• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Président et la Loi

Le Président et la Loi

JPEG

Imaginons un pays démocratique d’Europe de l’Ouest par exemple, un pays qui s’affirme par ailleurs comme un État de Droit. Imaginons qu’un ancien chef de l’état du pays en question soit impliqué dans de nombreuses affaires judiciaires, certaines d’une extrême gravité comme le financement de ses campagnes électorales par une puissance étrangère, qu’il fasse l’objet de poursuites, pour certaines de ces affaires, et même qu’il ait été condamné en première instance à des peines de prison ferme dans deux procès, y compris pour des actes commis alors qu’il était en fonction. Que se passerait-il ?

On peut penser, assez logiquement, que l’individu en question se tairait, ferait « profil bas », comme on dit de façon triviale, en somme essaierait de se faire oublier. On peut penser que les hommes politiques de tous bords se réjouiraient que la justice fasse pleinement fait son travail, affirmant ainsi son indépendance et sa rigueur, et regretterait qu’un homme politique ayant occupé des fonctions aussi importantes vienne ternir la réputation de sa « profession ». On peut penser que les médias expliqueraient en détail les dessous des procès et les raisons des condamnations, et considéreraient désormais que le personnage en question n’a plus de légitimité pour s’exprimer publiquement sur des sujets politiques. On peut penser que le chef de l’état en exercice du pays en question éviterait de confier des missions à son prédécesseur ou encore de s’afficher avec lui (pour paraphraser un ancien Premier Ministre français, lui même condamné dans une affaire d’emploi fictif en première instance :« Qui peut imaginer le Général de Gaulle s’afficher avec un délinquant ? »).

De façon intéressante ce pays pas si imaginaire c’est la France, et que constate-on ? L’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, condamné à deux reprises dans l’affaire Bismuth et dans l’affaire Bygmalion, et encore sous le coup de plusieurs procédures, non seulement ne se tait pas mais ose se poser en victime d’une injustice, lui d’ordinaire si prompt à fustiger les délinquants. La classe politique quant à elle se discrédite un peu plus, entre silence assourdissant et soutien bruyant. Ainsi tous les « ténors » de la droite y sont allés de leur petit message amical, dans un concours de flagornerie assez saisissant, dont on ne sait à qui donner la palme.

Les médias ne sont pas en reste, qui, plutôt que de considérer la parole de Nicolas Sarkozy comme discréditée et ne plus l’interroger sur l’actualité, vont encore le questionner comme un oracle sur les primaires ou Eric Zemmour. Et pour couronner le tout Emmanuel Macron, qui aurait dû depuis longtemps s’éloigner de Nicolas Sarkozy dans un tel contexte continue à le rencontrer ne semblant pas faire grand cas de la qualité de délinquant de l’ancien président.

Ah mais j’entends l’argument habituel : Nicolas Sarkozy a été condamné en première instance et il a fait appel, donc la condamnation n’est pas définitive (avec ses avocats il faut souligner que Nicolas Sarkozy est le champion du monde des manœuvres visant à retarder ou faire annuler les procédures à son encontre). Oui c’est vrai, mais rien ne dit qu’il ne sera pas condamné en appel aussi  ? Oui c’est vrai, mais rien n’interdit, en fait c‘est même conseillé, de faire preuve de décence et d’attendre le résultat de l’appel avant de faire comme si Nicolas Sarkozy ne faisait l’objet d’aucune poursuite. Oui c’est vrai, mais rien ne justifie de critiquer une décision de justice, quand on est un homme public. Oui c’est vrai, mais peut être faut-il rappeler qu’un homme politique de cette importance, plus que tout autre citoyen, se doit d’être exemplaire, et encore plus pendant l’exercice de son mandat. A son encontre la sévérité est tout à fait normale, elle est à la hauteur de ses responsabilités et de la confiance que lui ont accordé ses concitoyens. Et a minima on pourra considérer ici que Nicolas Sarkozy n’a absolument pas été exemplaire.

Les réactions publiques – pas toutes mais la plupart -, individuelles et collectives, à la condamnation de Nicolas Sarkozy sont donc profondément choquantes. Elles contribuent encore à saper la confiance que l’on peut accorder aux hommes politiques et aux médias, confiance qui est déjà à des niveaux très bas. Les mêmes, qui à longueur d’antenne, se lamentent sur le laxisme de la justice, réclament que les délinquants soient sévèrement punis, les mêmes donc semblent considérer comme normal qu’un ancien Président puisse continuer à s’afficher alors qu’il est condamné, et vilipendent des juges qui cette fois, seraient trop sévères. La Fontaine avait eu cette phrase célèbre « Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. », ici dans une unanimité qui laisse interloqué c’est le jugement des puissants envers un de leurs qui semble l’absoudre, et contribue à interroger sur l’état de notre démocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    



    • Schrek Docteur Faustroll 3 octobre 10:03

      Il a pourtant acheté très cher (avec nos sous) le silence de Kadhafi, à coups de Rafales, mais ça déborde quand même !

      « Notre démocratie » donne plutôt les spectacle de règlements de comptes entre parrains mafieux que celui d’une cité de la Grèce antique idéalisée.


      • Schrek Docteur Faustroll 3 octobre 10:34

        @Docteur Faustroll

        Remarque : le titre reflète mal le sens de l’article, car cette séries de sentences illustre davantage les relations entre un représentant de l’exécutif véreux (lequel ne l’est pas ?) avec l’appareil judiciaire que la rigueur inflexible d’une Justice sacralisée à laquelle personne, même un puissant, ne pourrait échapper.
        La réalité est plus sordide : il s’agit de règlements de comptes. La « justice » n’est pas indépendante, comme le fait remarquer l’auteur de l’article, mais les affrontement entre prédateurs sont saignants. L’appareil judicaire ne sert que d’exécuteur de décisions d’autres parrains. Même (et peut-être surtout) les mafias ont leurs lois. On peut échapper à celles de la République, mais pas à celles de parrains.


      • The White Rabbit The White Rabbit 3 octobre 10:44

        @Docteur Faustroll

        Syllogisme de l’amertume comme dirait Emil.

        Quand la décision de justice ne va pas dans le sens du prévenu, c’est qu’elle n’est pas indépendante. smiley


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 3 octobre 11:10

        @The White Rabbit
         
        ’’Quand la décision de justice ne va pas dans le sens du prévenu, c’est qu’elle n’est pas indépendante.’’
         
         C’est en gros ce que disait Sarkozy : elle n’est pas assez indépendante des juges !!!
         
         smiley


      • voxa 3 octobre 14:36

        @Docteur Faustroll

        "Il a pourtant acheté très cher (avec nos sous) le silence de Kadhafi, à coups de Rafales,

        "

        a coup de rafales...
        C’est le cas de le dire...



      • sylvain sylvain 3 octobre 16:14

        @Docteur Faustroll
        Il a pourtant acheté très cher (avec nos sous) le silence de Kadhafi, à coups de Rafales, mais ça déborde quand même !

        ah oui mais ça aussi c’est en train de lui péter a la gueule. Blast vient de gagner son procés contre BHL ( bien sur, personne n’en parle), et les sarko sont aussi dans ce petit dossier. Financement par le quatar, guerre sur commande...que du beau


      • SilentArrow 3 octobre 16:36

        @Docteur Faustroll

        On peut échapper à celles de la République, mais pas à celles de parrains.


        Et qui sont ces parrains ?

      • voxa 5 octobre 08:11

        @sylvain

        Blast...

        Une somme ridicule pour de vrais reportages avec de vrais journalistes.

        https://www.blast-info.fr/

        BHL le philosophe de BHV vient de prendre une baffe mémorable.

        Juste pour le plaisir :

        . « Ce fait, s’il est précis, peut-ton lire par ailleurs dans les minutes du jugement, n’est pas contraire à l’honneur et à la considération, notions dont il doit être rappelé qu’elles ne doivent pas s’apprécier selon les conceptions personnelles et subjectives du demandeur (BHL), mais en fonction de critères objectifs et de la réprobation générale provoquée par l’allégation litigieuse ».

        Le pied intégral.




      • Parrhesia Parrhesia 3 octobre 11:36

        >>>  La « justice » n’est pas indépendante, comme le fait remarquer l’auteur de l’article, <<<


        Certes ! Certes !

        Et elle l’est d’autant moins que deux précautions ont été prises :

        1. Placer les Procureurs de la République sous l’autorité directe du Garde des Sceaux, lequel se trouve placé sous l’autorité directe du premier ministre, lequel se trouve placé sous l’autorité directe du Président de la République...
        2. Faire disparaître le crime de haute trahison du paysage du Droit Français...

        Heureusement que des « français » ont également pris les précautions d’évincer le général Charles de Gaulle en son temps, puis de faire disparaître ses analyses du paysage politique sinon il est permis de se demander dans quelle chienlit nous aurions pu sombrer !!!

        On n’ose y songer !!!




        • uleskiserge uleskiserge 3 octobre 11:57

          Sarkozy s’est permis tout ce qu’il aurait dû s’interdire lorsqu’il est entré en politique ; a fortiori quand il a posé ses fesses dans le fauteuil de l’Elysée. C’est le président le plus corrompu de la 5è république. Que les médias (Cnews, BFMtv en tête et toute la droite LR) soutiennent le fait qu’il fasse appel de la décision tout en qualifiant cette décision de « sévère » apporte une fois la preuve d’une connivence inextricable entre les médias, le business et la classe politique.

           

          Tous ceux qui sont attachés, sans réserve, à un Etat de droit doivent soutenir sans relâche les juges qui ont rendu ce jugement.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 3 octobre 12:03

            @uleskiserge

            Est-ce que plafonner les moyens pour faire campagne est bien légal ?

            ART. 2. — Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

            On voit là que la liberté est un droit naturel et imprescriptible.

            ART. 4.La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.

            A qui Sarkozy a-t-il nui en dopant sa campagne ?

            ART. 5. — La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société.

            Sarkozy a-t-il nui à la société en dopant sa campagne ?

            ART. 11.La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

            Sarkozy a tout simplement profité de ce que lui permettait la Constitution.


          • sylvain sylvain 3 octobre 16:18

            @Daniel PIGNARD
            A qui Sarkozy a-t-il nui en dopant sa campagne ?

            je dirais que sarko a nui a tout un pays en gagnant ces élections. Ca fait beaucoup.
            D’autre part, une constitution n’est pas la loi, et ce qu’on reproche a sarko, ce sont principalement des financements illégaux


          • eddofr eddofr 4 octobre 14:06

            @Daniel PIGNARD

            A tout le moins, un politique se doit de respecter la loi. D’autant qu’il peut, lui, la changer si elle ne lui convient pas (ou s’il l’estime non constitutionnelle comme vous le dites si opportunément) !


          • I.A. 3 octobre 14:37

            Aussi juste que croustillant.


            Un détail cependant : considérer qu’un emprisonnement à domicile avec bracelet électronique, c’est 1 an de prison ferme  moi, j’en mange mon chapeau...

            Bon, je n’y connais pas grand-chose en droit pénal, mais d’une part, le, ou plutôt les domiciles en question sont tout sauf des prisons, d’autre part le bracelet électronique est sensé être un « aménagement de peine ». Or où est la peine ici, puisqu’elle est directement « aménagée » ?  (Dites-moi, on ne nous prendrait pas pour des buses, par zazard ?)

            Donc autant dire que Sarkozy (comme les autres avant et après lui) a encore une fois bénéficié de la clémence des juges.

            Plus qu’utile, d’ailleurs, ce rappel :

            « [...] mais peut être faut-il rappeler qu’un homme politique de cette importance, plus que tout autre citoyen, se doit d’être exemplaire, et encore plus pendant l’exercice de son mandat. A son encontre la sévérité est tout à fait normale, elle est à la hauteur de ses responsabilités et de la confiance que lui ont accordé ses concitoyens. Et a minima on pourra considérer ici que Nicolas Sarkozy n’a absolument pas été exemplaire. »


            • jocelyne 3 octobre 16:05

              Il ne s’est pas présenté à son procès donc la règle est « le max », c’est valable pour tout le monde, c’est sa deuxième condamnation en quelques mois il reste 2 affaires encore.


              • sylvain sylvain 3 octobre 16:23

                @jocelyne
                il me semble que selon les lois sarkozy aucune peine supérieure a 6 mois ne devrait bénéficier d’aménagements de peine. Sarko la purgera entièrement a domicile, avec une condamnation a 1 an ferme


              • jocelyne 3 octobre 17:50

                @sylvain
                la règle générale est que si tu es condamné à de 3 ans tu ne vas pas en prison, si tu es primo... ce qui n’est pas la cas ne pas oublier au tout début l’affaire de l’ile de la Jatte


              • sylvain sylvain 3 octobre 16:21

                lui d’ordinaire si prompt à fustiger les délinquants


                tout comme les généraux ne sont pas des assassins, les politiciens corrompus ne sont pas des délinquants mais des hommes déterminés et efficaces


                • Samson Samson 3 octobre 16:24

                  « Elles contribuent encore à saper la confiance que l’on peut accorder aux hommes politiques et aux médias, confiance qui est déjà à des niveaux très bas. »

                  Convenons qu’à ce stade de défiance citoyenne, leurs réactions ne font jamais que confirmer sa pertinence et qu’ils ne courent désormais plus grand risque !

                  « Les mêmes, qui à longueur d’antenne, se lamentent sur le laxisme de la justice, réclament que les délinquants soient sévèrement punis, les mêmes donc semblent considérer comme normal qu’un ancien Président puisse continuer à s’afficher alors qu’il est condamné, et vilipendent des juges qui cette fois, seraient trop sévères. »

                  Quoi donc ? A ainsi prétendre joyeusement mélanger torchons et serviettes, comment ne pas comprendre la légitime indignation de nos nos élus, médiacrates et autres « premiers de cordée » alors même qu’ils se découvrent tous peu ou prou exposés au risque de semblables avanies du seul fait d’une fort mesquine application de la loi par la justice républicaine ? Mais à telle aune, on pourrait même en arriver à tenir nos managers pour responsables de leur impéritie !!!

                  Quand En Marche vers Nulle Part, l’efficacité managériale de rigueur en start-up « France » requiert la férocité de l’exemplarité mutilatoire, et extra-judiciaire, pour étouffer toute velléité de revendication de dignité citoyenne des « gens qui ne sont rien » mais où donc les Gilets Jaunes ont-ils bien pu trouver une revendication aussi sotte ??? Nos « fact-checkers » et autres « décodeurs s’interrogent toujours ! -, prétendre encore soumettre l’aristocratie de la Golden Card et de ses »premiers de cordée« aux tracasseries des juges du seul fait de leurs bien »innocentes« malversations relève à n’en pas douter d’une forme de »populisme« et de »complotisme« du plus mauvais goût, ainsi que d’une intolérable menace des plus dommageable aux principes même de notre belle »démocratie" !

                  En vous présentant mes respectueuses et citoyennes salutations ! :_)


                  • Octave Lebel Octave Lebel 3 octobre 19:24

                    Sarkosy n’a pas de chance.

                     

                    C’est embêtant en général mais particulièrement en politique.

                    Son bilan politique est désastreux du point de vue de ses propres promesses et de sa propension à violenter l’esprit d’une constitution (en même temps que la confiance de ses concitoyens) héritée d’une droite républicaine et souverainiste dont il a fait mine à l’occasion de se souvenir lors d’anniversaires (soumission au commandement intégré de l’OTAN, trahison du suffrage universel pour imposer un traité international refusé par référendum).

                    Soyons juste, il n’aurait pas pu faire de si grandes choses tout seul. A peu près tout ce qui est aux affaires en ce moment ou brûle d’y revenir, de gauche, d’écologie, de droite a participé à l’ensemble ou à une partie des faits d’armes.

                    Par manque de confiance en sa réputation politique et excès de confiance en sa capacité d’influence, il a cru devoir et pouvoir transgresser la loi électorale et ce qu’elle dit du financement de campagnes. Pas de chance, mauvaise évaluation de ce qu’il y a encore à l’occasion de solide dans notre république.


                    • L'apostilleur L’apostilleur 4 octobre 00:26

                      « ...Imaginons un pays démocratique d’Europe de l’Ouest par exemple... » dans lequel un accusateur public condamnerait un mis en cause avant la fin de son procès.

                      Ne rappellerait-il pas la cette période appelée « la terreur » sous la Révolution  ?


                      • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 09:12
                        “Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice.”
                        Montesquieu

                        • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 09:14

                          Quand Sarko était avocat d’affaires il amenait sa clientèle fortunée ouvrir des comptes a l’étranger afin d’échapper au fisc ....


                          • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 09:17

                            A un moment il faisait dans le social, avec son acolyte Worth il allait le soir s’occuper d’une petite mémé, mamie Béthancourt je crois pour lui tenir compagnie, lui faire la lecture, lui changer sa couche et lui donner son potage avant de la border et ensuite fouiller toute la villa pour trouver ou se cachait l’oseille ..... 


                            • TSS (...tologue) 4 octobre 11:22

                              macron n’a rien à envier à sarkho ,il viens de nommer buzyn

                               patronne de l’antenne de l’OMS qui va se faire à Lyon sans

                              tenir aucun compte de son inculpation... !!

                               


                              • L'apostilleur L’apostilleur 4 octobre 12:28

                                @TSS (...tologue)

                                Buzyn aurait-elle été jugée coupable aussi ??


                              • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 16:19

                                @TSS (...tologue)
                                 Macron a bouffé un smic par jour pendant 3 ans pour se débarrasser de son pognon ....
                                Macron a bien claqué un Smic par jour pendant 3 ans ! (+ 20 questions à lui poser sur | Le Club de Mediapart


                              • eddofr eddofr 4 octobre 14:16

                                Vu que les citoyens « défiants » s’abstiennent.

                                Vu que les militants continuerons à voter pour le chef même s’il est pris sur le fait, la main dans la culotte d’une fillette ou dans nos économies.

                                Vu que dans leur grande majorité, les Français n’iront pas affronter les forces de l’ordre pour faire changer une loi électorale.

                                Les politiques et leurs donneurs d’ordre on probablement tout intérêt à nous servir leur merde au grand jour et à nous la faire boire jusqu’à la lie. 


                                • alinea alinea 4 octobre 16:06

                                  Notre détestation de Sarkozy a été tellement largement dépassée par notre détestation de Macron, que ce retard dans les effets de la Justice apporte cette décision comme un cheveu sur le plat !

                                  Nous verrons s’il est traité comme le citoyen lambda : l’Appel n’accepte aucun document, aucune preuve supplémentaire au jugement, et sans plus de travail, la peine est doublée.

                                  Nous exigerons j’espère un peu plus de célérité dans les affaires qui concernent Macron, et pas des semblants de peines, pas des possibles Appels..


                                  • Nowhere Man 4 octobre 17:28

                                    L’ancienne présidente sud coréenne a été condamnée définitivement à plus de 20 ans de prison en début d’année. Pour des faits similaires à ceux commis par notre ex-président minimo. 

                                    Omerta médiatique chez nous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité