• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le mariage de la carpe et du lapin permettra-t-il de domestiquer le loup, (...)

Le mariage de la carpe et du lapin permettra-t-il de domestiquer le loup, le renard et la belette

Le titre de cet article reprend volontairement la forme à laquelle les grands fabulistes nous ont habitués pour nous délivrer des messages qui, pour être édifiants, n’en restent pas moins des « fables ».

Le dernier conte pour enfants se racontant à Washington concerne le rapprochement inattendu de deux milliardaires américains qui se seraient découvert soudain des vocations pacifistes et auraient décidé d’unir leurs efforts pour que cessent les interventions dispendieuses interminables de l’armée américaine, ruineuses surtout, car la mansuétude et la compassion ne sont pas les principales des deux acteurs qui sont :

  • à ma droite, l’inoxydable George Soros, portant haut les couleurs du libéralisme du mondialisme et des "nouvelles" valeurs sociétales,
  • à ma gauche, le conservateur Charles Koch, héraut du protectionnisme, du nationalisme et des "anciennes" valeurs sociétales.

Ces deux poids lourds se sont associés pour créer le « Quincy Institute for Responsible Statecraft  » dont le but est de mettre un terme à la guerre éternelle que les États-Unis mènent un peu partout dans le monde mais jamais chez eux depuis 11 septembre 1941, date à laquelle Roosevelt a ordonné d'attaquer les navires de l'Axe croisant dans les eaux territoriales américaines.

Un texte publié sur le site Web de l'institut affirme dès les premières lignes : "La politique étrangère des États-Unis s'est déconnectée de toute conception défendable des intérêts américains et d'un respect décent des droits et de la dignité de l'humanité."

Pourtant, à part le niveau de leurs fortunes respectives, Koch et Soros ont peu de choses en commun sur le plan politique. Soros est très mal vu à droite pour son soutien à la libéralisation de l'immigration et il est souvent la cible des mouvements alternatifs antimondialistes et Koch a été critiqué pour son implication au sein du parti républicain et pour son opposition à ce qu’on appelle maintenant les « politiques climatiques ».

Koch et Soros ont versé chacun un demi-million de dollars à la fondation qui a recueilli 800 000 autres dollars provenant de donateurs privés. L’institut, qui ouvrira ses portes en septembre avant une inauguration officielle plus tard à l’automne, porte le nom de l’ancien président américain John Quincy Adams, qui a déclaré dans un discours de 1821 que l’Amérique « n’[était] pas en quête de monstres à détruire ”. Le but est de militer pour la retenue et la diplomatie plutôt que pour des interventions militaires, ce qui constitue un renversement inédit par rapports aux positions de tous les autres fameux « think tanks » qui, eux, soutiennent soit une des variantes du militarisme néoconservateur soit l’interventionnisme libéral », ce qui ne fait pas grande différence pour les victimes des uns ou des autres.

Les convictions politiques opposées de Soros et Koch sont supposées apporter de la crédibilité à leur nouveau projet. Il faut reconnaitre qu’il ne s’agit pas d’un réveil brutal dans les deux cas. L’un comme l’autre ont déjà exprimé leurs objections à une intervention de leur pays à l’étranger dans le passé.

Dans une interview accordée à MSNBC en 2015 , Charles Koch avait déclaré : « Pour moi, la politique étrangère est une forme de folie. … Nous n’arrêtons pas de nous débarrasser des dictateurs pour ensuite ne rien améliorer, et nous gâchons la vie de nombreuses personnes dans ce processus. Nous dépensons des fortunes et nous faisons tuer et mutiler des Américains. » La mort et la mutilation de ceux qui sont en face ne sont pas son truc, à Koch, mais c’est déjà un début.

Soros a également fait plusieurs déclarations contre la guerre, notamment dans HuffPost, où il a écrit en 2006 à propos de la guerre contre le terrorisme : « Une guerre sans fin menée contre un ennemi invisible fait beaucoup de tort à notre puissance, à notre prestige à l'étranger et à notre modèle de société parmi nos propres compatriotes. Cela a conduit à une extension dangereuse des pouvoirs exécutifs ; cela a terni notre adhésion aux droits de l'homme universels ; cela a étouffé le sens critique qui est au cœur d'une société libre ; et cela a coûté beaucoup d'argent. » Bon, d’accord, l’argent, y pas que ça dans la vie, mais quand même !

Koch et Soros prévoient de publier des informations et de participer à diverses campagnes anti-guerre, puis de mettre en place des « alliés » (comprendre émissaires) dans l'état-major du Congrès et dans l’administration de l’exécutif américain.

Il serait intéressant de savoir ce qu’en pensent le Pentagone, la NRA, Cambridge Analytica et la famille Mercer, John Bolton et Madeleine Albright. Avec un peu d’EPO dans le bourbon, on devrait pouvoir bientôt assister à quelques spectacles pyrotechniques. Mais justement, est-ce que tout ne fait pas justement partie du spectacle ? Ou alors, pour revenir au titre de l’article, les fabulistes n’ont-ils pas oublié deux choses :

  • certains mariages sont tabous
  • certaines espèces sont impossibles à domestiquer.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 4 juillet 18:34

    Les grecs anciens avaient parfaitement compris les dangers de l’hubris, ils s’en méfiaient, comme de la peste.

    Ce qu’il faut de renoncement pour parvenir à ces deux déchets toxiques...


    • placide21 6 juillet 18:13

      @Clocel
      Ils ne sont pas toxiques pour tous le monde :Tout ces beaux noirs affutés par la survie viennent s’occuper des vieilles dont nous ne voulons plus  ; pour celles ces déchets sont des bienfaiteurs


    • Xenozoid 4 juillet 19:29

      oui j’ai lu ça aussi,qui va chanter ?


      • Xenozoid 4 juillet 19:44

        @assurancetourix

        le vilain petit canard ?


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 juillet 20:06

        @Xenozoid

        Je ne sais pas, mais en tous cas, sûrement pas le rossignol de l’empereur


      •  Christian Deschamps Christian 4 juillet 23:16

        c’est les vacances un peut de lecture ne fait pas de mal

        Ne travaillez jamais 

        La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord

        Alastair Hemmens

         

        Préface d’Anselm Jappe

         

        Disponible en librairie le 14 juin 2019

        Editions Crise & Critique

        *

        16€ - 330 pages

         ISBN : 978-2-490831-01-2

        Diffusion et distribution : Hobo-diffusion/Makassar distribution

        http://www.palim-psao.fr/2019/05/parution-de-ne-travaillez-jamais.la-critique-du-travail-en-france-de-charles-fourier-a-guy-debord-d-alastair-hemmens-preface-d-ansel


        • lloreen 5 juillet 10:06

          @Christian
          La simple logique permet de comprendre l’ évidence de ne jamais travailler.
          Les machines travaillent.Pas les êtres humains...sauf à être considérés comme des ressources, ce qui est précisément le cas dans le système capitaliste...Mais à défaut de comprendre cette arnaque beaucoup continuent à se prostituer du matin au soir en échange de la monnaie de singe de ces escrocs du crime bancaire organisé. 


        • Kapimo Kapimo 5 juillet 01:46

          « L’un comme l’autre ont déjà exprimé leurs objections à une intervention de leur pays à l’étranger dans le passé. »

          Quant on connait l’activité de Soros, on ne peut que s’esbaudir.


          • lejules lejules 5 juillet 09:28

            @Kapimo
            peut être faut il comprendre que les milliardaires ne se font plus d illusion sur la possibilité que les USA deviennent l empire du monde et que face a l’avènement de puissances comme la chine et la Russie ils se devaient d ’avoir une politique plus réaliste.ce qui correspondrait a la vision isolationniste traditionnelle des US, et serait en accord avec la politique de Trump.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 juillet 10:47

            @lejules

            L’isolationnisme est en effet une tradition américaine que les 75 dernières années ont tendance à faire oublier. Dans l’opinion publique américaine des années 30, l’intervention américaine dans la « Grande Guerre » était même condamnée. Elle n’avait, disat-on, servi à rien. Quatre millions d’hommes avaient été mobilisés. Les ressources du pays avaient été réquisitionnées pour porter secours aux Britanniques et aux Français. Wilson avait passé cinq mois à Paris pour négocier le traité de Versailles et le pacte de la SDN. Pour quels résultats ? « Les associés » d’hier n’exprimaient aucune reconnaissance. Ils ne remboursaient pas les dettes qu’ils avaient contractées pour poursuivre le combat. Il ne fallait pas que les États-Unis tombent, une fois de plus, dans le piège.

            L’isolationnisme ne plaisait pas à Roosevelt, mais il ne pouvait pas aller à l’encontre d’une opinion majoritaire. « C’est une chose terrible, disait-il, de regarder derrière son épaule quand on essaye de gouverner et de s’apercevoir que personne ne vous suit. »

            Mais L’Allemagne le 11 décembre 1941, l’Allemagne a annoncé qu’elle entrait en guerre contre les États-Unis qui étaient restés jusque là une « spectateur engagé », et on connait la suite : Yalta, le partage du monde, la guerre froide, le Vietnam, l’Irak, etc.

            On dirait en effet que le balancier revient.


          • Eric F Eric F 5 juillet 12:36

            @Séraphin Lampion
            "Ils ne remboursaient pas les dettes qu’ils avaient contractées pour poursuivre le combat"
            En fait la France a remboursé 47% de ses dettes envers les Etats Unis suite à la 1ère guerre mondiale, mais l’Allemagne n’a versé que 16% des réparations prévues suite au traité de Versailles (conférence de Paris) soit 36 milliards sur 226 (réduit ensuite à 132). En outre, une grande part de ces dettes de geurre avaient servi a acheter des armes et denrées étasuniennes, l’économie de ce pays a été la grande bénéficiaire de ce conflit ...et du suivant.


          • lejules lejules 5 juillet 13:23

            @Séraphin Lampion
            concernant la guerre de 1914 l’industrie américaine et les profits de guerre US ont été surévalué d’une manière éhonté digne de la mafia. les USA ne sont intervenu en 1917 que parce que les allemands allaient gagner. en effet suite a la révolution russe les allemands ont rapatrié leurs troupes sur le front français. l’Allemagne gagnant les USA pouvait dire adieu a leur remboursement de guerre . c ’est pour cela qu’ils sont intervenus.( pour faire simple)
            en 1945 ils sont intervenu pour empêcher les russes d arriver j’usqu’a Strasbourg et devenir ainsi les seuls vainqueurs de la 3eme guerre mondiale.en parallèle les ricains ont bombardé Hiroshima et Nagasaki pour empêcher les russes d’envahir le Japon. le bombardement de Dresde en Allemagne était un avertissement pour les Russes si vous envahissez la totalité de l Allemagne nous avons de quoi faire pour lancer une bombe atomique sur Moscou.
            extrapolation ? du bon sens géopolitique tout simplement.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 juillet 13:24

            @Eric F

            « l’économie de ce pays a été la grande bénéficiaire de ce conflit ...et du suivant.  »

            cqfd, mais aussi de tous ceux qui ont suivi (Corée, Vietnam, Irak) et continuent (Yemen, Syrie, Afaghanistan), cf la vidéo de trump et MbS qui relativise les perspectives de « neutralité » ou de « retrait » des USA...


          • Eric F Eric F 5 juillet 17:15

            @Séraphin Lampion
            exact, mais dans le cas des deux guerres mondiales, les USA ont bénéficié de notre affaiblissement pendant la période de ces conflits.


          • Julot_Fr 5 juillet 09:20

            Ces cretins on perdu le controle des usa et essaie de rectifier le tir.. actuellement Rostschild.. pardon UK doit personnellement arreter les supertanker iranien en route pour la syrie


            • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 09:56

              Tiens, serait-ce que les interventions américaines contrecarrent les propres projets de domination du monde de ces deux dangereux loustics ?


              • François Vesin François Vesin 5 juillet 10:52

                « Koch et Soros prévoient de publier des informations »


                C’est surement pour ça qu’Assange est conservé en chambre froide

                On sent nos deux « humanistes » très à cheval sur la fraîcheur de l’info !!!


                • Eric F Eric F 5 juillet 12:39

                  On peut ironiser sur les intentions, mais néanmoins leur initiative est positive sur le fond.


                  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 juillet 12:45

                    @Eric F

                    c’est à peu près aussi crédible que le deal du siècle de Kushner (qui d’ailleurs n’est ni élu ni nommé et représente officiellement les USA en tant que gendre du président. 


                  • Eric F Eric F 5 juillet 17:11

                    @Eric F
                    Il s’agit bien sûr avant tout de « com », mais n’est-il pas préférable que des gus qui ont une certaine audience -et peut-être influence- aillent dans un autre sens que les bellicistes militaro-industriels et ultra-sionistes de l’entourage présidentiel ?


                  • Djam Djam 5 juillet 16:00

                    Séraphin Lampion

                    Merci pour cette info qui en dit plus long que l’annonce de cet attelage discutable.

                    A dire vrai, la carpe et le lapin peuvent, ponctuellement, faire équipe. Soros étant un des plus féroces évangélistes de la mondialisation par l’uniformisation intégrale, créateur de l’Open Society tout un programme qui dit bien ce qu’elle vise et Ch. Koch, conservateur et libertarien, au sens américain du terme (c.à.d. ultra libéral) et... protestant assumé de par sa généalogie.

                    Ce qui explique sans difficulté pourquoi le protestantisme est tout à fait compatible avec l’esprit judaïque, les deux obédiences étant marquée par l’argent comme marque divine d’une vie « réussie ».

                    Le congrès est le lieu où se décide pas mal de choses pour les américains. Il est aussi le lieu d’une guerre plus ou moins feutrée entre le puissant lobby AIPAC (https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Israel_Public_Affairs_Committee) et les républicains (version américaine, qui n’a pas grand chose à voir avec nos « républicains » français) bien que classé à droite, il s’oppose de fait au parti dit « démocrate » qui, aux USA, est à peu près l’équivalent de notre gauche sociétale et progressiste (Hillary Clinton se réclame de cette « gauche » curieuse, violente et intolérante en France).

                    Que Soros et Koch fassent alliance pour occuper le lieu des grandes décisions influentes du Congrès n’est pas si surprenant. A ce niveau de pouvoir pathologique et d’évangélisation pour la Nouvelle Religion d’un monde ouvert (avec tous les courants d’air qui vont avec), ces deux là ne peuvent que collaborer. Le 1er parce qu’il se prend vraiment pour un prophète (lire son propre livre où il explique qu’il a « une mission » sic ! ) et veut vraiment ouvrir le monde entier comme on ouvre un lapin à enfourner, et le second parce que son goût pour le profit financier maximal et permanent ne peut se faire que si le « monde est ouvert » sans plus aucune limite.

                    Dans ce milieu de grands malades du matérialisme religieux, on fait des alliance utile. L’amitié, les affects n’ont pas leur place. On fait dans le « pragmatisme » anglais, appelé aussi l’utilitarisme.

                    Face à ces deux visions, la culture française, du moins avec ce qui lui reste au milieu des cendres de la déchristianisation orchestrée par les deux courants sus mentionnés, ne peut guère trouver un équilibre. A force de culpabiliser le peuple français parce qu’il n’a jamais aimé l’argen comme unique objectif d’une vie réussie, le « pragmatisme utilitarisme » anglo américain achève de faire des ravages dans les esprits les plus ramolli par l’acculturation générale, elle aussi, sciemment organisée.

                    Soros est l’un des financeurs principaux des migrations massives et des « révolutions de couleurs ». La mise en œuvre du fameux et funeste « Chaos constructif » se déploie sous nos yeux. L’Amérique n’étant in fine qu’un laboratoire du pire dans le cadre de la phase finale d’une civilisation occidentale attaquée de toute part.

                    L’Amérique a son Soros et son Koch, la France a son Attali, son Minc, son Jouyet, son BHL... autant d’ennemis avérés, anti France « moisie, conservatrice, identitaire... » et bla bla bla, qui sont tous en relation, via les « fondations » idéologiques ad hoc, avec les réseaux Soros, Rothshild, fondation Berterlsman, fondation Gorbachev etc etc etc...




                    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 juillet 16:10

                      @Djam

                      merci, vous avez mille fois raison, hélas...


                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 juillet 17:24

                      @Djam

                      la France a son Attali, son Minc, son Jouyet, son BHL... autant d’ennemis avérés, anti France « moisie, conservatrice, identitaire... » et bla bla bla, qui sont tous en relation, via les « fondations » idéologiques ad hoc, avec les réseaux Soros, Rothshild, fondation Berterlsman, fondation Gorbachev etc etc etc...


                      Bonjour, rassurez-vous, nous aurons bientôt aux prochaines échéances présidentielles, une blonde walkyrie à deux balles, selon les voeux d’Attali, de Minc, de Jouhet, du BHL, pourquoi pas et même sûrement et qui nous fera un programme de pacotille concocté spécialement pour les gueux tricolores pour leur bonheur.

                      Tout le monde sera heureux avec cette nouvelle égérie attalienne, mincienne, BHélienne dans une France « moisie, conservatrice et identitaire » comme vous le dîtes si bien. Je rajouterais sous l’attirail clinquant et bruyant des pissotières médiatiques qui continueront à déverser leur jus à travers leurs incantations à la Démocratie : la télé et son écho permanent, la radio ! Une véritable ré-incarnation élitiste et prometteuse du NOM colossal, universel et belliqueux, avec mise au pas obligatoire de ces même gueux, selon les intérêts exclusifs des boutiquiers officiels, les débris du Sénat, de la Chambre des députés, et bien sûr, des banques, des lobbies,etc. ça fait du monde à contenter.

                      Nous allons vivre une époque formidable, c’est Attali qui le dit, il veille sur nous comme le St-Esprit. Et en quelques tours de passe-passe magiques, nous aurons, même à 2 % d’inscrits, une présidente fraîche comme une rose, pendant que les vieilles tiges qui l’auront poussée sur le trône gagatisent sur des vétilles. Et les deux croulants dont l’auteur Séraphin Lampion nous informe de leurs intentions louables, le groin et le fouinard à l’affût continueront de déverser leur bile cacochyme, et leurs biffetons aux ONG véreuses dans tous les pays qui plaisent tant à Soros, Youpie ! Jusqu’à ce que les gueux universellement tondus par les sordides aient fini de bêler dans toutes les directions et adoptassent enfin la pose tranquille du bétail pour l’abattoir. 



                    • Houp@ Houp@ 5 juillet 17:57

                      Bonjour,

                      c’est bien vu.
                      L’influence du très puissant AIPAC s’est renforcée après le 11 septembre. Ce Comité a phagocyté les institutions d’état (Maison-Blanche, Congrès, administrations, services de renseignements... ), mais aussi la presse et le monde du spectacle a tel point qu’une blague locale prétend que la capitale du 51ème état des USA s’appelle Jérusalem.

                      Une guerre sans merci fait rage entre les sionistes et les républicains depuis l’échec de Mme Clinton au point qu’il y aurait des dégâts.... collatéraux.... !!

                      Dans cette partie, le jeu de l’extravagant Donald Trump n’est pas très clair. A l’internationale, dans ses relations avec la Russie, la Corée du Nord, le Venezuela et l’Iran notamment, il souffle a la fois le chaud et le froid, n’hésitant pas à apparaitre belliciste à la limite de la bouffonnerie (comme pour donner des gages aux mondialistes accrochés à leur velléités d’hégémonie ?), sans mettre cependant ses menaces a exécution (du moins jusqu’à ce jour, heureusement).

                      Il n’est pas impossible que l’alliance malgré tout contre nature de ces « deux-là » s’inscrive dans la lutte en cours, sans qu’il soit possible de déterminer ce qu’elle cache réellement.


                    • Houp@ Houp@ 5 juillet 18:01

                      @Djam
                      @Séraphin Lampion

                      désolé, même si j’accorde plein crédit à cet article, mon précédent message s’adressait en priorité à @Djam.


                    • leypanou 5 juillet 19:42

                      @Djam
                      Il est aussi le lieu d’une guerre plus ou moins feutrée entre le puissant lobby AIPAC (https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Israel_Public_Affairs_Committee) et les républicains 

                       : je ne crois pas.

                      Les 2 partis états-uniens Républicains et Démocrates mangent tous dans la main de l’AIPAC, et chaque année les ténors des 2 partis renouvellent leur acte d’allégeance, comme ici chez nous lors du dîner annuel du CRIF.

                      Lisez Philip Giraldi pour en avoir une idée de l’impact sur la politique étrangère des États-Unis.


                    • Houp@ Houp@ 5 juillet 20:00

                      @leypanou

                      Bonsoir,
                      ce que vous dites est vrai, mais il existe malgré tout des américains « pur jus » ( si je puis dire) dans tous les pans de l’administration (plutôt du côté des républicains, il est vrai) qui s’opposent plus ou moins ouvertement à la puissance et aux diktats de l’AIPAC. L’expression « une guerre plus ou moins feutrée » me semble assez bien choisie pour exprimer que cette opposition nationaliste se débat dans « le marais » pour reprendre l’expression de D. Trump.

                      Les enjeux sont éminemment importants et dépassent bien entendu les frontières du pays.


                    • symbiosis symbiosis 5 juillet 21:00

                      @Nicole Cheverney
                      Je me demande quels gueux minables ont moinsifié le commentaire génial de Nicole Cheverney, sûrement des égéries de la petite blondasse au garde à vous.


                    • leypanou 5 juillet 22:23

                      @Houp@
                      Ces gens-là ont toujours existé, mais ce ne sont pas eux qui décident.
                      Il y a beaucoup de gens très bien aux États-Unis, mais ils ne sont pas au pouvoir.
                      Quand vous écrivez " plutôt du côté des républicains ", je suis d’accord avec vous.


                    • placide21 6 juillet 18:19

                      @Nicole Cheverney
                      Je ne suis pas sûr que la blonde a laquelle vous pensez soit la bonne.


                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 7 juillet 11:28

                      @ placide21

                      Je pense à la jeune, pas à la vieille. La jeune représente le package parfait des ultra-libéraux.


                    • Djam Djam 7 juillet 14:35

                      @Nicole Cheverney
                      Je partage tout à fait votre analyse, bien torchée de surcroît smiley
                      Pour autant, si comme vous je sens venir la walkyrie en question, en même temps (comme dirait notre freluquet indéfini) je suis de moins en moins sûre que cela advienne.
                      Peut-être que je me berlure, c’est bien possible...Mais ce qui m’apparait de plus en plus certain c’est qu’effectivement le peuple français, du moins la masse qui le compose à présent, n’est pas parti pour se redresser. Déjà trop de dilution de populations venues d’ailleurs et qui se contrefoutent totalement de l’histoire du pays, de son génie et du reste.
                      Je dis cela car je vis au milieu de cette masse composite et suis effarée — je l’avoue — par le chaos qui se déploie quotidiennement sous mes yeux et ceux des riverains de mon quartier.
                      Ceux qui, avec un hargne affichée, vocifèrent « la France, c’est nous maintenant » (on aura compris qui cause et de quoi ils causent), sont en train de prendre le dessus dans le pays. Ça, quelque soit sa propre sensibilité politique, on ne peut plus le nier.


                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 7 juillet 16:18

                      @Djam

                      Bonjour et merci. Pour autant, le destin du pays qui se joue aujourd’hui n’est pas seulement lié à des éléments anthropiques composites de la population française. Le peuple français n’est plus homogène, c’est une évidence. Mais c’est aussi la conséquence de la deuxième guerre mondiale, conséquence elle-même de la première guerre mondiale. 14/18 a tué la France, dans ce qu’elle avait de plus spécifique : sa ruralité et le catholicisme, religion majoritaire dans le pays. Toute une génération de Français a disparu -plusieurs classes d’âge dans les tranchées. Et ce grand vide s’il a été comblé par la démographie, ne l’a jamais été intrinsèquement, par l’esprit. Cette France « charnelle » dont parlait les auteurs du début du XXe a disparu.
                      Si mutation il y a eu de la France, elle date bien de cette époque. Et cela a permis aux politiciens véreux, aux voyous de préparer le terrain pour l’irrationnalité sociétale, le chaos qui aujourd’hui prend des allures de pandémonium. Nous ne savons plus au sein de ce grand foutoir qu’est devenu notre pays, par quel bout le prendre. Alors nous avons tous tendance à ramener nos critiques les plus sévères vers le « troupeau », le peuple, la masse, les populations diluées, comme vous le dîtes si bien.
                      Il faut ajuster et affûter les critiques les plus vives, non pas vers le bas, mais toujours vers le haut de la pyramide, vers les seuls coupables, responsables du chaos contrôlé étroitement par tous ceux qui haïssent notre pays, et ne s’en cachent même pas : la ploutocratie. Celle qui hait poliment, celle qui éructe par des mots bien choisis pour dégueuler sur la France ! Elle le fait avec d’autant plus de liberté qu’elle a supprimé la liberté pour ceux d’en bas, liberté de penser, de s’exprimer, de manifester, etc. Elle censure, elle mutile, et là où je suis en colère, c’est que le clergé devenu péteux par son omnipotence dans les instances de pouvoir, car il a tout intérêt à l’être s’il veut survivre, par son silence, son mutisme, sa veulerie, participe de la dissolution de la France et de ses traditions. Le clergé français se tait depuis bien longtemps devant cette élite auto-proclamée qui impressionne. La France part en lambeaux. Même pendant la guerre de 100 ans, au moment où du territoire français il ne restait pas grand-chose qui ne fût passé aux mains des Anglais, même là, l’esprit français n’avait pas disparu et l’âme française restait intacte. C’est ce qui l’a sauvée. Je ne pense pas que les composantes de la population jouent un rôle dans ce délitement. C’est même dirais-je une uniformisation des moeurs et de la pensée Coca-Cola, Quick et Hamburgers, écran plat le grand ennemi du peuple, l’instrument de décérébration principal des élites auto-proclamées , les jeux de masse, la bêtise ambiante, la corruption jusqu’aux plus hautes instances, l’hédonisme comme modèle indépassable de société, ce que l’on appelle le libéralisme-libertaire, issus des débris de 68, la violence généralisée, la pauvreté intellectuelle des produits culturels, cette contamination généralisée des populations jouent à fond dans ce délitement dont nous sommes tous victimes, quelle que soit la religion et la façon de penser la société. C’est une grande épidémie de peste morale qui sévit sur ce pays, où le ver a dévoré le fruit, et le cageot tout entier.
                      Pour revenir à la Walkyrie en question, elle n’aura pour la France aucun égard particulier, car elle-même est le fruit de sa génération. Et de son microcosme où elle évolue et qui ne lui laissera aucune possiblité d’envergure personnelle applicable aux règles du pouvoir. Elle ne sera si elle est élue qu’un pion supplémentaire coupé du pays réel. Qui remerciera-t-elle en priorité lorsque elle sera élue ? Si elle l’est, bien sûr !
                      Souvenons-nous de cette phrase que je sors intentionnellement de son contexte : Qui t’a fait Prince ?


                    • marmor 5 juillet 18:48

                      KOCH, SOROS (Shwarz de son vrai nom) ROTHCHILD, ROCKFELLER, LEHMANN BROS, ATTALI, STRAUSS KHAN, BOTUL ( BHL), DRAHI, DASSAULT( BLOCH) ……. point commun ? De dangereux prédateurs !! Et tant d’autres encore !


                      • jef88 jef88 5 juillet 19:17

                        Le loup, le renard, la belette et le petit lapin ......

                        Qui c’est le lapin ? ? ? ?


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 20:31

                          @jef88

                          Et si, loin d’être nul, Trump était Raminagrobis, déguisé en con pour passer inaperçu pendant qu’il sabote la politique américaine ? N’est-ce la seule hypothèse qui reste à vérifier ?

                          PJCA


                        • Houp@ Houp@ 6 juillet 11:59

                          @Pierre JC Allard
                          Bonjour,
                          c’est effectivement la question qu’il faut se poser (que je me pose ) à son sujet.....

                          Comment avoir en effet la certitude que Trump veut réellement mettre un frein à la politique expansionniste et belliciste américaine

                           ?

                          Son attitude est tellement ambigüe qu’il perd en crédibilité du moins pour les médias et le public ; c’est un personnage pour le moins fantasque.

                          Mais Trump n’a très probablement pas les coudées franches, même au sein du bureau ovale. Il n’est pas impossible qu’il joue un double-jeu pour tenter de parvenir à ses fins......

                          Peut-être le saurons-nous un jour ?


                        • yvesduc 6 juillet 07:18

                          Un soutien public à Julian Assange serait un bon début pour démontrer leur sincérité.


                          • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 6 juillet 13:30

                            des inégalitaires qui veulent parler d’égalité pour les autres : que la classe moyenne partage avec les pauvres mais pas touche aux riches !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès