• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le quinquennat macroniste en marche

Le quinquennat macroniste en marche

IL EST TEMPS DE COMMENCER A FAIRE LES COMPTES

LE QUINQUENNAT MACRONISTE EN MARCHE
IL EST TEMPS DE COMMENCER A FAIRE LES COMPTES
Un vol quasiment à vide
Dans la nuit du 5 au 6 décembre, lors d'une escale technique à Tokyo d'un A340 de l'armée de l'air française qui le ramenait avec plusieurs ministres et une soixantaine de personnes de Nouvelle-Calédonie jusqu'en métropole, le Premier ministre et une large partie des passagers ont embarqué dans un autre A340 de luxe aux sièges de première classe, loué par Matignon à une entreprise privée pour 350.000 euros.
Cet avion s'est posé à Paris à 7h30, soit deux heures avant l'autre A340 de l'armée, arrivé quasiment à vide.

Le gaz s’envole
25/12/2017
Les tarifs réglementés du gaz vont augmenter de 6,9 % en moyenne. Cela un peu à cause du prix du gaz lui-même (2,3 %), mais surtout à cause de la taxe contribution climat énergie. Celle-ci pénalise les utilisateurs d'énergies dites fossiles.
Mais que doivent faire ceux qui utilisent le gaz et ne l'ont souvent pas choisi ? Se chauffer à l'électricité ? C'est généralement plus cher !
En fait, cette taxe dite écologique n'est qu'une façon de plus pour l'État de racketter les consommateurs.

Racket, ça carbure

25/12/2017
Le prix des carburants va augmenter le 1er janvier. Il s'agit, en principe, d'aligner la fiscalité du fioul sur les autres carburants.
L'État aurait pu baisser celle de l'essence ou juste augmenter celle du fioul. Il a choisi d'augmenter les deux : un peu l'essence, davantage le fioul.
Comme ça tout le monde est volé.

Pouvoir d’achat : ils se paient notre tête
25/12/2017

Le ministère de l'Économie et des Finances vient de mettre en ligne un simulateur de pouvoir d'achat. À l'en croire, c'est formidable : 60 % des foyers devraient gagner 5,5 milliards de pouvoir d'achat en 2018.
En fait, c'est un conte de Noël... à dormir debout. Et c'est l'Insee, le très officiel institut des statistiques économiques, qui l'affirme et le prouve.
Dans ses calculs, le gouvernement « oublie » que les hausses de taxes qu'il a décidées (tabac, carburants, CSG) s'appliquent dès janvier, alors que de rares baisses de taxes viendront plus tard. En plus, il prend en compte la suppression de l'ISF, qui ne profite qu'aux plus riches.
Mais là, il ne ment pas : cela représente un gain réel en pouvoir d'achat... pour ceux qui n'en ont pas besoin.
Santé ou rentabilité, il faut choisir

22/12/2017
Deux médecins du CHU de Grenoble, en arrêt maladie après un « burn out », ont envoyé une lettre à leurs patients, de jeunes enfants atteints de diabète, pour s’excuser de leur absence. Elles expliquent ne plus pouvoir travailler dans un climat de pression : non seulement il n’y a pas assez de personnel dans le service, mais en plus, la direction de l’hôpital leur reprocherait de faire trop de prévention « au détriment » des consultations et des actes chirurgicaux, considérant que cela ferait perdre de l’argent à l’hôpital.
Comme les autres services publics, les hôpitaux sont soumis à une pression pour faire des économies, voire pour être rentables. Ce sont les malades et le personnel qui en payent les conséquences. 
Impôts en baisse pour les patrons, pouvoir d’achat en baisse pour les travailleurs

21/12/2017
L’Insee vient de calculer que, contrairement aux mensonges du gouvernement, les hausses d’impôts et de taxes décidées par le gouvernement entraineront une baisse du pouvoir d’achat de 4,5 milliards d’euros. Et ce dès le 1er janvier 2018, avec entre autres l‘augmentation de la CSG et celle des taxes sur le tabac ou l’énergie. Par contre, les salariés devront attendre l’automne pour la suppression des cotisations sur l’assurance-chômage et les éventuelles réductions de la taxe d’habitation. Dans le même temps, rien qu’avec la baisse de l’impôt sur les sociétés, les entreprises gagneront un milliard d’euros.
Prendre aux classes populaires pour reverser aux capitalistes, le « nouveau monde » de Macron ressemble comme deux gouttes d’eau à l’ancien.

Le minimum et même en-dessous

18/12/2017

Le smic sera revalorisé de 1,24 %, soit 1 188 euros mensuels nets. Cette revalorisation correspond en théorie à la hausse du coût de la vie, sans « coup de pouce supplémentaire », comme c'est le cas chaque année depuis 2012.
Un salarié sur dix est payé au smic. Mais qui peut vivre, ou plutôt survivre, avec 1 188 euros par mois ? Les patrons trouvent pourtant que c'est cher payé. À les entendre, il faudrait qu'il y ait des salariés sans salaires. Ils oublient qu'alors... ils n'auraient plus de clients !

Un gros billet de logement

18/12/2017
Dorénavant, les députés provinciaux qui veulent un logement à Paris recevront 1 200 euros par mois de remboursement. Certes, les loyers sont chers, mais à ce tarif-là les députés ne sont pas condamnés à des chambres de bonne...
Et dire qu'une députée de Macron a pleurniché de ne toucher que 5 000 euros par mois ! Que dirait-elle si elle n'avait que le smic qui n'atteint pas 1 200 euros ? 
Plus d'actifs chez les « seniors »... mais ce n'est pas un progrès social

06/12/2017
Le nombre de travailleurs âgés de plus de 50 ans qui ont un emploi auraient augmenté de 30 % en 10 ans selon les statistiques : le taux s'établit aujourd'hui désormais à 59 %. Certains y voient une bonne nouvelle qui confirmerait la baisse du chômage.
Il faut une bonne dose de naïveté ou de mauvaise foi pour prétendre cela. Car chacun sait qu'après 50 ans, un travailleur est souvent vu comme pas assez productif et trop coûteux par son patron, et que les licenciements touchent massivement les « seniors ». Bon nombre de travailleurs âgés, une fois licenciés, ne retrouvent jamais d'emploi, en particulier ceux que des décennies d'exploitation ont usés et épuisés physiquement. Et ceux qui retrouvent un emploi ne retrouvent en général qu'un emploi moins bien payé et précaire.
En fait, ce qui explique que, depuis 2010, les travailleurs de 60 ans soient plus nombreux, statistiquement, à travailler, ce sont les « réformes » successives, qui ont repoussé l'âge de la retraite à 62 ans et mis fin à la dispense de recherche d'emploi pour les plus de 57 ans.
Une régression qu'il faudra faire sauter !

Éducation : économies sur les effectifs

05/12/2017

Le gouvernement a annoncé une baisse de 20 % des postes ouverts aux concours d'enseignants de collège et de lycée en 2018. Il prétend que cette baisse correspond aux postes non pourvus lors des concours de 2017. C'est un gros mensonge. Ainsi pour le Capes externe, 6 011 personnes ont obtenu le concours en 2017. Mais il n'y aura que 5 833 postes ouverts en 2018.
Les classes sont déjà surchargées et le nombre d'élèves de collège et de lycée va augmenter dans les années qui viennent. Ces restrictions à l'embauche vont donc dégrader les conditions d'enseignements, particulièrement dans les quartiers populaires où il faudrait embaucher massivement.
Pendant sa campagne présidentielle, Macron parlait de l'éducation comme d'une de ses priorités. En réalité, sa priorité, c'est de sabrer dans les secteurs utiles à la population pour financer ses cadeaux au grand patronat.

Un kit de licenciement pour les patrons

01/12/2017
Dans la foulée du vote des ordonnances sur le Code du travail, un projet de loi du gouvernement établit six lettres-type de licenciement, sur le modèle d'un formulaire Cerfa, qui seront à la disposition des patrons. Chaque modèle correspondant à un motif de licenciement : disciplinaire, individuel, collectif... Il n'y aura plus qu'à mettre le nom du salarié.
Si l'on ajoute le « droit à l'erreur » pour les patrons, le plafonnement des dommages et intérêts aux Prud'hommes pour licenciement abusif, la réduction des délais de recours aux Prud'hommes, le gouvernement met ainsi la loi et l'administration entièrement au service des patrons. C'est ce qu'ils appellent l'« État de droits »... dans un État ou les patrons sont de plus en plus les rois !
Ordonnances : la pilule ne passe toujours pas

29/11/2017

Pendant les manifestations contre les ordonnances
Comme prévu, le Parlement a voté, à une large majorité et bien au-delà des seuls députés LREM, les ordonnances qui mettent en pièces le Code du travail. Ce vote était une comédie puisque les ordonnances avaient été publiées au Journal officiel avant même d'être avalisées par l'Assemblée nationale.
Le patronat pourra désormais piocher à sa guise dans ce code du travail rénové pour licencier avec encore moins de difficultés, imposer plus de précarité et remettre en cause les droits qui limitaient un peu les pleins pouvoirs des patrons.
Le gouvernement et le patronat considèrent que l'affaire est pliée. Mais ceux qui ont manifesté contre les ordonnances continueront à les dénoncer et surtout à se battre contre leur application. Et aucune ordonnance n'empêchera l'explosion sociale.

Petits arrangements entre amis de la République En Marche
La pratique est légale, mais pose question. Au moins deux députés de La République en marche (LREM), Christophe Arend et Bertrand Sorre, ont embauché les enfants d'autres députés. Ces embauches interviennent après plusieurs polémiques en 2017 à propos d'emplois présumés fictifs de collaborateurs parlementaires.


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • JL JL 2 janvier 10:20

    C’est déprimant !
     
    Je crois que je devrais boycotter la galette !


    • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 10:44

      @JL

      il y a un Macron comme fève.....

    • amiaplacidus amiaplacidus 2 janvier 11:48

      @zygzornifle

      Raison de plus pour boycotter !


    • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 10:44

      2018 est l’année de la tonte du mougeon ..... 


      • keiser keiser 2 janvier 12:24

        Au lieu de persifler, vous devriez déjà être au travail pour savoir ce que vous pouvez faire pour votre pays .  smiley


        • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 13:54

          @keiser


           oui je vais faire la révolution c’est la meilleure chose a faire pour le pays .....

        • keiser keiser 2 janvier 14:55

          @zygzornifle

          Ah mais justement, il me semble que Macron à déjà posé une option.
          Révolution

          Livre d’Emmanuel Macron
           

        • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 18:10

          @keiser


           la révolution des riches est en marche , ils en veulent toujours plus et la avec Macron ils seront écoutés .....

        • Patryck Froissart Patryck Froissart 2 janvier 12:28

          Je préfère me demander ce que notre pays fait pour nous smiley 


          • keiser keiser 2 janvier 12:31

            @Patryck Froissart

            A part pour une certaine classe, je crois que ce temps est révolu.


          • Patryck Froissart Patryck Froissart 2 janvier 12:32

            Hélas, oui... Mais le mot « révolu » est le début du mot « Révolution » !!!!!!!!!!!



            • Armelle Armelle 3 janvier 10:27

              @Patryck Froissart
              Les révolutionnaires du dimanche d’Agoravox semblent surtout concernés par cette révolution là ;
              ...Des révolutionnaires version « muppet show »
              https://www.youtube.com/watch?v=q_JzNL7-618


            • Crab2 2 janvier 13:15

              "El Cid « – le »chef« , le »seigneur"

              Voeux du chef de l’État  : « El Cid » a préféré donner dans la platitude la plus conforme entièrement tournée au service du radicalisme économique au lieu de rappeler que le différencialisme nuit gravement à l’unité ou à l’esprit de fraternité qui caractérise notre culture, notre humanité

              Suite :

              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/el-cid.html


              • Buzzcocks 2 janvier 16:13

                En décembre, Engie a tenté par trois fois de me refourguer des assurances et je ne sais quel contrat à la con. Toute cette énergie marketing pour vendre des produits dont les gens n’ont pas besoin, demandent effectivement une hausse des prix. C’est qu’il faut payer les commerciaux et la plate forme téléphonique chargée de nous harceler.
                Les bienfaits de la concurrence, pour prendre des parts de marché, on doit dépenser du fric en marketing, en pub, et diversifier son activité. Une compagnie de gaz vend maintenant des assurances ! 


                • keiser keiser 2 janvier 20:32

                  @Buzzcocks

                  C’est qu’il faut payer les commerciaux et la plate forme téléphonique chargée de nous harceler.

                  Sauf qu’ils sont au Maroc où dans un pays tiers


                • Le421 Le421 3 janvier 09:27

                  Le pouvoir d’achat des français (riches) va augmenter. C’est vrai.
                  C’est une question d’information.
                  On ne nous dit pas tout !! (Roumanoff)

                  https://www.youtube.com/watch?v=-9RmWLZewZQ

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires