• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Pen contre Moscovici 1 à 0

Le Pen contre Moscovici 1 à 0

Moscovici devrait être plombier plutôt que ministre de l'économie. En effet, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je n'ai pas bien compris si Le Pen, une fois sortie de l'Euro, voulait que 1 Franc égal 1 Euro, ou bien dévaluer le Franc de 20 à 25% par rapport à l'Euro ou bien au Dollar ?

Apparemment Moscovici n'a rien pigé puisqu'il n'a pas réagi. A moins que ce débat sur la monnaie le dépassait et ne savait quoi répondre, limité qu'il était. Grave pour une personne en charge de notre économie et de notre monnaie.

En tant qu'ancien plombier (je répare quand même toujours ici ou là) je me demande pourquoi est-il utile de sortir de l'Euro si c'est pour garder 1 Franc égal 1 Euro ? Si le Franc reste égal à l'Euro et donc aussi fort, alors pourquoi abandonner l'Euro ? Par ailleurs, si 1 Franc égal 1 Euro, pourquoi dire qu'on dévaluera ? Pour moi c'est l'un ou l'autre, mais pas les deux. Apparemment Moscovici n'a pas réagi. C'est soit qu'il était d'accord soit qu'il n'a rien compris. Il devrait alors de venir plombier. Les logiques de tuyaux ça nous connaît.

Pour moi qui suis désormais d'un autre âge, je n'ai quasiment connu que le Franc et ses nombreuses dévaluations sous De Gaulle, Pompidou, Giscard et Mitterrand. Je me souviens même de la guerre des monnaies européennes dans les années 80 où la Lire italienne, la Peseta espagnole et notre Franc se tiraient la bourre pour savoir qui dévaluerait le premier. On a même parlé d'entrer en guerre avec l'Italie qui paraît-il faisait trop des dévaluations contraires aux règles. En fait c'était la merde et tout le monde voulait que sa monnaie ressemble au Mark.

Le Pen parle aussi comme si aujourd'hui c'était le gouvernement qui fixait le prix de sa monnaie. Il me semble souvent entendre aux informations que le cours d'une monnaie est fixé par les marchés. Non pas par un pays, quand celui-ci est démocratique. Qu'en pensait hier soir Moscovici ? Là aussi il n'a rien dit. Était-il d'accord, pas d'accord ? Cela dépassait-il ses compétences ? Pourtant c'est lui notre ministre de l'économie et de la monnaie.

Avait-il bien révisé avant de venir à ce débat ? Peut-être pas. J'ai connu un Moscovici plus jeune, bien imbu de lui-même et de ses diplômes. Hier il aurait dû en faire un meilleur usage.

Le Pen disait aussi qu'en sortant de l'Euro cela allait créer de l'emploi. Là encore moi qui est vécu de nombreuses dévaluations du Franc je puis vous assurer que l'emploi s'est dégradé plutôt que le contraire. Sous les dévaluations de Giscard et de Mitterrand, le chômage a explosé. Pourquoi Moscovici n'a-t-il rien dit. Est-il vraiment compétent en économie et en monnaie ?

Hier soir j'avais vraiment l'impression que le professeur c'était Le Pen et l'élève mauvais, Moscovici. Il n'a pas été à même de contrer de manière claire Le Pen. Il fuyait le débat sur l'Euro et le Franc comme s'il ne savait pas quoi dire alors que c'est son métier que de parler économie et monnaie.

Mes anciens collègues ouvriers quand ils entendent Le Pen, ils n'entendent pas ses contradictions (on dévalue le Franc mais en même temps on garde quand même 1 Franc égal à 1 Euro, c'est incompréhensible), ils entendent seulement qu'elle va donner du travail à tout le monde, que la France va encore être plus française et que les Allemands et l'Europe n'ont qu'à bien se tenir.

Cela est désolant. Mais pour moi ce qu'il est le plus désolant c'est l'incompétence de Moscovici.

Après ce débat Le Pen sort renforcée et beaucoup d'électrices et d'électeurs aimeraient la voir rapidement au Ministère de l'économie et de la monnaie. A qui la faute ? Moscovici n'y est pas étranger. Il devrait essayer la plomberie pour avoir un peu plus de bon sens, de logique et une répartie meilleure et plus efficace.


Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

178 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 4 février 2014 10:24

    Bonjour à tous.

    Une sortie unilatérale de la France de la zone euro aurait automatiquement pour conséquence une dévaluation significative du franc relativement à l’euro et au dollar. Et ce que notre pays gagnerait en compétitivité sur les marchés extérieurs, il le perdrait très largement dans la gestion de ses emprunts à un taux nettement plus élevé. Qui plus est, la France devrait faire face à une dette libellée très majoritairement en euros et par conséquent augmentée de manière importante par la dévaluation du franc.

    Un abandon de l’euro par tous les pays qui ont adopté cette monnaie aurait au contraire l’avantage de renforcer la France par rapport à l’Allemagne dont le mark se trouverait ipso facto bien mieux apprécié que le franc. Notre pays serait alors en position de force pour pénétrer le marché allemand alors que notre voisin connaîtrait des difficultés à exporter en Europe du sud. L’Allemagne n’a donc aucun intérêt à s’engager dans cette voie si elle ne veut pas retomber dans les difficultés qu’elle connaissait il y 12 ou 15 ans.


    • unandeja 4 février 2014 10:35

      Une sortie unilatérale de la France entrainerait + que probablement la dissolution dans la foulée de la zone euro. Si le second acteur majeur de la zone euro la quitte, que pensez vous que feront les investisseurs ? defiance envers la zone euro et dislocation automatique car la plupart des petits pays deviendrait encore moins solvable qu’actuellement.

      L’augmentation de dette en cas de sortie unilatérale de la France et maintient de la zone euro serait d’environ 13%...ce n’est pa négligeable....mais ce n’est pas apocalyptique non plus (13% viennent d’une étude de J.SAPIR).


    • Fergus Fergus 4 février 2014 10:51

      Bonjour, Unandeja.

      Possible, mais pas sûr que l’euro explose en cas de sortie unilatérale. C’est pourquoi je plaide pour une coalition franco-italienne qui, à coup sûr, mettrait à bas la prétention de l’Allemagne à gérer l’UE, soit en aboutissant à la dissolution de l’euro, soit en amenant l’Allemagne et la Commission à redéfinir l’action de la BCE et notamment à permettre à celle-ci de prêter directement aux Etats.


    • j-p. bédol 4 février 2014 11:05

      Exactement comme à l’époque du Franc faible et du Mark fort.

      Un peu de mémoire !!!


    • bleck 4 février 2014 11:22

      @ Fergus


      « Une coalition franco-italienne pour contrer l’Allemagne » 

      Vous saviez que vous pouviez être drôle en pensant écrire sérieusement ?

      0 + 0 = la tête à Toto

      L’Allemagne peut dormir tranquille avec un attelage pareil

      Qu’attendre de Mosco ?

      Sa jeunette le vide de partout ; même son neurone est à sec 

      Les socialos c’est comme les poires : ils pourrissent par la queue 

      Certain fait même du scooter pour ce faire

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 2014 11:29

      Fergus,
      Vous oubliez que la Banque de France est toujours là, et qu’en cas de sortie unilatérale de l’ UE et de l’euro (on ne peut sortir de l’euro sans sortir de l’ UE), elle peut prêter à l’Etat et aux Collectivités locales à taux 0%.
      Ce qui rend votre argument caduc.


    • unandeja 4 février 2014 13:14

      @Fergus...je ne suis pas pour mais il est vrai que les économies italiennes et françaises sont plus proches que de celles de l’Allemagne.
      En tout cas ce débat est interessant et il est bien dommage que nos politiques refusent de l’ouvrir en ne parlant que d’apocalyspe.


    • Onecinikiou 4 février 2014 13:53
      Fergus, que de contre-vérités !

      Vous dites :

      « Et ce que notre pays gagnerait en compétitivité sur les marchés extérieurs, il le perdrait très largement dans la gestion de ses emprunts à un taux nettement plus élevé. »

      Comment pouvez-vous affirmez cela puisque à ce que l’on sache, et la GB, et les USA, et le Japon, et la Suède, disposent bien de leurs monnaies nationales respectives, et pourtant ils empruntent à des taux historiquement planchés. 

      Cela pour une raison simple : le fait que la banque centrale nationale joue de nouveau le rôle de prêteur en dernier ressort - actuellement interdit pas les traités européens et les statuts de la BCE - dissuade de facto toutes velléités spéculatives de la part des majors de la finance mondiale. Elles auraient trop à perdre puisque le potentiel de refinancement serait alors illimité. Ils ne peuvent pas suivre. Donc révisez vos classiques.


      Vous dites également :

      « Qui plus est, la France devrait faire face à une dette libellée très majoritairement en euros et par conséquent augmentée de manière importante par la dévaluation du franc. »

      C’est absolument faux : 85% de la dette souveraine française est libellée en contrat de droit français, qui stipule que son remboursement se fera dans la monnaie qui aura légalement cours dans le pays. Idem que précédemment.

    • Onecinikiou 4 février 2014 13:55

      D’autre part pointer du doigt le risque de la dévaluation est inepte : la dévaluation est clairement le but recherché !


    • non667 4 février 2014 16:49

      gros mensonge de mosco :
      l’inflation lèse surtout les pauvres  !
      mais surtout les créanciers /prêteurs qui se voit remboursé en monnaie de singe (de toute façon , toutes monnaie qui n’est pas gagées sur l’or ou du matériel est une monnaie de singe ) et il faut être débile pour se priver d’en imprimer ! comme on l’a fait en entrant dans l’€ !


    • marcdouziech 4 février 2014 18:14

      « Qui plus est, la France devrait faire face à une dette libellée très majoritairement en euros et par conséquent augmentée de manière importante par la dévaluation du franc. »


      Il y a la solution Made In Islande !!!! On doit plus rien à personne, juste quelques oranges à ceux qui ont contracté les emprunts.

    • verdad 4 février 2014 18:14

      Quatiième fois que je me plante.
      Donc je ferai court ; très court !

      LE FRANC PINAY vallait un centime de l’ancien Franc
      Il vous fallait 100 anciens Francs pour avoir 1 nouveau Franc ; il dura jusqu’en
      l’an deux mille. Remplacé par l’Euro notre monnaie à la con  !


    • bigglop bigglop 4 février 2014 19:51

      Bonjour à tous,
      Sur le débat Euro/UE entre ’’Moscovicidose’’ et ’’Marine ma divine’’, je vous livre la réaction de Jacques Sapir à travers son billet intitulé ’’Saloperies’’ :
      http://russeurope.hypotheses.org/1940
      Extrait :
      ’’Les temps sont malsains. À force de prétendre que nous sommes dans une situation comparable aux funestes « années 1930 », certains journalistes et hommes politiques sont en train de créer une atmosphère particulièrement délétère. Les insinuations, les amalgames et les mensonges tiennent lieu aujourd’hui d’arguments. On a franchi un nouveau cap avec l’article du sieur Colombani dans Direct Matin et avec les accusations proférées à mon endroit par Pierre Moscovici, Ministre de l’économie et des finances. Les deux m’apparaissent liés. On en voit l’origine : la volonté d’un pouvoir aux abois et d’une élite discréditée de sauver l’Euro à tout prix en qualifiant les adversaires de la monnaie unique d’extrémistes. C’est en soi un acte de déni de la démocratie.’’
      et ses analyses sur l’euro :
      http://russeurope.hypotheses.org/1933
      Courage Monsieur Sapir !!!


    • bigglop bigglop 4 février 2014 19:59

      En complément, une pensée, attribuée (à tort) à W. Churchill :

      Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes anti-fascistes

      et le socialisme est la salle d’attente du fascisme. Léo Ferré


    • Le Gaspésien 4 février 2014 20:48

      Fergus est un trotskyste, donc son intérêt est l’affaiblissement de la France, il utilisera tous les arguments, même les plus nazes pour y parvenir et servir les intérêts du Parti de l’Étranger. En bon serviteur de l’Empire, il pourra même bénéficier de l’entrisme de ses copains au sein d’Agoravox, c’est dire.


    • unandeja 4 février 2014 10:24

      on sort à 1 franc = 1 euro pour ne par perturber les gesn au début.

      Seulement ensuite on dévalue la monnaie de 20 à 25%.
      Le mark se ré-évalue lui aussi.

      Il n’y a pas de solution miracle c’est sur....mais aujourd’hui on a une monnaie qui ne reflête absolument pas la réalité des pays. (réalité économique, fiscale notamment).
      Est-ce qu’il vaut mieux une monnaie forte qui ne représente rien ou une monnaie + faible et fluctuante qui représente la réalité économique du pays.


      • j-p. bédol 4 février 2014 11:07

        Comme les infos le disent c’est les marchés qui évaluent la monnaie.

        Pas Le Pen, ni Mosco, ni personne en démocratie.


      • unandeja 4 février 2014 13:10

        @Patriote...bien sur...mais là ou tu avais un euro français tu avais un euro espagnol....

        ....et quand tu auras un franc français tu auras 20 pesetas espagnol.

        Il n’est pas juste de parler uniquement de la ré-évaluation qu’entrainerait un retour au monnaie nationale car cela nous avantagerait sur certains/beaucoup de pays de la zone euro.

        Et certes il y a une perte de compétitivité à l’import depuis des pays à monnaie forte.....mais contrebalancé par une surcompétitivité à l’export vis a vis de ces pays à monnaie forte.

        C’est vrai que le marché fixe la dévaluation....mais le pays a aussi es marges de manoeuvre....par exemple, la Suisse qui a choisi de s’arrimer au cours de l’euro pour stoppé la hausse de sa monnaie qui devenait trop forte.


      • claude-michel claude-michel 4 février 2014 10:47

        Si Marine change un euro pour un franc...elle finira dans une poubelle... !


        • Fergus Fergus 4 février 2014 10:53

          Bonjour, Claude-Michel.

          1 euro pour 1 franc, c’est prendre les Français pour des niais.


        • claude-michel claude-michel 4 février 2014 11:09

          Fergus....

          0,19 euros...pour 1 franc (source l’insee)

          Compte tenu de l’érosion monétaire due à l’inflation, le pouvoir d’achat de 1 francs en 2000 est donc le même que celui de 0,19 euros en 2013.


        • j-p. bédol 4 février 2014 11:19

          a ce prix à combien passe notre dette ?

          Merci.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 février 2014 11:31

          Fergus,
          Vous avez la mémoire courte, c’est sur cette base que c’est fait le passage du franc à l’euro...


        • claude-michel claude-michel 4 février 2014 11:45

          Par j-p. bédol....Notre dette...passera a la banque de France (la machine à billet comme aux USA)...a prendre ou à laisser pour les prêteurs...et ils prendront.. !


        • Onecinikiou 4 février 2014 15:16

          « a prendre ou à laisser pour les prêteurs...et ils prendront.. ! »


          Pour sûr qu’ils prendront, comme ils n’ont pas eu le choix de prendre une dépréciation équivalente à 70% de leurs créances lorsque l’Argentine fit défaut sur sa dette souveraine en 2003.

          Bilan ? 8,5% de croissance en moyenne chaque année la décennie qui a suivi. 

        • Fergus Fergus 4 février 2014 18:40

          Bonsoir, Fifi.

          Oui, mais sur la base d’une union, autrement dit d’une crédibilité renforcée sur les marchés alors qu’un abandon unilatéral de l’euro par la France laisserait le pays seul face à d’éventuelles attaques qui ne manqueraient pas de survenir. 


        • Attilax Attilax 4 février 2014 23:46

          « a ce prix à combien passe notre dette ? »

          Si on sort de l’UE et de l’euro et qu’on récupère notre pouvoir de création monétaire, c’est une déclaration de guerre aux financiers et banquiers de toute la planète, qui seraient furieux car cela contrecarrerait leurs plans. Quels sont leurs plans ? Le contrôle du monde grâce à la dette, justement.

          http://blogs.mediapart.fr/blog/jjmu/031113/karen-hudes-lanceuse-dalerte-de-la-banque-mondiale-revele-comment-lelite-mondiale-dirige-le-monde

          Ils réagiraient bien sûr violemment et attaqueraient de toute part la France, pour la briser et la faire réintégrer le rang. Ce ne serait pas la première fois de notre histoire que ça arrive...

          Donc tant qu’à en prendre plein la gueule, autant leur dire qu’on a largement plus que payé le capital et que leurs intérêts variables sur des décennies, avec des taux décidés par des agences privés sorties du bois, ils peuvent se les coller profond. Si on a récupéré la création monétaire, on peut se payer le luxe de résister, on les emmerde, et l’exemple français pourrait faire une fois de plus tache d’huile : tout le monde voudra faire pareil et les banquiers chuteront... Euh, c’est le « bon » scénario, évidemment. L’autre, le mauvais et probable, c’est qu’on va se faire tondre et écoper de régimes autoritaires.

          La « dette » créée virtuellement est in-remboursable, c’est prévu pour, que ce soit celle de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande, de la France, et je ne parle même pas des US eux mêmes, qui ont sous les pieds un abysse qui entraînera tout le monde... En dématérialisant totalement la monnaie, les banquiers ont rendu possible leur rêve ultime : créer de la richesse à partir de rien.

          Ce n’est bien sûr pas viable, on le voit jour après jour.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 février 2014 09:47

          fergus,
          Et l’attaque des contribuables par les banques en créant la dette, vous trouvez que c’est pas violent ?

          « Comment c’était la France il y a 40 ans ? » Ben, vachement mieux !


        • mario mario 4 février 2014 10:47

          @l’auteur plombier.....

          je ne viens pas au secours de Le Pen mais force de costater qu’elle a raison .

          47 économistes (universitaires) et 10 prix Noble d’économie disent la meme chose .

          sans mettre en doute vos compétences de plombier, j’espere tout de meme qu’elles sont pas aussi hasardeuse que vos affirmations économique .

          quand a Moscovici, je retient une phrase du débat...« la solidarité avec le peuple Grec »"...... a vomir !


          • j-p. bédol 4 février 2014 11:08

            Alors pourquoi sortir de l’EURO si 1 Franc = 1 Euro ????


          • mario mario 4 février 2014 11:12

            parce que nous pourons dévaluer ! c’est clair ?

            soit on dévalue soit on baisse les salaires et les pensions c’est clair ?


          • j-p. bédol 4 février 2014 11:22

            c’est clair = NON.

            A combien les marchés donneront 1 Franc contre xxx Euro.


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 4 février 2014 13:08

            Bonjour,
            La raison d’être de l’Euro est à mon sens la même que celle de l’Europe : exister face au dollar et au yen au départ, au yuan et à la roupie maintenant, et gageons que ça ne s’arrêtera pas là. Si on oppose à priori cette raison avec l’intérêt populaire, on a forcément perdu. Il faut donc au contraire travailler à leur compatibilité et non fuir ce bon sens, qui est à terme se faire bouffer par les empires sus-nommés : On discute quand-même de façon plus décontractée en représentant 27 pays qu’au nom d’un seul en pleine dévaluation.
            Sortir de l’Euro, remarque, ça favorisera peut-être le chinois obligatoire en 6ème ? Marre de l’Anglais, après tout.


          • Onecinikiou 4 février 2014 14:03

            « Alors pourquoi sortir de l’EURO si 1 Franc = 1 Euro ???? »


            Vous êtes laborieux. 1 franc = 1 euro le jour de la création du nouveau franc avec cette parité (+ contrôle des changes pendant quelques jours pour éviter l’instabilité monétaire et la fuite de capitaux). 

            Ensuite nous serions en régime de changes flottants. Les monnaies flottent les unes par rapport aux autres en reflétant, si possible de manière optimale, le potentiel de compétitivité des appareils productifs nationaux. Le franc se dévalue à cette occasion vis à vis du Dollar, du Yen, du Yuan, mettons de 15 à 25%.

            Ceux qui auront à subir cette dévaluation seront principalement les porteurs de créances sur les obligations françaises. Les rentiers si vous voulez, notamment internationaux, qui seront les plus impactés par cette dévaluation compétitive (car là est bien le but). Pour les épargnants français cela ne changera pas grand chose, puisque leur épargne conservera une valeur équivalente dès lors qu’elle ne s’investira pas au-delà de nos frontières.

          • Onecinikiou 4 février 2014 15:19

            Soit dit en passant je viens de voir le face à face : Moscovici s’est fait violer par Le Pen. Il s’est fait douloureusement dilater le fondement sur son propre terrain. 

            Quelle humiliation j’ai de la peine pour lui - et pour nous !, sachant qu’un être aussi faible et médiocre puisse être à la tête des finances et de l’économie de notre pays.

          • non667 4 février 2014 16:08

            à jp
            Alors pourquoi sortir de l’EURO si 1 Franc = 1 Euro ????

            vous le faites exprès ?
            parce que marine pourra fabriquer des francs dans sa cave sans risquer la prison ce qui ne serait pas le cas avec des € pardi ! smiley smiley smiley


          • Le Gaspésien 4 février 2014 20:53

            L’auteur comprends que dalle à l’affaire, que s’en est pas croyable.


          • bernard29 bernard29 4 février 2014 11:06

            Moscovici croit qu’avec l’arrogance et le mépris dont les oligarques font preuve il réussira à emporter le morceau. Hier soir, sa vacuité et sa fatuité l’ont ridiculisé. 

            Marine le Pen a réussi a montrer que la sortie de l’Euro était une alternative qui semble sinon complétement construite au moins envisageable et possible. Et comme la course à l’argent, la financiarisation, sont les préoccupations centrales de notre société , le fait de remettre sérieusement en doute et de façon volontaire, le dogme de l’Euro, cette possibilité devient une éventualité qui peut avoir de l’avenir. Ce qui se traduit le plus simplement du monde par cette question ; POURQUOI PAS ?


            • j-p. bédol 4 février 2014 11:10

              J’ai vécu le Franc faible durant 70 ans. NON ça suffit ! Merci pour moi.


            • bernard29 bernard29 4 février 2014 11:36

              même quand on est passé au Franc fort ou lourd , je ne sais plus ? . Et puis vous croyez que la période actuelle avec l’Euro est une pleine réussite ? Aujourd’hui si vous suivez un peu les débats sur la monnaie, on remarque que de plus en plus de personnes s’interrogent sur les monnaies locales, les monnaies différentes. peut être que la question n’est pas aussi simple que de faire référence à l’histoire du franc faible ou du franc fort. Peut être y a t’il autre chose à inventer, et pour cela il faut peut être aussi décoincer les préjugés. Tous les sociologues et philosophes qui nous disent qu’on est arrivé au bout de quelque chose, qui nous parlent d’une nouvelle civilisation , d’une métamorphose, d’un changement de paradigme , vous croyez que c’est envisageable sans réfléchir aux moyens transactionnels pour les échanges entre citoyens ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès