• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le nouveau Jeu du Qatar

Le nouveau Jeu du Qatar

Après le blocus imposé par des pays qui ont été des protecteurs stratégiques de sa sécurité nationale, le Qatar n'a pas encore pris conscience de la gravité de son plan de jeu régional. Trop téméraire pour admettre ses erreurs, le régime actuel n'est probablement pas prêt à céder.

Le Qatar continue de répandre ses mensonges constants, mais la période récente a révélé la vérité des médias qataris et a laissé tomber les masques de l'honnêteté revendiquée, de l'objectivité et du professionnalisme et d'autres faux mensonges. Récemment, les médias qataris ont rapporté que le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, regrette les violations des droits de l'homme liées au droit international humanitaire découlant du blocus contre le Qatar. Le Bureau du Procureur a fortement nié ces propos, soulignant qu'elle ne faisait pas de commentaires sur des questions politiques et qu'elle s'attendait à ce que les médias qataris corrigent ces déclarations.

Les médias qataris peuvent en quelque sorte corriger ces déclarations dans des rapports ultérieurs pour faire plaisir à la fonctionnaire internationale, qui a récemment rendu visite à Doha et a rencontré l'émir et le ministre des Affaires étrangères. La correction de ces déclarations sera publiée de manière étroite, juste pour en envoyer une copie au Bureau du Procureur de la CPI, mais pas pour faire connaître les faits et corriger les erreurs.

Les mensonges et la falsification ont été la caractéristique la plus importante des médias qataris depuis la création de Al Jazeera en 1996. La vérité des médias qataris n'a pas été révélée pour des raisons liées à sa capacité élevée à maîtriser les arts du mensonge et de la tromperie d'une manière continue. D'autres raisons ont été liées à la faiblesse des concurrents parmi les médias arabes au cours des années précédentes, qui ne pouvaient pas attirer le spectateur arabe, et encore moins convaincre le public des faits des mensonges d'Al Jazeera. Al Jazeera a été la pierre angulaire des médias arabes depuis des années, ce qui a maintenant été surmonté avec succès. Cette chaîne est revenue à sa position naturelle au bas de la liste des intérêts des téléspectateurs arabes. Le lancement par le Qatar de chaînes de télévision alternatives est une reconnaissance claire de l'échec total de la crédibilité d'Al Jazeera.

Au cours des années précédentes, les médias qataris ont fait des falsifications avec un professionnalisme certain. Refuter ces mensonges demande des efforts pour convaincre le public des faits. Les nouvelles générations de menteurs ne sont pas familières avec les règles de l'industrie du mensonge, ce qui est bon pour la région et le monde ; Ils formulent des rapports stupides qui ne peuvent pas tromper un personne saine ni tromper un jeune enfant. Les rapports qui ont attribué des déclarations étranges au Procureur de la CPI prétendent qu'elle applaudit la façon dont le Qatar gère la crise et exprime son admiration pour le rôle du Qatar, qui a exigé des preuves, soulignant que c'est l'approche correcte pour faire face à de telles crises. Un fonctionnaire international ne dirait pas de telles sottises. Les nouveaux menteurs doivent reconnaître les limites des devoirs et des responsabilités, qui empêchent le fonctionnaire international de se pencher sur des questions politiques concernant les relations entre pays.

Les médias qataris sont impliqués dans la fabrication de mensonges et de les attribuer à un officiel international quelques jours après le scandale des déclarations de fabrication attribuées au Haut Commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al-Hussein. La Commission des droits de l'homme des Nations Unies a claqué, le 30 juin dernier, les rapports médiatiques inexacts du Qatar concernant une réunion entre le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al-Hussein et le Représentant permanent du Qatar auprès des Nations Unies à Genève.

La falsification des faits par les médias qataris a été révélée et leurs masques ont été complètement abandonnés. Cela reflète l'ampleur de la confusion du leadership qatarien. Après avoir omis d'embellir les dirigeants qatariens, les fonctionnaires des médias qataris ont recouru au mensonge, à la distorsion et à la falsification des faits afin de maintenir leurs positions et leurs privilèges, malgré la catastrophe qu'ils infligent aux Qatariens.

L'aspect le plus important de cette malheureuse réalité est que les médias qataris sont passés de la stratégie d'attaque à la défense. Ce changement est un gain important pour le peuple arabe, car le simple départ des médias qataris avec leurs mensonges et leurs complots sur le terrain est le début de la stabilité dans le Golfe et dans la région arabe.


Moyenne des avis sur cet article :  1.13/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 13 juillet 13:48

    Laisse tomber Dug’nou.
    Tes maitres saoudiens se sont ridiculisés, ils sont passés pour ce qu’ils sont ; des salopes pourries à la solde des U$ioni$te$, et ta prose de merde ne les sauvera pas du déshonneur.
     
    Allez, va cou-couche panier, on s’en tape de tes conneries !
     


    • MagicBuster 13 juillet 14:04

      Le Qatar est un bon allié pour anéantir les derniers restes du moyen age sur terre.


      • Pere Plexe Pere Plexe 13 juillet 14:23

        Continuez...vous lire me rend presque ces Qataris sympathiques.


        • njama njama 13 juillet 14:26

          Un article plein d’allégations de mensonges de la chaine qatarie sans en citer un seul !


          • njama njama 13 juillet 14:31

            L’analyse de Thierry Meyssan est intéressante pour comprendre un revirement qu’il explique par la volonté US, des Séoud, de l’Égypte d’en finir avec les Frères musulmans, eux-mêmes soutenus par le Qatar, l’Iran, la Turquie lesquels sont par principe islamique hostiles à une guerre entre sunnites et chiites.
            Or Ryad soutient de plus en plus Israël qui fait de l’axe (chiite) Hezbollah - Damas - Bagdad - Téhéran son ennemi, ceci expliquerait cela ... une histoire d’alliances politiques pour une influence régionale.

            Les (soi-disant) mensonges d’Al Jazeera, un cache-sexe dans cette histoire qui tourne au ridicule ...

            Islam et cléricalisme au Moyen-Orient élargi
            [......]
            Le parti politique des Frères musulmans a été reconstitué, en 1951, par les services secrets britanniques sur les ruines de l’organisation homonyme d’Hassan el-Banna. Il est la matrice du terrorisme dans le monde musulman, ayant formé la totalité des chefs des organisations terroristes, d’Oussama Ben Laden à Abou Bakr al-Baghdadi. Ce parti politique et ses organisations armées travaillent en collaboration avec les puissances impérialistes. Il n’y a rien de religieux là dedans.

            Il importe de comprendre que les Frères musulmans et leurs organisations jihadistes, Al-Qaïda et Daesh, ne sont pas des musulmans radicalisés ainsi qu’on aime à le prétendre en Occident. Il s’agit de mouvements politiques et non pas religieux. Le fait qu’ils citent à longueur de temps des passages du Coran n’en fait pas des religieux. Ce sont juste des cléricaux.

            Le revirement contre le « printemps arabe » a débuté, en juin 2013, en Égypte où 33 millions de citoyens ont défilé durant cinq jours contre la dictature du Frère Mohamed Morsi et pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel par l’armée. La totalité —sans exception— des partis politiques et des organisations religieuses s’est unie autour de l’armée contre les Frères musulmans, c’est-à-dire pour la laïcité et contre le cléricalisme. Dans les mois qui suivirent, le chef des armées, le général Abdel Fattah al-Sissi, qui ambitionnait d’être élu président, transmit à l’Arabie saoudite des documents saisis au siège des Frères. Ils attestaient que des membres de la Confrérie préparaient depuis le Qatar un renversement des Séoud. La réponse de Riyad ne se fit pas attendre : arrestation de quelques membres de la Confrérie en Arabie, attentats au Qatar et soutien inconditionnel à l’élection du général al-Sissi.

            La situation des Séoud était d’autant plus compliquée que
            - toute la Confrérie n’était pas impliquée dans le complot ;
            - que, depuis 1961, ils étaient les sponsors de la Confrérie via la Ligue islamique mondiale ;
            - et que leur régime était adossé au wahhabisme, donc clérical comme les Frères musulmans.

            Les Séoud donnèrent carte blanche aux Nayef pour réprimer les putschistes et rétablir l’ordre. Ils agirent comme ils l’avaient fait en 1990 lors de la révolte des sourouristes. À l’époque, un leader des Frères musulmans, Mohammed Sourour, était parvenu à convaincre des wahhabites saoudiens de prendre le pouvoir. Il fallut cinq ans pour vaincre la rébellion [1].

            C’est ce passé qui a ressurgi lorsqu’en mai 2017 le président Donald Trump est venu à Riyad sommer les puissances musulmanes d’en finir avec les Frères musulmans. Les Séoud ont décidé cette fois de réagir en rompant non seulement avec la Confrérie, mais en abandonnant l’islam politique. Que l’on comprenne bien : le fait de prendre le parti de la laïcité ne change en rien celui d’être fondamentaliste, salafiste. La monarchie du roi Salmane se trouve dans la même position que la monarchie française de Philippe le Bel. Pour accompagner cette évolution décisive, le conseil de famille des Séoud a accepté par 31 voix contre 4 de préparer l’abdication du roi Salmane, de mettre fin à la règle adelphique de succession au trône, de sauter deux générations et de désigner le prince Mohammed ben Salmane comme son prochain roi.

            De leur côté, le Qatar et la Confrérie se sont immédiatement rapprochés de la Turquie et du Pakistan. Surtout, ils ont fait alliance avec l’Iran, dont ils combattent encore les Gardiens de la Révolution sur les champs de bataille syrien et yéménite, mais dont le gouvernement de cheikh Rohani partage leur conception cléricale de l’islam.

            Ce retournement de l’Iran met en évidence l’opposition entre son pouvoir politique et son pouvoir militaire. Il s’appuie sur le pacte conclu entre Hassan el-Banna, le fondateur de la première Confrérie des Frères musulmans, et le jeune ayatollah Khomeiny. Un pacte selon lequel les Frères ne lanceraient pas de guerre de religion entre sunnites et chiites, engagement qui a volé en éclats avec Daesh. Surtout, il s’appuie sur les ambiguïtés de la Révolution de 1979, à la fois mouvement laïque anti-impérialiste et processus identitaire clérical, et sur l’évolution de la fonction du Guide Ali Khamenei, à la fois leader de la Révolution mondiale et politicien local chargé des équilibres entre factions.

            Au vu des treize exigences transmises par l’Arabie saoudite et l’Égypte au Qatar, il est peu probable que le conflit entre laïques et cléricaux se résolve rapidement. La question se pose de savoir si les Occidentaux comprendront ce qui se joue actuellement dans le « Moyen-Orient élargi ». Eux qui présentaient le président Ahmadinejad comme un clérical, eux selon qui le Frère Morsi n’avait pas truqué son élection et avait été renversé par un coup d’État ; eux qui prétendent que la Libye et la Syrie n’ont pas été attaquées de l’extérieur mais ont été le théâtre d’une révolution démocratique. À force de se mentir, on perd contact avec la réalité.


            • Vraidrapo 14 juillet 07:49

              @njama
              Contribution louable, sincèrement... mais à quoi bon.
              Je reprendrais simplement la déclaration de Mourad Boudjellal :
              « si dieu n’existait pas, que de tourments les hommes ne se seront-ils pas infligés en vain !... »
              Quels sont les pourcentages respectifs d’athées dans les communautés chrétienne et musulmanes ? Est-il possible d’avoir une idée ? même à la louche...

              Y’en a qui ne doutent vraiment de rien : et je te massacre ici, et je te massacre là-bas, au nom du même « dieu » ! Quelles bandes de tarés !


            • njama njama 13 juillet 14:39

              Le clash saoudo-qatari – Le Qatar et l’Iran l’emportent – Les princes saoudien et émirati perdent la face

              Par Moon of Alabama – Le 5 juillet 2017
              La campagne saoudo-émiratie contre le Qatar a vite tourné au bazar. Le Qatar n’a pas craqué comme prévu. Il n’y avait pas de plan B. Les instigateurs du plan doivent maintenant craindre pour leur tête.

               
              L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Qatar ont tous créé et dorloté des groupes extrémistes qui se battent dans d’autres pays. Ils fournissent de l’argent, des armes et du soutien politique et médiatique à divers groupes de meurtriers takfiris. Contrairement aux trois autres, le Qatar a soutenu non seulement des salafistes ultra-conservateurs, mais aussi des groupes alignés sur les Frères musulmans. Les Frères musulmans n’acceptent pas la domination des monarques absolus arabes. Ils proposent un mode de gouvernance alternatif qui inclut une certaine participation démocratique du peuple. Du coup, les Saoudiens et les autres dictatures familiales les considèrent comme une menace terrible. Le dictateur militaire de l’Égypte, qui partage l’avis des Saoudiens sur la question, a renversé par un coup d’État le gouvernement des Frères musulmans élu de son pays.
               
              Les Saoudiens et les trois autres ont voulu régler le cas du Qatar. Son porte-parole médiatique, Al-Jazeera en arabe, défend les mêmes positions sectaires et anti-iraniennes que les Saoudiens, mais il soutient également les Frères musulmans. Cela ne pouvait plus durer.

              lire la suite :
              http://lesakerfrancophone.fr/le-clash-saoudo-qatari-le-qatar-et-liran-lemportent-les-princes-saoudien-et-emirati-perdent-la-face


              • Ouallonsnous ? 13 juillet 18:28

                @njama

                Ce qui est le plus édifiant est cette chikaïa entre promoteurs du terrorisme, c’est à « s’en trouer le cul » !

                Qu’en penser, sinon qu’il faut s’en débarasser, car ils ne sont que des supplétifs de l’OTAN et des USA !


              • Leonard Leonard 13 juillet 15:01

                T’es vraiment une sal.....


                • wawa wawa 13 juillet 17:16

                  bon alors le wahabbite, on découvre que l’on est nu sans son parrain américain et son demi-frère israelien ? smiley
                  .
                  passant (gaspillant) quelque fois du temps en modération, je vote systématiquement pour la parution de vos articles, sans m^me les lire, face à un tel étalage de haine, les qataris et les mollah iraniens apparaissent presque sympathique, c’est dire !!!!!!!!


                  • LE CHAT LE CHAT 13 juillet 17:25

                    De quels mensonges l’auteur parle t il ???? Aussi improbables que les 70 vierges promises aux martyrs tafkiris... Cet article est une bouse de propagande ,et je m’en tape le coquillard avec une pelle a tarte de vos querelles d’enturbannes islamistes !


                    • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 13 juillet 17:58

                      Salem El Jobar est de retour !!! Le porte-voix des chacals de saoudiens les « Kafards » fait dans l’imposture ...
                      De toutes les façons, sous leurs gandouras, ile cachent la puanteur de leurs conduites nauséabondes et infâmes.
                      La chasse aux vrais cons (leurs faucons ont plus de noblesse que ces chiens) , aux gazelles (les putes) le sky et les dépenses somptuaires et égotiques sont leur seul fond de commerce avec la trahison !!!


                      • Vraidrapo 14 juillet 07:37

                        Et dans la Bande de GAZA (ou ce qu’il en reste...) ils en pensent quoi les Arabes ?...


                        • aliante 14 juillet 08:22

                          Le Qatar s’est servi du mensonge en fonction de ses intérêts
                          les Saoudiens ont applaudi quand Al Jazeera fabriquait de fausses images sur les violences en Libye en Syrie pour justifier les interventions militaires
                          il y a un tournant que le rédacteur semble occulter c’est la victoire de l’armée syrienne et de son allié russe ,libanais et iraniens
                           le Qatar s’adapte à la nouvelle géopolitique de la région pour preuve il a complétement ridiculisé ce potentat de monarques absolus à la solde de Washington et d’Israël
                          en se permettant même de confirmer son soutien au Hamas


                          • njama njama 14 juillet 14:56

                            Très beau discours de Bouthaina Chaabane

                            Conseillère politique du Président Bachar al-Assad et « Fille de la Terre » 10/07/2017


                            La conscience arabe finira-t-elle par tracer et suivre « la voie du salut » ?

                            Par Bouthaïna Chaabane
                            [.............]
                            La conscience arabe finira-t-elle par tracer et suivre « la voie du salut » avant qu’il ne soit trop tard ? Finira-t-elle par écarter la logique suspecte fondée sur l’opposition entre sunnites, chiites, perses et arabes ? Finira-t-elle par réaliser que la bataille et tous ses outils sectaires, terroristes et extrémistes, la visent elle-même, visent son unité, ses droits, ses intérêts, son présent et son futur ? Finira-t-elle par réaliser que l’alliance des résistants et la Russie, qui les soutient, représentent la seule voie de salut face à cette agression tentaculaire programmée et murie par des esprits sionistes depuis des décennies, le wahhabisme étant devenu l’un de ses outils ?

                            http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8763

                            Source : Al-Watan (Syrie) / طريـــق الخلاص
                            http://alwatan.sy/archives/110559

                            Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal


                            • Julyo 14 juillet 22:53

                              Le titre donnait envie de s’instruire sur la nouvelle donne

                              acceptée par le Qatar qui s’est pointée à la table des négociations
                              de paix réunissant des protagonistes farouchement opposés...voire
                              inféodés aux US.
                              Pour faire court, paix conclue avec la majorité des factions rebelles mercenaires ; sous l’égide de Poutine.
                              Plus de financement : plus de combattants.
                              Mais, là, c’est un article accepté par un comité de lecture, ça ?
                              L’auteur dispose pourtant d’un CV ronflant.
                               ??? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires