• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le problème de l’élite se nomme démocratie

Le problème de l’élite se nomme démocratie

Le problème de l’élite, qu’elle soit économique, intellectuelle, culturelle ou autre porte un nom : Démocratie. La démocratie est la loi du nombre et ils sont la minorité. Dans ces conditions, leur principale préoccupation consiste à trouver des moyens pour se maintenir au pouvoir en s’affranchissant du risque démocratique. Nul besoin d’innover, il n’existe que trois solutions : la division, la perfidie et la répression.

JPEG - 540.8 ko
Divide imperia

De la division

La division permet de fragmenter la société afin que le volume du groupe le plus menaçant reste en deçà de la masse critique nécessaire pour renverser le pouvoir réel. Si elles fonctionnent toujours, les ficelles de la division sont désormais bien identifiées : opposer ceux qui se lèvent tôt à ceux qui se lèvent tard, ceux qui vivent au crochet de la société aux autres, ceux qui roulent au diesel et fument des clopes aux citadins qui prennent les transports en commun, les gilets jaunes aux écharpes rouges, les gauchos aux fachos, les populistes aux bobos, les socialos aux libéraux, les profiteurs aux donateurs, etc... prétendre à l’exhaustivité en la matière serait présomptueux puisqu’il se crée de nouvelles divisions chaque semaine, en fonction des besoins. A peine les gilets jaunes sont-ils devenus menaçants que des écharpes rouges sont apparues. Et comme cela n’a pas suffi, toutes les divisions possibles au sein du mouvement ont été testées. Parallèlement, l’extension de la contestation a été contenue par sa diabolisation. Le mouvement a donc dû faire face à une double attaque : une attaque interne destinée à l’éclater et une attaque extérieure destinée à l’isoler.

L’absence totale de subtilité de la tentative d’isolement doit être soulignée car convoquer la bombe atomique des étiquettes, l’antisémitisme, pour discréditer un mouvement purement social ne fait que souligner à la fois la gravité de la situation mais aussi l’impasse dans laquelle se trouve l’élite. Si tous les coups sont permis à la guerre, il n’est néanmoins pas recommandé de gâcher trop tôt ses meilleures munitions, surtout sur des escarmouches. Bien entendu, l’action de diviser n’est possible qu’à la condition qu’elle reçoive toute la publicité nécessaire et, de ce point de vue, il convient de souligner l’action des médias qui remplissent parfaitement leur tâche de segmentation de la société, sous couvert de leur rôle de contrepouvoir subventionné par l’argent de ceux-là même qu’ils divisent, au profit de la minorité qui dirige. Bien ficelée, l’affaire est tellement rentable que les milliardaires, habituellement soucieux de la rentabilité de leurs investissements, se battent pour détenir des organes de presse structurellement déficitaires, du moins si on s’en tient à une approche au premier degré. D’ailleurs, cette affaire de degré de compréhension est l’un des leviers de la perfidie, nous y reviendrons.

Enfin, la segmentation permet de personnaliser le message et donc d’accroitre encore son efficacité. En incitant chaque groupe à évoluer dans une bulle culturelle, le pouvoir peut émettre un message taillé sur mesure. Ainsi, la presse d’extrême droite emploiera une rhétorique destinée à amplifier le rejet de l’altérité, la presse d’extrême gauche, à l’inverse, s’efforcera de promouvoir le vivre ensemble et de dénoncer le racisme de l’extrême droite, mais le but réel est que ces deux-là, même s’ils appartiennent à la même couche sociale, ne s’allient jamais pour constituer un groupe susceptible de dégager l’élite. En son temps, l’empire britannique ne s’est pas maintenu, face à des populations autochtones bien plus nombreuses, avec une autre méthode.

De la perfidie

La perfidie est d’une certaine façon la mère de la division, puisqu’elle orchestre son artificialité, mais elle recèle aussi bien d’autres possibilités. La première est la tromperie pure et simple qui consiste à se faire élire sur un programme et à en dérouler un autre, puisque la démocratie participative permet au peuple de se prononcer sur un individu et pas sur des idées.

L’aspect le plus visible de la perfidie, aujourd’hui, réside dans la monopolisation, il est même permis de parler de saturation, de l’espace médiatique, par l’élite, avec un discours biaisé qui maintient toute une frange de la population en état d’abêtissement. Le verrouillage des canaux de communication, qui réduit directement la liberté d’expression, est une réalité en France.

La méthode employée par le pouvoir manque cruellement d’imagination : elle consiste à ramener les problèmes multidimensionnels à une dimension qui va dans le sens de leurs intérêts, en abusant des corrélations, le plus souvent sans le moindre égard pour les causalités. Ainsi, face à un même problème, celui de la baisse du prix des logements dans une cité, l’extrême droite dira que c’est la faute des immigrés dans le quartier, la droite dira que c’est la faute de la réduction par la gauche des effectifs policiers, la gauche dira que c’est la faute du refus de la droite d’investir dans les quartiers, les écologistes diront que c’est la faute du remplacement des espaces verts par des immeubles, etc., comme s’il ne devait exister qu’une seule cause à un problème complexe. De la même façon, l’élite a tenté de discréditer les gilets jaunes parce qu’ils se dispersaient dans leurs revendications, comme s’il existait une réponse unique à un problème complexe.

Le président lui-même n’hésite pas à se complaire dans cet exercice, lorsqu’il déclare que le rétablissement de l’ISF n’apportera pas un euro supplémentaire à un seul « gilet jaune ». Le message est tellement biaisé, tellement manipulateur, qu’il en devient intéressant non pas tant par son contenu, totalement insignifiant, que par ce qu’il révèle de l’élite et des extrémités auxquelles elle est aujourd’hui acculée pour se maintenir.

Aujourd’hui, si le clivage politique principal se situe entre souverainistes et libéraux, l’équation n’est jamais présentée de la sorte par des médias dont le rôle devrait pourtant être de capter les évolutions de la société et d’en informer le public de façon aussi objective que possible, plutôt que de relayer les vaines tentatives d’un pouvoir aux abois de freiner toute évolution contraire à ses intérêts. Notons l’action constante de ces médias pour discréditer toute réelle opposition sur cette ligne de fracture. La palme en la matière revient incontestablement au Petit Journal qui fait tout son possible pour ridiculiser les vrais souverainistes, comme Dupont Aignan, systématiquement présenté sous un angle ridicule, ce qui lui fait perdre très certainement l’appui d’une jeunesse qui évolue souvent dans une bulle médiatique trop étroite pour bien distinguer tous les enjeux du contexte politique français. A ce titre, il convient de se souvenir d’une citation attribuée à Goebbels « Nous ne voulons pas convaincre les gens de nos idées, nous voulons réduire le vocabulaire de telle façon qu’ils ne puissent plus exprimer que nos idées ». La restriction du champ des idées accessibles à certains segments de la population poursuit, à un autre niveau, le même objectif.

De la répression

Le dernier levier de l’élite est la répression, qui contribue, avec les deux précédents, à l’asservissement des 99% par le 1%. La répression s’exerce via des relais et des fusibles. Les fusibles permettent de lâcher du leste lorsque la pression devient trop forte, pour tout changer afin que rien ne change et les relais sont au contact des asservis, pour instaurer un climat susceptible de dissuader les moins téméraires.

A l’extrémité du spectre de la violence, Daech crucifiait quelques villageois à l’entrée des villages afin de marquer les esprits, pour dissuader toute tentative de rébellion, ce qui lui permettait ensuite, avec des effectifs très limités, de lever impôts et de vivre sur un grand pied, au crochet de la société. En France, quelques crans en dessous sur le spectre de la terreur, les gardes à vue, fichages, gazages, éborgnages cherchent également à déclencher ce mécanisme de stupeur de nature à dissuader la contestation. Par ailleurs, les scènes que l’on a pu voir sur les réseaux sociaux français durant les manifestations des gilets jaunes présentent une analogie flagrante avec celles que l’on peut voir en Arabie saoudite où la police politique des Moutawah donne du bâton à ceux et surtout celles qui ne partagent pas leur conception de la liberté. Terrible échec au pays des Lumières que de voir des policiers, parfois grisés par leur pouvoir, battre des gens à coup de bâton.

Relais et fusibles ont en commun d’être d’extraction populaire et de bénéficier de conditions économiques très supérieures à ce qu’ils pourraient prétendre du fait de leur seul talent, ce qui assure leur infaillible fidélité à ceux qui peuvent décider de les déchoir, fidélité d’autant plus forte que la répression qu’ils auront orchestrée leur aura fait perdre tout appui populaire, toute légitimité, voire toute légalité. Les fusibles, qui servent de courroies de transmission entre les tenant réels du pouvoir et les relais des mécanismes d’asservissement, n’ont d’autre choix que d’aller jusqu’au bout car, en cas d’échec, ils savent qu’ils seront les victimes sacrificielles destinées à apaiser l’ire populaire, pour préparer la voie à leurs remplaçants qui reprendront la défense des intérêts de l’élite, toujours en place quant à elle, mais un cran en dessous.

Conclusion

En conclusion, il convient de ne pas se tromper d’ennemi, ni de confondre le pouvoir avec ses marionnettes. Celles-là sont sur une voie à sens unique, sans retour possible, et il est donc parfaitement vain de vouloir traiter avec elles. Il est également vain d’imaginer impressionner l’élite en menaçant ses représentants, qui ne sont jamais que des fusibles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • batmou 23 février 17:24

    Excellent article, encore une fois, qui pointe l’une des grosses incohérences de la France d’aujourd’hui : pourquoi faudrait il laisser des escrocs gouverner contre l’intérêt général ? BHL a avoué un jour que la démocratie n’était pas incontournable. Pas certain qu’il passe à la postérité comme philosophe mais comme martyr de la cause des élites, tout n’est pas perdu


    • Paul Leleu 23 février 20:17

      @batmou

      ah... les poncifs de la démocatie directe en gros et en détail !... le lingam ayurvédique des anarchistes de droite et de gauche... la « démocratie pure » est le système inventé par ceux qui vont en tirer le plus grand bénéfice... ça marche à tous les coups...

      il y a un point commun entre Macron, Sarkozy, Mark Zuckerberg, Etienne Chouard et les Gilets-Jaunes : la haine des « corps intermédiaires », c’est à dire de toutes les fortes têtes...

      eux ont un rêve : un peuple et un chef... un reich, un volk et un führer... où l’anarchisme de gauche rejoint l’anarchisme de droite... d’ailleurs Sorel et Proudhon étaient à la mode sous Vichy (eh oui !).

      c’est vrai que les mecs qui ne rentrent pas là-dedans, qui voient un peu plus loin que le bout de leur nez posent problème aux anarchistes et aux fascistes (ça remet en cause leur conception idéalisée de l’homme naturel et égal).

      votre truc repose sur le fait que le point de vue du gros blaireau de base va servir d’étalon pour l’intelligence autorisée légalement... et toutes les têtes qui dépassent seront coupées...


    • LUCA LUCA 24 février 07:56

      @Paul Leleu
      Toujours étonné de constater autant de perspicacité fanatique émanant d’une analyse que seuls les lobotomisés peuvent produire. Ben ouai ! En occultant du bulbe leurs propres intuitions, les blaireaux de base sont passés à chèvres « Seguiniste », càd faire accepter l’idée que la sécurité et le confort dont vous jouissez certainement passe pas l’acceptation de la servitude, vous êtes un artiste de tout un art.


    • baldis30 24 février 11:42

      @Paul Leleu
      bonjour,
      « il y a un point commun entre Macron, Sarkozy, Mark Zuckerberg, Etienne Chouard et les Gilets-Jaunes : la haine des « corps intermédiaires », c’est à dire de toutes les fortes têtes... »
      je le pense aussi ... on le voit en matière technique où les gourous verts prétendent faire voter pour n’importe quoi avec une crasse ignare ... l’exemple type est celui du RCA, mais on peut en trouver bien d’autres.
      Il faut dire toutefois que la méthone « TINA » associée à la matraque n’est peut-être pas de la meilleure pédagogie possible et qu’inversement les gourous aimeraient bien profiter seuls des avantages de leur position ... hégémonique et dictatoriale ... !
      En ce qui concerne les gilets jaunes je suis très réservé de leur appliquer cette haine à l’exception présente dans tous les partis de la frange néo poujadiste, aussi bien de droite, de gauche que du centre et des extrêmes ! En effet le RIC s’est glissé insidieusement, en même temps que la frange néo poujadiste universellement présente, dans une colère que l’Histoire reconnaîtra comme inhérente au x traditions françaises .... et je pense à la journée des tuiles par exemple ... 


    • Shaw Shaw 24 février 12:12

      @Paul Leleu

      LOL, vous savez raisonner et savez donc parfaitement que c’est le RIC qui est là clé !

      Partant quand on vous interroge dessus, vous dîtes oui, mais avec un MAIS NON tout aussi parfaitement calibré selon votre interlocuteur sur AV.

      Vous êtes donc un des symboles même de la perfidie si bien décrite dans cet article. Ou sans aller jusque-là immobiliste pour toutes les plus mauvaises raisons qui vous permettront de vous défiler devant ce qui est pourtant le plus petit dénominateur commun du bon sens et de l’interet général.


    • Durand Durand 25 février 10:08

      @Shaw

      Yes !


    • Paul Leleu 25 février 21:57

      @Shaw

      mais faites le RIC ! ...ça me va très bien ! ... puisque « c’est la clef de tout » (amen !) ... le grand phallus intellectuel des anar’ ... si vous pensez inventer le fil à couper le beurre, pas de problème...

      ça existe déjà tous les jours le RIC, c’est les pannels de consommateurs, qui plébicitent les marchandises... et ça marche très bien ...

      les anar’ sont des gens qui sont persuadés que l’homme est parfait... OK, super... vous ne posez même pas la question d’un problème culturel... pour vous la démocratie n’implique pas de culture, car pour vous la culture c’est une verticalité, une domination, une hiérarchie... eh bien c’est parfait... Mark Zukerberg et Gérard Mulliez pensent la même chose que vous ! ...eux aussi aiment le RIC ... c’est un point commun ...

      mais encore une fois, je ne suis pas contre le RIC... il est d’ailleurs au programme de nombreux partis politiques (de différentes obédiances) depuis de nombreuses années


    • devphil30 devphil30 23 février 17:38

      Excellent article

      J’ajouterais que si le danger pour les élites devient trop grand alors la guerre ou le terrorisme actuellement devient le moyen de ressouder la patrie autour d’une cause nationale.

      Personne n’osera si opposer et cela permet également de réduire physiquement les contestataires qui auront le droit d’aller en première ligne.

      En cela 14-18 fût une belle opération de reprise en main des élites et d’élimination des peuples devenue trop vindicatif

      Un livre sur ce sujet

      https://www.amazon.fr/1914-1918-classes-Pauwels-Jacques-R/dp/2805920694

       


      • Breton8329 Breton8329 23 février 21:34

        @devphil30 Je crains que vous ayez raison ; après avoir tout essayé pour conserver le pouvoir, il se peut que cette élite tente de déclencher une boucherie. Je m’interroge d’ailleurs sur les limites de personnes qui acceptent sans sourciller de mutiler sciemment des dizaines de leur concitoyens, parmi lesquelles de nombreux innocents puisqu’ils n’ont pas été inquiété par la justice. Pourquoi n’organiseraient elles pas des attentats, si cela pouvaient servir leur cause ? 


      • LUCA LUCA 24 février 08:20

        @devphil30
        Vous avez raison, et je crois savoir que l’histoire écrite par les vainqueurs suit le fil d’une tendance plutôt répétitive.


      • Breton8329 Breton8329 23 février 18:03

        Il y aurait tant à dire sur ce sujet qu’il m’a fallu choisir certains axes pour éviter de dépasser le format usuel d’Agoravox ; mais il me semble que de plus en plus de français ont désormais compris les enjeux et les méthodes de nos politicards et ont identifiés leurs maitres, même s’il se trouvera toujours d’indécrottables béni-oui-oui pour réfuter toute critique de leurs oppresseurs. Ceux là n’ouvriront les yeux que lorsqu’ils ne pourront plus remplir leur frigo américain.


        • nenecologue nenecologue 25 février 11:37

          @Breton8329
          Le problème est que les maitres ont compris qu’ils nous avaient trop éduqués et détruisent consciencieusement l’école depuis 20 à 30 ans.
          Leur prochaine cible : La liberté d’expression sur internet ... Le nettoyage a commencé (allez donc poster un commentaire contraire à la doxa sur un forum de journal de gauche pour voir ...)
          L’antisionisme servira de clé pour asservir à leur tour les forums de droite.

          Il ne restera plus que les forums basés à l’étranger pour pouvoir parler des sujets qui dérangent les 1%. Si fdesouche n’était pas basé en inde ça fait belle lurette qu’il aurait été fermé alors que ce n’est qu’une revue de presse MAIS avec un forum non censuré ...
          Enfin bref , vite le RIC !


        • Reiki 23 février 19:51

          J aurai pas mieux dis , merci


          • samy Levrai samy Levrai 23 février 20:09

            NDA est un euro atlantiste young leader de la french american foundation qui ne veut ni sortir de l’euro, ni sortir de l’UE ni de l’OTAN... associer souveraineté avec ce type ne montre qu’une perméabilité à la propagande du parti unique ... il suffit pourtant de lire son programme ( celui du RN aussi... celui de la FI...) 


            • Paul Leleu 23 février 20:22

              @samy Levrai

              NDA a d’ailleurs un programme social très très progressiste, qui consiste à faire travailler gratuitement les allocataires du RSA... du Macron total !

              - les allocataires sont des « zassités » et des « paresseux » pour NDA
              - faire travailler au RSA, revient à faire travailler pour 3 fois moins que le SMIC (sacrée dévaluation du code du travail)
              - quel travail confier à un RSAiste ? « bof, n’importe quoi »... des métiers de cons, et de sous-développé, comme « serveur ou fleuriste »... ces métiers là et ces gens là sont interchangeables dans la tête des gens comme Macron et NDA.

              en fait, NDA a un mépris total et absolu du peuple, sous ses discours lénifiants et moralisateurs



            • Paul Leleu 23 février 23:48

              @Cadoudal

              oui... il y a certainement une grande proximité entre Dupont-Aignan et Obama... c’est un peu le même monde... même si l’emballage diffère en apparence... pour moi, depuis le premier jour, Obama est là pour servir de « noir de service » au système... il me semble que c’est ce qu’il a été...

              après, tout cela est fallacieux... dire que les gens ont besoin de travail et pas d’aide, c’est fallacieux... bien sûr que c’est vrai sur le fond... mais si on en arrive là, c’est qu’auparavant on les a plongé dans la mouise... c’est un peu comme de dire que les blessés n’ont pas besoin de soins mais d’une bonne santé... c’est de pirouettes sémantiques...

              on parle aujourd’hui du « commerce équitable »... c’est devenu un truc bobo à la mode... ça veut dire que le reste du commerce est inéquitable ? en clair que c’est du vol... donc c’est de mauvaise foi.

              la vérité, c’est que l’occident a un problème structurel : son contrat social est basé sur une consommation à bas-coût et un minimum de protection sociale, mais sans faire payer les riches. Une seule solution : externaliser l’exploitation (et avec elle la violence sociale et les pires aspects de la misère).

              Si on devait payer à l’Afrique ses matières premières en « commerce équitable », ou aux asiatiques leurs ouvriers en « commerce équitable », alors, c’est toute cette équation qui tombe par-terre. Et tout le contrat social de nos pays qui se déchire (on voir d’ailleurs avec les Gilets-Jaunes, combien on est déjà à la limite). On a un problème structurel : pour préserver notre paix intérieure, nous sommes obligés de maintenir notre violence extérieure. Mais cette violence extérieure au fil du temps, nous revient de plus en plus violement dans la figure (immigration, terrorisme, guerre, climat, etc.)

              aujourd’hui, la montée en puissance des classes moyennes en Chine et demain en Inde, va structurellement assécher notre propre classe moyenne et notre consommation... ça va faire très mal. Cette fois-ci, on n’aura plus le beurre ni l’argent du beurre ! Et en plus les crémiers du tiers-monde risquent de vouloir se venger.


            • Cadoudal Cadoudal 24 février 00:11

              @Paul Leleu
              Tu en es encore à l’exploitation de l’Afrique et des Africains obligés de vendre leurs matières premières à la France à des prix inférieurs au marché mondial ?

              Tu as quitté Jules Ferry et ton devoir d’être supérieur, c’est déjà bien, mais il te reste encore un bout de chemin à faire avant de considérer les africains comme autre chose que des victimes, éternelles récipiendaires de la pitié de l’internationale boboiste ...

              Tiens cadeau, je sais que ça va te plaire d’accueillir bientôt tous les réfugiés Californiens fuyant l’enfer progressiste Obamesque...lol...

              « Hier, j’ai écrit un articleintitulé « Les rats, la défécation publique et la consommation de drogue à ciel ouvert : nos grandes villes occidentales sont en train de devenir des enfers inhabitables », et cela a déclenché une tempête de feu. Plus de 1 000 commentaires ont déjà été publiés sur cet article, et quelques personnes enthousiastes ont tenté de convaincre le reste d’entre nous que la vie sur la côte ouest n’est pas si mauvaise. Je suis désolé, mais si votre ville compte beaucoup plus de toxicomanes par voie intraveineuse que d’élèves du secondaire, ce n’est pas un endroit où je voudrais fonder une famille … »

              La conclusion pas très gaie :

              « Au total, environ 5 millions de personnes ont fait leurs valises et ont quitté définitivement la Californie au cours des 10 dernières années. Malheureusement, la nation tout entière est en train de devenir comme la Californie et si nous ne renversons pas les choses, il n’y aura plus de place où aller. »

              http://www.dedefensa.org/article/michael-snyder-et-la-dystopie-californienne


            • Breton8329 Breton8329 24 février 00:21

              @Paul Leleu Excellente remarque. Je pense, comme vous, qu’on ne peut pas comprendre la situation actuelle sans la prendre en compte dans sa globalité. Il n’y a probablement pas assez de ressources sur terre pour que tout le monde puisse durablement avoir une voiture, une maison, un chauffage, la climatisation, une télévision, un smartphon, puisse manger de la viande, etc. L’élite se trouve confrontée à un choix : ouvrir le robinet pour tout le monde et la cuve à ressources sera vide dans dix ans ou laisser passer un petit filet d’eau. C’est, je crois, cette solution qui est en cours d’implémentation, avec la décroissance de la consommation dans les pays dotés d’une classe moyenne. Dès lors que sont acceptés les principes d’égalité des peuples, de libre circulation des biens, des personnes et des fonds, et que les barrières douanières sont supprimées, la classe moyenne française n’est plus en mesure de défendre ses privilèges et ne peut que rejoindre une classe populaire mondiale, qui ne peut être que pauvre, compte tenu de sa dimension et de la rareté des ressources. C’est, je crois, ce qui se passe aujourd’hui : la convergence des classes moyennes au niveau mondial, vers une classe populaire mondiale. Toutefois, si la France semble en avance par rapport à ce programme, avec l’entrain de son jeune président qui a l’air emballé par l’idée d’aligner ses administrés sur le niveau de vie des roumains, pour une première étape, il se trouve que certains États ne jouent pas le jeu et continue de protéger leur nation. Dans dix ans, les français ruinés et regarderont les russes, les chinois, les américains et les anglais avec envie mais il est toujours plus simple de descendre une pente que de la remonter.


            • Cadoudal Cadoudal 24 février 13:05

              @Paul Leleu
              Si on devait payer à l’Afrique ses matières premières en « commerce équitable »

              La première CAF ouvrira à Bamako en 2020.

              https://www.europe1.fr/international/au-mali-edouard-philippe-conforte-le-soutien-de-la-france-3862952

              Rappelons 3 chiffres :

              Aide au développement en 2017 accordé au Mali (= argent donné au Mali) 357 millions d’euros .

              Nombre de Maliens illégaux (parmi les dizaines de milliers ) repris par le Mali en 2017 : 13 .

              Coût de l’intervention française au Mali ces 5 dernières années : 500 millions d’ euros.


            • Paul Leleu 25 février 22:04

              @Cadoudal

              pour information, si mes souvenirs sont bons, le Mali et le Niger sont là où se trouve l’URANIUM de nos centrales nucléaires... c’est grâce à cet uranium que le monde « virituel des bisounours anar’ de Facebook qui refont le monde », fonctionne, alimenté en électricité... c’est grâce à nos légionnaires impliqués au Mali avec le Patron Le Drian (qui enchaine les mandats, le mec !) que nous pouvons faire joujou a Gilet-Jaune le samedi en s’orgnisant sur interneeet.

              donc, les interventions militaires françaises dans ces pays, c’est pas de l’humanitaire... c’est plutôt la démonstration de ce que je dis... nous sommes bloqués dans ce système.


            • ddacoudre ddacoudre 23 février 21:05

              Bonjour. Un long développement intéressant que ne renierait ni Machiavel ni la Boétie. Si nous trouvons sous toutes les latitudes de tels comportements de la par des dominants, c’est que les premiers concernés laissent les chaises vides, la ou la démocratie et la lutte sociale a donné le droit d’association pour occuper le pouvoir. Or d’études réalisées par le CVIPOF il ressort que la majorité des citoyens recherchent un spécialiste pour tenir le pouvoir ( c’est la figure de l’être salvateur) comme d’autres recherchent un père. Sauf qu’en plus de la fracture sociale il y a une fracture politique et une fracture intellectuelle. La plus grave étant cette dernier car elle ouvre la porte à la dictature. ddacoudre.over-blog.


              • Breton8329 Breton8329 23 février 21:28

                @ddacoudre une majorité de citoyens aimerait que les politiciens et la fonction publique s’occupent de défendre leurs intérêts pendant qu’ils assurent la production de valeur ajoutée. Mais chacun peut voir que l’intérêt général n’est pas la préoccupation de ceux qui sont portés au pouvoir et que leur corruption par des intérêts particuliers est telle qu’ils sont parfaitement incapables, pour une grande partie d’entre eux, de porter les intérêts des français. Il est d’ailleurs permis de s’interroger sur l’indépendance d’un président qui a gagné des millions et qui n’a rien déclaré au FISC, dès lors que quelqu’un sait où sont passés ces millions. N’est on pas en présence d’un Cahuzac puissance 10 ? Et que font les services sensés protéger la nation contre les ingérences de puissances étrangères, qu’elles soient privées ou étatiques ?


              • Arogavox 23 février 21:26

                 Il faudra que celles et ceux qui dans leur « communication » confondent les mots « anarchie » et « démocratie » aient la correction de préciser auparavant quelle est leur interprétation personnelle de chacun de ces deux mots.

                  

                 Pour ma part, je suis convaincu que l’origine du consensus qui a pu s’établir pour la compréhension collective de chaque mot est, comme par hasard, à chercher dans l’étymologie.


                • Arogavox 23 février 21:39

                   L’auteur de cet article, quant à lui, a été clair et concis : « La démocratie est la loi du nombre ».

                   Dès lors ceux qui prétendent ici pouvoir assimiler « démocratie » à « anarchie » laissent entendre que selon leur interprétation : l’anarchie serait la loi du nombre.

                    Définitivement incompatible avec l’étymologie  : r « absence de principe », « absence de règle », « absence de chef », « absence d’autorité » ou « absence de gouvernement » !

                    


                • Attilax Attilax 24 février 01:06

                  @Arogavox

                  Oui et non.
                  Il y a beaucoup d’approches différentes de l’anarchie et de la démocratie. Mais si on entend par anarchie « pas de chefs » et par démocratie « démocratie directe », alors on a avec cette démocratie une forme applicable de cette anarchie.

                  Il y a clairement des passerelles entre les deux, en tous cas.


                • Arogavox 24 février 10:10

                  @Attilax
                   En tous cas, vu le consensus courant sur la signification de ces deux mots, lorsqu’on s’adresse à un auditoire public, non intimement connu, il est alors indispensable de préciser, comme vous venez de le faire, la signification très particulière que l’on attribue à chacun des mots polysémiques. 
                   Sans quoi l’effet rhétorique est retors.


                • gaijin gaijin 24 février 10:13

                  @Arogavox
                  bien sur ne demandez surtout pas aux anarchistes comment ils définissent le mot ....demandez le a ceux qui de tous bords combattent l’anarchie ..
                  et continuez a dormir en oubliant que les anarchistes furent en première ligne des combats pour les droits sociaux ..........


                • Arogavox 24 février 20:56

                  @gaijin
                  je sais bien que des ’anarchistes’ commettent eux (ou elles) aussi la bourde de vouloir confondre les deux mots ’anarchie’ et ’démocratie’.
                   Avant même de vouloir le moins du monde se faire une quelconque opinion sur leurs convictions ou actions, il reste quelques questions triviales qui posent alors problème :
                    pourquoi ces deux mots si différents dans le dictionnaire (accessible à tous, anarchistes ou pas) si jamais ils étaient vraiment interchangeables ?
                    et alors, pourquoi des gens qui se veulent ’anarchistes’ préféreraient-ils, quand cela leur chante, utiliser le mot ’démocratie’ à la place du mot ’anarchie’ ?
                     
                   Avez-vous, de votre côté, fait l’effort de comprendre pourquoi j’ai parlé de polysémie ? ...


                • gaijin gaijin 25 février 09:06

                  @Arogavox
                  confondre ? certains confondent surement
                  mais on peut être anarchiste et se battre pour la démocratie comme un moindre mal .....
                  anarchie et démocratie ( réelle ) ont en commun d’exiger des individus informés et conscients des conséquences de leurs actes


                • Arogavox 25 février 11:03

                  @gaijin
                  « Trouver une forme d’association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun s’unissant à tous n’obéisse pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant.  » Tel est le problème fondamental dont le contrat social donne la solution.

                  La nuance est sans doute dans le « chacun s’unissant à tous ».


                • maQiavel maQiavel 23 février 22:13

                  Pas mal , pas mal … 


                  • rhea 1481971 23 février 22:45

                    @maQiavel

                    • Connaissez la théorie du choc psychique,ou, provoquer un
                    • événement pour manipuler l’opinion. Le schéma est le tir
                    • d’un missile par un avion et l’on assimile les réactions de
                    • la population aux déformations dans l’aile de l’avion.


                  • maQiavel maQiavel 24 février 14:54

                    @rhea 1481971
                    Vous êtes fort vous … 


                  • Xenozoid Xenozoid 23 février 23:04

                    ni de confondre le pouvoir avec ses marionnettes.

                    ponthus bloody ponthus


                    • Kapimo Kapimo 24 février 03:13

                      Excellent article.

                      Dans la série division du haut de l’affiche créée par les zélites :

                      Zemmour, Finkelkraut et le RN/LR (liste non exhaustive) cherchent à monter les français de souche dont les juifs contre les immigrés, en se présentant comme les défenseurs de la France éternelle tout en présentant de plus en plus ouvertement Israel comme un exemple.

                      La gauche pseudo humanitaire (BHL, PS), pseudo-anticolonialiste (EELV, PC), parfois« antisioniste » (UJFP) soutient l’immigration et pousse les immigrés à détester les français de souche

                      Derrière les deux, il y a l’oligarchie aux intérets transnationaux traversée par divers courants, dont le sionisme est très probablement de loin le plus important, et qui souhaite maintenir une certaine détestation entre les Musulmans et les français de souche afin de détourner l’attention des problèmes sociaux-economiques et du problème posé par leur emprise sur la Nation, voire qui souhaite déclencher un conflit controlé entre les deux si cela s’avère pouvoir servir leurs intérets. 


                      • zygzornifle zygzornifle 24 février 08:34

                        La démocratie est une vue de l’esprit , la réalité s’appelle dictature a la Française , pas trop mais un peu beaucoup quand même et on fait passer les mesures comme bonnes pour la sécurité et la bienséance du mougeon , la belle affaire on condamne a tout va , on peut crever des yeux et arracher des membres en toute impunité mais on ne peut plus utiliser certains mots sous peine de déchainement médiatique et de condamnation ....


                        • Breton8329 Breton8329 24 février 08:43

                          Un bel exemple de fusible, en cours d’utilisation. L’élite se délecte dans ce type d’exercice. Le type doit commencer à transpirer....

                          Libération : Violences policières : non, les forces de l’ordre n’ont pas seulement répondu à des agressions, comme le dit le gouvernement.

                          https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/23/violences-policieres-non-les-forces-de-l-ordre-n-ont-pas-seulement-repondu-a-des-agressions-comme-le_1710099


                          • JPCiron JPCiron 24 février 10:15

                            Oui, un très bon article.

                            Un discours calme et structuré, qui sonne à l’oreille comme un salutaire « coup de gueule ».

                            .

                            l’action des médias qui remplissent parfaitement leur tâche de segmentation de la société>

                            C’est tellement triste et révoltant ! Il n’y a plus guère d’analyses de fond contradictoires (comme sur la BBC d’autrefois).

                            Et, en ne faisant plus confiance aux Médias, on se rue sur internet, où d’autres se chargent de finir le travail..


                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 février 10:27

                              A l’auteur.

                              Excellente analyse à laquelle je souscris pleinement.

                              Vous écrivez :

                              "En conclusion, il convient de ne pas se tromper d’ennemi, ni de confondre le pouvoir avec ses marionnettes. Celles-là sont sur une voie à sens unique, sans retour possible, et il est donc parfaitement vain de vouloir traiter avec elles. Il est également vain d’imaginer impressionner l’élite en menaçant ses représentants, qui ne sont jamais que des fusibles« .

                              Les marionnettes ne sont rien : on leur coupera les fils qui les animent. Quant aux montreurs de marionnettes, cachés en coulisse, leurs jours sont comptés.La »masse critique" finira par être atteinte.Quinze semaines de mobilisation sociale, voilà bien quelque chose que la société n’avait jamais expérimenté.Les forces de l’ordre sont épuisées et inquiètes de voir que la situation dérape sans perspective de rémission intelligente.Quant à l’exécutif, courroucé de voir que le Sénat vient de lui taper sur le bec et les doigts, le voilà prêt à tenter d’échapper aux poursuites qu’une justice pour le moment compréhensive sinon complice, finira par lancer lorsqu’elle aura compris que le vent est en train de tourner.

                              On lira à ce propos avec intérêt l’étude d’Alain Bancaud qui, dans Une exception ordinaire. La magistrature en France (1930-1950), paru chez Gallimard (Paris) en 2002, a su saisir à la fois la spécificité de la période et les caractéristiques de la magistrature. Certes, le sujet du régime de Vichy y est privilégié, mais il est toujours envisagé à l’aune du legs républicain et de l’héritage qu’il laisse à la IVe République et ajouterais-je à la Ve République. L’inscription dans la durée sociologique met ainsi de côté le jugement moral sur la « trahison des juges » qui ont tous, sauf Paul Didier, prêté serment au maréchal Pétain, servi l’État français, jugé et condamné des résistants, pour ensuite, à la Libération, juger les collaborateurs dans le cadre de l’épuration. Pour autant, ne traiter que des « années noires » ne conduit pas toujours à délaisser les continuités et les permanences et à ne voir dans l’action de la magistrature sous Vichy qu’une parenthèse, comme l’a montré une autre étude remarquable, Le Conseil d’État et Vichy : le contentieux de l’antisémitisme, de Philippe Fabre (Publications de la Sorbonne, Paris, 2002).

                              L’approche retenue consiste donc à s’attacher à la tradition étatique et à la culture professionnelle des magistrats, perçus et représentés comme des serviteurs de l’État.Rien n’a changé. Lisez ce qu’écrit avec talent Régis de Castelnau.https://www.causeur.fr/author/castelnau

                              Cordialement,

                              Renaud Bouchard


                              • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 24 février 10:46

                                Réa-liste mais parfois un peu typé.

                                Il n’ y a pas que les élites...

                                « La démocratie » est devenue une expression facile, fourre-tout, franchouillarde.

                                Exemple Macron qui parle de démocratie et qui agit verticalement (comme un dictateur), pire encore il s’adresse à des maires lors d’un débat en employant à leur endroit l’expression « les enfants ».  

                                Lors d’une conférence sur un sujet lunaire. Certaines personnes se sont permis quelques initiatives verbales laissant remonter une mentalité très méprisantes envers le citoyen lambda...

                                Il y a bien en France un socle de gens, pas suffisamment courageux pour aller directement interpeler les « ôtres » mais suffisamment profiteur de l’opportunité Macronienne pour bousiller la vie des « ôtres »...

                                Contrairement aux propos de Macron il n’y a pas de parallèle avec les années 30 mais une résurgence des comportements d’une certaine France des années d’occupation 40-44, profiteuse du marché-noir, délatrice, prête à soutenir toutes les déportations possible, cela concernerait tout le monde sans distinction. 

                                   


                                • Breton8329 Breton8329 25 février 07:05

                                  @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                                  Pas évident de faire dans la nuance en si peu de mots. Un article de qualité universitaire sur ce sujet mériterait, au bas mot, une centaine de pages.
                                  S’agissant de la résurgence des années 40-44, je vous rejoins et j’irai même au delà, cette France qui a fait de bonnes affaires avec les allemands, est également celle qui s’est faite forcer la main par les « salopards à casquette » en 1936 ; c’est cette France qui a du accepter les mesures du CNR pour faire oublier sa collaboration massive, c’est cette France qui revient en force maintenant que le spectre du communisme s’est éloigné. Cette France est avant tout « petainiste », mais elle ne commet pas les mêmes erreurs : elle n’a retenu que travail dans la devise « travail, famille, patrie », car les deux autres consolident l’Etat alors qu’ils veulent s’en affranchir. En réalité, je crois que la politique de Macron est, par bien des aspects, pétainiste.


                                • JL JL 24 février 11:15

                                  Bon article, on pourrait en dire bien des choses.

                                   

                                  Sur la division :

                                   

                                  ’Ainsi, face à un même problème, celui de la baisse du prix des logements dans une cité, l’extrême droite dira que c’est la faute des immigrés dans le quartier, la droite dira que c’est la faute de la réduction par la gauche des effectifs policiers, la gauche dira que c’est la faute du refus de la droite d’investir dans les quartiers, les écologistes diront que c’est la faute du remplacement des espaces verts par des immeubles, etc., comme s’il ne devait exister qu’une seule cause à un problème complexe’’

                                   

                                  Les médias sont aux mains des intérêts économiques les plus puissants. Ceci explique cela.

                                   

                                  La politique c’est l’art de l’action comme la science c’est celui du savoir ; l’économie est quelque part entre les deux : la démocratie libérale est le système dont il est question ici.

                                   

                                   

                                  Sur la perfidie  :

                                   

                                  « Inspirer des passions tristes est nécessaire à l’exercice du pouvoir », (Gilles Deleuze)

                                  « La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif ». (Orwell)

                                  _ « Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables. » (Raoul Vaneigem)

                                   

                                   

                                  Sur la répression :

                                  l’État est dépositaire du Monopole de la violence (Max Weber)

                                  « Plus un ordre viole la nature, l’habitude et la norme, et plus l’usage de la violence lui est indispensable. » (Lanza Del Vasto)

                                  — « L’histoire nous a inlassablement appris que le pouvoir n’a jamais rien cédé et ne cèdera jamais rien si ce n’est par la force. » (Normand Baillargeon)


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 février 11:57

                                    Excellent article. Instruire le peuple. Apprenons leur aussi à penser par eux-même.


                                    • Ecométa Ecométa 24 février 12:03

                                      De la causalité… étape du raisonnement entièrement oubliée par un total manque d’intégrité intellectuelle de nos « Elites ploutocratiques » » et même avec une mauvaise foi, sans aucune vergogne, donc totalement assumée ! Et que dire de l’introspection refusée par le scientisme qui nous dirige. En effet, nous sommes en plein scientisme positiviste, véritable imposture intellectuelle du « comment sans le pourquoi » ! Vérité scientifique, « vérité pure » oblige, il n’y aurait plus causes que des conséquences sur lesquelles il nous suffit d’agir… c’est la raison pour laquelle nous ne faisons qu’ajouter de conséquences à de conséquences et forcément des problèmes à des problèmes ! En fait nous ne résolvons rien de manière satisfaisante !

                                      Certes, la perfection n’existe pas…elle serait d’ailleurs le signe de la fin ! En effet, dans l’Univers, « quantique », aussi complexe, totalement paradoxal ; mais aussi dans un monde humain tout aussi complexe et donc paradoxal, « quantique » en quelque sorte, avec autant d’interactions et d’interdépendances complexes et dynamique, d’une nécessaire complémentarité ; cette perfection de l’élément « constituant », au sein de l’élément « constitué », serait : le signe de la fin ! En fait s’il y avait eu perfection il n’y aurait même pas eu de début. Une supposition ! C’est peut-être de là qu’est parti le Big-bang, d’une chose parfaite, unique, se regardant le nombril, qui, fatiguée de cela, de ce narcissisme, a explosé en vol ! Corpusculaire et ondulatoire pour le quantique ; individuel et sociétale pour l’humain : il y a quelque chose de quantique chez l’humain : non ?
                                      La perfection n’existe pas, mais à ce point de difficultés en tout genre, démocratiques et républicaines, sociétales en somme, aussi environnementales ; nous avons forcément un problème, un problème de logique, un problème de raison, de raison raisonnable, de « logiciel » : de paradigme ! N’aurions-nous, malgré notre pléthore de savoirs, alors que nous mesurons parfaitement la complexité de l’univers : rien compris de la complexité de ce monde des humains ? Mais peut-être ne voulons nous ne rien comprendre !

                                      Une question cruciale se pose en matière d’humanité : savoir pour quoi faire ? Pour réellement bien comprendre, bien agencer en tout « entendement », en bonne intelligence, ou pour mieux diviser, mieux manipuler, mieux opposer tout ce qui devrait collaborer, participer, s’entretenir ? La réponse est évidente : pour mieux tout manipuler !

                                      Dès le départ la division, la division pour régner et mieux manipuler ; elle est là, dans un enseignement scientifique atomiste et dichotomique à l’impossible (individualisme méthodologique), dans une rationalité portée au rationalisme qui participe de la réification de l’humain ; de l’humanité à l’humanisme, un humanisme rationaliste à l’impossible, puis dans la continuité du scientisme et du technoscientisme, au « transhumanisme » la nouvelle exploitation : la fin du principe d’humanité !

                                      Pourtant tout est là, en termes de savoir, pour que tout, non pas à la perfection, mais au mieux, à quelque chose de nettement meilleur, soutenable et non insoutenable et intenable comme actuellement ! C’est une question de « valeur d’usage » qui relèverait de l’Ontologie humaine, d’une Déontologie de même nature, logique ne somme, aussi de l’Éthique et de l’Altérité !

                                      « Bretonnement » votre


                                      • Breton8329 Breton8329 24 février 21:05

                                        @Ecométa j’ajouterai que la méthode analytique, qui consiste à découper les problèmes en problèmes élémentaires, en postulant que la somme des solutions est la solution de la somme, empêche de résoudre même les problèmes les plus simples, mais que cette méthode est celle qu’emploie massivement les hommes politiques, ce qui les amène à résoudre les problèmes qu’ils ont eux même créé, du fait des interactions entres leurs solutions, dans une course en avant qui génère des problèmes toujours plus complexes. Le premier problème qu’il faudra bien traiter est celui de la monnaie et de son sens, du pourquoi, plutôt que du comment. Je sens qu’on s’en rapproche.


                                      • Ecométa Ecométa 25 février 10:47

                                        @Breton8329
                                        La monnaie, tout bonnement l’argent, simple moyen pratique d’échange en économie, ne devrait jamais être un problème mais toujours une solution ... mais nous en faisons un problème ! Pourquoi ? Tout simplement la « SPÉCULATION » !

                                        Il y a tout simplement que l’agent, la monnaie, les monnaies sont devenues, avec la mondialisation, une marchandise comme une autre ! Que nous « spéculons » sur tout, sur toutes les marchandises... leur prix, et même en tremes d’assurance sur ces mêmes marchandises, et que nous faisons de-même sur les différentes monnaies : avec l’argent !

                                        Concernant la monnaie, l’argent, notre argent, il n’est pas normal, sauf à fausser tout le jeu économique, celui national, comme celui international ; il n’est pas normal, pas sain, même totalement malsain, qu’une monnaie nationale soit en même temps une monnaie d’échanges internationaux ! Il conviendrait de revenir à la proposition faite à Bretton Woods par Keynes avec le « bancor », cette monnaie de compensation internationale qui réduirait à néant toute spéculation monétaires !

                                        Il faut aussi dire, et expliquer, qu’il n’y a pas d’économie mondiale, au sens complexe du terme « ÉCONOMIE » ; qu’il n’y a là, qu’’une simple lubie d’affairistes en tout genre ! Il n’y a d’économie que nationalement parlant, ceci, sans tomber dans un nationalisme crasse, en restant ouvert aux échanges internationaux !

                                        Précisément, ce qui existe au plan mondial, c’est simplement un simple système d’échanges pour favoriser l’écoulement des surplus de production, ou pour trouver le moyen de satisfaire des manques ! Ce système est « connexe », et ne peut qu’être complémentaires des économies nationales et non principal comme nous le faisons actuellement !

                                        Il est évident que pour les affairistes de tout bord l’économie nationale doit être au service de l’international et qu’elle est totalement tributaire de celle-ci ; alors que pour tout citoyen lambda, tout agent économique lambda, de base, l’économie doit être principalement nationale, concerner le plus grand nombre, ceci, sans tomber dans un nationalisme pur et dur ! Pour autant, l’économie nationale, d’essence sociétale, doit bénéficier d’une protection forcément nationale pour éviter toute permissivité !

                                        Malgré tout notre savoir (?), il y a une grandes misères intellectuelles de cette époque moderne au modernisme poaroxysme de modernité et plus simple modernité ; il ya même un total manque d’intégrité intellectuelle, voire une évidente aliénation mentale à un « savoir positivo scientiste » incomplet, incertain, impossible ! Il est fait référence, ici, aux « aquits intellectulkels du XX è siècle », essentiel en treme de savoir et aussi d’action, dont tout le mode se moque éperdument, comme du « principe cognitif » de Pascal qui nous ex)plique que tout est lié ! Il suffit de faire une reherce avec ces deux thèmes sur intrenet : un vide sidéral !

                                        Déjà à son époque Platon s’interrogeait de savoir quelles raisons faisaient qu’un État, qu’une civilisation, se délite, sombre dans l’esclavage (au sens de l’aliénation) et disparaît. Mêlant l’expérience et la démonstration, il concluait qu’aucune communauté ne cède si elle n’a à l’intérieur d’elle-même les « germes » de sa propre destruction. Ainsi, si Athènes s’est perdue, tout comme Rome d’ailleurs, ce n’est pas sous les coups de leurs ennemis, mais que leur régime, basé sur le « népotisme » et l’ « individualisme » paroxysme d’individualité et plus de l’individualité ; que tout ceci impliquait la dégénérescence, comme celle de toute cité livrée à la cupidité morbide ; comme cette époque aliénée au capital par le capitalisme : usage paroxysmique du capital ; et que dire du financiarisme !

                                        Ce n’est pas une « démocratie » que nous vivons mais une « ploutocratie » ! 


                                      • lloreen 24 février 12:38

                                        Le problème de « l’ élite » se nomme l’humanité.

                                        Pour comprendre le noeud du problème, millénaire, et y trouver une solution, je vous invite à visionner cette vidéo qui l’expose parfaitement.

                                        https://www.youtube.com/watch?v=KzaRTEl0aS4


                                        • KArtPostAll KArtPostAll 24 février 14:36

                                          Ne dites pas élites !

                                          Dites "clergé de prélats républicains qui manie la dîme et la corvée pour soumettre les enfants de Dame Nation, se gavant ainsi de leur sueur !

                                          Leur pouvoir verticale illégitime, car entre les mains de minorités, refuse obstinément toute tentative d’intrusion d’un pouvoir horizontale !

                                          Pour ce faire, ils tentent de manipuler l’opinion publique en vain, dans des machinations aussi ridicules qu’obsolètes tellement leurs ficelles sont éculées !

                                          Ils vont avoir le retour de bâton avec le beau temps qui va grossir les rangs de la légion des gaulois en colère !

                                          Ni nazis, ni islamo-gauchistes, seulement gaulois en colère !


                                          • hdelafonte 24 février 17:26

                                            @l’auteur

                                            La France est une démocratie, Macron a été élu. Ce que vous contestez, c’est l’exercice de cette démocratie.

                                            Vous faites selon moi la même erreur que les gilet jaune, et cette erreur conduit à renforcer le système actuel. Attendons les prochaines élections, je vous parie que Macron sortira gagnant, et si les choses continuent ainsi, il y a fort à parier qu’il sera élu une deuxième fois encore plus facilement que la première.

                                            La raison ? Tout simplement que votre système de pensée est Jacobin au sens de Robespierre , c’est-à-dire qu’au nom du peuple vous voulez instaurer une dictature « salutaire ». Vous êtes rejoins en cela par de nombreux aigris sur agora vox, mais le peuple ne vous suivra jamais dans les urnes, Il se trouvera toujours une majorité pour voter en faveur d’une stabilité conservatrice. On sait ce que l’on perd, jamais ce que l’on gagne…

                                            Les gens comme moi, vous les appelez les Mougeons. ou encore ceux qui veautent.

                                            La spécificité française, c’est que vous êtes suffisamment nombreux, à l’extrême gauche comme l’extrême droite, pour créer les conditions d’un Macron, qui se fait élire confortablement en se contentant d’être en repoussoir de vos idéologies.


                                            • mac 24 février 20:16

                                              @hdelafonte
                                              La France est une démocratie, on est le pays des droits de l’homme, nous avons le meilleurs système social du monde..tous ces poncifs discutables émanent généralement de personnes vivent bien avec ce système et qui ne veulent surtout pas que les choses changent. Genre des hauts fonctionnaires ou des retraités jouissant de pensions confortables qui n’ont pas eu beaucoup de trous d’air pendant leur carrière parce qu’elle s’est déroulée dans une période propice et qu’ils se sont arrêté à 60 ans en ne se demandant pas trop à quel age leurs enfants allaient pouvoir s’arrêter.
                                              Macron a été élu, certes mais avec l’adhésion au premier tour d’une toute petite minorité de personnes en age de voter. Cette personne était quasiment inconnue 3 ans avant sont élection et n’a, je pense, jamais été élu auparavant à un mandat local. Si un tel conte de fée ne vous interpelle pas plus que ça tant mieux pour vous mais pour beaucoup c’est du jamais vu et en dit long sur le pouvoir que se sont donné cette poignée de milliardaires qui ont acquis les médias et qui n’ont pas manqué de médiatiser le candidat Macron, presque de façon subliminale, pendant les moins qui on précédé son élection. Vous pensez être démocratie, d’autres pensent plutôt que nous sommes dans une « médiacratie ».
                                              Vous pensez que votre poulain va redresser (on se demande bien comment ?) la France et sera réélu, d’autres pensent que ce n’est pas en la vendant par appartements aux financiers, en n’insufflant aucun projet industriel et en continuant à boucler des budgets toujours plus déficitaires que l’on arrivera à quelque chose. Thatcher c’était à la mode dans les années 80 mais c’est un peu démodé à l’heure actuelle...


                                            • Breton8329 Breton8329 24 février 21:14

                                              @hdelafonte
                                              1/ Je ne suis pas aigri, j’observe et je dois dire que je me régale.
                                              2/ Ce texte ne traite de Macron que de façon marginale, en tant qu’exemple. De toute façon, lui ou un autre, là n’est pas le problème. A ce titre, vous pouvez relire utilement ma conclusion.
                                              3/ Enfin, s’agissant de mon système de pensée, je n’émets aucune recommandation quant au type de gouvernement ; mon ambition se limite à dévoiler les ficelles éculée qu’emploie une pseudo « élite » aux abois pour conserver le pouvoir le plus longtemps possible, quitte à affaiblir leurs principaux adversaires, sans comprendre que l’affaiblissement de l’Etat qui les protège, dans un monde dangereux, revient à s’affaiblir eux même ; un peu comme un Tchuruk qui avait eu l’idée d’une entreprise sans usine, ces élites tentent de créer l’Etat sans nation. La seule chose que je regrette, c’est qu’ils tentent l’expérience avec mon pays.


                                            • hdelafonte 24 février 23:31

                                              @Breton8329

                                              L’elIte est sélectionnée par concours, vous voulez les supprimer ?

                                              Vous croyez que c’est ce critère qui définit l’integrite ? Observez que les gilets jaunes se méfie ent comme de la peste d’un porte parole, qui les trahirait.

                                              Ça n’a rien à voir avec les élites mais avec les règles de distribution de l’argent publique c. Celles-ci, en France , autorisent de nombreuses dérives...


                                            • Breton8329 Breton8329 24 février 23:46

                                              @hdelafonte
                                              vous confondez « élite » et « fusible ».


                                            • Kapimo Kapimo 25 février 06:20

                                              @hdelafonte

                                              Vous avez très certainement raison de penser que le Macronisme va gagner les prochaines élections, le Macronisme controlant tous les médias, les instituts de sondage et accessoirement l’état (Police, Justice, Renseignement etc...), meme en admettant que les décomptes de voix sont sincères (ce dont je commence à douter de plus en plus). L’histoire vous donne raison, le Pétainisme ayant bien montré qu’en l’absence d’alternative indolore, les français se rangent dans leur grande majorité derrière le pouvoir en place, meme en l’absence de perspective et meme au prix du déshonneur.

                                              Cependant, il s’agit de courte vue, dans la mesure ou le pouvoir en place oeuvre clairement pour la dissolution de la Nation et l’appauvrissement généralisé : les « perdants » de la mondialisation deviendront l’écrasante majorité.
                                              http://lesakerfrancophone.fr/attali-et-sa-surclasse-contre-les-francais

                                              Cela ne pourra aboutir qu’à la dictature, et vu les moyens de surveillance et répression dont dispose désormais l’état, il sera trop tard pour réagir.


                                            • Kapimo Kapimo 25 février 06:49

                                              @Breton8329

                                              Oui, et quand l’élite apprend au fusible quelle est sa fonction, ça donne ça :
                                              https://www.youtube.com/watch?v=4zmtnTe-PHw


                                            • Breton8329 Breton8329 25 février 07:11

                                              @Kapimo S’agissant du décompte des voix, je partage vos doutes. Pourquoi devrait on faire confiance à un ministre de l’intérieur, qui minore systématiquement le décompte de blessés parmi les gilets jaunes et de participants aux manifestations ? Chacun peut voir, sans ambiguïté possible, qu’il y a là un réel problème qui est de nature à remette en cause la confiance et donc la légitimité. Et je ne parle même pas des instituts de sondage, qui appartiennent à la même catégorie sociale que la presse, et qui varie d’une façon totalement incohérente, avec retour en arrière lorsqu’ils vont tellement vite qu’ils se contredisent les uns les autres... Tout cela n’est pas très sérieux et tout cela contribue à la déliquescence de la confiance dans les institutions, ce qui in fine, pourrait très bien convenir au projet de Macron.


                                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 25 février 13:25

                                              @Kapimo

                                              Excellente vidéo, effectivement.

                                              « Oui, et quand l’élite apprend au fusible quelle est sa fonction, ça donne ça » :
                                              https://www.youtube.com/watch?v=4zmtnTe-PHw

                                              Il est incroyable que ce « dîner du Crif », véritable « tribunal dînatoire », qualification attribuée à A. Finkielkraut, constitue la cérémonie d’allégeance annuelle à laquelle chaque « président » de la République décide de se soumettre.

                                              Imagine-t-on la même cérémonie de capture du chef de l’État, amplement filmée, la main de M. Macron tenue d’une main plus que ferme par un dignitaire ou une personnalité musulmane au sein d’un dîner offert (au hasard) par l’association que constitue le Conseil français du culte musulman ?

                                              Sources :

                                              https://fr.sputniknews.com/international/201803091035432962-france-macron-crif-juifs/
                                              « Tribunal dînatoire où les membres du gouvernement français comparaissent devant un procureur communautaire » ou simple tribune offerte aux pouvoirs publics et plus particulièrement au Président de la République ? Alain Finkielkraut avait mis les pieds dans le plat en 2005.

                                              http://www.panamza.com/070316-crif/
                                              https://www.marianne.net/societe/francis-kalifat-president-et-meilleur-ennemi-du-crif


                                            • JL JL 25 février 13:33

                                              @Renaud Bouchard
                                               
                                               merci pour ces vidéos.
                                               
                                               Vous avez omis de donnez le titre de la première, il en vaut a peine :

                                              La MARIONNETTE MACRON au CRIF : Une image vaut mille mots #MalaiseTV #Président

                                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 25 février 13:42

                                              @Breton8329
                                              Observation plus que sensée

                                              "S’agissant de mon système de pensée, je n’émets aucune recommandation quant au type de gouvernement ; mon ambition se limite à dévoiler les ficelles éculée qu’emploie une pseudo « élite » aux abois pour conserver le pouvoir le plus longtemps possible, quitte à affaiblir leurs principaux adversaires, sans comprendre que l’affaiblissement de l’État qui les protège, dans un monde dangereux, revient à s’affaiblir eux même ; un peu comme un Tchuruk qui avait eu l’idée d’une entreprise sans usine, ces élites tentent de créer l’État sans nation. La seule chose que je regrette, c’est qu’ils tentent l’expérience avec mon pays."

                                              Effectivement. A ceci près que ledit pays a encore de la ressource et pourrait bien, dans le désordre qui l’anime, dérégler une mécanique supposée être de précision qui réagit de manière inconsidérée face à un mouvement dont les prémisses étaient clairement identifiés durant l’été 2018.

                                              Texte intéressant ci-après :

                                              https://www.actionresilience.fr/fr/gilets-jaunes-repenser-la-prevention-de-la-violence-politique/

                                              Renaud Bouchard


                                            • Claudec Claudec 24 février 18:29

                                              Autrement dit, l’élite étant par définition « Ce qu’il y a de meilleur dans un ensemble composé d’êtres ou de choses ; produit d’une élection qui, d’un ensemble d’êtres ou de choses, ne retient que les meilleurs sujets » cf. TLF, elle devrait se soumettre à son contraire ?

                                              La pyramide sociale inversée ?

                                              https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=155881


                                              • QAmonBra QAmonBra 24 février 23:15

                                                Excellent article qu’on ne lira jamais, et pour cause, dans un de leur me(r)dia, il n’empêche que LEUR ré(i)p(o)ublique et LEUR prétendue démocratie, dite « représentative », c’est à dire sans le Peuple ! A mangé son pain blanc. . .


                                                • Claudec Claudec 25 février 08:03

                                                  @QAmonBra

                                                  Nous sommes TOUS dans le même bateau. Ce n’est pas LEUR mais NOTRE.
                                                  Et si cet article est promis à ne pas être lu par TOUS (ON), c’est parce que nous refusons de concevoir que nous sommes TOUS interdépendants, dans une pyramide sociale où chacun est le pauvre ou le riche d’un autre.

                                                  C’est pour ne pas le comprendre, que nous allons, ENSEMBLE, TOUS dans le mur.

                                                  https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com/


                                                • QAmonBra QAmonBra 25 février 13:15

                                                  @Claudec

                                                  Nous allons tous ensemble dans le mur parce que, pour mille raisons, nous les avons laissé générations après générations et pendant trop longtemps nous « représenter », au point qu’ils se considèrent supérieurs au Peuple. d’où leur morgue à tous niveaux !
                                                  Pourtant ce n’est pas faute d’avoir été prévenus dés l’origine de NOTRE République :

                                                  « La source de tous nos maux, c’est l’indépendance absolue où les représentants se sont mis eux-mêmes à l’écart de la nation sans l’avoir consultée.
                                                  Ils ont reconnu la souveraineté de la nation, et ils l’ont anéantie.
                                                  Ils n’étaient de leur aveu même que les mandataires du peuple, et ils se sont faits souverains, c’est-à-dire despotes, car le despotisme n’est autre chose que l’usurpation du pouvoir souverain.
                                                  Quels que soient les noms des fonctionnaires publics et les formes extérieures du gouvernement, dans tout État où le souverain ne conserve aucun moyen de réprimer l’abus que ses délégués font de sa puissance et d’arrêter leurs attentats contre la constitution de l’État, la nation est esclave, puisqu’elle est abandonnée absolument à la merci de ceux qui exercent l’autorité.
                                                  Et comme il est dans la nature des choses que les hommes préfèrent leur intérêt personnel à l’intérêt public lorsqu’ils peuvent le faire impunément, il s’ensuit que le peuple est opprimé toutes les fois que ses mandataires sont absolument indépendants de lui.
                                                  Si la nation n’a point encore recueilli les fruits de la révolution, si des intrigants ont remplacé d’autres intrigants, si une tyrannie légale semble avoir succédé à l’ancien despotisme, n’en cherchez point ailleurs la cause que dans le privilège que se sont arrogés les mandataires du peuple de se jouer impunément des droits de ceux qu’ils ont caressés bassement pendant les élections. »

                                                  Maximilien Marie-Isidore Derobespierre, le 29 juillet 1792.


                                                • Claudec Claudec 25 février 15:20

                                                  @QAmonBra

                                                  Robespierre n’empêcha pas Bonaparte de sortir du chapeau pour devenir Napoléon, jusqu’à ce que ...

                                                  Une révolution chasse la précédente en attendant la suivante, mais la structure incontournablement pyramidale de la société humaine s’impose à nouveau irrémédiablement, avec un pouvoir à son sommet, quels qu’en soient les représentants
                                                  , et le gros des troupes à la base, brandissant toujours les mêmes revendications.

                                                  La pyramide sociale inversée ?

                                                  https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=155881


                                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 février 23:33

                                                  Bonjour,

                                                  .

                                                  ’’Le problème de l’élite, qu’elle soit économique, intellectuelle, culturelle ou autre porte un nom : Démocratie.’’
                                                  .

                                                  La révolution à permit de poser quelques bases philosophique intéressante,
                                                  mais elle as surtout oublié de créer une vraie démocratie.
                                                  Car en 200 ans d’histoire, jamais les pauvres n’ont pris le pouvoir,
                                                  se sont toujours les riches qui ont pris le pouvoir.

                                                  L’élection est un chèque en blanc qu’on laisse sur la base de promesse
                                                  qui n’engage que ceux qui les croient.

                                                  .

                                                  En résume :

                                                  Depuis la révolution française nous vivons en réalité en ploutocratie et pas en démocratie ! Le ’’génie’’ de l’oligarchie est celle d’avoir remplace le mot ploutocratie par le mot démocratie ...


                                                  • JL JL 25 février 09:04

                                                    @eau-du-robinet
                                                     
                                                    Il suffirait de remplacer l’Assemblée nationale par les différents représentants des lobbies pour obtenir une assemblée qui produirait à peu de chose près sinon identiquement, les mêmes votes que produit celle que nous connaissons.
                                                     
                                                    Cette assemblée serait identique au Soviet suprême au temps de l’URSS, sauf que nos Soviets ne représentent pas le peuple mais les différents courants de l’oligo-ploutocratie.

                                                     
                                                    Démocratie libérale est le nom de ce Système que nous connaissons de fait, sous les couleurs de la démocratie par la magie du Suffrage universel.
                                                     
                                                    Le Suffrage universel tel qu’il est instrumentalisé par le Système est en réalité, un suffrage censitaire déguisé, qui ne dit pas son nom. Le cens est payé par les lobbies : nous savons depuis De Gaulle, que tout homme est corruptible. C’est juste une question de tarifs.
                                                     
                                                    La ploutocratie exerce son influence de bien des façons mais la principale est le façonnement des opinions publiques par le biais de ses mass-média :« La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif ». (Orwell)

                                                     

                                                    Soviet :
                                                     Conseil de délégués ouvriers et soldats, lors de la révolution russe de 1917

                                                     Chambre des représentants de la nation (Soviet de l’Union), chambre des républiques fédérées (Soviet des nationalités), formant le parlement de l’URSS (ou Soviet suprême) jusqu’en 1991
                                                     

                                                    Un suffrage censitaire est un mode de suffrage dans lequel le droit de vote est réservé aux citoyens qui acquittent un impôt direct au-delà d’un seuil appelé cens électoral. Le cens d’éligibilité, qui permet à un citoyen d’être éligible, peut être fixé à un seuil différent, plus élevé ..

                                                     

                                                  • Claudec Claudec 25 février 07:37

                                                    La ploutocratie étant un état de société où la richesse est le nerf principal des choses (cf. Renan), et cette richesse n’étant pas seulement d’ordre matériel, il est dans l’ordre de ces choses, qui détermine la condition humaine, que la ploutocratie régisse la vie en société.

                                                    Reste à l’homme à donner à l’intelligence la prépondérance sur la richesse matérielle, ce qui ne peut être du ressort que de l’élite intellectuelle.

                                                    Là est le grand défi que l’homme s’avère incapable d’assumer, tant son instinct le porte à exercer sa force plutôt que sa raison. 


                                                    • Ecométa Ecométa 25 février 13:23

                                                      @Claudec
                                                      « il est dans l’ordre de ces choses, qui détermine la condition humaine, que la ploutocratie régisse la vie en société ».

                                                      L’homme, plus exactement, car il y a aussi les femmes, les « Humains » sont des êtres « sociaux » par nature... et la nature humain est quelque chose qui se joue entre une liberté indispensable mais forcément conditionnelle et des contraintes économique absolument indépassables mais qui n’ont rien à voir avec une richesse sonnante et trébuchante qui se garde jalousement !
                                                       
                                                      Quant à la force que certains veulent exercer, un peu trop, au titre de leur seule liberté, au point de bafouer la liberté des autres, c’est un travers qui doit être combattu et, pour se faire, la « démocratie », une vraie démocratie et non un simulacre, une vraie démocratie basée sur l’intelligence collective, l’entendement, et non sur la malignité de quelques uns, est une des armes ! 

                                                      Actuellement les « élites » ne sont pas la solution mais bel et bien le problème .

                                                      L’Élite est définie comme un groupe minoritaire de personnes ayant, dans une société, une place éminente due à certaines qualités valorisées socialement ; là, force est de constater, en ce qui concerne nos élites, qu’il ne s’agit pas d’ « Élite » au vrai et bon sens du termes qui devaient être exemplaires ! 

                                                      Les élites ont une fâcheuse tendance à vouloir conserver leurs prérogatives ; les ’Elites au lieu de penser « MOI »,ou « JE », devrait penser « NOUS »... voilà le vrai « COGITO » : inintelligence collective !

                                                      On ne refera pas la France par les élites, on la refera par la base.
                                                      Georges Bernanos


                                                    • novo12 25 février 10:08

                                                      Pour contrôler les courois de transmissions il n’y a pas que l’argent. Il y a aussi la compromission. Voir cette série interviews d’un enquéteur américain : https://youtu.be/5kWrBMQoerw


                                                      • Breton8329 Breton8329 25 février 11:51

                                                        Au sujet des moyens de manipulation :


                                                        MICE : 

                                                        • Money, 
                                                        • Ideology, 
                                                        • Compromise or Coercion (depending on source),
                                                        • Ego or Extortion (depending on source).

                                                        Source : wikipedia


                                                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 25 février 13:04

                                                          Excellente analyse.

                                                          Les marionnettes ont vocation à voir leurs fils coupés dans un premier temps et leurs animateurs identifiés et capturés dans un deuxième temps.

                                                          La règle est simple : un dirigeant politique, ou supposé tel , ne doit pas éborgner, mutiler, réprimer ses compatriotes et concitoyens au nom d’une violence prétendue légitime alors qu’elle ne devrait être limitée qu’au strictement nécessaire dans le cadre d’un maintien de l’ordre et de la sûreté publics intelligemment compris.

                                                          On lira l’intéressant article de L. Bonelli tout comme les réactions d’auditeurs de Radio France :

                                                          "Il y a quelques années, un haut responsable des forces de maintien de l’ordre insistait, lors d’un entretien, sur le caractère relationnel de la violence. Il nous confiait : «  C’est nous, l’institution, qui fixons le niveau de violence de départ. Plus la nôtre est haute, plus celle des manifestants l’est aussi.  »

                                                          Pareils propos ainsi rapportés doivent désormais faire beaucoup plus que nourrir commentaires ou réflexions.


                                                          Source : https://www.monde-diplomatique.fr/2019/01/BONELLI/59444

                                                          http://mediateur.radiofrance.fr/infos/lettre-2/


                                                          • Claudec Claudec 25 février 15:29

                                                            Et pendant ce temps-là les plus défavorisés, qui s’en plaignent à juste titre, continuent de se reproduire 20 fois comme ceux dont ils se plaignent d’être les victimes. Sur 100 êtres humains qui viennent s’ajouter à la population mondiale (et il s’en ajoute 250 000 chaque jour), 86 vont gonfler les rangs des pauvres.

                                                            Seule solution viable et durable  : Favoriser la stabilisation puis la réduction de la population humaine pour les générations futures par la dénatalité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès