• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le problème climatique, c’est-à-dire La Fatalité humaine

Le problème climatique, c’est-à-dire La Fatalité humaine

Le problème climatique est façonné en un faux problème puisqu'on ne pose pas les bonnes questions. La pollution, ce n'est ni vous ni moi. C'est nous. En revanche, la pollution (l'autre) est de votre ressort. Or elle ne ressort, bien évidemment, pas du ressort de la pollution comme on l'entend d'ordinaire : malheureuse confusion du bien et du Bien, c'est-à-dire de l'Etat et de l'individu.

La température monte. Enfin, vous souhaiteriez ardemment que la température monte. Et ce n'est pas quant à savoir si la température monte réellement, or néanmoins je sais que vous voudriez qu'elle monte, précisément parce que vous déplorez une telle augmentation.

Partant, ce n'est pas si grave, si c'est intérieurement désiré. Non ?

À quoi s'ajoute, en plus, le fait que le climat ne dépend pas (comme on a tendance à la croire) de Monsieur X, du quidam ou du badaud... En effet, l'attitude écologique ne dépend pas de la morale, puisqu'elle est une nécessité urgente, et que c'est des façons dont sont organisés les pays que la pollution dépend en général. L'Etat, les entreprises dans l'Etat (mais qui ne lui appartiennent pas forcément), sont les premiers pollueurs, et les seules entités avec la capacité de réduire véritablement la pollution. Non pas l'individu. Il faut distinguer, incessamment, l'écologisme moral – lequel existe – de l'écologisme politique. 

Car imposer l'écologisme nuit à la morale ! L'écologisme politique est purement indexé à la dépollution de la planète afin que la consommation prospère. L'écologisme moral, lui, ne repose sur aucun principes mous, mais sur des principes solides (parmi lesquels l'idée que la valeur de la vie ne peut pas être valorisée en terme de valeur). 

C'est pourquoi ceux qui demandent à l'Etat d'imposer l'écologisme sont idiots, puisque : (1) ça ne marchera évidemment pas, (2) c'est profondément immoral, à rebours de l'écologisme qu'ils veulent instaurer – lequel fonctionne avant tout par spontanéité individuelle. 

Au fond, l'écologiste politique qui confond public et privé a dans l'idée de justifier, discrètement, son envie de mourir.

Pour ce faire, rien de plus simple : il suffit de substituer l'écologisme public à l'écologisme individuel, comme il sait (secrètement) que l'écologisme public est voué à l'échec. Ceci donne à l'écologiste, d'une part, une raison de vivre (en critiquant l'ici et le maintenant ad infinitum) et un moyen par lequel précipiter la fin de toutes choses.

À preuve le fait que l'écologiste vit de l'idée écologiste. Et comment se substanter de cette opinion-là si, très malheureusement, l'écologisme arrivait à son terme par le sauvetage réussi de la Terre ? Par conséquent, l'écologiste public tend à maintenir la pollution.

La grande différence avec l'écologiste individuel, c'est que l'écologiste individuel ne fait pas de son écologisme le tout, mais une partie du tout. Car le problème, ce n'est pas la pollution, mais c'est nos gestes qui, en soi problématiques, amènent de proche en proche la pollution. Certains comportements favorisent la destruction de l'environnement. Pour empêcher cette destruction-ci, il faut conscientiser entre celui qui, d'une part, fait de l'écologisme son pain, et celui qui, de l'autre, entend l'écologisme comme une conséquence naturelle d'une attitude particulière. L'écologiste public polluera dès qu'il en aura l'occasion, puisqu'il veut faire en sorte que l'humanité consomme mais « proprement » – comme si l'idée de propreté pouvait être le corollaire de la consommation.

Par conséquent, Nicolas Hulot est très mal placé. 

Nicolas Hulot représente en dépit de ses bonnes intentions l'idée que l'homme doit consommer, mais qu'il faut d'abord qu'il consomme sans les conséquences qu'induisent, d'ordinaire, la consommation. Mais si cela peut (approximativement) marcher avec le pétrole ou l'électricité, si la consommation en tant que telle n'est pas bridée, alors là où le problème de la consommation sera réglé permettra, en sourdine, l'ouverture et l'amorce d'un nouveau problème. Ce faisant, la partialité de l'écologisme politique ne règle pas le tout, précisément parce qu'il ne touche qu'un fragment des mœurs.

Mais il est bien évident qu'on ne peut pas arrêter la consommation. Je ne propose pas d'idéal politique.

Je constate seulement que c'est avec une certaine idiosyncrasie, une certaine attitude, rendue possible pas les conditions d'existence, qu'on arrêtera « définitivement » la pollution. 

Et les civilisations qui partagent une telle idée (que l'écosystème planétaire doit être défendu) partagent d'autres idées, entre lesquelles cette défense est purement secondaire.


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • Le Sudiste Le Sudiste 13 octobre 14:31
    Autant de bouillie derrière autant de verbiage, ça mérite un salut ! C’est très drôle ! Du coup je l’ai même relu en entier et par petits bouts, c’est un régal.

    Ca me fait penser aux faux articles scientifiques envoyés récemment à des publications scientifiques dites à comité de lecture... Et ça présage de très drôles commentaires, bien joué ! 
    Je ris déjà...

    • Esprit Critique 13 octobre 16:34

      Tout ça pour dire ce qui tient en une phrase :

      « L’écologie politique est une connerie perverse »


      • Claudec Claudec 13 octobre 16:58

        @Esprit Critique

        Le dernier en date des grands malheurs de la planète et de ce qu’elle abrite, est précisément que les politiciens se soient emparés de l’écologie. Pourront-elles s’en remettre ?

      • tiers_inclus 13 octobre 16:41

        Indépendamment de l’opinion de la bimbo qui me précède permettez-moi de saluer la justesse et l’intelligence de cette analyse. Et l’on me sait parcimonieux dans les compliments. Rien à ajouter tellement c’est bien vu. Bravo.


        • Vertagus Vertagus 13 octobre 19:48

          Prospérité pour vous sur trois générations.


        • Le421 Le421 13 octobre 16:41
          En une phrase.

          Si grand que monte le chêne, il n’atteindra jamais la Lune...

          • tiers_inclus 13 octobre 16:48

            @Le421


            Celui qui est dans la lune ne voit pas le chêne ...

          • Le neutron vert Le neutron vert 13 octobre 17:16

            Patrick Moore, un des cinq fondateurs de Greenpeace, puis directeur international,
            a démissionné quand il a compris que le lobby antinucléaire était financé par les pétroliers, prébendiers corrompus, notes de frais, détournement, voir aussi le livre d’un infiltre « La face caché de Greenpeace »
            Alors cette ONG vénale a voulu l’effacer de l’historique de l’organisation, mais, manque de bol, il avait des photos, autour du 1er bateau etc.


            • Esprit Critique 14 octobre 03:36

              @Le neutron vert
              C’est pas d’hier ! On m’a enseigné a la fac des sciences a Montpellier en 1969 !!!! Que le devellopement du nucléaire , la façon la plus rationnelles de produire de l’électricité était freiné par un prix du pétrole maintenu artificiellement bas.


            • charly10 14 octobre 09:22

              @neutron et esprit critique

              Et que dire du GIEC !!Revenons aux  années 1970 ;Thatcher, premier ministre, était en difficulté à cause des mineurs britanniques qui menaient de fortes grèves générant nombreuses coupures d’électricité. Elle n’avait pas confiance dans les compagnies pétrolières ; sa préférence allait à  l’énergie nucléaire.

              En 1979, à Genève, se tient la première Conférence mondiale sur le climat. Alors que la crainte dans ces années-là était celle d’un refroidissement planétaire, un chercheur suédois, Bert Bolin, présente une thèse ; le dioxyde de carbone(CO2) émis par les activités humaines pourrait réchauffer la planète et contrer la baisse des températures.

              Très opportuniste, Margaret Thatcher s’empare de cette pensée nouvelle pour faire la promotion de l’énergie nucléaire. La France déjà très engagée dans le nucléaire, sous la présidence de François Mitterrand, avec Jacques Delors président de la Commission européenne et représentant la France lors des grands sommets internationaux, appuie cette ligne politique.

              C’est ainsi que GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) va naître en novembre 1988 et tout faire pour prouver la véracité de ce réchauffement climatique anthropique. Le lobby nucléaire y est dès le départ très présent.

               Cela dit je suis loin d’être un anti nucléaire, car dans la politique de « car bashing »décarbonée actuelle, menée par le gouvernement, il faudra bien trouver l’énergie permanente nécessaire pour alimenter ne serait ce que le futur parc auto électrique. Ce qui se trame aujourd’hui dans ce domaine est politiquement incohérent !!!!

               


            • cilaos 15 octobre 09:58

              @charly10
              bravo pour votre commentaire très peu de personnes connaissent « l’histoire du GIEC ». Il est bien de constater que le GIEC se garde bien comme tous ceux qui préconisent des solutions pour réduire les gaz à effet de serre de parler des armes produites et utilisées dans les conflits.... Il est plus tendance de préconiser les ampoules basses consommations !


            • Le neutron vert Le neutron vert 13 octobre 17:18

              En France, nucléaire du pur et dur étatique, plaît pas aux capitalistes, photovoltaïque et éoliennes bon gâteau, alors Hulot bien payé par sponsors.
               
              Les ONGs aux grands groupes remplacent avantageusement les fonctionnaires.

               
              Combustible nucléaire : 96% repart en Russie, qui ajoute son U235 militaire (démantèlement bombes) puis revient enrichi. Pour des centaines d’années de recyclage du combustible en circuit fermé.


              • jjwaDal jjwaDal 14 octobre 07:15

                Pourquoi ne pas dire simplement que les consommations inhérentes à la technostructure qui nous environne sont imputables à chacun et qu’elles représentent l’essentiel (de mémoire les 2/3 bien tassés) de sa consommation énergétique par ex ? Dès lors diminuer « sa » consommation énergétique de 30% revient à la minorer de 10% et comme on consomme 4x trop (paraît-il...) toute action individuelle en faveur de l’environnement relève du plaisir solitaire et rien d’autre ?
                Est-ce votre thèse ? Dans ce cas je dirais que « je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire » (Coluche).


                • Vertagus Vertagus 14 octobre 14:43

                  Ma thèse, c’est de dire que l’écologisme n’a rien à voir avec l’écologie.


                • Cadoudal Cadoudal 14 octobre 14:52

                  @Vertagus
                  C’est le recyclage des mères porteuses qui vous pose problème ?


                • nono le simplet nono le simplet 14 octobre 07:52

                  l’écologie c’est comme l’aquariophilie, on se sent plus concerné quand on vit dans l’aquarium ...


                  • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 08:49

                    la mondialisation aura toujours le dessus .....


                    • velosolex velosolex 15 octobre 09:55

                      @zygzornifle
                      « Ne tirez pas sur la mondialisation, je suis derrière » comme dirait Brassens


                    • BuSab 14 octobre 08:50
                      J’aimerai bien qu’on établisse le bilan carbone de chaque français, qu’on en fasse une moyenne et qu’on pointe du doigt ceux qui sont au dessus de cette moyenne.

                      Que dire ainsi de ces personnalités médiatiques qui nous culpabilisent sans cesse ? Quand est-il ainsi de leur bilan carbone personnel ?

                      Ainsi ces artistes qui font carrière en France mais qui vivent aux USA et qui ainsi prennent plusieurs fois par mois le transport le plus polluant qui soit (l’avion) sans la moindre gêne.
                      Est-il aussi indispensable qu’ils passent leurs vacances dans les lieux les plus exotiques (et les plus éloignés) de France ?
                      Hélicopter, Voiture de sport, quad, jet ski, hors bord... ne peut-on pas passer de bonnes vacances sans utiliser de tels jouets aussi polluant.

                      C’est bien de responsabiliser les autres, mais il faudrait aussi penser à donner l’exemple

                      • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 08:53

                        @BuSab


                        J’aimerai bien qu’on établisse le bilan carbone de chaque français, qu’on en fasse une moyenne et qu’on pointe du doigt ceux qui sont au dessus de cette moyenne.

                        Les locataires de l’Élysée a eux seuls doivent avoir un bilan carbone supérieur a la ville de paris rien qu’avec les déplacements de Macron ....

                      • baldis30 14 octobre 09:28

                        @zygzornifle
                        bonjour,

                        « avoir un bilan carbone supérieur a la ville de paris rien qu’avec les déplacements de Macron »

                         C’est très vilain ce que vous avancez ... très vilain ! Que faites-vous de la nécessité de paraître ?

                        N’iriez vous pas jusqu’à prétendre que des passages répétés aux actualités télévisées polluent en consommant inutilement de l’énergie ?

                         Très vilain !  smiley


                      • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 10:06

                        @baldis30

                        Que faites-vous de la nécessité de paraître ?

                        Au lieu de dépenser des millions d’€ pour faire des selfies aux Antilles le monarque aurait pu aller dans une des 1000 citées de non droit , dans un camp de migrants ou dans une prison , il en aurait trouvé des potes à doigt d’honneur et pantalon baissé, il aurait eut l’embarras du choix .... 

                      • baldis30 15 octobre 09:11

                        @zygzornifle
                        bonjour,

                        votre proposition est trop difficile à mettre en œuvre et coûterait bien plus cher en frais d’organisation ne serait-ce que pour trouver des comédiens susceptibles de jouer les rôles sans rigoler !

                        Y avez vous pensé ?   smiley


                      • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 08:51

                        L’écologie a la Française c’est la taxe, il faut payer pour sauver la planète .....


                        • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 08:56

                          Retraité sans dentier au seuil de pauvreté bon bilan carbone imposé par mon niveau de vie : plus de moto , plus de bagnole , transport en commun, achat sur internet donc livraison par la poste qui pour un seul déplacement livre des dizaines de clients ....


                          • baldis30 14 octobre 09:58

                            bonjour à tous et plus particulièrement à l’auteur

                            L’article est excellent et par conséquent il déplaira à ceux qui ne veulent pas regarder les réalités qui vont de la cité des 4.000 aux favelas de Rio de Janeiro !

                            Dès la semaine prochaine les grands banquiers mondiaux vont se réunir à Bali, un coin perdu du fin fond de l’Asie où on ne sait même pas comment sont indiquées les toilettes publiques - s’il y en a - parce que les toilettes privées sont réservées à quelques personnes ...

                            L’écologie politique vit un drame ... c’est normal elle a mis la politique avant toute autre chose au mépris de l’information scientifique prise dans le sens du « Discours de la Méthode » ! Un exemple immédiat stupéfiant venant de Météo-France sur l’atterrissage d’un cyclone de catégorie 1 sur les côtes ibériques... et ça hurle au réchauffement des océans ... hélas, hélas, hélas un quarteron de scientifiques mal intentionnés ont depuis longtemps montré que l’évolution des températures océaniques hormis quelques points très spécifiques liés à des activités de la dynamique interne (volcans, dorsales, ...) est sans aucune signification ... par contre les mêmes trublions ont montré que la stratosphère s’est refroidie ... mais pas question d’invoquer le principe de Carnot et autres fariboles apprises jadis dans des cours de thermodynamique.... Au nom de la nouvelle religion et de ses écrits irréfutables c’est faux ...

                            Un souvenir, datant de vingt ans pratiquement jour pour jour : je me trouve dans un congrès relatif aux risques, organisé dans une ville connue pour ses douceurs angéliques. Arrive à la tribune un sieur très contestataire (du moins comme son patronyme l’indique ...) faisant une très grande leçon sur El Nino et ses conséquences en 1988 sur une autre ville connue pour sa sauvagerie animale ... Naturellement je m’insurge et je m’étonne que personne ne me vienne en aide ... Surprise ... le lendemain matin arrivent autour de moi plusieurs personnes venant me remercier de mon intervention ... parce que eux, fonctionnaires, ne pouvaient pas la faire étant donné que leur patron, d’un service de l’Etat était dans la salle et croyait dur comme fer aux propos avancés ... et ils auraient été sanctionnés .... ! 

                            La peste verte est au moins aussi dangereuse que la peste brune et beaucoup pensent, avec de bonnes raisons, qu’elle en est issue ! Je leur laisse la responsabilité de l’assertion tout en la partageant !


                            • JC_Lavau JC_Lavau 14 octobre 10:01

                              Grande confusion mentale, télécommandée par un enfumage à l’échelle planétaire.

                              Aucun des vrais problèmes miniers ni agricoles ni pédologiques ni hydrauliques ni halieutiques n’est abordé.

                              Gorgonavox passe n’importe quoi (et bloque le reste).

                              • cassini cassini 14 octobre 10:33

                                A propos d’écologie, j’ai eu le plaisir ce matin sur France-Inter d’apprendre que, quoique rendus malades par le réchauffement, les bancs de corail polynésiens, pour employer le néologisme passe-partout, rebondissent (comprenez : retrouvent la santé). 


                                Maintenant le corail rebondit. Ca devient grave, dans le langage idiot.

                                • velosolex velosolex 15 octobre 09:59

                                  @cassini
                                  Les jardiniers savent que les arbres fruitiers juste avant de mourir lancent leur dernière force dans une floraison superbe. 


                                • JC_Lavau JC_Lavau 16 octobre 10:07

                                  @velosolex. Prophète Philippulus, je vous ordonne de redescendre sur Terre immédiatement !

                                  Et faites gaffe de ne pas vous casser la figure !


                                • cassini cassini 16 octobre 10:12

                                  @velosolex


                                  Les jardiniers savent...

                                  Et les gardiens de square savent qu’avant de défuncter les cygnes lancent leur célèbre chant. 

                                • JC_Lavau JC_Lavau 16 octobre 10:17

                                  @velosolex. De toute façon, il y a erreur sur les métiers :

                                  les plombiers plombent,
                                  Les bouchers bouchent,
                                  et les savetiers savent.

                                • troletbuse troletbuse 16 octobre 10:29

                                  @JC_Lavau
                                  Et les politicards polissent les tocards


                                • oncle archibald 14 octobre 10:49

                                  L’écologie politique c’est le Maire de mon village qui vient hurler dans mes oreilles et me menacer d’appeler les gendarmes parce que, comme chaque année, l’an dernier au début de l’hiver je faisais bruler quelques végétaux dans mon jardin.

                                  C’est aussi notre ex-ministre Nicolas Hulot adulé des foules ne lève pas le petit doigt pour s’occuper de la pollution monstrueuse émise par les grands navires qui nous approvisionnent en petites culottes, en chaussettes, en smartphones et autres joyeusetés transportés depuis la Chine.

                                  C’est incohérent et comme d’hab ça vient emmerder au maximum le consommateur lambda tandis que les gros industriels et les gros commerçants qui polluent des millions de fois plus sont soigneusement épargnés.

                                  https://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952

                                  https://www.youtube.com/watch?v=hA5p5Ll2W4c

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès