• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le règne des capitalo-bourgeois

Le règne des capitalo-bourgeois

Depuis 1968, patrons et bourgeois n’on eu de cesse de reprendre ce qu’ils avaient concédé sous la contrainte des luttes.

Leurs forces principales sont les grands moyens d’informations presses écrites et télé, pour compléter cette domination, ils arrivent par la combine et la lobotomie des esprits à se faire élire avec une minorité d’électeurs.

 Le mensonge, l’hypocrisie, la démocratie sacrifiée par les ordonnances, la pensée unique imposée par la force lors des manifestations ou occupations de lycées ou de facs, sont devenus monnaie courante.

Après les années Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, c’est au tour de Macron d’exercer et de privilégier une politique des tous patrons et de défendre et d’imposer le capitalisme non seulement sur l’Europe mais au travers du monde.

 Soutenus par la grande finance et le patronat Macron et sa clique entendent bien mettre l’ensemble des travailleurs, des retraités, des chômeurs et les étudiants au pas.

 En parlant des travailleurs, Macron en déclarant « les travailleurs feraient mieux de bosser au lieu de manifester » traite les manifestants de fainéants, quand ce triste sire se permet de dire en parlant des retraités « Ils sont trop riches », laisser croire que si les étudiants manifestent c’est pour ne pas aller en cours, c’est faire montre de mépris à l’égard de ceux qui vivent très mal.

 Vaniteux, prétentieux et ambitieux, ceux qui nous gouvernent ne sont que des mégalomanes qui rêvent de puissance et de reconnaissance. Eloignés des besoins, des revendications des travailleurs, des principes mêmes de la République, cette élite bourgeoise défend les intérêts du Capital et refuse tous dialogues constructifs en imposant sa volonté à garder le cap.

 Les ordonnances prises par Macron et sa clique ne servent que les intérêts des patrons : La réforme du code du travail = baisse des salaires et des charges.

  Suppression de l’ISF.

  Fin de la taxation de 3% sur les dividendes.

  Suppression de la taxe sur les salaires élevés

 

 La volonté de mettre fin aux services publics est on ne peut plus évidente.

Après la seconde guerre mondiale, sous un gouvernement d’unité populaire, les nationalisations ont été promulguées pour relancer l’économie du pays et aujourd’hui on nous dit que les entreprises d’état coûtent trop chères, qu’il faut permettre aux entreprises privées d’entrer dans le capital ??

Bref, dénationaliser le secteur public pour en faire des entreprises privées. Dans ces conditions pourquoi payer des impôts et des taxes si la notion de services rendus devient un service privé. Si le service privé est aussi désireux de s’emparer du public c’est que la poire est juteuse car le capital n’a jamais fait montre de philanthropie.

 Par le passé, nous avons connu des banques en faillite que l’Etat a renflouées et qui ensuite ont étés privatisées.

 De toute évidence l’objectif de Macron et de sa cour n’a d’autre objectif que déposséder la nation de ses biens au profit des gros ventrus du Capital, grands actionnaires, haute finance, et spéculateurs de toutes sortes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 27 avril 2018 12:13

    l’auteur oubli les bureaucrates public tout puissant.


    • MagicBuster 27 avril 2018 13:57


      tout est logique .

      Il ne fallait pas voter Macron - ni hollande, si Sarko, ni Chirac etc . . . .


      • zygzornifle zygzornifle 27 avril 2018 15:18

        Avec Macron ça va saigner les gencives des sans dents .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Libertad14

Libertad14
Voir ses articles







Palmarès