• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le président et la presse

Le président et la presse

Aujourd’hui 57 ième anniversaire de l’assassinat de JF Kennedy il est sans doute opportun de rappeler le discours de son discours devant l'American Newspaper Publishers Association, Hôtel Waldorf-Astoria, New York - 27 avril 1961[1].[2]

 Ce texte a été judicieusement rappelé par Sophie Meulemans d’Initiative Citoyenne ce 20/11/2020[3]

 

 

Monsieur le président, mesdames et messieurs :

J'apprécie beaucoup votre généreuse invitation à être ici ce soir.

Vous portez de lourdes responsabilités ces jours-ci et un article que j'ai lu il y a quelque temps m'a rappelé à quel point les fardeaux des événements actuels pèsent particulièrement sur votre profession.

Vous vous souvenez peut-être qu'en 1851, le New York Herald Tribune, sous le parrainage et la publication d'Horace Greeley, employa comme correspondant à Londres un obscur journaliste du nom de Karl Marx.

On nous dit que le correspondant étranger Marx, plus que pauvre, et avec une famille malade et sous-alimentée, a constamment fait appel à Greeley et au rédacteur en chef Charles Dana pour une augmentation de son magnifique salaire de 5 $ par tranche, un salaire que lui et Engels ont qualifié sans gratitude de le « tricherie petite-bourgeoise la plus moche.

Mais quand tous ses appels financiers ont été refusés, Marx a cherché d'autres moyens de subsistance et de renommée, mettant fin à sa relation avec la Tribune et consacrant ses talents à plein temps à la cause qui léguerait au monde les graines du léninisme, du stalinisme, de la révolution et la guerre froide.

Si seulement ce journal capitaliste de New York l'avait traité avec plus de bienveillance ; si Marx était resté correspondant à l'étranger, l'histoire aurait pu être différente. Et j'espère que tous les éditeurs garderont cette leçon à l'esprit la prochaine fois qu'ils recevront un appel de misère pour une petite augmentation du compte de dépenses d'un obscur journaliste.

J'ai choisi comme titre de mes remarques de ce soir « Le président et la presse ». Certains peuvent suggérer que ce serait plus naturellement libellé « Le président contre la presse ». Mais ce ne sont pas mes sentiments ce soir.

Il est vrai, cependant, que lorsqu'un diplomate bien connu d'un autre pays a exigé récemment que notre département d'État répudie certaines attaques de journaux contre son collègue, il était inutile pour nous de répondre que cette administration n'était pas responsable de la presse, car la presse avait a déjà précisé qu'il n'était pas responsable de cette administration.

Néanmoins, mon but ici ce soir n'est pas de livrer l'assaut habituel contre la soi-disant presse à parti unique. Au contraire, ces derniers mois, j'ai rarement entendu des plaintes de partialité politique dans la presse, sauf de la part de quelques républicains. Ce soir, je n’ai pas non plus l’intention de discuter ou de défendre la télédiffusion des conférences de presse présidentielles. Je pense qu'il est très bénéfique de voir régulièrement 20 millions d'Américains participer à ces conférences pour observer, si je puis dire, les qualités incisives, intelligentes et courtoises de vos correspondants de Washington.

Enfin, ces remarques ne visent pas non plus à examiner le degré approprié de confidentialité que la presse devrait accorder à tout président et à sa famille.

Si au cours des derniers mois, vos reporters et photographes de la Maison Blanche ont assisté régulièrement à des services religieux, cela ne leur a certainement pas fait de mal.

D'un autre côté, je me rends compte que votre personnel et les photographes des services peuvent se plaindre du fait qu'ils ne bénéficient pas des mêmes privilèges verts sur les terrains de golf locaux qu'autrefois.

Il est vrai que mon prédécesseur ne s'est pas opposé comme moi aux images de son talent de golfeur en action. Mais d'un autre côté, il n'a jamais été un homme des services secrets.

Mon sujet de ce soir est un sujet plus sobre qui préoccupe autant les éditeurs que les rédacteurs en chef.

Je veux parler de nos responsabilités communes face à un danger commun. Les événements de ces dernières semaines ont peut-être contribué à éclairer ce défi pour certains ; mais les dimensions de sa menace se profilent à l'horizon depuis de nombreuses années. Quels que soient nos espoirs pour l'avenir - pour réduire cette menace ou vivre avec elle - il est impossible d'échapper à la gravité ou à la totalité de son défi à notre survie et à notre sécurité - un défi qui nous confronte de manière inhabituelle dans tous les domaines de l'activité humaine.

Ce défi mortel impose à notre société deux exigences qui concernent directement tant la presse que le président - deux exigences qui peuvent sembler presque contradictoires dans leur ton, mais qui doivent être conciliées et remplies si nous voulons faire face à ce péril national. Je me réfère, tout d'abord, à la nécessité d'une information publique beaucoup plus large ; et, deuxièmement, à la nécessité d'un secret officiel beaucoup plus grand.

Le mot même « secret » est répugnant dans une société libre et ouverte ; et nous sommes en tant que peuple opposés par nature et historiquement aux sociétés secrètes, aux serments secrets et aux procédures secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers d'une dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents l'emportaient de loin sur les dangers qui sont invoqués pour le justifier. Aujourd'hui encore, il est peu utile de s'opposer à la menace d'une société fermée en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujourd'hui, il n'y a guère de valeur à assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il y a un très grand danger qu'un besoin annoncé de sécurité accrue soit saisi par ceux qui sont désireux d'étendre sa signification jusqu'aux limites mêmes de la censure et de la dissimulation officielles. Ce que je n'ai pas l'intention de permettre dans la mesure où c'est sous mon contrôle. Et aucun fonctionnaire de mon administration, que son rang soit élevé ou bas, civil ou militaire, ne devrait interpréter mes paroles ici ce soir comme une excuse pour censurer les nouvelles, pour étouffer la dissidence, pour dissimuler nos erreurs ou pour nous soustraire à la presse et à la publient les faits qu’ils méritent de connaître.

Mais je demande à chaque éditeur, à chaque rédacteur en chef et à chaque journaliste de la nation de réexaminer ses propres normes et de reconnaître la nature du péril de notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse se sont généralement associés à un effort basé en grande partie sur l'autodiscipline, pour empêcher les divulgations non autorisées à l'ennemi. En période de « danger clair et présent », les tribunaux ont estimé que même les droits privilégiés du premier amendement doivent céder le pas au besoin de sécurité nationale du public.

Aujourd'hui, aucune guerre n'a été déclarée - et aussi féroce que soit la lutte, elle ne sera peut-être jamais déclarée de la manière traditionnelle. Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se font notre ennemi avancent dans le monde entier. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant, aucune guerre n'a été déclarée, aucune frontière n'a été franchie par les troupes en marche, aucun missile n'a été tiré.

Si la presse attend une déclaration de guerre avant d’imposer l’autodiscipline des conditions de combat, je peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais posé une plus grande menace à notre sécurité. Si vous attendez une conclusion de « danger clair et présent », alors je peux seulement dire que le danger n'a jamais été aussi clair et sa présence n'a jamais été aussi imminente.

Cela nécessite un changement de perspective, un changement de tactique, un changement de mission - par le gouvernement, par le peuple, par chaque homme d'affaires ou dirigeant syndical, et par chaque journal. Car nous sommes opposés dans le monde entier à une conspiration monolithique et impitoyable qui repose principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d'influence - sur l'infiltration au lieu de l'invasion, sur la subversion au lieu des élections, sur l'intimidation au lieu du libre choix, sur la guérilla de nuit au lieu d'armées le jour. C'est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d'une machine étroitement soudée et hautement efficace qui combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques.

Ses préparatifs sont dissimulés, non publiés. Ses erreurs sont enterrées, pas titrées. Ses dissidents sont réduits au silence, non loués. Aucune dépense n'est remise en cause, aucune rumeur n'est imprimée, aucun secret n'est révélé. Il mène la guerre froide, en bref, avec une discipline de temps de guerre qu'aucune démocratie n'espérerait ou ne souhaiterait jamais égaler.

Néanmoins, chaque démocratie reconnaît les contraintes nécessaires de la sécurité nationale - et la question demeure de savoir si ces restrictions doivent être observées plus strictement si nous voulons nous opposer à ce type d'attaque ainsi qu'à une invasion pure et simple.

Car les faits de la question sont que les ennemis de cette nation se sont vantés ouvertement d'acquérir par le biais de nos journaux des informations qu'ils auraient autrement embaucher des agents pour acquérir par le vol, la corruption ou l'espionnage ; que les détails des préparatifs secrets de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l'ennemi ont été disponibles à tous les lecteurs de journaux, amis et ennemis ; que la taille, la force, l'emplacement et la nature de nos forces et de nos armes, ainsi que nos plans et stratégie pour leur utilisation, ont tous été identifiés dans la presse et d'autres médias à un degré suffisant pour satisfaire toute puissance étrangère ; et que, dans au moins un cas, la publication de détails concernant un mécanisme secret par lequel les satellites étaient suivis exigeait sa modification aux dépens d'un temps et d'argent considérables.

Les journaux qui ont imprimé ces histoires étaient loyaux, patriotiques, responsables et bien intentionnés. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n'auraient sans aucun doute pas publié de tels articles. Mais en l'absence de guerre ouverte, ils n'ont reconnu que les tests du journalisme et non les tests de sécurité nationale. Et ma question ce soir est de savoir si des tests supplémentaires ne devraient pas être adoptés maintenant.

La question est à vous seul de répondre. Aucun agent public ne devrait y répondre à votre place. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir envers la nation, en considérant toutes les responsabilités que nous assumons actuellement et tous les moyens disponibles pour assumer ces responsabilités, si je ne recommandais pas ce problème à votre attention et que je ne vous demandais pas de l'examiner attentivement. .

À maintes reprises, j'ai dit - et vos journaux l'ont constamment répété - que ce sont des moments qui font appel au sens du sacrifice et de l'autodiscipline de chaque citoyen. Ils appellent chaque citoyen à peser ses droits et son confort par rapport à ses obligations envers le bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que les citoyens qui travaillent dans le secteur de la presse se considèrent exemptés de cet appel.

Je n'ai pas l'intention de créer un nouveau bureau d'information sur la guerre pour régir le flux des informations. Je ne suggère aucune nouvelle forme de censure ni aucun nouveau type de classification de sécurité. Je n'ai pas de réponse facile au dilemme que j'ai posé et je ne chercherais pas à l'imposer si j'en avais un. Mais je demande aux membres de la profession de journal et de l'industrie dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du danger actuel, et de respecter le devoir de retenue que ce danger nous impose à tous. .

Chaque journal se demande maintenant, à propos de chaque histoire : "Est-ce que c'est de l'actualité ?" Tout ce que je suggère, c'est que vous ajoutiez la question : "Est-ce dans l'intérêt de la sécurité nationale ?" Et j'espère que chaque groupe en Amérique - syndicats, hommes d'affaires et fonctionnaires à tous les niveaux - posera la même question de leurs efforts et soumettra leurs actions aux mêmes tests rigoureux.

Et si la presse américaine envisageait et recommandait d’adopter volontairement de nouvelles étapes ou de nouveaux mécanismes, je peux vous assurer que nous coopérerons sans réserve à ces recommandations.

Il n'y aura peut-être pas de recommandations. Il n'y a peut-être pas de réponse au dilemme auquel est confrontée une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrète. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et sans précédent. Mais c'est une période de paix et de péril qui ne connaît aucun précédent dans l'histoire.

C’est la nature sans précédent de ce défi qui donne également naissance à votre deuxième obligation - une obligation que je partage. Et c'est notre obligation d'informer et d'alerter le peuple américain - de s'assurer qu'il possède tous les faits dont il a besoin, et de les comprendre également - les périls, les perspectives, les objectifs de notre programme et les choix aux quels nous sommes confrontés .

Aucun président ne doit craindre un examen public de son programme. Car de cet examen vient la compréhension ; et de cette compréhension vient le soutien ou l'opposition. Et les deux sont nécessaires. Je ne demande pas à vos journaux de soutenir l'administration, mais je demande votre aide dans l'immense tâche d'informer et d'alerter le peuple américain. Car j'ai entièrement confiance dans la réponse et le dévouement de nos citoyens chaque fois qu'ils sont pleinement informés.

Je n'ai pas seulement pu étouffer la controverse parmi vos lecteurs - je m'en réjouis. Cette Administration entend être honnête sur ses erreurs ; car comme un sage a dit un jour : "Une erreur ne devient une erreur que si vous refusez de la corriger." Nous avons l'intention d'assumer l'entière responsabilité de nos erreurs ; et nous attendons de vous que vous les signaliez quand nous les manquons.

Sans débat, sans critique, aucune administration ni aucun pays ne peut réussir - et aucune république ne peut survivre. C'est pourquoi le législateur athénien Solon a décrété un crime pour tout citoyen de se soustraire à la controverse. Et c'est pourquoi notre presse a été protégée par le premier amendement - la seule entreprise en Amérique spécifiquement protégée par la Constitution - pas principalement pour amuser et divertir, pas pour souligner l'insignifiant et le sentimental, pas simplement pour « donner au public ce qu’il elle veut "- mais informer, susciter, réfléchir, exposer nos dangers et nos opportunités, indiquer nos crises et nos choix, diriger, modeler, éduquer et parfois même irriter l'opinion publique.

Cela signifie une plus grande couverture et une meilleure analyse des informations internationales - car elles ne sont plus loin et étrangères mais proches et locales. Cela signifie une plus grande attention à une meilleure compréhension des nouvelles ainsi qu'une meilleure transmission. Et cela signifie, enfin, que le gouvernement, à tous les niveaux, doit respecter son obligation de vous fournir les informations les plus complètes possible en dehors des limites les plus étroites de la sécurité nationale - et nous avons l'intention de le faire.

C'est au début du XVIIe siècle que Francis Bacon a remarqué trois inventions récentes qui transforment déjà le monde : la boussole, la poudre à canon et l'imprimerie. Aujourd'hui, les liens entre les nations forgées par la boussole ont fait de nous tous des citoyens du monde, les espoirs et les menaces de l'un devenant nos espoirs et nos menaces à tous. Dans les efforts de ce monde pour vivre ensemble, l'évolution de la poudre à canon jusqu'à sa limite ultime a averti l'humanité des terribles conséquences d'un échec.

Et c'est donc vers l'imprimerie - vers l'enregistreur des actes de l'homme, le gardien de sa conscience, le courrier de ses nouvelles - que nous cherchons force et assistance, confiants qu'avec votre aide l'homme sera ce qu'il est : né être : libre et indépendant.

 

 

[2] Traduction personnelle.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Yann Esteveny 2 décembre 2020 10:35

    Message à Monsieur Bertrand Loubard,

    Je vous remercie pour le partage d’un discours d’un président d’un pays conscient de ses devoirs et responsabilités.

    Cela change d’un président moderne dont le discours se résume à cela :

    « Tremblez covidés ! »

    Respectueusement


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 décembre 2020 10:46

      @Yann Esteveny

      ou d’un président qui dit qu’on attrape les femmes par la chatte


    • Bertrand Loubard 2 décembre 2020 14:46

      Oui, il paraitrait que cette assertion attribuée à Trump (Donald) a bien été établie et vérifiée par les divers services de renseignement du Pentagone. Mais cela semble bien être inhérent aux valeurs de notre culture judéo-chrétienne commune aux riverains de l’Atlantique Nord, d’aimer baratiner comme Madona lors de sa promotion de la candidate Hillary Clinton :
      « Le mardi 18 octobre 2016, la pop star Madonna a soulevé quelques sourcils en proposant de pratiquer le sexe oral sur les électeurs qui vont voter pour Hillary Clinton.
      « Si vous votez pour Hillary Clinton, je vais vous faire une pipe », a déclaré Madonna à la foule du Madison Square Garden. « D’accord ? Je suis très bien. Je ne suis pas un connard et je ne suis pas un outil. Je prends mon temps, j’ai beaucoup de contact visuel et j’avale », se vantait la Material Girl. »
      Madonna offers blowjob to those who vote for Hillary Clinton https://www.youtube.com/watch?v=Oh1RMUyCkLQ
      . »If you vote for Hillary Clinton, I will give you a blowjob ! OK ? I swear to God ! ... And I am good ! ... I’M GOOD ! ... Yeah ! And I Do Swallow !"

      Bien à vous.


    • math math 3 décembre 2020 09:05

      Les « puissants » et la presse ?

      Selon son camp la presse soutien ou non une personnalité, tout est relié a la politique, c’est affligeant de voir tous ces organes de presses raconter autant de sornettes, pour faire de la propagande ?

      L’évolution de notre société oblige ces médias à changer ou disparaitre !


      • Bertrand Loubard 3 décembre 2020 10:05

        @math
        Merci pour votre commentaire. Si on peut se consoler (ou se désoler encore un peu plus) en regardant un peu en arrière on trouve déjà avant la guerre de 14-18 un certain Karl Kraus de Vienne. Sur :
        https://www.babelio.com/auteur/Karl-Kraus/26312
        on en apprend un peu plus sur ce « visionnaire » et plus près de nous sur :
        https://www.youtube.com/watch?v=oMbTChiAh5E&t=3s
        Jacques Bouveresse nous parle « Des intellectuels et la presse »
        C’est évidemment édifiant. Eisenhower avait mis le monde en garde contre le complexe militaro-industriel qui au 21 ième siècle inclut le monde des banques-assurances et de leurs valets de la presse mainstream .... Bien à vous.


      • Bertrand Loubard 3 décembre 2020 11:50

        @Bertrand Loubard
        Pour en remettre un couche : Kierkegaard (Søren Aabye – º1813 - ț1855 - Copenhague) :
        « Pour tout réduire au même niveau, ce qui ne laisse plus de place à l’individu, il faut un fantôme, une abstraction monstrueuse qui englobe tout et n’est qu’un mirage. Ce fantôme est le public et c’est la presse qui le crée quand l’état de la société s’y prête. La presse est un facteur capital de démoralisation à cause de son impersonnalité et de son peu de souci de la vérité ». (In « Wittgenstein, Vienne et la modernité » A Janik et S. Toulmin PUF Perspectives critiques. 1978 )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité