• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le meurtre de Bayonne ou la terreur tranquille

Le meurtre de Bayonne ou la terreur tranquille

Il y a des brèves dont la tonalité fugace, mais fulgurante, impose une gravité dans l’actualité médiatique qui ne peut être confondue avec la somme des turpitudes quotidiennes lisibles à longueur de pages de faits divers. Aussitôt que l’actualité semblait nous avoir accordé suffisamment de répit pour se repaître du ronronnement estival post-Covid, le monde d’après redémarre de plus belle pour nous servir des informations parmi lesquelles on apprendra qu’un conducteur de bus, profession au premier rang des travailleurs de première utilité durant la période de confinement, a été pris à partie par un groupe de quatre individus qui refusaient de porter le masque de rigueur, jeté hors du bus sous le regard de deux autres personnes assises à l’arrière du véhicule, molesté de toute part, et en particulier sur la tête et le visage, pour être laissé tel quel sur le bord du trottoir dans un état profond de mort cérébrale.

Ce qui étonne dans cet acte retentissant, c’est le précipité horrifique de violence dont la nature même du déroulement stupéfie, pour peu que l’on veuille détourner le regard du florilège de crimes et délits dont les scènes de la vie urbaine en France sont désormais généreusement gorgées malgré leur sporadicité : les assaillants, dans un prétexte de tout ce qu’il y a de plus dérisoire, manifestèrent la volonté jusqu’au-boutiste de terrasser la vie d’un homme surgi du quotidien le moins polémique, non pas en cherchant simplement à le diminuer ou à lui nuire, mais en s’acharnant sur son corps jusqu’à plus soif, dans un élan résolument meurtrier, en ciblant spécifiquement la boîte crânienne, comme si ceux-ci avaient soudainement oublié dans leur transe macabre que les coups portés à la personne qu’ils s’appliquaient à détruire, étaient susceptibles de lui provoquer une mort irréversible.

Tout cela est à dire que le déracinement contemporain laisse désormais dans son sillage des bandes entières de jeunes errants issus des banlieues que d’aucuns auraient eu le malheur de croiser de près au détour d’une ruelle mal engagée, cumulables par centaines et par milliers sur les registres de criminalité, comme autant de routiers de l’asphalte, respirant la haine fétide, n’ayant presque plus que pour eux-mêmes comme seul rapport au monde et à l’Autre une vindicte hargneuse prête à dégainer. Loin de dire que ce crime commis était le fruit d’une stratégie en bande organisée, on peut aisément reconnaître dans les saillances de la scène le choix délibéré de s’attaquer en priorité à la tête après avoir déstabilisé l’ « adversaire », comme un témoignage des injonctions à la fortitude impavide, irréfléchie couramment adressées aux jeunes de banlieues entre eux, façonnant les adages d’un folklore urbain dont il ne s’agit ici que d’un échantillon, mais qu’il est devenu difficile de contourner quand on habite en métropole.

Très souvent issus de l’immigration nord-africaine, ces jeunes sont d’une génération n’ayant rarement vécu ailleurs que dans le quartier où ils sont nés, ce qui renforce immanquablement le sentiment de cohésion générale, parfois bâtie autour des fantasmes mirifiques dans lesquels on les a complu d’une sorte de terre originelle où ils n’ont jamais réellement vécu pour pouvoir en ressentir les contraintes. L’hybridité dans laquelle cette génération se meut explore le creuset de la gangue ethnique coagulée au magma épaississant du consumérisme contemporain, des modes américaines et de leurs effets massificateurs. Or quelques semaines auparavant, il se trouve que des manifestations organisées par le collectif Adama Traoré, au nom du martyr éponyme controuvé censé justement représenter cette génération, venaient au contraire sonner le pas de charge contre tout ce qui s’assimilait, de près ou de loin, à un simulacre de ce phénomène ambiant, indéfini, atmosphérique et atavique du racisme, et piétinaient les stèles de nos morts qu’ils utilisent comme un podium pour leur affichage identitaire. On ne saurait plus bien dire exactement s’il s’agit d’une idéologie de hiérarchisation des races ou bien d’un rejet d’une altérité culturelle.

Cette convergence assez paradoxale entre des banlieusards farouchement communautaristes et des bourgeois de centre-ville ou autres bobos épars nous donne au moins le soin de circonscrire assez clairement les forces en action pour démanteler l’édifice qui garantit encore la cohésion de notre société. Ces derniers ne pourront s’appuyer sur les premiers tant que ceux-ci rimeront qu’avec l’antienne réductrice de la victime éternelle, les tissus de litanies éhontées auxquels viennent se heurter quelques réalités élémentaires pour le commun des mortels comme la surreprésentation carcérale écrasante des jeunes issus de l’immigration, la démultiplication et l’évolution même des incidents délictueux.

En attendant les beaux jours, tandis que les voiles, les burkas, les hijabs et autres marques de pudeur éclosent inopinément sous le soleil de la saison estivale comme une fleuraison printanière, les petits français pourront encore songer au Graal caché d’une souveraineté collective reconquise. Tant que des faits de barbarie comme le meurtre de Bayonne feront encore et toujours résonner cette petite musique acerbe, cette partition acide d’où se dégagent les notes discordantes d’un boléro amer et narquois nous rappelant, sous le vernis bienséant de l’indifférence, lorsque la terreur politique se dédouble de la terreur tranquille, que la dépossession de notre souveraineté collective débute par le dépouillement pur et simple dans l’espace public de notre propre souveraineté individuelle, sur le palier de notre porte.


Moyenne des avis sur cet article :  2.95/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Bec à foin Carabosse 12 août 12:06

    Supprimez déjà tous les adverbes inutiles dans ce texte ; ça ne sera pas plus digeste, mais moins lourd.


    • Jeekes Jeekes 12 août 14:45

      @Carabosse
       
      Et, avec un peu de chance, on pourrait peut-être comprendre ou il veut finalement en venir, le n’auteur... 
       


    • Bec à foin Carabosse 12 août 15:29

      @Jeekes

      Ça, c’est pas compliqué, il veut illustrer cette saloperie toxique, le bible des identitaires de tous poils.


    • Buzzcocks 12 août 16:22

      @Carabosse
      Quand j’ai lu la phrase : "L’hybridité dans laquelle cette génération se meut explore le creuset de la gangue ethnique coagulée au magma épaississant du consumérisme contemporain", j’ai cru que j’étais sur l’article de Fergus sur les patois français, paru au même moment. J’ai pensé que c’était du Gallo Picard à tendance Zoulou. 


    • OMAR 12 août 17:54

      Omar9
      .
      @Carabosse
      .
      Ou plutot, il se prend pour @cadoudalle-de-sol, mais en plus, en dissertant sur des faits divers raclés dans les poubelles de certains journaleux.


    • koulouge 12 août 14:58

      excellent et d’une réalité incontournable,


      • OMAR 12 août 18:05

        Omar9
        .
        @koulouge
        .
        Tout-à-fait...
        .
        Comme l’histoire de Alexandre Muller , l’agresseur à la machette...

        https://www.republicain-lorrain.fr/faits-divers-justice/2020/08/11/agression-a-la-machette-en-pleine-rue-prison-ferme


      • binary 12 août 22:15

        @OMAR
        Un « différent financier » c est ce qui opposait le flic Chauvin et le « gentil » Floyd.
        Dans le cas présent nous parlons de port de masque en tissu.
        Dans un cas, il y a une clé d étouffement.
        Dans l autre, un déchainement de barbarie sans limite.

        Comparons ce qui n a aucun rapport, des fois que ça marche.


      • OMAR 13 août 11:06

        Omar9
        .
        @binary
        .
        Vous pensez que les gens ont atteint ce degré de laxisme et d’indifférence jusqu’à être insensible à ce qui est arrivé à ce malheureux conducteur de bus ?
        .
        Ce qui est odieux, c’est de se servir de ce drame, non pas pour réclamer justice et condamner ses auteurs, mais d’impliquer et de vouer aux gémonies toute la communauté « issue de l’immigration nord-africaine » (sic).,

        .
        Et aussi de passer sous silence similaire drame quand les coupables ne sont pas issus de cette communauté, ou que ces derniers en soient les victimes.


      • foufouille foufouille 13 août 11:16

        @OMAR

        la moindre victime pas blanche, même de sa connerie sans casque sur scooter volé, c’est du hurlement au racisme avec manif et bagnole explosé, etc ............


      • ETTORE ETTORE 12 août 21:02

        Il ( l’auteur) devrait comprendre que cette société est divisée grosso modo en quelques parts d’intelligence, plus ou moins à l’oeuvre, plus ou moins active, plus ou moins concernée, plus ou moins...existante, simplement.

        Si vous mettez un philosophe, qui est capable d’analyser le pour et le contre, tout en créant un courant d’équilibre à travers tout ce qu’il déclare, parce que finalement, il en arrive au raisonnement suivant ;

        « Tout est égalitaire, en tout, qui suis je pour le contredire ? »

        Voilà, un raisonnement juste, mais une impasse en même temps, impasse crée par les différences d’intelligence dans le monde, ou il se permet de se positionner, sans appel !

        Cet impasse....c’est le genre d’individus, qui « se permettent » dans un raisonnement d’auto justification, de mettre à mort, sans aucune retenue, sans questionnement, sans remords, une personne, et, peu importe le motif, ce n’est qu’une obéissance aveugle à un instinct primaire, sauvage, non évolué !

        Et qui gagne d’après vous ?

        Celui qui raisonne ? ou celui qui tient la massue, et qui ne veut surtout pas entendre quoi que ce soit contre son instinct sauvage.

        Nous avons tort de croire que ce pays, est le pays de lumières, loin s’en faut !

        Il reste bien sûr, de l’honnête père de famille, à l’écrivain, en passant par tant d’érudits de la vie, une trame flottante, qui nous porte à penser que cela n’arrive qu’aux autres et que c’est vrai que les jungles, dans notre pays, contrairement à la déforestation de la forêt d’Amazonie, est en plein développement.

        Les incivilités, même moins graves, sont monnaies courantes, et le fait de ne pas regarder un individu dans les yeux, par peur de se faire embrocher par la pointe d’un couteau, est le quotidien de biens des gens, qui ne sont, ni philosophes, ni savants, mais de simples personnes qui veulent continuer à vivre sans traumatismes autres que des nouvelles de meurtres par des dégénérés notoires

        « Connus des services de police ! »

        J’aime bien cette façon de dire les choses, car elle prouve que même les assassins ont leur « fan club » même à se demander si ils ne leur signent pas des autographes .


        • vraidrapo 13 août 08:57

          @ETTORE
          Je me demande ce qui se passe en haut lieu, chez les grands manitou du Bilderberg et consorts...
          Ils me donnent l’impression contradictoire de manipuler les pays, les sociétés et d’être dépassés par les événements de délinquance sociale ou de s’en désintéresser...
          Pendant 40 ans nous avons eu des discours que chacun a en mémoire : « prévention plutôt que répression », « injustice sociale », « Terre d’accueil »...
          Aujourd’hui, Michel Onfray a fait sa mise au point, en substance,  la délinquance des banlieues s’est imposée à la République... et beaucoup, ici lui tombent dessus comme sur Houllebecq pour son soumission, particulièrement rafraichissant ! smiley
          Quel est le degré de préoccupation des grands manitou (qui fabriquent des milliers de milliards de fausse monnaie au besoin) et qu’est-ce qui le motive ???


        • velosolex velosolex 13 août 09:16

          Une nouvelle qui m’a glacé, stupéfié par sa bétise et sa perversion.

          « Une exploitation bio de Puy-Sainte-Réparade (Bouches-du-Rhône) a été ravagée le 8 juillet. Les propriétaires se sont aperçus quatre jours plus tard que leurs parcelles avaient été aspergées de produits chimiques. Des analyses récentes mettent en évidence une quantité importante de glyphosate.

          Mais le calvaire ne fait que commencer. Quatre jours plus tard, Tristan Arlaud voit une grande partie de ses plantes mourir.

          L’agriculteur bio constate à la vue de ce désastre que des produits chimiques ont été aspergés dans les serres.

           »Les plantes ont résisté quatre jours. Mais durant ce laps de temps, j’ai travaillé parfois avec un de mes employés dans les serres. Le premier jour, j’ai fait six heures consécutives dedans. Le produit est inodore et incolore donc je ne pouvais pas m’en rendre compte« , indique Tristan Arlaud.

          Sa santé se détériore alors rapidement. Il perd 7 kilos en 10 jours. L’agriculteur ira même par deux fois à l’hôpital. Il a 8 jours d’Incapacité totale de travail.

           »Au bout de deux jours, j’avais moins d’énergie, des nausées, des vomissements. Pendant une semaine, mon cerveau n’arrivait pas à retenir ce qu’on me disait. J’ai été clairement intoxiqué« , rapporte Tristan Arlaud.

          15 fois la dose règlementaire de glyphosate

          Les exploitants agricoles effectuent alors un test sur leurs terres et leurs plantes. La semaine, le résultat est sans appel. Du glyphosate a mis délibérement dans les serres.

           »C’est 15 fois la dose autorisée pour un agriculteur normal. Nous n’en utilisons pas comme nous sommes en bio mais seuls les agriculteurs utilisent ce produit dévastateur", souligne l’agriculteur bio.


          • foufouille foufouille 13 août 09:43

            @velosolex

            c’est dommage pour eux mais à force de vouloir interdire le non bio, ça devait arriver.


          • ZenZoe ZenZoe 13 août 11:38

            @velosolex
            Bêtise et perversion ?
            Vous plaisantez. Il s’agit d’un acte criminel, puisque l’agriculteur aurait peut-être pu en mourir. N’ayons pas peur des mots.


          • chantecler chantecler 13 août 11:42

            @foufouille
            Vraiment n’importe quoi foufouille !
            Quand t’arrêteras tu ?
            ...
            Alors pas toxiques les pesticides ?


          • foufouille foufouille 14 août 08:56

            @chantecler

            d’après ce que j’ai lu il s’agissait de concentré à 15 fois la norme.

            ça dépend de la dose mais c’est trop compliqué pour toi.

            certains écolos sont effectivement taré, on en a ici.


          • foufouille foufouille 14 août 08:58

            @chantecler

            la crotte de poule est un engrais naturel donc tu peux en manger 1kg.


          • ETTORE ETTORE 13 août 11:07

            vraidrapo

            @

            Ils me donnent l’impression contradictoire de manipuler les pays, les sociétés et d’être dépassés par les événements de délinquance sociale ou de s’en désintéresser...

            Le ressenti est exact, mais les raisons sont faussées, car la raison première de tout cela, c’est construite marche par marche, pour arriver, maintenant, à avoir un pied dans le vide du gouffre.

            La problématique avec les états successifs, et de l’actuel également, à toujours été de se servir des changements de la société pour leur propres intérêts.

            La première chose que se dit un politique, face à un problème de société, c’est :

            « Comment je peux me servir de ça, pour ma pomme  » Et arrivent sur le jeu, des conseillers de tous bords, financiers, administratifs, opérateurs de santé, maintien de l’ordre, qui tous conseillent et prodiguent des conseils, mais, mais, mais.....

            UNIQUEMENT dans le sens des affaires du monarque en place.

            Comme la décision unilatérale d’un homme, surtout préoccupé par la gestion de son mandat, prime, et que jamais les choses ne vont, dans ce qu’on peut appeler le

            « bon sens » , chaque « non sens » accumulé« depuis des lustres, comme une couche de compost, sur couche de compost, les successeurs » successifs« , gèrent toujours leurs profits personnel, mais, mais, la couche de compost, elle se régénère et fermente comme une auto combustion en phase finale.

            Certains, surtout comme le dernier en place, qui a bien compris, que plus le problème est grand, mieux vaut laisser le problème se régler entre les mains des

             »chances pour la France« . Un blanc seing » signé en toute omerta, mais dont ont vois bien que ces « mandatés ,occultes » du pouvoir, jouent les anguilles avec la loi, faisant mettre genou à terre, au chargé de la circulation, et de la règlementation, qui pourtant, gazait, estropiait, défigurait à tout va.....des personnes qui, justement s’élevaient contre cette parodie d’état, et la servitude des dirigeants envers ces

            assassins, qui ne servent qu’à être une forme de police de la peur parallèle.

            Police de la peur, qui n’est pas payée par l’état, et qui garde les moutons dans l’enclos épineux des combats de religion, et des idéologies qui ne sont pas propres à notre civilisation .

            Le reste.....Comme dit, nous avons déjà un pied dans le vide ! Et au vu de ce qui se passe actuellement, des pressions qui s’accumulent, des peurs crées, des contraintes obligées.....La prochaine pichenette seras fatale.

            Maintenant à savoir qui dans cette composition, du manipulateur ou des manipulés, va effrayer le troupeau une fois de trop......


            • vraidrapo 13 août 11:53

              @ETTORE
              Merci. C’est ce que je voulais te faire écrire !


            • Pierre 13 août 13:08

              Résultat de la niaiserie bobo de gauche qui gangrène notre époque...


              • Crab2 15 août 07:56

                Police de la pensée : CENSURE

                Le lien de redirection vers mon Blog figurant à la fin de mes commentaires vient d’être interdit (URL Blogspot) sur Facebook, suite à un avertissement émanant de plusieurs personnesbien sûr ; j’ai coché la case contestation, pas réponse pour le moment.

                https://laicite-moderne.blogspot.com/

                .




                • Crab2 15 août 07:59

                  Critères moraux

                  Il est insupportable qu’une partie de la population dicte ses critères moraux à l’ensemble de la société

                  SUITE

                  https://laicite-moderne.blogspot.com/2014/03/criteres-moraux.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité