• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le latin et le grec, des langues pour l’avenir...

Le latin et le grec, des langues pour l’avenir...

Le latin, le grec, langues anciennes sont le substrat de notre culture, elles sont présentes dans un grand nombre de mots de la langue française.

L'étymologie, la science du vrai, nous permet de remonter à ces origines lointaines mais si vivaces dans notre vocabulaire...

Il suffit de consulter un dictionnaire pour percevoir toute l'importance du latin et du grec dans la formation de notre langue.

Le passé nourrit le présent, l'enrichit et nous permet de mieux comprendre toutes les notions qui nous entourent, le passé nous offre aussi une ouverture sur l'avenir, des perspectives nouvelles, différentes, car ce passé est riche de significations.

Ainsi, les mots venus du grec et du latin, devenus des termes français, intégrés dans notre langue nous montrent des réseaux de significations, nous permettent de mieux maîtriser la langue, de jouer avec elle, de voir le monde dans une continuité, pour progresser, pour approfondir la réflexion...

Il est important de peser ses mots... dans le monde moderne, trop souvent, on oublie de le faire : peser ces mots, c'est choisir le terme adéquat, adapté, c'est retrouver l'origine du mot, pour pouvoir bien en comprendre le sens.

Que de confusions parfois dans les mots ! Que d'erreurs commises !

L'étymologie permet d'éviter ces erreurs, de clarifier les propos, de s'exprimer avec le mot juste.

Chaque mot a une histoire, comme chacun d'entre nous en a une : pourrait-on se passer de cette histoire ? Pourrait-on vivre, coupé du passé ?

Sans passé, l'avenir n'existe pas, ne se construit pas sereinement : nous avons besoin de ces repères qui nous structurent et nous propulsent vers l'avenir.

Les mots que nous utilisons tous les jours, les mots les plus simples et les mots plus techniques, plus difficiles font partie de nous, ils expriment nos pensées, nos idées, avec précision, grâce à eux, nous pouvons développer toutes sortes de réflexions....

Alors qu'on assiste à une baisse générale du niveau en grammaire et en orthographe, le latin et le grec consolident ces connaissances, et rendent plus facile la mémorisation des familles de mots.

Il est important, aussi, pour mieux affronter l'avenir de connaître toutes les origines de notre culture : le théâtre, la tragédie, la comédie, la poésie, la fable, toute notre littérature a des racines grecques et latines, nos auteurs se sont imprégnés de cette culture, et s'en sont inspirés.

Les sciences elles-mêmes se sont développées en Grèce, les mathématiques, l'astronomie, la physique.

Pourrait-on envisager de raser les monuments historiques qui nous viennent de la romanité ? Pourrait-on faire fi de tout ce passé, le mépriser, le réduire à néant ?

Il est vrai que certains groupes islamistes se livrent à ces pratiques insensées et barbares, en anéantissant des chefs d'oeuvre venus du passé... voulons-nous devenir des barbares, coupés du passé ?

Le latin et le grec sont menacés par la nouvelle réforme des collèges... Ces disciplines ont, déjà, été lourdement pénalisées par des suppressions d'heures, des horaires mal placés.

Il ne faut pas s'étonner de la baisse du niveau des élèves, quand on sacrifie, ainsi, des enseignements si formateurs et essentiels.

Pour préparer l'avenir, pour assurer aux élèves une formation solide sur des bases et des fondements sûrs, il est important de se référer à des connaissances ancrées dans le passé.

Le latin et le grec ne sont pas des langues mortes, comme on le dit trop souvent : ces langues vivent à travers le français, elles sont omni-présentes, elles survivent même là où on ne le soupçonne pas, des termes très modernes sont, ainsi, empruntés au grec, "le canapé, la vidéo, la télévision, le cinéma, l'astronomie", pour ne citer que quelques exemples...

Le latin et le grec sont notre substance, ils font partie intégrante de notre environnement et de notre culture, il est donc essentiel d'approfondir la maîtrise de ces langues pour une bonne intégration dans le présent et l'avenir...

 
 Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/06/le-latin-et-le-grec-des-langues-pour-l-avenir.html

 

JPEG

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 novembre 2016 15:44

    « Le latin et le grec sont menacés par la nouvelle réforme des collèges... Ces disciplines ont, déjà, été lourdement pénalisées par des suppressions d’heures, des horaires mal placés. Il ne faut pas s’étonner de la baisse du niveau des élèves, quand on sacrifie, ainsi, des enseignements si formateurs et essentiels. »

    Il s’agit là d’une conséquence des choix politiques sur le rôle de l’école et non pas de la cause.

    Tout se passe comme si l’avenir du service public joué par l’école devait se réduire à un apprentissage de la soumission par les futurs légumes alors que le rôle de préparation à la direction de la société sera inculqué dans des établissements privés.

    Au Royaume-Uni, le gouvernement (de droite) actuel projette de remettre en selle les « grammar schools » abandonnées. Il s’agit d’établissements élitistes, réservés aux meilleurs, mais publics.

    Le choix du gouvernement français (de « gauche » ?) consiste à privatiser l’« excellence ».

    Existe-t-il une troisième voie ?

    En tous cas, le latin et le grec, l’étymologie et la culture classique ne sont que des victimes collatérales d’un conflit qui les dépasse largement.


    • doctorix doctorix 9 novembre 2016 11:26

      @Jeussey de Sourcesûre

      Plutôt que d’apprendre la grammaire de langues qui ne seront plus parlées, il vaudrait mieux se consacrer à l’étude de l’étymologie.
      Rosarum rosis rosis sont de peu d’intérêt, seul rosa est important.
      Ainsi, on pourrait cumuler dans un même cours le grec et le latin, mais aussi tous les mots des langues auxquelles le français doit quelque chose.

    • MagicBuster 7 novembre 2016 16:11

      Le latin est remplacé par « Arabe 1ère Langue »  ; Même les plus mauvais élèves ont de bonnes notes.....

      On leur donne même le BAC. Sacré progrès.


      • gaijin gaijin 8 novembre 2016 11:53

        @MagicBuster
        le bac ou la bac ?


      • Ouallonsnous ? 8 novembre 2016 19:08

        @gaijin

        Surtout la bac, c’est ce dont ils ont le plus besoin !


      • philippe baron-abrioux 7 novembre 2016 16:23


         Bonjour Rosemar ,

        deux questions :

        personne n’ a t il pensé à créer une association de latinistes et hellénistes pour se constituer en groupe de pression afin d’obtenir que l’étude de ces deux langues anciennes soit maintenue et même valorisée dans les programmes scolaires ?

         est il possible d’envisager par un moyen simple de recenser les facilitations observées dans la vie de chacun de nous par la connaissance de chacune de ces langues même si les souvenirs sont anciens mais demeurent aisément mobilisables , ne serait ce que par l’étymologie qui guide notre recherche face à des emplois d’un vocabulaire technique( comme celui de la médecine ) ?

         il existe tant d’associations dont les objectifs peuvent nous paraitre assez futiles voire désuets que je ne comprends toujours pas comment les réactions à cette quasi disparition de l’étude de ces deux langues anciennes aient été aussi peu vigoureuses et audibles ?

         bonne fin de journée !

         P.B.A

         

         

         


        • L'enfoiré L’enfoiré 7 novembre 2016 19:02

          @philippe baron-abrioux,


           Le système de déclinaisons utilisé en latin, existent encore dans la langue allemande.
           D’après moi, c’est bien plus utile d’apprendre l’allemand que le latin aujourd’hui.
           En dehors des linguistes bien entendu.
           Pourquoi une langue disparaît ?
           Plusieurs raisons : l’apprentissage trop difficile, le nombre de locuteurs restants, les contraintes avec trop d’exceptions de grammaire.... et d’autres que j’oublie.
           Aujourd’hui, on parle plus en numérique parce que les emplois dans cette discipline est plus rentable du côté des emplois à la clé.


        • rosemar rosemar 7 novembre 2016 21:36

          @philippe baron-abrioux

          Ces associations existent bien sûr, par exemple, la Cnarela : http://www.cnarela.fr/

          Mais elles n’ont guère de poids et de pouvoirs.
          Les protestations ont été vigoureuses, des pétitions ont été lancées, mais le ministère est resté inflexible dans ses choix.
          Il s’agit de notre identité et de notre culture : c’est pourquoi le maintien de l’enseignement des lettres classiques est essentiel.

        • philippe baron-abrioux 8 novembre 2016 06:11

          @L’enfoiré

          BONJOUR ,

           merci pour votre message .

          exact ; pour faire bonne mesure , j’avais également choisi l’Allemand comme première langue vivante et l’Occitan comme matière à option pour le bac A1 .

           ce parcours m’avait été conseillé dès mon entrée en 6ième .

           bonne fin de journée .

           P.B.A

           

           


        • mmbbb 8 novembre 2016 08:03

          @L’enfoiré et si vous êtes un scientifique, vous devez publier en langue anglaise parce que le francais n’a pas su s ’imposer. On ne va pas demander a un ingenieur de chez Thales de reciter Sophocle, on lui demande l’excellence dans sa matiere. et les ingenieurs de cette entreprise sont bons , en dehors de la querelle du latin ou grec ancien L ’anglais fut propose directement comme langue dans les universites francaise et ce fut un tollé . Le francais deviendra une langue regionale Cette antienne , je l’entends depuis mon enfance si et si la langue francaise est preservee par les linguistes cacochymes de l academie francaise. elle n’ a pas voulu s’ adapter a la modernite . Fielk ne veut rien n entendre a la revolution numerique et il est habite par Levinas, hannah arend et les philosophes . C est beau respectable mais le monde tourne et il y a un lien entre le rayonnement d’une langue et son economie. Le francais etait parle dans les coures d europe et utilisée en diplomatie lorsque ce pays etait encore une puissance economique et avait un rayonnement culturel . ( les correspondances de Voltaire avec Catherine la Grande ). Quand a l’education nationale, c’est une institution qui est gérée a la godille, le latin j’en ai fais, une annee les mathematique dite moderne ( ensemble, logique boleene ) furent previlegiée, en un autre temps l’histoire etait trop delaissée, l anglais mal enseigné et récemment des deputes avises voulaient que la programmation soit enseignée tres tot dans les ecoles Resultat un enseignement sans cohérence, et une selection ardue sans que cette institution promeut les enfants du peuple. Le latin le grec une fracture culturelle puisque son enseignement sera reservée a une elite qui par ailleurs a déja une tres bonne formation générale . 


        • philippe baron-abrioux 8 novembre 2016 08:32

          @rosemar

           Bonjour Rosemar ,

           merci pour le lien .

           il me semble qu’il soit très majoritairement visité par des enseignants et universitaires .

           j’évoquais davantage l’étymologie de ces deux langues anciennes qui facilite l’approche de certains vocabulaires techniques en délimitant de façon restreinte le champ concerné par tel mot qui nous est soumis .

           il s’agit là d’une approche grandement facilitée par l’étude et la mémorisation( la connaissance) de ces langues anciennes .

           les exemples ne manquent pas dans la vie quotidienne ; on comprend mieux ce dont il est question et/ou dans quel domaine se situe la discussion .

           précision : le Latin est la langue officielle de l’Eglise catholique romaine ( 1, 5 milliards de catholiques ) et le Français la langue diplomatique retenue par le Saint Siège pour les nonciatures pontificales (qui sont réputées pour être parmi les meilleurs et plus fiables réseaux diplomatiques du monde ) .

          on peut se poser la question de savoir pourquoi le choix de notre langue :peut être pour sa plasticité et sa précision ? est ce être nostalgique ou réactionnaire de le dire comme le suggèrent certains ?

           intéressant aussi de noter la qualité des études des chercheurs allemands sur le Grec ancien si ma mémoire est bonne , en particulier la qualité de leurs dictionnaires qui valaient bien, selon mes enseignants de Grec( la plupart germanophones) , notre Bailly- Pessonneau .

           bonne fin de journée !

           P.B.A

           

           


        • sarcastelle sarcastelle 7 novembre 2016 17:37

          Pour vous mettre l’eau à la bouche :

          .

          • L'enfoiré L’enfoiré 7 novembre 2016 19:04

            @sarcastelle,


             L’alphabet grec, je n’ai aucun problème à le lire et à l’utiliser.
             Elle s’utilise même en maths.
             La prononciation ancienne et la moderne, là ce n’est pas la même chose.
             Quant à comprendre les mots grec d’aujourd’hui, c’est autre chose. 

          • rosemar rosemar 7 novembre 2016 21:40

            @sarcastelle

            Merci pour cette vidéo : tout le monde peut s’initier au grec ancien, grâce à internet, c’est magique !

          • L'enfoiré L’enfoiré 7 novembre 2016 18:30

            J’ai suivi 6 ans de latin et 1 an de grec ancien.la provenance des mots français...c’est tout un ensemble




            • L'enfoiré L’enfoiré 7 novembre 2016 18:55

              En fait, c’est François 1er qui a changé tout cela, qui a forcé la langue française de Paris et qui sait, sans lui, on parlerait encore en latin.

              L’église l’a conservé pendant longtemps pour la messe.
              Aujourd’hui, on la fait dans la langue locale...

            • Abou Antoun Abou Antoun 7 novembre 2016 19:57

              @L’enfoiré
              Aujourd’hui, on la fait dans la langue locale...
              Sans le latin


            • Tall Tall 7 novembre 2016 19:17

              Pfff .. ce vieux débat complètement dépassé existait déjà il y a 50 ans.

               
              Et les arguments sont en papier re-re-re-mâché et à mes yeux : obsolètes.
               
              En fait, derrière tout ce baratin se cache tout simplement une sorte de conservatisme enseignant vaguement élitiste et largement imbibée d’héritage culturel chrétien. C’est de la nostalgie de vieilles traditions, en quelque sorte.
               
              Qu’on remplace ça par des heures d’anglais, ce sera autrement + utile à notre époque révolutionnaire de l’internet.

              • Pere Plexe Pere Plexe 7 novembre 2016 20:41

                @Tall
                C’est l’opposition classique des tenants d’un pouvoir à la modernisation d’un système qui les fait roi.

                Qu importe que cette artificielle valorisation ne corresponde pas aux besoins du monde moderne...
                 

              • francesca2 francesca2 7 novembre 2016 21:27

                @Tall

                Ce n’est pas du tout un vieux débat dépassé, c’est un enjeu de civilisation puisque c’est dans le latin et le grec ancien qui s’est formé le système intellectuel et emmotionnel dans lequel nous vivons.
                On peut dire que ces langues anciennes sont le code génétique de l’occident, rien que ça. 

                Porquoi remplacer le latin par de l’anglais quand on peut étudier le latin et l’anglais ?

              • Abou Antoun Abou Antoun 7 novembre 2016 21:36

                @francesca2
                Porquoi remplacer le latin par de l’anglais quand on peut étudier le latin et l’anglais ?
                C’est une très bonne question ?


              • francesca2 francesca2 7 novembre 2016 21:41

                @Abou Antoun


                Merci.

              • rosemar rosemar 7 novembre 2016 21:45

                @Tall

                Non, ce n’est pas un débat dépassé : le latin et le grec sont les fondements de notre culture, une grande partie de notre identité... Comment pourrait-on se couper de cette culture ?

              • Abou Antoun Abou Antoun 7 novembre 2016 21:49

                @francesca2
                Prego !


              • Gemini Gemini 7 novembre 2016 22:03

                @Tall

                Ce « vieux » débat n’est en rien dépassé, bien au contraire. Il se présente avec toujours plus d’accuité.

                L’anglais n’est utile que si l’on accepte de se soumettre au globbish dominant le monde des affaires. Ce n’est qu’une soumission au capitalisme moderne qui impose à la planète entière sa non-culture, où la seule valeur qui importe est le dieu moderne : l’argent.

                Mais ce système ne fait pas société. Il est au contraire destructeur.

                Il me semble donc très important, au contraire, de bien affirmer notre propre identité culturelle, de ne pas se laisser déposseder de celle-ci au profit de l’inculture, théorisée sous le nom de tittytainment par nos maîtres actuels.

                Notre culture française est issue de ces deux langues. Notre histoire également. Ce sont de précieux témoignages de l’étymologie de nos mots, de notre langue, de notre façon de nous exprimer, d’exister et de penser le monde et notre futur.

                Le futur que nous réserve le capitalisme globalisé est sombre et destructeur. L’éducation nationale vise de plus en plus à ne former que des crétins qui seront de braves petits soldats dans la guerre économique en cours, au service de ses commanditaires. Les matières du grec et du latin font partie de ces ennemis à abattre, car celles-ci font partie des humanités, ce qui nous aide à réfléchir. Tout ce que les laudateurs de l’argent roi méprisent.


              • francesca2 francesca2 7 novembre 2016 22:13

                @sampiero


                Un detto arabo (credo) : si parla tedesco con gli animali, si parla francese con gli uomini si parla italiano con gli uccellini...
                sampiero mio bello, a me sembra che il tuo italiano sia proprio perfetto.

                Buona serata anche a te. 


              • Tall Tall 7 novembre 2016 22:38

                @francesca2

                 
                Mm’oui ... le code génétique catholique + précisément. Ce qui est effectivement la racine culturelle la + ancienne de l’Occident.
                 
                Mais c’est une question d’éducation aussi ... car mon sentiment identitaire occidental, pourtant solidement ancré, ne repose pas sur le grec ou le latin.
                 
                Je pense même que c’est Luther qui a ouvert indirectement la voie aux Lumières puis aux sciences, car il a introduit l’idée capitale de ne comprendre la Bible que par sa propre lecture, sans passer par l’interprétation de la curie romaine.

                C’était en quelque sorte le 1er pas vers le « penser par soi-même » qui a pu s’étendre ensuite à tout le reste. Avec l’aide de l’imprimerie naissante.
                  
                Vaste sujet que les racines de notre culture occidentale. Bien sûr, c’est clair que l’empire romain a été le point de départ. Mais de là à apprendre encore le latin aujourd’hui ...

                Cela relève quand même + d’un certain sentimentalisme que de l’utilitaire, je trouve. Un peu comme le fait que j’aime bien entendre le soir, les cloches de l’église qui annoncent la messe, alors que je suis athée.

              • Tall Tall 7 novembre 2016 22:47

                @Gemini

                  
                Euh ... je n’ai jamais vu de corrélation historique entre latin/grec et un humanisme genre anti-capitaliste. Rome ( le Vatican aujourd’hui ) a toujours été riche.
                 
                Si l’anglais se mondialise naturellement, c’est à cause de sa simplicité grammaticale, ses mots courts, et son mélange étymologique franco-germain.

              • rosemar rosemar 7 novembre 2016 23:27

                @Tall

                Notre sentiment identitaire est issu de la philosophie des Lumières, sans doute, aussi, des mesures prises par le Conseil de la résistance, et aussi de notre langue et de notre culture qui doivent beaucoup à l’antiquité gréco-romaine : arts, sculptures, littérature....

              • mmbbb 8 novembre 2016 09:08

                @Tall aux siecles passes, nous parlions d’un honnete homme lorsque celui ci avait fait ses « humanités » c’est a dire appris en effet le grec et le latin.. C’etait une marque de l elite par rapport a l ’enseignement vulgaire et en France ancien regime oblige et malgre la revolution, nous savons que les classes sociales doivent se différencier et la culture etait le moyen d’affirmer son pouvoir . Ces jéremiades sur la perte de culture de notre passe est une complainte en estompe qui regrette ce passe. Nous ne sommes pas a un paradoxe pres, nous avons accueilli des populations dont la langue vernaculaire n’est pas le francais et qui neanmoins ont une autre culture dont l’empreinte est religieuse comme les musulmans .. la culture des « bouffons » n’est pas la leur . C’est le multiculturalisme proné desormais par l elite
                 In fine, j en perds mon latin.


              • François Vesin François Vesin 8 novembre 2016 09:35

                @rosemar
                Les Lumières sont éteintes dans les cerveaux formatés

                des « youngs leaders » de la French-American Foundation !

                Outre Hollande et Juppé, on trouve dans leur liste nos
                influentes ministres de l’Education Nationale :
                - Valérie Pécresse (promo 2002)
                - Najat Vallaud-Belkacem (promo 2006)


              • Tall Tall 8 novembre 2016 11:21

                @mmbbb

                 
                C’est exactement ça.

                Et moi je m’y oppose, car l’Histoire montre que c’est ce genre de conservatisme qui peut condamner au long terme une civilisation par rapport à une autre qui continue d’évoluer et de progresser.
                 
                Les USA ont systémiquement une génération d’avance sur nous.

              • L'enfoiré L’enfoiré 8 novembre 2016 12:24

                @rosemar

                Beaucoup de choses sont à adapter au modernisme.
                J’ai bien compris que vous êtes contre lui, mais cela ne change rien.
                Quels sont vos lectures en littérature qui gardent encore un lien évident avec la Grèce antique ?

              • L'enfoiré L’enfoiré 8 novembre 2016 12:28

                Quel est la langue qu’il faudrait peut-être étudier en dehors de l’anglais ?

                Le mandarin... et plus tard l’hindi.
                C’est peut-être plus difficile que l’anglais, mais peut-être plus rentable dans le futur.


              • francesca2 francesca2 8 novembre 2016 14:49

                @Tall
                Mm’oui ... le code génétique catholique + précisément. Ce qui est effectivement la racine culturelle la + ancienne de l’Occident.


                Je ne suis pas d’accord. Il y a eu huit cent ans de littérature et philosophie gréco-romaine avant l’arrivée du christianisme. Tall, le latin est la langue des païens polythéistes avant d’être celle des chrétiens...en Italie, où pourtant le Vatican est encore très influent, on apprend le latin sur les textes de Cicéron et Virgile, pas sur ceux des pères de l’église.

                Les Lumières dont tu parles émanent de la Renaissance qui elle-même, comme son nom l’indique, redécouvre l’Antiquité gréco-romaine. C’est elle qui t’apprend à penser par toi-même. 

                Pour ta reponse à mmbb, les civilisations qui meurent sont celles qui oublient leur histoire, leurs valeurs, leur essence. Malheureusement là encore Rome est un exemple remarquable, 

              • Tall Tall 8 novembre 2016 15:12

                @francesca2

                 
                Pour la mémoire, de bons cours sur l’histoire détaillée de l’antiquité, et sa suite, suffisent alors.

                Pas besoin de réapprendre les langues de l’époque.

              • francesca2 francesca2 8 novembre 2016 15:20

                @Tall

                Puisque « les langues structurent la pensée » il est plus qu’urgent de (ré)apprendre les langues anciennes. 

                (Normalement l’intolérante ici c’est moi... d’où te vient cette aversion pour le latin ?) 

              • Tall Tall 8 novembre 2016 16:11

                @francesca2

                 
                Ne t’inquiètes pas pour ton intolérance .... personnellement, sur le plan psy, je flingue le père et la mère.
                  
                La seule communauté au monde avec qui je partage vraiment des valeurs, ce sont les geeks californiens transhumanistes.

                Leur devise > « Change or die »

                Tout un programme ...


              • francesca2 francesca2 8 novembre 2016 16:37

                @Tall


                 smiley Effectivement. 
                Mais cette communauté n’est pas la portée de tout le monde.

              • Tall Tall 8 novembre 2016 17:34

                @francesca2
                 

                Juste .... mais j’avais déjà toutes ces idées-là en 1973 ( à 19 ans ).... un an après avoir lu « Les origines de la vie » de Joël de Rosnay et juste après avoir appris à programmer le 1er ordinateur ( un NCR 500 ) que j’aie jamais vu.
                 
                Le livre m’avait convaincu de > vie = mécanique ... donc : cerveau = mécanique

                Ensuite, avec l’ordinateur, l’idée d’une intelligence artificielle générale est venue naturellement alors que je ne connaissais même pas encore l’expression « intelligence artificielle ».
                 
                Ce qui fait que, jusqu’à il y a quelques années encore, je me suis toujours perçu comme un Robinson Crusoë complètement isolé sur son îlot intellectuel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès