• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le mutualisme, ou l’émancipation des peuples

Le mutualisme, ou l’émancipation des peuples

L'union fait la force, eh bien faisons-le ! Faisons quoi ? Mettons-nous enfin en « commun » pour contrer ce système qui nous rebute, et cette politique gouvernementale qui nous emmène droit dans le mur.

 

Le constat

 

Cet article fait suite à celui-ci : http://chroniques-humaines.over-blog.com/2019/11/les-gilets-jaunes.html, dans lequel j'expliquais qu'il était grand temps d'arrêter de se comporter comme des esclaves, et de demander à un gouvernement de criminels de nous offrir de meilleures conditions de vie. Le gouvernement travaille pour les gens qui financent les campagnes électorales, et manipulent les masses au travers des médias à leur solde. Nous devons prendre les choses en main et ne plus attendre « un grand bouleversement » pour décider de changer les choses.

Si les élites sont riches, c'est parce qu'elles profitent de notre argent à tous, et par définition du fruit de notre labeur. Si les élites ont tant d'emprise sur les peuples, c'est parce que nous nous sommes rendu dépendant « des circuits classiques », et notamment, et c'est là que le bât blesse, pour nos besoins les plus vitaux. Le résultat est qu'aujourd'hui, ils peuvent nous vendre à loisir de la nourriture remplie de poisons et autres substances cancérigènes ou dangereuses pour nos organes. L'énergie que nous consommons vient d'énergies fossiles et de centrales nucléaires dévastatrices. Et même certains médicaments qui tuent. Et je ne parle pas de toutes les conneries sur lesquelles on se jette et qui ne servent strictement à rien, si ce n'est à nous abrutir.

En réalité, ce qui nous enfonce le plus, c'est l'individualisme ambiant. Depuis l'école, nous sommes mis en compétition, et une fois adulte, nous continuons de nous battre pour « paraître » meilleur que le voisin, en affichant une plus belle voiture ou un barbecue plus performant. Je passe sur le divertissement à outrance qui nous rend de plus en plus débiles dans un monde où les « machines » nous rendent de plus en plus assistés et incapables d'imaginer de « se débrouiller » pour les choses les plus élémentaires que faisaient encore nos grands-parents, comme faire pousser des légumes.

Le travail salarié nous prend notre temps et notre énergie, ce qui vient finir d'achever toutes velléités « d'indépendance ». Notre monde s'enfonce dans la médiocrité, Monet ou Delacroix ont laissé place à l'art contemporain. Les auteurs poètes ont fait place aux textes nunuches des musiques commerciales d'aujourd'hui.

Le résultat est implacable, nous avons perdu tout sens des responsabilités envers nos concitoyens et notre environnement. La misère fait rage au point que plus de 20 000 enfants, des retraités et même des travailleurs vivent aujourd'hui sans domicile fixe. Et le seul bienfait de l’État-nation, à savoir la protection sociale, va finir par disparaître littéralement au profit d'un internationalisme qui transforme le monde en un grand centre commercial.

Les violences et la dépression collective qui rythment les journées de ce pays, ne sont que le résultat de cette civilisation aussi vivace que morose, aussi géniale que complètement débile.

Alors doit-on se tailler les veines ou espérer la fin du monde ?

Bien sûr que non, il existe des solutions simples, accessibles. Il suffit pour cela d'en prendre conscience et de se retrousser les manches.

 

Retrouvons-nous sur la place du village

 

Le socialisme et le communisme ayant une connotation politique trop prononcée de nos jours, employons un autre terme qui, de toute façon, cadre mieux avec l'idée que je me fais de ce que nous devons faire pour remédier à nos maux : le mutualisme.

En effet, comme écrit plus haut, si les élites sont riches, c'est parce qu'elles profitent de nos richesses à tous, et si elles sont si puissantes, c'est parce que nous sommes trop dépendants de « leur » système. Donc, pour nous sortir de là, nous devons mutualiser nous-mêmes nos richesses matérielles et intellectuelles, et utiliser celles-ci pour nous rendre « moins » dépendant.

 

Explications

Nous gagnons notre argent individuellement, et le dépensons de la même façon. De même, nous nous équipons en outillage, habitat, et autres, alors qu'il serait autrement plus judicieux de « partager » pas mal d'éléments de notre vie quotidienne, qui ne nous servent quasiment jamais. Attention, je ne parle pas de location ou même d'échange, bien que ces concepts aillent déjà dans le bon sens, mais bien de partage intelligent. Mutualiser tout ce qui peut l'être en matière de bien, mais aussi de compétence.

 

Voici donc ma proposition : créons des « clubs » locaux partout en France, et unissons-nous.

L'idée, c'est de trouver un local avec un terrain, soit par un achat groupé, soit en profitant de la générosité de quelqu'un, bien que cela implique un risque de se faire mettre à la porte, et créons pour commencer un point de rencontre neutre. C'est la base du concept, et à partir de ce « forum », nous allons pouvoir commencer nos échanges. Un local pour entreposer du matériel, discuter, échanger nos savoirs et nos idées. Simple, mais efficace. Attention, je rappelle qu'il ne s'agit pas de communisme où l'ensemble des biens appartiendrait à tout le monde, non, seule « l'association » et son local seraient collectifs. Mais en revanche, je prends un exemple concret, j'aurais bien besoin, de temps à autre, d'utiliser une scie circulaire, mais concrètement, elle ne me servirait que quelques heures dans l'année, alors plutôt que de dépenser une forte somme dans un achat comme celui-ci, je pourrais plutôt profiter de celle de mes « compères ». De même, je possède moi-même quelques outils que je me ferais plaisir de mettre à la disposition de qui en a besoin, plutôt que de les voir prendre la poussière dans mon placard. Partager ses biens, c'est consommer moins, c'est convivial, c'est écologique, bref que du bonheur.

De même, il n'est pas rare que nous laissions des choses « pourrir » autour de nous, simplement parce que nous n'avons pas les moyens où les compétences pour réparer ou entretenir. En revanche, nous avons tous des compétences dans tels ou tels domaines, et parfois les mêmes besoins. Nous pourrions donc nous entraider pour améliorer notre habitat et faciliter la vie de chacun. Les chaînes de distribution utilisent des centrales d'achat pour se fournir, c'est ce qui leur permet notamment de casser les prix, eh bien, nous pouvons faire de même. Si vous êtes une dizaine à faire des travaux dans votre maison, et que vous avez, admettons, besoin de carrelage, vous allez probablement aller au magasin de bricolage du coin, et le payer au prix fort. Maintenant, si vous vous pointez à dix avec une commande unique de grande ampleur, alors vous pourrez commencer à négocier le prix.

Encore une fois, il ne s'agit pas d'avoir une grande maison pour tout le monde, chacun a droit à son intimité, et ce que je propose n'est pas un concept hippie, mais en revanche, mutualiser vos forces et vos besoins, vous apportera à tous individuellement.

Idem, nous connaissons tous des gens qui vivent en appartement, et d'autres qui ont un terrain qu'ils payent, mais n'exploitent absolument pas, souvent faute de temps ou de motivation. Si chacun se trouvait un ou plusieurs « partenaires » de jardin, les uns profiteraient de l'espace des autres, et les autres de l'aide manutentionnaires des uns. Ça, j'ai déjà l'occasion de l'expérimenter et c'est génial. Bon, j'avoue que nous avons un peu forcé sur les courgettes, mais ensemble, nous apprenons de nos erreurs. Le terrain de l'association pourrait évidemment, être également mis à contribution.

Autre point intéressant, beaucoup ne sont pas heureux dans leur travail, et ont conscience d'être littéralement exploités par leurs patrons. Mais créer son propre emploi est souvent une mission laborieuse et coûteuse qui freine les ardeurs. Avec un club, comme je le propose, l'entraide pourrait en aider plus d'uns à s'émanciper professionnellement. Profitant du matériel, de tous et de l'expérience de quelques-uns, cela faciliterait la tâche à des gens qui n'auraient peut-être jamais cru que c'était possible. Idem pour les autos ou micro-entrepreneurs pour qui la vie et la recherche de clientèle sont souvent difficiles, un club citoyen pourrait mettre en convergence les idées de chacun, et former « des associations » le temps d'un chantier permettant ainsi d'envisager de faire de plus gros travaux, de pallier bon nombre de problèmes qui ne peuvent se résoudre que difficilement lorsque l'on travaille seul. Le club pourrait donc également être utilisé pour diffuser ses annonces, ses besoins, proposer ses services, ou demander un appel d'offres, et même organiser des « échanges de bons procédés ».

En somme, ce que je propose, c'est que nous sortions de notre individualisme, et au lieu d'aller comme des ânes à la salle de sport, que nous nous retrouvions dans un endroit neutre pour « mutualiser nos richesses » matérielles et humaines.

Politiquement aussi, cela a un intérêt, et non des moindre. Je sais que les conversations politiques mènent souvent au clash, mais la politique, c'est l'organisation de la vie civile, et la démocratie, c'est l'implication de chacun dans l'organisation de la vie civile. Donc, si nous voulons la véritable démocratie, au lieu de la réclamer par l'intermédiaire d'un référendum d'initiative citoyenne ou je ne sais quoi, organisons nous-mêmes la vie civile. C'est une évidence qui ne demande qu'à se concrétiser, et qui surtout, sera imparable. Les élites peuvent nous encercler en manifestation, nous expulser si nous nous regroupons dans une grande ZAD, comme celle de Notre-Dame-des-Landes, mais ils ne pourront rien faire si nous nous déployons sur tout le territoire.

Et je n'ose imaginer encore toutes les applications possibles que pourrait avoir un tel projet. Cela reste très accessible, simple, et je ne doute pas une seule seconde de l'efficacité que cela aurait. Certains projettent de faire des villages écologiques, c'est bien, mais moi, je vous propose de transformer tous vos villages ou vos quartiers en une coalition de villages écologiques, solidaires, et par ricochet, constructifs.

De tels clubs créeraient du lien entre les gens autrement que par internet, même s'il reste très intéressant de pouvoir échanger les bonnes idées avec les autres clubs partout en France, et même pourquoi pas d'organiser des réunions interclubs. Nous pouvons voir loin, nous devons voir loin. Au lieu d'être en compétition, jouons ensemble, non pour combattre quoi ou qui que ce soit, mais pour changer le quotidien de tout le monde. Nos enfants eux-mêmes en bénéficieraient grandement et pourraient se côtoyer autrement que dans le cadre austère des écoles. Ils apprendraient à s'entraider, à se connaître, à jouer ensemble. Bref, encore une fois, que du bonheur. Et nous, nous prendrions soin les uns des autres.

Je ne suis pas un bisounours, j'ai bien conscience qu'il y aura aussi quelques frictions et des sujets de conversation à éviter. Mais en apprenant à se connaître, et je le dis par expérience, venant à la base du bâtiment où bon nombre de communautés se côtoient, on apprend à s'accepter et à travailler ensemble. Parce qu'en réalité nous sommes riches, et même immensément riches, mais pour pouvoir profiter de ces richesses, il faut revenir à l'essentiel de ce qui a permis à l'humanité de se civiliser, l'union.

Ces clubs citoyens auraient encore bien d'autres avantages à nous offrir, encore faut-il sauter le pas, trouver ses premiers partenaires, et oser aller vers les autres. Nous serons toujours plus fort que l'un et moins qu'un autre, mais nous avons tous une richesse, et si nous nous solidarisons, alors plus rien ne pourra nous arrêter. Les élites ne feront rien pour nous, elles ne bossent que pour elles-mêmes, mais ensemble, nous n'avons pas besoin d'eux. Créer un club citoyen est un projet de vie que je vais concrétiser ici chez moi, dans le Poitou, mais pour ce qui est de Paris, Nice ou Marseille, c'est à vous de voir. Nous pouvons continuer de nous réunir pour organiser des manifestations qui n'aboutissent à rien, sinon aux larmes et à la souffrance, ou nous pouvons nous réunir pour organiser la vie civile, et créer ensemble le monde de demain.

Le système est puissant de par l'emprise qu'il a sur nos vies, mais c'est nous-mêmes qui l'entretenons, par notre consommation et notre soumission. Moins nous l'alimenterons, moins il sera puissant, et moins il aura d'emprise sur nous. CQFD.

 

En complément, je vous invite à lire ce vieil article, mais toujours et éternellement d'actualité, dans lequel j'explique à quel point seul nous ne sommes rien, mais ensemble, nous sommes tout :

http://chroniques-humaines.over-blog.com/2016/05/l-intelligence-humaine-des-macaques-sur-le-toit-d-un-gratte-ciel.html

Blog : http://chroniques-humaines.over-blog.com/

Tipeee : https://fr.tipeee.com/chroniques-humaines-club

Discord : https://discord.gg/WC5a2eK

Chroniques-Humaines Club : https://www.youtube.com/channel/UCKpctdrmDm3ZkCzveO5v3nw

Chroniques-Humaines Vlog : https://www.youtube.com/channel/UC4jXISuNBdlbN7Pv6QJcwBw?view_as=subscriber

Agoravox : https://www.agoravox.fr/auteur/chroniqueshumaines

Facebook page : https://www.facebook.com/Chroniques-Humaines-104347867640221/?modal=admin_todo_tour

Facebook groupe : https://www.facebook.com/groups/420189118633096/

Twitter : https://twitter.com/ChroniquesH


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Raymond75 23 novembre 10:57

    « un gouvernement de criminels » stop : j’ai arrêté de lire.


    • mac 23 novembre 11:40

      @Raymond75
      Vous préférez éborgneur ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 novembre 11:53

      Tout cela existe déjà, les échanges de biens et de services, il suffit de chercher sur Internet. Dans chaque commune il existe des associations et des clubs de toutes sortes, pour ceux qui ont besoin d’échanger avec d’autres.

      .

      Mais cela n’est d’aucun secours pour empêcher les réformes pourries du gouvernement. Le local, c’est la lubie de ceux qui ne cherchent pas à comprendre où se trouve le pouvoir en Europe et comment s’en débarrasser.


      • kimonovert 23 novembre 12:03

        « L’union fait la force, eh bien faisons-le ! » Faisons-la !


        • kimonovert 23 novembre 12:09

          Non, c’est l’intelligence qui fait la force de l’individu ! L’union d’abrutis fera une force d’abrutis...


          • mac 23 novembre 18:32

            @kimonovert
            Evidemment vous ne vous mettez pas dans le lot...


          • Chroniqueshumaines Chroniqueshumaines 24 novembre 02:13

            Merci pour vos commentaires positifs, et pour les autres... stop.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès