les fausses élections du 10 mai 2012 qui n’ont rien donné, il y a toujours le même gouvernement qui ne gouverne pas mais qui s’accroche aux kouris au lieu de laisser place à ceux qui prétendent avoir la « majorité », on a toujours la constitution dont les articles valables sont chaque jours bafoués par le régime lui-même et dont les articles contradictoires empêchent le fonctionnement normal des institutions et de la société !

    Où sont les gens du Droit pour relever les amalgames incroyables qui encombrent le texte officiel qui devrait rayonner et guider les actions politiques ?

    Voir suite suite...



    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 2 juillet 15:57

      @Mohammed MADJOUR

      Suite. Rappel de 2012 :

      D’un côté on organise des élections législatives auxquelles participent des dizaines de « partis » qui ont chacun programme qui le différencie et qui lui permet donc d’être choisi par les électeurs... Et d’un autre côté la constitution affirme que le « chef de gouvernement » qui en principe appartient au parti gagnant appliquera le « programme du président » que personne n’a lu ni soupçonné ! Est-ce que quelqu’un avait lu le programme de Bouteflika avant la tenue des élections ? Si oui, pourquoi avoir laissé entendre que les « partis » avaient un programme à proposer aux électeurs ?

      ET POURQUOI AVOIR ORGANISE UNE SUPERCHERIE ?

      Comment faire croire que de tels amalgames en guis de constitution puissent faire fonctionner les institutions ? CHANGEONS !

      https://www.facebook.com/groups/REFUSONSLATENUEDESELECTIONS/?ref=bookmarks

      ------------— 

      PS : Depuis 2007 que je préconise la TRANSITION et c’est en 2019 que les Algériens prononcent ce mot et l’enrobant avec les monstrueux amalgames !!! 


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 4 juillet 12:50
      SUITE AU DISCOURS DE MONSIEUR BENSALAH QUI PARLE DU « DIALOGUE », VEUILLEZ LIRE MON ARTICLE

      01) DU 7 SEPTEMBRE 2011

      ET...

      02) DU 29 MAI 2019.

      ENTRE CES DEUX ARTICLES, IL Y A L’ENCYCLOPÉDIE QUI EXPLIQUE L’ORIGINE DE LA CRISE ALGÉRIENNE, L’ANALYSE HISTORIQUE ET SCIENTIFIQUE ET LA PROPOSITION DES MEILLEURES SOLUTIONS A APPLIQUER...
      Avant 2011, il y a dans les archives « d’El Watan » et de « Liberté » des centaines de publications par lesquelles j’avais interpellé tous les responsables politiques, tous les « chefs de partis » et tous les intellectuels et historiens...
      UNE RÉPONSE SERA DONNÉE A MONSIEUR BENSALAH.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès