• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le réchauffement climatique : l’article du Monde qui désinforme

Le réchauffement climatique : l’article du Monde qui désinforme

Serge Galam nie, dans Le Monde, l’effet de l’activité humaine dans le réchauffement climatique. Accumulant les clichés, Serge Galam compare les scientifiques aux nazis, aux communistes, et aux bourreaux de l’Inquisition. Tout un programme.

J’ai repris, toute honte bue, le titre de l’article de Timothée Poisot, pour l’adapter à la prose de Serge Galam. Après Claude Allègre dans L’Express, c’est la deuxième fois qu’une telle tribune est offerte aux avocats de cette cause. Ce deuxième papier va cependant bien plus loin.

L’ancien ministre, quand il a commis sa tribune dans L’Express, n’avait pas eu besoin d’être présenté. Il s’est complètement discrédité dans l’affaire, mais cela n’a pas empêché Serge Galam de se lancer dans l’aventure. N’ayant pas été ministre, et étant donc moins connu, il est peut-être bon de parler d’abord un peu de lui.

Serge Galam est chercheur à l’Ecole Polytechnique en épistémologie appliquée, et physicien au CNRS. La conjonction de ces deux domaines donne un champ d’étude très intéressant, où les comportements collectifs sont analysés d’un point de vue physique : par exemple, il a été souvent question de la façon de modéliser le processus d’adhésion à des réformes[1]. Une requête sur ISI - Web of Science (un moteur de recherche pour publications scientifiques) avec le mot-clé « Galam » retourne un certain nombre d’articles basés sur son modèle de comportement individuel des citoyens, qui propose une interprétation sociophysique des résultats serrés (environ 50-50) auxquels nous ont habitués les élections présidentielles récentes. Notons, cependant, qu’il n’y a aucune référence à la climatologie : ainsi, nous pourrions nous attendre à ce que, quand Serge Galam parle du réchauffement climatique, il s’interroge sur la diffusion de l’idée dans l’opinion publique, le seuil critique au-delà duquel les politiques joignent le mouvement, ou encore sur l’inertie des larges sociétés par rapport à la réactivité de petits groupes. En bref, qu’il l’interprète en sociophysicien, position où son expertise est parfaitement reconnue, y compris par ses pairs au niveau international.

Relisons maintenant l’article  : à part un très court passage[2] qui peut, de loin, s’y apparenter, il ne s’agit pas de sociophysique, mais d’une charge générale contre les climatologues, le GIEC, et tous ceux qui parlent des conséquences prévues de l’activité humaine sur le climat et des façons d’y remédier. Et il n’y va pas avec le dos de la cuillère.

Serge Galam commence par qualifier le GIEC de grand-messe qui a canonisé l’hypothèse de l’intervention humaine dans le réchauffement climatique. Le vocabulaire religieux n’est pas innocent, il s’en resservira.

Ensuite, dans un paragraphe déroutant, il se place dans l’hypothèse que le réchauffement n’est pas d’origine humaine : les efforts du GIEC et des écologistes à la Hulot nous placeraient alors dans une impasse dramatique, qui aboutira à la disparition totale de l’espèce humaine. Rien de moins ! Et pourquoi ? C’est là que le raisonnement devient vraiment beau : c’est que les ressources que nous affectons à la recherche sur le climat (immenses, à n’en pas douter) nous priveraient de la possibilité de démultiplier la recherche fondamentale et appliquée des moyens qui nous permettraient de vivre indépendamment des conditions climatiques (même au prix de risques écologiques et éthiques accrus). Vous ne rêvez pas : un physicien reconnu nous avertit, dans un journal de (moins en moins de) référence, que quelques centaines de climatologues nous empêcheraient de brûler du pétrole pour monter le chauffage ou la clim’ en cas de variation du climat. Et encore, je n’arrive même pas à mettre de mots sur les « risques éthiques » dont il parle. Je n’ose (allez si, j’ose) pousser jusqu’à répéter que ces climatologues, s’ils se trompaient en pensant que le réchauffement est d’origine humaine, nous orienteraient avec un tel contrôle qu’ils provoqueraient l’extinction de l’espèce humaine. Quelqu’un de volontaire pour lui dire qu’ils ont si peu d’influence qu’ils n’arrivent pas à faire changer les politiques même en ayant l’appui d’un économiste  ?

Il s’embarque ensuite dans quelques considérations sur la science en général, et la climatologie en particulier, qu’on a déjà entendues, et combattues, mille fois. La seule différence étant que d’habitude, on a plus l’habitude de les lire sous la plume de pseudo-scientifiques payés par Exxon. La science, selon lui, constate à la fois un réchauffement avéré et une augmentation de la quantité de CO2 dans l’atmosphère, un point c’est tout. Vouloir relier les deux constatations dans une relation de cause à effet, sous le prétexte qu’elles sont corrélées dans le temps, n’a présentement aucune base scientifique. Il suppose donc que les climatologues n’ont rien fait d’autre, depuis plusieurs décennies, que tracer un diagramme avec la concentration de CO2 en abscisse et la température en ordonnée, y porter les mesures montrant une corrélation, s’asseoir en cercle autour, discuter, et pondre un rapport de quelques centaines de pages mettant en danger la survie de l’espèce humaine.

Je ne veux pas trop parler ici des modèles toujours plus affinés, des simulations toujours plus poussées qui en sont tirées, et des données expérimentales toujours plus précises auxquelles elles sont mesurées. Je me contenterai seulement du premier d’entre eux, juste pour montrer qu’écrire aucune base scientifique est une malhonnêteté. Il a été proposé au 19ème siècle, je crois, et se base sur un simple bilan d’énergie. Un schéma est disponible ici. La Terre absorbe l’énergie des radiations du Soleil, se réchauffe, et émet en retour un rayonnement infrarouge. Les gaz de l’atmosphère, l’eau par exemple, absorbent une partie de ce rayonnement, se réchauffent, et piègent l’énergie sur Terre. Le CO2 fait partie de ces gaz qui absorbent dans l’infrarouge  : tirer une relation de cause à effet est donc légitime, voire évident[3].

Il continue avec l’habituel baratin sur les incertitudes de la science  : tout ce qu’il dit est certainement très vrai, mais il oublie, par mégarde, de mentionner que cette incertitude est quantifiable. Les climatologues prennent en compte les marges d’erreur dans leurs résultats, ce qui explique la fourchette de température que le GIEC présente. D’ailleurs, l’incertitude sur le comportement humain est bien plus importante que les autres paramètres, d’où les différents scénarios présentés (allant de «  optimiste  » à «  les Africains et les Inuits rattrapent le niveau de vie américain  »). La meilleure partie de cette partie sur les incertitudes des modèles reste tout de même l’argument-choc «  la météo se trompe tout le temps, alors il est impossible de prévoir le climat à long terme  ». Même dans un café du commerce, il y aurait peut-être quelqu’un pour rappeler que météorologue et climatologue, ce n’est pas le même métier[4].

Ensuite, du café du commerce, on passe aux forums Usenet. Généralement, dans les groupes de discussion conspirationnistes ou ufologues, il y a toujours certains intervenants pour comparer Galilée à l’inventeur incompris du moteur à mouvement perpétuel et les scientifiques (dogmatiques) aux inquisiteurs espagnols. Parfois, quand la polémique va loin, il n’est pas impossible de trouver des références aux nazis.

 Ici, Serge Galam n’hésite pas et sort l’artillerie lourde  : j’ai beau être familier de ce genre de trash, je n’avais jamais vu une telle concentration de lieux communs  !

  • Galilée (lorsque Galilée a conclu que la Terre :personname> était ronde, le consensus unanime était contre lui),
  • les nazis (à l’époque nazie la théorie de la relativité fut rejetée, estampillée comme une théorie juive dégénérée, avec à l’appui une pétition de grands scientifiques de l’époque, qui signaient du haut de leur autorité établie),
  • Einstein (Einstein aurait alors dit que des milliers de signatures n’étaient pas nécessaires pour invalider sa théorie. Il suffirait d’un seul argument, mais scientifique),
  • les sociétés primitives (comme dans les temps anciens, les nouveaux prophètes nous annoncent la fin du monde[..] Pour calmer la "nature", ils demandent encore des sacrifices, heureusement non vivants, mais matériels),
  • et les communistes, ajoutés au récapitulatif final, au cas où on aurait mal compris (nazisme, communisme, Inquisition).

Il est hors de question de répondre aux allusions sur les nazis, les communistes, ou les prophètes, elles sont trop mesquines.

Rappelons par contre que Galilée et Einstein avait construit une théorie scientifique explicative, et que c’étaient leurs adversaires, théologiens[5] et nazis, qui n’en avaient pas. Ici, la position est singulièrement renversée  : si Serge Galam n’est pas d’accord avec l’influence humaine dans le réchauffement climatique, il n’a besoin que d’un seul argument, mais scientifique. Pas d’attaques dignes de forums ufologistes ou conspirationnistes.

Et pour finir, laissons-lui la parole  : il faut rappeler que la preuve scientifique n’a pas besoin de l’unanimité pour exister, elle s’impose par sa simple existence. Effectivement. Et le fait qu’après plusieurs dizaines d’années d’études et de contre-propositions, toutes les théories alternatives à la responsabilité humaine aient été écartées, pour ne laisser que ce genre d’attaques, en est une illustration parfaite.



[1] Et certaines personnes n’étaient pas d’accord avec lui, d’ailleurs.

[2] C’est alors la culture ambiante qui va faire le gros de l’explication en comblant les vides, par une harmonisation sémantique. Il s’agit en fait d’une recherche de non-contradiction avec les faits, plutôt que d’une explication unique, fondée sur les faits.

[3] Evident au sens que la relation de cause à effet vient spontanément à l’esprit. Cette relation n’est vrai «  évidement vraie  » et doit être testée et affinée  : c’est ce qui se fait depuis maintenant 50 ans.

[4] La météo est une physique chaotique, difficile à prévoir avec précision, à l’échelle locale et à quelques jours. La science du climat est un système certes fortement non-linéaire, mais prévisible, au moins pour les valeurs moyennes. En tout cas, les deux choses sont très différentes  : personne n’utilise les modèles météos sur des échelles de dizaines d’années. Que l’auteur se fourvoie à ce point est surprenant, mais n’est rien comparé ce qui suit.

[5] L’allusion à ‘théologiens à l’époque’ = ‘docteurs’, ‘scientifiques aujourd’hui’ = ‘docteurs’, donc ‘scientifiques aujourd’hui’ = ‘théologiens à l’époque’ est un des pires sophismes que j’ai jamais lu.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (237 votes)




Réagissez à l'article

130 réactions à cet article    


  • Jojo2 (---.---.158.64) 8 février 2007 14:18

    L’erreur fondamentale de raisonnement est de ne pas faire une évaluation du risque. Sachant que la théorie de l’effet de serre est ancienne et solide (au 19ème siècle, c’était Arrhénius qui l’avait théorisée), la question est : que gagne-t-on ou perd-on à croire les scientifiques experts dans ce domaine et prendre des mesures pour faire baisser le CO2 athmosphérique ? Moi je n’y voit que des avantages (je ne mentionne volontairement pas l’effet de serre) : se préparer à la disparition des énergies fossiles, developper des énergies alternatives et renouvelables et au final augmenter la connaissance.


    • Matthieu 8 février 2007 14:41

      merci de votre mémoire, je ne retrouvais pas Arrhenius (j’étais près à citer Fourier, mais j’ai heureusement hésité).

      D’un point de vue politique et pragmatique, je suis d’accord avec vous. Mais d’un point de vue scientifique, je m’étonne du peu de confiance accordé aux spécialistes du domaine. Et encore, quand le manque de confiance ne se traduit pas par des insultes, comme ici...


    • Depi Depi 8 février 2007 17:04

      En fait, Fourier, en 1824, a posé le principe de l’effet de serre mais c’est Arrhénius qui lui a donné son expression moderne en 1896 et qui relie l’effet de serre à l’utilisation industrielle des combustibles fossiles.

      Mais Fourier a posé les bases de l’effet de serre en affirmant que la température de la surface terrestre était augmentée en raison de l’atmosphère et de son interposition. Lorsque le rayonnement solaire est sous l’état de la l umière, il a moins de mal à traverser l’atmopshère, mais une fois qu’il rebondit sur la Terre il se transforme en chaleur obscure qui correspond au rayonnement infrarouge terllurique.

      Rendons à César ce qui est à César..


    • Depi Depi 8 février 2007 17:06

      A noter que Fourier, mais également Pouillet, se basent eux-mêmes sur les travaux d’Horace Bénédict de Saussure avec .. une serre !


    • Alain (---.---.208.241) 9 février 2007 13:18

      Ce qui est merveilleux avec l’anonymat d’internet c’est qu’il transforme tout le monde en experts.

      Ici tout le monde est climatologue. Su allocine.fr il n’y a que des historiens du cinéma, etc.

      Comme il est facile de vous convaincre. Il suffit de quelques affirmations tranchées, impliquant la menace d’être un idiot si on n’est pas d’accord.

      Les gens comme vous croient au rechauffement lié à l’activité de l’homme, mais sont contre le nucléaire. Ne veulent pas travailler mais veulent plus d’argent, etc.

      Ca me donne envie de faire de la politique et de tous vous plumer. Pour quoi ne le ferais-je pas. Ah oui, j’ai un sens de la morale qui m’interdit d’exploiter autrui.

      Ce n’est pas le cas de tout le monde hélas.

      Dans les années 80, la mode c’était de parler du refroidissement de la planète. Maintenant c’est le rechauffement. Bon.

      Amusez vous bien, allez zou ! A la censure les petits fashos.


    • nisco (---.---.241.249) 9 février 2007 13:36

      @Alain le justicier vengeur masqué !

      « Dans les années 80, la mode c’était de parler du refroidissement de la planète. Maintenant c’est le rechauffement. Bon. »

      Allons bon ! Dans les années 80 il y avait encore suffisamment de flou dans les modèles d’étude du climat et dans les données relatives au changement climatique pour que l’acharnement des lobbys pro-pétrole fassent fructifier de telles idées. De nous jours la connaissance des mécanismes et surtout des premières matérialisations (que des paraètres extrèmes ces dernières années, plus d’années dans les normes saisonnières) ne permettent plus de faire l’autruche comme autrefois.

      Mais si cela vous enchante autant de traiter les autres de fachos qu lieu d’aligner des arguments tangibles, libre à vous. Il m’est pour ma part assez facile d’identifier le degré d’expertise des différents intervenant et leurs sources me permettent de me faire une idée sur leurs convictions pour que j’ai encore du crédit à ces sites de forum sur internet. Si ce n’est pas le cas chez vous, rien ne vous retient ici ! smiley


    • JoFission (---.---.6.250) 8 février 2007 14:28

      Malgré les « faiblesses » du texte de Serge Galam, n’a t’on pas le droit d’émettre un jugement opposé à une majorité de la communauté scientifique ? Le réchauffement climatique ne trouve son origine que dans l’émission de gaz carbonique ? L’Homme ne serait-il pas l’accélérateur d’un changement climatique naturel ?


      • Matthieu 8 février 2007 14:56

        Votre opinion est celle d’un nazi bolchévique !

        Je plaisante, bien sûr. Je ne faisais que montrer les insultes que Serge Galam utilise.

        votre première question est formellement vraie. Le réchauffement climatique est aussi dû à la vapeur d’eau, au méthane, aux CFC. Quant à la deuxième, il y a effectivement des cycles de température, mais rien ne permet de dire que nous serions dans une période de réchauffement sans l’activité de l’Homme. En tout état de cause, le réchauffement d’origine antropique n’est en aucun cas sur la meme echelle de temps (beaucoup plus rapide), il est parfaitement découplé de ces cycles naturels.

        Laissez-moi vous poser une question, maintenant : pensez-vous qu’en 50 ans, aucun climatologue dans le monde ne soit arrivé avec vos doutes, vos questions, et l’envie de les vérifier ?


      • valikor (---.---.113.107) 8 février 2007 15:52

        On n’a le droit d’emetre un avis que s’il est informé je dirais. Sinon, c’est une opinion sur un sujet dont vous ne connaissez rien, une croyance donc. Une croyance n’est pas un argument scientifique par essence... Comme une foi... Si c’est votre croyance (comme l’auteur de l’article du monde), alors, achetz vous un terrain en bord de mer, speculez qu’il ne se passera rien...

        De mon coté, je préfère faire tout ce qui est en mon pouvoir pour lutter contre une dégradation de notre environnement et conditions de vie, de façon à ce que mes enfants puissent vivre !

        Valikor


      • valikor (---.---.113.107) 8 février 2007 16:53

        J’étais très motivé pour écrire quelque chose pour dénoncer cet article du monde, on m’a battu sur la ligne, je ne peux que rajouter des arguments plus factuels. A la fois sur la forme du texte et sur des erreurs scientifiques qui montrent que cet homme ne fait plus de science depuis longtemps et qu’il a oublié ses cours de lycée !

        - d’abord c’est truffé de généralisations abusives et de croyances, pas de faits scientifiquement établis.

        - ensuite une erreur grave : 2 grandeurs qui évoluent dans le temps dans le même sens ont bel et bien une corrélation statistique et si l’une précéde l’autre, on dit qu’il y a bel et bien relation de cause à effet, surotut si toutes les autres obervables ne sont pas statistiquement corrélées... On fait souvent d’ailleurs des observations de ce genre en TP au lycée pour faire découvrir comment ça marche aux enfants......C’est élémentaire...

        Cela situe bien le plan sur lequel cet auteur met le débat : au niveau des croyance, de la foi, pas d’un débat scientifique...

        Si on veut prendre position dans un débat scientifique, il faut alors au moins en avoir les méthodes, les compétences...

        Valikor


      • Julot (---.---.208.241) 9 février 2007 12:37

        J’en déduit que vous devez être un scientifique de premier plan sur les question climatiques.

        J’aurait bien parlé football aevc vous, mais comme vous n’êtes pas professionnel (j’imagine), nous ne discuterons pas des résultats du PSG.

        On peut donner son avis sur tout. Après si on passe pour un imbécile, c’est une autre affaire.


      • (---.---.95.67) 9 février 2007 14:38

        j’ai un doctorat et un diplome d’ingenieur physicien et chimiste si vous voulez savoir et cela fait bien 5-6 ans que je m’interesse à ce pb...

        quant au football, ce jeu qui entraine les gens dans une violence stupide ? Comme s’ils n’avaient pas assez de problemes et que taper sur les autres aller améliorer leur quotidien ? Il ne m’interesse pas...

        Certes, c’est aussi une généralisation abusive...

        Et croyez moi, je regrette beaucoup que le niveau moyen en science soit si bas... Certains pensent encore que le soleil tourne autour de la terre...

        Valikor


      • Cassandre (---.---.237.197) 8 février 2007 15:17

        Pour abonder dans le sens de l’article, voici le couplet que je sers habituellement aux négationistes climatiques :

        Je constate avec tristesse que les miasmes délétères semés par les fabricants de doute (cf « doubt is our business », devise, selon Al Gore, de ces professionnels de la désinformation à la solde de qui veut bien les payer pour semer le doute sur n’importe quoi) n’ont pas encore été tous exterminés...

        Faisons simple :

        1 - Sans effet de serre, la température moyenne sur Terre serait de -18°C au lieu de +15°C. Je n’ai jamais entendu, vu ou lu aucune contestation à ce sujet.

        2 - Les gaz à effet de serre responsable de ce réchauffement naturel sont la vapeur d’eau, le gaz carbonique, le méthane, le protoxyde d’azote et l’ozone. Aucune contestation non plus.

        3 - Les taux de plusieurs de ces gaz (CO2, CH4, N2O, O3 troposphérique) ont considérablement augmenté depuis 1800 et surtout depuis quelques décennies, et on y a ajouté de petits nouveaux de notre cru (CFC, HCFC, HFC, SF6...). Incontestable et incontesté : ce sont des mesures.

        4 - Le supplément de CO2 vient des combustibles fossiles pour les 3/4 et de la déforestation pour 1/4. C’est prouvé par l’analyse isotopique du carbone et le l’oxygène (p.ex. il n’y a pas de 14C dans le vieux carbone des combustibles fossiles.

        5 - Un raisonnement de bon sens s’impose donc : puisque les gaz à effet de serre « naturels » augmentent de 33°C la température moyenne de la planète, si on en rajoute on va faire grimper un peu plus la température ! C’est ainsi que le chimiste suédois Svante Arrhénius a prédit dès la fin du 19ème siècle, avec une simple règle à calcul, qu’un doublement du taux de CO2 dans l’atmosphère ferait monter la température moyenne d’environ 4°C. Estimation remarquable pour l’époque, puisqu’elle est encore dans la fourchette du GIEC à ce jour.

        Conclusion : ne renversons pas la charge de la preuve ! Aux négationnistes du réchauffement anthropique de PROUVER leurs thèses qui sont contraires au simple bon sens !

        Et ce n’est pas tout : non seulement il leur faut trouver un autre phénomène explicatif de l’évolution climatique actuelle, mais aussi démontrer pourquoi diable le supplément anthropique de gaz à effet de serre (GES) ne parviendrait pas, contrairement aux GES naturels, à réchauffer l’atmosphère !

        Enfin, méditons cet aphorisme Shadok adopté par tous ceux qui ne savent pas comment ils pourraient maintenir leur train de vie s’ils admettaient qu’il détruit la biosphère :

        « S’IL N’Y A PAS DE SOLUTION, C’EST QU’IL N’Y A PAS DE PROBLEME ! »

        Avec la variante allégrienne : « S’IL N’Y A PAS DE SOLUTION, C’EST QUE LE PROBLEME NE VIENT PAS DE NOUS ! »


        • msajusfr msajusfr 8 février 2007 17:29

          Excellent !

          On pourrait faire revivre des shadok négationistes climatiques et faire toute une série sur ceux ci essayant de prouver que les gaz à effet de serre générés n’ont pas d’influence sur le climat.


        • Julot (---.---.208.241) 9 février 2007 09:48

          Tout ceci sonne juste, sauf que l’homme se trompe souvent sur ses certitudes. Il y a 30 ans, Cousteau déclarait qu’il faudrait éradiquer 1-2 milliard d’être humains pour éviter la famine.

          Entre temps, l’agriculture a fait des progrès considérables, et ces indiens qui devaient tous mourir sont toujours là. Leur pays a d’ailleurs une croissance impressionante.

          Ceci pour dire que l’Homme trouvera peux-être des solutions à ce problème. En admettant que ce soit le cas, vous passerez dans 20 ans pour des fous furieux.

          Ou bien vous avez parfaitement raison et l’on se mordra les dents (dixit coluche) de ne pas vous avoir suivit.

          Mais gardez à l’esprit un peu de retenu. J’ai parfois l’impression que l’écologie s’apparente à une religion primitive. J’en veux pour preuve la passion et la haine qui se deferle contre le dogme.

          Si je dis que la terre se réchauffe en raison d’un changement de pole magnétique, je suis catalogue comme idiot, fils de pute, et fils spirituel d’adolf (point godwin, et merde.

          Un peu de tolérance.


        • Cassandre (---.---.238.24) 9 février 2007 10:01

          Quand le risque est la mort prématurée de centaines de millions de personnes, ma tolérance, je le reconnais, a tendance à flancher.

          Je n’oublie pas non plus que régler le problème climatique à l’aide d’une crise économique géante serait tomber de Charybde en Scylla.


        • Cassandre (---.---.238.24) 9 février 2007 10:17

          Puisqu’apparemment les nouveaux commentateurs ne lisent pas ce qui précède, je repasse le plat :

          1 - Sans effet de serre, la température moyenne sur Terre serait de -18°C au lieu de +15°C. Je n’ai jamais entendu, vu ou lu aucune contestation à ce sujet.

          2 - Les gaz à effet de serre responsable de ce réchauffement naturel sont la vapeur d’eau, le gaz carbonique, le méthane, le protoxyde d’azote et l’ozone. Aucune contestation non plus.

          3 - Les taux de plusieurs de ces gaz (CO2, CH4, N2O, O3 troposphérique) ont considérablement augmenté depuis 1800 et surtout depuis quelques décennies, et on y a ajouté de petits nouveaux de notre cru (CFC, HCFC, HFC, SF6...). Incontestable et incontesté : ce sont des mesures.

          4 - Le supplément de CO2 vient des combustibles fossiles pour les 3/4 et de la déforestation pour 1/4. C’est prouvé par l’analyse isotopique du carbone et le l’oxygène (p.ex. il n’y a pas de 14C dans le vieux carbone des combustibles fossiles.

          5 - Un raisonnement de bon sens s’impose donc : puisque les gaz à effet de serre « naturels » augmentent de 33°C la température moyenne de la planète, si on en rajoute on va faire grimper un peu plus la température ! C’est ainsi que le chimiste suédois Svante Arrhénius a prédit dès la fin du 19ème siècle, avec une simple règle à calcul, qu’un doublement du taux de CO2 dans l’atmosphère ferait monter la température moyenne d’environ 4°C. Estimation remarquable pour l’époque, puisqu’elle est encore dans la fourchette du GIEC à ce jour.

          Conclusion : ne renversons pas la charge de la preuve ! Aux négationnistes du réchauffement anthropique de PROUVER leurs thèses qui sont contraires au simple bon sens !

          Et ce n’est pas tout : non seulement il leur faut trouver un autre phénomène explicatif de l’évolution climatique actuelle, mais aussi démontrer pourquoi diable le supplément anthropique de gaz à effet de serre (GES) ne parviendrait pas, contrairement aux GES naturels, à réchauffer l’atmosphère !

          Enfin, méditons cet aphorisme Shadok adopté par tous ceux qui ne savent pas comment ils pourraient maintenir leur train de vie s’ils admettaient qu’il détruit la biosphère :

          « S’IL N’Y A PAS DE SOLUTION, C’EST QU’IL N’Y A PAS DE PROBLEME ! »

          Avec la variante allégrienne : « S’IL N’Y A PAS DE SOLUTION, C’EST QUE LE PROBLEME NE VIENT PAS DE NOUS ! »

          Pour plus de détails, voir www.manicore.com où toutes les fausses pistes ressorties dans ce fil et les principaux ouvrages des négationnistes (Lomborg et autres) sont décortiqués.


        • julot (---.---.208.241) 9 février 2007 10:25

          J’ai du mal à croire que l’on puisse réellement se soucier de centaines de millions de personnes. Il vous suffit de dire que vous craignez pour vous ou vos proches et c’est déjà largement suffisant pour motiver vos propos. Tout le monde aime notre planète.

          Ne tombons pas dans un excès de bon (faux) sentimments.

          Actuellement, nos dirigeants ne prennent pas de mesures réelles pour réduire la pollution.

          Néanmoins, dans les médias, et à une écrasante majorité, c’est la thèse du réchauffement qui prévaut.

          Alors, il faut bien reconnaitre (puisque vous aimez tant que l’on reconnaisse les évidences), que VOTRE point de vue, n’est pas combattu réellement, si ce n’est par un article de temps en temps.

          Certains d’entre vous se sont trouvé un combat. C’est très louable, voir admirable. Mais pourquoi ce deferlement de haine ? D’autant que 99% d’entre vous ne sont pas des scientifiques.

          PAr le coeur, je suis à 100% d’accord avec vous tous. Mais ma raison me pousse à me méfier. Quand nos médias énnoncent une vérité et en font un dogme, c’est rarement dans un but louable.

          « Mais papa j’ai tout lu sur l’écologie » « La crise » de coline séreau.


        • nisco (---.---.241.249) 9 février 2007 10:26

          Merci Cassandre, je me demande si les niconditionnels du « tout naturel » qui sévissent plus bas, tel le gorlazo, ont lu votre démonstration sans faille. Je ne suis pas surpris de leur mauvaise fois à intervenir pour avancer de pseudos-arguments sans oser vous contredire point par point.

          Gorlazo, où es-tu ? smiley

          En tout cas je remprendrai votre démonstration aussi de mon côté, encore merci Cassandre.


        • julot (---.---.208.241) 9 février 2007 10:29

          « Puisqu’apparemment les nouveaux commentateurs ne lisent pas ce qui précède, je repasse le plat : »

          Quand je parlais de dogme...

          Vous pensez qu’il suffit qu’on vous lise pour que l’on soit d’accord avec vous. Et si on n’est pas d’accord, c’est qu’on ne vous as pas lu.

          Je n’ai jamais dis que je n’étais pas d’accord avec vous. Je le suis d’ailleurs. J’ai juste dis qu’il était bon d’entendre des opinions contraire.

          C’est vous qui ne m’avez pas lu ?

          A genoux, et reliser mon message ! (je plaisante)


        • msajusfr msajusfr 9 février 2007 10:42

          Cassandre, tu pourrais essayer de faire encore plus simple. Le bon sens et la capacité à suivre des raisonnements logiques de base semblant être assez mal partagé.


        • nisco (---.---.241.249) 9 février 2007 10:44

          « Vous pensez qu’il suffit qu’on vous lise pour que l’on soit d’accord avec vous. Et si on n’est pas d’accord, c’est qu’on ne vous as pas lu. »

          Quand on développe une démonstratie point par point, il est légitime d’attendre des détracteurs qu’ils avancent aussi point par point leurs arguments. Ce que vous, ni personne d’autre ne fait. On attend toujours...


        • Julot (---.---.208.241) 9 février 2007 12:47

          Cher monsieur,

          Je suis pour la thèse du réchauffement climatique. Je ne dis nul part le contraire. Je m’insurge juste contre le fait que les personnes qui s’y oppose soient insultées.

          Connaissez-vous la définition de sophisme.

          Il est possible, en prenant des vérités, et en les alignant les unes à la site des autres d’aboutir à un mensonge. J’en veux pour preuve le communisme.

          Je pourrait vous faire une longue suite logique qui démontre que si la planète n’est pas communiste dans 20 ans, alors il y aura 3 milliards de morts.

          Je crois que vous n’exercez pas votre esprit critique suffisement.

          Si je vous écrit ceci,

          « La racine de la fraction d’un neutron est équivalente à la charge massive du point de fusion ».

          Et que j’ajoute ceci en guise de conclusion :

          « Personne de sensé ne soutiendra le contraire, cela a été vérifié et démontré depuis 1900 ».

          Les gens comme vous cher monsieur seront enclin à me croire, et se laisseront convaincre.

          Et pourtant, ma phrase ne veut rien dire du tout et je suis juste un anonyme sur un forum.

          Alors les compilations de citations de scientifiques, ou le film d’un ex candidat à la présidence américaine, ca me convainc. Mais je garde assez de réserve pour me méfier et entretenir un léger doute.

          C’est ce doute que vous n’avez pas. Et c’est pourquoi on ne peut rien vous dire sans se faire moquer.


        • nisco (---.---.241.249) 9 février 2007 13:11

          @Julot

          Si vous n’avez pas la moindre connaissance scientifique pour contredire les point énnoncé par Cassandre, ne trollez pas ce fil qui permet d’échanger des points de vus scientifiques.

          J’ai pour ma part suffisamment de connaissances pour comprendre et accepter les points énumérés par cassandre, si vous ne pouvez le concevoir, libre à vous.

          Et votre démonstration par l’absurde ne vaut pas un copek :

          « La racine de la fraction d’un neutron est équivalente à la charge massive du point de fusion ».

          On voit bien par là que vous ne maîtrisez pas une once de ce que vous dites. Qu’est-ce qu’une fraction d’un neutron ? Et une charge massive ? En quoi un point de fusion, qui n’est autre qu’une température, peut avoir une charge, aussi massive soit-elle ? Mes, très limités, connaissances en physique me permette de ne pas vous prendre au sérieux sans que vous ayez besoin de le dire. Si quelqu’un est capable de contredire scientifiquement cassandre, il le fera, pour l’instant c’est le néant. Vous vous ridiculisez cher monsieur... smiley

          Et comparer la volonté de certains d’expliquer les choses et de chercher le débat à un manque de doute, ce n’est vraiment pas constructif.

          Le raisonnement de Cassandre n’est pas du sophisme. Mais venant de quelqu’un qui n’a aucune connaissance scientifique, ou qui fait comme tel, cela ne me surprend pas. « Rabaissons les autres pour se croire plus haut », quelle belle tactique...

          On attend toujours des arguments venant de votre part...


        • Julot (---.---.208.241) 9 février 2007 13:59

          Que vous ne vous soyez pas laissé prendre à mon petit essai de blabla ne veux pas dire que d’autres ne s’y seraient pas laissé prendre. Surtout si je n’avais rien dit pour prévenir.

          Et je me permet de vous dire, POUR LA QUATRIEME FOIS, que je suis d’accord avec vous. Je n’ai pas d’arguments à vous opposer pour la simple et bonne raison que les gens qui combattent l’idée du rechauffement n’ont pas doit au chapitre.

          Mon propos est de déplorer que l’on insulte ces gens là et qu’on ne les laisse pas parler.

          Deuxio, je ne suis pas scientifique et je n’ai nullement la science infuse.

          Tertio, et très poliment, je ne vous rabaisse nullement. Nous sommes tous perfectibles et avons tous nos défauts. Le votre est de ne pas savoir lire autrement qu’en diagonale.

          Le mien de m’exprimer trop vertement, et parfois sans toutela nuance ou politesse qui conviendrait.

          Ter


        • Julot (---.---.208.241) 9 février 2007 14:02

          tertio, puisque vous lisez en diagonale, je vais vous résimer ma pensée.

          1 - je suis partisant que l’homme est responsable du rechauffement

          2 - je suis pour que l’on y remédie si tel est le cas

          3 - j’attends que l’on laisse parler les gens qui ne sont pas d’accords pour que nos politiques puissent choisir.

          4 - Je n’apprecie pas que l’on traite d’imbécile ceux qui ne sont pas d’accords.


        • nisco (---.---.241.249) 9 février 2007 14:38

          « pour la simple et bonne raison que les gens qui combattent l’idée du rechauffement n’ont pas doit au chapitre. »

          D’où sortez vous ça ?! Il y a tellement de gens qui se sont opposé depuis tellement lontemps à ce réchauffement et qui ont eu droit à tous les chapitres qu’ils voulaient. Si aujourd’hui , et là je me répète, les connaissances en la matière et les manifestation de ce réchauffement ne permettent plus de doute sur ce phénomène, certes naturel mais bien amplifié par l’activité humaine, mais que certains doutes persistent sur l’implication de ces changemnts climatiques, je ne vois pas pourquoi il faudrait encore permettre à des gens de semer le doute.

          Même si cela peut vous sembler difficile à avaler, le changement climatique amplifié par l’activité humaine ne fait plus aucun doute. Aux politiques de faire les choix pour y remedier.

          Je ne traite d’imbécile personne, mais je dis que ces oppositions ne peuvent provennir que de personnes qui ont des intérêts à défendre. Ce qui n’est pas constructif pour l’avenir.

          Sur ce, je vais tirer les leçons qui s’imposent concernant ma perfectibilité. Merci (sans ironie aucune).


        • Valikor (---.---.95.67) 9 février 2007 14:53

          En fait, votre réponse éclaire bien le problème de ce type de débat : vous dites « je suis partisan ». tres bien et je vous crois . Vous avez même un sens de la discussion et vous voulez permettre la discussion à tous. louable.

          Le seul souci, c’est que « partisan » exprime que l’on a une conviction alors que le rechauffement climatique est un fait avéré. (rappel, le rapport sur le changement climatique situe avec 99% de certitude que le changement climatique est due à l’homme. Et 100% que le climat se réchauffe.

          Le débat devrait se situer sur ce qu’on peut faire pour le ralentir, éviter le pire.

          pas sur « est bien vrai ? »

          Cet auteur qui a ecrit dans le Monde conteste un fait scientifiquement établi sans en avoir les compétences.

          Il retarde encore le débat sur ce que l’on pourrait faire...

          Pratiquement toutes les ampoules électriques chez moi sont à économie d’énergie.

          Je marche le plus possible, ou alors je prend le vélo, ou les transports en commun.

          J’essaie aussi de faire avancer les choses. A une époque j’aurais voulu travailler sur des projets de R&D en photovoltaique organique (cellules solaires). Malheureusement en france... c’etait bien trop tot...

          Valikor


        • Julot (---.---.230.84) 10 février 2007 01:59

          Le principal moteur du doute c’est que bon nombre d’absolues certitudes de l’homme se sont avérées fausses.

          Par exemple, quand j’étais au collège il y a 15 ans, on m’a enseigné que les cellules du coeur, les neurones, et les cellules qui composent nos dents, ne pourraient JAMAIS être reproduites. JAMAIS. Et aujourd’hui c’est possible.

          Dans un autre registre, Microsoft n’a jamais cru dans Internet avant de se rendre compte de sa monumentale erreur.

          Le problème avec les théories avancées ici, c’est que si on suit cette logique, il faut mettre en péril toute l’humanité.

          Mettre un terme à la société que nous connaissons en lui subsituant un autre système.

          Même avec la force des armes, et avec les goulags, les communistes n’ont pas réussis.

          Et alors même que ni les USA, ni la Chine, ni tous les autres pays ne veulent mettre en place des solutions réelles, il faudrait miser néanmoins sur une forme de décroissance ?

          Mon doute actuel est le suivant. Ne serait-ce que ces pays (dont le notre) misent d’avantage sur notre habilités à inventer de solutions inédites.

          La seule solution proposée, c’est de mettre un frein à l’économie. Mais encore une fois, on ne peux demander à des millions de personnes de changer leurs habitudes.

          Avant de réclamer le changement, mesurez-vous reellement ce qu’il implique. S’il doit entrainner des millions de morts (je n’exagère pas, les expérimentations economiques des sociétiques ont fait bien pire), est-ce la monté du niveau de la mer est un drame tel qu’il mérite ce sacrifice.

          C’est indéniablement affreux comme raisonnement. Alors s’il se peut que l’homme ne soit pour rien dans cette réalité (bien quenje pense le contraire), on ne va pas en plus le priver de son économie pour y faiue face.


        • Bob Marone (---.---.186.248) 25 mars 2007 17:01

          « avérées fausses » est une contradiction... Dites plutôt « révélées fausses » ou tout simplement « étaient fausses ».


        • idoine (---.---.189.236) 8 février 2007 15:58

          Il y a plus de 50 ans, des nazis ont cru « bien » faire en théorisant une solution finale qui justifiait l’extermination de millions d’humains. Ils avaient un comportement abject, mais leur motivation restait la lutte contre ce qu’ils considéraient être une certaine incarnation du mal (oui je sais, tous n’avaient pas les même vues et cela n’enlève rien à l’horreur de ce qu’ils ont fait)

          Aujourd’hui, une nouvelle forme de négationistes fait plus que mettre en danger des milliards d’homme et de femme et ce pour au moins un bon millier d’années avec pour motivation objective leur intérêt purement personnel.

          Ce négationisme du climat nous a fait prendre un retard considérable dans la prise de conscience collective de ce qui semble être la plus grande catastrophe de l’humanité et nous devrions continuer à laisser CES SALAUDS nous cracher leurs inepties à l’avenir que nos enfants auraient pu avoir !

          AUSSI, J’APPELLE NON SEULEMENT AU BOYCOTT, MAIS AUSSI ET VUE LA GRAVITE DE LA SITUATION A LA CONDAMNATION PENALE DE TOUT ORGANISME DE PRESSE DIFFUSANT DES ALLEGATIONS SANS FONDEMENTS DE NATURE A METTRE EN DANGER L’HUMANITE AVEC LA QUALIFICATION DE CRIME CONTRE L’HUMANITE.

          Seraient aussi passibles d’un tel crime les individus qui auraient sciemment facilité, propagé ou organisé la diffusion de telles information.


          • Briseur d’idoles (---.---.168.44) 8 février 2007 16:06

            Il n’est pas nécessaire de remonter aux Nazis... il suffit de remonter au Jourdain...


          • idoine (---.---.189.236) 8 février 2007 17:20

            A ma connaissance, les actes nazis ont été les 1ers à être qualifiés de crime contre l’humanité et c’est pourquoi je les ai cités en référence.

            Je ne rentrerais pas dans le débat des crimes racistes bibliques, car je n’y connais strictement rien et franchement je pense que la comparaison avec les dégâts des nazis parlent plus.

            De manière générale, je trouve normal, que des personnes qui ne sont informées que moyennement expriment des doutes sur le réchauffement. Mais ce qui me gêne, c’est que les doutes exprimés sont le fruit d’une désinformation sciemment organisée.

            Le monde est un organisme professionnel, qui a les moyens de vérifier ses sources et laisser passer de tels articles polémique sur un sujet aussi sérieux et mettant en danger notre avenir est plus qu’un simple manquement aux devoirs de professionalisme.


          • Blurg (---.---.179.40) 8 février 2007 19:47

            J’aime bien quand on me dit comment penser, c’est confortable. A la limite je n’ai même plus besoin de mon cerveau...

            Merci IDOINE


          • ptit_louison (---.---.246.212) 8 février 2007 16:42

            Le « réchaufement climatique » est une imposture. Allez sur le site de « monde & vie » et lisez le dernier numéro consacré à ce sujet ! La terre se réchauffe depuis longtemps bien avant l’ère industrielle et les lobbiez comme « green peace » qui veulent désindustrialiser l’Europe occidentale en fait ne travaillent pas pour notre bien. Méfions nous des désinformations !


            • Matthieu 8 février 2007 18:21

              je vous invite a developper : vous commencer par dire que le rechauffement climatique est une imposture, et ensuite que, certes, la Terre se rechauffe mais que les lobbies ecologistes veulent l’exploiter. choisissez votre these, rechauffement ou non ? meme quand on dit des betises, il est bon d’etre coherent


            • msajusfr msajusfr 8 février 2007 19:37

              Monde&Vie, bimensuel catholique et national, c’est en effet le genre de revue qui doit faire avancer le schmilblick.


            • troll (---.---.82.132) 8 février 2007 16:56

              le Monde laisse etonnament passer de temps en temps des articles ahurissants comme celui ci... je me rappelle d’un article ou les renforcement de la population ursine des Pyrenees etait compare au phenomene des pitbulls dans les banlieues...

              on peut se rater mais quand ca devient regulier, c’est qu’il y a un probleme... pour ma part j’ai arrete toute lecture du Monde (et meme web)...


              • Thierry (---.---.130.76) 8 février 2007 16:57

                A l’auteur,

                j’ai lu l’article de Serge Galam, et je l’ai trouvé intéressant du point de vue épistémologique, et pas aussi insultant que vous le dites. Il pèche cependant par deux omissions importantes.

                D’abord l’argument de vraisemblance : si le CO2 produit un effet de serre, il est donc vraisemblable qu’il produise un réchauffement. Je n’insiste pas, mais c’est quand même important du point de vue épistémologique.

                Ensuite, il nous rappelle les errements des scientifiques nazis ou médiévaux, fourvoyés par leur religion ou leur antisémitisme. Fort juste, mais pour utiliser cet argument il faudrait alors identifier l’idéologie erronée qui fourvoierait pareillement nos climatologues. Quelle est-elle ? Pour résumer, un goût du sacrifice pour apaiser les Dieux ! Je veux bien qu’on accuse certains courants de l’écologie politique de ce travers, mais pas les scientifiques !

                Sinon, je vous trouve plutôt injuste à l’encontre de l’excellent article de Timothée Poisot. Il n’y a pas de honte à s’en inspirer.


                • Matthieu 8 février 2007 18:08

                  L’article de Galam est insultant par ses references, ses allusions comparant climatologues et scientifiques Nazis, et j’en passe.

                  Je ne sais pas combien de fois il faudra repeter que les docteurs en theologie de l’epoque medievale qui s’opposaient a Galilee n’etait pas des scientifiques. on est scientifique dans sa demarche, pas par son diplome. Que les « ideologues ecologistes » aillent dans le meme sens que les climatologues ne changent pas le fait que ces derniers soient des scientifiques.

                  Quant a Timothee, il y a meprise : c’est un partenaire du cafe des sciences que j’estime, qui a fait un bon article, et a qui j’ai demande la permission de reprendre son titre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires