• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le père Barbarin, Primat des Gaules et Archevêque de Lyon jugé pour (...)

Le père Barbarin, Primat des Gaules et Archevêque de Lyon jugé pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs

Le lundi 7 janvier 2019, s’est tenue la réouverture du procès contre le Père Barbarin. C’est un homme d’Eglise très carré sur ses positions religieuses, notamment contre l’homosexualité, le mariage pour tous, l’avortement et solidaire de bonnes causes telles que son engagement et son soutien aux chrétiens d’Orient, qui comparait. Il est jugé pour non dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs ainsi que de non-assistance à personnes en péril après avoir eu des informations sur les soupçons de pédophilie concernant le père Preynat.

Ignorance ou négligence complice ?

En 2002 Philippe Barbarin arrive à la tête du diocèse. En 2007, il entend parler de certaines rumeurs : Le prêtre Bernard Preynat se serait rendu coupable d’attouchements sexuels sur plusieurs jeunes enfants au Groupe Scout Saint Luc à Sainte-Foy-lès-Lyon depuis les années 77 jusqu’en 91. Il avait la charge de ce groupe d’enfants en tant qu’aumônier sans que cela n’inquiète personne. Preynat aurait été dénoncé et aurait reconnu les faits qui lui étaient reprochés, dans une lettre adressée à la mère de l’une de ses victimes en 1991. A l’époque des faits, Monseigneur Decourtray, Primat des gaules, avait écarté Bernard Preynat du service durant six mois et l’avait à nouveau placé dans une autre paroisse.

Lorsque Philippe Barbarin convoque Bernard Preynat et l’interroge, il reconnaît les faits mais rassure ne plus avoir recommencé depuis 1990. Au procès Philippe Barbarin se défend : « Je lui ai demandé : Y a-t-il eu un seul enfant abîmé depuis ? Il m’a répondu : Non, je vous le jure. Tout le monde me reproche de l’avoir cru. De fait, on n’a pas trouvé de faits incriminables après ». "Je n'ai jamais cherché à cacher, encore moins à couvrir ces faits horribles", a assuré l'archevêque, dans une déclaration lue devant les juges.

Précisant qu’il croyait à la rédemption, le père Barbarin poursuit, répondant aux affirmations de la juge sur les éventuelles récidives de pédophiles : « C’est possible que dans la perversion de quelqu’un, il y ait une page qui se tourne ».

L’opinion publique s’étonne que le père Preynat ait poursuivit toutes ses activités pastorales malgré les nouvelles accusations. D’ailleurs, Barbarin lui fait tellement confiance qu’il lui délègue, après une brève mise à l’écart, l'animation de 3 paroisses jusqu'en 2015. C’est seulement en Aout 2015 qu’il le dénonce, 9 mois après le nouveau témoignage accablant d’une victime. Le religieux accusé répond tout simplement qu’il aurait agi selon la volonté du Vatican, en évitant le scandale public, pour ne pas attirer l’attention des fidèles. : « J’ai fait exactement ce que Rome m’a demandé » dit-il à la barre.

 

Plus de 70 victimes présumées

Du coté des victimes, les détails sont révoltants. Ces hommes décrivent sans voile leurs souffrances en reprochant au père Barbarin ainsi qu’à cinq autres hommes d’Eglise qui comparaissent à ses côtés, ne pas avoir dénoncé ces faits horribles pour qu’ils cessent.

Laurent Duverger raconte : « Ma première relation sexuelle, je l’ai eue à 10 ans avec le père Preynat. » il évoque sa dernière agression parmi tant d’autres. Elles ont duré 3 ans : «  Elle est intervenue dans un bus. Il m’avait fait asseoir sur ses genoux et m’a caressé le sexe jusqu’à l’érection. A la vue de tous. J’étais humilié  ».

Christian Burdet, une énième victime du père Preynat raconte lui aussi. "Le Père m’a entraîné contre lui dans sa tente, il m’a embrassé sur la bouche en mettant la langue, il sentait le cigare froid. C’est notre secret. Il me demandait si je l’aimais. Et il m’a fait des fellations, m’a demandé si j’aimais. J’avais honte. Je me suis dit, ce n’est pas possible, j’ai couché avec le curé."

Vers la fin des années 1970, le petit garçon avait subi les caresses, les baisers, les fellations et les masturbations de la part du curé. Il n’en parlera qu’en 2016 meurtri psychologiquement : « C’est comme si j’étais atteint d’une maladie incurable, qu’on ne peut rien faire pour moi. Je vis avec cette souffrance qu’on aurait pu abréger si les faits avaient été dénoncés plus tôt »

François Devaux, fondateur de la Parole libérée (Association des victimes) quant à lui s’indigne : « On nous a mis sur le parcours d’un prédateur sexuel alors que le cardinal Renard savait. Le diocèse savait déjà alors même que nous n’étions pas nés. »

Le 23 août 2018, le prêtre Pierre Vignon, lance une pétition publiée sur le site change.org et récolte en une semaine plus de cent mille signatures. Il demande au cardinal Barbarin de présenter sa démission. Le 1er novembre 2018, il est sanctionné par sa hiérarchie et n'est pas reconduit dans ses fonctions de juge ecclésiastique à Lyon

Bernard Preynat, lui, avait été mis en examen le 27 janvier 2016. Il doit être jugé en 2019. Son avocat avait plutôt accusé les parents des victimes : « Il y a de cela 25 ans, on a eu tous les moyens pour faire passer le père Preynat devant une juridiction. Il a reconnu les faits, il les a reconnus oralement, il les a écrits. Si le procès n'a pas eu lieu, ce n'est pas à lui qu'il faut demander pourquoi. Il faut demander à ceux qui ont décidé de ne pas faire un procès », cite leparisien.fr.

 

En attendant le procès, Me Frédéric Doyez veut empêcher avant la tenue du procès la sortie du film inspiré de l’affaire et intitulé «  Grâce à Dieu  », comme il l’annonce dans une interview publiée vendredi 14 décembre par le quotidien régional Le Progrès.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • François Pignon François Pignon 11 janvier 17:26

    Comme il est dit dans cet article, le prêtre Pierre Vignon, auteur du livre « Plus jamais ça ! », avait demandé cet été la démission du cardinal et avait dénoncé l’omerta dans cette affaire. Depuis, il a été écarté de ses fonctions. 

    Selon lui, un scandale similaire serait encore possible en France, "mais de façon feutrée« . »Ils seront plus prudents", a-t-il dit. 

    Barbarin qui a couvert, lui, est maintenu dans ses fonctions,.... et ils s’étonnent que les églises se vident....


    • Gollum Gollum 11 janvier 17:54

      @François Pignon

      Ah mais les prêchi-prêcha de notre brave Pascal L vont les remplir.. smiley


    • Pascal L 11 janvier 19:14

      @Gollum
      Ce ne sont pas les cardinaux qui remplissent les églises, celle de ma paroisse est déjà pleine et je n’y suis pour rien. Le maire s’arrache les cheveux pour des questions de sécurité, mais pourquoi refuserions-nous du monde.


    • mmbbb 12 janvier 16:46

      @Pascal L ou est elle votre eglise Quant a la securite, vous etes protege par Dieux me semble t il En cas de mort accidentelle, vous allez directement au paradis Les pretes pedophiles, eux, iront se faire mettre par le diable 


    • Pascal L 12 janvier 20:46

      @mmbbb
      Mon église est dans une banlieue et ce n’est pas un cas unique. Beaucoup d’églises autour de chez moi ont les mêmes problèmes. 
      Quand à la protection de Dieu, elle est relative. Nous avons toujours la liberté de la refuser. Ce qui importe à Dieu n’est pas que vivions longtemps, mais qu’à la fin de cette vie nous acceptions son amour. L’amour de Dieu peut se vivre dès cette vie terrestre et reste le plus sûr moyen d’accéder au paradis pour ceux qui font ce choix dès maintenant. Mais comment recevoir l’amour de Dieu lorsque l’on a tant de choses à se faire pardonner ? Pour les prêtres pédophiles, ce n’est pas réglé une fois pour toute, mais ce sera difficile. Dieu pardonne toujours, mais comment accepter le pardon et l’amour de Dieu lorsque l’on a jamais demandé le pardon et vécu dans l’amour de soi-même ? Au paradis, rien n’est caché, alors Satan accueille ceux qui veulent qu’une partie de leur vie reste cachée. Il recrute même des experts qui savent ce que c’est de faire vivre un enfer à d’autres. Débutants, s’abstenir.


    • Jeekes Jeekes 11 janvier 17:51

      ’’Bernard Preynat, lui, avait été mis en examen le 27 janvier 2016. Il doit être jugé en 2019.’’

       

      Pas rapide. Encore une fois la ’’justice’’ prend tout son temps.

       

      Faudrait refiler le dossier au juge qui a embastillé le boxeur.

      Lui c’est le speedy gonzales des tribunaux !

       

       


      • François Pignon François Pignon 11 janvier 18:01

        @Jeekes

        Un bon avocat connaît la loi… un grand avocat connaît le juge.


      • Martin de Wallon Martin de Wallon 29 janvier 11:45

        @François Pignon C’est exactement cela ! 



        • mmbbb 12 janvier 18:52

          @Germain de Colandon Speer etait issu de la bougeoisie catholique


        • math math 12 janvier 07:15

          Barbarin de Tarascon..on ne touche pas à mes pédophiles...MDR


          • scorpion scorpion 12 janvier 09:48

            Allons, allons, un peu de discernement et de reconnaissance envers ces prêtres pédophiles qui n’ont pas hésiter à souiller leur soutane pour faire découvrir à nos chères petites têtes blondes les lumières de la sainte église apostolique. Enculaes, enculaem, enculaom et vive le latin ! Belle brochette d’enfoirés qui prêchent l’abstinence des relations sexuelles hors mariage pendant qu’ils violent nos enfants. Un exemple à suivre...


            • mmbbb 12 janvier 16:48

              @scorpion les voies du Seigneur sont impénétrables, celles des mioches à peine puberes , non .


            • Martin de Wallon Martin de Wallon 29 janvier 11:47

              @mmbbb
              Excellent !


            • flourens flourens 12 janvier 17:31

              c’est quand même moins grave que d’être gilet jaune complice de casseurs non ?????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès