• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le joueur de flute cellulaire

Le joueur de flute cellulaire

Ils trottinent dans les rues, se bousculent sur les trottoirs, le museau collé à l'ecran riquiqui de leurs cellulaires. Ecran entre le réel et les autres et eux qui les rive dans l'univers artificiel et virtuel de leurs vies. Tels des rats dans des cages ils recoivent des stimuli, pardon, des messages ou des alertes de leurs dix applis ouvertes en permanence, temps de sommeil inclus.

La première chose qu'ils ou elles font au réveil, avant le bol de café, est de lire puis répondre au smiley Pokemon recu à 2 heures du matin et de sourire comme un benet.

 

Ils ont acheté leur chaine et la caressent à chaque instant et la contemplent comme on regarde un mur avec des graffitis à décoder. Ils ne savent plus aimer, plus se concentrer, plus réfléchir, plus rien sinon obéir tels des pantins à des vibrations et passivement être dans la réaction à des intrusions. Les nouvelles technologies les ont avalés, ont avalé leur humaine part d'eux mêmes, celles-ci ont et et sont créées par des êtres richissimes et malveillants qui interdisent à leur progéniture de trop s'en servir. Pas de tablettes chez les Gates ou les Jobs, mais des livres, des tas de livres dans la chambre des enfants. Pas de wifi à l'école, un tableau et des craies.

 

Se livrer aux cellulaires consiste à mourir un peu et le faire en consentant à sans le savoir. Les regards se vident et les mots deviennent creux pour ces millions de non êtres qui vivent ces non vies derrière ces écrans de nains de jardín. L'outil a pris le guidon et l'homo modernus se laisse mener comme un lapin crétin par le bout du nez. Sa parole s'est comme vidée, il ne fait que communiquer par abréviations et émoticonneries. Du Pixar dans les phrases, du Disney dans la langue francaise, des smileys, des selfies, des pokemon, des GIF.

 

Du rien.

 

Combien lisent, combien savent encore écrire. Point besoin de bruler comme dans Farenheit les livres vu que la plupart des gens n'en possèdent plus, l'esclave moderne a fait dans son immense majorité le travail des nazis dans les années trente tout seul comme un grand.

 

L'outil cellulaire est fait pour distraire c est-à-dire sous le prétexte fallacieux de mieux communiquer et d'améliorer ton confort en te mettant wiki dans la poche te détourner de l'essentiel. Te couper de toi et des autres. T'aveugler tout en te balancant de sales ondes dans les neurones.

 

Télécharge une appli, coco. T'as signé à tous les coups, vérifie, un contrat avec Skype ou planetromeo qui les autorise à tout enregistrer, tes messages, tes sms, tes photos, tout ce qui est à toi est devenu contractuellement à eux. Tu dis que tu t'en fiches et que tu n'as rien à cacher, ce qui est triste car le sens de ce que tu énonces est que ton intimité est morte. Un être sans intimité est un être mort vivant. Un zombie.

 

Les voir par milliers marcher tels des zombies le nez sur ce petit écran fait songer à Walking Dead. Les gens dans les grandes villes se comportent pour beaucoup passivement comme des rats conditionnés et possédés, mal élevés pour certains, en tout cas paumés de chez paumés. Obligés de se mettre de la musique dans un casque pour ne pas entendre le brouhaha et les cris dans le métro ou sur les trottoirs du centre ville. Se couper de tout, s'enfermer dans une bulle aliénante au lieu de contempler et méditer. Si jeunes et déjà si vieux dans leurs têtes. Avec leurs Jobs inutiles et inintéressants au possible, compter, coder, vendre de la merde ou y contribuer pour enrichir encore plus une bande de porcs assoiffés de fric, et répéter des mantras pour s'auto persuader que ce qu'on fait est utile. Et attendre vendredi après midi pour sauter à pieds joints en hurlant OUIKENDE comme des gosses, pour aller dépenser ses sous avec des tas d'autres blaireaux à faire des trucs de maternelle … Tout en se disant libres …


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Daniel Cohn Bendit, le pro-fête de nos désillusions. Bernays n’avait rien compris à la psychanalyse, mais n’avait aucune illusion sur l’« être humain ». Puisque la majorité des individus sont guidés par la partie la plus basse de leurs instincts, autant en profiter,.....


    • Pour comprendre le déclin de la civilisation, il faut remonter au fameux Songe de Poliphile (celui qui aime et dirige sa vie vers le NORD), marquant le passage du Moyen-Age à la modernité (rationaliste et cartésienne). https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypnerotomachia_Poliphili


      • JL JL 12 mars 11:53

        Jolie comparaison, il fallait y penser.
         
         Cette flute là n’est pas enchantée, et la génération qu’elle séduit n’est pas non plus désenchantée. Vaste sujet.


        • @JL


          Les jeunes ne sont pas désenchantés, ils sont hypnotisés. Nuance. comme le ferait le LSD,... 

        • aimable 12 mars 13:22

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          la voix n’est plus leur moyen de communication , comme l’instinct , ils finiront par la perdre smiley


        • Jean Roque Jean Roque 12 mars 13:28

          « L’écran interactif, explique, transforme le processus de communication, de relation de l’un à l’autre, en un processus de commutation, c’est-à-dire de réversibilité du même au même. Le secret de l’Interface, c’est que l’Autre y est virtuellement le Même [...] On est passé de l’enfer des autres à l’extase du même, du purgatoire de l’altérité aux paradis artificiels de l’identité » Baudrillard
           
          Le Même, le familier, est rassurant. Il fait oublier la Mort.
           
          L’outil fascine l’homme, il est comme les réserves pour l’hiver de l’animal, accumulation sacrée.
           
          Les phéromones numériques laissées par le troupeau aide la fourmilière à fonctionner et reproduire son même, le statu-quo capitaliste.


          • @Jean Roque
            Au Moyen Âge, la notion de techne n’est pas considérée comme un savoir noble. Elle s’intéresse au « comment » et est enseignée dans les écoles d’Abaco. L’autre partie du savoir, l’épistémè, s’intéresse au « pourquoi ». C’est le savoir « noble ». Il est enseigné dans les studia humanitatis.


          • Comment suppose effectivement l’idée de doublure et de reproduction mimétique. Je veux être« comme »,..pour surtout éviter d’être soi-même en sautant l’étape indispensable du deuil narcissique, le miroir tendu par l’autre,....


          • gogoRat gogoRat 12 mars 19:00

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

             Curieux de m’informer d’une éventuelle théorie psy qui aborderait la question du penchant pour le paraître chez nos ’incarneurs’ , qu’ils soient pro ’bling-bling’ ou promoteurs de l’art d’adopter des ’postures’.
             
             
             Question subsidiaire : la posture d’un ’premier de cordée’ qui se met à ’incarner’ des rien relève-t-elle ou pas d’un penchant à la ’reproduction mimétique’  ?
             Sinon de quoi relèverait donc la motivation à inciter des ’rien’ à marcher dans les pas de ’premiers de cordée’ dont le Graal est d’incarner des ’rien’ ? ( Devenir doublure de rien, pour inciter les rien à mimer, à devenir des doublures de rien ! Puits sans fond de récursivité comme dans, au hasard, l’expression :  ’une rose est une rose est une rose est une rose ...’  )

             


          • @gogoRat


            Vous avez parfaitement assimilé ma dé« MARCHE ».....Il dit avoir lu les grands philosophes, mais mon impression profonde, c’est qu’il les a juste survolé (pas intégrés,..). Autrement, il n’oserait se référer au livre de Stendhal : « Le Rouge et le Noir » qui est le parcours d’un arriviste (connaissant sa fin,...). Rappelez-vous l’excellent film : « Le conformiste » parfaitement interprété par Jean-Louis Trintignant,...

          • novo12 12 mars 13:30

            J’ajoute un commentaire un peu hors sujet.


            Il serait intéressant de parler des technologies de contrôle par les ondes. Le domaine est largement popularisé aux Etats-Unis, grâce à des documents déclassifiés.
            J’ai des raisons de penser que ces technologies sont également utilisées en France par les services de renseignements.
            Voir ci dessous un extrait du livre de Marc Dice qui en parle :

            autre référence :

            Il serait intéressant que quelqu’un écrive un article sur le sujet. Chercher « directed energy weapon » sur les moteurs de recherche.

            • gogoRat gogoRat 12 mars 17:55

              @novo12

               Attention le gouverne-ment nous a mis en garde contre les fake news et les théories du complot.
               
               On est rassurés alors.
               Le dicton ’La réalité dépasse la fiction’ n’est donc en fait qu’une fake news ...
               car au vu des fictions modernes, (dont jeux video et façon d’y ’jouer’ pratiquées ...), on finirait par croire que les chambres à gaz ou les collabos aient pu exister !
               ...
               
               Ne boudons donc pas notre plaisir de tuer dans l’oeuf une fake news avant qu’elle ne se répande :
               non l’ex-futur-Président DSK n’était pas sous l’influence d’une arme psychotronique lorsque la fatalité l’a écarté d’un destin tout tracé ...


            • Maitre Ratatouille Ratatouille 12 mars 14:11

              Le jour où les effets des écrans seront assimilés à ceux de la drogue, alors, soyons-en sûrs, les parents ne laisseront plus leurs enfants passer autant de temps sur leurs smartphones, tablettes et autres ordinateurs. D’où l’extrême importance de cette expérience à peine croyable.

              Pour promouvoir les repas en famille, une marque alimentaire a imaginé un test aux résultats hallucinants. Dans quatre familles différentes, tandis que les enfants étaient absorbés par leur écran, tout leur environnement a été modifié (même leurs parents) sans qu’ils ne s’en aperçoivent une seule seconde !

              À l’occasion d’une enquête sur les dangers des écrans pour les enfants, France 2 est revenue sur cette caméra cachée édifiante. Regardez :

              https://www.youtube.com/watch?v=ADpS6oK5zH4


              • Dans l’histoire du joueur de Flûte de Hamelin, celui qui est sauvé, le doit à une castration physique, un handicap. Effectivement, les personnes souffreteuses ont cet avantage, que ne pouvant suivre le troupeau, elles se tourne vers le chemin intérieur en passant entre autre par la lecture. A méditer,...


                • Raison pour laquelle, les névrosés qui ont tendance à somatiser leur angoisse de castration (la mort), sont plus élevés sur le plan artistique et intellectuel,... Bel exemple : Proust ;


                  • Djam Djam 12 mars 20:02

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Quelques rectifications, si vous voulez bien...
                    Il n’y a pas « des névrosés qui... », tous les individus, même ceux qui vous paraissent équilibrés, sont névrosés. C’est même cette caractéristique qui fait que l’on est Humain.
                    Les intellectuels, les artistes, les créatifs sont des « cas limite » (border line, disent les psy de salons parisiens), c’est-à-dire sujet à des perturbations psychiques émotionnelles qui vont et viennent, selon les circonstances, entre névrose ordinaire et tendance psychotique.

                    La différence entre les deux est :
                    - le névrosé sait qu’il a quelques petits problèmes, rêve de les neutralisés, n’y parvient pas, mais peut verbaliser ses problèmes.
                    - lme psychotique est persuadé d’être normal et affirme que ce sont les autres, voire le monde extérieur, qui sont malades.

                    Proust était un névrosé typique de la bourgeoisie du 19ème. L’homme s’ennuyait beaucoup, passait son temps en réflexions et observations de son époque, ce qui lui a permis de rédiger son oeuvre. Il était pathologiquement attaché à sa mère et n’avait pas vraiment de relation avec son père. Ce dernier aurait préféré que son fils suive une formation plus sérieuse que celle d’écrire... ça n’a pas arrangé l’Oedipe de Marcel qui devint un homo mondain. Ce n’est pas sa névrose à proprement parlé qui lui a donné un certain talent d’analyste de la société humaine du 19ème, mais plus vraisemblablement son ennui, son asthme et son besoin d’observer. Dans l’épisode Sodome et Gomorrhe, il y a des passages où Proust est carrément un mateur planqué ! Ne jamais perdre de vue que Proust n’a jamais travaillé, qu’il faisait partie de la bourgeoisie de salon, qu’il adorait fréquenter les théâtres et être invité aux dîners mondains. Il était fasciné par les très jeunes femmes (!), a eut quelques relations amoureuses un peu basiques avec certaines, mais son « amitié » avec R. de Saint Loup trahit ses penchants.


                  • @Djam


                    Mes interventions sont toujours des tentatives d’ouverture à la réflexions (dans tous les sens où s’entend le mot). je ne suis pas certaines que les bobos parisiens assimilent les intellos, les artistes et autre (en résumé, ceux qui subliment leurs pulsions, les canalisent plutôt que des les passer directement à l’acte coomme le font les Etats-limites..entre névroses et psychose) à des « borderlines »,... Alors les trois quarts des parisiens seraient borderlines. Et comme nous connaissons tous le sentiment de supériorité des parisisens, cela me semble contradictoire. Autrement, votre distinction entre névrosé et psychotique est bonne. Mais vous délaissez tout un pan des humains : les personnalité Etats-limites (promptes à l’acting) qui concerne au moins soixante pourcent des individus,...Il en faut. Autrement qui construirait nos maison,... ?

                  • hunter hunter 12 mars 15:33

                    A l’auteur,

                    Juste un mot : EXCELLENT papier, excellente observation de la version GAFAM de la servitude volontaire !

                    Merci, vous lire est un plaisir.

                    Adishatz

                    H/


                    • Le421 Le421 12 mars 18:27

                      Rien à ajouter à votre texte.
                      D’ailleurs, les conséquences neurologiques de l’addiction à ce doudou deviennent bien réelles.


                      • troletbuse troletbuse 12 mars 19:39

                        J’ai cru voir dans le dessin Macaron et son pipeau.  smiley


                        • Jean Keim Jean Keim 13 mars 09:21
                          Nous pouvons – j’ai bien écrit NOUS – nous délecter des travers, ou des névroses si vous préférez, que nous observons chez les autres, ils passent des heures devant leurs écrans quand nous ne faisons qu’intelligemment les consulter.

                          Alors c’est quoi un être humain sain d’esprit... ne répondons pas car une définition ne peut venir que de ce que nous savons ou plus exactement de ce que nous croyons savoir.

                          Nous ne savons pas ce qu’est un être humain sain d’esprit, y a-t-il une réelle différence entre celui qui s’évadait au temps de Proust dans les livres ou les réunions mondaines à faire semblant d’être vivant et celui qui s’échappe dans les labyrinthiques méandres des distractions numériques ?

                          • Taverne Taverne 13 mars 10:21

                            En 1818, les Strasbourgeois furent atteints d’un mal inconnu. Ils se mirent tous à danser « à mort »...

                            Sur la toile, les joueurs de pipeau pullulent et se croisent. Une véritable salle aux pas perdus !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès