• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le président Macron, le grand soldat Pétain et les gogos de (...)

Le président Macron, le grand soldat Pétain et les gogos de service

Enfin ! Il aura fallu attendre une vingtaine d'années après la mort de François Mitterrand pour entendre quelques propos lucides d'un président de la république sur la première guerre mondiale. Après les années repentance, réhabilitation des déserteurs (ceux qui ont fui pour laisser les autres se battre à leur place), et piétinement des sépultures de Verdun par de jeunes joggeurs, Emmanuel Macron a fait le choix du retour à la raison, ou simplement à celui de la réalité historique :

"Il y a un maréchal Pétain qui a été un des acteurs et un des grands soldats de 14-18, et ça vous ne pouvez l'effacer (...) J'ai simplement dit on n'efface pas l'histoire, on n'est pas les procureurs de l'histoire..."

Merci monsieur le président pour ce commentaire à l'occasion de la journée des Invalides, et c'est un néo-gaulliste qui vous le dit. Merci d'avoir rappelé que dans la vie d'un homme, on peut être un héros à un moment, et une crapule à un autre. Merci d'avoir rappelé que dans le contexte de la grande guerre, si Pétain n'avait pas repris en main les armées alliées, les forces de l'axe l'auraient emporté à Verdun et vaincu nos troupes. Du coup, la république française et ses nobles principes humanistes auraient disparu dès 1916, nos régions seraient devenues indépendantes et disloquées, notre empire colonial démembré... La démocratie aurait sans doute disparu du paysage occidental pour longtemps, car l'Allemagne du Kaiser était autoritaire et antisociale.

Pétain a sauvé la république en gagnant à Verdun. Engagé en politique alors que son âge avancé ne lui permettait pas de raisonner en toute lucidité (Qui confirait ses intérêts à un homme de quatre-vingt-cinq ans ?), il a permis aux vaincus de 1940 de trouver un échappatoire en lui votant les pleins pouvoirs à Vichy (une bonne partie de l'assemblée était issue du front populaire !). On connait la suite : collaboration, répression des résistants, déportation des juifs étrangers etc. des actes orchestrés par sa suite d'arrivistes et d'opportunistes (Pierre Laval...) vaincus du suffrage universel.

Frappé d'indignité nationale à la libération, gracié par le général De Gaulle suite... à ses actes héroiques durant la première guerre, il a fini ses jours sur l'île d'Yeu où certains président allaient fleurir sa tombe tous les ans, en sa qualité d'ex-maréchal de France (Mitterrand...). Voilà pour l'histoire.

Alors où est la polémique ? Elle émane de tous les tartuffes de service, bien-pensants et moralisateurs de "gauche". L'ex-président Hollande, choqué par l'antisémitisme de Pétain, qui ignore par inculture que la "haine des juifs" touchait autant les milieux de gauche que de droite avant-guerre. Le grand orient de France, car Pétain n'aimait pas la république, qu'il a pourtant sauvé en 1915-1916. Le très conformiste et sectaire Jean-Michel Apathie, car notre journaliste n'aime pas les traitres (on se demande ce que lui aurait fait en 1940 ?). La CGT, car Pétain n'aimait pas, parait-il, les ouvriers. D'ailleurs nos syndicalistes de choc associent Macron à Pétain pour la lutte contre les droits du prolétariat. Ce qui donne ceci :

Résultat de recherche d'images pour "pétain macron"

Sauf que Pétain et Vichy avaient adopté des lois contre les licenciements économiques et pour les droits des vieux travailleurs retraités, quand nos élus actuels sont convertis à l'ultra-libéralisme anglo-saxon. De plus, il y a belle lurette que les ouvriers ne votent plus pour les amis de la CGT, mais pour d'autres mouvances marquées très à droite...

Tous ces moralisateurs oublient donc une chose primordiale : sans le Pétain de la grande guerre, ils ne seraient pas là aujourd'hui. De plus, qui a combattu le "fascisme" en France dès 1940 ? Les gaullistes, la vraie droite des valeurs, les monarchistes ainsi que des communistes ouvriers qui dénonçaient le pacte germano-soviétique. Certainement pas les bobos parisiens, les journalistes raffinés, politiciens de salon et autres franc-maçons bons teints occupés à flirter avec l'occupant pour sauver leurs meubles.

Entre un militaire de terrain et un politicien, il y a souvent un gouffre. En l'occurence, celui dans lequel Pétain est tombé pour s'être mêlé de ce qui ne le regardait plus, au vu de son âge avancé. Merci au président Macron d'avoir énoncé cette réalité, n'en déplaise aux gogos sans culture ni jugeotte.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 9 novembre 09:50

    Bonjour, FRS

    En résumé : Macron a eu raison dans ce qu’il a dit, mais il a eu tort de le dire !

    Tous ses propos étant actuellement sujets à polémiques, il aurait sans doute dû éviter de parler de parler de Pétain.

    A titre personnel, cela me rappelle un propos similaire tenu par mon grand-père ancien combattant de Verdun, rescapé de cet enfer  à qui j’avais ramené des photos du fort de Vaux. Lui aussi avait un très grand respect du Pétain de la Grande Guerre et un profond mépris pour ce qu’il était devenu en 1940 en trahissant la France et les juifs de notre pays. 

    Le problème est que Macron a pris le risque de parler histoire dans un contexte politique exacerbé.


    • Laulau Laulau 9 novembre 10:48

      @Ptdr
      « Pétain a été forcé de gérer la France après la défaite honteuse »

      Forcé par qui ? Personne ne l’a obligé a intriguer pour faire démissionner le gouvernement Reynaud pour prendre sa place.


    • rogal 9 novembre 11:07

      @Fergus
      Désormais on anonymisera le rappel de ce point d’histoire : un Maréchal Inconnu commandait l’armée française en 1918.


    • Laulau Laulau 9 novembre 11:25

      @Ptdr
      « signe qu’il avait du respect pour le militaire Pétain. »

       On a le respect qu’on mérite. Avoir le respect d’Adolphe, quelle gloire.


    • Galilée Galilée 9 novembre 18:05

      @Ptdr
      Pétain était ravi de sa promotion , lui qui avait été plus ou moins méprisé par Clemenceau .
      Le gout du pouvoir à tout prix qui l’ aveuglait , le manque de vision à long terme lui avait fait croire qu ’ Hitler serait vainqueur.
      La haîne des communistes,la défense des intérêts de la bourgeoisie motivait l ’état major tout entier , et lui avait fait jugerla débâcle comme providentielle ..

      Mieux valait Hitler que le front populaire ...


    • izarn izarn 9 novembre 19:17

      @Fergus
      Soyons clair : Pétain a été jugé pour haute trahison et a été condamné à mort.
      Point barre.
      Que Macron, le traitre, défende un autre traitre...Quoi de plus normal ?
       smiley


    • Cadoudal Cadoudal 9 novembre 19:25

      @izarn
      Comme De Gaule et Victor Hugo ?


    • Et hop ! Et hop ! 10 novembre 02:08

      @Laulau :

      Le gouvernement Reynaud avait perdu la guerre, l’armée française était en déroutre, il était en fuite à bordeaux et sur le point d’embarquer dans un paquebot de luxe pour abandonner la population française à l’invasion allemande.

      Personne ne s’est proposé pour prendre la tête d’un pays vaincu, avec 4 millions de civils belges et français sur les routes, et 2,5 millions d’hommes prisonniers.

      C’est le président Lebrun qui a nommé Pétain chef du gouvernement, avant de prendre lui aussi la fuite en Savoie.

      Ne parlons pas des communistes qui avaient pris le parti de l’armée allemande puisque Staline s’était allié à Hitler pour envahir et se partager la Pologne.

      N’oubliez pas que la guerre a été commencée de façon ilégale et inconstitutionnelle, sans vote du Parlement et sans déclaration de guerre à l’Allemagne : Reynaud était en position de dictateur.

      Par contre Pétain était au pouvoir de façon parfaitement légale et constitutionnelle avec un vote du congrès à très forte majorité, et qu’il était impossible d’organiser les élection en l’absence des hommes puisque sous la IIIe République les femmes ne votaient pas.

      Où était Maurice Thorez ?


    • Le421 Le421 10 novembre 09:14

      @Ptdr
      En ce qui concerne les juifs, par exemple, Pétain a devancé les souhaits des allemands qui n’en demandaient pas tant.
      Je trouve l’auteur un peu timoré dans ses réflexions.
      Voir le GOF se liguer contre les juifs... Hum !!
      Ce ne serait pas l’histoire selon Zemmour, des fois ??
      Ou alors, le « complot judéo-maçonique » de Papy, c’est du pipeau ??

      Quand à ces anciens combattants, sur les photos et dans les cérémonies, ce sont probablement des anciens de la Guerre d’Algérie. Compte tenu des propos enregistrés en loucedé par des micros qui traînent, genre « quand est-ce que vous nous foutez tous ces bougnoules dehors ? ». Pas tout à fait ça, mais presque...
      Ils ne se seraient peut-être pas battu avec les résistants cocos contre les nazis...


    • julius 1ER 10 novembre 09:15

      @Galilée
      c’est bien résumé ... Pétain n’ a rien dans son parcours qui justifie qu’on le consacre comme un grand, surtout dans notre République dont il était un ennemi , c’était un opportuniste antisocial, antisyndical, anti franc-maçon, antisémite, antirépublicain,
      quand à dire que c’est le front popu qui est la cause de la défaite il ne faut pas oublier que Pétain ministre de la guerre en 34 a refusé l’augmentation des crédits militaires alors que l’Allemagne réarmait à outrance ....
      lorsque l’on prend trop de liberté avec les réalités historiques on se discrédite et c’est la tendance de cet article !!!


    • JulietFox 10 novembre 17:08

      @Laulau
      C’est sur que Pétain n’était pas sur la Massilia avec Mendes et autres qui voulaient continuer le combat en Afrique du Nord.


    • Laulau Laulau 9 novembre 10:40

      A quelques exceptions près (Gallieni, Franchet d’Espèrey ..) l’état major français était constitué de badernes formatés par l’armée coloniale. Certains étaient des incapables, quasiment des aliénés, l’un d’entre eux s’était même rendu .... à l’armée britannique. Foch, le toquet de la charge à la baïonnette a provoqué des pertes énormes par ses offensives à la noix (Attaquons, attaquons atta... cons comme la lune, disait Franchet d’Espèrey). C’est l’arrivée au pouvoir de Clemenceau qui a permis de faire un peu de ménage en mutant les plus jobards à Limoges, d’où le verbe limoger. Au milieu de ces toquards Pétain, qui n’était pourtant pas un aigle, faisait figure de sage. Par des préparations plus soignées il a un peu (un peu seulement) limité la casse. Après la guerre son influence de « héro de Verdun » imposa une stratégie ultra défensive (ligne Maginot) qui contribua au désastre de juin 1940.



      • JC_Lavau JC_Lavau 9 novembre 11:12

        @Laulau. Merci de cette excellente intervention.
        Mon père répétait volontiers « ...quons comme la Lune », mais n’en donnait pas d’auteur. Merci d’avoir comblé cette lacune (ce qui est long comme lacune) : Franchet d’Espèrey

        Georges Nivelle n’est jamais passé en jugement, a au contraire fini avec tous les honneurs. Lyautey s’était contenté de démissionner, après avoir dit que le plan Nivelle était digne de la grande duchesse de Geroldstein. Incapable d’oser prendre la décision d’arrêter le plan Nivelle, Poincaré se contente d’aller déjeuner. Là encore, la nation ne lui a jamais demandé de comptes.


      • Fergus Fergus 9 novembre 11:24

        Bonjour, Laulau

        Excellente synthèse !


      • Aristide Aristide 9 novembre 14:22

        @Laulau

        Après la guerre son influence de « héro de Verdun » imposa une stratégie ultra défensive (ligne Maginot) qui contribua au désastre de juin 1940.

        Il semblerait que cette responsabilité ne soit pas aussi évidente, on peut lire ici et là, qu’il souhaitait plutôt un grand investissement sur les chars, malgré l’avis contraire de Foch.


        André Maginot, le ministre de la guerre qui a donné son nom à la ligne défensive, déclara lors du débat parlementaire du 28 décembre 1929 : « ce n’est pas Pétain qui commande, mais le ministre de la Guerre ». La Ligne Maginot est donc construite, malgré l’opposition de Pétain. L’une des rares personnalités qui va dans le sens du Maréchal est Georges Clemenceau. Quelques jours avant sa mort, survenant le 24 novembre 1929, il s’exclamera : « Dans cinq ans, dans dix ans, quand ils voudront, les Boches entreront chez nous ».

        Le débat n’était pas simple, plusieurs théories s’opposaient.

      • JulietFox 9 novembre 14:53

        @JC_Lavau
        Aux veillées, mon grand-père qui avait « fait » Verdun et le reste, avait pour virgule dans ses souvenirs « Fumier de Nivelle »


      • Galilée Galilée 9 novembre 17:56

        @Aristide
        Le 21 mars 1918, les Allemands rompent le front en Picardie, menaçant Amiens. Pétain est un candidat possible au titre de généralissime des troupes alliées, mais, avec l’appui des Britanniques, Clemenceau, qui le juge trop porté à la défensive et trop pessimiste, lui préfère Foch, partisan de l’offensive34,

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Pétain


      • Aristide Aristide 9 novembre 18:22

        @Galilée

        Les mêmes sources indiquent ce que j’ai écrit sur son opposition à la ligne maginot.


      • izarn izarn 9 novembre 19:30

        @Laulau
        De sage...Certains disent même pétrouillard. Avant la fameuse attaque qui fit sa gloire, il avait signalé au contraire à l’Etat Major qu’il fallait reculer les lignes, et que toute attaque ne servirait à rien...C’était effectivement juste, mais il a en fait, fait l’inverse, et a été glorifié pour ça ! Un comble ! (Lu dans Historia, revue poutant classifiée à Droite )
        Ceci dit que Pétain ai gagné la Grande Guerre à lui tout seul !
        ...Mort de rire ! Hé oui, même un siécle aprés, ça reste meurtrier !
         smiley


      • Et hop ! Et hop ! 10 novembre 02:14

        @Laulau :
        La principale cause de cette boucherie c’est 1°) la conscription avec un service militaire porté en 1911 à 3 ans au lieu d’une armée de métier, et 2°) d’être entré en guerre contre l’Allemagne et d’avoir refusé les deux propositions allemandes de mettre fin aux hostilité en 1915 et en 1916 avec retour au statu quoi de 1914.

        Les responsable de cettte boucherie sont les hommes politiques qui ont décidé cette guerre et qui ont refusé deux fois de signer un armistice. Plus de 60 % des garçons de 18 à 28 ans ont été tué, une grande partie des autres gravement mutilés.

        Vous la connaissez la cause réelmle de la guerre de 14 ?
        Qu’est-ce qu’on en avait à foutre de l’assasinat de l’archiduc d’Autriche par un indépendantiste serbe ?


      • Et hop ! Et hop ! 10 novembre 02:20

        @Laulau

        Ce ne sont pas les généraux qui sont coupables de cette boucherie monstrueuse, ce sont les politiques qui ont voulu cette guerre, qui ont décidé la conscription, qui l’ont portée à 3 ans, qui n’ont pas voulu accepter les deux priopositions allemandes d’y mettre fin en 1915 et en 1916, notamment Clémenceau poussé par les Anglais qui voulaient détruire deux empires concurrents et alliés : l’Allemagne et la Turquie.


      • julius 1ER 10 novembre 09:37

        @Laulau

        c’est bien résumé (je ne connaissais pas la phrase « attaquons, atta..cons comme la lune mais elle en dit plus long qu’un long discours » le film « les sentiers de la gloire »de Kubrick à ce jour est la meilleure démonstration de ce qu’était le commandement de l’époque et surtout son mode de fonctionnement !!!!

        surtout je m’interroge lorsque les « crétins »actuels continuent de glorifier le militarisme alors que 1918 est une défaite de la Pensée puisque la France, l’Europe qui croyaient au progrès en sont sortis ruinés (et encore plus ruinés après 1945)...
        si çà s’appelle « Victoire » qu’aurait pu être la défaite ?????
        la France et l’Europe d’avant 14 c’est un immense bond en avant avec l’industrialisation, l’électrification, et le développement des transports ... les années 20/30 c’est une régression et ne parlons pas des années 40/50 ... pénuries en tous genres puisqu’il faudra attendre le milieu des années 70 pour retrouver le PIB des années 30 si çà c’est une Victoire on en redemande !!!!

        en étant un peu sérieux on se demande comment on peut encore peindre un tableau positif de ce qu’a été le siècle dernier !!!!!


      • JL JL 9 novembre 10:42

        Pourriez vous nous rappeler quels sont les actes de bravoure et d’héroïsme de cet homme ?


        • Laulau Laulau 9 novembre 10:50

          @JL
          Il était surtout vaillant avec les dames, certains disent qu’au lit c’était un champion de la baïonnette.


        • JL JL 9 novembre 14:02

          Il faut croire que les chefs militaires n’ont pas les mêmes valeurs que les populations :
           
          Pétain, un grand soldat qui n’hésitait pas à balancer du gaz moutarde sur les civils du RIF.


        • izarn izarn 9 novembre 19:33

          @JL
          Avec le général Franco, précisons !
           smiley
          Il parait même que de Gaulle était son aide camp, mais certainement de mauvaises langues...
           smiley


        • Et hop ! Et hop ! 10 novembre 02:24

          @JL :

          Il s’est montré beaucoup plus humain (ou moins inhumain) avec les hommes de troupes, il les a ménagés, mieux armés, mieux nourris, mieux vêtus, mieux commandés, moins exposés et protégés.

          Le rôle d’un général en chef n’est pas de faire acte de bravoure mais de protéger les civils, ménager les hommes et remporter des victoires.


        • JL JL 10 novembre 08:48

          @Et hop !
           
          ’’ Le rôle d’un général en chef n’est pas de faire acte de bravoure mais de protéger les civils

          ’’
           
           Bis repetita placent :
           
          Pétain, un grand soldat qui n’hésitait pas à balancer du gaz moutarde sur les civils du RIF.

           
           Peut-être était-il raciste ? Les civils Maghrebin ne méritaient pas d’être protégés ?


        • math math 9 novembre 11:21

          Quand je pense que cette « ORDURE » a été gracié ?

          Y a que les « FACHOS » pour le soutenir..sont nombreux sur agora !


          • cevennevive cevennevive 9 novembre 11:30

            On ne peut occulter des pans entiers de l’histoire...

            Si l’on ne parlait que des héros et des dirigeants bienveillants, il ne resterait pas beaucoup de pages sur les livres d’histoire.

            Pétain et bien d’autres ont laissé un souvenir abominable dans les souvenirs de mes parents. Mais les guerres aussi.

            Bien entendu, Monsieur Macron, adolescent éternel, a récité un de ses cours d’histoire. Bien sage ce petit, il a bien appris sa leçon, et ce qu’il a dit, (ou dira à l’avenir) sur quoi que ce soit, provoque et provoquera toujours un petit sourire condescendant.

            On aura beau construire des stèles, faire de jolis monuments aux morts, les « poilus » ont souffert, sont morts pour une guerre atroce que des gens bien planqués dans des bureaux ont dirigée avec une stratégie minable et une recherche sans âme de la gloire militaire.

            La guerre est moche, la guerre est sale, n’importe où, n’importe quand.

            Alors, Pétain ne mérite pas plus de considérations que Landru ou n’importe lequel des assassins en série. Mais il a existé et il doit figurer dans l’histoire de notre Pays.


            • Laulau Laulau 9 novembre 11:37

              @cevennevive
              Alors, Pétain ne mérite pas plus de considérations que Landru ou n’importe lequel des assassins en série.
              Bravo !


            • covadonga*722 covadonga*722 9 novembre 11:56

              @cevennevive
              bonjour , vu a distance temps et lieu , votre discours peut s’entendre .Mais restitué dans le contexte de la boucherie des tranchées .La gestion des hommes et du conflit par Pétain a fait une sacrée différence pour les pauvres types dans les tranchées .Il suffit de lire les lettres des poilus pour percevoir un réel soulagement ,
              les troupes envoyées plus régulièrement vers l’arrière l’amélioration de l’ordinaire,
              pour des types vivant dans la gadoue journellement des choses aussi futiles que des caillebotis ou une soupe chaude .De meme la gestion des mutineries par Pétain a été différente « pas plus magnanime mais plus sélective » que cette manière d’agir  l’ait été dans l’intérêt bien compris de l’état major est une évidence .Reste que pour des milliers de pauvres bougres coincés dans l’abattoir géant 
              cette approche différente a été vécue avec soulagement .
              Et non pour une fois « bien qu’il rétro-pédale désormais » le discours de macron n’a pas été dans la doxa ambiante en soulignant que si l’armée française saignée épuisée par les conneries d’abruti tel Nivelle ne c’est pas effondrée en 1917 c’est a Pétain pour bonne part qu’elle le doit .C’est plus que probablement aussi lié a l’adhesion au début 1940 d’une bonne part des anciens combattants a sa prise de pouvoir .


            • izarn izarn 9 novembre 19:40

              @cevennevive
              Pétain le général « La victoire » est une figure de propagande de l’époque...
              Il a été choisi pour tenir ce role. Voila tout.
              Il n’avait, aucunement, la trempe d’un de Gaulle (C’est de Gaulle qui écrivait ses bouquins !!!), ni même d’un Napoléon.
              Bref : Pétain=Pipo...


            • Et hop ! Et hop ! 10 novembre 02:31

              @izarn : « Pétain n’avait, aucunement, la trempe d’un de Gaulle »

              De Gaulle était en 1940 secrétaire d’état à la guerre d’un gouvernement qui a perdu la guerre et il s’est enfui en Grande Bretagne à la suite de l’armée anglaise,
              Pétain qui avait 85 ans est revenu d’Espagne pour affronter Hitler alors que le pays était déjà à moitié envahi, le gouvernement en fuite à Bordeaux, 2 millions de femmes et d’enfants fuyant sur les routes, 3 millions d’hommes prisonniers.


            • Laulau Laulau 9 novembre 12:04

              Wikipédia

              Le 19 avril 1916, il succède à Pétain dans la charge de défendre Verdun, au commandement de la IIe armée, et reprend aux Allemands les forts de Douaumont et de Vaux aux côtés du général Mangin, opération durant laquelle la critique lui attribuera peu de considérations pour la vie humaine2. Cette opinion est néanmoins aujourd’hui combattue par les travaux de Denis Rolland qui défend la thèse que cette réputation de boucher est le résultat de la construction du mythe du « sauveur de Verdun » où pour élever Pétain, il était politiquement plus facile de dévaloriser les autres généraux3.

              Il semble que la fable de « Pétain protecteur de la vie des poilus » aie du plomb dans l’aile.


              • Aristide Aristide 9 novembre 14:46

                @Laulau

                Il me semble que la prudence exigerait de pondérer les jugements binaires qui classent celui-ci au rang des bouchers et l’autre au rang des magnanimes. 

                Ce sont des militaires, cette époque était beaucoup moins soucieuse de la vie des hommes, il s’agissait de mourir pour sa patrie, de faire le sacrifice de sa vie, ... La guerre qui suivra le démontrera aussi. Il faudra attendre la guerre du Vietnam pour voir ce respect apparaître pour de simples raisons politiques et de communications.

                Alors je crois que s’il est indéniable que les poilus ont apprécié l’amélioration des conditions de vie dans les tranchées, aucun ne se faisait d’illusion sur un changement dans la valeur de leur vie que portaient ces généraux. 


              • Laulau Laulau 11 novembre 09:22

                @Aristide
                « il s’agissait de mourir pour sa patrie »

                Chez certains soldats peut-être mais la plupart c’était en espérant s’en sortir qu’ils allaient à l’assaut parce que reculer c’était la mort assurée. Quand aux officiers d’état major, la mort était une vision abstraite. A combien de km le « héro de Verdun » s’est-il approché du front ?


              • covadonga*722 covadonga*722 9 novembre 12:24

                bonjour , pour éviter toute empathie je m’astreins aux chiffres ce que ne fait pas 

                l historien de vos référence « je n’ai pas capacité a juger de ses travaux » reste 

                que ce spécialiste de l ’histoire de l’amérique latine a du voir ses travaux et ses promotions validées par ses pairs dont on connait l’absolue neutralité politique .

                Aussi je vous renvoie au tableaux statistiques de la RHA ’ ratio pertes , punitions , mutations , et permutation des unités ainsi que la correspondance des troupes rassemblée au musée des armées .Il n’est pas question ici de la construction de l’image de sauveur de la nation Petain version 1940 , mais du ressentis immédiat et in situ de sa gestion du personnel humain .


                • Christian Labrune Christian Labrune 9 novembre 13:59

                  Je pensais que Macron était une espèce de demeuré, trop peu intelligent pour qu’on puisse le tenir pour vraiment responsable d’une politique antisociale et crapuleusement antisémite, plus que jamais complice aujourd’hui du régime islamo-nazi de Téhéran.

                  A lire cet article et les approbations qui le suivent, je me demande si Macron n’a pas calculé son coup et prévu que les lointains rejetons des décérébrés qui ont applaudi le vieux con dès le 11 juillet 40n n’étaient pas susceptibles du même réflexe conditionné qui leur ferait gueuler : « Maréchal, nous voilà ! »

                  https://www.youtube.com/watch?v=sb_CMMkVE0E

                  Il y a des jours où j’ai vraiment honte d’être français.


                  • covadonga*722 covadonga*722 9 novembre 15:52

                    @Christian Labrune
                    « Il y a des jours où j’ai vraiment honte d’être français.  »

                     comme je vous comprend , quand on pense que parce que né dans la bonne religion certain ont une deuxième de nationalité c’est vraiment pas de chance pour vous .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès