• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le plastique, c’est pas fantastique...

Le plastique, c’est pas fantastique...

Moi, j’achète souvent bio. Mes légumes. Les courgettes, les aubergines, les tomates, les céleris, les poireaux, etc. Le plus souvent dans le Leclerc qui est à un kilomètre de chez moi. Je le ferai plus...

Parce qu'une chronique dans une étrange lucarne ou une machine à bruits m’a mis le nez dans mon caca : en achetant bio dans une grande surface, je contribue à pourrir la terre ! Parce que dans la grande distribution, les légumes bios sont tous emballés sous plastique, ceci afin de ne pas les confondre avec les pesticidés qui, eux, sont en vrac, ce qui pourrait inciter ces tricheurs de clients à faire marron nos braves industriels de la gamelle.

Promis, juré, je le ferais plus M’sieur ! J’irai un peu plus loin, chez Sarkozix ou un truc comme ça où c’est en vrac et nettement plus cher. Ou alors je ne mangerai plus de légumes…

Ceci pour prendre conscience qu’en croyant « œuvrer pour la planète », on peut faire le contraire… Parce que le plastique, c’est vraiment pas fantastique. Des reportages récurrents nous abreuvent de baleine échouée avec une palanquée de plastique dans le bide, mais pas que cette pauvre baleine : 1,5 million d’animaux seraient tués par le plastique chaque année. Et nous, les mammifères bipèdes omnivores : les consommateurs de produits marins – poissons, fruits de mer, algues - ingéront jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année. Bientôt, nos estrons sortiront de nos augustes fondements directement emballés sous plastique ! C’est le progrès çà, coco !

Parait qu’il y a une décharge de plastique qui flotte entre le Japon et les États-Unis. Ce vortex de déchets représente 1,6 million de km², soit environ trois fois la surface de la France ! Un nouveau continent à peupler ! Faut dire que le plastique est devenu le matériau le plus fabriqué derrière le ciment et l’acier. Chaque seconde, 10,1 tonnes de plastique sont produites dans le monde. Environ 5 000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde, soit presque 10 millions par minute. Les pailles, objet à usage unique, sont utilisées une poignée de minutes puis jetées dans les poubelles pour finir au fond océans. Un milliard serait ainsi jeté chaque jour dans le monde, dont près de 9 millions en France rien que dans la restauration rapide. L’Union européenne a décidé de les interdire à partir de 2021.

Bon. Alors qu’est-ce qu’on en fait de ces saloperies de plastiques ? Ben on les brûle (dioxyde), on les balance, on les enterre ou on les vend. Enfin, on les vendait. Aux Chinois bien sûr. Seulement voilà : la Chine a décidé de ne plus être la poubelle du monde. Depuis l’an dernier, il est interdit d’y importer des déchets plastiques. Ce qui fout un sacré bordel dans la prospère industrie du recyclage ! Les industriels chinois sont allés bâtir des usines au Vietnam, en Thaïlande, en Malaisie pour continuer leur business juteux. Manque de pot, ces pays font comme la Chine et restreignent l’importation de ces déchets plastiques. Alors les flux se dirigent vers des pays moins regardants comme l’Indonésie et la Turquie. Encore faut-il savoir que seulement 26 % des emballages en plastique sont recyclés, selon les données de l’éco-organisme Citéo. Ce qui veut dire que 74 % de ces merdes promènent dans la nature…

On pourrait penser que devant cette constatation, l’utilisation de ces désastreux plastiques allait diminuer. Tè ! Fume… La demande de plastique va encore exploser dans les décennies à venir après avoir déjà doublé depuis 2000. L’Agence internationale de l’Énergie (AIE) prévoit que la production pétrochimique augmentera de 60 % d’ici 2 050. À cet horizon, on utilisera plus de pétrole pour fabriquer du plastique que pour faire rouler des voitures, des avions ou des camions.

Alors on nous bassine avec les voitures diesel qui polluent en pourrissant l’atmosphère. Mais ça ressemble à un enfumage destiné à masquer l’essor d’un autre secteur qui pèse lourd sur l’environnement : la pétrochimie. Pour répondre à la demande de plastique, l’industrie pétrolière a encore de beaux jours devant elle. La production pétrochimique mondiale va ainsi augmenter de 30 % d’ici à 2030 et de 60 % d’ici à 2 050 pour atteindre 1 milliard de tonnes. Acheter des actions Total… Cet accroissement à venir des industries mortifères liées au pétrole est lié au développement selon le schéma occidental de pays qui vont accroître leur consommation en biens d’équipement, mais aussi en engrais ou en vêtements.

L’Inde ou l’Afrique consomment aujourd’hui 20 fois moins de plastique et 10 fois moins d’engrais que les pays développés. Pas de raison qu’ils soient moins kons que nous, non ?

 

Sources :

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/dechets/isr-rse/plastique-depuis-que-la-chine-a-ferme-sa-poubelle-le-recyclage-mondial-est-en-plein-chaos-147185.html?utm_source=AlertesThematique&utm_campaign=06-05-2019&utm_medium=email

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/pollution/isr-rse/danger-plastique-les-chiffres-chocs-de-ce-fleau-planetaire-146770.htm

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/ressources-naturelles/isr-rse/le-plastique-va-devenir-le-1er-debouche-pour-l-industrie-petroliere-devant-les-voitures-et-les-avions-146438.html

 

Photo X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    



    • Spartacus Spartacus 6 mai 15:13

      Le « méchant plastique » est en fait à 90% juste 10 fleuves qui n’ont pas de système d’épuration. 

      https://www.nationalgeographic.fr/planete-ou-plastique/les-dix-fleuves-du-monde-qui-charrient-le-plus-de-plastique

      C’est pas un problème industriel, ou sociétal, mais juste sanitaire d’épuration des fleuves.

      En Europe le « plastique » est une super bonne affaire politique car c’est une machine à taxes pour éponger les fadaises pharaoniques des fonctionnaires et élus.

      Exemple, on vous médiatise à coup de moraline et de culpabilisation des foules, en ce moment. 

      Ici un excellent article qui indique comment l’Europe a prévu de compenser financièrementles Anglais qui se barrent. (vous allez en bouffer de la propagande à taxer le plastique)

      https://capx.co/the-eus-brexit-tax-power-grab/

      Mais le pire scandale c’est le recyclage.

      En France c’est géré par des société d’économie mixte ou les embauches sont les « amis politiques » et des machine a placard dorés de familles d’élus et fonctionnaires. Un gouffre pour les contribuables.

      Le plastique sort hyper cher par rapport aux autres sociétés de récupération des pays d’Europe.

      En Europe peu d’usines de recyclage, et le plastique Français est tellement cher que personne n’en veut.

      Il finit brûlé. Par ailleurs, la photo du plastique qui redevient bouteille est un piège a cons et bobos naïfs.

      Les industriels préfèrent du produit de pétrole naturel que ces compressés de plastique recyclé. Tout juste bon a faire des dodudounes mauvais marché et mauvaise qualité.

      Mais des subventionnés et des profiteurs au sein de l’état y’en a tellement.

      Mettre fin au recyclage par bon sens, c’est pour ces tocard avouer que pendant des années on vous a pris pour des cons. Impossible pour ces intellos ecolo-fascistes.

      Alors continuez a recycler pour rien, puisque c’est brûlé, mais gabegie cachée. 


      • Ruut Ruut 7 mai 11:11

        @Spartacus
        Je plussoie votre triste constat des faits.


      • Christian Labrune Christian Labrune 6 mai 16:37

        Moi, j’achète souvent bio. Mes légumes. Les courgettes, les aubergines, les tomates, les céleris, les poireaux

        =============================

        Moi, quand je vais au Franprix du coin (mais il faut vraiment pour ça que le supermarché chinois soit fermé) je demande pourquoi il n’y a que des légumes et des fruits « bio » pour les bobos. Vous perdez des clients, leur dis-je, en cédant à cette mode idiote : ce n’est pas moi qui vous achèterai ces sortes de saloperies ! Et quand il n’y a, même chez les Chinois, que des avocats du Pérou, je râle encore : les meilleurs avocats viennent d’Israël. Vous ne le savez donc pas ?

        Il y a une nouvelle chaîne de distribution, à Paris, à l’enseigne BIO C’ CON. S’il y avait un de ces magasins dans mon quartier, je passerais sur cette fantaisie orthographique digne des pires demeurés et j’en serais le premier client. Là au moins, on doit trouver des fruits comestibles, des poires aussi « normales » que pouvait l’être notre ancien président de la République. C’est triste à dire, mais quand on a connu Macron, on en viendrait presque à le regretter, celui-là. C’est pour ça que je pense à lui, parlant des poires, mais je conviens que c’est un hors-sujet.


        • velosolex velosolex 7 mai 09:46

          @Christian Labrune
          Nous sommes nous mêmes un filet à très larges mailles, absorbant tout ce qui traine dans l’air, et dans les aliments. Faites donc ce que voulez, quand vous creusez votre propre tombe, personne ne vous empêchera de bouffer des pommes pleines de pesticides, des fruits que les producteurs ne mangent pas eux mêmes, pas fous…
          A l’époque du filet de votre arrière grand mère, le bio n’existait pas, car tout était bio, ou presque, entendu que les sulfites dans le vin ne datent pas d’hier. Cependant le grand empoisonnement n’était pas encore sur la table. Depuis le début des années, 60, l’empoisonnement universel a pris son élan, et nous a mené là où nous en sommes, avec une explosion des maladies dégénératives, et un état d’épuisement des sols, qui sont parfois totalement stériles. 
          La poire, êtes vous sûr qu’elle est dans votre assiette ?


        • Le421 Le421 7 mai 13:12

          @Christian Labrune
          Les meilleurs avocats viennent d’Israël... Antonin Lévy ne brille pas trop avec l’affaire Fillon. Sa demande de complément d’enquête a été classée dilatoire...
          Ah, vous parlez peut-être des fruits ??
          Perso, tout ce qui vient d’Israël, sachant que ces prédateurs assèchent le Jourdain à leur seul profit, je boycotte.
          Ben oui, je suis antisioniste.
          Et pas antisémite pour deux sous, comme dirait pourtant l’autre idiot qui veut refaire le dictionnaire. Et mon pote Mickaël pourrait vous le dire...


        • velosolex velosolex 7 mai 13:56

          @Le421
          Labrune confond avocats et lobbyistes. Ce qui est compréhensible. Comme il confond le vert des arbres et le vert kaki…..Se mettre au vert, et devenir vert de rage.
          Comme vous je suis vigilant à l’étiquette, évitant les avocats venant d’israel, comme j’évitais naguère les fruits venant d’Afrique du sud. 
          On fait des choix quand même. On n’est pas des légumes.
          Pareil pour les autoroutes. Allez savoir pourquoi j’évite Vinci. Heureusement pas un groupe israélien, sinon on dirait que je suis antisémite. 


        • Christian Labrune Christian Labrune 6 mai 16:51

          J’exècre l’écologie, fascisme vert des plus dégoûtants.

          Mais moi qui ne suis pas du tout un écologiste, je n’utilise jamais de sacs en plastique. S’il faut que j’aille acheter de quoi bouffer ou, hier, des géraniums pour le jardin, j’utilise depuis toujours un simple filet à provisions, comme nos ancêtres l’ont vait jusque dans les années 60. Les économistes continuent à parler du « filet de la ménagère », mais personne ne sait plus ce que cela veut dire. C’est pourtant extrêmement pratique, mais impossible à trouver, sauf, en cherchant bien, sur l’Internet. Un filet à provisions dure au moins deux ans. Quand il est usé et commence à céder de partout, on le dispose sur une assiette, on le recouvre de gruyère râpé. Sel et poivre. Cinq minutes au micro-ondes. C’est très bon.

          Je vous communique une adresse :

          https://www.amazon.fr/filet-provision/s?k=filet+provision

          Ca y est, je viens de contribuer grandement à sauver la planète !


          • Matlemat Matlemat 6 mai 17:04

             Il y a bio et bio, dans certaine enseigne bio, les légumes sont parfois bien trop calibrés pour être honnêtes.

             Le saumon bio est bien plus toxique que le saumon conventionnel car ce dernier est nourrit au maïs bien moins pollué que la bouillie de poisson que l’on donne à manger au saumon bio.

             Quant au continent de plastique, sans vouloir minimiser, il s’agit d’une zone qui contient quelque chose comme 100 kg de plastique par hectare.

             Le plastique a une valeur, plus le pétrole augmentera et plus le recyclage sera intéressant, il faut attendre 10 ou 15 ans que les américains épuisent leur saloperie de pétrole de schiste.



              • Raymond75 7 mai 09:13

                Les problèmes du plastique peuvent être en grande partie résolus par la loi : interdiction des bouteilles en plastique, emballages en lamelles de bois, en carton ou en papier, etc ... Mais pour cela il faut avoir le courage de s’opposer aux lobbies, et il faut une réglementation internationale ! Lâcheté et soumission à la finance internationale ; la destruction de la nature actuelle est en marche. Trois générations sous gouvernance irresponsables auront suffit pour nous auto-détruire.


                • Matlemat Matlemat 7 mai 10:14

                  @Raymond75
                  Comme dans les pays scandinaves, les consignes pour les bouteilles en plastique, je ne comprends pas qu’est ce qu’on attend .


                • Le421 Le421 7 mai 13:14

                  @Matlemat
                  On attends que les industriels veulent bien...
                  C’est pas Macron qui commande, lui, c’est juste une marionnette à la Guignol avec un gros bâton dans le c..  !!  smiley


                • Matlemat Matlemat 7 mai 13:43

                  @Le421
                  Oui, ils ne veulent pas car ça ferait monter le prix sur l’étiquette même si le consommateur récupère la consigne, on en est là.


                • UnLorrain 7 mai 09:16

                  Et le caoutchouc ? Super doux comme disait la chanson. ..Dans mes bottes,droit comme il se doit,sans chaussettes parfois mais même avec,mes pieds pourrissent rapidement ça se voit et ça se sent.


                  • velosolex velosolex 7 mai 09:35

                    Le bio ce n’est pas seulement acheter des produits relativement sains. C’est à dire s’épargner, mais c’est aussi épargner les autres, et sauver un peu son pays. 

                    Je veux dire par là qu’en faisant venir ses produits bio d’Espagne ou du Pérou, on ne change rien à la catastrophe du fret, de la pollution des transports. Et que d’autre part on participe toujours à cette économie mortifère de la concurrence et de la désertification, qui lamine le monde. Le bio, c’est aussi ça, redonner leur chance aux producteurs locaux, qui jouent le jeun d’épargner le pays, qui ne répandent pas ces pesticides qui vont donner un cancer aux riverains. 

                    Je sais bien que c’est parfois difficile. Mais les associations de paysans bio faisant des paniers existent de plus en plus. Dans me campagne finisterienne, je fais ma commande sur internet une fois par semaine. De beaux produits sains. Sans doute un tiers plus cher à peu près. Suffit de manger moins d’un tiers pour s’y retrouver. 


                    • zygzornifle zygzornifle 7 mai 09:42

                      Moi, j’achète souvent bio. Mes légumes. Les courgettes, les aubergines, les tomates, les céleris, les poireaux, etc

                      Pas les moyens , un peu de viande bio en hyper a -40% (que je congèle) quand la date est limite par contre les fruits et légumes eux ne sont pas soldés ....


                      • velosolex velosolex 7 mai 09:51

                        @zygzornifle
                        La viande, faut continuer la réflexion.

                        Elle n’a plus de place dans le projet futur, si nous voulons survivre, et aller jusqu’au prochain repas...Sans être extrémiste, on peut diviser par deux ses achats, avant de les diviser par trois….

                        Quand à l’avion, c’est un moyen de suicide collectif…

                        L’autre voie possible, c’est de magnifier le local...ON n’a pas besoin d’aller au bout du monde, pour vérifier que tout s’uniformise, et qu’on mange partout la même merde !


                      • UnLorrain 7 mai 11:52

                        @velosolex

                        Vous vous gaspilleriez...me répondit élégamment un blogueur...Boreas. c’était sur un tout autre propos...m’y fourvoyais-je..peut-être, comme vous là.


                      • Armelle Armelle 7 mai 10:57

                        Ah le BIO !!!! le biobobo...

                        Un label ça s’achète !!! Et puis des contrôleurs ça s’achète également...Mais s’il n’y avait que cela...

                        Mon voisin Jacques (en Bretagne) cultive en plein champ un magnifique jardin BIO. Aucun produit chimique. Il utilise son purin d’ortie qu’il fabrique lui même, qui nourrit et protège ses beaux légumes BIO.

                        Il y a une semaine, Robert s’agace en voyant ses légumes naissants couverts de poussière !!! Bilan ; sable du sahara lui a t-on dit !!! ho bah merde alors !!!

                        Alors comme ça le sable du sahara parcourt 6000 km pour venir se poser sur nos légumes, en revanche les tonnes de produits phyto étalés par nos voisins peu ragardants s’arrètent elles à la frontière, stoppées sans doute par le filtre vert de nos huluberlus du bio !!!

                        On n’arrête pas le progrès !!! La connerie non plus d’ailleurs...

                        Les statistiques indiquant en plus un surcoût moyen de 30% ainsi que de meilleures rentabilités pour les acteurs de cette supercherie, la connerie n’a alors plus de limites...


                        • velosolex velosolex 7 mai 12:35

                          @Armelle
                          Pour dire autant de conneries au mètre carré d’écriture, j’espère que vous êtes payé par un lobby, en en dépendant d’un, ce qui est la même chose. 


                        • Armelle Armelle 7 mai 15:34

                          @velosolex
                          Ha tiens un bio bio qui répond !!! Je vais donc vous répondre dans la même forme que vous ; 
                          Encore un ahuri !!!, Bah mon gars quand vous aurez des arguments tangibles, vous repasserez !
                          pfff...le bio...Si on a inventé le mot NAÏF, c’est pour éviter les grossièretés...
                          Remarquez ; « Niais » ça va bien aussi et ce n’est pas grossier.
                          Le bio,... la bonne bouf à bobo décervelé
                          En attendant vous nous faites marrer avec vos conneries, qui pour vous semblent se mesurer au Mètre Cube manifestement
                          Je vous inviterai, au mois de juillet, pas très loin de chez moi, tous les 2 ans débarque un hélico qui asperge un champ de maïs à coté duquel se trouve le beau champ d’un agriculteur bioqui peut être vous vend ses beaux légumes au glyphosate...Pfff
                          J’adhère à la l’honnêteté de la culture raisonnée, et l’hypocrisie de la culture BIO je laisse aux imbéciles
                          Comment vous dites ? « ...de conneries au m2 d’écriture » ?
                          Pôv garçon !!!


                        • velosolex velosolex 7 mai 17:30

                          @Armelle
                          Merci, j’ai travaillé toute ma vie comme infirmier, et j’en ai vu des agriculteurs, atteintes de maladies dégénératives, liées à l’emploi de pesticides...Ca, c’est du concret. Pas de la maladie « raisonnée » 
                          Certains maintenant portent plainte contre Montsanto….Ca ne les débarassa par autant de leur leucémie. Les cancer hématopoïétiques sont au premier rang. C’est pas moi, c’est l’insern qui le dit. Un ramassis de branquignols sans doute. 
                          Nier la gravité de ces saloperies, c’est comme les alcooliques qui rigolaient sur les dangers du pinard, il y a 50 ans. Y avaient même des soi disant professeurs, payés par les lobbys de la vigne pour attester que le vin était bon pour la santé, de même que le tabac pour les bronches. 
                          Le plus grave, dans l’affaire des pesticides, c’est qu’en delà des choix personnels, bien plus grave, les riverains sont impactés, et c’est pas les parents des gamins nés sans membres, nés tous des secteurs d’exploitation et de traitement agricole, que vous convaincrez avec vos pauvres dénis. ( voir l’affaire du RIMERA)Je ne vous demande pas dans quel secteur vous travaillez. 


                        • Armelle Armelle 7 mai 20:20

                          @velosolex
                          Désolée vous ne comprenez rien à ce qu’on vous dit. Je ne suis nullement dans le dénis et on ne vous a pas attendu pour savoir que nous bouffons de la merde et que c’est grave, ce que je vous dit c’est que le BI-O ça n’existe pas, c’est une supercherie, un joli marketing pour bobo en mal de grandes causes et qui ont les moyens de CHOISIR et payer plus cher !!!
                          Croyez moi dans les pays ou l’on crève la faim, il n’y a pas de produits bio. Chez nous, on bouffe trop c’est tout et pas suffisamment équilibré. Alors commençons par ça, ensuite on verra ce qu’on peut faire pour manger mieux, comme cesser (pour bcp) de passer ses soirées sur face de bouc et prendre le temps de cuisiner des produits frais. Vous mettez la charrue avant les boeufs pour en plus défendre un truc qui n’existe pas !!!


                        • velosolex velosolex 7 mai 22:53

                          @Armelle
                          Je ne suis pas particulièrement un « bobo », comme vous dites. Une appellation non contrôlée, contrairement au bio, qui doit répondre à un cahier des charges. C’est pas une supercherie, déjà au niveau du gout, y a pas photo comme on dit…. Le marché du bio explose en France, et dans tous les pays européens. Que ça vous plaise ou pas, c’est la tendance. Les gens son simplement informés maintenant, et voient le nombre ahurissant de cancers et de maladies dégénératives autour d’eux. Etrange que vous utilisiez l’argument « pays où les gens crèvent de faim » pour justifier du pire ; Un homme qui n’a pas le choix et le ventre creux n’est pas un homme libre. J’espère que vous l’êtes, et que je m’adresse à votre cerveau et pas à votre ventre. Mon grand père a mangé un cadavre de cheval pendant la guerre. Je m’en servirai pas pour dire que ça justifie que nous pouvons manger n’importe quoi. 
                          Votre logique est pernicieuse, car elle fantasmée, s’adresse aux comportements qu’on peut avoir en cas de crise, pour justifier de ce qui serait un peu moins pire : S’empoisonner à moyen terme. 
                          Pour ma part je fais ma commande une fois par semaine aux producteur locaux, à qui je permet de vivre, sans passer par les intermédiaires. Pour le reste, j’ai la chance d’avoir un jardin, le grand air, la foret à coté, pour me maintenir en vie, même si j’ai pas la trois G, même pas de smartphone et encore moins Facebook, juste un vélo que j’emploie plus que ma voiture.... Les autres font ce qu’ils veulent. Amen


                        • nono le simplet nono le simplet 8 mai 04:15

                          @velosolex
                          salut bakerstreet,
                          quand les gens voient les « jolis » légumes de leur grande surface, bien rangés dans leur étal, bien formés et aux jolies couleurs, ils refusent d’imaginer que c’est de la merde ... impossible de croire qu’ils sont bourrés de molécules qui n’ont rien à faire là ... impossible d’imaginer que les producteurs utilisent des produits dangereux pour la santé ... c’est autorisé, c’est donc bien que ce n’est pas dangereux ...
                          je pense à ce producteur de carottes qui reconnaît ne pas en manger, préférant celles de son jardin ...
                          je pense à ces jolies « golden » qui subissent jusqu’à 35 traitements avant d’arriver sur le marché ...
                          je pense aussi à ces jolies tomates bien fermes qui, en plus de contenir des pesticides, n’ont aucun goût ...
                          liste des fruits et légumes les plus traités


                        • velosolex velosolex 8 mai 09:52

                          @nono le simplet
                          Salut
                          C’est étonnant comment ici le mieux ou le moins pire déclenche la passion. Les choses évoluent. Les gens sont moins naïfs. J’ai connu une époque où les gens croyaient s’en sortir en lavant leur fruit, avant de le manger sans l’éplucher, car pensaient ils les vitamines étaient dans la peau. Là où se trouve la plus grosse concentration de pesticides. 
                          Hier autre problème, je lisais que le train qui fait des allés retours entre le sud et Rungis, pour alimenter le marché national va être supprimé, ce qui devrait donner naissance à 2500 camions supplémentaires...Qui vont générer des accidents, de la pollution aux particules, dont on sait par exemple que leur incidence particulière est à l’origine d’au moins la moitié des AVC, et de cancers de poumons, on croit rêver. 


                        • Matlemat Matlemat 7 mai 12:52

                          Nous avons aussi les vins « bio » avec autorisation d’adjonction de sulfite...


                          • McGurk McGurk 7 mai 13:13

                            Des « produits bio » ? Comment pensez-vous qu’ils arrivent sans la moindre égratignure ?

                            Ce n’est qu’un concept pour appâter le clien, pas une réalité à moins de cultiver son jardin.

                            Sinon, les pesticides « bio » sont aussi nocifs que ceux dits « chimiques » car ils ont exactement le même effet sur la faune et la flore. Ils déciment tout sur leur passage.


                            • velosolex velosolex 7 mai 13:36

                              a@McGurk
                              Et je dis n’importe quoi…..
                              Encore une stupidité endémique….Vous avez décidé de dire la plus grosse ânerie possible... Le concept même de bio, est justement d’être compatible avec la vie et le respect du cadre naturel, « en osmose », contrairement aux pesticides tels le Roundup qui eux tuent toute vie, comme une bombe atomique
                              Pourquoi des maladies comme le cancer, l’obésité, le diabète, Alzheimer, Parkinson, l’asthme et même l’autisme flambent toutes en même temps ?
                              Lire « Un empoisonnement universel » de Fabrice Nicolino https://bit.ly/303JQKk


                            • Armelle Armelle 7 mai 15:53

                              @velosolex
                              Ha oui en fait je viens de vous lire à nouveau et je vois que votre problème est grave !! En fait vous êtes entêté et ne comprenez pas ce qu’on vous dit
                              Hé papy mougeot !!! Ouvrez vos oreilles. On ne dit pas le contraire de ce vous bavassez, on vous dit que le bio est une fumisterie pour bêta. Le bio ça n’existe pas
                              Ca y est ? Vous comprenez votre stupidité endémique ?
                              L’environnement dans laquelle évolue nos végétaux, n’est lui même pas « propre » on ne peut alors parler QUE de culture « RAISONNEE ». Le bio tel que vous le pensez devrait pour ça évoluer en vase clos dans une atmosphère saine.
                              Vous racontez n’importe quoi !!!


                            • McGurk McGurk 7 mai 20:25

                              @velosolex

                              Vous évoquez la stupidité de vos interlocuteurs en ayant la moitié des informations.

                              Le concept est très éloigné de la réalité. Les pesticides « bio » ne font pas la différence entre, ils tuent également les espèces qui sont sur son passage.

                              Vous ne vous êtes jamais posé de questions devant ces étalages dits « bio » lorsque vos fruits et légumes sont parfaits, sans aucun dommage pas comme ceux qu’on peut cueillir dans un jardin  ?


                            • velosolex velosolex 7 mai 22:37

                              @McGurk
                              L’agriculture écologique s’appuie sur différentes connaissances et techniques, qui existaient évidemment avant l’arrivée de Monsanto, et la récupération de la chimie de guerre, après 45. Il existe des pesticides en écologie, mais ceux ci ne sont pas développés à partir de la chimie, mais du monde vivant. Ils ne sont pas non plus systémiques, comme le Roundup, qui tue absolument tout le vivant. De là à dire qu’ils sont inoffensifs seraient un mensonge, mais ils sont évidemment bien moins que les « classiques », comme on dit. Pour le désherbage, il existe des alternatives, comme l’osmobio..A vrai dire, il n’y a que ceux qui veulent ne pas être informé, ou dont les intérêts sont liés au milieu qui refusent d’ouvrir les yeux

                              Osmobio - Désherbant naturel, des alternatives au glyphosate existent ! un désherbant naturel fabriqué à Loudéac par exemple et dont le poids des lobbys liées aux grandes firmes de la chimie s’opposent.. Pour l’agriculture, bien des techniques existent pour ne pas utiliser le pire, la chimie : En particulier les semis croisés, certaines plantes défendant naturellement d’autres des maladies. De plus en plus de maraichers utilisent tout simplement les poules, dans les vergers, pour bouffer les vers parasites des arbres. C’est sans doute trop simple, et surtout ça ne rapporte pas aux lobbys. Au bout du compte faut simplement se demander si vous voulez crever d’un cancer de l’estomac, ou pas. Rappelons aussi que les neurologues savent que l’explosion des cas d’autisme et d’arriération, ou de difficulté cognitive chez les enfants explose chez les familles proches des zones d’épandage. Sans compter les malformations chez les nouveaux nés. Je vois pas comment on peut être parent et se moquer des ces problèmes, et nier l’avantage du bio, qui ne doit pas bénéficié évidemment qu’à une frange de la population.

                            • spearit 7 mai 14:23

                              On n’achète pas du bio dans un supermarché bordel, c’est du marketing à la noix pour attrape gogo.

                              Le bio s’achète à la ferme du coin ou chez le petit vendeur qui vend du local.

                              Quand on achète du bio au supermarché on achète de l’industriel, pas du bio, ou pour se donner bonne conscience, mais bio = local sinon ça n’a aucun intérêt, ha si écrire des articles parce qu’on croit consommé sain... ????!!!!!

                              ARRETER DE FREQUENTER CES TEMPLES DE LA CONSOMMATION (de la merde oui...) QUE SONT LES GRANDES SURFACE


                              • L'Astronome L’Astronome 7 mai 17:26

                                 

                                J’ai trouvé une très bonne utilisation des bouteilles usagées en plastique. Elles peuvent servir de silencieux pour les armes à feu. A signaler aux éventuels assassins (Marseille, banlieue parisienne ou lyonnaise) : leurs bouteilles de Coca sont réutilisables — recyclables, donc —, et c’est pas de la petite bière, ça !

                                 


                                • Julien S 8 mai 16:51

                                  @L’Astronome
                                  .
                                  Voir les vidéos de l’internet où il y a une étonnante variété de pièges à souris tous plus ingénieux et cruels les uns que les autres faits avec des bouteilles de plastique vide. 


                                • Julien S 8 mai 16:47

                                  Il paraît qu’il y a concours de morts entre le glyphosate et Foucouchima. On en serait à 1 partout. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès