• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le mystérieux Accord de Sotchi sur Idlib

Le mystérieux Accord de Sotchi sur Idlib

L'opération militaire prévue à Idlib a été reportée, épargnant quelque trois millions de civils syriens une tragédie humanitaire peut-être la plus terrible du XXIe siècle, mais la mauvaise nouvelle est que l'accord russo-turc sur le gouvernorat d'Idlib était vague et soulève beaucoup de questions. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu’il était d’accord avec le président Recep Tayyip Erdogan sur une zone démilitarisée entre le gouvernement syrien et les forces de l’opposition. Sa construction, prévue pour le 15 octobre, s'étendra sur 15 à 25 km et fera l’objet de patrouilles de sécurité menées par des troupes russes et turques. L'accord comprend également le retrait de toutes les armes lourdes de la zone et le fait que les organisations terroristes, y compris al-Nosra, doivent rester en dehors de la zone. Cet accord pourrait être une réponse aux appels internationaux répétés sur la nécessité d’éviter une catastrophe humanitaire si le régime syrien lançait une offensive militaire globale pour reprendre le contrôle d’Idlib. Le ministre russe de la Défense a déclaré qu'aucune opération militaire majeure visant à récupérer le territoire n'aura lieu. Les déclarations n’ont pas fourni beaucoup de détails sur le contenu de l'accord. Étonnamment, l’Iran n’a pas participé à la réunion. C'est comme si la Russie voulait faire comprendre que la crise syrienne est une affaire russe et que l'Iran n'est pas un partenaire pour déterminer le sort du pays après la guerre civile. La réunion de Sotchi a eu lieu après l’échec du sommet trilatéral tenu il ya 10 jours entre les présidents de la Russie, de l’Iran et de la Turquie pour parvenir à un compromis. Les observateurs ont conclu que le point de vue turc avait d'abord échoué avant l'accord russo-turc qui a eu lieu quelques jours plus tard et qu'il avait adopté une proposition différente de celle de l'Iran, partisan de l'engagement militaire. Bien sûr, il existe d'importantes ententes secrètes entre les présidents Poutine et Erdogan. La Russie a partagé la perspective de l’Iran avant d’abandonner soudainement l’idée d’une action militaire. Les propositions d'Ankara semblent avoir répondu à la volonté russe d'éviter un "piège" de l'OTAN. Si des frappes militaires sont lancées contre le régime Assad, la Russie se trouverait dans une situation très délicate de confrontation militaire directe avec l'alliance dirigée par les Etats-Unis sur le territoire syrien. Les derniers jours et semaines ont été marqués par de nombreux changements d’attitude, la Turquie ayant classé l’Autorité de libération de Sham (anciennement Al-Nosra) comme une organisation terroriste à laquelle l’ALS a répondu en appelant à la lutte contre la Turquie laïque. Les deux parties ont eu une alliance tacite depuis le début de la crise syrienne. Les appels turcs à "éviter les effusions de sang" à Idlib se sont heurtés à la détermination du président russe à "liquider définitivement le terrorisme". Le président Rouhani a déclaré que "lutter contre le terrorisme à Idlib est une partie essentielle de la mission de restauration de la paix et de la stabilité en Syrie, mais cela ne devrait pas être douloureux pour les civils et ne pas être guidé par une politique de la terre brûlée." Est-ce que l’accord de Sochi a reflété la volonté des trois parties à maintenir leur alliance face à une crise qui menaçait cette alliance et la mettait dans une épreuve difficile ? Plus de détails sur la nature de la zone démilitarisée sont nécessaires. Sera-t-elle destinée aux civils syriens ou sera-t-elle un débouché pour les organisations terroristes de quitter la province et la remettre à l'armée syrienne ? Et maintenant quoi ? Quel est le destin des organisations terroristes et comment l’objectif russe de les éliminer sera-t-il atteint ? Ces organisations acceptent-elles le scénario de la transition d'Idlib à la zone démilitarisée, isolées des civils utilisés comme boucliers de protection contre les attaques militaires de l'armée syrienne et de ses alliés ? Les aspects vagues de l’accord font probablement l’objet d’ententes non déclarées, mais il est certain que le plan turc devrait se voir accorder un délai pour préserver les acquis stratégiques russes en Syrie et que Moscou n’entre pas dans le confrontation qui pourrait aboutir à ce que d’autres parties deviennent des partenaires clés dans la détermination du sort de la Syrie. L’accord sert également les objectifs de l’Iran. Téhéran craint d’être la cible d’une opération militaire américaine sous prétexte de répondre aux attaques de l’armée syrienne contre des civils. L'accord évite également que la Turquie connaisse une crise massive de réfugiés qui aurait pu éliminer les opportunités restantes pour sauver son économie et détruire les gains de l'armée turque suite aux incursions sur le territoire syrien. Fait remarquable, les pourparlers russo-irano-turcs rapportés ces dernières semaines n'incluaient ni le régime syrien ni aucune puissance arabe. Les prochains jours pourraient porter des surprises, mais ils dévoileront inévitablement les détails de cet accord et les accords qui ont été conclus entre les trois puissances qui contrôlent désormais le sort du pays et du peuple syriens.


Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • popov 25 septembre 2018 11:16

    @salem alketbi 

     
    Ces organisations acceptent-elles le scénario de la transition d’Idlib à la zone démilitarisée, isolées des civils utilisés comme boucliers de protection contre les attaques militaires de l’armée syrienne et de ses alliés ?
     
    Pourquoi ne posez-vous pas la question à ceux à qui ces organisations terroristes obéissent ?

    • Dom66 Dom66 25 septembre 2018 15:05

      @popov

      Parce que, se sont ses potes


    • MagicBuster 25 septembre 2018 16:51

      ERDOGAN est pro russe ? ou pro américain ?

      Erdogan est pro erdogan.

      Les russes et les américains se parlent tous les jours.

      Ils doivent bien se marrer en parlant de lui  smiley


      • banban 25 septembre 2018 23:16

        J’ai jamais cru que 3 millions de syriens puissent s’entasser sur un petit bout de merde comme ça. Après les palestiniens y arrive bien sûre la bande de gaza tu vas me dire. Mais bon sur Google earth on voit bien que c’est pas la densité.

        Après si toute la lie du Moyen-Orient y a élu domicile, Bachar peu y faire une croix dessus sans regret. Reste que Alep reste à porter de rocket, ça c’est plus ennuyant. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès