• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le message de la frappe américaine en Syrie

Le message de la frappe américaine en Syrie

JPEG

Il peut paraître surprenant que le Président américain Joe Biden n’ait pas hésité à autoriser la première frappe militaire de son pays depuis son entrée en fonction. En revanche, les mollahs d’Iran n’ont laissé aucun autre choix au nouveau président face aux attaques successives de missiles des milices pro-iraniennes sur les cibles américaines en Irak.

Des avions de combat américains ont frappé des positions en Syrie orientale le long de la frontière avec l’Irak. La frappe visait les milices irakiennes du Hezbollah et les brigades Sayyid Al Shuhada soutenues par l’Iran.

Le message était clairement adressé à l’Iran. C’est depuis là que sont dirigés les milices et autres armes sectaires pro-mollahs en Irak, en Syrie, au Yémen, au Liban et ailleurs. Mais attention, ce message s’adresse aussi à l’intérieur des Etats-Unis. Les républicains qui critiquent la politique iranienne du président Biden sont aussi visés.

Ainsi, dans sa déclaration, le Pentagone a souligné que «  l’opération envoie un message sans ambiguïté : Le président Biden agira pour protéger le personnel des États-Unis et de la coalition.  »

La frappe américaine a selon la presse tué au moins 20 miliciens, ciblant des brigades du Hezbollah et Sayyid Al Shuhada. Le Pentagone les a tenus pour responsables de nombreuses attaques récentes en Irak.

Parmi celles-ci, une attaque au missile contre une base militaire américaine à Erbil a fait un blessé et une autre attaque contre des bases américaines à Bagdad, y compris dans la zone verte, a touché l’ambassade américaine et d’autres missions diplomatiques.

La Maison Blanche a approuvé la frappe environ un mois après l’entrée en fonction du président Joe Biden. Ce serait une réponse brutale aux démarches indirectes des mollahs pour tâter le pouls au nouveau président et découvrir les limites de sa colère. Voilà ce qui explique les nombreuses attaques à la roquette menées récemment contre des bases et des cibles américaines en Irak.

Une réponse américaine par la force est donc une option pour l’administration démocratique. Cette dernière est souvent jugée encline à recourir à la «  diplomatie  » pour régler ses problèmes. Faire usage de force par les Etats-Unis, il faut le noter, est une option soigneusement calculée.

La frappe s’est effectuée à un moment charnière pour la nouvelle administration américaine. Le président Biden ne veut pas faire dérailler son plan de reprise des négociations sur l’accord nucléaire avec l’Iran. Il ne veut pas non plus garder le silence sur les attaques des milices soutenues par l’Iran en Irak.

Il veut également une certaine fermeté face à ces violations. Son message au gouvernement iranien : contrairement à ce qu’on pourrait croire en Iran et à l’étranger, les options de la nouvelle administration ne se limitent pas à la diplomatie. De ce point de vue, on peut comprendre la toile de fond de cette frappe.

Les motifs du raid américain ont orienté la décision politico-militaire de mener une frappe chirurgicale pour passer le message sans s’embourber dans un éventuel conflit militaire majeur dans une région explosive.

En d’autres termes, le président Biden, dans ce que le Pentagone a décrit comme une «  réponse militaire proportionnée,  » a voulu équilibrer son approche de gestion de crise avec son désir de réussir le test de sincérité au démarrage de ses quatre années au pouvoir.

Il veut paraître ni hésitant ni faible face aux menaces contre les soldats américains en Irak. Faute de quoi, ses adversaires républicains auraient une occasion précieuse de le critiquer et de soutenir que son approche sur l’Iran compromet les intérêts stratégiques américains.

L’administration Biden sait bien que les mollahs iraniens veulent faire comprendre la portée de leur influence en Irak à la Maison Blanche. Les frappes et les contre-attaques sont donc comme un bras de fer indirect et bien calculé. Elles servent de moyen de pression dans une plus large crise, celle de l’influence régionale iranienne, que Washington cherche à inclure dans les négociations prévues sur l’accord nucléaire.

Dans l’ensemble, il me semble que le président Biden prendra d’autres décisions de frappe si les menaces de ces milices se poursuivent. En effet, il ne laissera pas ses opposants politiques l’accuser de mollesse, de repli et de complaisance envers l’Iran.

Les frappes militaires américaines contre les milices se durciront même, si les mollahs ne parviennent pas à s’asseoir à la table des négociations pour un règlement de la crise nucléaire.


Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 3 mars 15:19

    Les USA a qui le parlement irakien a déjà demandé de partir vont apprendre à danser à un rythme qui va leur être imposé.

    Il n’y a plus aucune sécurité pour un américain ou un de ses sbires en Irak, il est devenu une cible, belle opération...


    • sls0 sls0 3 mars 17:34

      Résultat de cette frappe : 

      Les russes n’ont que moyennement apprécié le fait d’être prévenu que quelques minutes avant.

      Du coup ils ont donné accès au système radar du S400 russe pour le système S300 syrien pour qu’ils puissent défendre leur terriroire.

      L’Iran peut décharger ses systèmes de missiles sur la base aérienne russe de Qamishi.

      Les américains sont en position précaire dans le coin.

      Les iraniens étaient en droit de se venger pour Soleimani. Ca ne s’est pas trop fait dans le sang mais en détruisant la base support dans le nord de l’Irak, les USA se sont retrouvé sans support aviation au sol dans le nord de l’Irak et en Syrie. Un A10 ou un hélico ça ne vole pas loin et ce n’est pas un F16 ou un F35 qui fera de l’appui au sol.

      C’en est à un point qu’un base US s’est retrouvé protégée par des batteries antimissile russes.

      Les américains sont stratégiquement coincés vis à vis de l’Iran, retourner dans l’accord avec l’Iran est la chose la plus judicieuse, ils sont coincés.

      C’est le potentiel missile qui en est la cause, l’Iran étant à la ramasse coté aviation ils ont développé un autre potentiel qui leur permet de raser la plupart des bases US de la région.

      Coté missile Israël a vu le potentiel du hezbollah exploser sans qu’ils puissent réagir sans passer pour l’agresseur. 

      Si on tient compte de l’estimation israélienne du nombre de missiles, il y a de quoi envoyer 11 missiles au km2 dans les zones habitables israéliennes, de quoi pertuber le tourisme.

      Raser les 5 terrains d’aviation c’est suffisant, la force de Tsahal c’est l’aviation.

      La stratégie Soleimani, le tuer il y a 20 ans ok, ici sa mort a été la cerise sur son gâteau, raser la base qui donnait la supériorité US dans le nord de l’Irak et en Syrie.

      Vu qu’on parle de Soleimani on oublie pas le Yemen qui résiste pas mal et montre la faiblesse des alliés US du coin.


      • sls0 sls0 3 mars 22:41

        @sls0
        Réponse iranienne : Ain al-Assad, la plus grande base de l’US Air Force en Irak, a essuyé des tirs nourris avec des roquettes de 122 mm ce matin. 
        10 sur 14 ont touché leur cible.


      • altaos 3 mars 20:20

        Non les systèmes S300 et 400 n’ont pas été activés

        Poutine à encore laissé faire comme lors des derniers raids israéliens à partir de l’espace aérien libanais 

        Les russes sont prévenus quelques minutes avant Il y a largement le temps d’activer les unités S300 et 400,mais il ne se passe rien

        Pourquoi

        Il va bien falloir un jour ou l’autre qu’ils se décident à envoyer la purée 

        Les unités au sol trépignent d’impatience pour en découdre 

        Alors----


        • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 12:37

          Cet article obtient une note de 3 sur 52.


          • Doume65 4 mars 12:51

            « Le président Biden agira pour protéger le personnel des États-Unis et de la coalition.  »

            Si c’est vraiment, ce qui l’importe, il lui suffit de faire rentrer ses troupes illégitimement situées en Irak, le parlement irakien en ayant demandé le retrait, à la maison. Et tant qu’il y est, retirer aussi les troupes illégales qui protègent ce qui reste de l’État Islamique en Syrie.

            En réalité, c’est l’impérialisme sans limite qu’il protège.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité