• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le sale con de l’agriculture

Le sale con de l’agriculture

Le Salon de l’agriculture permet de jauger l’évolution de la fonction présidentielle et les contradictions du peuple électeur.

Quel paradoxe : les mêmes qui se sont ingéniés, depuis quarante ans, à désacraliser la fonction présidentielle, se courroucent aujourd’hui d’avoir un chef d’Etat aux écarts de buvette. Personne, pourtant, ne peut se déclarer foncièrement étonné sur sa façon d’être : il est à l’aune de ce qu’il a montré, des années durant, comme ministre de l’Intérieur où il bénéficiait d’un pistage médiatique inégalé pour un tel poste. Même le Pasqua de 1986 respire la doucereuse naphtaline si on le compare à l’activiste Sarko-Beauvau.

Les premiers à jubiler de cette involution : les journalistes qui multiplient les gros plans, les débats, les retours en triple couches sur les bruyantes tribulations de l’Elysée-Sarko-Show.

Les Américains ont eu leur Bush, innommable vulgarité politique pour les condescendants Français qui, pour une large moitié, ont porté au pouvoir celui dont il connaissait sans ombre le cirque d’Etat permanent. Au premier rang, une droite traditionaliste qui, ces dernières semaines, plombe les sondages sur le Frénétique.

En outre, que le premier des Français verse dans le franchouillard mauvais ton relève presque de l’obsession consubstantielle à la fonction depuis la mort de Pompidou, et ceci avec la bénédiction implicite du peuple électeur. Plonger un peu dans les à-côtés comportementaux du fringant Giscard d’Estaing, souillant sa particule et son phrasé guindé sur l’estrade d’Yvette, l’accordéon en bandoulière pour se convaincre qu’il a quelque chose en lui de populeux, relativise le gainsbarrien « Casse-toi ! (...) Pauvre con » du sanguin président.

Jauger les brenneuses casseroles du mesuré Fanfan Mité, que les médias institutionnels (publics et privés) comme la grande presse ont occultées pendant plus d’une décennie alors que Le Crapouillot (feu magazine étiqueté d’extrême droite) les livrait sur la place publique dès le début du premier septennat, édifie sur la gravité d’une vulgarité existentielle face à quelques excès grossiers du peu agreste Sarkozy. Renifler les incongruités langagières et les familiarités redondantes du dégingandé Chirac ne fait que souligner la tendance outrancière de son Brutus politique. Internet s’ébroue ou se goberge face à l’échange entre le citoyen de base qui, par une périphrase sans ambiguïté, traite de merde le président de la République, lequel le tutoie et l’insulte, le renvoyant à son insondable insignifiance.

Fallait-il le mépriser par le silence, à la façon d’un Balladur (digne héritier de Pompidou, le dernier de nos présidents ancienne manière) dont les Français, après l’avoir porté au pinacle comme Premier ministre, n’ont pas voulu comme locataire feutré de l’Elysée ? Fallait-il l’ignorer pour les caméras et demander au service d’ordre de l’intimider en coulisse par quelques arguments musclés dont le pouvoir exécutif a le secret ? Fallait-il, sinon, lui signifier un immédiat dépôt de plainte pour injure envers le chef de l’Etat ? Autant de voies raisonnables ou traditionnelles qui ne traduiraient plus l’instinctive personnalité du schismatique Sarkozy.

Alors oui, la dignité de la fonction est foulée aux pieds, selon les critères vieille France ; oui, il a fait du talion verbal sa marque réactive. Mais, finalement, qu’attendaient ceux qui l’ont élu (pour ses adversaires, l’indignation entretenue est on ne peut plus logique, banale) ? D’avoir un président sans écart de langage, bien ripoliné aux entournures, pondéré dans toute situation, même celle où un scrogneugneu l’insulte ?

Croit-on à de la stratégie politique ? Encore parler de lui pour le traîner dans la boue, quel fin tacticien ! Son problème : dès qu’il se replace dans le réfléchi, le complexe, le retenu, par exemple lors de son récent discours sur l’Union européenne, il est inaudible, sans relais, sans aucune agitation médiatique enthousiaste ou "fustigeante". Ses penchants caractériels le poussent alors à de sporadiques coups d’éclat qui le remettent en scène sous les feux de Big Média.

Devait-il passer du politique boutefeu au président flagellé se drapant dans la majesté de la fonction pour laisser couler le jus des projectiles pourris ? La haine attisée le rendra plus vulnérable à la folie d’un citoyen pressé d’en finir... Là est le risque majeur. Nous reviendrions alors à du feutré, du bien hypocrite, du sans vagues comme on l’aime, tant qu’on ne l’a pas comme interminable quotidien.

Toujours insatisfait, toujours à s’en prendre à ceux qui ont la charge de gouverner ce pays, le peuple de France entretient son ancestral penchant à brûler ses idoles, même lorsqu’elles lui ressemblent jusqu’au bout des mots.


Moyenne des avis sur cet article :  2.31/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 25 février 2008 11:20

    Reconnaissez que vous,à la place du CRETIN.FR qui insulte le Président de la République vous auriez argumenté pour échanger afin d’élever le débat d’idées

    Qui pourrait justifier que ce CRETIN.FR est représentatif de l’opposition républicaine ? et qu’il représente une "conscience intellectuelle" ?

     

     


    • Charles Ingalls Charles Ingalls 25 février 2008 11:29

      (L’auteur) TITRE "Le Sale Con de l’agriculture"

      Tout a fait d’accord avec vous, un homme politique (qui plus est président), n’a pas à insulter un citoyen Français quelle que soit son attitude...


      • Icks PEY Icks PEY 25 février 2008 11:45

        Article ampoulé et vide.

        Icks PEY


        • kraken kraken 25 février 2008 16:29

          +1

          Monsieur Decrauze manie le verbe avec aisance, sans s’attacher aux implications et répercussions de ce "casse-toi pauv’ con" hors de sa sphère intellectuelle.

          L’insulte a été donnée ... et reçue dans plus de 700 000 foyers au journal télévisé. La responsabilité est alors partagée entre l’emetteur et le distributeur.

          Ce qui importe, c’est la banalisation d’une attitude que la justice reproche à la "racaille" : l’irrespect. Que ce dernier aille de l’inpolitesse à l’outrage en passant par l’offense, selon qu’il vise un "fonctionnaire de l’état dans l’exercice de ses fonctions" ou bien un simple citoyen, que ce manque de respect émane d’un puissant ou misérable, il reste un manquement à un code social établi.

          Que ce soit le chef de l’etat qui abatte les derniers remparts de la civilité, est une injure faite à tous les français.

          J’ai aussi proposé un article développant cette position et qui se retrouve sous forme de commentaire dans un autre fil.


        • Nova 25 février 2008 16:38

          et indigeste....


        • roOl roOl 25 février 2008 11:45

          Un président na pas a nous ressembler.

          Un président n’a pas a etre people.

          Un président n’a pas a étalé les luxes que lui confere sa fonction ou ses affinités.

          Par contre, un président se doit d’etre notre digne representant.

          Et pour un homme de debat qui a soit disant bouffé Segolene pendant les debats, on attendait une repartie un peu plus a la pointe.

          "C’est votre attitude qui vous salie" aurait été plus que suffisant... mais bon, je ne suis pas président.

           

          Au dela de ça, pour qu’il parle comme ca, c’est qu’il rescent de plein fouet sa vertigineuse descente dans la cote publique. Un homme en perdition, qui s’appercoit que les français ne sont finalement pas si cons...

          On peut tromper une fois 1000 personnes, on ne peut pas tromper 1000 personnes 1000 fois.

          dixit Emile, la cité de la peur.


          • valere valere 25 février 2008 12:47

            Sarko en tant que Président est une honte pour notre pays. Il est indigne de sa fonction.

            Au lieu de passer son chemin face aux commentaires désagréables qu’il peut entendre, et bien non, Sa Seigneurie cherche à en découdre. On est plus au moyen âge ni sous la Monarchie et chaque citoyen a le droit d’avoir un avis contraire à lui. Qu’il se le dise, cela s’appelle LA DEMOCRATIE.

            Il a l’air d’un Président mais il est loin d’en avoir la chanson. A force de jouer au gros dur cela se retourne contre lui. Et tant mieux

            En fait le sort des français (à part ceux qui ont du fric), ne l’intéresse absolument pas. La Présidence de la France gonfle son CV car notre pays il s’en fout, Monseigneur doit avoir d’autres ambitions, (gouverner le monde ?).

            Au bout de 5 ans il aura mit la France à genoux. A moins qu’il y est du changement d’ici là !!!


            • Fergus fergus 25 février 2008 12:55

              A propos du déplorable incident du salon de l’Agriculture qui ravale le président à un niveau de médiocrité jamais atteint par l’un de ses prédécesseurs, je souhaiterais rapporter cette anecdote racontée par Jean Lacouture, historiographe de De Gaulle : le président, un jour, est interpellé en public par un quidam qui l’agresse en lui lançant "Mort aux cons !". De Gaulle lui rétorque du tac-au-tac "vaste programme, mon ami !" Mieux que toutes les analyses, cette histoire met en valeur toute la différence entre la classe naturelle d’un De Gaulle et la vulgarité, hélas tout aussi naturelle, d’un Sarkozy !


              • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 25 février 2008 15:40

                Cette anecdote est croustillante et témoigne d’une autre époque ! Une autre dimension... De Gaulle était charismatique et avait « une certaine idée de la France ». Il se sentait investi d’une mission, qui passait avant sa petite personne et ça, ça change tout.
                A mon sens, plusieurs choses sont choquantes dans l’altercation entre le président et le paysan. En premier lieu : le fait qu’un citoyen soit à ce point réfractaire au dialogue qu’il s’autorise à insulter le président sous prétexte qu’il ne partage pas ses convictions ou le déteste. La fonction de président de la République devrait inciter, me semble-t-il, à une certaine retenue et, au minimum, au respect de la fonction d’un individu élu démocratiquement.
                En second lieu, qu’un président s’abaisse en réponse à une provocation (car il s’agissait bien de provocation : que faisait ce paysan sur le chemin de Sarko, l’attendant à sa descente de bagnole s’il craignait tant qu’il lui serre la main et de ce fait « le salisse » ?) à insulter un citoyen -aussi impoli soit-il- n’est pas digne de sa fonction.
                Je ne pense pas être seule à penser que les puissants et les leaders d’opinion, c’est-à-dire tous ceux qui ont droit à la parole (politiques, stars du sport, vedettes de la musique ou du cinéma, élite intellectuelle, les fameux « peoples »…) ont une responsabilité. Toute médaille a son revers et on ne peut pas prendre seulement les bons côtés et se moquer du reste. « Moi, je suis un people et je dis et fais ce que je veux… » ? Et bien non, je pense que les « élites » ont une telle influence sur les foules qu’ils ont, à ce titre, une responsabilité et un devoir d’exemplarité.
                Pour beaucoup de jeunes en effet -et même de moins jeunes- ils sont un modèle à suivre, quoi qu’ils fassent. Quand Zidane répond à la provocation par un coup de boule, quand Sarko répond à la provocation en se mettant au niveau de son agresseur et l’insulte à son tour, chacun d’eux légitime la violence et la bêtise. Et après eux, se référant à leur comportement -si « humain » (je dirais plutôt si « bête »)- des milliers de gens justifieront à leur tour leur violence « par imitation ».
                Dans une société « déresponsabilisée » –pour ne pas dire infantilisée- comme tend à le devenir de plus en plus la société française, ce type de comportement ne fait qu’encourager et, pire encore, légitimer l’intolérance et le mépris de l’autre, de celui qui appartient à un groupe social différent, vit, pense ou vote différemment. Il y aurait donc ceux qui pensent comme nous et sont donc intelligents et dignes de respect et les autres, ceux qui méritent un bon coup de boule ou une insulte parce que le dialogue constructif est devenu impossible entre personnes de milieux sociaux ou de groupes de pensée opposés ? Affligeant.


              • beubeuh 25 février 2008 16:50

                Fergus a tout à fait raison de rappeler cette anecdote, la réaction de Sarkozy témoigne en effet d’une absence de répartie assez sidérante. Finalement, ce n’est pas la vulgarité qu’on lui reproche, mais l’incapacité à articuler l’élégant et le vulgaire avec verve et élégance. Nulle part qu’en France on apprécie mieux cette qualité, qui, depuis Rabelais et Villon jusqu’à Frédéric Dard et aux slammeurs modernes en passant par Molière et Edmond Rostand, est un élément constitutif de notre patrimoine national (à classer par l’UNESCO ?).


              • JL JL 25 février 2008 13:04

                Pour ma part, je refuse que qui que ce soit me serre la main si je sais qu’il évitera de me regarder.

                Il est évident que Sarkozy méprise les pauvres cons qui lui serrent la main autant que ceux qui refusent de le faire. Autrement dit, tous les français.

                Et dire que ce type veut que les élèves se lèvent en classe lorsque le professeur entre !

                L’article ici ? On peut se passer de le lire.


                • JL JL 26 février 2008 11:40

                  Sarkozy est le "demolition man" de la République. La devise du Prince était :  "je maintiendrai".

                  Tout le contraire de celle de Sarkozy donc.


                • Formule4 25 février 2008 13:22

                  Ce ne sont pas tant les mots "con", au diner d’une pièce et d’un film à succès, qui sont choquants même sortis de la bouche d’un président. Rappelons-nous, entre autre, les mots "durs" de Chirac contre les services de sécurité israéliens l’empêchant d’aller loucher les pognes de certains spectateurs.

                  Ce qui est davantage insupportable, c’est l’éternelle attitude de sale gosse eternel insatisfait de celui qui est censé représenter la France en France et à l’étranger depuis mai 2007. Aussitôt, le moindre accroc prend une importance démesurée, est sorti de son contexte (premier principe de journalisme), est attendu au coin du bois.

                  A tel point qu’on se demande, le matin, ce que va encore nous sortir celui qui devient de plus en plus le clown politique aux yeux du monde : programme d’école ? Chant partisan ? Nouvelle loi de répression ? Insulte ou posture avinée ? Invitation du dernier dictateur à la mode ? Mélange des pouvoirs ?

                  Pour être honnête, n’en vient-on pas à attendre la nouvelle "bourde" de Sarkozy, avec détresse pour les sarkozystes de l’élection, avec une certaine jubilation malsaine pour les allergiques au sale garnement ?

                  D’ailleurs, fait encore nouveau (est-ce la rupture), même TF1 a mis et remis le couvert sur l’incident du salon en précisant le nombre de visionnage de la video et en mettant en rapport l’incident survenu avec les pecheurs.

                  L’immense incompétence politique, un ego surdimensionné, une psychopathie de la punition de la peine et de la sanction font de notre guide républicain un dangereux instable au pouvoir (théorique) atomique.

                  Le soleil n’est pas prêt de briller lorsque l’on s’aperçoit que celui qui pourrait être le "sauveur" s’appelle François Fillon (si si !) et que certains le disent : "compétent " en un seul mot !!! On croit rêver...

                  Une liste de noms pour rire (jaune) ? Fillon, Dati, Bachelot, Borloo, Kouchner, Allot-Marie, Bruni, Bertrand, Hortefeux... (il y a un intrus dans cette liste)


                  • clément dousset clément dousset 25 février 2008 13:52

                    les "mots durs de Chirac contre les services de sécurité israëliens " auxquels vous faites allusion étaient des mots à valeur politique, il s’agissait de stigmatiser l’attitude générale d’un Etat devenu véritablement policier !


                  • Fergus fergus 25 février 2008 13:24

                    Le comble du con, c’est de traiter de "con" un autre con !


                    • Emin Bernar Paşa 25 février 2008 14:35

                      Ce paysan du Salon , ça vous rappelle pas le Paysan du Danube de M. de la Fontaine ?

                      "Quel droit vous a rendu maître de l’Univers ?
                      Pourquoi venir troubler une innocente vie ?"

                      Et ce "Touche-moi pas ..." ça vous rappelle rien ? "Noli mi tangere" ! relisez les Ecritures : 
                      Ce paysan ne serait-il pas l’Ange annonciateur d’une Résurrection ? la Résurrection de la Laïcité ? celle à qui on a fait souffrir bien des supplices récemment ? Touche pas à la loi de 1905 !


                      • roOl roOl 25 février 2008 15:56

                        ou comment tout mélanger...


                      • Claudine 25 février 2008 14:57

                        Faut’il karsheriser la racaille de Neuilly ?

                        Le virus "racaille" est pire que la grippe aviaire.Les symptomes sont langue appauvrie , violence verbale et fierté bien mal placée.
                        Le traitement "Culture et éducation" n’étant pas remboursé par la sécurité sociale, il y a de grandes inquiétudes à avoir pour le futur

                        De plus, je viens de lire "Chronique du règne de Nicolas 1er" de P Rambaud, qui hélas confirme les références culturelles faméliques de Nicolas.
                        C’est triste d’avoir honte du présidet de son pays.


                        • tvargentine.com lerma 25 février 2008 15:54

                          Avez vous vu le sale con ???????????,

                          Est si tout cela n’était que provocation en vue de vendre une vidéo pour faire du fric facile ????

                          http://www.lefigaro.fr/hightech/2008/02/25/01007-20080225ARTFIG00531-le-casse-toi-pauvre-con-fait-fureur-sur-le-web.php

                          La question est posée d’une manipulation

                           


                          • roOl roOl 25 février 2008 15:58

                            C’est clair...

                            Qui a manipulé le cerveau de Lerma a ce point.

                            Le mystere reste entier...


                          • Vincent 25 février 2008 17:48

                            C’est sûr qu’avec des raisonnements pareil on va pas aller bien loin.

                            Notre prézydent accumule conneries sur conneries, pendant ce temps là son gouvernement rame pour essayer de recoller les morceaux, ils essayent de justifier chaque intervention "border-line" à chaque intervention de notre président ses conseillers nous expliquent que nous n’avons pas bien compris les chose, tantôt il faut interpréter quand l’expression littérale est trop crue, tantôt c’est l’inverse.

                            Un moment faut vraiment arrêter de se foutre de notre gueule, parce-ce qu’à force c’est devant l’Elysée que l’on va aller manifester et demander la destitution du prézydent actuel pour faute grave, manquement au devoir de réserve, mise ne danger de la démocratie, incitation à l’irrespect total de l’autorité de l’état, les motifs ne manquent pas.

                            Alors, honnêtement, qu’il se fasse oublier, qu’il parte en vacance loin d’ici avec Carla, qu’il dépense des sommes folles, on s’en fout pourvu qu’il disparaisse complètement des sondages, des ondes, des médias, qu’il laisse bosser son gouvernement, sinon c’est ce même gouvernement ainsi que sa majorité présidentielle qui va le coller à la porte de l’Elysée à grand coup de pompe dans le cul.

                            Non mais c’est vrai quoi, un tel degré d’immaturité, d’irrespect frôle la parodie, à croire qu’il le fait exprès, peut-être à-t-il décider d’être le prézydent le plus court de l’histoire de la 5ème république.

                            C’est hallucinant, il m’exaspère, si l’on reprend la somme de conneries proférées depuis un ans, c’est tout simplement du délire, entre l’eugénisme,  la France tu l’aimes ou tu la quittes, la méconnaissance de la non rétroactivité des lois (pour un avocat c’est un peu léger) valable pour les lois relatives au déduction d’intérêt d’emprunt et sur les sanctions pénales pour les détenus dangereux, le paiement des RTT, la pseudo réforme des régimes de retraite, la loi du droit au logement opposable, le bouclier fiscal, non franchement je suis abasourdi par ce que nous français avons perdu notre capacité d’analyse et de discernement, ce n’est pas être un sale gaucho, ou autre pseudo révolutionnaire encarté LCR, de dire cela.

                            La Monsieur le prézydent, vous avez pousser le bouchon trop loin, il vous faut reculer, admettre ses erreurs c’est se donner la possibilité de  progresser.

                            Errae humanum est, perseverare  diabolicum.

                             


                          • Yohan Yohan 25 février 2008 17:34

                            Salon de l’agriculture : mode d’emploi à l’attention du prochain Président

                            Les dix commandements :

                            1/ Boire 2 cuillérées d’huile crétoise et déjeuner léger sans café avant de prendre la voiture présidentielle avec chauffeur

                            2/ Boire un peu, mais pas trop à chaque stand gastronomique (goûter la bierre de Lille, celle du Léon et le côte d’Auxerre de St Bris)

                            3/ Prendre une tranchette de saucisson du lyonnais et lancer à la cantonnade que c’est le meilleur du pays. Bis repetita au stand de l’Ardèche

                            4/ Goûter l’andouille de Vire et faire le trou normand, sans oublier de déguster celle de Guémenée au stand Bretagne. Au stand de Bretagne, éviter les huitres et les bigorneaux

                            5/ Faire un crochet au Stand de Haute Corse et proclamer que le meilleur fromage à vers de mouche est à ce stand. Bis repetita au Stand de Haute Savoie

                            6/ S’arrêter à tous les stands régionaux, engouffrer ce qui vous est proposé sans oublier de sortir une petite flatterie ou blagounette à la patronne

                            7/ Flatter autant que possible le cul des vaches (ça détend les nerfs), s’extasier sur le poil brillant de Marguerite et faire tinter la clochette de biquette des pyrénées 

                            8 Serrer les paluches en vrac, sans s’attarder, éviter les poignées de main trop personnelles, embrasser les enfants et les belles madames.

                            9/ Suivre l’itinéraire défini par le service de sécurité

                            6/ Récupérer sa boite de caviar (500 grammes) au Stand de la Gironde

                            et filer discrètement par la sorte de service, en baisant la main de l’hôtesse d’accueil 

                             


                            • Zkyx 26 février 2008 10:57

                              Ouais d’accord aussi, autant c’est un peu drôle quand sur google on tape "pauvre con" et qu’il nous renvoie la photo de Nico, autant ce bourrage de crâne est stérile. Car désolé mais des boulettes il en fait des bien plus grosses et déroutantes (son délire sur la shoah récemment entre autres).

                              Il se comporte comme un beauf et risque l’infarctus avant la fin du quinquennat s’il ne se détend pas, point barre fin de l’histoire on zappe !

                              Quand il y a un gros "buzz Sarkozien" comme ça (annonce de mariage, voyage en jet privé, sortie démago...), regardez bien quelles lois sont discutées, et quelles manifs/grèves sont prévues. Plus on parle de futilités comme ça, moins on cause de choses bien + importantes.


                            • roOl roOl 28 février 2008 17:16

                              aller on re-essaye en lisant correctement smiley


                            • DG. DG. 25 février 2008 18:32

                              CARTON ROUGE pour les deux.


                              • écureuil 25 février 2008 20:08

                                si les médias ne s’étaient pas emparés d’une vidéo amateur, l’évènement serait passé inaperçu. Même si je n’apprécie pas ce genre de langage d’un Président, je trouve qu’il y a un acharnement médiatique à le casser, inquiétant. Il en fait assez publiquement sans aller chercher dans le fond des corridors ! La dignité manque de tous côtés !


                                • brieli67 25 février 2008 20:57

                                  ben non ;; ;; ; renseigne toi d’abord ! avant d’écrire ;; ;

                                   

                                  c’est un journaliste du Figaro et il ne l’a remarqué qu’au revisionage du "film"

                                   

                                   


                                • vivelecentre 25 février 2008 21:46

                                  RIEN sur les municipales.....

                                   

                                   

                                   

                                  juste Blabla bla sarkozy blablabli sarlkola

                                   

                                   

                                   

                                  ou encore :

                                   

                                   

                                   

                                  blablabli sarko a fait blablabla sarko a dit

                                   

                                   

                                   

                                  sortez de vos obsessions saarkoziennes


                                  • Savinien 25 février 2008 22:10

                                    Hé oui, rien n’est moins innocent que de faire dans la surrenchère grossière.Car,en agissant ainsi, notre président dit tout simplement adieu à une certaine idée de la civilisation. Adieu à cet art délicat et plusieurs fois centenaires de l’ironie. Adieux à Voltaire, à Flaubert, aux moralistes du Grand siècle.Adieux aux Humanités. Adieux aux Grecs et aux Latins. Mais bienvenue à "Disney-Politic". Rien de surprenant si on y on y réfléchit : combien de gens aujourd’hui pour ouvrir un classique et y prendre plaisir ? Fort peu. En tout cas, beaucoups moins nombreux que ceux qui visionnent la dernière connerie US. Entre la culture classique et la culture Disney, c’est la même histoire qu’entre les divisions de Staline et celles du Pape. Pour gagner va falloir un miracle...

                                    Vu de tels prémices, on peut même se demander en quoi le type de l’Elysée choque. N’est-il pas dans l’air du temps ? Je dirai même plus, notre "pote" Nicolas est en avance. Il est prophète de ce qui nous attend... Alors, pourquoi les français ont-ils la dent dure contre lui ? Sans doute veulent-ils sauver les apparences. Ces pauvres naïfs espèrent encore qu’on leur enverra un sauveur, qu’ils pourront regarder "les feux de l’amour", tandis qu’un bel esprit méditera pour eux la vanité de toute chose. Bref, ils veulent la civilisation par délégation. Tristes cons,eux aussi...


                                    • Basebou Basebou 25 février 2008 22:52

                                      Au fond tout le monde est con, sauf vous Savinien....


                                    • Savinien 25 février 2008 23:23

                                      Non, je suis simplement un con à l’ancienne mode, un nostalgique du temps où dame Bétise était une aventure singulière qui faisait rosir de plaisir son soupirant. Que vous dire de plus, sinon que nous sommes encore quelques vieux cons à lui courir aux fesses : chérie revient, je voulais juste plaisanter...


                                    • Savinien 25 février 2008 23:44

                                      Effectivement, je généralise un peu vite (mais c’est pour la bonne cause !) Ah, si seulement je m’étais appelé Charles et que j’eusse pu - pas mon fort les subjonctifs - remplacer les trois lettres fatales par un élégant "veaux" (trés approprié pour un salon de l’agriculture...).


                                    • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 25 février 2008 22:36

                                      Un excellent dessin de Placide

                                      http://www.leplacide.com/document/08-02-25-sarkozy.jpg

                                      Sans commentaire, évidemment !


                                      • Savinien 26 février 2008 00:16

                                        Pas mal la photo : amstramgram pic et pic et colégramme c’est toi le président... (il est temps d’aller faire dodo).


                                        • kraken kraken 26 février 2008 02:08

                                          @ Vincent,

                                          Félicitation pour cette synthèse à charge de notre président fantoche. Effectivement, il y en a ras-le-bol de voir se cumuler des aberrations, tant dans les choix réfléchis que dans les sorties inopinées qu’il a pu faire depuis le début de son mandat.

                                          "Le président de tous les français", argument assenné avec tellement de conviction après les élections pour mettre un terme aux résistances de ceux qui se félicitaient de ne pas avoir voté pour lui.

                                          Aujourd’hui, c’est de la fierté que j’éprouve à toujours avoir désavoué Nicolas Sarkozy (même bien avant les présidentielles).

                                          On m’a dit, "tu te marginalises" et j’ai regardé la france au travers du filtre "sarkozien". J’ai alors conclus " Oui , c’est vrai, je suis différent. Je ne me reconnais pas dans cette france."

                                          Aujourd’hui je suis presque heureux de constater que des écailles tombent des yeux pour révéler la vérité, et que des personnes ayant voté pour lui se rangent au côté des déçus.

                                          Qu’on ne me demande pas d’accepter pour président un homme manifestement en lutte intérieure pour gérer un pouvoir qui le submerge. Un homme qui agite ostensiblement les signes extérieurs de pouvoir par peur qu’on ne le remarque pas.

                                          Monsieur Sarkozy, on vous a vu, arrêtez de sautiller sur votre marchepied et faites votre boulot, simplement, comme un chef de l’etat digne de ce titre. Et si vous n’en êtes pas capable alors faites votre show médiatique pour les nations voisines, ça pourra les distraire, et laissez travailler les vrais politiciens ! A moins d’un conflit civil, il nous faudra vous supporter encore quatre ans, la france va déjà assez mal pour que vous n’en rajoutiez pas de votre personne.

                                          Je crois que ce week-end, Monsieur sarkozy a franchi une ligne rouge. Pour moi cela veut dire que la retenue et la modération dont je fait preuve depuis un an n’a plus lieu d’être. A voir les remous provoqués sur la toile en ce début de semaine, l’onde de choc risque d’être longue à s’apaiser, ce qui n’est pas pour me déplaire.

                                          Quand y en a marre... ben y en a marre !

                                          Et ça va se savoir.


                                          • ernst 26 février 2008 03:56

                                            tout cela m’enchante !...

                                            Il suffit que Monsieur Bruni dise une connerie à un pauvre con pour que la France s’émeuve, appelle au loup, se décaille les yeux, s’affolle pour la République en danger !...

                                            Mais il fait ce qu’il a promis, le bougre !... Il a promis que ça allait changer !... Eh bien, ça change !...

                                            Fini le ronron apaisant des pontifes du domaine réservé de la Haute Politique, les régaliens qui juraient nous avoir compris et foutaient à l’eau les Harkis fidèles, ni vu ni connu, les bien sous tous rapports qui fricotaient avec n’importe qui pour une chasse aui canard, à l’éléphant, pour une poignée de diam’s, les hypocrites qui nous présentaient bobonne ’(50.000F la prestation ) après lui avoir fait un enfant dans le dos, les honnêtes parachutistes qui faisaient dans la double comptabilité, les fausses factures, les faux contrats de travail !... Qui eut pu s’en émouvoir ?... ILs présentaient si bien !...

                                            Tous avaient le ton chateau donné par ce camé de Malraux, le voleur de statues !... Mais, tout de même, merde, la « Condition humaine » !...AH ! ouais, les amis, on était fiers !...parce que on ne se posait pas de questions !... Tous ceux là parlaient le chic fluently !...

                                            Pov’cons !...

                                            Aujourd’hui, nous avons la chance de voir à quoi correspond la politique. Une racaille. Plutôt marrante avec ses écarts de langage qui annoncent clairement la couleur. C’est ça qu’est r’posant !...

                                            Quant à savoir si la République est en danger, c’est bien la première fois qu’on se pose la question, mais ce n’est pas la première fois qu’elle l’est !...

                                            Alors, conseil d’ami, avant que le Sarko ne se prenne une rabia le doigt sur le bouton rouge, tâchons de réfléchir aux moyens d’investir un peu le pouvoir en place. Inspirons nous de véritables Démocraties participatives, représentés à la proportionnelle à l’Assemblée, votant les projets de lois au suffrage universel.

                                            C’est le seul moyen de gérer ce pays qui n’a surtout plus besoin d’idéologies d’un autre âge, mais d’une solide gestion qui nous mette pour un temps à l’abri des intempéries monétaires qui ne vont pas manquer de nous tomber sur la gueule.


                                            • Bulgroz 26 février 2008 06:47

                                              ce que je ne comprends pas bien est qu’un President est elu sur la base d’un programme bien precis et bien oriente : dans le cas de Sarkozy, c’est un programme de droite.

                                              Le president n’est pas elu par 100% des Francais, pourquoi serait il ensuite le president de tous les Francais ?

                                               


                                              • Philou017 Philou017 26 février 2008 10:08

                                                Vous avez raison. Sarkosy est tout sauf un rassembleur. Il divise le pays comme jamais. Quelle réussite.


                                              • République 81 26 février 2008 09:15

                                                C’est consternant, navrant... le plus consternant étant certainement la rapidité avec laquelle toute la Sarkozie vient justifier le comportement du Président.... Encore plus inexcusable que le Coup de Boule de Zidanne, il s’agit du PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE celui qui doit être un exemple dans son comportement, celui qui prône le retour de la morale dans les cours de récréation et à l’école, celui qui prône le respect de l’autre. Il a cru ainsi , paraît-il, être moderne, proche des français de base. Je connais des centaines de français de base qui n’ont jamais répondu ainsi à une incivilité ; on attend de lui une hauteur de vue, une dignité de la fonction qu’il n’incarne malheureusement pas.

                                                Comment expliquer après le geste de Zidanne, après les mots de Sarkozy à un enfant qui vous dit "je l’ai insulté car il m’a insulté, je l’ai frappé car il m’a insulté" que la meilleure manière de se comporter c’est d’ignorer l’agression verbale on se place ainsi au-dessus de son interlocuteur, voire de répondre par l’humour afin de ne pas rentrer dans la sphère infernale de l’agression ?

                                                Ce comportement-là laisse bien mal augurer de l’avenir...


                                                • Laïd DOUANE Laïd DOUANE 26 février 2008 12:20

                                                  Une connerie présidentielle en vaut mille et une citoyennes. Un Président, même s’il lui-même CON, n’a aucunement le droit de traiter les autres de con ou de racaille. Surtout quand il est le Président des Français. Sinon, qu’il reste chez lui. Pour ce qui me concerne, je ne vois pas où Sarkozy a failli en traitant ce con de pauvre con ? Il cette habitude hautaine nenue d’ailleurs et ce comportement est bien le sien. Pourtant il a été choisi, non pas par desRusses mais bel et bien par des Français. Alors ne demandez pas le miel chez la guêpe. Et puis entre-nous, n’est-il pas con cet homme qui, avec arrogance a refusé de toucher la main à un Président de France ? Il vraiment con pour la simple raison qu’il soit là au moment où le Président passait son chemin.. Que faisiez vous là PAUVRE CON DE LA SALE DE L’AGRICULTURE ? En fait n’est ce pas aussi con de donner la main aux gens sans les regarder dans les yeux ? J’imagine… Et si je vous disais que ce même président a donné son avale pour diffuser la védéo où il a tutoyé un CON ? Vous me direz que c’est de la parao !! Qui vivra...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès