• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Salarié soumis paie TOUT avec la dette du patron

Le Salarié soumis paie TOUT avec la dette du patron

D'abord quelques chiffres nécessaires pour ma démonstration.
Qui travaille ? Les actifs, 26,9 millions dont : 
Les Salariés, 25 millions d'employés.
Salariés immigrés 1,248 millions
Les Travailleur non Salariés, artisans,
patrons, professions libérales, 1, 9 millions.
 Travailleurs non Salariés, immigrés, 345,3 milles
Chômeurs 3 millions.

Le salaire moyen est de 2912 € brut.
Le PIB de 2962,79 USD à 0,89 d€ = 2636,883 milliards.
Recette de la France, 303,3 milliards.
Recette Secu, 404,5 milliards
Recette des collectivités, 83,9 milliards

Celles de l'état se décomposent comme suit.
TVA 150,5 milds 49,7%
TICPE 10,4 milds 3,4%
Autres recettes 28,2 milds 9,3%
Recette non fiscale13 milds 4,3%
Impôt sur le revenu 72,6 milds 24%
Impôt société 28,4 milds 9,4%

Nombre d'entreprises 3,4 millions.
Nombre d'artisanat 1,4 millions
Nombre d'indépendants 1,8 m.
Population 67 millions.

PIB, 
Part de l'agriculture 2%
Part de l'industrie 20,1%
Part des services 77,9%

C'était en 1850, 36,6 millions d'habts
Ouvrier 4 millions
Agriculture 9,5 millions
Services 4,6 millions
Actif 18,6 millions
Agriculture 47,5%
Industrie  27,%
Services  25,5%
Je n'ai pas trouvé le PIB en 1850.

Ce fut laborieux pour trouver des chiffres fiables, que j'ai recoupé, leurs exactitudes ne sont pas indispensables, mais ils donneront pour ce que je désire, une mesure un contenu une image fiable et vérifiable.
Que chacun face les transpositions avec les valeurs réelles.
.(Source inssee gouv, ocde, entreprises, assurances des TNS, travailleur non salarié, toutpourlemploi).

Comment comprendre qui paie et produit le bien être dont nous bénéficions. 
Cela sans refaire l'histoire morale de la formation du capital.
Elle est due à une stabilisation de l'économie de Pillage qui s'est sédentarisée pour produire. S'en sont édifiés des cités et des états qui sont les nôtres aujourd'hui.
Il en a découlé l'organisation du travail actuelle sur plus de 5000 ans, dont les tablettes d'argiles des Summers nous rapportent les traces d'une activité économique.

Se distingue au cours des siècles écoulés une activité économique qui se structure en classes sous l'effet d'un dominant. Celui ci passe de la force à une système, le dominant systémique.

 Le respect de ses règles rythme nos existences et détermine les places Sociales, économiques et politiques.
 Celles Economiques donnerons deux classes. 1/celle de citoyens qui héritent ou entreprennent en fonction d'un capital historique disponible ou de la capacité de création monétaire.
 Dans cette classe, des sous classes se distingueront en fonction de leurs quantité de capital dont elles disposent.
 Il y a actuellement 1,4 mils d'artisans.
 3,4 mils d'entreprises, 
 1,8 d'indépendants.
 65% de - 10 salariés
 5% de 10 à 500
 1% de + de 500.
 
Ce sont ces employeurs qui ont besoin d'aide pour réaliser leurs objectifs, leurs projets etc. Ce que Seuls ils ne Pourraient Réaliser.
Je n'ai pas écrit, ils créaient des emplois, car ce n'est pas LEURS BUTS.

La communication du langage que nous utilisons procède de la position du Dominant. C'est dans le déroulement historique des relations Economiques que ce sont édifiés les règles economiques et le plan Comptable.

Ces règles et ce plan Comptable ont été définis par les Maîtres pour les servir et non par les serviteurs

 
L'on peut lire la relation autrement

 
 Mais ce sont eux qui vendront leurs productions ou services.
 Chacun d'eux, individuellement, seront des clients pas très nombreux, mais de luxe. Ils consommeront avec les revenus tirés du résultat net.

Les profits, les bénéfices, les dividendes au même titre que n'importe lequel des citoyens.
Sauf que c'est leurs Aidants qui Gagent leurs Revenus, ce que nous verrons.

Chaque société (entreprises) sera aussi cliente des autres. Elle réglera avec la trésorerie de la société, ou pour faire simple du capital. 
Cette dépense pour ces achats deviendra une charge de production.

La classe des Aidants.

L'autre classe et celle qui n'a pas de capital historique ou un projet réalisable par un emprunt de capital.
Elle loue sa force de travail soumise à la seule nécessité de vivre. 
Cela dans le cadre des règles économiques du dominant systémique (la démocratie et la culture historique) que fait appliquer la classe politique élue par les citoyens dont il est membre.

Celle qui nous intéresse c'est le droit à la propriété privée, et l'obligation de celui qui loue les services d'un citoyen sans propriété économique de lui verser un salaire minimal. 
Le versement du salaire fait la classe sociale du Salariat.

Cette classe retirent son revenu du salaire que lui verser l'employeur pour le dédommager de son aide avec son capital.

Avec se salaire l'Aidant devient un Client des sociétés. 
Les sociétés considérerons que ces versements son une Charge de Production.

Quelle est la source de capital.

La transformation de l'échange d'un bien ou d'un service contre une Reconnaissance de Dette au lieu d'un autre bien, le troc.

Cette dette est un moyen d'échange si on ne se la fait pas Rembourser.
Tout remboursement détruit la dette.
La dette est donc une Monnaie d'échange qui facilite le troc.

Si l'on replace la reconnaissance de dette par un haricot, un coquillage, une pièce d'argile, de fer, de bronze, d'or, un papier billet, un chèque, une ligne virtuelle, une action, on a créé de la monnaie. elle n'a aucune valeur intrinsèque en soit d'échange. 
Sa valeur nous l'avons compris n'est que celle qui correspondra à la suggestion qu'inspire le désirse la nature des produits à échanger et celle de la possibilité de la faire CIRCULER sans fin.

Cela n'est possible que si les uns et les autres se font confiance avec ou sans Garanties. 
Il n'est pas nécessaire que la reconnaissance de dette soit garantie par un équivalent stockable comme nous l'avons fait avec l'or. (Intéressant sujet, notre monde en aurait été différent)
Mais elle a besoin d'une authentification certifiant l'honnêteté de la transaction. Le billet ne sert qu'à cela, aujourd'hui c'est la fiabilité des transactions
Ainsi tous ceux qui disposent de milliards ne disposent en fait que de reconnaissances de dettes qu'ils ont émises et qu'ils Récupèrent.

Maintenant nous comprenons mieux.

Qu'en un employeur signe une reconnaissance de dette pour l'aide qu'il va recevoir, il cherche à s'endetter au moindre coût (esclavage, la servitude, l'asservissement), car il craint qu'un autre employeur en bénéficie et que la dette ne lui revienne pas. Les Aidants réaliseront leurs achats avec la reconnaissance de Dette reconnue et signée par l'employeur qui a eu besoin de son travail, et qu'il lui Reprend en lui revendant le produit de son travail.

L'employeur récupère donc sa dette en revendant au salarié le travail pour lequel il avait fait une reconnaissance de dette. 

Problème à résoudre des plus simple. 

L'employeur a dû échanger (son capital dette) pour régler d'autres frais.
Frais de production achat, aide, obligations légales (celles du dominant démocratique, les lois), obligations contractuelles,(prélèvements cotisations, chômage, AT, AF, CR etc. tous ce que chacun trouve sur son bulletin de salaire), les impôts et taxes, et la TVA sur des achats de services et produits finis. ( Ce n'est pas grave si je laisse de côté tout un tas de comptes ce n'est pas le plan comptable que je veux développer), mais lister ce que les citoyens croient que les Sociétés Paie et qui serait susceptible de les pénaliser commercialement. (le discours sur les charges et prélèvements, en 1988 une proposition de taxe sociale au importatio a été refusé)

Le salarié de son côté consomme en fonction de la reconnaissance de dette qu'il a reçu en échange de son aide. Elle est égale à son travail. (Il n'y a pas de valeur intrinsèque d'un produit, tous ne valent que du travail humain, de la sueur).

Lui aussi est soumis au dominant systémique démocratique (dont il est un élément votant). 
À ce titre il réglera des impôts, des taxes nationales et locales, et les prélèvements obligatoires mentionné sur son bulletin. 
Sécu, retraite, complémentaire etc
Avec ce qui lui reste il achètera comme client la production que le société lui vendra est dont il est le réalisateur.

Celle qu'il aura produite contre une reconnaissance de dette pour son aide.

Comment l'employeur déterminé le prix de vente du travail réalisé par son aide.
Il va cumuler toutes les sommes des reconnaissances de dettes émises pour régler ses obligations légales, contractuelles et de production. Son revenu il le retirera de la productivité ou de l'ajout d'une marge.

Je retiens la marge par simplification.

L'employeur fait donc une reconnaissance de dette à l'Aidant pour le travail qu'il a réalisé, d'une valeur qu'ils ont convenu individuellement qui sera variable inférieur ou non à ce qu'on lui imposera par accord (syndicats, lois). Je vais l'estimer, admettons 1000. Sur ces 1000 reçus l'aidant donne 100 en impôts nationaux et locaux, 100 en cotisations en tous genres, et 80 de TVA pour ses achats.

Il lui reste 720 pour acheter le produit de son travail, pour lequel l'employeur aura fait une reconnaissance de dette de 1000. Le produit réalisé par l'aidant vaut donc 1000.
L'employeur qui établie le prix de vente du travail de l'aidant, ajoute au 1000 donné à l'aidant, 30 d'impôt, 200 de prélèvements obligatoires et autres, 500 de fonctionnement, 500 de marge.
Total du prix de vente du produit réalisé par l'aidant, 2500.
.
Or l'aidant ne dispose plus que de 720 pour acheter ce qu'il a produit.
Qu'à cela ne tienne, l'employeur a déposé son capital dette ou trésorerie dans une banque de dépôt de dette qui constitue son crédit disponible.
La banque propose à l'aidant de lui mettre à disposition le capital dette de son employeur, soit 2500 moins 720 égale 1780 qu'il devra détruite en les remboursant et en y rajoutant une reconnaissance de dette équivalente au frais de la banque et du dédommagement de son employeur qui durant le temps du prêt n'a pu utiliser des reconaissances de dettes, il verse alors 10 d'intérêts.

Les comptes sont finis. 
L'aidant pour acheter le produit de son travail a payé, donc rendu à son employeur 720+1780+10 = 2510. P lus que ce qu'il a reçu 1000.

Allez ce n'est pas fini. 

Cet aidant en réglant directement ses impôts, donne une partie de sa reconnaissance de dette pour payer les services publics, qui sont au nombre de 4,8 millions.

Ces agents iront avec cette reconnaissances de dettes la retourner à l'employeur pour consommer. lui aussi paiera toutes les reconnaissances de dettes de l'employeur contenu dans le prix de vente. il rendra à l'employeur les 280 de charges de l'aidant + les 230 de emploiyeur qui constitue ses revenus.

c'est le même processus pour les agents de la sécurité sociale et des services publics de santé.

Quel sont donc les montants réels qui retournent à l'employeur.

Recette Secu 403 milrds + recette de l'état 304,3 milrds + recette des collectivités 84,9 milrds, soit 712,2.

Les entreprises versent 28,4 milrds d'impôt sur les sociétés et récupèrent 304,3miliards. Idem avec les prestations Secu, il récupèrents 403 milrds.
Pareil pour le privé quand nous achetons un produit, c'est le travail du salarié + la marge de l'entreprise. PIB 2636,8 milrds

L'on pourrait allonger la liste, ces deux exemples sont suffisants pour comprendre que l'on s'auto finance et que les entreprises ne paient rien elles transfèrent tout sur le prix de vente.

Les employeurs qui estiment qu'il ont leur mot à dire parce qu'ils paient TOUT devraient être plus discrets, heureusement ils ont d'autres talents, (pas tous,)

 Les employeurs paient à hauteur des lois un revenu par une reconnaissance de dette, qui est financée par la récupération de la dette qu'ils avaient consenti aux aidants, majoré des intérêt qu'il a dû engager pour acheter son travail.

Conclusion seul les Aidants paient la consommation des autres, ce sont les 26,9 millions de salariés moins les 4,8 du public, soit 22,1 millions. J'aurais pu poursuivre en sortant tous les services qui sont administratifs. Il n'y a aucun ostracisme dans mes écrits car eux aussi sont nécessaires la société.
Globalement c'est 2% agriculture et 20,1 d'industrie qui produisent la richesse qui circulent dans les services.
Nous avons compris que le dollar, l'Euro, le Yen n'ont de valeur que politique. La valeur d'une production ne dépend que de celle qui concourent de l'échange de l'acceptation d'un montant d'une aide, d'un travail, que celui qui le donne récupèrera au double. 
C'est cela le capitalisme.
Je pose pas la question qui tue, allez si : Comment presque 7 milliards d'hommes acceptent cela ?

Chacun a compris que la monnaie n'est que l'estimation de ce que les hommes s'échangent. 
Nous avons lu que l'activité productrice de biens, Agriculture et Industrie ont chuté depuis 1850, principalement du à mécanisation et la robotique, tout en produisant plus de biens pour une population qui a doublé et une population active qui n'a proportionnellement pas progressé autant.

Chacun a compris que le glissement qui s'est opéré vers les services autorise que l'on puisse Recevoir une reconnaissance de dette en échange d'une activité que peuvent décider ceux qui sont les dominants systémiques politiques, la démocratie.

Depuis les années 80 je suggère en vain de développer un enseignement pour adultes rémunéré. 
S'il y a des activités dont les valeurs utilités ne se contestent pas, C'est la Santé, et les Savoirs, ils sont interdépendants. Sans eux nous serions encore à l'âge de pierre, et ce ne sont pas les financiers qui nous dirigent qui nous en sortiraient.
Ils en seraient toujours à exploiter la production de silex parce qu'elle rapporte.
Il nous faudrait virer tous ces financiers du pouvoir, sauf que c'est nous qui les élisons car ils nous ressemblent et dirigent l'existence de 7 milliards d'humains. Il ne faut pas désespérer.

J'espère surtout que chacun percevra comment on nous dupe avec la dette de l'etat où l'on nous dit que la rembourser est s'enrichir.(on en serait encore au troc)
Pour nous achever, nous ne percevons pas que ce sont les salariés qui financent TOUT, y compris le capital, car la comptabilisation de l'activité économique ce sont les dominants qui l'ont définie et non la classe des dominés.
C'est le maître et non le Serviteur.
Libre au Serviteur d'y rester soumis, mais au moins qu'il sache que c'est lui qui fabrique la richesse. 
Qu'on ne lui fasse pas avaler qu'il y a égalité entre lui et son maître.
 L'avenir c'est peut-être de la réaliser, cette ÉGALITÉ, à la mesure de la contribution de chacun et non à celle du capitalisme qui entretient l'idée que sans lui nous ne pouvons être mieux.

Sauf qu'il a inventé l'arme nucléaire. Il a fallu 300 ans pour que naisse un Hitler, nous n'aurons peut-être pas à attendre aussi longtemps pour mettre au monde celui qui appuiera. 
Ne pensons pas qui s'agit d'alarmisme. 
Tout ce que nous créons nous l'utilisons et comme la pollution ou ceux qui crache en l'air cela nous retombe sur la gueule.

C'est pour dire trivialement, qu'une société qui vit dans une unité de pensée en mourra si elle ne reçoit rien venant de l'extérieur.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Le421 Le421 22 juin 19:17

    Trois busards qui on voté 1 étoile parce qu’ils n’ont même pas compris ce que vous avez écrit...

    En tout cas, merci Dédé pour cet article ayant nécessité pas mal de recherche.

    Ce que les votants à deux balles sont bien incapables de faire.

    D’ailleurs, ces votes n’ont même pas été accompagné du moindre commentaire.

    Ils ont peur de se ridiculiser en écrivant deux phrases. Risque grave de faire cinq fautes !!  smiley


    • ddacoudre ddacoudre 22 juin 19:41

      Bonjour

      EN écrivant ce genre d’article je ne m’attends pas à beaucoup de commentaires . S’ils comprenaient il y a longtemps que le Capitalisme n’existerait plus. L’essentiel étant qu’il circule Je n’ai pas été surpris de t’y retrouver. Cordialement ddacoudre overblog


      • Le Gaïagénaire 23 juin 03:12

        @ddacoudre
        Votre excellente démonstration prouve ce qui suit :

        Pour imager, posons un triangle comprenant 3 étages :
        1er en bas-les sans dent ou les aidants
        2ième-tous les salariés de l’État et employeurs (budget socialisé payé par le 1er)
        3ième-tous les capitalistes (dont les lois protègent les droits et les biens)

        Cela ressemble à l’Inde et ses trois castes. Et c’est universel.

        Cordialement


      • ddacoudre ddacoudre 26 juin 23:17

        @Le Gaïagénaire

        Bonjour

        On peut le présenter comme cela. Cette organisation à au moins 5000 ans

        Cordialement ddacoudre overblog


      • Pierrot 22 juin 23:16

        Je viens de terminer l’article ... à grand peine !

        Si l’on met de côté ma vue défaillante qui tend à rendre tout déchiffrage laborieux, ce texte s’avère quand même assez difficile à lire. Il est particulièrement long (de deux à quatre fois la taille de la plupart des articles postés sur ce site !), son style est heurté, le plan et les articulations n’apparaissent pas de façon flagrante, il n’y a pas d’introduction pour planter le décor ni résumer le contenu, et même le sens du titre n’est pas évident tant qu’on n’a pas déjà bien avancé dans la lecture. Je peux donc comprendre que certains aient pu abandonner avant d’arriver à en découvrir le sujet.

        Or, il me semble que le point de vue présenté ici est essentiel et mériterait d’être largement diffusé.

        Je pense donc que l’article mériterait vraiment d’être ré-travaillé afin de le rendre plus accessible aux lecteurs (certainement la grande majorité) habitués à des formats plus concis, à des explications plus directes ou à un accompagnement plus soutenu dans les raisonnements.


        • ddacoudre ddacoudre 26 juin 23:26

          @Pierrot Bonjour

          Je te remercie de tes critiques d’autant que elles son juste nous sommes dans une société qui veux qu’on lui expliquer la complexité du monde dans la minute sinon elle ne prête plus d’attention Mes cinéastes américain ont compris cela toutes les 30 sc il y a une action, comme dans mes jeux vidéo, cela pose de nombreux problème intérêt et d’attention. Cordialement ddacoudre overblog


        • HELIOS HELIOS 23 juin 01:41

          ... je n’ai rien compris... euh, c’est presque vrai ! mais ce qui est évident, c’est qu’encore une fois, c’est un travail de comptable qui ne traite pas le qualitatif d’une part et qui ne s’occupe que des chiffres globaux... justement ceux qui gomment cette notion de qualité.... et de libre choix !

          tiens, un autre détail, les importations, c’est intéressant les importations, car l’aidant, il n’a pas bossé pour obtenir la dette de l’entreprise etrangère exportatrice. Dans ce cas, importer c’est bien s’enrichir, non ?.... cela fait longtemps que je le dis et tout le monde rigole....


          • ddacoudre ddacoudre 26 juin 23:49

            @HELIOS

            Bonjour Le libre arbitre n’existe pas faire les choix qui se présente à nous n’est pas le libre arbitre car ils sont dirigés par nôtre inné pour choisir ce qu’il considère être le plus profitable pour nous. nous ne choisisons pas les informations qui nous affectent elle nous parviennent de l’environnement. Dans lequel on se déploie. une fois impacté par elle nous choisisons celles qui satisfont les désir que notre inné trouve aller dans notre intérêt pour nous permettre de survivre. Ma notion du libre arbitre à une origine religieuse, Dieu étant Bon l’homme disposer du libre arbitre pour choisir entre le bien et le mal. Le bien été Dieu le mal venait de homme. Me qualitatif à rien à voir avec cela Je ne d’écrit qu’une relation commerciale dans laquelle c’est le salarié qui paie tout que la prestation soit de qualité et ou que cela se passe dans le monde. C’est un fondement du capitalisme, faire du capital en vendant le travail du salarié plus la marge du patron au dit salarié. Un patron donne 100 pour un travail Quand il va le vendre il ajoute sa marge 100. Quoi que produise le salarié en quel que quantité que ce soitil vendra son travail 100+100=200. Or le client c’est le salarié et il a que 100 pour acheter son travail qu’on lui revend 200 Le salarié devra emprunter 100 pour acheter son travail et il remboursera 110 a ma banque Au total son travail lui aura coûte 210. Tu replacé les 100 par une reconnaissance de dette et c’est pareil.

            Cordialement ddacoudre overblog


          • victormoyal victormoyal 24 juin 08:14

            23,6 millions de gens dans la vraie population active de ceux qui risquent d’être un jour au chômage.

            Nous obtenons donc un taux de chômage de 7 millions sur 23,6 soit 29,6%…

            Ce sont les vrais chiffres du chômage...presque 30%...et dans ces chiffres ne sont pas prit en compte ceux qui ne touchent plus rien....MDR


            • Spartacus Spartacus 24 juin 11:33

              Quelle usine a gaz et démonstration de jalousie sociale caché derrière une farandole de chiffres hors sujet...

              Zola et la mine....

              Tous les ouvriers sont donc des esclaves et les patrons des sanguinaires qui trempent chaque matin des gentils n’ouvriers dans leur café et les croquent ensuite...

              Il existerait donc une « classe de l’héritage » à millions d’individus ou on y mettrait les entrepreneurs, les investisseurs et autres qui connaîtraient la réussite ....

              Et de l’autre ceux qui n’auraient rien et condamnés a être des larbins incapables de connaitre la réussite et n’être que des esclaves....

              C’est surtout une ode à l’absence de courage, le déni de la reconnaissance des talents, et le déni que la fortune sourit aux audacieux.

              Et l’envie de croire que la réussite serait lié à l’hérédité plutôt qu’aux choix individuels.

              Qui explique à l’auteur qu’un business plan fait lever des millions sans une tune en poche sans être un héritier ?

              Qui explique à l’auteur que le salarié est libre de prendre ou laisser son travail comme il veut sans être un esclave caricaturé.


              • ddacoudre ddacoudre 27 juin 00:15

                @Spartacus

                Bonjour tu es une calamité intellectuelle. Si tu es pas né une cuillère à ma bouche comme il a semblé depuis que je te lit alors fit merci au Socialistes sinon tu serais en côté en servitude. Ce sont eix qui ont réclamé ma réduction du travail pour que tu puisses t’instruire et être capable d’entreprendre aussi. Mais pas pour aller exploiter ceux qui ton sortit de l’esclavage.j’ai bien compris qu’une fois nourri tu as été te joindre au maître Je n’ai rien contre ceux qui entreprennent. Je verrai bien une société d’auto entrepreneur.ai jamais voulu pendre un patrons mais ce est pas une raison pour que je renonce à la par de profit que j’ai réalisé parce que s’il compte sur les 1,8 mil lions de patron pour s’enrichir il n’est pas prêt d’y arriver. Maintenant si être un business Man signifie que cela de donne le droit d’exploiter les autre, ce es que la notion moderne du maître et de celle du 15 siècle d’esclavagiste. Ceux qui avait me droit d’exploiter. Nous sommes dans une société qui considère que les femmes ne doivent pas être un objet seciel, et bien moi je considère que les hommes ne boivent pas être un outil de travail. C’est cela qui nous sépare. Cordialement ddacoudre overblog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès