• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le prolo à la sauce financière : la recette Marmiton

Le prolo à la sauce financière : la recette Marmiton

Prenez trois titres, récoltés dans le Jardin des saveurs des Échos d'hier 20, et aujourd'hui 21 avril 2015. Un conseil sur les vins en premier.

2015 sera un bon cru pour les actionnaires 

La Finance n'est pas notre adversaire, mais notre chance 

Les grands groupes devraient mieux rémunérer leurs actionnaires… à défaut de lancer de grands projets d’investissement.

Nous connaissons les ingrédients, passons maintenant à l'exécution de la recette, qui est assez simple. Attention cependant aux passages notés en caractères gras : les négliger ôterait beaucoup de saveur à la préparation. Les intertitres en italiques sont de notre fait. 

Il ne faut rien exagérer

 Un peu plus de dividendes, beaucoup plus de rachats d'actions : au total, l'année 2015 s'annonce comme un bon millésime pour les actionnaires d'entreprises françaises. L'annonce, par Airbus d'un programme exceptionnel de rachat d'actions qui portera sur 10 % de son capital, soit 5 milliards d'euros au cours actuel, est un signe qui ne trompe pas.
Beaucoup d'observateurs s'attendent à une hausse significative des rachats d'actions cette année. Les esprits chagrins renâcleront sur cet argent que l'on ne consacre pas aux investissements, donc à l'emploi. Vrai débat. mais pour cette année, il est déjà tranché.

 Aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, la finance a retrouvé le soutien des politiques. Il faut faire de même en France où nous disposons d’entreprises financières d’excellence.

« Mon adversaire, c’est le monde de la finance » : cette déclaration du candidat à la présidence de la République reflétait, en l’exagérant, l’hostilité d’une large partie de l’opinion à l’égard de la finance.

L'industrie financière est une industrie de pointe

Depuis la crise de 2008, cette hostilité n’était pas limitée à la France. Mais, aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, la finance a retrouvé aujourd’hui le soutien de fait, politique et économique, dont elle y a toujours bénéficié. Leurs places financières sortent renforcées de la crise et leurs entreprises ont gagné des parts du marché mondial.

Il est urgent pour la France de traiter aussi son industrie financière comme un atout national et non comme le bouc émissaire de discours électoraux ou comme la vache à lait qu’on taxe pour financer de bonne œuvres politiques. Nos entreprises financières pourraient regagner les places perdues du fait de la crise. Et Paris peut se développer comme place financière internationale, à condition de s’en donner les moyens.
Sinon, la lente érosion de notre position va s’accélérer, au grand dam du financement des PME et des ETI françaises.

(...) mais Paris a deux atouts essentiels : d’une part des grandes entreprises financières, banques, assurances et gestionnaires d’actifs, qui font partie des leaders mondiaux ou au moins européens, d’autre part des grands professionnels, opérateurs de marché, gérants d’actifs, enseignants et chercheurs en finance et en informatique, qui produisent de la recherche et des innovations reconnues mondialement. C’est un atout car la finance est une industrie basée sur la connaissance, comme les industries qui domineront le 21e siècle. Mais aujourd’hui, nous formons des financiers et des informaticiens qui trouvent ensuite de meilleurs débouchés à Londres ou aux Etats-Unis. Quant aux nombreuses startups françaises de la « fintech », elles sont tentées de se vendre à l’étranger.

L’avenir des entreprises financières françaises, de leurs 750 000 salariés et des 300 000 emplois indirects qui en dépendent, va se jouer dans les 5 ans qui viennent. Adversaire ou atout, c’est un choix politique qui doit être fait et déclaré au plus haut niveau de l’Etat. Bien entendu, ce choix est également essentiel pour le financement de l’ensemble de l’économie française.

Une prise de conscience politique a été amorcée en 2014. Le ministre des Finances a mis en place un comité « Paris place financière 2020 », qui doit faire des propositions pour que Paris améliore son classement (qui n’est que 7éme !) parmi les places financières mondiales. Il faut aller plus loin, il faut reconnaître au plus haut niveau que les entreprises financières françaises, les grandes comme les startups, sont d’abord des entreprises qu’on doit « aimer » autant que les autres entreprises. Ce serait un changement d’attitude salutaire pour la France – surtout s’il était suivi d’action.

Enfin, avant de passer à table, une appréciation personnelle  : les millions de chômeurs n'ont plus trop à s'en faire, puisqu'ils peuvent raisonnablement espérer qu'à l'horizon 2020 ils turbineront dans l'industrie financière. À condition toutefois qu'ils comprennent eux aussi la nécessité de la prise de conscience politique qui permet de passer de la sauce hollandaise à la sauce financière.

Sources : Les Échos. fr 20, 21 avril 2015


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Hervé Hum Hervé Hum 22 avril 2015 18:44

    On peut généraliser la blague de Coluche faisant parler un premier ministre d’un pays d’Afrique à son président

    « Monsieur le président, j’ai une excellente nouvelle, cette année on ne manquera de rien »

    Le président de lui répondre « mais c’est une excellente nouvelle, il faut l’annoncer au peuple ! »

    Et le premier ministre de répondre « j’ai dit nous, pas le peuple ! »

    Eh oui, ils ne parlent pas du peuple, mais seulement d’eux même...


    • Dwaabala Dwaabala 22 avril 2015 18:49

      @Hervé Hum
      Parfaitement exact.


    • BA 23 avril 2015 08:38

      Dans l’Union Européenne, il n’y a pas que la Grèce.

      Neuf pays de l’Union Européenne sont en faillite.

      La Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, Chypre, la Belgique, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni sont en faillite.

      Chiffres Eurostat publiés le mardi 21 avril 2015 :

      1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 317,094 milliards d’euros, soit 177,1 % du PIB.

      2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2134,920 milliards d’euros, soit 132,1 % du PIB.

      3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 225,280 milliards d’euros, soit 130,2 % du PIB.

      4- Irlande : dette publique de 203,319 milliards d’euros, soit 109,7 % du PIB.

      5- Chypre : dette publique de 18,819 milliards d’euros, soit 107,5 % du PIB.

      6- Belgique : dette publique de 428,365 milliards d’euros, soit 106,5 % du PIB.

      7- Espagne : dette publique de 1033,857 milliards d’euros, soit 97,7 % du PIB.

      8- France : dette publique de 2037,772 milliards d’euros, soit 95 % du PIB.

      9- Royaume-Uni : dette publique de 1600,862 milliards de livres sterling, soit 89,4 % du PIB.

      http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6796761/2-21042015-AP-FR.pdf/7466add3-3a70-4abb-9009-bc986a5d2c0a

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès