• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Miroir aux Présidents

Le Miroir aux Présidents

Sire Président,

En votre honneur, j’ai dévoyé quelques fables, à ma façon, afin de sacrifier à l’antique tradition du miroir aux princes. Je ne doute pas qu’elles vous raviront. Elles sont, autant que se peut, un modeste reflet réfléchi à vos qualités et à votre immense dévotion pour un pays qui, même avec tous ses bienfaits, ne saurait vous combler tant il est indigne de votre auguste Majesté.

Souffrez néanmoins que je vous les offrisse comme le cadeau d’un homme qui n’est rien et qui vit seulement de votre bonté et de votre génie à nous gouverner. Elles forment un triptyque qui regroupe la manière de candidater, d’être élu enfin de gouverner.

J’y fais une allusion à un certain Périandre célèbre pour avoir conseillé à Thrasybule, le tyran de Milet, de « couper les épis qui dépassent ». Je le suppose de vous connu, car en fin analyste de Machiavel et de l’art de gouverner, vous ne pûtes lui être passé à côté, quoique le procédé ressemblât plus à un expédient qu’à une manière de gouverner.

J’use également, voyez comme votre influence sur la vie intellectuelle de notre pays est grande, d’un mot ancien, plus guère usité : horion ; dont il ne vous aura pas échappé le sens : prendre un coup sur la tête, ce qui semble si bien seoir à vos distingués zélateurs, lesquels se sont mis en marche et distribuent force coup de casques afin d’assurer la victoire définitive du parti du bien, que vous incarnez, contre le mal par nature « illibéral », nationaliste, homophobe, rétrograde. La révolution est en marche. Et les pauvres modernes aristocrates qui subsistent, n’ont qu’à présenter leur cou blanc (signe à soi seul de toutes les dérives) au bourreau avant que vous ne les attrapassiez et leur fîtes passer l’envie de venir « vous chercher ».

Enfin, vous ne vous offusquerez certes pas, que j’utilisasse quelques mots issus de la langue du divin Shakespeare, ou plus être plus exact des mots qu’eussent certainement utilisé un Molipeare, à moins que ce ne fût un Shakesère, s’ils eussent existés et si l’Angleterre et la France n’eussent fait qu’un ; bref un subtil et savant mélange de votre langue de naissance et de celle de votre cœur. Notez, que, sans flagornerie aucune, je fais usage de votre célèbre « en même temps », et que comme vous, sans toutefois atteindre à votre génie, suis un homme double, ou séparé : c’est tout un en somme.

Votre Très Dévoué et Très Humble Serviteur

 

Le président et ses sujets (ou comment candidater)

 

Maître Macron dans sa banque perchée

Sentait du bec comme un rance fromage

Le peuple français, par l’odeur dégoûté

Lui tint à peu près ce langage :

« Et bonjour, Monsieur le Nanti

Que vous êtes laid, que vous me semblez pourri

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes l’Attali des hôtes de ces parigots ».

Le Macron qui n’aime pas les mendigots

Envoya son Benalla,

Pour casser du paria.

Le peuple français dit : « Mon cher Président

Nous avons appris qu’ici-bas tout résident

Vit aux dépens, de celui qu’il élit.

N’ayez cure cependant : aucun de vos délits ne nous serviront jamais de leçon,

Grâce à la télé, nous serons toujours attentifs à entendre

Ceux qui nous promettent Périandre

Et que sans vous, nous risquons des horions ».

 

 

 

Le voleur et les électeurs (ou comment être élu)

 

Pour un peuple enchaîné deux factions se battaient :

L’un voulait le plumer ; l’autre le voulait vendre.

Tandis que coups de poing trottaient,

Et que nos champions songeaient à se défendre,

Arrive un troisième larron,

Qui saisit l’opinion avec aide et aplomb.

La France c’est comme un brave petit soldat.

Les Usurpateurs sont tel et tel candidat ;

Comme la Le Pen, le Fillon, et le Hongrois.

Au lieu de deux j’en ai rencontré trois.

Il en est assez de ces imbéciles,

De nul d’eux n’est souvent la Province conquise.

Un quart Voleur aidé des médias les accorde en effet,

En se saisissant du vote des benêts.

 

 

 

Le Macron et les gueux (ou comment gouverner)

 

Il faut en démocratie autant qu’on peut s’aliéner tout le monde.

On n’y a jamais besoin de plus petit que soi.

De cette vérité deux faits divers feront foi,

Tant la chose en politique abonde.

Entre les pattes d’un Macron,

Un chômeur négligea d’aller au Pôle Emploi à son appel.

Le Roi des français en cette occasion

Montra ce qu’il était, et lui supprima l’APL.

Ce méfait ne fut pas perdu.

Quelqu'un aurait-il jamais cru

Qu’un Macron d’un gueux eût affaire ?

Et pourtant il advint qu’au sortir d’un de ses démêlés,

Ce Macron fut pris dans une affaire bien emmêlée,

Dont sa condescendance le put facilement défaire.

Sire chômeur accourut ; et comme moults suffragants,

Il applaudit du Macron tout l’ouvrage,

Pourvu qu’il eût son internet

Et qu’il perçoive un ersatz de salaire (net).

Argent, pouvoir et média font que dans le temps

On oublie le mépris des grands, et, ce qui est plus intriguant,

Sur ses menus deniers le rabotage des gouvernants.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 13:42

    Je vous ai menti. Non l’argent ne ruissellera pas du haut de la montagne. Vous ne voyez pas que l’eau est polluée. Cornegidouille, c’est de la merdre.


    • zygzornifle zygzornifle 1er août 2018 13:54

      Macron, favoris de Tibère. Il présida au supplice de Séjan, et obtint en récompense la charge de préfet du prétoire, ou il se rendit odieux.

      Il fit étouffer Tibère mourant pour complaire a Caligula, dont il conserva quelque temps la faveur en lui prostituant sa femme Ennia Naevia , puis Caligula les obligeas tous deux à se tuer .

      Cela se passait en 38 après JC.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Sébastien A.


Voir ses articles







Palmarès