• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le principal de collège, l’imam de la république et les autruches du (...)

Le principal de collège, l’imam de la république et les autruches du système

Il y a deux ans sortait en librairie un excellent essai intitulé Principal de collège ou imam de la république ? rédigé par un chef d'établissement fraichement retraité, Bernard Ravet. Curieusement, il n'a pas bénéficié d'une large publicité, contexte oblige : en période d'attentats et de tensions, les médias de masse ont la consigne d'éviter les débats qui irritent et qui posent les bonnes problématiques.

Idéaliste, républicain tendance "hussard noir", M.Ravet développe son vécu dans trois collèges marseillais. Il montre la lâcheté (en fait, plutôt de l'impuissance) des institutions, la démagogie et le clientélisme des politiques, le silence des syndicats. L'hypocrisie générale face à l'islamisation culturelle des quartiers populaires, par des associations et des lieux de vie encadrés. Une lutte permanente contre les intrusions d'une religion qui se veut universelle, à l'école. Le prosélytisme de certains surveillants barbus, en l'occurence souvent les plus compétents, les plus autoritaires et les plus écoutés. Ceux qui ne font pas la bise aux dames, et qui se révèlent parfois fichés par les renseignements généraux (les fameuses fiches "s" et autres). 

Parmi les anecdotes les plus parlantes, le cas de cet élève juif à qui M.Ravet recommande un établissement privé israélite, présent à Marseille mais saturé, car sa scolarité au milieu d'élèves des cités s'avèrerait trop difficile. Celui de Mustapha, très bon élève, qui hélas pense mal et parle de punition contre les femmes adultères, ainsi que de couper la main des voleurs. 

Si le déballage de faits au fil des trois cents pages du livre est probant, il pêche néanmoins par son manque de solutions. Que faire concrètement face au communautarisme, dans des secteurs où les musulmans représentent 90% de la population ?

Il est croustillant de parcourir les notes de lecture de ce bouquin sur le web. "Exagération", "caricatural" etc. On se croirait en plein été 1939, quand les autruches de l'époque préféraient éviter de regarder ce qui se passait à l'est de l'hexagone. La palme revient à ce directeur académique qui considère l'essai de M.Ravet comme... anachronique ! Car les attentats de 2015 auraient constitué un électrochoc (!) Affolant, affligeant de naïveté ou de refus de voir les réalités en face. On ne voit pas en quoi l'expulsion d'un ou deux imams radicaux auraient changé la situation marseillaise, ni pourquoi et comment des populations converties au salafisme et coupées de la république changeraient de mode de vie suite à quelques attentats à la bombe, qui d'ailleurs ne les visaient pas ? 

Toutefois, l'aspect le plus tabou de la question est le refus d'admettre un fait, pourtant très ancien. Dans les quartiers populaires, les gens sont conservateurs et attachés aux traditions. C'était déjà le cas au XIXème siècle, et c'est toujours d'actualité, à la différence que les populations ont changé d'origine culturelle. On ne mange plus un cochon grillé en jouant à la pétanque le dimanche midi de nos jours, on déguste du kebab et on joue au football. Les choix politiques en matière de peuplement faits depuis cinquante ans l'ont voulu ainsi. Le trompe l'oeil vient des votes aux élections, très à gauche, en oubliant qu'à l'époque où le PCF tenait les quartiers, les communistes étaient sécuritaires, homophobes et même xénophobes. Le vote "prolétaire" n'est rien d'autre que du suivisme conditionné.

Qu'un surveillant refuse d'embrasser les femmes, que des élèves militent pour la tolérance zéro en matière de délinquance, que des familles désapprouvent l'adultère, ce n'est pas un problème. Rappelons que les musulmans furent nombreux à servir dans nos armées durant les deux guerres mondiales. Si l'intégration c'est vivre dans la débauche, la loi de la jungle et l'injustice, on peut comprendre que des populations qui ont encore le sens des valeurs morales préférent rester entre elles. Il ne faut pas confondre contre-valeurs d'ultra-gauche et principes républicains. On peut respecter les femmes et refuser de faire la bise : cela s'appelle la pudeur. On peut être ferme sur l'autorité et même favorable à la peine de mort sans être extrémiste : le général De Gaulle en fut l'exemple, ainsi que la droite républicaine il n'y a pas si longtemps. Le danger vient de la sécession de nombreux quartiers, coupés désormais de ce qui reste de la collectivité nationale, ainsi que de l'absence du sentiment patriotique commun pour fédérer la population.

Quand la gay pride devient la manifestation officielle de la république, devant le défilé du 1er mai et la fête du travail, il y a un souci de sérieux et de crédibilité de notre système social. Les minorités font la loi. Or c'est peut-être l'élément qui manque au récit de Bernard Ravet : on ne peut être à la fois musulman et libertaire.

Forme-t-on des citoyens ou des consommateurs ? Des patriotes ou des repentis du colonialisme ? De futurs pères et mères de famille ou des dépravés ? Toute la logique, en somme, de ce libéralisme-libertaire qui détruit à petit feu notre "vivre-ensemble". En absence d'un véritable programme d'intégration des populations extra-européennes conservatrices sur un fond de déchristianisation des consciences, avec les ravages du chômage, du logement coûteux et le désengagement des pouvoirs publics, comment pourrait-il en être autrement dans les quartiers populaires ?

Lire l'ouvrage de Bernard Ravet est utile pour se rappeler la situation de l'école des zones sensibles. Il est toutefois utile de comprendre les prolongements de sa trame : l'islamisation n'est pas le fruit du hasard...

Bernard Ravet, Principal de collège ou imam de la république ? , ed.Rageot, 2017

Source principale de l'article : https://www.lepoint.fr/societe/un-ex-principal-de-college-denonce-l-emprise-de-l-islamisme-03-09-2017-2154229_23.php


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Raymond75 27 juin 07:24

    Il y a eu aussi le rapport ’Obin’ du nom de son auteur, en ... 2004 !!!

    http://www.laicite-republique.org/rapport-obin-les-signes-et-manifestations-d-appartenance-religieuse-dans-les.html

    Rien n’a été fait depuis, on a laissé la situation dégénérer pour ne pas faire de vague, et par angélisme bobo des ’gauches’ sociétalistes.

    C’est une honte ; une société qui ne sait plus défendre ses valeurs a cessé d’exister.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 juin 09:54

      @Raymond75

      Et les rapports Zemmour : un par an, depuis près de 20 ans !

      Et rien ne change !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 juin 09:52

      Le principal d’un établissement n’est-il pas responsable du recrutement des surveillants ?

      S’il y a des surveillants prosélytes, ça devrait être une raison de renvoi, j’imagine.

      Le tout c’est de le vouloir en vrai, évidemment.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 juin 09:55

        Or c’est peut-être l’élément qui manque au récit de Bernard Ravet : on ne peut être à la fois musulman et libertaire.

        Si, dans une société communautariste, où « les gays » vivent entre eux, « les musulmans » idem...

        Raison pour laquelle les islamistes auraient dû être favorables au mariage homo : le mariage homo appelle, par nature, le mariage polygame.


        • MagicBuster 27 juin 16:57

          Les nids à islamistes s’appellent des Zones d’éducation prioritaires ( depuis 20 ans ).

          Il faudra les renommer en ZSE ( Zone sans éducation ) ... ca sera plus crédible .


          • OMAR 27 juin 21:29

            Omar9

            .

            Excellent article de Ghislaine Ottenheimer, qui regrette tellement son Principal Ernest Chénière,

            .
            Elle et lui auraient simplement, mais plus R-Hainement parlé du "cas de cet élève juif (lambda) qui brille (comme tous les juifs) parmi des élèves (crétins et débiles) des cités s’avèrerait trop difficile. Celui de Mustapha, (un muzz parmi tant d’autres) très bon élève (un miracle), qui hélas pense mal parce qu’il n’admet pas d’être cocu et qui veut qu’on condamne sérieusement les délinquants"... 

            .

            Sinon, la présence de la meute rassure et certifie la portée de cet narticle...


            • njama njama 28 juin 09:30

              La ville de Marseille est un fief de la droite, l’indéboulonnable Jean-Claude Gaudin est maire de cette ville depuis plus de 23 ans


              • raymond 28 juin 19:13

                @njama
                avant il y avait l’indébounoble gaston defer


              • Jonas Jonas 29 juin 01:10

                « On ne voit pas en quoi l’expulsion d’un ou deux imams radicaux auraient changé la situation marseillaise »


                Marseille, comme plusieurs centaines de villes en France, est bouffée par l’Islam radical.

                L’imam de la Mosquée de Marseille, Haroun Derbal, prêche sur BFMTV un Islam tolérant et ouvert, mais son discours devant des centaines de Fidèles à la Grande Mosquée Islâh de Marseille, est tout autre : « la célébration des fêtes de fin d’année menace et met en danger notre Foi, notre Religion », mâtiné de discours à caractère antisémite.

                Quand vous endoctrinez en Europe des milliers de musulmans à la haine de la civilisation européenne, il ne faut pas s’étonner d’assister à la dégradation de la vie en société, au développement de la haine, de l’intolérance et du racisme.



                • eddiediana998 27 septembre 08:59

                  Is not the head of an institution responsible for recruiting supervisors ? Men’s Leather Outfits


                  • eddiediana998 27 septembre 09:00

                    Le head d’un établissement n’est-il pas responsable du recrutement des surveillants Men’s Leather Outfits


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès