• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le mythe du racisme systémique et du privilège blanc aux États-Unis

Le mythe du racisme systémique et du privilège blanc aux États-Unis

Récemment Lilian Thuram s’est exprimé sur un match en Italie pendant lequel des supporters ont imité des cris de singe à l’encontre d’un joueur noir de l’équipe adverse. Il dénonce alors “l’hypocrisie des autorités qui laissent faire” et ajoute : “Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche (…) les Blancs pensent être supérieurs et ils croient l’être. C’est quelque chose qui dure malheureusement depuis des siècles”.

Les propos du footballer ont fait réagir bon nombre de Français et notamment les défenseurs de la théorie du racisme systémique et du privilège blanc.

En septembre 2019, Rokhaya Diallo écrit une tribune dans Libération où elle évoque le racisme systémique :

« Le racisme ne se résume pas à des interactions individuelles désobligeantes, il s’agit d’un système découlant d’une histoire. La place des minorités en France est conditionnée par un passé colonial et esclavagiste, elles ont fait l’objet de théories raciales qui les ont mises dans une condition d’infériorité. Cette condition se traduit aujourd’hui par un traitement structurellement inégalitaire dans l’accès à des biens ou à des services (logements, emplois…) et dans le traitement institutionnel (contrôles au faciès, situation des outremers…).

Si des personnes blanches peuvent être exposées à des déconvenues du fait de leur appartenance – ce qui est tout à fait condamnable – elles ne sont désavantagées ni politiquement, ni socialement par le fait d’être blanches. »

Le 19 décembre 2019, le youtubeur Bonjour Tristesse affirme sur FranceTV Slash :

« Quand tu es blanc et que t’es un homme en plus, t’es très privilégié. Privilégié par rapport à quasi-tout : le rapport aux institutions, notamment à la police, le rapport au travail parce qu’on est clairement les seuls à pas être discriminé au travail, le rapport à la recherche de logement où pareil on est les seuls à pas être discriminé du tout. Voilà, globalement dans la vie sociale, dans la manière d’interagir on est amené à croiser moins d’hostilité dans la globalité de nos rapports sociaux. »

Rokhaya Diallo affirme appuyer ses affirmations sur la parole d’un sociologue, professeur de Science politique à Paris VIII appelé Eric Fassin . Ce dernier affirme dans une interview donnée à France Culture :

« Le racisme institutionnel existe, de fait, en dépit du cadre légal. « Il y a des logiques systémiques, structurelles, qui dépassent les intentions et les idéologies. Autrement dit, il n’y a pas besoin que les individus soient racistes pour qu’on obtienne des résultats de discrimination raciale. »

Ces affirmations reposent-elles sur des études scientifiques ? Dans ce dossier consacré au racisme systémique, nous verrons par les nombres et la méthode scientifique si ces affirmations sont fondées ou s’il s’agit d’un biais idéologique néfaste.

Définition

Racisme institutionnel : Racisme pratiqué dans un cadre social et politique. Il est reflété par des disparités dans le cadre de la santé, le revenu, le logement, la justice, l’accès au logement, le pouvoir politique et l’éducation. 

Mot utilisé pour la première fois en 1967 par Stokely Carmichael (socialiste américain, membre et leader du mouvement Black Power et pan-Africain, il se renomme Kwame Ture après sa remigration en Afrique) et Charles Hamilton (Professeur de Science politique), dans le livre Black Power : politics of Liberation.

Dans cet ouvrage les deux auteurs expliquent comment la communauté noire tente de s’engager en politique et les difficultés de cette communauté depuis l’esclavagisme, le colonialisme, la suprématie blanche et aujourd’hui : le racisme systémique.

Le racisme systémique ou institutionnel établit une corrélation entre la situation socio-économique et l’appartenance aux différentes communautés (noire, blanche, asiatique, etc.) ; une disparité de situation allouée à des discriminations racistes au sein de la société occidentale qui ne serait pas dénoncées mais bien favorisées par les institutions. C’est un modèle, une théorie qui se veut explicative de ces disparités où la communauté blanche serait le standard tout en haut de la société et où les minorités seraient défavorisées dans les chances de réussite socio-économique à cause de ces discriminations parfois inconscientes.

Mais est-ce que ce modèle explicatif est le bon ? Est-ce que les statistiques et les faits soutiennent cette théorie ? Ou y aurait-il une autre explication ? Quel modèle pourrait mieux expliquer ces disparités (comme les différences de QI moyen entre les populations) ? Pour répondre à ces questions, il faut étudier les chiffres de plus près.

Dans cet article, nous allons étudier ces disparités dans le monde occidental, à commencer par les Etats-Unis, et notamment l’une des premières sources de ces inégalités : l’accès à l’université ainsi que la réussite scolaire.

A) Le racisme systémique aux USA

Avant de comparer les situations socio-économique des différentes communautés, il est nécessaire de connaître la proportion que représente ces différentes populations au sein du peuple américain.

D’après le site Census, le Bureau du recensement américain, on peut observer les pourcentages suivants :

– les Blancs non-hispaniques représentent 60,4 % de la population

– les Afro-Américains 13,4 %

– les Hispaniques et Latinos 18,3 %

– les Asiatiques 5,9 %.

Ensemble, ces groupes représentent 98 % de la population américaine.

I) Représentations à l’université aux USA

Il est admis que la réussite scolaire est intimement liée à la réussite socio-économique. Nous allons donc commencer par observer les représentations des différentes communautés au sein des universités américaines.

Un article du New York Times intitulé « Malgré la discrimination positive, les Noirs et les Hispaniques sont davantage sous-représentés dans les meilleures universités qu’il y a 35 ans »

Cet article montre une disparité importante dans les universités de la Ivy League qui sont les meilleures universités des Etats-Unis : les Blancs représentent environ 50 % des étudiants de ces universités alors que les Afro-Américains seulement 7 à 9 % des étudiants, les Hispaniques 13,9 % en moyenne illustrant ainsi l’inégalité soulignée par la théorie du racisme systémique. Ce qui est néanmoins surprenant c’est la sur-représentation des Asiatiques dans ces universités avec en moyenne 22 % des étudiants alors qu’ils ne représentent que 5,9 % de la population américaine.

Ces résultats suggèrent que les Asiatiques échappent au modèle du racisme systémique dans l’accès à l’université. Il est alors intéressant d’observer l’effet du racisme systémique dans un État où les Blancs ne sont plus majoritaires comme la Californie où les proportions populationnelles ne sont pas les mêmes que dans le reste du pays :

En effet, en Californie, les Blancs ne représentent plus que 36,8 % de la population de l’État, les Hispaniques et Latinos représentent 39,3 % ce qui en fait le groupe majoritaire, les Afro-Américains représentent 6,5 % et les Asiatiques 15,3 %.

Les Blancs ne représentent alors en moyenne que 24,3 % des étudiants de ces universités, et la population majoritaire hispanique représente alors 30,5 % des étudiants, il ne semble pas y avoir de racisme systémique : à population égale, il y a davantage d’Hispaniques dans ces universités que de Blancs. Une fois encore, de façon surprenante, les Asiatiques représentent en moyenne 35,4 % des étudiants des universités californiennes malgré le fait qu’ils ne sont que 15,3 % de la population (soit 2,5 fois moins que les Hispaniques et Latinos).

Pourquoi cette sur-représentation asiatique au sein des meilleures universités (population étudiante majoritaire à Berkley par exemple) ?

II) Revenus aux USA

Pour les prochaines études statistiques, nous avons choisi les chiffres rassemblés par le Pew Research Center, centre de recherche américain qui fournit des statistiques et des informations sociales sous forme de démographie, sondages d’opinion, analyse de contenu. Son siège social est à Washington, D.C. et ses activités sont financées par le Pew Charitable Trusts.

Dans cet article nommé «  Les découvertes clefs sur la montée des inégalités de revenus entre les races et les groupes ethniques américains »

En regardant le revenu annuel des différentes communautés et en regardant différentes stratifications de ces communautés (c’est-à-dire les revenus moyens des 10% les mieux rémunérés, le revenu médian et les 10% les moins rémunérés), on peut s’apercevoir que les Hispaniques et les Noirs ont, dans toutes les stratifications, moins de revenus annuels que les Blancs contrairement aux Asiatiques qui est la communauté dont les revenus sont les plus élevés sauf dans les 10% les moins rémunérés.

Une fois de plus, les Asiatiques ne semblent pas souffrir d’un quelconque racisme systémique quand il s’agit de leur vie professionnelle et de leurs revenus.

III) L’accès à la santé aux USA

Comme vous le savez, dans le pays de l’oncle Sam, il est nécessaire pour un citoyen américain d’être couvert par des assurances santé afin d’être pris en charge par les services de santé en cas de souci. Afin d’observer la disparité de l’accès à la santé, nous avons cherché les niveaux de couvertures par les assurances santé selon l’appartenance à une communauté en utilisant les chiffres obtenus par la Kaiser Family Fundation qui est une fondation à but non lucratif qui se concentre sur les problèmes de santé aux Etats-Unis :

En regardant la proportion d’individus sans assurance santé parmi les différentes communautés (que ce soit les enfants, les adultes ayant moins de 64 ans ou toute la population ayant moins de 64 ans), le schéma habituel se répète de nouveau : les Noirs et les Hispaniques sont en moyenne moins couverts que les Blancs et les Asiatiques.

Une nouvelle fois, ces données suggèrent que le racisme systémique ne touche pas les Asiatiques.

IV) L’accès au logement

Le Pew Research Center a obtenu le taux de refus d’une demande d’hypothèque à la banque et voici les résultats par race :

Les Afro-Américains ont les taux de refus les plus élevés, suivis par les Hispaniques, et enfin les Asiatiques sont très légèrement en dessous des Blancs.

De plus, ces populations ne remboursent pas les emprunts avec le même taux :

On peut s’apercevoir de la même façon que dans l’accès à l’emprunt, les Asiatiques obtiennent des taux avantageux par rapport à toutes les autres communautés (incluant les Blancs).

V) Justice aux USA

Afin d’étudier la disparité face à la justice, nous avons utilisé les proportions que représentent chaque communauté dans le milieu carcéral en se basant sur les chiffres du bureau fédéral des prisons :

Race Total Prison Population (%) Total US Population (%)
Blanche 58.70 76.50
Noire 37.50 13.40
Natif Américain 2.30 1.30
Asiatique 1.50 5.90

On s’aperçoit alors que les Noirs américains et les populations natives américaines sont sur-représentés par rapport aux Blancs, mais que les Asiatiques sont sous-représentés dans la population carcérale.

Toutes ces données vont à l’encontre de la théorie du racisme systémique et du privilège blanc puisqu’une minorité comme les Asiatiques ne semblent pas subir ce racisme négatif, au contraire il semble qu’un racisme positif s’applique à ces populations.

Source supplémentaire.

Mais qu’est-ce qui compose cette population asiatique américaine ?

De nombreuses populations composent ce qu’on appelle les Asiatiques américains, mais les ethnies majoritaires sont : les Chinois, les Indiens (à ne pas confondre avec les natifs américains, il s’agit ici d’individus originaires d’Inde), et les Philippins suivis par les Vietnamiens, Coréens et Japonais.

Parmi ces différentes populations, les Indiens, les Coréens et les Chinois sont les groupes les plus diplômés avec une proportion très importante de leur population qui possède une licence universitaire ou plus.

Et ces mêmes populations – en particulier les Indiens – possèdent un revenu médian annuel familial supérieur au score national (56 000$ en 2015).

Cela peut s’expliquer par le fait qu’une grande proportion de ces individus travaillent dans des domaines scientifiques et d’ingénierie :

Nous avons donc décidé d’observer une autre population minoritaire afin de conclure s’il s’agit d’une exception ou s’il y aurait une autre explication derrière ces disparités, nous avons pris le cas des Juifs dont l’oppression à travers l’Histoire est bien connue, notamment en regardant les chiffres de la réussite scolaire et des revenus par religion.

VI) Éducation par religion aux USA

On observe donc que parmi les 3 groupes religieux les plus éduqués aux Etats-Unis, nous avons les Hindous et les Juifs qui ont un pourcentage d’adultes diplômés du supérieur largement plus important que la moyenne des Américains.

On rappelle que 51% des Indiens (au niveau éducatif et aux revenus très impressionnants) sont Hindous :

VII) Revenu par religion

En corrélation avec le niveau d’éducation par religion, les Juifs et les Hindous représentent les groupes religieux aux revenus familiaux les plus importants.

Il semble que de nombreuses populations aux USA ne subissent donc pas de racisme systémique puisqu’un grand nombre d’indicateurs socio-économiques sont supérieurs à celui des Blancs, que ce soit les Asiatiques du Nord-Est, les Juifs ou les Indiens. Par ailleurs un certain nombre de ces populations ont notamment subi la colonisation dans leur Histoire (comme les Indiens), voire des répressions étatiques très violentes, pour autant, quelques décennies ont suffi à ces populations pour obtenir une situation confortable.

Alors qu’est-ce qui peut expliquer ces disparités socio-économiques entre ces différentes populations ? Pourquoi les Afro-Américains et les Hispaniques ont-ils une situation aussi peu enviable par rapport à la population de référence que sont les Blancs ? Est-ce dû à un passé de colonisation ? Pourtant les Indiens sont issus de la colonisation anglaise, les Chinois ont également subi une semi-colonisation. Peut-être que l’esclavagisme a eu un impact sur la situation socio-économique des Noirs américains, malgré tout les Hispaniques n’ont pas subi d’esclavagisme et leur situation n’est guère similaire à celui des Asiatiques par exemple.

VIII) Racisme et crime de haine

Si un sentiment de discrimination était partagé à travers le peuple américain pouvant ainsi expliquer les difficultés des populations afro-américaines et hispaniques, ce sentiment donnerait lieu à des crimes de haine ; en regardant les chiffres du FBI nous avons pu observer quelles populations en étaient les plus victimes :

En 2017, il y a eu 8 126 crimes de haine répertoriés par le bureau fédéral : 59.5% (c’est-à-dire 4 834 crimes) étaient motivés par la haine raciale, 22% (1 679 crimes) par la haine envers une religion.

Parmi les crimes de haine raciale :

  • 48.8% (2 358) des crimes étaient motivés par une haine envers la race noire
  • 17.5% (845) des crimes étaient motivés par une haine envers la race blanche
  • 10.9% (526) des crimes étaient motivés par une haine envers la race hispanique

Parmi les 1 679 crimes motivés par une haine envers une religion :

58,1% (975) étaient motivés par une haine vers les Juifs.

Il faut rappeler qu’avec 5,3 millions de Juifs aux Etats-Unis, cette communauté représente 2,2% de la population générale. Et bien que la population afro-américaine est celle qui a subi le plus de crimes de haine en nombre total, en reportant à la taille de la population on s’aperçoit que les juifs subissent 2,5 fois plus de crimes de haine. L’antisémitisme semble donc une force d’oppression plus grande que le racisme anti noir si on se base sur les chiffres du FBI et pourtant leur situation socio-économique est l’une des meilleures des Etats-Unis.

Le FBI renseigne également sur l’identité ethnique des individus réalisant ces crimes de haine, sur 6 370 individus :

  • 50.7% étaient des Blancs.
  • 21.3% étaient des Afro-Américains.
  • 0.7% étaient des Asiatiques.

De la même façon que la situation socio-économique, les Afro-Américains sont sur-représentés dans les crimes de haine (regroupant la haine ethnique, religieuse, de l’orientation sexuelle etc…) et les Asiatiques sont sous-représentés. Il est très difficile de comprendre comment le racisme systémique peut pousser certaines populations à réaliser des crimes de haine racistes et religieux et d’autres populations à en faire moins que les Blancs privilégiés.

Conclusion

Rappelons-nous d’abord que le racisme systémique est un modèle, une théorie qui se veut explicative de ces disparités où la communauté blanche serait le standard tout en haut de la société (« White Privilege ») et où les minorités seraient défavorisées dans les chances de réussite socio-économique, l’accès à la santé, l’égalité devant la justice, l’accès au logement à cause de ces discriminations parfois inconscientes.

Et pourtant, en se penchant sur les chiffres qui rendent compte de ces situations socio-économiques, on s’aperçoit que certaines minorités sont au-dessus des Blancs (réfutant donc la théorie du white privilege). Que le passé colonial ou de répression étatique ne semble pas avoir d’impact sur ces situations socio-économique, puisque des minorités ayant subi la colonisation sont au-dessus des Blancs en éducation, économie, santé etc (comme les Indiens)…des minorités ayant subi des répressions étatiques par le passé et des crimes de haine encore aujourd’hui sont également au-dessus des Blancs (comme les Juifs).

  Juif Noir Hispanique/Latino Asiatique
Histoire coloniale Oui Oui Oui Oui
Histoire esclavagisme Non Oui Non Non
Lois raciales répressives Oui Oui Oui Oui
Niveau SES par rapport aux blancs Supérieur Inférieur Inférieur Supérieur

Théoriquement, il y aurait un effet additif des différentes Histoires oppressives subies ? Cela pourrait fonctionner pour les Noirs américains, mais les Hispaniques ont une histoire relativement similaire aux Asiatiques et ont pourtant un écart gargantuesque dans leur situation socio-économique.

Lorsque l’on établit une hypothèse, un modèle explicatif en science, il faut également établir les conditions pour lesquelles le modèle est faux, par exemple :

Le racisme systémique est la théorie explicative des disparités socio-économiques entre les populations ethniques en Occident ; ainsi, il existe un privilège blanc qui explique que les Blancs ne subissent pas de discrimination et que leur situation socio-économique est au sommet de la société. Cette théorie est fausse si des minorités ont une situation socio-économique supérieure à celle des Blancs. Et si cette théorie est fausse, réfutée, alors il faut un nouveau modèle explicatif.

Il existe un test dont la valeur corrèle avec : le succès scolaire, le succès socio-économiques, la longévité etc…Il s’agit du quotient intellectuel.

La puissance prédictive de ce test est importante (contrairement à la race dans le cadre de la théorie du racisme systémique).

Or les anciennes et les nouvelles publications sur le QI moyen des différentes populations aux Etats-Unis ont des résultats similaires et répétables, dont on peut réaliser un classement selon la valeur qui QI :

1) Juif : 113

2) Asiatique de l’Est : 106

3) Blanc : 103

4) Hispanique : 89

5) Afro-Américain : 85

Il semble que ce classement du QI moyen par population corrèle parfaitement avec le classement de ces mêmes populations dans les différents éléments sociaux économiques. Qu’un racisme existe dans notre société expliquant une part des disparités est possible, néanmoins elle ne semble pas suffisamment significative pour empêcher les minorités à haut QI moyen de réussir.

Dans une étude américaine financée par le Pew charitable Trusts qui vise à comprendre les mécanismes de la mobilité socio-économique, une base de donnée d’enfants noirs et blancs ayant passé le test AFQT (test utilisé à l’armée qui combine les mathématiques et la compréhension écrite) permet d’évaluer les chances pour que ces enfants faisant partie des 20% les plus pauvres sortent de cette catégorie en faisant correspondre leur score AFQT :

A score équivalent, la probabilité de sortir des 20% les plus pauvres est la même (sans différence significative) entre les enfants blancs et les enfants noirs, il semble que les capacités cognitives soient des indicateurs beaucoup plus prédictifs que la race et l’éventuel racisme dans la société.

Dans le prochain article nous verrons ce qu’il en est en France et ailleurs.

Source : LE MYTHE DU RACISME SYSTÉMIQUE ET DU PRIVILÈGE BLANC AUX ÉTATS-UNIS (geopolitique-profonde.com)


Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • JPCiron JPCiron 19 octobre 22:10

    Bonjour,

    Il y a des analyses qui, se basant sur les sources des chiffres de PEW, ainsi que sur la formulation des questions dans l’enquête, arrivent à des conclusions différentes : « The current research provides a counterweight to the claim that discrimination is not a prevalent feature of the lives of minority groups and the serious implications this claim poses for research and public policy.  » https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6328188/

    A priori, il ne me semble donc pas certain que votre travail repose sur des fondations fiables. D’autant plus que le ’’QI’’ est semble-t-il un outil qui est questionable.

    .

    J’avais été frappé par les différences de certaines ’’races’’ montrant les ’’meilleures performances’’ : les Juifs, les Hindous, et quelques autres Asiatiques.

    Pour les Hindous, il aurait été utile de savoir de quelles castes il s’agit. Car, sous l’étiquette ’’Hindous’’ il y a ces castes qui sont des mondes bien différents.

    En tout cas, que ce soit pour les Hindous des castes supérieures ou pour les Juifs religieux, les résultats ’’au-dessus du lot’’ s’expliquent simplement par une approche culturelle qui valorise depuis l’enfance la valeur du savoir, du travail, de l’effort, de la persévérance. Et tout le reste en découle...

    Les données que vous donnez pour les QI ’’des Juifs’’ me semble être celui des Juifs Ashkénazes (Blancs originaires de l’Est de l’Europe, il me semble).

    Les chiffres que j’avais donné dans un précédent Article étaient proches, et donnaient les QI pour les Juifs ayant d’autres origines du monde :

    Ashkénazes (110), Séfarades (98), Mezrahims (91), Ethiopiens (68)

    On voit bien que, pour ce type d’analyse, ce n’est pas la ’’religion’’ qui détermine le QI, mais la ’’race’’.

    .

    Ce genre d’analyse des ’’races’’ ne me plaît guère car, les chiffres présentés sont ceux encore ’’présentables’’. Derrière, il y a des corrélations du QI avec les capacités cérébrales (et le cerveau d’Albert Einstein est à contre-courant...) et aussi des chiffres comparatifs Hommes Femmes. Rien que les chiffres sur ces deux critères jettent un doute énorme sur la méthodologie de la source.


    • sylvain sylvain 19 octobre 22:54

      @JPCiron
      Ca remet tout de même pas mal en cause les thèmes du racisme systémique. Si on suit ses grilles d’analyses, la population dominante aux EU est asiatique, ce qui n’a pas beaucoup de sens .

      Le Qi mesure un certain type d’intelligence, il est très corrélé avec la classe sociale et un certain type d’éducation et cet article montre que c’est une catégorisation bien plus pertinente que celui de la race


    • Zolko Zolko 20 octobre 13:13

      @sylvain : le QI mesure la capacité à répondre aux tests de QI. Ça ne mesure en aucun cas l’intelligence.


    • JPCiron JPCiron 20 octobre 16:13

      @sylvain

      Ca remet tout de même pas mal en cause les thèmes du racisme systémique. >

      Le concept de ’’race’’ n’existe que pour qui accepte le concept.
      Aux USA, il est évident pour énormément de gens que les ’’races’’ humaines existent, puisqu’ils peuvent voir des gens qui ne sont pas exactement comme ceux de leur communauté.


    • JPCiron JPCiron 20 octobre 16:15

      @Zolko

      < le QI mesure la capacité à répondre aux tests de QI.
      Ça ne mesure en aucun cas l’intelligence.>

      Très juste !


    • zygzornifle zygzornifle 20 octobre 09:24

      Pour une fois ce n’est pas de la faute a Poutine mais a Zemmour ....


      • eddofr eddofr 20 octobre 10:55

        Pour ce qui concerne la France, et en toute logique, à part ceux originaires des DOM-TOM, les « gens de couleur » sont des immigrés ou des descendants directs d’immigrés.

        Ils ont donc, de fait, deux désavantages « techniques » :

         l’absence de « patrimoine » (majoritairement les migrants arrivent « les mains vides »).

         l’inadaptation culturelle (ils parlent peu ou pas la langue, ils n’ont pas les mêmes coutumes, ...).

        Pour se faire une idée d’un éventuel racisme « systémique » en France, il serait intéressant de comparer la situation des noirs originaires des DOM-TOM et des noirs originaires d’Afrique ...

        Juste pour voir si ils sont défavorisés parce qu’ils sont noirs ou parce qu’ils sont pauvres.


        • Zolko Zolko 20 octobre 13:12

          J’ai du mal à comprendre : les « hispaniques » ne sont pas « blancs » ? Comment définir « hispanique » ? Allez en Espagne j’imagine que les Espagnols sont « hispaniques », hein et vous verrez que la composition « ethnique » y est identique à celle en France.

           

          Par ailleurs, un enfant dont le père est « noir » et la mère « blanche » sera-t-il « noir » ? Pourquoi ? Et si il a un enfant avec un partenaire « blanc », son enfant sera-t-il encore « noir » ? Même question avec un partenaire « asiatique » ou « hispanique ».


          • eddofr eddofr 20 octobre 14:35

            @Zolko

            Le principe est assez simple en vérité :
            Vous êtes ce que les autres voient en vous.

            Et si vous cochez plusieurs cases (noir, juif, italien, gay, ...), on n’en retiendra généralement qu’une (différente selon l’observateur et les circonstances).


          • sylvain sylvain 20 octobre 16:10

            @Zolko
            Ce qui fait la race, c’est ce que les gens se disent en vous croisant dans la rue, ou dans un entretient d’embauche. Du coup je suppose qu’un enfant issu d’un blanc et d’une noire ( ou l’inverse) est en général noir


          • sylvain sylvain 20 octobre 16:10

            @sylvain
            en tout cas pour la plupart des blancs


          • JPCiron JPCiron 20 octobre 16:30

            @Zolko

            Par ailleurs, un enfant dont le père est « noir » et la mère « blanche » sera-t-il « noir » ? >

            Aux USA, quand on n’est ni ’’blanc’’ ni ’’noir’’, on est métis !
            Et les métis forment des ’’quasi-races’’ ou ’’sous-races’’. Par exemple : 
            https://www.pewresearch.org/fact-tank/2015/07/10/mestizo-and-mulatto-mixed-race-identities-unique-to-hispanics/

            Il faudra des siècles pour qu’ils sortent de ce cercle vicieux. Car quand la science et la technologie s’appliquent à mesurer un concept bidon, elles arrivent toujours à trouver la ’’bonne réponse’’ qui satisfait les généreux donateurs dont les financements permettent de porter à terme les travaux.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 octobre 13:35

            @Zolko

            Je comprends que vous ayez du mal à comprendre.

            les « hispaniques » ne sont pas blancs ?

            Même question concernant « les juifs » :

            les « juifs » ne sont pas blancs ?



            • JPCiron JPCiron 20 octobre 16:21

              @Pierre Régnier

              < Les Juifs ne sont pas blancs ?> 

              Dans ce genre d’analyses aux US, quand on parle de ’’Juifs’’, on pense en général « Juif Ashkénazes ». C’est une ’’catégorie de Juifs’’ la plus fréquente aux US. Mais il y en a d’autres (voir mon premier mot ci-dessus).
              Comme le Judaïsme accepte les conversions, il peut y avoir des Juifs de ’’toutes les couleurs’’...


            • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 octobre 17:24

              @JPCiron

              Merci. Vous renforcez ce qui est, selon moi, une absurdité de l’auteur s’ajoutant à celle concernant les « hispaniques ».

              Mais vous soulignez le fait que, aux US, ce genre de sottise est très courant.

              Je pense que c’est vrai mais aussi que, ces dernières années, la France, tout spécialement celle qu’on continue bêtement de qualifier de « Gauche » s’aligne sur la « Gauche » des USA.

              Et c’est cela qui, pour moi, est le plus lamentable.


            • Xenozoid Xenozoid 20 octobre 17:31

              @Pierre Régnier

              et la droite ?,je suis curieux, car le concepte droite gauche aux états unis se suffit simplement a libéral et les autres,et a toutes les sauces,pareille a droites tout est compartementalisé, et ils n’ont rien exporté,tout a éte importé d’europe,pas le contraire,si maintenant le mirroire change de direction(le retour de bâton), c’est parce que ça bouge, et ça gene les compartiments


            • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 octobre 10:04

              @Xenozoid

              En 1967 j’étais parmi les techniciens envoyés par l’ORTF de métropole en Guadeloupe pour y faire fonctionner la télévision qui venait d’y être installée. Membre du PSU, localement absent, c’était avec le Parti Communiste Guadeloupéen et avec Témoignage Chrétien que je militais, publiquement, contre l’esprit colonialiste et contre le racisme bien présents, eux, dans la station locale de l’ORTF.

              C’était évidemment contre le racisme anti-noirs que je militais, et j’avais l’impression de le faire aux côtés d’Henri Bangou, d’Aimé Césaire, d’Edouard Glissant, de Frantz Fanon…

              Un demi-siècle plus tard je trouve en face de moi ce qu’on qualifie toujours de “Gauche” aux côtés des racistes anti-blancs  ! Qu’une importante partie de la Droite s’y trouve aussi n’a pour moi rien d’étonnant.



              • MagicBuster 20 octobre 15:04

                Message pour les lecteurs du XVIeme siècle qui ne se reconnaîtront pas.

                Des études scientifiques, fondées depuis le milieu du XXe siècle sur la génétique, ont montré que le concept de « race » n’est pas pertinent pour caractériser les différents sous-groupes géographiques de l’espèce humaine car la diversité génétique est beaucoup plus importante entre les individus d’une même population qu’entre groupes différents.

                Le consensus scientifique actuel rejette, en tout état de cause, l’existence d’arguments biologiques qui pourraient légitimer la notion de « race », reléguée à une représentation arbitraire selon des critères morphologiques, ethnico-sociaux, culturels ou politiques, comme les identités.

                Parler de racisme, implique des races, ce qui est raciste  !!!
                Next


                • MagicBuster 20 octobre 15:28

                  https://www.20minutes.fr/societe/3152859-20211020-lyon-etat-dissout-association-coordination-contre-racisme-islamophobie

                  Coordination contre le racisme et l’islamophobie a été dissoute mercredi 20 octobre, en Conseil des ministres, pour son caractère jugé haineux et antisémite.

                  Parler de race est RACISTE ==> CQFD


                • JPCiron JPCiron 20 octobre 15:56

                  @MagicBuster

                  J’aime bien ce que disait Montaigne, car il parlait (autant qu’il me souvienne) de qualités que je qualifierais de morales :

                  « Je dirais qu’il y a plus de distance de tel homme à tel homme qu’il n’y en a de tel homme à telle bête. »

                  Affirmation de Montaigne dans ses Essais reprise par Rousseau :

                  https://gallica.bnf.fr/essentiels/rousseau/discours-origine-inegalite/difference-homme-animal


                  .



                • JPCiron JPCiron 20 octobre 16:01

                  @MagicBuster

                  <le concept de « race » n’est pas pertinent pour caractériser les différents sous-groupes géographiques de l’espèce humaine>

                  Très juste.
                  Mais aux USA, le concept de ’’race’’ pour distinguer les gens est pour eux une évidence.

                  C’est pourquoi, je pense qu’il n’est pas mauvais de le faire savoir. 
                  PEW a pignon sur rue aux USA.


                • microf 20 octobre 16:11

                  C´est vrai parler de race est raciste, car il n´ ya qu´une seule et unique race, la race humaine.

                  Toutefois bientôt il n´y aura plus besoin de parler de race et de racisme, les futures discriminations seront entre les vaccinés et les non-vacinés.

                  Un Blanc vacciné et un Blanc non vacciné, les deux ne voudront plus coopérer.

                  Par contre un Blanc non vacciné, un noir non vacciné, un Indien non vacciné, un Chinois non vacciné, japonais non vacciné, pourront s´entendre et coopérer.

                  Á quelque chose malheur est bon. Le Covid 19 va peut être faire disparaitre la discrimination entre pas les races, mais entre les peuples.


                  • MagicBuster 20 octobre 16:27

                    @microf

                    Un vacciné depuis 6 mois est tout à fait pareil qu’un non vacciné.
                    (c’est pourquoi, il est question d’une 3eme dose).

                    Cette différence vacciné ou pas est temporaire... voire inexistante ... c’est selon la confiance que vous mettez dans ce « vaccin » (qui n’en est pas un).

                    =Substance pathogène qui, inoculée à un individu, lui confère l’immunité contre une maladie.

                    Dans le cas présent, ni substance pathogène, ni immunité ^^


                  • voxa 20 octobre 16:55

                    Question simple que l’on peut se poser :

                    Si l’on à le choix de renaitre et de choisir la couleur de sa peau, que faire ?

                    Moi je suis de l’avis de Coluche je veux être un mec normal... donc blanc.

                    C’est quand même moins difficile pour trouver du boulot ou un appartement.

                    Et, il parait que c’est mieux aussi avec le flic de base...

                    ...


                    • mr green reptile 20 octobre 17:33

                      @voxa

                      Ouep , pas sur , Si dieu te fait naitre sur une planete ou il n’ y as que des noir , tu risque de courrir tres vite smiley


                    • genrehumain 20 octobre 17:12

                      Vous dites dans votre article :

                      "Peut-être que l’esclavagisme a eu un impact sur la situation socio-économique des Noirs américains, malgré tout les Hispaniques n’ont pas subi d’esclavagisme et leur situation n’est guère similaire à celui des Asiatiques par exemple.« 

                      Vous avez raison de dire que pour les noirs américains, l’esclavage a eu un impact terrible sur leur situation actuelle.

                      Mais en ce qui concerne les personnes que vous appelez »hispaniques", la plupart d’entre elles sont d’origine amérindienne, avec le traumatisme du génocide de leur peuple et la destruction de toute leur culture, ce que l’on retrouve également dans le cas des noirs américains, qui ont subi l’esclavage et en plus la perte de leurs cultures africaines antérieures.

                      Ces données ne se retrouvent pas chez les autres minorités.

                      C’est ce qui, à mon avis, explique les résultats que vous nous montrez dans votre article.


                      • Zolko Zolko 21 octobre 22:14

                        @genrehumain

                        Mais en ce qui concerne les personnes que vous appelez hispaniques, la plupart d’entre elles sont d’origine amérindienne, avec le traumatisme du génocide de leur peuple et la destruction de toute leur culture

                         
                        ouhlà, beaucoup de confusion là. Les peuples d’amérique latine je pense que c’est ça que vous désignez par amérindiens sont un mélange d’européens (descendants des colons), d’africains (descendants des esclaves) et d’indiens (descendants des natifs). Ils ne sont hispaniques que par la langue. Et selon les pays d’amérique latine, les proportions de ces mélanges sont très différents. Les argentins sont purement européens, les péruviens sont purement indiens, les brésiliens sont un mélange ....
                         
                        Par ailleurs, certaines des grandes cultures avaient déjà disparu quand les européens sont arrivés.

                      • Esprit Critique 20 octobre 23:04

                        Celui qui se definit comme « Ant-iRaciste » est tout simplement un extrémement dangereux. C’est aussi simple. Si en plus Il est néofeministe, adepte de la théorie du genre. vegan, pour la deconstruction de l’histoire et la culture, alors. courrez vous mettre a l’abri.



                          • Hurricane Hurricane 21 octobre 14:33

                            Je ne vois pas pourquoi être comparé à des singes serait une insulte , un singe a de la dignité et un comportement normal 

                            Ces noirs BLM antiracistes fachos islamos gauchistes qui passent leur temps à niquer la France ,les blancs , appeler aux meurtres de blancs et de policiers sont plutôt des singes dégénérés , des singes hurleurs de haine , de menaces et de crimes.

                            Thuram est un « sous singe » et devrait présenter des excuses à tous les singes d ’ afrique et d ’ ailleurs . 


                            • Hurricane Hurricane 21 octobre 14:48

                              Parler de racisme, implique de dire qu ‘ il existe des races, ce qui est raciste !!!


                              Traiter quelqu ‘ un de raciste confirme l ‘ existence de races qui n ‘ existent pas .


                              Or , l ‘ islamo gauchisserie interdit de parler de races puisqu’ elles n ‘ existent pas selon leur idéologie nauséabonde .


                              Donc quand Zemmour se fait traiter de raciste par les fachos islamos gauchistes haineux , c ‘ est raciste , tous ses ennemis sont donc bel et bien racistes .


                              Zemmour est donc victime de racisme de la part de la race islamo facho gauchiste qui existe bel et bien .


                              Perso je suis fier d ‘ être de race blanche , de race catho , de race hétéro , de race anti gauchiste wok , et de race zemmourienne , the king of my race !


                              • Aimable 24 octobre 18:13

                                Les races n’existent pas , il n’y a que des ethnies et comme la race n’existe pas, ceux qui parlent de race sont des ignares ayant un complexe de supériorité .


                                • Serge Charbonneau Serge Charbonneau 4 novembre 18:22

                                  J’ai publié votre texte en attente de censure sur Agoravox sur ma page FB. 

                                  https://www.facebook.com/serge.charbonneau.14/posts/6616700891703746 

                                  Mon texte en attente de censure sur AgoraVox a été publié ici : 

                                  https://reseauinternational.net/nous-en-sommes-la/ 

                                  Soyons solidaires pour contrer la censure.

                                  Une censure inadmissible sur un site comme Agoravox qui jadis prônait la libre pensée.

                                  Salutations,

                                  Serge Charbonneau

                                  Québec

                                  Pour me rejoindre : veliserdi@hotmail.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité